Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Dictature pour imposer la paix mercantile
Dictature pour imposer la paix mercantile Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 16-07-2019 23:24

Pages vues : 149    

Favoris : 13

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Apocalypse, Apparence, Asservissement, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chimère, Christ, Confort, Contrat, Corps, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Étoile, Gnostiques, Gordiasade, Gratuit, Héros, Histoire, Homéopathie, Humain, Idolâtrie, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Jardin, Juif, Langage, Liberté, Lucifer, Magie, Maux, Méditation, Mental, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pèlerin, Peur, Pierre, Plume, Porte, Ptah, Race, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Silence, Simple, Social, Soi, Sophisme, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Tore, Vérité, Vide, Vieux, Viol, washingtonisme, Yokaï

 
roths_logo_faisceau_autorita.jpg
 
 
Dictature pour imposer la paix mercantile
« Des pouvoirs absolus que le gouvernement
devrait utiliser précisément pour éviter
tout pouvoir absolu à l’avenir », théorie
des ”Plus jamais ça” d’un certain
dynamité (nobelisé) Friedrich Hayek.

Même principe dénoncé par Fernando Pessoa dans :
Le banquier anarchiste : « Un petit groupe de gens
sincères, formé et uni expressément dans le
but de travailler pour la liberté, n’avait réussi,
au bout de plusieurs mois, qu’à créer une seule
chose concrète et positive : de la tyrannie au
sein même de ce groupe […]. Et, par dessus le marché,
cette tyrannie s’exerçait parmi des gens parfaitement
sincères, qui n’avaient d’autre but que d’abattre
la tyrannie et de créer de la liberté ».
 
Système Hayek, qui immanquablement devait être
un socialiste est décrit par Pessoa et son
banquier en 1922 :
« Le socialisme et le communisme sont fondés sur
l’idée d’égalité, mais se soucient peu de liberté.
Ce sont des tyrannies pires que celle du système
bourgeois qui, fondé sur l’individualisme [l’ego,
la culture actuelle du narcissisme : mon cul,
ma fille, mon chien, ma femme, ma voiture,
ma maison, mes voisins, mon député, ma voyante,
mon médecin, mon boucher, mes vacances,
mes achats, etc.], cela peut en se masturbant
le mental faire penser que ça contient
probablement un germe de la liberté, MAIS
AUTRE QUE LE POUVOIR D’ACHAT QUI
ENSORCELLE PAR SA MAGIE NOIRE.



THÉOLOGIE ÉCONOMIQUE : si on « laissait faire le marché » il serait capable de lui-même de tout rendre harmonieux, prétendent certains nouveaux prêtres de cette nouvelle théologie ; laquelle impose une dictature de transition (selon Friedrich Hayek) soit une « dictature libérale », summum de cette THÉOLOGIE MATÉRIALISTE, soit l’évolutionnisme et travail du chapeau talmudiste et de leur « Royaume de Dieu (juif) sur Terre » ; la dictature du libéralisme ou néolibéralisme.

« Le socialisme et le communisme fondent un État tout puissant, et rendent tous les hommes égaux sous ce monstre, ce Roi Absolu [comme Macron], qui ne possède même pas un corps qu’on pourrait tuer [impersonnalité, abstraction du régime républicain]. Avec l’un comme l’autre, le bourgeois a tout à perdre, le travailleur rien à gagner. Le bourgeois devient esclave, ce qu’il n’était pas ; l’ouvrier, devenu l’égal du bourgeois, se retrouve avec un nouveau maître, et tout autant esclave qu’il l’était déjà. Dans le système bourgeois, un travailleur pouvait, malgré tout, et grâce à son travail, ou à de la chance, ou pour tout autre raison, se faire un peu d’argent, monter dans la société, acquérir un certain degré de liberté - celle du moins que l’argent peut donner.
Dans le régime socialiste ou communiste, il n’y a plus aucun espoir. C’est la parfaite réalisation de l’enfer sur Terre, et en enfer, à ce qu’il semble, tous les hommes sont égaux », écrit Fernando Pessoa.

Socialisme, égalitarisme = dictature libérale qui, pour Hayek, devait être « transitoire » ou « établir la paix » nécessaire au business, conformément à l’opinion d’un membre du peuple-prêtres comme le banquier d’affaires Len Rosen, qui tint au magazine Fortune les propos suivants : « LA SÉCURITÉ COMPTE PLUS QUE LA PAIX ». Pendant la période d’Oslo, « on comptait sur la paix pour assurer la croissance. À présent, on mise sur la SÉCURITÉ comme moyen d’empêcher la violence d’entraver la croissance » (réf. page 528 : La stratégie du choc, Naomi Klein).

LE LIBÉRALISME EST LA DICTATURE DE L’EGO, DU POSSÉDANT, DU BOURGEOIS : « la ”liberté” économique [de s’en foutre plein les boyaux], celle de l’individualisme possessif, est non négociable [donc dictatoriale ou imposée], tandis que la liberté politique est optionnelle ». Nous avons là le sens moderne où en est rendu l’être humain : désormais il est mesuré, dominé, soumis aux choses de l’économique ; alors qu’avant 1789 l’être humain restait la mesure de toutes choses. Maintenant, il est chosé par le libéralisme ou néolibéralisme économique !!!

Dans cette opinion, il était naturel de choisir et d’imposer Pinochet plutôt que de laisser en vie l’élu Salvador Allende et judéo-maçon ! Coup d’État de septembre 1973 avec le soutien des États-Unis.
Pour Friedrich Hayek, le totalitarisme est « un système qui, à la différence du libéralisme et de l’individualisme, ”entend organiser l’ensemble de la société et de toutes ses ressources” vers une ”fin unitaire” », définition de la même soupe pour tous, de la société fourmilière, de l'Union européenne et du « Royaume de Dieu (juif) sur Terre ».

Des régimes politiques autoritaires comme le Chili de Pinochet, sont considérés par certains comme préférable aux régimes « totalitaires », « car s’ils interfèrent avec les ”libertés politiques”, ils n’interfèrent pas avec la ”liberté économique” ; les syndicats sont bien-sûr dissous ou réprimés, mais L’INVESTISSEMENT ÉTRANGER N’EST PAS ENTRAVÉ ET LES CITOYENS SONT TOUJOURS LIBRES DE POSSÉDER, D’ACHETER ET DE VENDRE. Pour les néolibéraux, ”la destruction de la liberté politique est toujours regrettable, mais il est claire qu’elle ne saurait être mise en balance avec la perte beaucoup plus grave de la liberté économique pour le capital” », écrit Hayek, The Road to Serfdom, cité par Grégoire Chamayou, dans : La société ingouvernable.

L’argent, toujours l’argent, l’Or, et DEHORS L’ÊTRE HUMAIN, NÉCESSAIREMENT DEHORS LA NATURE (d’où l’hystérie écologique du moment…).



Pour Friedrich Hayek, si on veut éviter de tomber dans le totalitarisme, il faut limiter les régimes parlementaires qui, dans la démocratie marchande ou libérale, tendent, par l’évolutionnisme galopant, à dériver vers la « démocratie illimitée », ce qui conduit inévitablement vers la DÉMOCRATIE TOTALITAIRE (totalitarisme comme en URSS, de nos jours la Chine socialo-capitaliste, la Corée du Nord).
Pour éviter de tomber dans la « croissance de démocratie », IMPOSSIBILITÉ QUE CELA SE FASSE EN DOUCEUR OU PROGRESSIVEMENT, car cela demande une organisation, de la parlote d’opinions à n’en plus finir, mais le libéralisme se voulant « libre » refuse toute loi qui entraverait son libéralisme commercial. Alors le Hayek est prisonnier de contradictions : il professe le respect de l’auto-engendrement spontané par opposition à la fois à l’harmonie sociale et au décisionnisme politique. HAYEK NE VOIT PAS D’AUTRE REMÈDE QUE LE CONTRAIRE MÊME DE LA NON-INTERVENTION : L’IMPOSITION PAR DÉCISION ÉTATIQUE DE LIMITER LA DÉMOCRATIE, fût-ce par le recours, si le danger est imminent, à l’état d’exception et à la dictature « transitionnelle ». Hayek explique : « Après tout, certaines démocraties n’ont été rendues possibles que par la puissance militaires de certains généraux ». Ce qui rejoint la construction de l’Europe et d’une grande partie de l’Occident COLONISÉ PAR L’ÉGLISE DE ROME : une de ces trois religions abrahamistes qui n'ont pas de doctrine ésotérique et qui sacrifient le « Qui suis-je ? » au côté socialo-moralo-politique afin de « socialiser » les masses, le « vivre ensemble » ou son « tout connecté » (faisceau (1)) ; ces politico-religions qui avec leur Super Carotte promettent la fin des temps en une vie « meilleure », le paradis et l’égalitarisme.

Le libéralisme ou néolibéralisme EST LIÉ À L’ÉTATISME : il contrôle le programme économique de l’État lui-même, en proposant de remplacer le personnel dirigeant du gouvernement et de modifier la distribution du revenu national.
Avec la voie Hayek, le libéralisme ne peut que limiter la démocratie !!!

[En référence à : La société ingouvernable - Une généalogie du libéralisme autoritaire, de Grégoire Chamayou].


Note.
1. Faisceau, fagot, botte, gerbe, bouquet : AGRÉGATS-ÉGRÉGORES-GRÉGARISME : DANGER DES « RICHESSES » DU MENTAL… AMBIGUÏTÉ : fagot pour brûler le non-conforme ou l'hérétique et le fagot du mystique qui cuisine pour acquérir la sainteté… À rapprocher du chamanisme et du rope-trick et du mythe d’Osiris coupé en morceaux : le Réalisé Bouddha après sa réalisation, pour « convaincre » les siens s’éleva dans les airs, coupa son corps en morceaux et les laissa retomber sur le sol, pour les « recoller » ensuite sous les yeux émerveillés des illusionnés ; conformément à l’Arbre de Vie et à l’Eau de vie et l’Eau de mort-colle pour dépecer, recoller et redonner vie, selon le principe de la PUTRÉFACTION ou RENONCEMENT.

Rope-trick = dépècement initiatique du futur chaman découpé par les démons et l’ascension au Ciel. Quant au rope-trick des fakirs, ils créent l’illusion d’une corde s’élevant dans le Ciel où on ne voit pas le bout de cette corde, puis ils font monter un jeune disciple à cette corde jusqu’à ce qui lui aussi comme le bout de la corde se perdre dans le Ciel. Le fakir lance alors son couteau en l’air, et les membres du jeune homme tombent l’un après l’autre sur le sol (phénomème magique ou du POUVOIR SIDDHI lié aux techniques chamaniques).
Dans les rêves initiatiques des chamans sibériens : le candidat assiste au dépècement de son propre corps par les âmes des ancêtres ou par les mauvais esprits. Mais ses os sont ensuite recollés avec du fer, les chairs renouvelées et le futur chaman, en ressuscitant, dispose d’un nouveau corps qui lui permet de se frapper sans risque avec des couteaux, de se transpercer avec des sabres, de toucher du fer incandescent, etc. Bref, les fakirs font en matérialistes ce que leurs confrères sibériens subissent en rêve. Le rope-trick se montre aussi en Chine, dans l’ancien Mexique et dans l’Europe médiévale du 13è siècle. Le rope-trick fakiriste n’est qu’une variation spectaculaire de l’ascension céleste du chaman ; « cette dernière reste toujours symbolique car le corps du chaman ne disparaît pas et le voyage céleste a lieu « en esprit ». Mais le symbolisme de la corde, comme celui de l’échelle, implique nécessairement la communication entre Ciel et Terre [comme avec l’Arc-en-Ciel] », les « Dieux descendent par cette corde ou par l’Arc-en-Ciel… » Tradition antique qui se retrouve au Tibet et en Inde. (En référence à Mircea Eliade : Le chamanisme et les techniques archaïques de l’extase).

Gerbe = moisson ou big data et les coffres plein, socialisme : rassemblement des éléments dans le tout de la même soupe ou UNIFORMISATION. La gerbe peut aussi signifier les sacs de Nœuds qui entravent la personne. Gerbe illustrée actuellement par le slogan de l’Union européenne : « Unie dans la diversité ».

Le faisceau du licteur est le symbole même de l’État des citoyenisés. Si autrefois le faisceau et le rope-trick symbolisaient la Libération, ce n’est plus le cas DEPUIS L’INVENTION DE L’ÉTATISME (tout régime d’un État aussi bien monarchique, que tyrannique ou républicain). Ce qui prouve que l’Eau de Vie et l’Eau de mort de l’Arbre de Vie N’ONT PAS D’ÂGE : EAUX PRIMORDIALES ÉTERNELLES………
 
 

Dernière mise à jour : 17-07-2019 00:15

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >