Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Antiquité de la mort
Antiquité de la mort Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 16-06-2019 00:17

Pages vues : 279    

Favoris : 34

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Adversaire, Alchimie, Amour, Apocalypse, Apparence, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chimère, Christ, Confort, Contrat, Corps, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Étoile, Gnostiques, Gratuit, Héros, Histoire, Humain, Idolâtrie, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Jardin, Juif, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pèlerin, Pierre, Plume, Porte, Ptah, Race, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Sophisme, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Tore, Vérité, Vide, Vieux, Viol, washingtonisme, Yokaï

 
reseaux_sociaux_coitinformatique1.jpg
 
 
Antiquité de la mort
Depuis les 10.000 ans du Néolithique
la mort est comme exaltée par la vie :
« Une chair [carne] vivante ensevelie
dans un tombeau vivant » disait Lucrèce,
soit la mort cruelle des uns pour source
de fécondité des autres ;
et nôtre monde fonctionne comme ça
y compris avec son invention de l’économie.
Et comme citait Lie Tseu dans son Traité du
Vide parfait : « Qui peut savoir si mourir
ici n’est pas naître ailleurs ? »

PAR LA MORT, EXALTER LA VIE :
MODE DU THÈME DE L’AFFRONTEMENT.
Ça va commencer avec l’urbanisation de
la communauté humaine : écriture pour
l’administration urbaine et le
comptage des animaux domestiqués et
des céréales qui poussent hors les murs.

FINANCE ET POLITIQUE = MONDE DE L’ADVERSAIRE,
ALORS QUE CE MONDE SE VOUDRAIT
SÉCURITAIRE, HYGIÉNIQUE.
 
 
ADVERSAIRE, CONCURRENT, ÉTRANGER, OPPOSANT, RIVAL, RÉSISTANT, REBELLE, ENNEMI, TERRORISTE, APOSTAT, RINGARD (loser), etc. dans la dualité sujet-objet.
 
 
RÉSISTANCE, CHARGE/DÉCALAGE/DÉCALÉ/DÉPHASÉ (Fréquence).
Le RIRE est une Résistance ⁄ s’oppose à une action, un mouvement, la Résistance est une CHARGE (une accumulation, un réservoir, un POIDS [gravitation]), une caricature, ou portrait charge.
C’est une NON FLUIDITÉ : le contraire de Résistance est donc Fluidité, Courant : DÉPLOYER, DÉPLOYER, MAIS NE JAMAIS S’INCRUSTER.
ALORS ÊTRE LE PÈLERIN, CAR SI LA MOINDRE URBANISATION S’INSTALLE, ELLE RISQUE DE DEVENIR UN TOMBEAU.
DÉPLOYER, DÉPLOYER, MAIS NE JAMAIS S’INCRUSTER, SE BÉTONISER, SE PÉTROLISER.
Dérisoire : se moquer de l’important ou caricaturer l’important.
Difficulté/charge freine la Fluidité/Courant.
Celui qui marche dans une rue de Paris perdu dans ses pensées (ou dans son smartphone), est regardé par l’autre d’une façon différente (avec comme un air de reproche).

LE GRAND DÉCALAGE
Ce que vous cherchez : c’est là où vous ne l’attendiez pas !
Car cela peut déclencher la PAN-IQUE ou GRAND DÉCALAGE.

RÉSISTANCE : Plus c’est DURE plus ÇA DURE !
- DURE – RUDE Résistants/Solide, Difficulté, Matière dure comme la Pierre.
- DURÉE, Naissance et Mort de quelque chose, donc dualité sujet-objet.
- DURER (verbe Durer) La Pierre dure plus long-temps que le Bois (non traité par bain de sel).
Pour que cela dure, il y a des choses à ne pas dire et à ne pas faire.
Terre Durer un temps long. Après ce sera probablement de la poussière d’Étoile.
DURÉE. La poussière qui se dépose sur les meubles = le Passé. Le ménage n’a pas été fait depuis un temps long. Tomber en poussière : durer un temps (poussières d’empire).
Le dessin aussi n’a pas d’âge, LE TRAIT NE VIEILLIT PAS. Par contre c’est la mode qui vieillit.
Pour inventer le temps qui coule il faut une personne, un sujet : fabriquer la durée c’est relever deux coïncidences : celle du début et celle de la fin d’un événement. Exemple : “longueur” d’un film cinématographique en heures et minutes.
HEURE : 1 Coïncidence (objet) et 2 Observateur (sujet). (Le mot ”heure” ne peut pas être une « définition de temps » valable).


L’ADVERSAIRE N’EST PAS NORMAL ET EST LA CONSÉQUENCE DE LA CHUTE.

L’Adversaire ou Résistance va se retrouver dans le principe des Talmudistes comme les frères Abraham et Simon Oppenheim qui déclaraient ceci en 1840 : « Vendre une perle que vous avez à quelqu’un qui en a envie, ce n’est pas faire des affaires ; mais vendre une perle que vous n’avez pas à quelqu’un qui n’en veut pas, voilà ce qui s’appelle faire des affaires ». (Réf. page 451 du livre de Jacques Attali : Les juifs, le monde et l’argent) ; la synagogue de Satan…
Nécessairement l’économie, la politique fonctionnent sur l’adversaire, la compétition, la concurrence ; bref, la guerre de tous contre tous.

Pour moi ce Thème de l’Adversaire ou Résistance (au sens guerre de 1939-45) EST UNE CATASTROPHE. J’en veux pour seule preuve Ramana Maharshi qui ne vivait pas ce Thème : attaqué par des bandits, il n’a pas moufté…. Il n’a pas fait le jeu de l’adversaire qui veut bouffer l’effet de la cause, récolter les fruits… (Voir en fin de page les deux histoires de bandits contées par Lie Tseu).

Le Thème de l’Adversaire fait automatiquement entrer la dualité cause-effet ou sujet-objet, ou vendeur-acheteur et tous les problèmes y afférent.
Le Thème de l’Adversaire se retrouve dans les religions du Livre : Satan, les mécréants, les non-croyants, les apostats, etc, ceux qui ne sont pas de la « paroisse », ceux qui ne sont pas de tel ou tel parti politique. Il faut attendre la fin de la catastrophe pour entrevoir ce passage de la Bible : Isaïe 65, 25 : « Le loup et l’agnelet paîtront ensemble. Le lion comme le boeuf mangeront de la paille, et le serpent se nourrira de poussière ». Disparition de la guerre sur Terre ; et PIRE : C’est le rêve du Nouvel Ordre Mondial (l’oligarchie capitaliste des Rothschild-Rockefeller City de Londres leur « Vatican »).
Compétition et rentabilité : sont dans la même dimension où se trouvent les notations scolaires, qui encouragent le winnerisme, la vanité et les jugements de supérieur ou inférieur.
Il y a aussi la catastrophe du stockage des déchets nucléaires ; et en final, la catastrophe des intérêts politico-financiers au pouvoir. Tout cela dans le Thème de l’Adversaire ou Résistance qui fait de siècles en siècles des centaines de millions et de millions de morts.


C PAS NORMAL !

Adversaire ou monde de la souffrance, de la violence, de la perturbation, y compris atmosphérique ou climatique, volcanique, par parasites et virus et maladies, tempêtes et déluges, que les Anciens Égyptiens figuraient par le Dieu Seth qui, selon eux, était responsable du « désordre cosmique ».
Or Seth n’est autre que l’autre face d’Osiris, prototype du Christ-Jésus. Les Égyptiens en ont fait, comme à nôtre époque, le « terroriste », l’ennemi, le chaos, le Rouge, l’Adversaire de son fils posthume : Horus. Seth devient synonyme de malédiction, de mauvais, de confusion, donc l’adversaire du « bien » et de « l'ordre »… Cependant Seth n’a pas toujours été le côté de cette dualité guerrière, aux premières dynasties il a été honoré, puis dans le Delta chez les Hyksos…


Dualité du défensif contre l’offensif.
à coups de technologie de virtuel inform-atique
L’ADVERSAIRE FAIT DÉSORMAIS DANS LA CYBER-ATTAQUE.
Le Thème de l’Adversaire a pour principe ce qu’il
appelle « SÉCURITÉ » : toujours cette éternelle
recherche de « la paix ».

Au 19è siècle après 1789 l’hystérie du grégarisme tournait autour de l’HYGIÈNE, de nos jours ce trouble mental tourne autour de la SÉCURITÉ, technologie oblige. Cela tourne toujours autour de l’Adversaire, tourne toujours autour de LA PEUR.

Depuis les Hébreux-Juifs, l’Adversaire C’EST LA NATURE : si avec les Talmudistes du Moyen-Âge ces gens idolâtres du désert découvrent enfin la Nature, le Vert, grâce à eux et à leurs banques la Nature est maintenant réduite à un objet marchand, elle est devenue (comme la femme) un élément hostile, effrayant, méprisable, IL FAUT LA BÉTONNER, LA GOUDRONNER, LA NATURE EST DEVENUE SETH L’ADVERSAIRE QU’IL FAUT COMBATTRE À COUPS DE BÉTON ET DE GOUDRON PARTOUT. Donc la mode de l’écologie est d’une ignorance crasse ! Il est un fait que depuis des siècles par l’urbanisation galopante les forêts ont beaucoup rétrécies… pour laisser place au BÉTON-URBAIN CE NOUVEAU DÉSERT CHER AUX YAHVISTES ÉCONOMISTES ET NOMADES PAR WALL STREET ET LA CITY DE LONDRES.

L’ADVERSAIRE : COMBATTRE LES IDÉES, LE PROPRE DE LA TYRANNIE DE L’OPINION ET DES PARTIS OU MOUVEMENTS POLITIQUES DE L’ÉTATISME.
L’ADVERSAIRE : VOUS CROYEZ, OU NON, AUX GAS CHAMBERS ; VOUS CROYEZ, OU NON, À DIEU ; C’EST ENCORE LA TYRANNIE DE L’OPINION À L’ŒUVRE.


C PAS NORMAL : PAR LA MORT, EXALTER LA VIE : MODE DU THÈME DE L’AFFRONTEMENT. C PAS NORMAL PARCE QU’IL Y A LE TEMPS QUI COULE, IL Y A UNE NAISSANCE ET UNE MORT ; ON VA COMMENCER À INVENTER LA POLARITÉ, D’OÙ L’EXISTENCE DE « L’AIMANT » ET PAR LÀ MÊME DE L’AMOUR : LE MÂLE ET LA FEMELLE ET LA SEXUALITÉ.

LE MÂLE ET LA FEMELLE : LE MONDE DES BRANCHÉS (de nos jours : le tout connecté des réseaux sociaux et du genrisme du républicanisme ”liberté—égalité-fraternité”).
RÉSEAUX SOCIAUX = COPULATION OU COÏT INFORMATIQUE (et qui rapporte beaucoup de Fric/Flic).

« Dans le Soi il n’y a pas de sexe [pas de polarité] » dit Ramana Maharshi à l’entretien 169. « Parce que vous croyez que vous êtes le corps, vous voyez l’autre comme étant un corps. Ainsi naît la différence de sexe [et de polarité même chez les gays]. Mais vous n’êtes pas le corps. Soyez le Vrai Soi. Alors il n’y a pas de sexe ».
Dans l’entretien 335 : « Comment faire cesser l’impulsion sexuelle ?
- Maharshi : Elle cesse quand le sens de la différenciation cesse.
- Question : Comment y parvenir ?
- Maharshi : L’AUTRE SEXE ET LA RELATION À LUI NE SONT QUE DES CONCEPTS MENTAUX [c’est moi qui souligne]. Dans une Upanishad [BAU II. 4,5], il est dit que tous les êtres sont chers parce que le Soi est aimé de tous. Le bonheur est intérieur ; l’amour ne vient que du Soi. Il est à l’intérieur de chacun ; ne pensez pas qu’il est à l’extérieur : alors toute différenciation cessera ».


L’ADVERSAIRE DANS LA FAMILLE.

Qu’est-ce que c’est une famille ?
Certains vont dire : « Il y a ma femme et mes enfants. Ils dépendent de moi [cas non occidental puisqu’il réduit tout à son système égalitariste]. C’est cela la famille.
- Maharshi : Les membres de la famille vous lient-ils à eux ou bien est-ce vous qui vous liez à eux ? Viennent-ils vous dire : ”Nous sommes votre famille ; restez avec nous”, ou bien est-ce vous qui les considérez comme votre famille et qui êtes liés à eux ?
- Question : Je les considère comme ma famille et je me sens lié à eux.
- Maharshi : Fort bien. C’est parce que vous pensez qu’une telle personne est votre femme et telles autres sont vos enfants que vous pensez aussi être lié à elles.
Ces pensées sont les vôtres. C’est à vous qu’elles doivent leur existence. Vous pouvez entretenir ces pensées ou les laisser de côté. Dans le premier cas, c’est être lié, dans le second, c’est être libéré.
[…]
Il vous faut exister pour pouvoir penser. Vous pouvez avoir telles ou telles pensées. Les pensée changent, mais pas vous, vous ne changez pas. Laissez passer les pensées [donc l’opinion] et accrochez-vous au Soi immuable. Ce sont les pensées qui vous lient. Si vous les abandonnez, vous vous libérez. Le fait d’être lié n’est pas extérieur [c’est moi qui souligne]. Par conséquent, il n’est pas utile de chercher un remède extérieur pour être libéré. Vous avez le choix : soit de penser à être lié, soit cesser de penser et être libre.
- Question : Mais ce n’est pas facile de rester sans penser.
- Maharshi : Vous n’avez pas besoin de cesser de penser. Pensez seulement à la racine des pensées. Cherchez-là et trouvez-là. Le Soi resplendit de Lui-même. Quand vous l’aurez trouvé, les pensées cesseront d’elles-mêmes. C’est la libération de la servitude [à l’ADVERSAIRE].
- Question : Oui. Je comprends maintenant. Je l’ai appris tout au moins. Un guru est-il nécessaire ?
- Maharshi : Tant que vous vous prenez pour un individu, un guru est nécessaire pour vous montrer que vous n’êtes pas lié par des limitations mais que votre nature est d’en être libre » (entretien 524).

C PAS NORMAL QUE TOUTE PERSONNE DANS L’UNIVERS EN SON MENTAL AGISSE PAR GRÉGARISME OU CONFORMISME OU PAR ÉGOÏSME, DONC PAR L’ÉCONOMIE ET LE VOLE D’AUTRUI. « Respectez l’ordre social c’est voler, agir par égoïsme », écrit si justement Lie Tseu dans le Traité du Vide parfait. Voler les fruits des saisons les produits de la Terre, faire accroitre ses semences et élever des murs et construire des maisons ; voler des animaux à plumes et à poils ; dans l’eau voler les poissons, toutes choses qui certes n’appartiennent pas aux humains ; je n’ai pas peur d’écrire que par mimétisme lié à l'Univers dans le mental, le lion va voler aussi sa nourriture…. C PAS NORMAL….

Ne jamais entrer dans le jeu de l’adversaire et de la recherche de l’effet de sa cause.
Ne jamais entrer dans le jeu de l’adversaire : changer de comportement lorsque l’autre vous regarde, ou lorsqu’il ne vous regarde pas. ÊTRE DANS LA SINGULARITÉ, qui alors pourrait s’y opposer et en devenir un adversaire ?

L’Adversaire chez Lie Tseu, chapitre 18 du Discours sur les Contrats :
« Grand confucianiste du Shangdi, Niuque se rendit à Handan et tomba sur des brigands au milieu de Ousha. Ils lui volèrent ses vêtements, ses bagages et son attelage. Il continua sa route à pieds, l’air naturel, sans manifester de chagrin ou de rancœur. Les brigands le rattrapèrent et lui demandèrent la raison de son comportement. Il répondit : « Un personne de qualité ne nuit pas à sa vie pour conserver ce qui sert à la vie ». Un brigand dit : « Aïe ! Un sage ! » Les Brigands délibérèrent entre eux : « L’arrivée de ce sage chez le prince du Zhao nous causerait immanquablement des ennuis. Le mieux et de la tuer ». Ils le rattrapèrent et le tuèrent.
Un Yannais, instruit de cette aventure, mit son clan en garde : « Ne faites pas comme Niuque du Shangdi si vous rencontrez des brigands ». Chacun approuva la recommandation. Puis, un cadet de ce Yannais alla au Qin et tomba sur des brigands à la frontière. Se souvenant des recommandations de son frère, il se battit au couteau, eut le dessous. Il rattrapa les brigands et réclama qu’ils lui restituassent ses biens. Furieux, un brigand dit : « Nous eûmes la grandeur de le laisser en vie. Il nous poursuit, au lieu de rentrer. On pourrait nous retrouver. Nous sommes des brigands, n’avons que faire d’humanité ». Ils le tuèrent et blessèrent quatre ou cinq de ses hommes ».

Dans Discours sur les Contrats, chapitre 20 : « Un homme du nom de Yuan Jingmu qui vivait dans l’Est faillit mourir de faim au bord d’une route au cours d’un voyage. Un brigand de Hufu, du nom de Qiu, le vit et lui donna à boire et à manger. Trois gorgées avalées, Yuan Jingmu revint à lui et lui demanda :
- Qui es-tu ?
- Je suis Qiu, de Hufu.
- Aïe ! N’es-tu pas un brigand ? Comment un dépravé en est-il venu à me nourrir ? Ma rectitude m’interdit de manger ta nourriture.
Les mains au sol, Yuan tenta de vomir : roâque, roâque ! Rien ne sortit. Il s’affaissa et mourut. L’homme de Hufu était en effet un brigand, mais donner de la nourriture n’est pas du brigandage. Appeler brigandage ce qu’offrit le voleur et refuser de le manger, c’est confondre les mots et les choses ».

NE PAS FAIRE LE JEU DE L’ADVERSAIRE. ÊTRE AVEC LE SOI, LA SINGULARITÉ, L’IDIOTÈS.

[En haut de page : Réseaux sociaux ou coït ou sodomie informatique, de coït, du latin coitus, de coire « aller ensemble ». À rapprocher de coi : se tenir tranquille, et quoi ; rester coi : en être comme deux ronds de flan…. À rapprocher de coite (français du moyen-âge) : pointe, piqûre, hâte, combat, du verbe coiter : piquer, ce qui est le propre du phallus ou du dard…. de la lance, de la flèche et de l’épée…]
 
 

Dernière mise à jour : 16-06-2019 01:02

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >