Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Machine infernale Israël de 1948 = machine infernale Talmud
Machine infernale Israël de 1948 = machine infernale Talmud Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 18-06-2019 23:45

Pages vues : 313    

Favoris : 36

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Apocalypse, Apparence, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chimère, Christ, Confort, Contrat, Corps, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Étoile, Gnostiques, Gratuit, Héros, Histoire, Humain, Idolâtrie, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Jardin, Juif, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pèlerin, Pierre, Plume, Porte, Ptah, Race, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Sophisme, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Tore, Vérité, Vide, Vieux, Viol, washingtonisme, Yokaï

 
israel_long_atel_reparat_machintalmudiq.jpg
 
 
Machine infernale Israël de 1948 = machine infernale Talmud
Selon Norman Finkelstein, « les djihadistes wahhabites d’Arabie Saoudite et les djihadistes juifs d’Israël » c’est kif-kif sous couvert de « religion » (politisme, socialisme)
 
 
LES TÊTES-RAIDES (psycho-rigides) QUI DANS LEUR FICTION TEMPORELLE CONVERTISSENT DIEU AU JUDAÏSME.
LES TÊTES-RAIDES = LE SENS DE LA PROPRIÉTÉ ET DE L’IMPÉRIALISME À L’ANGLAISE, L’IMPÉRIALISME CHRISTIQUE OU INCARNATIONISTE (matérialiste, historique ou fiction).

C’EST LA GUERRE MONDIALE YAHVISTE TALMUDIQUE.


Le judaïsme hébreux-rabbinique : les tueurs du Ici et Maintenant, les Yuan Jingmu du mondialisme en marche.
LES ADVERSAIRES (parce que ça rapporte…)
 
 
Talmudisme des psycho-rigides : le jour de Sabbat dans un quartier de Jérusalem, un goy/gentil (non-Juif) s’effondre victime d’un malaise cardiaque, avec non loin de lui un Juif ultra-religieux qui a refusé d’autoriser l’utilisation de son téléphone afin d’appeler une ambulance. Le témoin de cette scène raconte qu’il a demandé à rencontrer des membres du tribunal rabbinique de Jérusalem (rabbins nommés par « l’État » d’Israël), si un tel comportement était conforme à leur ACTUELLE [c’est qui rajoute] croyance. « Ils ont répondu que le Juif en question s’était comporté correctement, voire pieusement, et ont appuyé leur déclaration en me renvoyant à un passage d’un recueil de lois talmudiques faisant autorité, et rédigé au cours de ce siècle. J’ai rapporté l’incident au principal quotidien hébreu, Ha’aretz, dont la publication provoqua un scandale médiatique » (raconte Israël Shahak).


CROYANCE = DOGME ABSOLU, CONDITIONNEMENT, d’où ces horribles guerres entre croyants qui rivalisent dans la dualité winners-losers en se rejetant et en se réfutant les uns les autres.
La tête-raide refusant de prêter son téléphone pour secourir un « athée » est déjà dénoncée il y a plus de 2000 ans par Lie Tseu dans son Traité du Vide parfait, chapitre Discours sur les contrats, paragraphe 20 : « Un homme du nom de Yuan Jingmu qui vivait dans l’Est faillit mourir de faim au bord d’une route au cours d’un voyage. Un brigand de Hufu, du nom de Qiu, le vit et lui donna à boire et à manger. Trois gorgées avalées, Yuan Jingmu revint à lui et lui demanda :
- Qui es-tu ?
- Je suis Qiu, de Hufu.
- Aïe ! N’es-tu pas un brigand ? Comment un dépravé en est-il venu à me nourrir ? Ma rectitude m’interdit de manger ta nourriture.
Les mains au sol, Yuan tenta de vomir : roâque, roâque ! Rien ne sortit. Il s’affaissa et mourut. L’homme de Hufu était en effet un brigand, mais donner de la nourriture n’est pas du brigandage. Appeler brigandage ce qu’offrit le voleur et refuser de le manger, c’est confondre les mots et les choses ». Justement les Têtes-raides confondent depuis longtemps les mots et les choses en se comportant comme Yuan Jingmu !

Ainsi le jour du Sabbat un Juif ne devait pas violer le Sabbat (loi, repos, et sont contraire : agitation, danse frénétique) afin de sauver la vie d’un non-Juif. Preuve de la « Tête raide » en question mais NON APPLICATION du chapitre 18, vers 17, de la Bhagavad-gîtâ : « Celui qui est délivré de la notion de l’ego, dont l’intellect n’est pas conditionné [ce qui n’était certainement pas le cas du Juif hyper-religieux en question], celui-là, même s’il détruit tous les mondes, ne tue pas, pas plus qu’il n’est enchaîné par les conséquences de ses actions ».
D’accord avec Israël Shahak, l’ensemble de mots/maux « État juif » constitue, COMME TOUTES CROYANCES OU OPINIONS RELIGIEUSES, UN DANGER POUR LE MONDE :


RAPPEL : « Société ouverte » ou « société fermée » est le même problème du SATYAN NASTI PARO DHARMA (Il n’y a pas de RELIGION supérieurs à le VÉRITÉ), précepte des Maharadjas. C’est-à-dire que personne, pas même un Juif, n’est possesseur de la Vérité ; à plus forte raison un « État » entier composée soi-disant d’une population d’une même croyance. Dans cette opinion, si une tribu péruvienne décide de se convertir au judaïsme, ils seront probablement considérés comme « Juifs » et pourront devenir habitants d’Israël.
Imaginez qu’un fort en ego et en argent décrète que la France est un « État chrétien », ou l’Italie et son Vatican ? Ou imaginez la tête d’un Juif si un gouvernement français décide de christianiser un quartier de Paris et le proclame « Quartier Chrétien » ?? LA DIVISION ENTRE HUMAINS VA ÊTRE TRÈS AMPLIFIÉE, un comble puisque le mot « religion » signifie « relier ». Bref, CELUI QUI N’EST PAS DE LA PAROISSE SERA L’ENNEMI, LE TERRORISTE.
Une « société fermée », comme celle d’Israël, NE PEUT PAS POSSÉDER la vérité, ni même une « société ouverte ».

L’« État juif » est une verrue sur la Terre parce qu’opinions de Têtes-raides, de fixistes extrémistes programmés par du langage écrit (leur Testament), qui seront d’une dangerosité extrême parce qu’ils s’accrochent à leur croyance (religion) qui selon eux est la vérité.
Ces Têtes-raides ne jurent que par CHEFFERIE : « Tous les aspects du comportement humain doivent être soumis à des sanctions religieuses qui doivent en réalité être manipulées par les dirigeants » ; ou encore application du : « Nous devons façonner les esprits de sorte qu’ils n’envisagent même pas d’agir en tant qu’individus, ni ne sachent le faire » (Platon, Les Lois, 942 ab).  IL N’Y A PAS PIRE TUEUR DU ICI ET MAINTENANT. Ici les chefs ou « dirigeants » sont évidemment les rabbins… soit carrément la politique israélienne actuelle.
 
JUIF = lignée, comme le lien du sang, le sang bleu chez les rois ; la race : couche ou ascendance, origine, la race humaine. Lignée juive : mère, grand-mère, arrière-grand-mère de croyance juive font le « copyright juif » ; ou si une personne s’est convertie au judaïsme et à été approuvée par les autorités israéliennes ; ou a condition qu’elle ne soit pas convertie du judaïsme à une autre religion, auquel cas « Israël » cessera de la considérer comme juive. On voit donc qu’IL NE S’AGIT QUE DE SIMPLES OPINIONS.

Les habitants d’Israël non Juif n’ont pas droit à l’égalité devant la « loi » (encore une preuve de « tête-raide », à y ajouter : « la loi du retour » [système hystérique de la ”terre-promise”]). Les habitants d’Israël non Juif n’ont pas droit non plus à certains avantages, comme des conditions avantageuses pour s’acheter un appartement.

LES TÊTES-RAIDES = LE SENS DE LA PROPRIÉTÉ : « la terre rachetée », selon le principe du Tiqoun (les Mécanos de la Général (1) ou peuple-prêtres), la terre passée des mains de non-Juifs à celles des Juifs. « Les terres appartenant à des non-Juifs sont au contraire considérées comme « non rachetées » (en quelque sorte « occupées », « souillées »), écrit justement Israël Shahak. Cela renvoie aux Hébreux et à leurs prophètes qui traitaient de « prostitués » les plus antiques formes de spiritualité accordée sur le Tout, spécifique du sens du sacré, notamment dans la croyance que le Divin s’incarne, ou se manifeste, dans le Tout : objets, lieux, rythmes de la Nature et du Cosmos. De telles croyances vont être dénoncées par les Têtes-raides comme « idolâtrie » par essence, et ceci jusqu’en leur envahissement de la Palestine (l’Ancienne). Ainsi ces prophètes évacuèrent la Nature de toute présence divine. Seul le désert leur semblait « pur ». Bref, encore une fois, ceux qui n’étaient pas de la « paroisse » étaient les ennemis.

« Ainsi, si un Juif qui a commis les crimes les plus noirs que l’on puisse imaginer achète un morceau de terre à un non-Juif vertueux, la terre « non rachetée » devient « rachetée » [purifiée] par une telle transaction », écrit Israël Shahak ; « rachetée » dans le sens PURIFIÉE, selon le sens de RÉDEMPTION (sens de « Mécanos de la Général » ou « Réparateurs de l’humanité », le peuple-prêtres).
« L’utopie de « l’idéologie juive » adoptée par l’État d’Israël est celle d’une Terre qui aurait été entièrement « rachetée », où aucun lopin ne serait possédé ou exploité par des non-Juifs. Les dirigeants du mouvement travailliste sioniste ont exprimé cette idée abjecte avec la plus grande clarté », écrit Israël Shahak.

« Le principal danger qu’Israël, en tant qu’« État juif », fait courir à son propre peuple, aux autres Juifs et à ses voisins, réside dans sa quête idéologique d’expansion territoriale et dans la série inévitable des guerres résultant de cet objectif. Plus Israël devient juif, ou, comme on le dit en hébreu, plus Israël « retourne au judaïsme » (un processus en cours au moins depuis 1967), plus sa politique réelle est guidée par des considérations idéologiques juives, et de moins en moins par des considérations rationnelles », écrit Israël Shahak.
« Rationnel » selon Shadak dans le sens d’impérialisme fondé sur le croyance juive.

Israël et son judaïsme SONT LA PIRE DES IDOLÂTRIES par le conformisme collectif du réseau, de la lignée, donc du CONFORMISME COLLECTIF, et PIRE : ÉTALÉ (par le lien matériel du sang) DANS LE TEMPS QUI COULE, car il ne suffit pas d’éliminer le Moi-Individuel pour atteindre le Divin, mais de faire le contraire : éliminer, temporairement, le collectif, afin de RE-trouver l’individuel, et, ÉVENTUELLEMENT, ensuite, participer du collectif.
Par exemple, la vie de méditation pratiquée selon les indications d’Ibn’Arabi, représente une forme de Réalisation du Soi dégageant la personne des normes et conventions du Moi-Collectif ou inconscient collectif à la C.G. Jung, afin de l’amener à vivre pour et avec son Unique (le Soi, la SCIENCE du Cœur ou Centrum Centri).


NON CAUSE (NON LOI)

Des choses sont créées et de celles qui ne sont pas encore
Aucune n’est le produit de causes,
Mais les sots ne peuvent pas réaliser
Que rien n’a de naissance.

Les causes primaires ne naissent pas plus qu’elles ne résultent
De la réunion des causes secondaires.
Pourquoi donc postuler des causes quand
Aucune cause, primaire ou secondaire, ne peut naître ?

Pour les dialecticiens, la causalité
Est forcément progressive ou soudaine.
La présence évidente des disciples et des vases, par exemple
Leur permet d’expliquer que les choses naissent.
(Sûtra de l’Entrée à Lankà, stance 146)

Ou dans la stance 94 :
Le monde est comme un rêve ou une illusion magique ;
Aucune cause n’a d’essence.
Quand vous verrez constamment ces vérités,
Vous ne produirez plus d’idées [ou d’opinions] fictives [les Histoires-Opinions-Temps qui coule].

CAUSE-EFFET = NÉGATION : comment peut-il y avoir une cause quelconque, car l’opinion de causalité présuppose la dualité du sujet vers son objet ce qui nécessite le temps. Par conséquent la dualité cause-effet est une illusion dans la dimension des phénomènes ou apparences.

Pas besoin des Mécanos de la Général, les Talmudistes, le ‘Je’ est toujours Ici et Maintenant. Un ‘je’ ego est toujours conditionné, qu’il se rase ou qu’il se voit, et il n’est que l’instrument dans l’un et l’autre cas, parce qu’il ne peut ni regarder ni agir, IL N’EST PAS LE POUR-VOIR que les judéo-maçons spéculatifs genre GODF veulent posséder. Un ‘je’ ne peut exercer son Pour-Voir que dans le spatio-temporel, tout aussi inventé, et aussi illusoire que de vouloir saisir le vide !

S’il y a une cause, une naissance, il naît nécessairement l’IMPERMANENCE, une mort succédant une naissance ; ce qui existe a une cause…

Dans le Fléau ou Voie du Milieu de Nagarjuna, il est écrit à 21, 12 : « Un être ne naît pas d’un être. Un être ne naît pas d’un non-être. Un non-être ne naît pas d’un non-être. Un non-être ne naît pas d’un être ».
Bref, dans l’ensemble va se développer l’HOTC : faire apparaître et disparaître des êtres, l'effet « cours des choses », HOTC où chaque « être » devient une HOTC (fiction, Game Over…).
 

Note.
1. Le Mécano de la Général est un film de Buster Keaton, « la Général » est le nom d’une locomotive à vapeur. Train et cheval sont des symboles de même importance dans le mental humain. Train = évolutionnisme, corps ou mental ; le réseau évoque le vagabondage mental, le flux d’informations, les échanges commerciaux par transport ferroviaire, la « culture », donc l’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule) avec ses horaires implacables (train = speed). TRAIN OU RÉSEAU (de chemin de fer) = SOCIAL, VIE COLLECTIVE, le « vivre ensemble » cher au capitalisme et aux Juifs socialistes bolcheviques ; l’intérêt général passe avant les intérêts particuliers.
La locomotive évoque l’ego, donc la dualité sujet-objet aussi bien que ce qui fait l’ego : le Soi ou Vraie Nature qui nous conduit là « où Nous devons aller ».
LOCOMOTIVE-EGO = DRAGON : vous devez le maîtrisez, le dompter et en faire votre ami (Imagination créatrice selon Ibn’Arabi dans le couple Créateur-Créature).
 
 

Dernière mise à jour : 19-06-2019 02:45

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >