Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Différence entre Hippies, Gnostiques et Gilets Jaunes
Différence entre Hippies, Gnostiques et Gilets Jaunes Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 27-03-2019 01:56

Pages vues : 430    

Favoris : 45

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Apocalypse, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chimère, Christ, Confort, Contrat, Corps, Cul, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Étoile, Gnostiques, Gratuit, Histoire, Humain, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Jardin, Juif, Klan, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pierre, Plume, Porte, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Serf, Simple, Social, Soi, Sophisme, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Viol, washingtonisme, Yokaï

 
tissushippie.png
 
 
Différence entre Hippies, Gnostiques et Gilets Jaunes

Page dédiée à Chnouphis (1)
 
 
Avec les Gilets Jaunes, pour les discréditer et les faire passer, comme les Vendéens en 1792 pour les « brigands », l’establishment capitalo-républicain sous Vatican de la City de Londres sort son tiroir-caisse. Et la destruction de la Bande de Gaza, ça coûte combien… à la singerie Rothschild nommée « Israël » ?
 
Israël et son washingtonisme foutent le chaos partout, ça avait déjà commencé avec leurs prophètes hébreux du temps de leurs supposés ancêtres : les Hébreux, qui allèrent casser des Païens, sous le prétexte « d’idolâtrie » (notamment adorer « plusieurs » Dieux). Or : IL NY PAS PAS PLUS FICTIONS ET FRICTIONS QUE LA SAGA DES HÉBREUX ET LEUR BIBLE HAUTE FICTION DÉJÀ TROP MATÉRIALISTE ! L’Ancien Testament tout comme les « commandements » de l’accident Moïse sont des copies des Sagesse égyptiennes, recueils de préceptes pratiques et éthiques, énoncés par une personne pourvue d’une longue expérience à l’intention des jeunes Égyptiens, visant à leur faire connaître la façon de se conduire dans la vie sociale (une sorte « d’instruction civique » à la sauce égyptienne). Ne pas oublier que les Anciens Égyptiens disaient que les oreilles de l’étudiant étaient dans son dos, ce qui signifiait qu’il apprenait grâce aux raclées ! Allez pratiquer cela en 2019 dans des écoles en « zones difficiles », et c’est l’émeute…

Malgré leur obsession de la durée, copiée indubitablement sur les Anciens Égyptiens « MAÎTRES DES PIERRES » (et donc du temps), les Hébreux puis les Juifs sont paradoxalement ANTI-TRADITIONS : ils vont déboucher SUR LA HAUTE FINANCE QUI DIRIGE-DIVISE CE MONDE.
Les Juifs sont ANTI-TRADITIONS CAR AVEUGLÉS PAR LEUR LOI, ILS N’ONT RIEN COMPRIS DES PAÏENS ET ENSUITE DES GNOSTIQUES. Les Hébreux qui jugèrent le Christ-Jésus étaient des ignorants et inconscients qui ne savaient pas ce qu’ils faisaient. De plus ils ne pouvaient tuer un Immortel, NOUS. Ainsi, croyant atteindre son rival, le Yahvé de la Loi en a fait un martyr de sa propre créature ! DOUBLE IDOLÂTRIE ET CRIMINELLE !!

Ces Hébreux-Juifs et leur sens matérialiste de l’argent vont nous faire déboucher sur ce règne de l’INDIVIDUALISME et de son compagnon « personnalité » (le masque : personna) si valorisé en règne du pouvoir d’achat.
Cela seul suffit à prouver cette anti-tradition surtout française depuis 1789. Car comme le disait Ramana Maharshi à l’entretien 420 : « La souffrance durera tant que l’individualité n’aura pas disparu ». Cependant comme Il le dit paradoxalement à l’entretien 204 : « En l’absence d’individualité, il n’y a pas de fonction mentale. Individualité et fonctions mentales sont donc coexistantes. L’une ne peut pas subsister sans l’autre ». De même à l’entretien 208 en forme de PARADOXE, le sucre ne peut lui-même goûter sa propre douceur, il lui faut un dégustateur pour l’aimer. « De même, un individu ne peut pas être le Suprême et en même temps goûter la Félicité de cet état ; c’est pourquoi l’individualité doit être maintenue d’un côté et la Divinité de l’autre pour que la jouissance puisse exister ». Le Secret de la Fleur d’Or va même plus loin en disant : « Un mental vide et qui ne pense pas à sa vacuité, voilà ce qu’on appelle la véritable Vacuité ». Car prendre une sensation ou une expérience de « vacuité » pour la Vacuité même est une erreur et un tour du mental souvent relevé par les classiques zen ou chan. Si on aborde la vacuité comme un élément de l’inventaire conscient, on en fait un objet au lieu de l’expérimenter pour ce qu’elle est, l’Essence du mental, le Point Focal ou Trou du Trouvère.

Mais dans le mot personnalité il y a ALITÉ, du A privatif et lit, ce qui signifie « dans un lit » seulement par dérivation (le résultat est pris pour la cause, comme avec la médecine traditionnelle, que même ses adversaires de « L’Ordre des médecins » affublent du qualificatif  « traditionnelle » alors que cette médecine « de L’Ordre » n’est que, comme de tout maintenant, CONVENTIONNELLE, DÉRIVÉE, DÉNATURÉE, je dirais « ledée » par référence à cette mode des LED pour remplacer les lampes à filament et en foutre plein la vue conformément au principe de Big Brother et de tout voir, tout Pour-Voir.
A-lité : privé se son lit, pas dans ses pompes, ou n’a pas trouvé « chaussure à son pieds »… Le Flux, le Courant, que l’électricien Saint Michel doit maîtriser, et non tuer (Dragon) ou provoquer un court-circuit de courant dynamique (en opposé du statique)…
Ce monde anti-tradition est bien symbolisé et matérialisé par la mode d’éclairage par la LED qui en fout plein la vue, exactement comme les immeubles parisiens bien blancs car ravalés régulièrement, alors que j’ai connu dans mon enfance les immeubles tout noir de charbon…

Le mot Gnostique veut dire « Connaissance » (de gnose du grec gnôsis), et est un terme technique utilisé par les écoles de philosophie aux alentours des trois premiers siècles de nôtre ère. Gnose : Connaissance de soi, donc connaissance de Dieu qui ne sont qu’une seule et même Connaissance. Le Christ-Résume ainsi son SALUT :
« L’Ame cherche à fuir le chaos amer
Et elle ne sait comment elle se libérera.
C’est pourquoi, envoie-moi, Père :
Portant les sceaux, je descendrai,
Je parcourrai tous les mondes,
Je percerai tous les mystères,
Je dévoilerai les formes des Dieux,
Et transmettrai les secrets
De la sainte voie appelée gnose ! »

Le « Sauveur » n’est autre que le Soi ou Christ, le Oint, le gnosticisme ayant conviction qu’il y a en l’être humain une étincelle divine.


Les Gnostiques sont des Éveillés qui enseignaient la Connaissance de façon traditionnelle et par initiation. Connaissance = Sagesse ou Sophia, laquelle est le Logos féminin des Gnostiques. Comme l’avaient découvert les Gnostiques, le Yahvé des Hébreux-Juifs n’est qu’un imposteur qui se prend pour, le macron actuel genre de « ma-tu-vu » ou « Nouveau, vu à la télé ! », donc comme macron, le « nouveau créateur ».

Pour moi les Gnostiques sont les Premiers Hippies. Pourquoi ? Parce que comme les Hippies, ils essayent de remettre à sa place l’authentique Libération, à savoir que l’être humain n’est que Divin (et aussi individualité comme indiqué plus haut). Qu’est-ce que cela veut dire ? Et bien depuis tous ces millénaires : LA RÉCONCILIATION PAÏENS ET RELIGIONS ABRAHAMISTES. Réconcilier les Païens et les Chrétiens, dont les Évangiles, à y ajouter les Gnostiques mal vu par les Chrétiens de Paul et son Église romaine (ce Paul qui n’a pas connu le Christ-Jésus).
Ce CHRIST-JÉSUS PREMIER HIPPIE : un jeune « juif », d’une grande séduction personnelle, qui attire à lui les très jeunes gens (attention : pas d’allusion à la mode actuelle moralisatrice inversée de la pédophilie, nôtre logique actuelle n’a rien à voir avec celle de l’an zéro), qui a une très grande piété personnelle, qui va la nuit dans des lieux solitaires pour prier, qui est d’une grande liberté de pensée à l’égard des rites et traditions nationales et des coutumes sociales, qui mange avec qui lui plaît, qui se moque des jeûnes et des jours sacrés, qui fait aussi des miracles, mais il n’était pas le seul ni chez les Hébreux ni chez les Païens. On va l’accuser d’accomplir ces miracles grâce aux « démons », vieille accusation de sorcellerie due à l’ignorance.

Le Yahvé des Hébreux fut un Dieu malade et colérique. Or, comme dit un texte, relevé par Héraclès : Jamais les Dieux ne conseillent à l’homme rien de vil…
Ou encore : Un Dieu, s’il est réellement Dieu, ne connaît aucun besoin ; les récits contraires sont de misérables inventions des poètes. S’il existe une justice, comment donc Zeus n’a-t-il pas péri pour avoir enchaîné son père ?

Qu’a apporté le Christianisme par rapport aux Païens qui, en somme, vers Marc Aurèle et Constantin, en furent AU MÊME POINT QUE NOUS ET LES GILETS JAUNES, à la différence que pour les GJ ça ne concerne que le ventre, soit le pouvoir d’achat et nullement le spirituel comme pour les Païens en manque ?
Pourquoi ? Parce que le monde des Païens était hélas déjà largement cancérisé par l’argent. Or le Christianisme est le premier à APPORTER LA GRATUITÉ, que je traduis par AMOUR, au même titre que ce que prônaient les Hippies, alors que les Hébreux ne connurent JAMAIS cette nature de la Gratuité, voir leur copie dénaturée : les Juifs, dont nombre sont rabbins traders à Wall Street et d’autres de leur paroissiens sont financiers de la City et de ses banques internationales. Au Moyen-Âge (12è et 14è siècles) l’usure ou commerce de l’argent par des Juifs fut sévèrement condamné, l’Église s’interroge sur la licéité des revenus provenant d’une source déclarée illicite : l’usure ; ce qui va évidemment devenir pour certains une arme efficace pour critiquer le judaïsme, ne laissant aux Juifs que le maniement de l’argent et de la viande (commerce de boucherie). Comme les Juifs copient tout, surtout la durée, comme les Anciens Égyptiens, ils gardent longtemps en mémoire la vengeance (voir la Shoah dernièrement).

Les Chrétiens se veulent fraternels bien avant la république de 1789 jusqu’à nos jours.

En 1968 les Hippies disaient : « Dieu avec nous », pas les Gilets Jaunes. Or depuis, le matérialisme s’est nettement amplifié et pire, il est devenu beaucoup plus VIRTUEL par l’informatique du binaire. Les Hippies étaient déjà paumés, de nos jours c’est aggravé, même si l’Empire USionistan ne fait pas de « guerre au Viêt-Nam », le fait du washingtonisme (establishment) et non de la population. Mais les Hippies déjà en avaient assez du Dieu Dollar qui fomente des guerres et des divisions à n’en plus finir.
Pour moi, si le courant Gilets Jaunes veut durer plus d’une année et tout transformer durablement et sainement, il doit prendre conscience d’y ajouter le principal : la dimension spirituelle.

Du temps des Hippies, quand ils demandaient Dieu, le washingtonisme leur envoyait les pilules contraceptives, comme maintenant, LE MÊME POUVOIR DE LA CITY DE LONDRES envoie aux Gilets Jaunes français un « grand débat » et quelques cacahuètes qu’on lance aux singes ou aux chiens !
Les Gilets Jaunes qui demandent le Graal capitaliste « Pouvoir d’achat » sont là, identiques aux Hippies qui s’envoyaient en l’R à coups de LSD confondant plaisir et extase (au sens spirituel de Libération), car plaisir et souffrance sont des créations mentales, comme l’explique Ramana Maharshi à l’entretien 203. À l’entretien 244 il dit que le plaisir consiste à tourner un mental vers l’intérieur et l’y maintenir ; la souffrance, à le tourner vers l’extérieur. Seul le plaisir existe [il est nôtre état naturel]. L’absence de plaisir est appelée souffrance. « Notre nature est plaisir : Félicité [ananda] ».
LSD, Mescaline et autres drogues hallucinogènes sont une forte preuve DE L’ÂGE D’OR OU PAN TOUJOURS PRÉSENT, LE GRAND TEMPS ; tout comme les expériences pathologiques comme la schizophrénie, ou simplement nos fantasmes de salariés…

Le « for quicks » (se défoncer) fait la partie de cette société de consommation, de cet American way of life qui veut diriger et digérer le monde entier, et qui aboutit également à l'uniformité psychologique et à l'étouffement du mental. L’américanisme ou démocratie cherche à résoudre les tensions et antagonismes du corps social, mais en réduisant l’être humain à sa seule dimension psychologique et physique.
L'américanisme unifie le pathos de classe dans le culte généralisé de la technique et l'identification des besoins de consommation imposée par la technique publicitaire, médiatique et de l’entertainment, mais il abandonne les choses du spirituel au dévergondage religieux des sectes et des Évangélistes et autres business du « Soyez vous même ».
« Le communisme, au contraire, parce que centré sur une conception bien définie de l'homme, si fausse qu'elle soit, tend à substituer aux classes, lesquelles se définissent par des critères économiques, une autre classification selon les critères d'une pseudo-spiritualité qui engendre des pseudo-castes : celles des paysans, des ouvriers, des fonctionnaires, des politiques. Castes ouvertes, en principe, n'étant pas légitimées par la naissance, mais d'autant plus réelles qu'elles se définissent par un certain degré d'accès aux mystères dogmatiques d'une pseudo-spiritualité », écrit Jean Coulonval.

Le mouvement Hippie est un peu en correspondance avec les Gnostiques des premiers siècles de nôtre ère.
À savoir l’interrogation des Hippies, mais aucunempent des Gilets Jaunes :
- Quel est l’ultime Principe Originel Universel qui anime l’Univers et crée des formes de vie ?
- Et qu’est-ce que la vie ? Quand commence-t-elle et où va-t-elle ?
- Qu’est-ce qu’un être humain, son origine s’il en a une, sa destinée ?
- Le principal : « QUI SUIS-JE ? », fondement de la spiritualité de Ramana Maharshi, donc quelle est ma « place » dans le cosmos, puisque j’y suis intégré ?

Ou sous une forme gnostique de destinées humaine (Théodote 78) :
- Qui étions-nous ?
- Que sommes-nous devenus ?
- Où étions-nous ?
- Où avons-nous été jetés ?
- Vers où nous hâtons-nous ?
- D’où sommes-nous rachetés ?
- Qu’est-ce que la génération et la régénération ?
(Naître en ce bas monde de la génération ou samsara conduit nécessairement à la mort, à moins que ne se soit régénéré…. par l’agent de Libération nommé gnose, associé au bain baptismal).

Parce que vraiment, le politisme actuel qui infeste absolument tout a contaminé les Gilets Jaunes encore au stade du « suintement » hors saison…

Les Chrétiens « croyaient », CE QUI LES A PERDUS par un « acte de foi ». Seul le Sachant est Libéré connaissant son état naturel : CELUI DE CHRIST. Alors il n’a pas à croire ou pas !
CHRIST = OINT : frotté d’huile, comme l’étaient les initiés. Oint ou purifié.

CHRESTOS (gr.). La forme primitive gnostique pour Christ. Elle était utilisée au cinquième siècle avant J.C. par Eschyle, Hérodote et autres. Les Manteumata pythochresta, ou les "oracles rendus par un dieu pythique" grâce à une pythonisse sont mentionnés par le premier (Choeph. 901). Chrésterion n'est pas seulement "le siège d'un oracle", mais une offrande à un oracle ou préparée pour lui. Chréstés est celui qui explique les oracles, "un prophète et un devin", et Chrésterios, celui qui sert un oracle ou un dieu. Le plus ancien écrivain chrétien, Justin Martyr, dans sa première Apologie appelle ses coreligionnaires Chréstiens. "Ce n'est que par ignorance", écrit Lactance (livre IV, chap. VII), "que les hommes s'appellent Christiens (ou Chréstiens) au lieu de Chréstiens". Les termes Christ et Christiens écrits, à l'origine, Chrést et Chréstiens, ont été empruntés au vocabulaire en usage dans les Temples des Païens. Chréstos, dans ce vocabulaire, désignait un disciple en probation, un candidat hiérophante. Lorsqu'il en avait atteint la stature par l'initiation, de longues épreuves et la souffrance, et qu'il avait été "oint" (c'est-à-dire, "frotté d'huile", comme l'étaient les Initiés et mêmes les idoles des dieux, en tant que dernière touche de l'observance rituelle), son nom était changé en Christos, le "Purifié", en langage ésotérique ou langage des mystères. A dire vrai, en symbolique mystique, Christés, ou Christos, signifiait que la "Voie" (le Sentier, le TAO) était déjà foulée et le but atteint, quand les fruits du dur labeur, unissant l'éphémère personnalité d'argile à l'indestructible individualité, la transformait par là en un immortel EGO. "A la fin de la Voie se trouve le Chréstés, le Purificateur, et une fois l'union accomplie, le Chrestos, l' "homme de douleur" devenait Christos lui-même. Paul, l'Initié, le savait, et c'est exactement ce qu'il voulait dire, quand on lui fait dire dans une mauvaise traduction : "Je suis en gésine de nouveau jusqu'à ce que Christ soit formé en vous" (Galat. IV 19), dont le sens juste est... "jusqu'à ce que vous formiez le Christos en vous". Mais le profane qui savait seulement que Chréstos était en quelque sorte lié au prêtre et au prophète, et ne savait rien du sens caché de Christos, insistait, comme Lactance et Justin Martyr, pour être appelé Chréstien au lieu de Christien. Tout individu bon peut donc trouver Christ en son "homme intérieur" comme l'exprime Paul (Ephés. Juif, Musulman, Hindou, ou Christien. Kenneth Mackenzie semblait croire que le mot Chréstos était synonyme de Soter, "appellation réservée aux divinités, aux grands rois et aux héros", voulant dire "Sauveur", – et il voyait juste. Car, ainsi qu'il l'ajoute : "Cela fut appliqué d'une manière redondante à Jésus-Christ, dont le nom Jésus ou Joshua a la même interprétation. En fait, le nom Jésus est plutôt un titre honorifique qu'un nom – le nom véritable du Sauveur du Christianisme étant Emmanuel ou Dieu avec nous (Matthieu, I, 23.)... De grandes divinités parmi toutes les nations, que l'on représente comme expiatoires ou auto-sacrificatoires, ont été désignées par le même titre" (Royal Masonic Cyclopoedia). L'Asclepios (ou Esculape) des Grecs avait le titre de Soter.
(D’après l’article CHRESTOS, Glossaire Théosophique, de H.P. Blavatsky)

LA DRAME MONDIAL ACTUEL CONCERNE L’AMOUR OU GRATUITÉ : ÊTRE AIMÉ POUR SOI ET SANS CONDITION : « Le Royaume de Dieu est en vous », c’est valable pour tout le monde.
Chnouphis, Ptah ou un « Dieu bon » rejoint l’angisme ou l’IMAGINAL de Henry Corbin : la réalité ontologique des images au cœur de la théorie de la Connaissance : la contemplation, la non-raison ou MÉTA-RAISON PRATIQUE développée par un Nasreddin Hodja. Un tout autre moyen de Connaissance et de réalité supérieur à celle de l’objet connu et de mercantilisme, qui va « trancher » sans sentiment entre ce monde de la Vraie Lumière des FIDÈLES D’AMOUR et celui des falsificateurs des « lumières » et de leurs LED agressives plongeant paradoxalement dans les ténèbres d’ici-bas !

En un sens et avec les Gnostiques, puis les Hippies, puis les Gilets Jaunes quand ils deviendront moins « pouvoir d’achat », nous sommes tous LE TEMPLE RECONSTRUIT ou LE PAYS DU RIEN DU TOUT ; les Hébreux-Juifs ne sont pas les seuls réparateurs, ils ne sont pas la seule « milice chevaleresque templière »….
NOUS SOMMES TOUS CHRIST-JÉSUS OU AINSITÉ PARCE QUE NOUS SOMMES TOUS RÉPUBLIQUE EN SON VRAI SENS, ET NON EN SON SENS ACTUEL DE CAPITALISME ET D’HISTORICISME.
Parce que 2000 ans de Christianisme en historicisme incarnationnelle et senti-ment et morale, ÇA SUFFIT !!!
Parce que 2000 ans de Christianisme en BIG BROTHER ET MA-TU-VU ET EN POUR-VOIR ET DEHORS LES MYSTÈRES ET LE MERVEILLEUX, ÇA SUFFIT !

Le Christianisme a fait passer, du moins pendant quasiment deux millénaires seulement, du monde païen au monde chrétien (en Occident).

Le fameux Amour des Chrétiens était déjà présent dans les Prières d’un affligé à Ptah, Dieu bon par essence et lointain prototype du Christ-Jésus : stèle du British Museum n°589 du catalogue : Ptah est représenté assis dans une chapelle. Devant Lui, une table d’offrande. Au-dessus de Lui, quatre oreilles signifiant qu’Il est un Dieu capable d’écoute. Bref, l’aveugle Noferabou attribue d’être aveugle à une faute et implore la miséricorde de son Dieu.
- Au Recto : les traditionnelles canoniques introductions et louanges au Dieu.
- Au Verso :
Commencement de la proclamation [formule d’introduction inhabituelle] de la puissance de Ptah qui-est-au-sud-de-son-mur ; par le serviteur dans la Place de Vérité, à l’Ouest de Thèbes, Noferabou, justifié. Il dit :
Je suis un homme qui a juré faussement
par Ptah, Seigneur de Vérité.
Il m’a fait voir l’obscurité en (plein) jour.
Aussi je proclamerai sa puissance
à celui qui ne le connaît pas et à celui qui le connaît,
aux petits et aux grands.
« Prenez garde à Ptah, Seigneur de Vérité !
Voyez, il ne laisse de côté la faute de personne.
Redoutez de prononcer à tort le nom de Ptah !
Voyez, il est détruit »

Il m’a fait devenir semblable aux animaux de la rue
et j’étais dans sa main.
Il m’a donné en spectacle aux hommes et aux Dieux.
J’étais comme (?) un homme
Qui aurait fait une chose abominable à son maître.

Juste est Ptah, Seigneur de Vérité, envers moi !
Il m’a donné une leçon.
Sois miséricordieux pour moi
et j’aurais vu ta miséricorde !

Par le serviteur dans la Place-de-Vérité à l’Ouest de Thèbes, Noferabou, justifié par le Dieu Grand.
(Traduction par André Barucq et François Daumas, dans : Hymnes et Prière de l’Égypte ancienne).

Je dis que Ptah est LA religion du peuple par rapport à la religion d’État officielle du temps de Pharaon. Si les prières cités ci-dessus peuvent renvoyer un aspect redoutable de Ptah puisque rendant aveugle Noferabou, Il est avant tout un Dieu bien aimé des humains, ce qui ne Lui enlève pas son caractère de transcendance. S’Il est redouté Il est révéré. Plusieurs textes qui nous sont parvenus comme des louanges ou des supplications attentent qu’Il avait capté la bienveillance des « petites gens », des « losers », des Gilets Jaunes.... C’est un Dieu très bon, punissant la transgression bien-sûr, mais sachant se montrer miséricordieux.

Je dis quand les États et leurs représentants qui luttent contre « la haine » auront prit conscience que ce sont eux uniquement les pourvoyeurs de haine et de guerres, alors ils comprendront leur douleur et leur utilité disparaîtra d’elle-même et enfin, la Vraie Paix s’installera. Car c’est la chefferie qui tue. Quand deux chefs sont en harmonie mentale, pas que querelles ni d’inimitié entre eux. Pas de place pour la haine entre eux. Ils ne sont pas ivres de puissance. Mais dès qu’un seul chef veut triompher, genre mini-mondialisme, alors ont fabrique et on sort ses armes de guerre et sa haine. Et le chef winner doit tuer le chef loser et faire tout disparaître de ceux qui sont dépendants du loser. C’est l’ambition la pourvoyeuse de haine et macron est un ambitieux de classe capitaliste avec ses « Dieux » terreurs et tremblements (dont crever des yeux et rendre, presque, comme le pauvre Noferabou cité plus haut).


Note.
1. CHNOUPHIS/KHNOUM : « Oh Divin Chnouphis sur ton TOUR de potier, tu donnes vie à l’Argile [ADN] ». Le Potier des Formes, le Logo manifesté, le mâle phallique qui féconde la Nature.
Chnouphis/Khnoum est :
1) le Potentiel
2) l’Ouvrier/Potier avec SES 2 MAINS ((Ptah dans ce contexte).


Oui, oui, exemple flagrant de ce que Jean Coulonval dénonçait en dernière page de son livre : Synthèse et Temps Nouveaux : « Toutes les propagandes vous entretiennent que ces deux pouvoirs [le politique et l’économique : la connaissance de la matière et des techniques et possibilités pratique de leur mise en œuvre pour le bien de TOUS] en sont un seul. Les puissances occultes qui mènent le monde entretiennent en vous cette illusion qui est nécessaire à l’exercice de leur pouvoir. La démocratie vous confère le pseudo-devoir de posséder votre petite vérité personnelle, en toute propriété, en contradiction avec le fait que la Vérité est ou n’est pas, qu’elle ne peut être un objet de possession, qu’elle ne trouve donc pas ses critères dans des résultats électoraux. Par contre, on vous refuse la démocratie là où elle serait légitime, dans le domaine quantitatif de l’économie où serait nécessaire un modus vivendi décidé par les bulletins de vote.
Le principe démocratique est appliqué là où il n’a rien à faire. IL N’EST PAS LÀ OÙ IL DEVRAIT ÊTRE. Aucune solution n’est possible sans la distinction juridique et incarnée dans les structures sociales de la distinction ontologique de ces deux pouvoirs. On vous les présente comme s’ils en constituaient un seul, sous la domination de « pouvoir temporel » [ou LAÏCITÉ], par opposition au « pouvoir religieux ». L’histoire passé a établi la distinction du spirituel et du temporel, du pouvoir religieux et du pouvoir politique. En réalité, il n’y a pas deux, mais trois pouvoirs. Le « Trois », seul, fait la synthèse et la Paix. Le « Deux » établit nécessairement la dualité et les conflits. La « Trinité », c’est la Pais, en chaque individu, entre individus et entre nations. Le « Deux », c’est la guerre ».
En tous cas, par cette initiative dans la vidéo, même si c’est une goutte d’eau, ne pas oublier QUE L’OCÉAN EST AUSSI CETTE GOUTTE D’EAU, ce que peuvent facilement oublier les banquiers, Juifs ou non et leurs industries… Le « Rendez la planche à billets » n’est évidemment pas la solution….
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 27-03-2019 02:45

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >