Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Temps Universel, Temps profane
Temps Universel, Temps profane Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 30-03-2019 00:17

Pages vues : 522    

Favoris : 66

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Apocalypse, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chimère, Christ, Confort, Contrat, Corps, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Étoile, Gnostiques, Gratuit, Histoire, Humain, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Jardin, Juif, Klan, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pierre, Plume, Porte, Ptah, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Sophisme, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Viol, washingtonisme, Yokaï

 
eau_logo_st11je_je.jpg
 
 
Temps Universel, Temps profane
« Royaume des Cieux est en vous »
contre
« Royaume de Dieu (des Juifs) sur Terre »,
ce « Royaume » du Salut qui n’est jamais
achevé sur Terre et de ce fait permet un
féroce commerce jusqu’au capitalisme actuel.
C’est le royaume de l’historicisme et de l’opinion,
LE MONDE DES ACCIDENTS ET DE LEURS CONTRAIRES LES RÉPARATEURS.
 
 
Le mythe du Salut ou Rédemption est STRICTEMENT MORAL, UTILITAIRE. De là vient que ce salut n’est évidemment jamais achevé et qu’il puisse produire l’évolutionnisme. L’opinion de salut DIVISE CAR D’ORDRE MORAL ENTRE BIEN-MAL, et ça fabrique un monde mauvais pas nature qu'il faudra réparer : la Nature est mauvaise, les humains sont mauvais, la matière est mauvaise….. Il faut tout RÉPARER, TOUT RECONSTRUIRE À LA PLACE DE DIEU.
SALUT = LIN(B)ÉRAL, LIN(B)ÉRALISME ET DIVISION DUALITÉ WINNER-LOSER.
 
Le salut ou salutaire consiste alors à se délivrer de la matière, de nos jours de libéralisme et de ”démocratie” si le salut c’est l’argent, puisque c'est Jacques Attali qui l'écrit, la matière est singulièrement augmentée comme l’homme augmenté du rêve transhumaniste.
Pourquoi le salut ? Par nostalgie de l’état en Eau Primordiale.
Mais le salut oublie totalement l’INSTANT puisqu’il lorgne vers sa « fin des temps » !!!

Le salut consiste à retrouver son état de Vraie Nature, de CHRIST. Le Christianisme étant dans la mouvance judaïque de l’abrahamisme, il ne peut pas tendre vers le mysticisme, car il fait dans l’historicisme : une « fin plus haut » comme si son état était ORIGINELLEMENT RÂTÉ ! Ainsi il « court » vers une « fin des temps » genre DORG (Demain On Rase Gratis) ou des lendemains qui chantent.

Le salut et sa temporalité est un dogme, un concept lié au temps qui coule lui-même concept du mental (R. Maharshi, entretien 462).
Pas de « fin des temps » ou salut : « Qu’y a-t-il à atteindre ? On ne peut atteindre que quelque chose qui n’est pas encore atteint. Mais ici, l’Être propre à chacun est CELA [le Sans Pourquoi comme la Rose EST] », dit le Maharshi à l’entretien 601. Il dit dans ce même entretien : « Le temps postule un état, la connaissance qu’on en a et les changements qui l’affectent. L’intervalle entre deux états [donc un espace] est appelé « temps ». Un état ne peut naître que si le mental crée son existence ; le mental à son tour, repose dans le Soi. Quand on ne se sert pas du mental, il n’y a pas de concept de « temps ». Le temps et l’espace sont dans le mental, mais l’état véritable de chacun se trouve au-delà du mental [AU-DELÀ DU MENTAL : CATÉCHISME OCCULTE, voir ci-dessous]. La question de temps ne se pose pas pour celui qui est établi dans sa Vraie Nature ».
De même à l’entretien 625 : comme NOUS sommes CELA, nous n’avons pas besoin de salut ou rédemption : « Les idées d’intérieur et d’extérieur n’existent que tant que vous n’acceptez pas votre réelle identité » (rejoint nécessairement dans l’Absolu l’Eau Primordiale, le TAO].

LE CONCEPT DE LA MORALE DU SALUT REJOINT LA LOI (voir celle du moïsisme ou judaïsme). Or comme le dit le Maharshi : toutes choses SONT, pourquoi un loi comme s’il y avait un problème ou une raté quelque part ? Mazu Daoyi (709-788) l’exprime bien : « Toutes choses sont parfaites [elles sont CELA], rien ne manque. Utilise-les spontanément, à quoi bon chercher à l’extérieur [et inventer le temps] » ; et comme il n’y a pas de loi au dehors, il n’y en a pas non plus qui puisse être obtenue au dedans de vous-même !

Mazu dit : pas de loi, donc être en harmonie avec l’Ange-Stargate, L'AILLEURS : focale permettant une Liberté absolue vers les au-delà toujours et à jamais à découvrir, ce que j’appelle « Sainte Chimère », mais pas dans l’aspect perdition, dans l’aspect tout est dans Tout, et rien n’est dans Rien. L’Ange ou Focal jamais n’immobilise dans le défini ou l’identification, la constante, le dogme ou confort qui rassure, qui évite PANique (SUR-prise). C’est d’ailleurs le même contraste qu’entre l’opinion d’incarnation (historicisme en forme de « fait unique » ou moïsisme judaïque, ou shoahtique) et l’opinion des théophanies (sens d’éclairer et événements de l’âme mais à jamais inépuisables).

Toutes lois fixent, dogmatisent, et ça donne le chaos actuel qui est comme jamais amplifié en seulement 250 ans par rapport aux derniers 10.000 ans du Néolithique. Idem pour la pollution…
On a bien un double péril :
- L’impasse ou cul de sac : peut-être un Dieu, un concept, un dogme. « L’investiture inconditionnelle » (absolu, fixisme) qui ne peut que diviser : pièges des fixations ou idolâtries métaphysiques.
- Une méconnaissance de l’au-delà ou de la Stargate-Ange, qui sépare icelui de l’objet d’Amour (Énergie libre) par toute une quincaillerie spatio-temporel genre ascétisme, à des refus et des violences.

« L’investiture mouvante » (de « paysage », de pèlerin ou voyageur)j, un « Paysage cosmogonique » qui est très présent dans le YOGA VASISTHA. Dans le YV VIa 98, 5 : « Lors de la grande dissolution et au commencement de la création, le monde est non surgi [pour cela IL EST]. Si je t’ai dit qu’il existait au commencement (au même titre que l’Esprit assumant au commencement la forme de Brahma), c’est seulement aux fins de t’éveiller ». Pas de création mais seulement OUVERTURE. « Sache, ô Rama, que l’univers tout entier n’est que le RÉSEAU DE L’IMAGINATION [c’est moi qui souligne, et du pain béni pour les matérialistes transhumanistes…] et que les jeux du mental ne sont, à la vérité, qu’imagination. Aussi abandonne complètement toute imagination, et, prenant appui sur l’état exempt de construction mentale, obtiens à coup sûr la paix profonde » (YV III 101, 39)
IMPORTANT : il y a donc à distinguer imaginaire (la psyché : conscience conceptualisante qui sert le freudisme et l’inconscient collectif de C.G. Jung) ; et l’imaginal, terme d’Henry Corbin, qui se présente comme le domaine déployé par une imagination subtile en dehors du spatio-temporel et qui est au-delà du seul mental et qui se rapproche du Thème en vogue de l’APRÈS-VIE et de la TCI (Trans-Communication Instrumentale).
Voir la page : Le Trou du Trouvère Imagination et le terme Bhâvanâ.

À cette fin je remet ce qui se rapproche de l’Ange-Stargate du catéchisme occulte, déjà décrit sur le site et que je remet ici en refrain :
« Catéchisme occulte » :
Page d’archive préhistorique.
Un manuscrit archaïque - assemblage de feuilles de palmier rendues, par quelque procédé inconnu, inaltérables à l’eau, au feu et à l’air - se trouve sous les yeux de l’auteur. Sur la premier page l’on voit un disque blanc immaculé, sur fond noir.
Sur la suivante, il y a un disque semblable, avec un point au centre. L’étudiant sait que le premier représente le Cosmos dans l’Éternité, avant le réveil de l’Énergie encore assoupie, émanation de l’Univers en des systèmes postérieurs. Le point dans le cercle jusqu’alors immaculé, l’Espace et l’Éternité en “repos“, indique l’aurore de la différenciation. C’est le Point dans l’Œuf du Monde, le Germe qu’il contient deviendra l’Univers, le Tout, le Cosmos illimité et périodique, ce Germe étant périodiquement et tour à tour latent et actif.
Le cercle unique est l’Unité divine, dont tout procède, où tout retourne : sa circonférence, symbole forcément limité de par les limites de l’esprit humain, indique le PRÉSENCE abstraite, à jamais inconnaissable, et son plan, l’Âme Universelle, bien que les deux ne fassent qu’un. La surface du disque est blanche et le fond est noir : cela montre clairement que ce plan est la seule connaissance qui soit accessible à l’homme. (D’après La Doctrine Secrète, H.P. Blavatsky, vol.1, début de la Préface).

ANGE = UNIO MYSTICA ou UNIO SYMPATHICA : l’être humain se rend « capable de Dieu », par Sympathie, comme la Rose EST (Sans Pourquoi). Sympathie contenu dans la clé de Ramana Maharshi : « Qui suis-je ? », à savoir la relation de l’humain à « son » Dieu, soit Lui-même ou sa Vraie Nature, son ‘Je’ avec le J majuscule par rapport au ‘je’ minuscule l’ego.

Ici je dis qu’il y a totale incompatibilité entre le moindre mystique et le Judaïsme purement matérialiste, bien que ses « prêtres » ou « peuple élu » semblent militer pour la cause divine EN CE MONDE, terrible ambiguïté qui va déboucher sur le capitalisme installé depuis près de 5000 ans.

Dans la Stargate-Ange on peut diviser en deux courants :
- Celui des matérialistes qui veulent « construire le temple », comme cette judéo-maçonnerie née à Londres en 1717 et singeant les Compagnons du Moyen-Âge constructeurs de cathédrales.

- Celui du mystique recherchant une union extatique avec le Soi, que son niveau de connaissance de sa Vraie Nature lui permet de faire coïncider. Ce courant est évidemment plus individuel, mais ne le devrait pas par rapport au courant des « templistes ». Car tous « volent de l’un vers l’unique » (pour faire référence à Plotin). Mystique ou occultiste selon l’imagination créatrice dans le soufisme d’Ibn’Arabi, peut développer cette Stargate-Ange, les élémentaux (ou Yokaï au Japon) ces esprits de la Nature et autres habitants des mondes invisibles à la lourdeur matérielle. Ceci pour le sous-courant d’Ibn-Arabi. Dans le sous-courant de Rûmî, nous avons à faire à la méthode mystique où il n’y a pas ou peu d’invocation d’Ange ou de « procédure » Stargate-Ange, donc moins d’imagination créatrice et d’appel « d’Êtres supérieurs ».

Ces deux courants mène au Soi-Instant ; certains êtres humains seront attirés par le premier ou le second courant. L’un s’oriente d’avantage vers le service « aux autres », quand l’autre s’oriente davantage vers la concentration intérieur ou l’Amour. MAIS CETTE DIVISION EN DEUX COURANTS N’EST QU’OPINION ÉGRÉGORIENNE PLUS JUDÉO-MAÇONNIQUE DEPUIS LE 19è SIÈCLE.

Chez les mystiques, il y a aspiration à la Félicité (naturelle) par désintéressement des affaires ici-bas, mais UNIQUEMENT selon certaines opinions, car le mystique continue à cuisiner pour manger, et moult choses de la vie « courante » ou du temps qui coule. S’il mange il doit faire caca… Donc ce n’est pas aussi binaire. Et pourquoi l’extase serait sans « situation » de dialogue ? Pourquoi « L’Être divin » le ‘Je’ refuserait tout contact avec le monde ? Ici ça rejoint le SILENCE-COURANT hautement Énergie Libre explicité par Ramana Maharshi en moult entretiens. Silence ou « suressence » comme l’hyper-conscience.

IL N’EST PAS POSSIBLE QUE LE MYSTIQUE PAR SON SEUL SILENCE NE RENDE PAS PLUS SERVICE AUX AUTRES QUE LE « TEMPLISTE » JUDÉO-MAÇONNISÉ ET SON JARGON EN LOGE.
À l’entretien 272 il est justement posé la question du « pourquoi les mystiques ou Grandes-Âmes n’aident-elles pas les autres ? »
 - Maharshi : Comment savez-vous qu’ils n’aident pas ? Les discours publics, les activités physiques et l’aide matérielle sont tous surpassés par le silence des Mathâtmas [les Grandes-Âmes]. Ils accomplissent bien plus que les autres ».

Pas de Chute façon abrahamisme, donc pas de salut : « Réfléchissez à ce qui doit être perdu [et alors son contraire gagné]. Y a t-il quelque chose à perdre ? Ce qui importe vraiment, c’est seulement ce qui est naturel. Car c’est éternel et ne peut faire l’objet d’une expérience [sinon ça tombe dans le temps et l’historicisme]. Ce qui est né doit mourir. Ce qui est acquis doit être perdu. Êtes-vous né ? Vous existez depuis toujours. Le Soi ne peut jamais être perdu [pas de Chute, pas de péché, pas de « Nature mauvaise »] », dit le Maharshi à l’entretient 20.

LE SALUT S’INSCRIT DANS LE TEMPS. Le salut s’inscrit dans la connaissance relative, son contraire étant : damnation, perdition, malheur, etc., et la connaissance et la culture relève du mental et non du Soi comme l’exprime le Maharshi à l’entretien 285 : « Elle est donc illusoire et impermanente. Prenez l’exemple d’un homme de science. Il énonce la théorie que la Terre est ronde en s’efforçant de la prouver par des arguments irréfutables [de nos jours : des « voyages spatiaux » et des « images » dans les médias]. Quand il s’endort, sa belle théorie s’évanouit ; son mental reste vide ; qu’est-ce que cela peut faire que la Terre soit plate ou ronde pendant qu’il dort ? Vous voyez donc la futilité d’une telle connaissance relative.
On devrait dépasser la connaissance relative et demeurer dans le Soi. La connaissance véritable est l’expérience du Soi ET NON SA COMPRÉHENSION PAR LE MENTAL [c’est moi qui souligne] ».

Dans le même entretien à propos du « service aux autres » : « Pensez-vous que prêcher consiste à monter sur une estrade [ou à passer sur Youtube ou à la télé] et à haranguer le public ? Prêcher c’est simplement communiquer la connaissance. Cela peut se faire aussi dans le Silence.
Que pensez-vous d’un homme qui écoute pendant une heure une harangue [ou un homme politique dans un média] et s’en va sans être impressionné au point de changer sa vie. Comparez-le à un autre qui s’assoit dans la présence silencieuse d’un saint [voir la vers la fin du scénario : Le Jardin de Ptah] et s’en va après quelque temps avec une vision de la vie complètement changée. Quelle est la meilleure méthode : prêcher à haute voix sans obtenir aucun résultat ou bien garder le silence en répandant autour de soi un courant de forces spirituelles qui agissent sur les autres ? […] Les mots sont les arrières-petits-fils de la Source originelle. Si les mots peuvent produire un effet, combien plus grande sera alors la prédication par le Silence ! Jugez par vous-même ».

Le contraire SALUTAIRE du « tout connecté » et des « réseaux sociaux ».

SILENCE : « Si vous ne parlez pas, qu’aurons-nous à transmettre, demandent les disciples à leur maître. Celui-ci leur répond : le ciel parle t’il ? »
« La suprême parole est de ne rien dire : LE SILENCE.
Celui qui sait ne parle pas,
celui qui parle ne sait pas.

Bloque ton ouverture,
ferme ta porte,
émousse ton tranchant [ceci pour les Gilets Jeunes],
dénoue tout écheveau,
fusionne toutes lumières,
unifie toutes poussières,
c’est là l’identité suprême.

Tu ne peux approcher du Tao
non plus que t’en éloigner ;
lui porter bénéfice
non plus que préjudice ;
lui conférer honneur
non plus que déshonneur.
C’est pourquoi il est en si haute estime dans le monde.
(Verset 56 : 5+6=11, du Tao-tö-king, de Lao-tseu, traduction de Liou Kia-hway. 11 nombre de la totalité, donc du TAO, de la STARGATE).
 
 

Dernière mise à jour : 30-03-2019 01:31

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >