Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Casser la lutte de classe pour installer le virtuel, le migranisme
Casser la lutte de classe pour installer le virtuel, le migranisme Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 09-06-2019 02:55

Pages vues : 372    

Favoris : 42

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Apocalypse, Apparence, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chimère, Christ, Confort, Contrat, Corps, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Étoile, Gnostiques, Gratuit, Héros, Histoire, Humain, Idolâtrie, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Jardin, Juif, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pierre, Plume, Porte, Ptah, Race, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Sophisme, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Tore, Vérité, Vide, Vieux, Viol, washingtonisme, Yokaï

 
suffrage_universe_nomadeurbain.jpg
 
 
Casser la lutte de classe pour installer le virtuel, le migranisme
On remplace ceux qui se révoltent (ceux d’Ici et Maintenant)
par des migrants (ceux de là-bas) soumis à leur Dieu ou
à leur loi, bref, à leur CROYANCE, à leur DOGME, liée au Salut
« démocratie » inconnue dans leurs contrées, et qu’ils
s’imaginent que ce serait le paradis en Occident européen.

La Révolution vient des campagnes.
La contre-révolution vient des villes.
La Révolution vient des dévergondés.
La contre-révolution vient des « gens de bien(s) ».
Dans la contre-révolution actuelle des villes se
trouve l’aliénation opinionesque du climatisme et du
verdisme (une des rengaines du capitalisme :
« Un geste pour la planète » et psychose écologique
outil du capitalisme modèle religieux shoahtique du
« réchauffement climatique », ou quasiment ça devient une
religion inculquée bien-sûr aux enfants. On est donc dans le
même phénomène religieux comme avec le shoahisme
de la guerre de 1939-45 notamment avec des gas chamber,
c’est :  ”Circulez ya rien à Voir” et ceux qui veulent
discuter sont condamnés et envoyés en cabane [loi Fabius-Gayssot].
C’EST UNE RELIGION, UN DOGME, UNE THÉOLOGIE CAPITALISTE,
UNE CONSTANTE À AVALER DE FORCE, LE 11 SEPTEMBRE 2001
FERA LE MÊME COUP et ceux qui discutent sont des apostats
façon socialisme en religion inversée, en creux).
OR IL EST EFFECTIVEMENT INTERDIT D’INTERDIRE,
CEUX QUI INTERDISENT SE PRENNENT POUR DES DIEUX,
CEUX QUI POSSÈDENT LA VÉRITÉ, ICELLE NE POUVANT
AUCUNEMENT SE POSSÉDER, SURTOUT EN HISTOIRE SI
LIÉE À L’OPINION, AUX « FAITS »
….

Écologie = Capitalisme libéralisme vert : destruction de la vie,
destruction de l’air et du climat, destruction de la Terre.
Si jamais l’humain capitalisté de dollars va s’installer sur
une planète genre Vénus ou aussi proche, je plains cette planète !


Page dédiée à l’Opale rose que j’ai devant moi.
 
 
 
Certain que des pancartes brandit par de jeunes enfants : « Sauvons le climat » ça ne mange pas de pain pour la City de Londres et ses banques, alors que des pancartes brandit par ces mêmes jeunes comme : « À bas le salariat », c’est le blasphème suprême, l’ANTI-CONFORT ABSOLU !!! Mais dormez pauvres ignorants.

RAPPEL : les temps incertains, anti-confort, sont ceux de tous les possibles, parce que chacun sait à quoi s’en tenir sur ce monde. De nos jours de confort sclérosant, paralysant ; plus rien ne semble possible, tout devient statique, artifice et Cie, mâché, pré-digéré par les « spécialistes », notamment l’État, confort de la technologie (pour ceux qui peuvent payer).

L’autre blasphème suprême c’est remettre en cause la contraception industrielle avec le glyphosate, perturbateur endocrinien, or le capitalisme a lui-même créé cette contraception industrielle afin d’égalitarisme homme-femme : la femme devant être aussi productiviste capitaliste que l’homme ; avec ce capitalisme qui produit la contraception et l’avortement industriel, qui produit du cancer industriel, aucun vert ne va protester… On peut donc parler du glyphosate sur tous médias, mais remettre en cause la contraception industrielle du capitalisme, c’est le blasphème ! Aucun droit au blasphème contre la City de Londres et contre les femmes devenues maintenant de parfaits rouages de la marchandisation du monde…
Un « vert » veut des « espaces verts » au sein de la dimension capitaliste urbanisée ; il veut donc aménager le capitalisme, le colorer différemment, mais nullement le remettre totalement en cause.

ÉCOLOGIE = APPARITION À LA SUITE DE LA RÉVOLUTION INDUSTRIELLE DE L’OCCIDENTAL FORTUNÉ DE LA PRÉSERVATION DU GARDE-MANGER DU CAPITALISME LIBÉRALISME POUR QUE LE CIRCUIT DE LA SERVITUDE SE PERPÉTUE INDÉFINIMENT. C’est ça le climatisme actuel, la psychose du vert poursuivant LA RELIGION DE L’HOMME DÉCHU (le pécheur, l’Adam éjecté du paradis). La religion du capitalisme vert est imposée aux jeunes si malléables ; c’est comme une nouvelle laïcité ou sa variation. Un jeune écologiste est un FRIC/FLIC du capitalisme libéralisme.

Même phénomène que l’écologie avec L’IDÉOLOGIE GAY, MÊME « ESPACE VERT ». Certain qu’un quartier gay à Paris comme le Marais ne fait aucun tord au capitalisme, au contraire même, il rapporte beaucoup ; même chose avec la Gay Pride de l’Eurovision, Tel Aviv et Cannes la Gay Pride de l’entertainment tant les Juifs tiennent les cordons de la bourse de leurs industries. Quand une civilisation entre en décadence, le phénomène gay, LGBT, devient une norme obligatoire (il est interdit de critiquer ceux qui enfilent et ceux qui se font enfiler et ceux qui « choisissent » leur sexualité comme la couleur de leurs chaussettes dans cette culture du narcissisme et des échanges commerciaux en réseaux dits « sociaux » [lieux et maintenant sites informatiques pornographique big tiroir-caisse du capitalisme]).

Idolâtrie trinitaire de production du capitalisme : l’immigré, l’homosexuel, et la femme-marchande-marchandise. La femme marchandisée et productrice est idole, l’homosexuel tout aussi rentable est idole, l’immigré lui aussi rentable est idole ; cette trinité formant le « social », qui s’appelle de nos jours « sociétal » [1923], si cher au capitalisme depuis 1789 ; ce social produisant des secteurs de marchés afin de reproduire l’asservissement à la marchandisation de l’humain. Il y a très longtemps qu’un gay est anti-révolutionnaire !


Monde ancien ouvert (Nomade) contre monde nouveau fermé (sédentaire) qui pollue tout.
De nos jours et depuis Saint Louis en Europe, le Nomade est devenu l’argent et le Juif (comme l’écrit J. Attali dans : Les Juifs, le monde et l’argent, page 692, à ceci près que le Juif c’est plutôt l’Hébreux…)

Les nomades n’avaient pas besoin de « faire des parcs et espaces verts », seuls les urbains sédentaires du capitalisme sont obligé à partir du 19è siècle en Europe de faire dans le virtuel de « l’espace vert » (voir notamment l’haussmannisation de Paris sous le Second Empire avec par exemple la création du parc des Buttes-Chaumont, un des premiers symptômes de l’écologie et de l’hygiénisme vert, à y ajouter les toilettes publiques… car même le pipi-caca est récupéré par le capitalisme, et donc par l’écologie et ses « toilettes sèches »… qui ne servent à rien tant que l’argent sous toutes ses formes et noms est en fonction…).


Les trois religions du Salut faisant dans l’histoire ne pouvaient faire que dans LA religion de « l’Homme déchu », cela dans la mesure où l’Homme moderne est irrémédiablement prisonnier de l’histoire et du progrès ou évolutionnisme, soit l’abandon de ses racines, de sa Vraie Nature. L’humain des deux derniers millénaires se limite terriblement, à cause du virtuel, que j’appelle « confort ».

Le monde Ancien du Tourbillon des Nomades, Tourbillon cher à Viktor Schauberger. Tourbillon : pas de ligne droite, donc pas de limite (le « droit » se retrouvant jusque dans la justice humaine… et son « État de droit »…) ; la ligne droite évolutionniste mène à la mort.
Avec les animaux c’était Maât ou direct. Avec l’Agriculture ce fut à la fois un nouveau mystère et matériel, plus « sueur », plus lent, moins Maât : le sous-sol où poussent les graines. Apparition du monde osirisien (Osiris le Dieu vert. Osiris : Dieu de l’Égypte [Orisir-Eloh] ; Jéhovah : Dieu d’Israël [Jehovah-Eloh, Eloh signifiant « Dieu » ou Gott]. Mais Osiris devient le Sauveur de l’humanité prototype du Christ-Jésus, qui comme Osiris naquit dans le monde, et en devint un Réalisé vivant afin de rayonner naturellement. Osiris comme le Christ rencontrent le mal, ils sont tués. Osiris est enseveli et sa tombe devient un lieu de pèlerinage pendant des milliers d’années. Mais comme le Christ il ne demeura pas dans son tombeau. Au bout de trois jours, ou de quarante, il ressuscita et s'éleva au Ciel, symbolique du Bienheureux qui, en Chine, chevauche le Dragon ou Ego. Les Pères de l’Église n’eurent pas à se casser la tête et n’avaient qu’à copier sur Osiris, c’était tout confort).

Dans l’Agriculture le grain germe et est bouffé : mort cruelle des uns = source de fécondité des autres ; passage de la vie à la vie, rien n’est fixe.
Avec le monde animal des Chasseurs-Cueilleurs ou des Nomades, seul l’animal, surtout le FAUVE, ses crocs et sa proie, on passait de la vie à la vie, aucune mort : « Une chaire vivante ensevelie dans un tombeau vivant », disait Lucrèce.
Bref, du monde animal des Nomades et des animaux sauvages non encore domestiqués par la voie de l’Agriculture (sauf les félins encore sauvages actuellement), nous sommes passés au monde de l’Agriculture qui annonce le virtuel si prégnant dans la technologie actuelle de l’informatique uniquement binaire.
La « source de fécondité » des uns devenue uniquement possession est devenue l’argent qui bouffe les autres ; le passage de la vie à la vie est devenu totalement virtuel, déséquilibré, alors qu’il se voudrait équilibré (« fraternité »), et depuis déjà des millénaires….
Ce qui c’est accentué est ceci : dès qu’il y a naissance (du nom-la-forme), il y a obligatoirement une mort derrière ; ce qui apparaît nouvellement doit aussi disparaître, si bien qu’ici-bas tout ne peut qu’être INSTABLE, ILLUSION. Ce qui est Seul Réel doit exister toujours ; ce qui EST perdure à jamais. Le EST est évidemment nôtre Vraie Nature… Celle de nôtre Seigneur : « Le Royaume des Cieux est en vous » dit la Bible, seul principe valable ! Et pire : c’est GRATUIT, c’est la Vraie Égalité, pas celle du mercantiliste régime républicain et de sa guerre de tous contre tous qu’il appelle « Fraternité », ou encore « démocratie », arnaque gigantesque de l’histoire humaine. Nous sommes bien prisonnier de l’histoire, avec le mot « FIN » sur l’écran (du messianisme) qui bien-sûr ne doit jamais arriver, sinon c’est pas bon pour le commerce….


La mort cruelle des uns est source de fécondité des autres : appliqué à l’argent du capitalisme et de son libéralisme ça ne peut que donner la guerre de tous contre tous et aucunement une « paix », une harmonie. Comme si la mort devait être la Carotte du messianisme avec une « fin des temps » qui ne doit jamais arriver, sinon effectivement c’est la ruine du commerce et la fin de l'historicisme. LA MORT NATURELLEMENT LIÉE À UNE NAISSANCE. Aussi pour que le commerce perdure, IL FAUT L’HISTOIRE ET SON TEMPS QUI COULE ET SON OPINION. Alors parler ici-bas de « paix » ou d’« ordre » est un des pires mensonges de tous les régimes politiques existants depuis l’arrivée de la voie de l’Agriculture.

La platitude de l’égalitarisme et de l’urbanisation de la planète est la rançon de son étendue en bétonnage de toutes formes de vie. Bétonnisation de la vie : instinctivement par instinct de conservation, l’être humain actuel pour ne pas éclater par toutes les sollicitations commerciales en déluges de toutes parts, afin de conserver un minimum d’équilibre, il doit niveler, automatiser ses réactions et en devenir un robot ; il doit faire dans le faux, dans le superficiel. Et après quelques années de ce régime de programmation, il n’est plus capable d’un sentiment profond, d’une idée personnelle : TOUT SA VIE SE DÉROULE DANS LE SOCIAL, LE TOUT CONNECTÉ, EN SURFACE, À L’EXTÉRIEUR ; ainsi toute vertu de profondeur s’est envolée en lui. Il est condamné à l’histoire ou fiction, aux jeux superficiels, parce qu’autour de lui sont amplifiées de plus en plus d’excitations commerciales artificielles inhérentes à la dimension urbaine. La parfaite adaptation au milieu urbain du sédentaire équivaudrait à la parfaite robotisation de l’humain, alors IL SINGE, IL FANTASME. L’ordre affectif devenu une misère menteuse reflète la pauvreté de sa pauvre opulence. LA MISÈRE MENTEUSE EST LE PLUS GRAND STIGMATE DU CAPITALISME LIBÉRALISME ET SÉDENTAIRE MENTEUR (son argent circule maintenant partout dans le tous connectés et le « tout intelligent »).


OSIRIS, CHRIST : PREMIER TERRORISTES, PREMIERS INSURRECTIONNELS CONTRE L’ÉTAT, NOTAMMENT PONTIFICAL, CONTRE L’ARGENT. Osiris et Christ : prototype de l’Être humain : LE LION ; le Grand Ancêtre des Nomades et Chasseurs-Cueilleurs. Mais Osiris devient aussi le « premier Agriculteur », celui qui apprend cette pratique aux humains, et par là même va en découler l’écriture : pour compter et administrer les productions de l’Agriculture. Nous ne sommes plus dans la dimension animal et libre des Nomades mais dans celle de la VÉGÉTATION cyclique.

ANIMAL : représente les couches profondes de l’inconscient et de l’instinct. Animaux = signes du Zodiaques et principes des forces cosmiques, matérielles ou spirituelles. Les Dieux égyptiens, sauf Ptah, sont pourvus de têtes d’animaux. Les Évangélistes sont symbolisés par des animaux, l’Esprit Saint est figuré par une colombe. L’animal va disparaître avec l’apparition du mental ou ego : arrivée de la moralo-politique des Hébreux puis des Chrétiens. L’animal sera réduit à la pulsion, la soif, au pénis, à la libido, et les femmes incarnent parfois l’animal, sinon un côté Satan de l’homme !
L’animal se retrouve dans le TOTEMISME (j’en sais quelque chose ayant été scout….) : ressemblance entre l’humain et l’animal, variation du Thème FIDÈLE D’AMOUR : le Créateur animal et sa Créature l’humain, soit l’apparition de la CASTE (qui sera transformé plus tard en classe) : groupe d’animaux comme les ruminants, les carnivores, les reptiliens, les volants, les abeilles, etc.
BIEN PLUS : LE TOTEM EST DU THÈME DU FIDÈLE D’AMOUR : LE COUPLE CRÉATEUR-CRÉATURE, L’ANGE GARDIEN OU PUISSANCE TUTÉLAIRE APPARTENANT ICI À L’HUMAIN PRIS INDIVIDUELLEMENT OU DANS SON MOI-INDIVIDUEL. Le Totem n’a rien à voir avec le social ou le grégarisme du clan ou de la tribu ; rien à voir avec le grégarisme ou phénomène social nommé « totémisme », un isme ou système. Totem ou Noms Divins comme les Neter des Anciens Égyptiens ou Essences. Là intervient, dans le courant C.G. Jung, le dilemme multi-millénaires du Moi-Individuel et Moi-Collectif : par exemple dans la circoncision le bébé au huitième jour chez les Juifs ou le jeune homme ailleurs est admis dans le clan totémique et il établit sa relation avec son « totem animal » (il est devenu un adulte). Des Africains de la côte orientale décrivaient les incirconcis comme des animaux ! Ils n’ont pas reçu d’âme animale ni sacrifié leur animalité ! Alors leur aspect animal l’emporte… La circoncision chez les Juifs est différente, comme si le sang était « l’âme »…. était « un temps long », une « longue histoire »….

L’animalité symbolique mais réelle se retrouve de nos jours en virtuel ou singerie par la mode des animaux domestiques ou de « compagnie », tant l’humain vit maintenant dans son ego narcissique, coupé des autres malgré son hystérie du tout connecté et de son « vivre ensemble », preuves de cette cassure phénoménale parce que tout devient de plus en plus virtuel, faux, superficiel.
L’art chinois, et plus anciennement l’art scythe, comporte des animaux fabuleux, mais dans l’art scythe les animaux ne sont pas fabuleux mais « ILLIMITÉ », TOURBILLONNANT, parce que les Scythes vivaient dans des espaces illimités qui « aspiraient » sans fin. La culture japonaise moderne mais toujours traditionnelle comporte beaucoup d’animaux, les temples shintoïstes sont gardés pas des animaux, de chaque côté de l’entrée.

RAPPEL : les armoiries de l’Inde actuel et du temps d’Asoka sont trois Lions adossés surmontant un socle en forme de roue où est inscrit : C’est la Vérité qui triomphe (variation de Satyan nasti paro dharma : Il n’y a pas de Religion supérieure à la Vérité). Ainsi le Lion est porteur de la Connaissance, le Bouddha Central, le Soi ; le rugissement du Lion symbolisant paradoxalement le meilleur langage : LE SILENCE. Lion et Dragon sont du même Thème. Lion symbole du Soi ou Christ, que certains au mental tordu vont inventer un anti-Lion, un anti-Soi genre « Antéchrist », ou pulsion politico-sociale malade. Certains font aussi du Lion celui qui bouffe tout, genre dimension infernale, comme le Crocodile. En Égypte Ancienne nous avons les deux Routy, les deux Lions de l’horizon, gardiens du passé et de l’avenir, qui protègent le Soleil à son lever et à son coucher. L’un des lions représente “hier“ et regarde l’Occident ; l’autre se nomme Doua (demain) et regarde l’Orient.
Ils sont les deux gardiens qui ouvrent et ferment l’entrée et la sortie du monde des ténèbres.


PASSAGE DE LA VIE À LA VIE : le Christ-Soi est TOUJOURS LÀ. Il n’y a ni naissance ni mort, les crocs et la proie sont un simple PASSAGE, un Point Focal comme une Vide où l’on dit dans une maxime que « Le vide est l’âme de la mécanique » : la bouche de l’engrenage attend de croquer son engrenage, ou le terrain attend la graine. Ce Vide est toujours l’ESSENCE. L’engrenage n’est rien sans le Vide. Verset 11, Tao-tö king, trad. Liou Kia-hway : « Trente rayons convergent au moyeu, mais c’est le vide médian qui fait marcher le char. On façonne l’argile pour en faire des vases, mais c’est du vide interne que dépend leur usage. Une maison est percée de portes et de fenêtres, c’est encore le vide qui permet l’habitat. L’Être donne des possibilités [par le mental, l’intellect], c’est par le non-être qu’on les utilise ». « Non-être » ou non-agir.

Ici et Maintenant, le Prolétaire devrait bien signifier : Christ, celui qui est utile au Royaume des Cieux, donc qui est utile à Lui-même, à son Soi, et non plus être un prolé-traire utile à l’État maintenant dirigé par le capitalisme ET QUI SE FAIT TRAIRE COMME UNE VACHE À LAIT, LUI ET SON ÉTAT. (Prolé, proles : lignée).


Christ terroriste et croisade des Pastoureaux, au temps de Saint Louis déjà gardien du capitalisme en bonne route (croisade).
 
 
 

Dernière mise à jour : 09-06-2019 03:47

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >