Accueil arrow News arrow Dernières news arrow L’ÊTRE qui devint un trou noir
L’ÊTRE qui devint un trou noir Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 21-05-2019 00:35

Pages vues : 387    

Favoris : 49

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Apocalypse, Apparence, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chimère, Christ, Confort, Contrat, Corps, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Étoile, Gnostiques, Gratuit, Héros, Histoire, Humain, Idolâtrie, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Jardin, Juif, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pierre, Plume, Porte, Ptah, Race, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Sophisme, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Tore, Vérité, Vide, Vieux, Viol, washingtonisme, Yokaï

 
xun_petioteschouses.png
 
 
L’ÊTRE qui devint un trou noir
Il était tellement Lui-même qu’Il finit par
absorber tout l’Univers et ses noms-les-formes.
 
 
 
Comme la VÉRITÉ, comme l’Espace, la RÉALITÉ ne se possède pas, on ne peut la concevoir ni l’analyser. En conséquence, on ne peut parler que d’ÉVEIL, de Soi authentique et éternel. Dans le catéchisme occulte, on ne peut jamais saisir le rond blanc sur un fond noir, le rond blanc se défilera TOUJOURS AU-DELÀ.
Question de Libération authentique, on ne peut parler que d’Éveil comme la devise : « Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil est ainsi » du Soûtra du Cœur de la Connaissance transcendante. Cet « allé, allé » signifie le non-attachement ou VIDE.
C’est pourquoi le LIBÉRÉ VIVANT ne peut qu’être celui qui ne vient de nulle part et qui ne va nulle part. Ainsi est la définition du Bienheureux ou Libéré vivant.

VIVRE COMME L’ENFANÇON : la sainteté du Réalisé n’est pas un spectacle, elle ne doit pas être reconnue, ainsi sa simplicité ou son essence lui donne l’apparence d’un sot (Enfançon = embryon d’immortalité). Se laisser aller au HASARD, comme viennent les choses, tel un sot.
« Le but essentiel de l’auto-investigation [du « Qui suis-je ? »] est de concentrer le mental TOUT ENTIER sur sa source .[…] D’abord, on s’y tient avec effort, puis cela devient spontané et naturel. […] Au-delà d’une certaine ampleur, il vous est impossible de faire un effort », explique Ramana Maharshi. UN VRAI CONFORT QUI SERA L’INVERSE DU TOUT CONFORT ACTUEL.

Vraie Libération : retrouver le Pays du Rien du Tout, son vrai chez-Soi. Comme en Alchimie il y a deux grandes Voies : l’humide et la sèche. La sèche consisterait à se débarrasser du ‘je’ ou ego soit se débarrasser du corps pour n’être que conscience et découvrir ce qui se tient au-delà, conformément au « allé allé, allé au-delà » cité plus haut. La voie humide serait de n’être que le corps en action mais pour cesser toute projection, toute carotte sous forme d’ailleurs. Les deux voix visent l’éternel Retour vers le Pays du Rien du Tout, chez Soi, par le retournement de la Lumière comme l’indique le Secret de la Fleur d’Or ; traverser le « palais des glaces » de la fête foraine et ses miroirs de l’objectivation de la tyrannie de l’opinion afin de rejoindre notre Vraie Nature, qu’il soit d’Absence ou de Présence absolue (qui rejoint le vers 17 de la Bhagavad-Gîtâ cité plus bas).

Alors la Vraie Évolution sera de vivre d’Instant en Instant une énergie d’investigation SANS LIMITE, une gigantesque concentration tel ce trou noir. Le premier moteur de cette énergie est de déjouer les si nombreux pièges tendus par le mental, par l’ego ; avoir la candeur de l’Enfançon et en même temps son espièglerie.
Pour finir, abandonnez toute raison, parce que ce n’est pas vous qui décidez, ce sont les Enzymes, les « Chouses petiotes », la « perméation » comme écrivait Cyprian Piccolpassi Durantoys dans : Les Trois Livres de l’Art du Potier. Alors : RIEN de RIEN, encore pire que la chanson d’Édith Piaf qui elle espère encore un autre amour, un autre ailleurs.

L’ÊTRE qui devint un trou noir. Il était tellement Lui-même qu’Il finit par absorber tout l’Univers et ses noms-les-formes. Comme l’exemple donné dans la Bhagavad-Gîtâ, chapitre 18, vers 17 : « Celui qui est délivré de la notion de l’ego, dont l’intellect n’est pas conditionné, celui-là, même s’il détruit tous les mondes, ne tue pas, pas plus qu’il n’est enchaîné par les conséquences de ses actions ».

En ce qui concerne le « futur » qui a l’air d’obséder le régime républicain des capitaliste, à l’entretien 17 de Ramana Maharshi, il est posé la question : Nos actions n’exercent-elles pas une influence sur nos vies futures ?
Réponse du Maharshi : « Êtes-vous né actuellement ? Pourquoi pensez-vous à d’autres naissances ? Le fait est qu’il n’y a ni naissance ni mort. Laissez donc celui qui croit être né penser à la mort et à ses palliatifs ».


ADAPTATION (qui serait l’art de s’adapter pour SURVIVRE) est une saloperie de dualité.

CONTRE l’adaptabilité de Walter Lipmmann qui se voudrait s’acoquiner avec le libéralisme : L’être humain étant Singularité par essence, RIEN NE SE TRANSMET (même si on va avancer que dans le ventre la mère transmet à son enfant, alors que dire si dans le futur l’enfant naissant dans une éprouvette ou hors du ventre de sa mère dans une solution quelconque). Tout au plus on peut regrouper des circonstances favorables, ou se rendre disponible pour ceci ou cela. Comme déjà souvent dit à propos de Singularité, François Michelin des pneus disait lors d’un ancien reportage à la télé en noir et blanc : « Je ne peux pas manger pour vous », c’est-à-dire que nul théoriquement ne peut vivre à la place d’un autre. On peut tout au plus accompagner l’autre dans son fleuve, mais impossible de comprendre ce que c’est de nager sans se jeter à l’eau, donc DANS L’INSTANT. C’est-à-dire que cela consiste à annuler l’HOTC (Histoire-Opinion-Temps qui coule) : NE PAS TOMBER DANS LE FAIRE/FER, NE PAS INTERFÉRER, AVEC POUR RÉSULTAT L’ACTION QUI SERA UNE NON-ACTION ; le Wou-wei ou Wuwéi : le "non-agir", ou plus vulgairement : le "lâcher-prise". Tout ce qui se fait spontanément est supérieur à ce qui se fait volontairement. Faire le vide pour faire le plein ! C’est là où la raison ne sert plus à rien parce que le mystère s’installe alors : LE SPONTANÉ NOUS FAIT DEVENIR AUTRE, L’AUTRE, comme quand je peignais un paysage à l’aquarelle je devenais ce paysage, je n’avais plus aucun ego pendant quelques Instants, en ce sens on se trouve proche de la transmutation alchimique, on pénètre dans les dimensions de subtilités, totalement irrationnelles, totalement non maîtrisables, qui peuvent éventuellement rayonner jusqu’à nous. Ici encore il s’agit de la relation Créateur-Créature ou Seigneur-Vassal : une TRANSMISSION PLUTÔT QU’UN ÉCHANGE, une « perméation », UNE STARGATE, UN ZÉRO INDIEN sorte de mana à la façon des Polynésiens ; il y a comme une action d’ENZYMES : dans le levain, les ferments produits par les cellules, sorte d’AINSITÉ ou d’INSTANTISATION DU TRÉFONDS DE L’ÊTRE. Louis Kervran écrivait que les enzymes exercent des forces physiques électro + et électro - pour pénétrer jusqu’au cœur de l’atome. Ce sont les Enzymes qui donnent le mouvement/agitation à la Matière. Louis Pasteur fut un tuer d’enzymes…
Les Enzymes sont comme la création d’un passage entre l’arbre et son ombre, pour employer le non-agir d’être « conscient inconsciemment » : LE ROSE D’OR DU POMMIER (crépuscule entre connu-inconnu, le Rien) !

Et à propos de la page en titre, L’ÊTRE qui devint un trou noir, la seule chose qui puisse se passer entre deux êtres, la transmission et non l’échange au sens mercantile du troc, est de l’ordre du VIDE, du RIEN, et c’est lors que « s’ouvre » le ZÉRO INDIEN ou Stargate, le Point Focal. Le Trou noir ne fonctionne que si on est en état de RÉCEPTION : LE MONDE N’EST PAS EXTÉRIEUR À NOUS, aussi l’état de chacun communique avec chacun, IL N’Y A RIEN D’AUTRE, PAS DE MONDE EXTÉRIEUR. « Le monde « extérieur » ce sont les marchands du temple ».

Nous sommes de plus en plus de gens à travers ce monde pour commencer à blâmer le système capitalo-républicain et son absurdité destructrice, tout en nous glorifions et en critiquant autrui à travers la facilité du « tout connecté », comme si tout le monde pouvait être « libre » de faire ce qu’il désire de faire (libéralisme), comme il le désire, et qu’il serait « responsable » de chacun de ses actes puisque chacun est devenu le roi et que « Dieu est mort » (”le Grand Pan est mort” comme affirmaient autrefois certains… dont Nietzsche, qui pourtant ne devait pas connaître Ramana Maharshi qui dit aussi la même chose puisque Dieu et l’Homme se fabriquent mutuellement comme le « couple » Créateur et Créature…). Mais alors, que se passe-t-il quand une illusion, l’humain, étudie une autre illusion : lui-même, et ce qu’il prend pour le monde ?

Non, non, la laïcité n’est pas une « adaptation » de ses croyances de sujet par rapport à un objet comme l’extérieur, car la civilisation qui ici en France se veut construite autour de la laïcité, n’est qu’une sorte de stabilisation des égoïsmes en équilibre forcément instable. Si forcément instable que au moindre coup de vent de l’opinion tout est bouleversé sans retour arrière conformément à la mode de l’évolutionnisme, et tout s’écroule pour longtemps…

Comment voulez-vous qu’il existe quelque chose « en dehors » du mental ? Le Trou Noir a tout bouffé…

[En haut de page : idéogramme chinois Xùn 讯 (chin) : idée de transmettre, comme se sacrifier pour, mourir pour ; rapide, instantané, prompt ; crue ; instruire ; former ; modeste, humilité, tous sont composé avec l’idéogramme Xùn]
 
 

Dernière mise à jour : 21-05-2019 01:04

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >