Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Le Trou du Trouvère Imagination
Le Trou du Trouvère Imagination Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 05-03-2019 02:21

Pages vues : 390    

Favoris : 63

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Apocalypse, Banques, Béton, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Confort, Corps, Cul, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Étoile, Gratuit, Histoire, Humain, Imatrau, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Jardin, Juif, Klan, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Pagan, Panique, Paradis, Pierre, Plume, Porte, Puce, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Serf, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Toupie, Vérité, Vide, Vieux, washingtonisme, Yokaï

 
boutonniere_trou_trau.jpg
 
 
Le Trou du Trouvère Imagination
Le Trouvère : celui qui trouve dans l’Or
dans l’HORS, L’AILLEURS, seule pureté car
le Vrai cesse d’être vrai dès qu’il est vu.
Et en nôtre monde comme tout est « vu »,
identifié, analysé, contrôlé, digitalisé,
TOUT EST DEVENU FAUX.


Page sur l’Imatrau : dédicace aux Anges, dont Michel Archange Dompteur du Dragon.
 
 
HORS : LE NON-ÊTRE DANS L’ÊTRE ou FOCAL, L'OR MÉTAL,
LE TROU, LE CORPS AU-DELÀ DU CORPS = RESTER AU CENTRUM.

HORS : OR-I-Gin-EL : HORS I générée EL (Source, Divin)
 
TROU, HORS = NON NOM-LA-FORME car tous noms-les-formes sont CAUSE DE SOUFFRANCE (réf. Ramana Maharshi, entretien 363). « Renonce à cette vie si tu veux vivre », équivalent du principe de base du Yoga Vasistha : « L’apparence de ce monde est une confusion ; de même que le bleu du ciel est une illusion d’optique. Mieux vaux ne pas s’y intéresser et l’ignorer (YV I, 3), car « voir et connaître » sont de pures « ismes » du mental… Et au YV dans L’histoire de Kundadanla : « Mon illusion s’en est allée. À présent je vais mener une vie d’activité spontanée où la volonté de faire n’aura pas de place » (évidemment chose actuellement totalement impossible à nôtre époque de salariat ou sel !)

HORS : Le Point Focal où « Le ciel s’ouvre, la Terre est vaste et toutes les choses sont ce qu’elle sont », car Cela seul peut être considéré comme un accomplissement, dit le Secret de la Fleur d’Or (Hors), le manuel classique de méditation permettant la Réalisation du Soi ou Fleur d’Or, l’Éveil. Point Focal : passer la Stargate (Anneau, Jade (1)) ou se concentrer « la-dessus », ce qui veut dire ne pas tomber dans le fixisme ou coagulation ! La Stargate ou Point Focal n’est qu’une PIERRE DE TOUCHE (fragment de Jaspe utilisé pour essayer la qualité de l’Or et l’Argent ; au sens figuré : ce qui sert à reconnaître la valeur d’une chose ou d’une personne). Point Focal veut dire « fixation cavalante » (pénétration visuelle : d’où vient-elle et à qui est-elle, et où disparaît-elle ? « Prolongez ce questionnement, répétez-le inlassablement jusqu’à ce que vous compreniez qu’on ne peut saisir la pensée et, alors, vous verrez d’où elle vient. Vous n’aurez plus besoin de chercher son point de départ [sa cause]. ”Ayant cherché mon mental, j’ai compris qu’il était insaisissable. Eh bien, je te l’ai pacifié !” », dit le Secret de la Fleur d’Or. Il poursuit ainsi : « Quand vous aurez atteint cette nature insaisissable, continuez à pratiquer continuellement l’arrêt en le prolongeant par la vision, et à pratiquer la vision en la prolongeant par l’arrêt. Cela s’appelle le jumelage de l’arrêt par la vision [fixation cavalante]. Voilà comment retourner la Lumière. Le retournement correspond à l’arrêt, la lumière à la vision [comparable à COUR]. Pratiquer l’arrêt sans la vision s’appelle le retournement sans lumière. La vision sans l’arrêt s’appelle la lumière sans retournement. Souvenez-vous en ! »).

HORS : A-VISE = sans but, délivré de l’opinion, rien ne peut être affecté (fait du E) par ce monde des accidents ou spatio-temporel : le flux du Principe Originel Universel coule alors à travers l’Ici et Maintenant : I.C.I (matière) et Ma-in-Tenant (la main du Potier tournant le nom-la-forme). HORS = DÉLIVRANCE : libre du E, voir depuis le E : Entendement, ce qui est « pacifié » dans la Fleur d’Or, cité plus haut. Le E trinitaire et trident des Neptune, Shiva, Satan, Chalchiuhtlicue (dessin en fin de page) : Trinité universelle sur le I du Point c’est TOUT qui seul peut unifier des énergies déployées par le tri-phasé et assurer le « voyage » de retour à la Focal et à son Eau Primordiale, comme l’indique aussi le Secret de la Fleur d’Or. La trinité du E renvoie à ÊTRE : E et TRE : 3, I-tération ou répétition trois fois du E….

DANGER : « MAISON », montrait du doigt angoissé E.T. du film de Spielberg ; E.T. qui avait perdu son Soi…. MAISON = LE SOI, qui évidemment peut conduire au Pour-voir, à la DOM-ination (le Domaine, le dominiarium ou pouvoir de dominer [comme l'État], de dominus : maître). Danger ou D’ANGE : issu de l’Ange. Danger Dange-E tri-phasée Unité de nombreuses religions. Voir les Archanges ou « chefs des Anges » tels : Michel qui apprivoise son Dragon ; Gabriel le postier et prof ; Raphaël Big Pharma à Lui tout seul en même temps que taulier !
ANGE = MESSAGE, PORTEUR D’IMAGES, à ne pas confondre avec le sens actuel des images détruites par la matérialité de la technologie : perspective à partir de la Renaissance (Piero Della Francesca qui va quasiment lancer la photographie avant l’heure), et la 3D informatique et le monde des « tablettes-écrans » aussi informatique, toutes notions d’images complètement liées au corps, aux cinq sens. Non, Ange se rattache au monde visionnaire au-delà du monde empirique d’un John Locke. Ce monde imaginaire est lié au sens de théosophie (sagesse originelle [se méfier grandement des définitions qu’en donnent les actuels dictionnaire !]. La Théosophie est l’enseignement de la Sagesse antique qui éveille la conscience humaine à sa propre nature, et à sa relation unitaire avec tout ce qui existe. THÉOSOPHE = celui qui recherche une Vérité en lui-même et essaye de vivre en harmonie avec les autres. L’intérieur action provoque la réaction extérieur).

Ainsi l’imaginaire est lié à la théophanie (de théo : Dieu, et phan : apparition (comme phan(t) de fantôme). L’imaginaire n’a rien à voir avec la fantaisie et l’industrie hollywoodienne des images à y ajouter les médias liées maintenant au politisme du régime en fureur ! L’imaginaire n’a donc rien à voir avec une création artistique ou un esthétisme quelconque (de nos jours mercantilisme). Il s’agit d’une fonction absolument fondamentale, ordonnée à un univers qui lui est propre, pourvu d’une existence propre solide (objective) et dont l’Imagination (avec le I majuscule pour indiquer le dégagement du mental conditionné et la distinction avec un imaginaire par bidouillage du mental lié aux organes de perception).

Ce monde de l’Imagination étant la partie de la trinité : monde de la veille perçu par les sens ; monde de la pure perception intellectuel (« l’univers des intelligences chérubiniques ») ; et monde intermédiaires, celui des Images-Idées, des figures-archétypiques, des corps subtils, de la « pré-matière », univers intermédiaire « où le spirituel prend corps et où le corps devient spirituel », constitué d’une « matière subtile » par rapport à la grossière matière du sensible et de la corruption, notamment l’Oxygène-Occident…

Cet univers théophanique et théosophique est le « lieu » où « arrivent » les « évènements » visionnaires et les contes symboliques. Monde du Pays du Rien du Tout où se « trouve » une Source ou Trou Noir : IMATRAU : du catalan trau (boutonnière), et terme de substrat adopté par les Celtes de Gaule ; à rapprocher du mot gaulois atespatus (réponse, et proche du mot « attestation », qui est aussi un mode de réponse, voir le sanskrit atu (réponse et anagramme de tau)), remonte à une forme dérivée de la racine i.e. sek (dire), cf. le latin inseque (dis), l’allemand sagen (dire), (réf. Dic. Français-Gaulois, de J.-P. Savignac) ; et I-MA du I axe et Point c’est TOUT permettant le RETOUR À LA MAISON (E.T.), le MA de MAternel ou Vierge Marie (Ave Maria).
Henry Corbin appelle ce « lieu » d’imagination créatrice : Imaginal (il emploi aussi mundus imaginalis), je l’appelle Imatrau (Imatrou sonne plus vulgaire).
IMATRAU : proche de l’ICÔNE, donc pas un délire, car pas une fin en soi, mais UN MOYEN OU OUTIL (je pense que c’est cela que veut traduire Henry Corbin par l’œuvre d’Imagination créatrice d’Ibn’Arabi.) ; l’Icône comme l’Imatrau est une FENÊTRE, un TROU ouvert entre la terre et le ciel, ouvrant dans les deux sens. Les Icônes sont à la limite du monde sensoriel et du monde spirituel. L’Icône ou l’Image comme fin en soit est ce qu’il se passe dans nôtre monde « tablette-écran-smartphone » : de la pure idolâtrie violemment combattue autrefois par les Hébreux, maintenant de la zombification ou mécanisation de l’humain, et non l’Imaginaire véhicule d’influence spirituelle. L’humanisme est une idolâtrie de l’humain en une singerie de la Réalisation du Soi et qui va produire par exemple l’existentialisme, et actuellement depuis l’après 1945 le consumérisme !

Le théosophe Ibn’Arabi fut radicalement étranger à la religion de la lettre et du dogme comme au tout confort qu’icelle facilite (en un travail tout mâché). Ibn’Arabi fut une des rares individualités spirituelles qui, comme Ramana Maharshi, sont à elles-mêmes la norme, le Soi, pour la simple raison qu’elles n’appartiennent pas à leur époque, ni à au dogme ou orthodoxie de l’idée reçue de leur temps (HOTC : Histoire-Opinions-Temps qui coule).

SPIRITUALITÉ (définition) : concerne la vie la plus secrète et la plus Sainte Chimère qui soit de l’âme, et en rapport avec le principe du Yoga Vasistha cité plus haut ; la concentration intérieure ne veut pas dire se comporter d’une manière « autiste » ou égocentrique comme actuellement : le « pouvoir d’achat » est LE symptôme d’autisme produit par le capitalisme !

L’Imatrau n’est pas délire ou symptôme d’autisme-schizophrènie, il est Imagination active-créatrice, et cette activité est comme Imagination théophanique. PARADOXALEMENT, et selon les Hébreux spécialistes de grands évacuateurs d’images ! l’expérience mystique se veut paradoxalement VIDE d’image, de représentation, vide comme le désert des Hébreux ; en revanche, avec l’Imatrau et Ibn’Arabi il y a bien une valorisation extraordinaire de l’Image et de l’Imagination pour l’expérience spirituelle.

ANGES : « Âmes motrices des Sphères célestes », écrit Corbin : « À chaque degré de ces hiérarchies, à chaque demeure dans les descentes de l’être, se nouent les unes les autres autant de couples ou syzygie [assemblage, réunion, conjonction]. Ces Anges-Âmes (Animae caelestes) communiquant aux Cieux le mouvement de leur désir, les révolutions astronomiques ont alors le caractère d’une aspiration d’amour toujours renouvelée et toujours inassouvie [ÉNERGIE LIBRE]. En même temps, ces « Âmes célestes » exemptes des perceptions sensibles et de leurs déficiences, possèdent l’Imagination : elles sont même l’Imagination à l’état pur, puisqu’elle sont affranchies des infirmités de la perception sensible. Elles sont pas excellence les Anges de ce monde intermédiaire où ont lieu les inspirations prophétiques et les visions théophaniques ; leur monde est en propre le monde des symboles et des connaissances symboliques, ce monde où nous voyons Ibn’Arabi pénétrer avec aisances dès les années de sa jeunesse », écrit Henry Corbin.

Ici il s’agit de comparer l’Imagination créatrice d’Ibn’Arabi d’avec la Bhâvanâ indienne (création mentale, conception, idée ; méthode de contemplation). Bhâvanâ tantôt une idée qui aide à tranquilliser le mental (entretien 137 du Maharshi). La Bhâvanâ sous forme d’images de Dieux à contempler qui exige évidemment un Dieu avec attributs ! Et à l’entretien 528 le Maharshi dit que la Bhâvanâ implique la division, donc encore un paradoxe pour éliminer cette dualité ! Paradoxe entre image ou idolâtrie et non idolâtrie…

D’ANGER : ÊTRE COUR, en fixation cavalante afin d’échapper à la trinité veille-rêve-sommeil pour rester dans le Soi-Instant, le Ici et Maintenant : être pareil à un écran non affecté par les images du monde qui apparaissent dessus (rejoint le principe du Yoga Vasistha).
ÊTRE COUR : la pure Conscience de l’Absolu, qui ne saurait être reconnue vu qu’il n’y en a pas d’autre pour la connaître : le Vrai cesse d’être vrai dès qu’il est vu. Tout ce qui reste alors est le fait de connaître, sans personne pour connaître ni rien qui soit connu. C’est ainsi la Connaissance qui ne peut pas être connu illustré par le « Catéchisme occulte » :
Page d’archive préhistorique.
Un manuscrit archaïque - assemblage de feuilles de palmier rendues, par quelque procédé inconnu, inaltérables à l’eau, au feu et à l’air - se trouve sous les yeux de l’auteur. Sur la premier page l’on voit un disque blanc immaculé, sur fond noir.
Sur la suivante, il y a un disque semblable, avec un point au centre. L’étudiant sait que le premier représente le Cosmos dans l’Éternité, avant le réveil de l’Énergie encore assoupie, émanation de l’Univers en des systèmes postérieurs. Le point dans le cercle jusqu’alors immaculé, l’Espace et l’Éternité en “repos“, indique l’aurore de la différenciation. C’est le Point dans l’Œuf du Monde, le Germe qu’il contient deviendra l’Univers, le Tout, le Cosmos illimité et périodique, ce Germe étant périodiquement et tour à tour latent et actif.
Le cercle unique est l’Unité divine, dont tout procède, où tout retourne : sa circonférence, symbole forcément limité de par les limites de l’esprit humain, indique le PRÉSENCE abstraite, à jamais inconnaissable, et son plan, l’Âme Universelle, bien que les deux ne fassent qu’un. La surface du disque est blanche et le fond est noir : cela montre clairement que ce plan est la seule connaissance qui soit accessible à l’homme. (D’après La Doctrine Secrète, H.P. Blavatsky, vol 1, début de la Préface).
LE RÉEL EST DONC INVÉRIFIABLE, PAS DE POUR-VOIR, IL NE PEUT AVOIR AUCUNE PREUVE, POUR CELA IL FAUDRAIT « SORTIR » DE L’UNIVERS. COMME « DIEU » : PERSONNE NE L’A JAMAIS VU ! (Personne ne peut posséder la Vérité). Cela rejoint aussi la devise alchimique : « Aller vers l’obscur et l’inconnu par ce qui est plus Obscur et Inconnu encore ».
L’état de veille ne mène pas à la Libération : « ce qui réveil endort (Ritaline par exemple), ce qui endort réveil » (cela pour le système électrique corporel… car l’oubli, de soi, est seulement endormi-réveillé).

Ensuite NE PAS OUBLIER les expériences d’EMI (Expérience de Mort Imminente), naturelles, ou artificielles par DMT qui peuvent souvent faire voir des entités extraterrestres, formes de variation de TCI ou Transcommunication Instrumentale, et les ANGES ; tout cela participe du même THÈME (GLANDE PINÉALE) ; et pourquoi pas Ibn’Arabi n’aurait-il pas eu des expériences d’EMI ou de DMT ? puisque les Ancien Égyptiens consommaient apparemment de l’Acacia (variante de l’Ayahuasca), dans le but de maîtriser leurs Dragons-Chimères personnifié sous la forme du Dieu de fertilité honoré au Fayoum le Crocodile Sobek ayant pour mère Neith (Père-Mère, Moment de Ré, Ondulation et Croisement), un des 32 Neter ou principe de Nature, avec Amon, Anubis, Nout, Plath, etc. (En 1973 on a découvert que l’Acacia renfermait du DMT. Sokek est associé à l’organe humain LA RATE, située sous la partie gauche du diaphragme, et constituée par une pulpe gorgée de sang parsemée de nodules blancs (follicules lympoïdes) ; LA FONCTION DE LA RATE EST LA PRODUCTION DE L’HÉMOGLOBINE, DES PIGMENTS BILIAIRES, DES ANTICORPS, ET DANS LA MÉDECINE ANCIENNE ELLE PASSAIT POUR SECRÉTER LA « BILE NOIRE » (humeur mélancolique…). Dans une formule magique de l’Ancienne Égypte, il est écrit : « … ta rate est [la rate] de Sobek, ton foie est [le foie] du maître de Hénénnisout, tes entrailles sont en santé… » (XI - 13/6-15/1, du Livre des Formules Magiques pour la Mère et l’Enfant, papyrus hiératique du musée de Berlin n° 3.027, édité dans les Hieratische Papyrus aus den koeniglichen Museen zu Berlin, tome III, tab. XVII-XXV, Leipzig, 1911. Il a été transcrit et publié par Ad. Erman sous le titre : Zaubersprâche fur Multer und Kind dans les Abhandiungen der Königl. Preuss. Akademie der Wissenschaften zu Berlin, 1901. François Lexa : La Magie dans l’Égypte Antique, Prague, 1923.

Ne pas oublier que Sobek étant Dieu au Fayoum, son habitat était riche en lacs, en canaux et marais, donc tout ce qui est eau douce, analogie avec la circulation sanguine et les différents organes du corps. Sobek le crocodile symbolise deux fonctions : la contraction de la première matière devenant solide, et la fonction de broyer et mettre en poudre, qui précède toute transformation. Sa caractéristique reflète la dualité : sa vie est double : dans l’eau la nuit, sur terre le jour. Il a deux aortes qui se rejoignent au-dessus du coeur. Le crocodile est réputé pour son impossibilité de regarder en arrière. Il est si vorace qu’il lui arrive de manger ses propres enfants. Le Crocodile est symboliquement porteur du monde, maître des Eaux Primordiales. Crocodile-Jaguar : Inné-Igné…

Si je classe les Anges-Imagination d’un Ibn’Arabi dans le Thème GLANDE PINÉALE comportant principalement la TCI, c’est que TOUT EST LIÉ (et délié) : mélange de vies antérieures, rencontres avec des archétypes ou Anges, et bien-sûr autres formes de vie n’existant pas dans le « système solaire ». LES CHAMANS FONT EUX AUSSI DANS LE IBN’ARABI, tout comme la Kabbale juive, les différentes écoles de yoga dont, encore une fois, le Yoga Vasistha. La « science » ou mieux : la technologie actuelle est en train de tuer tout cela, par un seul mot : RAISON, dont évidemment fait la grande partie : l’informatique-information et son « intelligence artificielle ». Entendre ici la fréquence de 8 HZ (8 cycles par seconde), qui seule traverse la cage de Faraday et peut illustrer l’Ailleurs si la dualité du cerveau est synchrone (« Larsen » cérébral combiné à l’effet Doppler de temporalité… Le Larsen est à la base de la TCI : méthode Schreiber ; voir le site tci seattle). TOUT EST DANS TOUT… INNÉ-IGNÉ…


[En référence partielle à : L’Imagination créatrice dans le soufisme d’Ibn’Arabi, de Henry Corbin, et franc-maçon… mais ça n’enlève rien à la qualité de son travail].


Note.
1. ANNEAU, JADE : en Chine Anneau de Jade : Pi, disque plat de faible épaisseur, au diamètre de l’ouverture égal à la largeur de l’anneau, ou le plus souvent à la moitié de cette largeur. Le caractère chinois Pi parce qu’il est rond et est symbole du ciel : en quoi il s’oppose au Jade ts’ong, carré, symbole de la Terre. Le trou central est évidemment le lieu de passage ou FOCALE des influences célestes. TROU = LE CENTRE QUI EST NULLE PART OU VIDE QUI FAIT TOURNER LA ROUE : LA CIRCONFÉRENCE QUI EST PARTOUT. Donc ce Trou « aide » au passage vers la Vacuité de l’Être où doit s’exprimer l’Énergie Libre…

 
 
 

Dernière mise à jour : 05-03-2019 03:23

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >