Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Ni dans le Tout, ni dans le Rien
Ni dans le Tout, ni dans le Rien Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 26-04-2019 00:23

Pages vues : 330    

Favoris : 51

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Apocalypse, Apparence, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chimère, Christ, Confort, Contrat, Corps, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Étoile, Gnostiques, Gratuit, Héros, Histoire, Humain, Idolâtrie, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Jardin, Juif, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pierre, Plume, Porte, Ptah, Race, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Sophisme, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Tore, Vérité, Vide, Vieux, Viol, washingtonisme, Yokaï

 
quatre_forces_uni_tr.jpg
 
 
Ni dans le Tout, ni dans le Rien
Ni local, ni non local.
Variation du Rien dans le Tout et tout dans le Rien.
Neti, Neti (ni ceci, ni cela, méthode
d’élimination exhaustive de l’illusion).

TAUTOLOGIE ET AMOUR ou A-MOR = NON SÉPARATION GRÂCE À SHIVA (l’Instant)
 
 
Telle est la Stargate-Amour (Gate gate pâragate) :
Le Bienheureux ne laisse pas voir ses marques d’excellences : « Car, Subhûti, si le Tathâgata [celui de la voie de l’Ainsité, le Libéré vivant] pouvait être vu dans ses marques d’excellence, tout monarque universel serait à son tour un Tathâgata. Voilà donc pourquoi le Tathâgata ne peut être vu dans ses marques d’excellence » (Soûtra du Diamant, V). Comme le Vrai cesse d’être vrai dès qu’il est vu.
 
Neti, Neti  : « Maintenant, vous identifiez à tort le Soi avec le corps, les sens, etc. Puis vous procédez à leur rejet et cela est neti. Mais vous ne pouvez le faire qu’en vous attachant fermement à ce qui ne peut être rejeté. Et cela est iti seul [iti veut dire : ainsi (désignant ici le Soi)] ». (Ramana Maharshi, entretien 366, du 20 février 1937).

AMOUR = NON SÉPARATION
HAINE, SOUFFRANCE, COLÈRE, OPINION (aversion) = SÉPARATION.

Quand il y a séparation il y a LOCALISATION, COAGULATION (sens du corps ou incarnation).
« Le corps est une projection mentale ; le mental est l’ego et l’égo s’élève du Soi. Par conséquent, la pensée du corps détourne l’attention et éloigne du Soi. De qui est-ce le corps ou la naissance ? Ils ne relèvent pas du Soi, l’Esprit. Ils relèvent du non-Soi qui s’imagine séparé. Aussi longtemps que durera le sens de la séparation, il y aura les pensées qui tourmentent. Quand la source originelle est retrouvée et qu’un terme est mis au sens de la séparation, il y a la paix.
Considérez ce qui arrive quand un caillou est jeté en l’air. Il quitte son point d’origine, est projeté vers le haut, puis retombe en restant en mouvement jusqu’à ce qu’il ait rejoint son point d’origine où il est en repose. De même, les eaux de l’océan s’évaporent, forment des nuages qui sont poussés par le vent, puis se condensent encore en eau qui retombe en pluie sur les montagnes pour ensuite dévaler les pentes formant des torrents et des rivières jusqu’à ce qu’elles atteignent leur source originelle, l’océan, leur lieu de paix. Vous voyez donc que chaque fois qu’il y a un sentiment de séparation, il y a de l’agitation et du mouvement jusqu’à ce que le sens de la séparation ait disparu. Il en va de même pour vous. Maintenant que vous vous identifiez avec le corps, vous pensez que vous êtes séparé de l’Esprit, le vrai Soi. Il faut que vous regagniez votre source pour que cette fausse identité cesse et alors vous serez heureux », dit Ramana Maharshi à l’entretien 396 du 12 avril 1937.

Quand quelqu’un parle de « vision », il y a nécessairement dualité du sujet qui voit l’objet de la vision. La vision duelle s’inscrivant dans le temps, l’apparition implique une disparition. Tout ce qui apparaît nouvellement doit aussi disparaître. Une vision ne peut jamais être éternelle, pour faire référence à l’entretien 450 de Ramana Maharshi, qui parle indirectement de Fidèle d’Amour : « La vision de Shiva, visible à l’œil, implique l’existence des yeux pour voir ; derrière la vue se trouve la buddhi (l’intellect) et derrière les deux se trouve celui qui voit et qui a la Conscience pour base. Cette vision n’est pas aussi réel qu’on se l’imagine, car elle n’est pas intime [ne fusionne pas], inhérent à l’être. Il n’est pas une donnée de première main. Il est le résultat de plusieurs aspects successifs que prend la Connaissance. Mais tandis que ces aspects varient, la Conscience, elle, ne varie pas. Elle est éternelle. Elle est Shiva. Elle est le Soi.
La vision implique celui qui voit. Ce dernier ne peut nier l’existence du Soi. Il n’y a aucun Instant où le Soi, en tant que Conscience, n’existe pas. De même, celui qui voit ne peut être séparé de la Conscience. Cette Conscience est l’Être éternel et le seul Être qui soit [le UN]. Celui qui voit ne peut se voir lui-même (1). Nie-t-il son existence parce qu’il ne peut pas se voir avec ses propres yeux comme dans la vision [de Shiva] ?
Non ! Donc la vision ne signifie pas voir, mais ÊTRE.
ÊTRE, c’est réaliser : « Je suis ce JE SUIS ». « JE SUIS » est Shiva. Rien ne peut exister sans Lui. Tout a son existence en Shiva et par Shiva.
Ainsi, cherchez : « Qui suis-je ? » Plongez profondément en vous et demeurez le Soi. C’est Shiva en tant qu’ÊTRE. N’espérez pas avoir de Lui des visions répétées. Qu’elle est la différence entre les objets que vous voyez et Shiva ? Il est les deux, le sujet et l’objet. Vous ne pouvez pas être sans Shiva. Shiva est toujours réalisé ICI ET MAINTENANT. Si vous pensez que vous ne l’avez pas réalisé, vous avez tort. C’est là l’obstacle qui empêche de réaliser Shiva. Abandonnez cette pensée aussi et vous parviendrez à la Réalisation [Libération] ».

Tant qu’il y a séparation entre le moyen et la fin il y a monde des accidents. Mais qui est l’investigateur ? C’est l’étudiant ou aspirant, et non l’Être accompli. « L’investigation indique que l’investigateur se considère comme séparé de l’investigation [alors que Tout est dans Tout]. Tant que cette dualité persiste, l’investigation doit être poursuivie jusqu’à ce que l’individualité ait disparu et que le Soi ait été réalisé comme l’Être éternel (incluant l’investigation et l’investigateur).
La vérité est que le Soi est Conscience constante et ininterrompue. Le but de l’investigation est de découvrir que la Vraie Nature du Soi est pure Conscience. La pratique de l’investigation doit être poursuivie tant que le sens de la séparation persiste [tant qu’il n’y a pas Fidèle d’Amour].
Une fois la Réalisation accomplie, l’investigation n’est plus nécessaire. La question ne se posera même pas. La Conscience penserait-elle à poser la question de savoir qui est conscient ? La Conscience demeure pure et simple.
L’investigateur est conscient de sa propre individualité. L’investigation ne s’oppose pas à la conscience individuelle de l’investigateur ; le travail extérieur n’est pas un obstacle non plus à une telle conscience. Si le travail, en apparence extérieur, n’est pas un obstacle à la conscience individuelle, comment le travail dont on est conscient qu’il n’est pas séparé du Soi peut-il faire obstacle à la conscience interrompue du Soi, qui est Un sans second, et qui n’est pas un individu séparé du travail ? », dit Ramana Maharshi à l’entretien 454, du 10 février 1938.

AMANT = DEVISE OU MANTRA ALCHIMIQUE : « Aller vers l’obscur et l’inconnu par ce qui est plus Obscur et Inconnu encore », correspondant au : « Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil est ainsi » (Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ), dit le Soûtra du Cœur de la Connaissance transcendante.
Car l’être humain rattache toujours un effet à une cause ; et puisque la cause elle-même doit se transformer en effet qui doit avoir un cause, ça forme une chaine sans fin comme actuellement : en rattachant une cause à un effet, l’humain est obligé de penser. Finalement, il est conduit à découvrir qui il EST lui-même.
MANTRA DE LA VACUITÉ UNIVERSELLE, y compris la sagesse et le Fruit de l’Éveil. Correspond au Secret de la Fleur d’Or : « Un mental [ou esprit] vide qui ne pense pas à sa vacuité, voilà ce qu’on appel la véritable Vacuité ». (C’est-à-dire que prendre une sensation ou une expérience de « vacuité » pour de la vacuité est une grande erreur).

Avec ici en France « la séparation de l’Église et de l’État » il y a de sérieux problèmes avec la religion des Mahométans qui eux, ne séparent pas ainsi le spirituel du temporel, bien que leur religion soit aussi une opinion, COMME L’ÉGLISE DE ROME. Le problème vient de la SÉPARATION, comme le pratique certains mahométans en divisant entre « croyants » (eux) et « incroyants », singeant par là la même division opéré par le judaïsme qui divise également entre eux : le peuple élu ou les « réparateurs », et les goys, ceux qui sont à réparer. Cette division violente et guerrière entre croyants et incroyants n’est plus possible vu que maintenant nous sommes sur le SENTIER DES SACHANTS. Et plus il y en aura, plus les mots croyant et incroyant n’auront plus aucun sens ; c’est d’ailleurs aussi lié à l’argent (crédit-crédo et parce que l’ancien nom des banquiers était : « Marchands de confiance »).

La séparation, y compris de laïcité, n’est plus possible comme l’explique le Maharshi à l’entretien 649 : « Vous pensez maintenant que vous êtes un individu, qu’il y a l’Univers et que Dieu est au-delà du Cosmos. À la base de tout cela, il y a l’idée de la séparation. Cette idée doit disparaître. Car Dieu n’est pas séparé de vous, ni du Cosmos ». Bref, Dieu ou Soi c’est l’Instant, le Ici et Maintenant mais non locale puisque non-corps.
Le Maharshi dit encore que le Soi est le Tout qui est toujours réalisé. « La Connaissance est la disparition des obstacles qui empêchent la révélation de la Vérité éternelle, c’est-à-dire que le Soi est identique à l’Absolu ». Séparation = ce monde des accidents constituant l’idée d’un individu séparé ou laïcisé ; d’où ce problème maintenant plus que millénaire de ces religions abrahamistes dites « révélées », et qui foutent le chaos partout, au même titre que la laïcité en France du régime républicain et capitaliste. Avec leur protestantisme, les Anglo-Américains n’ont pas ce problème, ou il est nettement atténué…

La séparation n’est plus possible, parce qu’il est évident que dans une communauté humaine harmonieuse, aucun dogme ou opinion, par quelque personne ou système qu’elle puisse être enseignée ou soutenue, même dans une institution comme l’école, ne s’impose à l’acceptation des membres de la communauté. Tous les membres de cette communauté humaine ont un droit égale de s’attacher à tel instructeur ou tel courant de pensée (sens de Fidèle d’Amour attaché à cet Instructeur ou Seigneur : l’Aimé), qu’ils peuvent librement choisir, et les membres n’ont pas le droit d’imposer leur choix et opinions à d’autres (dualité guerrière entre croyants-incroyants). De même que l’état actuel où triomphe encore le Crédit-Crédo-Croyance, icelles ne confèrent pas de privilèges et ne sont cause d’aucune infériorité (comme actuellement dans la dualité peuple élu et Goys, ou croyants-incroyants, ou winners-losers). Chaque membre de la communauté humaine devrait soutenir, défendre et respecter ces principes fondamentaux de non-séparation, là où actuellement sévit encore le Crédit-Crédo-Croyance. Cette non-séparation est de l’Amour ; un état de SACHANT (ou de Réalisé), soit TRANSCENDER L’ANTIQUE DILEMME : L’INDIVIDUEL ET LE COLLECTIF. Être un Sachant : en guérissant l’humain c’est toute la Création qui est guérit, et alors parler de « réchauffement climatique » ou de « pollution » n’aura plus aucun sens, car guérir la Création c’est guérir l’être humain… C’est pour cela qu’il ne peut pas y avoir de laïcité, mais en France, en dépassant l’Église de Rome si colonisatrice mortifère, chose encore très difficile et très délicate actuellement sous dictature du sentiment et d’une morale stérile et mal placée.

NON LOCALITÉ, NON SÉPARATION = EFFET CASIMIR.

AMOUR HUMAIN = AMOUR DU SOI, AMOUR MYSTIQUE DE L’INSTANT comme si l’Instant n’était pas encore « arrivé ». Cela peut effectivement passer par l’Ange (Gabriel ou Autres). L’Amant ne cesse de contempler (sens de « être avec le temple ») l’être aimé pour s’unir à lui, et en perpétuer l’Instant en l’Instant ; son amour tend toujours à faire exister quelque chose qui n’est pas encore existant dans l’Aimé, c’est cela l’Effet Casimir, la non-localisation : l’objet aimé est comme quelque chose qui n’est pas encore « instanté » (pas encore manifesté), or l’amour mercantile et matérialiste d’un objet, ou d’un corps mâle ou femelle, EST DÉJÀ DANS CE MONDE DES ACCIDENTS, il ne peut en aucun cas s’appeler « amour ». Ce qui peut uniquement s’appeler Amour est la NON-SÉPARATION ou ATTACHEMENT de l’Amant à une ÊTRE réel, dans lequel vienne à se manifester la réalisation de l’objet aimé qui n’est pas encore « instanté » (ou actualisé, mais ce mot renvoie trop aux « informations » dans leur sens moderne de tyrannie de l'opinion).

AMOUR = SPIRATION et à l’infini conformément à la devise alchimique cité plus haut (malgré le paradoxe de la Réalisation). Cet Amour n’est pas comparable à la Super Carotte si matérialiste de la « fin des temps » et de son DORG (Demain On Rase Gratis).

L’Amour fonctionne comme le SYMBOLE : il ne fige pas, il ne coagule pas, c’est un Mouvement utilisable perpétuellement, comme un Minéral-Métal en fusion (chaudière sens thermodynamique).
Symbole = Attirance : Mouvement du « La chose se découvre, tout en se revoilant. “ Ah ! elle est passé ” » (du conscient, elle est redevenu inconscient !)(1)
Ennemi de l’Amour et du Symbole = le mental, la rationalisation, sens du « Circulez ya plus rien à voir [donc consommez !] ».
Mais, quel est le BON symbole : celui qui est accessible par tous et pour tous ? Ou celui qui est caché et ne révèle sa puissance que pour certaines personnes qui ont la Foi ou l’Amour de le re-trouver, parce qu’il est toujours Ici et Maintenant ? Car l’ANALOGIE si casse-gueule fait aussi partie du Symbole et de l’Amour :
Nature esjouir Nature, ou lien de parenté, rapport entre tel et tel mot. Sympathie entre les mots, ou ils se trouvent dans le même jardin.
Rapport entre 2 ressemblances :
Analogie : plus général
Correspondance : plus particulier
Analogie : langage imagée : ce que nous voyons tous les jours, ce qui est le même bagage pour tous (inconscient pour tous ou collectif).

AMOUR = OUVRIER (et Compagnonnage traditionnel) : l’Ouvrier et son Œuvre étant dans la même Matière, il y a échange entre les deux (ce qui n’est plus le cas en Occident depuis au minimum la guerre de 1914-18 comme l’explique Hyacinthe Dubreuil dans son dernier livre : J’ai fini ma journée).
Le symbole est TOUJOURS VIVANT, car il est voilé et ne laisse jamais percer le sens définitif des choses. Tout comme l’énigme, si elle est résolue, le Moteur est cassé et on tombe dans le « Circulez ya plus rien à voir ! ».

Associer Amour et valeur = mort, coagulation, système…. (Je pense à l’individu qui parle « des valeurs que je porte », comme s’il portait une valise de billets de banques… et qui en fait ne porte qu’une valise d’opinions !).

Le Vrai Amour est, comme le Vrai : il cesse d’être le Vrai Amour dès qu’il est instanté. (La copulation est la possession de l’ego qui veut se « poursuivre » (comme l'opinion, la polémique)… et que ce serait un besoin nommé « instinct »… et ça va se perpétuer jusque chez les insectes et les encore plus petits… [Tout est dans Tout]).
Le Vrai étant la cessation du vrai dès qu’il est vu ou possédé, les Fidèles d’Amour se règle sur ce principe du Vrai : l’Aimé invisible puisque dans la non dualité sujet-objet. Ainsi, LES FIDÈLES D’AMOUR SE RÈGLE SUR L’IGNORANCE, LE SILENCE, LES NON-INFORMATIONS : car le rapport le plus Maât de la conscience au Seul Réel ou Soi, c’est l’ignorance qui est une NON-IGNORANCE (le mot connaissance n’existe que dans la dualité et l’espace-temps).
« Comprendre que l’ignorance n’a jamais eu d’existence est le but de tous les enseignements spirituels. L’ignorance ne peut être perçue que par quelqu’un qui en est conscient » (R. Maharshi, entretien 289).
FIDÈLES D’AMOUR = SILENCE, RENONCEMENT OU PUTRÉFACTION : tous noms-les-formes sont cause de souffrance (R. Maharshi, entretien 363).

De même que la description d’une chose s’épuise dans le nom-la-forme qui est analyse de l’indescriptible « Je suis ce JE SUIS », idem pour le local ou description d’un lieu, qui va s’épuiser dans l’information stérile de son lieu propre : assurant qu’il est ici et non ailleurs mais s’en tenant, se COAGULANT ici, tout comme par exemple une table se limite à l’opinion que la table est une table et pas un chapeau de paille ! COMME L’AMOUR, LE SEUL RÉEL EXISTE MAIS IL N’EST PAS ANALYSABLE ET IMPOSSIBLE À PRÉCISER, À LOCALISER ; ici et maintenant existent certainement, mais OÙ ? J’ai déjà cité l’exemple de la maison d’Ali-Baba. L’AMOUR OU AILLEURS est un repère flou de l’ici, comme l’autre et un repère tout aussi flou du même ! L’UNIVERSEL EST MYOPE COMME UNE TAUPE ou comme vous faites un nœud à votre mouchoir si étranger, si analogie, par rapport à la chose à ne pas oublier, analogie du nœud au mouchoir qui ne garantie absolument pas la retrouvaille…. Ce nœud qui d’ailleurs date du temps où l’humain de Cro-Magnon faisait sa comptabilité sur des entailles, puis plus tard sur des cordelettes style quipu péruvien ou inca.

L’analogie mnémotechnique ne signale rien : et parce qu’elle est autre de ce qu’elle signale, et parce qu’elle peut à tout Instant être perdu de vue. Le ceci et ici se réduisent, ou COAGULENT ONDULANTE (Fixation Cavalante) en ceci et ici, comme une Tautologie : UNIQUE SIGNALE DE LA SINGULARITÉ DONT LA REDONDANCE Y MARQUE L’INSISTANCE DE L’AIMÉ APPELANT L’AMANT, SOIT L’INSISTANCE DU RÉEL QUI DEMANDE « POURQUOI TU N’ES PAS ICI ? ». Affirmer l’expression non-X, revient à affirmer la négation de X, ce qui peut sembler étrange dans l’exemple du Soûtra du Diamant affirmant qu’il n’y a rien à affirmer, donc même pas une négation ! Le Soûtra du Diamant procède ainsi de la Tautologie en Fixation Cavalante concernant la vacuité. Mais si l’on use de l’expression « n’est pas X » (le neti neti), le champ reste ouvert mais dans le monde du spatio-temporel, la formule revenant à dire que les choses ne sont que des concepts, des désignations, des noms-les-formes, qu’elle sont dépourvues d’être ou de Soi : voir en début de page les « marques d’excellences » s’efforçant de rendre le sens du Vide avec le moins d’ambiguïté possible.
 
Si vous sortez de la Tautologie, vous tombez dans l’historicisme et les noms-les-formes, dans le spatio-temporel, dans le détournement du Réel.
Paradoxalement le Seul Réel c’est comme tenter de voir une chose qui bouge dans l’obscurité : sans lunette spéciale c’est impossible, SAUF si vous ne concentrez pas votre regard en pointant sur la chose censée être là où vous le croyez, mais en pointant À CÔTÉ : Le Réel advenu devient fantomatique, l’inconsistance manifeste du Réel ; c’est ainsi le privilège du double ou « distance » qui permet la manifestation du Réel. Ce Seul Réel n’apparaît jamais aussi clairement que dans son incapacité à épouser les contours de quelque double que ce soit ; pour être vu, comme par nuit sombre, il lui faut un double : le regard déporté de côté, à distance, comme l’Amant envers son Aimé. C’est comme si « l’Ange » vous avait permis ou invité à voir ce que vous cherchiez dans la nuit sombre.

La beauté du Seul Réel ou Essence de la Réalité apparaît dans l’Amour du Vrai qu’on ne peut voir sans le rendre aussitôt faux, parce qu’il y aura dualité, duplication du Vrai qui de ce fait sera faux ! Le Seul Réel n’a pas de double…
AMOUR = ÉNERGIE LIBRE : « La vérité tout entière ne peut consister en un puzzle de vérités partielles cueillies un peu partout [comme des informations qui constitueraient une « super conscience » jusqu’à un super inconscient collectif digitalisé à la Google transhumaniste]. Le Tout est autre chose et plus que le total des parties ».


Note.
1. La recherche de sa propre identité est paradoxale, puisqu’il est impossible de jamais identifier ce qui est Réel, le Réel étant précisément ce qui, pour être sans dualité, sans double, demeure réfractaire à toute entreprise d’identification. Le Réel est insolite par nature, parce que le « cours ordinaire » est naturellement toujours extra-ordinaire en tant que Singularité et seul de son espèce : RIEN N’EST PAREIL D’INSTANT EN INSTANT.
 
 

Dernière mise à jour : 26-04-2019 03:06

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >