Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Nôtre civilisation malade, étouffante, contraignante
Nôtre civilisation malade, étouffante, contraignante Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 15-05-2019 00:01

Pages vues : 530    

Favoris : 83

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Apocalypse, Apparence, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chimère, Christ, Confort, Contrat, Corps, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Étoile, Gnostiques, Gratuit, Héros, Histoire, Humain, Idolâtrie, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Jardin, Juif, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pierre, Plume, Porte, Ptah, Race, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Sophisme, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Tore, Vérité, Vide, Vieux, Viol, washingtonisme, Yokaï

 
civilisation_industrielle.jpg
 
 
Nôtre civilisation malade, étouffante, contraignante
Si on disait à quelqu’un que sa perversion ne poserait
aucun problème dans une civilisation autre que la nôtre
si malade, ça n’aiderait pas le perverti car il se
sentirait toujours rejeté en tant que ne faisant pas
comme tout le monde, hélas situé dans l’historicisme
de l’homme moderne, celui qui se veut exclusivement
historique (laïcité), celui de l’existentialisme et
de son pouvoir d’achat (certain que tout le monde
ne se reconnaît pas dans un tel homme).
Ce qui rend malade, fou, ce sont avant tout
LES CONTRAINTES SOCIALES DE L’HISTORICISME, qui
ont cannibalisé les toutes premières expériences
émotionnelles du jeune enfant avec ses parents.
La trinité : social, parents, enfants
va faire des dégâts !

Dans cette trinité commence très tôt la
construction de la PRISON.
Seul le « QUI SUIS-JE ? » est Libération, et
certainement pas l’amélioration des « conditions
de travail », ou des « réformes » dans un régime
politique républicain et capitaliste.
Les machines leur « l’intelligence artificielle »
ne soulageront absolument pas l’humain.

Réformes = extérieur : nécessité de construire sans
cesse de nouvelles illusions, aussi bien dans l’État
que chez les esclaves du CAC40, bâtir sans cesse de
nouveaux dénis pour éviter de vivre sa Vraie Nature.
Bâtir sans cesse de nouvelles technologies.
Tout cela disparaît et n’avait jamais aucune utilité
une fois que nôtre Vraie Nature est re-trouvée.
Nous voyons alors que toute nôtre vie, même à
quelques heures de la mort, nous nous sommes défendus
contre quelque chose, qui ne peut plus arriver, car
C’EST DÉJÀ ARRIVÉ, PRINCIPE DE LA CAUSE PREMIÈRE,
COMME LE CHRIST-JÉSUS N’EST MORT QU’UNE FOIS POUR
TOUTE, CE N’EST PAS RÉITÉRABLE (1), PARCE QUE CETTE
INCARNATION EST UN FAIT UNIQUE, UNE SINGULARITÉ
COMME LE ICI ET MAINTENANT, COMME LE
BIG BANGISME, ET CECI COMME AU DÉBUT DE NÔTRE VIE,
ALORS QUE NOUS ÉTIONS SANS DÉFENSE ; MAIS POURQUOI,
À CE MOMENT LÀ, FALLAIT-IL DES DÉFENSES, alors
que nous naissions NATURELLEMENT LIBRE ?
Il s’est passé un « truc pas catholique »…

Les vasana (tendances) ou contenus inconscients
restent immuables et atemporels.
C’est uniquement par le « QUI SUIS-JE ? »
que peut apparaître un grand changement.


HISTOIRE RÈGNE AVEC MALHEURS OU ACCIDENTS
 
 
Le régime capitalo-république n’est en fait qu’un gigantesque MÉPRIS DESTRUCTEUR DE L’HUMANITÉ ÉRIGÉ EN SOURNOISE PROGRAMMATION. La cruauté dont l’enfant a autrefois été secrètement la victime devient manifeste dans les groupes de jeunes qui s’adonnent à la violence et aux drogues. Appliqué à la bande organisée qui s’appelle « État », vous avez la violence naturelle trinitaire police-armée-justice à l’œuvre : trinité qui se prétend « gardienne de l’ordre » (la paix) ; or tout « ordre » provenant de l’ego humain n’est somme toute qu’un cas particulier du désordre ! Â y ajouter la violence privée et le désordre de la finance internationale. Pourtant, là encore, de nos jours comme naguère, cette violence est largement nié par la civilisation tout entière, et pas seulement par les intéressés, jeunes et adultes, presque personne ne pense au « QUI SUIS-JE ? » tant en capitalisme tout est fait pour que les gens soient uniquement tournés vers l’extérieur ; on appel ça en France la laïcité…. L’idéologisation est aussi un drame de l’enfant méprisé et devenu adulte.

LA DÉMOCRATIE N’EXISTE TOUJOURS PAS, parce que presque personne n’entreprend le « QUI SUIS-JE ? ». LA DÉMOCRATIE DÉPEND UNIQUEMENT DE CETTE DÉMARCHE INDIVIDUELLE AFIN DE RÉSOUDRE L’ANTIQUE DILEMME DU MOI-INDIVIDUEL ET DU MOI-COLLECTIF, chose que tentèrent les Juifs bolcheviques de l’URSS mais avec la catastrophe que nous connaissons. En appeler à l’amour, à l’égalité, au « vivre ensemble » et au désir de « lutter contre la haine », tout cela restera totalement vain, tant que nous nous interdirons le questionnement ultime du « QUI SUIS-JE ? ». Il est absurde de combattre la haine par des arguments et pire, par des lois : là encore, questionnement du « QUI SUIS-JE ? » : TROUVER LA SOURCE ET LA HAINE DISPARAÎT NATURELLEMENT COMME SI ELLE N’AVAIT JAMAIS EXISTÉ. Car la haine nécessairement gratuite transférée sur L’EXTÉRIEUR (sur n’importe qui dans le cas du terrorisme par exemple), EST SANS FIN, ET AINSI SERA TOUT BÉNÉFICE POUR LE COMPLEXE MILITARO-INDUSTRIEL lié au capitalisme qui a besoin de cette HAINE RENTABLE, et qui va la fabriquer tout en prétendant l’interdire…

Ce sont leur haine de la vie et leur amour de la destruction qui rendent si semblables, SI NOMADES, tous les capitalistes et financiers du monde entier, l’argent n’ayant pas d’odeur et n’étant pas raciste, vu qu’il circule et est accepté partout.

Le premier langage humain étant la TÉLÉPATHIE, le bébé dans le ventre de sa mère sent et apprend, dès le tout début de sa vie utérine, matricielle, la tendresse aussi bien que la cruauté.

DRAME DU FAUX SOI : qu’arrive-t-il quand la mère ne sait pas aider son enfant ? Parce qu’elle-même non seulement est inapte à deviner les besoins de son enfant et à y répondre, mais encore elle se trouve elle-même avec des besoins inassouvies, frustrés. Elle cherchera inconsciemment à satisfaire ses besoins à travers son enfant, comme s’il était un ustensile pour assouvir ses manques, COMME SI L’ENFANT ÉTAIT SA PROPRIÉTÉ, ce qui n’exclut pas un lien affectif. Donc dans cette relation l’enfant est EXPLOITÉ, LA MÈRE N’OFFRE PAS À SON ENFANT UN ESPACE OÙ IL POURRAIT VIVRE SES SENTIMENTS ET SES SENSATIONS. L’ENFANT DÉVELOPPE ALORS INCONSCIEMMENT QUELQUE CHOSE DONT LA MÈRE A BESOIN, et qui va, à cette période, lui sauver la vie (l’« amour » de sa mère, ou de son père), mais qui va dramatiquement l’empêcher, jusqu’à la fin de ses jours, d’être lui-même, sa Vraie Nature. En ce cas dramatique, les besoins naturels de l’enfant correspondant à son âge, ne peuvent pas être intégré, mais seront écartés ou refoulés. Plus tard, cette personne vivra de l’historicisme sans le savoir.

VIERGE, INSTANT, ICI ET MAINTENANT : « Tu as souffert assez longtemps et tu as le droit d’arrêter le combat. Respire calmement, ne te soucie plus de rien, LÂCHE TOUT », (ce qu’entreprennent depuis plusieurs mois les Gilets Jaunes, mais ça freine cependant beaucoup de tous côtés, parce que le combat ne peut pas passer par une révolution façon 1789 ou 1917 : par la violence. LACHER TOUT veut dire PUTRÉFACTION OU RENONCEMENT : « Renonce à cette vie si tu veux vivre », dit le Christ-Jésus, et qui termine l’entretien 396 de Ramana Maharshi.
PUTRÉFACTION OU RENONCEMENT : « Les naissances étant corporelles, ne peuvent affecter le Soi. Le Soi demeure même quand le corps périt. Le mécontentement est dû à la fausse identification du Soi éternel avec le corps périssable [et qui fut mis au monde par la mère]. Le corps est un auxiliaire nécessaire à l’ego. Si l’ego est tué, le Soi éternel se révèle dans toute sa gloire [et peu importe si c’est seulement quelques minutes avant de mourir]. Le corps est la croix. Jésus, le fils de l’homme est l’ego ou l’idée « Je suis le corps ». Après avoir été crucifié, il est ressuscité comme le Soi glorieux - Jésus, le fils de Dieu » (même entretien).


L’historicisme de l’homme moderne.
Il est prisonnier de l’invention de l’histoire, de ce monde des accidents, PAR L’OPINION, PAR L’INVENTION DU TEMPS QUI COULE, PAR L’ÉVOLUTIONNISME DE LA FLÈCHE DU TEMPS ; IL EST CONDAMNÉ À NE PLUS ALLER QUE DANS UN SEUL SENS, PAR SES SENS ET SA RAISON. Prisonnier de l’histoire, l’homme moderne ne peut faire que de l’imaginaire fantasmatique, alimentant son inconscient collectif.
L’homme moderne est prisonnier du Big Bangisme : L’ÉVÉNEMENT DEVENU HISTORIQUE EN DEVIENT UNE THÉOPHANIE PORTANT LE NOM DE « CRÉATION », avec la quincaillerie genre « volonté de Yahvé » et la dualité entre Lui et ses paroissiens qu’il aurait élu ! Je me demande bien pourquoi ? À croire que ce Yahvé ”était” RACISTE, DUALISTE !
Le Big Bangisme va inventer la foi : elle naîtra ou sera rendue possible, comme le « Nouveau, vu à la Télé ! ». Il est vrai que l’invention de la « fin des temps » est destiné à contrer l’historicisme, à vaincre cette prison de l’histoire et de ses mémorisations ou mises à mort du I et du Point c’est Tout. Inventer la « fin des temps » dans l’espoir ou dans la carotte que l’histoire avec le mot ”Fin” s’inscrira en-fin sur l’écran. La croyance au messianisme est une régénération finale du monde enfin délivré de l’histoire, de l’opinion, du temps qui coule. Mettre fin à l’histoire est encore une attitude anti-historique, et tentative d’annuler le temps qui coule.

Exemple d’historicisme amplifié après la guerre de 1914-18 : L’ILLUSION QU’ON LIT UN MESSAGE COMME JEANNE D’ARC ENTEND DES VOIX : INVENTION DU « CODE GÉNÉTIQUE » issu de l’ego de Jacques Monod et de François Jacob, avec l’ADN, une sorte de texte dont la syntaxe constitue la structure génétique de l’individu ; un texte qu’on peut donc lire, triomphe de la raison et de tous ceux qui veulent mesurer et stocker comme n’importe quelles informations googoliennes ou transhumanistes… Cependant un texte qui ne contient pas à proprement parler de message ! Alors c’est là que l’humain est prisonnier de l’histoire, de la mémoire, avec la tentative D’INVENTER UN SENS À CE TEXTE, TENTATIVE DE POSSÉDER LE CODE GÉNÉTIQUE COMME ON POSSÈDE SON DISQUE DUR BOURRÉ D’INFORMATIONS, UNE SORTE DE SECRET DE L’ÊTRE HUMAIN (comme si enfin « le Soi était visible » comme un vulgaire texte). Nous retrouvons la même chose chez les freudistes et psychanalystes de tous poils, ces TORTIONNAIRES QUI TENTENT DE FAIRE PARLER DE FORCE QUELQUE CHOSE QUI N’A PRÉCISÉMENT RIEN À NOUS FAIRE SAVOIR (rien de précis à communiquer, rien de précis à transmettre). L’enquête psychanalytique est digne de la garde à vue chez les policiers, ou du viol à la vertical dans le confessionnal, alors que le viol du freudisme se passe plutôt à l’horizontal, donc style de la couverture sociale : on fait dans le superficiel du social afin de remettre au travail celui ou celle qui n’est plus rentable ! La volonté de « savoir » chez tous ces gens entre effectivement dans le cadre de l’inconscient collectif :  tirer au grand jour une « vérité », SELON DES PROPOS TENUS EN TERME DE RÉPONSES DÉJÀ PRÉVUES ET CODÉES CAR CATALOGUÉES (style DSM 5 et inconscient collectif).

Psychanalyse = historicisme doublé d’illusion qu’il y a un secret à extirper par tous moyens, quelque chose à faire dire, quelque chose de mémoire dont un psychanalyste pourra jouir en entendant des « voix » genre premier fragment d’une langue matricielle d’inconscient collectif. Pourquoi en plus payer pour dire un secret au psychanalyste, alors que ce serait à lui de payer celui qui lui offre des secrets ! Mais non, les choses sont inversé, c’est à celui qui raconte des histoires de payer, comme si c’était l’acteur qui devait payer pour jouer son rôle sur la scène au lieu de toucher un cachet, une rétribution d’artiste.


Note.
1. Le Christ-Jésus n’est mort qu’une fois pour toute, ce n’est pas réitérable : on retrouve cela dans un principe que possède l’égrégore de cet État qui se prétend « Israël », postulant le « une fois pour toute » et la non réitérabilité quand il prétend que rien ne s’est produit avant 1967, incluant la Nakba et le nettoyage ethnique, donc c’est une seule fois pour toutes, ce n’est pas négociable, le mot paix devient inconnu, le droit naturel des Palestiniens à leur terre n’existe pas.
L’historicisme de cet « Israël » est RELIGION.
 
 

Dernière mise à jour : 15-05-2019 00:36

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >