Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Voir le monde tel qu’il est : DIVIN
Voir le monde tel qu’il est : DIVIN Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 14-05-2019 00:34

Pages vues : 393    

Favoris : 57

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Apocalypse, Apparence, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chimère, Christ, Confort, Contrat, Corps, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Étoile, Gnostiques, Gratuit, Héros, Histoire, Humain, Idolâtrie, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Jardin, Juif, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pierre, Plume, Porte, Ptah, Race, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Sophisme, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Tore, Vérité, Vide, Vieux, Viol, washingtonisme, Yokaï

 
eau_logo_st11je_je.jpg
 
 
Voir le monde tel qu’il est : DIVIN
Alors ne se posera plus des questions
sur le « climat » et autres « réchauffement » et
les pollutions des humains.

Voir le monde pour ce qu’il est, EST :
non une dualité avec d’un côté une spiritualité, et
de l’autre une temporalité et son « pouvoir d’achat ».

Sans Imagination, LE MONDE NE SERAIT PAS,
Comme il faut une personne pour observer le temps
et ainsi le fabriquer.
Et comprendre la monde, c’est donner aux noms-les-formes
leur Vérité, leur EST, leur Sans Pourquoi ;
ce que ne pourra jamais comprendre le
Crédit-Crédo-Croyance dogmatique de la réalité
matériel du nom-la-forme.

Reconnaître l’Imagination, c’est être par elle
délivré de ce monde de l’historicisme du
spectacle (1) ou fiction d’objets (2) et de la
tyrannie de l’opinion avec son MENTAL CONTRE FACTEUR
qui devrait, qui EST condamné aux
« travaux forcés à perpétuité » parce qu’il
contrefait à chaque Instant naturellement la Vérité).

Qui suis-je ? Je ne suis que quelqu’un qui ne fait
que rêver qu’il s’éveil (définition d’Imagination)
 
 
 
« Zéro indien » : la sciences des théophanies chez les mystiques et tous les miracles qui s’y rattaches, bref : l’Âge d’Or, là où existe l’invraisemblable, parce que le fait d’Être, l’Essence pure, est incompatible avec tous noms-les-formes, cependant manifesté sous une « forme » appartenant à la « Présence imaginative ». Là intervient possiblement le TCI ou Trans-Communication Instrumentale (utilisée dans le film Contact, d’après le roman de Carl Sagan), variation de la « théophanie spéculative » (si des manifestations apparaissent dans les miroirs elles ne sont pas dedans, variation du Thème de Géographie mystique) ; bref, toutes les choses de ce monde existent à l’état immatériel (pré-matière)…

PRE-MATIERE : invisible ou ce qui est « très petit », et que l’on ne peut pas voir avec notre sens de la vue. Ce qui n’est pas encore du monde de la manifestation.
La graine d’un arbre est comme une sorte de Pré-Matière ou futur arbre.
CHNOUPHIS/KHNOUM : « Oh Divin Chnouphis sur ton TOUR de Potier, tu donnes vie à l’Argile » (ADN).
Le Potier des Formes, le Logo manifesté, le mâle phallique qui féconde la Nature, Temps.
Chnouphis/Khnoum est :
1) le Potentiel
2) l’Ouvrier/Potier avec SES 2 MAINS.

PRÉ-MATIÈRE : Science des contemplation paradisiaques : l’Âge d’Or : où ses habitants SONT en toute forme « belle » qu’ils reçoivent et désirent, comme la forme peut devenir leur vêtement, soit la forme sous laquelle ils apparaissent à eux-mêmes et apparaissent aux autres.

Imaginaire : donner l’Être à l’impossible (le Soi ne pouvant comporter aucun nom-la-forme). Imaginaire : manifestation sous une Forme, qui sera une sorte de dimension où se résout le paradoxe inhérent aux théophanies : « Dieu n’existe pas, je l’ai rencontré » (un Vide qui ne pense pas à sa vacuité…).
Âge d’Or du Paradis ou Jardin ou Tapis Volant : synchronisme entre désir-objet car n’existe plus aucune dualité chez les habitants du Jardin, il n’y a aucune limite, le « Zéro indien » est identique à la Réalité spirituelle infinie, du domaine des Essences, comme par exemple une Rose rose présente comme en Larsen de TCI dans toutes les Roses roses de la Terre, sans que le rose ne se subdivise (voir les reflets de la lune (3)).

Bien-sûr les mentalistes ou rationalistes s’ils admettent cela vont parler d’« allégorie », et encore, par déférence aux Écritures. De nos jours beaucoup considèrent que tout ce qui est Imagination n’a aucune « réalité ». On entend parfois des personnes « bienveillantes » : « C’est ton imagination qui te joue des tours », ou bien : « Tu te fais des idées ».
Ibn’Arabi distingue deux Imaginations :
- Imagination conjointe au sujet imaginant et qui est inséparable de lui, Imagination intérieur. À distinguer les Imaginations préméditées ou provoquées par un processus conscient de mental, et celles qui ne se présentent au mental qu’en suivant leur spontanéité propre (comme les rêves ou songes éveillés)
- Imagination dissociable du sujet, donc extérieur et ayant une subsistance en elle-même. Imagination dans le monde intermédiaire (astral), monde des Idées-Images, extérieur au sujet imaginant, cet extérieur ne doit pas être le vulgaire mais des mystiques eux-mêmes (voir la page sur la continuité d’un rêve entre plusieurs personnes).

Les Images existent donc dans une dimension qui leur est propre, elle sont comme Essences, perpétuellement apte à accueillir les idées et à leur donner le « corps d’apparition » qui permet leur « fantômisation » (épiphanisation), ce qui va attester que nous sommes loin de tout psychologisme. Même l’Imagination conjointe au sujet est inséparable de lui, et n’est pas livrée à l’arbitraire d’un mental fonctionnant à vide, sécrétant du fantasme ou de l’imaginaire façon historicisme.
Par exemple, lorsque la forme de l’Ange s’insère dans un corps humain (au sens ou une forme s’insère dans un miroir, ou dans le Larsen du TCI), il s’agit bien d’un acte s’accomplissant dans la dimension de l’Imagination autonome ; c’est alors icelle qui fait progresser l’image au plan de l’Imagination conjointe.
L’Imagination autonome est absolue, absoute de toute condition subordonnant sa subsistance, c’est la Nué primordiale constituant l’Univers en Pré-Matière (comme théophanie). (Pour faire référence à Henry Corbin : L’Imagination créatrice dans le soufisme d’Ibn’Arabi).

Dès qu’il y a une cause quelconque, comment voulez-vous qu’il y ait une éternité ? (Ce qui apparaît nouvellement doit aussi disparaître. Ce qui est Réel doit exister toujours ; alors Il va « fantômiser »…).
Malgré et surtout à cause des apparences, rien n’a de cause ! Les choses créées ne sont le produit d’aucune cause. Sinon, il doit y avoir naissance.
« Pourquoi donc postuler des causes quand aucune cause, primaire ou secondaire, ne peut naître ? (Sûtra de l’Entrée à Lankâ)


Notes.
1. Historicisme du spectacle et temporalité avec le mot « fin «  sur l’écran : « Les gens prient Dieu et ils finissent leur prière en disant : « Que Ta Volonté soit faite ! » Si Sa Volonté doit être faite, pourquoi Le prient-ils encore ? La vérité est que la Volonté divine prévaut en tout temps et en toute circonstance [puisqu’elle est l’Instant ou Ici et Maintenant]. L’individu ne peut pas agir de son plein gré. Reconnaissez donc la force de la Volonté divine et restez tranquille. Chacun est pris en charge par Dieu, car c’est Lui qui a tout créé », dit le Maharshi à l’entretien 594.
Société du spectacle ou de la fiction OU DU CONFORT.

2. Vivre les Essences, c’est abolir toute fiction et se libérer des noms-les-formes et de leur sens que l’erreur se les approprie.
Celui qui veut retrouver sa Liberté naturelle doit se libérer complètement du grégarisme ou même soupe pour tous, des domaines des sources ou inconscient collectif, des productions des causes primaires et secondaires, « de la naissance, de la durée et de la cessation, des proliférations du jugements et des idées fictives, en fixant la force de l’analyse de sa pensée sur un seul fait : que, depuis des temps sans commencement, les trois mondes [rêve, veille, sommeil profond] sont le fruit des habitudes erronées de chacun. (Réf. Sûtra de l’Entrée à Lankâ, chapitre : Compendium de tous les enseignements).
« Habitudes erronées de chacun » = inconscient collectif, soit une minuscule dimension parmi d’autres FRACTALS à l'infini ; seulement l’inconscient d’une partie du mental, racine d’une succession infinie de naissances et de morts. Ainsi « inconscient collectif » = réservoir à opinions confondu avec Adam, ou avec « l'être originel », pour faire référence au Secret de la Fleur d’Or, traduction de Thomas Cleary ; texte essentiel du bouddhisme Chan qui précéda le zen et qui concerne l’Éveil au Soi.

3. Voici le célèbre exemple des flaques d’eau qui partout reflètent la lune. Cette lune qui vu sous n’importe quel angle et à n’importe quelle heure n’en demeure pas moins la lune (elle EST). S’il y a un grand nombre de récipients qui reflètent la lune, les images seront toutes différentes d’un récipient à l’autre, et aussi différentes que la lune elle-même, surtout si un léger vent par moments vient faire vibrer la surface de l’eau de quelque récipients. Si l’un des récipients se brise, le reflet de lune disparaît. Mais la disparition n’affecte pas la vraie lune ni les reflets dans les autres récipients. CET EXEMPLE EST COMPARABLE À L’INDIVIDU QUI ATTEINT LA LIBÉRATION. LUI SEUL EST LIBÉRÉ, PAS SON VOISIN. Le Maharshi cite à cet entretien 571 l’argument des défenseurs de la multiplicité (qui pourraient être les capitalistes et leur Union européenne, ou simplement l’étatisme… et même le messianisme avec leur ”fin des temps”), ces défenseurs de la dualité citant l’exemple des reflets de la lune en disant : « Si le Soi est unique et si seul un homme est libéré, cela signifierait que toutes les âmes sont libérées. Or, dans la pratique ce n’est pas le cas. Donc la non-dualité n’est pas correcte ».
La faiblesse de cet argument réside dans la confusion entre la lumière réfléchie du Soi et la lumière originelle du Soi. L’ego, le monde et les individus sont tous dus aux vasana de la personne [tendances, prédispositions latentes du mental, impressions formées dans le passé]. Quand celles-ci s’épuisent, l’hallucination de la personne disparaît, de la même manière que le reflet de la lune disparaît quand un des récipients est brisé.
Le fait est que le Soi n’est jamais dépendant de quoi que ce soit. Il ne peut donc pas y avoir de Libération pour Lui. Tous les ennuis n’existent que pour l’ego ».
 
 

Dernière mise à jour : 14-05-2019 01:16

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >