Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Le capitalisme est par essence criminel
Le capitalisme est par essence criminel Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 18-07-2019 01:38

Pages vues : 332    

Favoris : 29

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Apocalypse, Apparence, Asservissement, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chimère, Christ, Confort, Contrat, Corps, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Étoile, Gnostiques, Gordiasade, Gratuit, Héros, Histoire, Homéopathie, Humain, Idolâtrie, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Jardin, Juif, Langage, Liberté, Lucifer, Magie, Maux, Méditation, Mental, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pèlerin, Peur, Pierre, Plume, Porte, Ptah, Race, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Silence, Simple, Social, Soi, Sophisme, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Tore, Vérité, Vide, Vieux, Viol, washingtonisme, Yokaï

 
 
frise_tet_mort.png
 
 
Le capitalisme est par essence criminel
COMMENT POUVEZ-VOUS
POSSÉDER QUELQUE CHOSE ?
 
- SHUN : Peut-on atteindre la Voie [Tao ou Soi-Instant] et la Garder ?
- ZHENG : Vous ne pouvez garder votre corps, comment pourriez-vous garder la Voie ?
- SHUN : À qui est donc mon corps, s’il n’est pas à moi ?
- ZHENG : C’est une forme qui vous est fournie par le Ciel et la Terre. La vie ne vous appartient pas : c’est une harmonie qui vous est fournie par le Ciel et la Terre. La Nature ne vous appartient pas : elle vous est fournie par l’Univers. Vos descendants ne vous appartiennent pas : ils ne sont que mues confiées par l’Univers. C’est pourquoi vous marchez sans savoir où vous allez, vous vous arrêtez sans savoir où vous restez, vous mangez sans connaître les saveurs. Telle est la force du souffle Yang de l’Univers. Comment pourriez-vous posséder quelque chose ?
(Lie Tseu (Liezi), Vè siècle avant J.C., Traité du Vide parfait, chapitre Présages célestes, partie 14).

 
 
- Ramana Maharshi : Si l’homme considère qu’il est né, il ne peut pas éviter la peur de la mort. Qu’il cherche donc s’il est né ou si le Soi a quelque naissance. Il découvrira que le Soi existe depuis toujours, que le corps qui est né se réduit à une pensée [donc à une opinion] et que l’émergence d’icelle est la racine de tout le mal [c’est moi qui souligne]. (Entretien 80, du 3 octobre 1935).

- Ramana Maharshi : La naissance du corps physique n’est pas la naissance de chacun. La naissance de l’ego est la vraie naissance.
Quant à la libération, il n’y a rien de nouveau à gagner. Elle est l’état originel qui demeure inchangé. (Entretien 139, du 19 janvier 1936).

- Ramana Maharshi : Une fois né, vous cherchez à atteindre quelque chose ; si vous l’atteignez, il faudra revenir. Rejetez tout ce verbiage. SOYEZ CE QUE VOUS ÊTES. Voyez qui vous êtes et demeurez le Soi, libre de toute naissance, de tout mouvement, d’aller et de retour. (Entretien 181, du 11 mars 1936).

- Ramana Maharshi : Tout ce que vous observez doit avoir une fin ; ce qui a été créé a sa destruction ou sa fin [comme l’État, comme le capitalisme]. Ce qui n’est pas créé n’a pas de fin. Ce qui existe ne peut être observé [puisque nous sommes « dedans »]. C’est inobservable. Nous devons découvrir la nature de ce qui apparaît ; la destruction de ce qui apparaît est la fin. CE QUI EXISTE EXISTE POUR TOUJOURS ; CE QUI APPARAÎT DISPARAÎT TÔT OU TARD [comme le capitalisme et l’État]. (Entretien 186, du 13 mars 1936).

- Ramana Maharshi : C’est parce que vous dites que vous êtes né, que les Écritures vous disent « d’accord » et ajoutent que Dieu vous a créé. (Entretien 238, du 20 juillet 1936).

Il y a bien une différence entre le libéralisme anglo-saxon, dont se réclame Smith et Burke, et le libéralisme à la française avec Voltaire, Rousseau, Condorcet et son sac de nœuds 1789 qui va engendrer la révolution russe de 1917 et le socialisme (communisme) ; on a donc un antagonisme entre libéralisme capitaliste et la démocratie totalitaire (socialisme). Capitalisme et socialisme ont d’étroites affinités ; rejeter le socialisme et garder le capitalisme c’est rejeter le fleuve et vouloir garder la source !

Quand tout est devenue politique, ça sent le renfermé ! Ça sent l’étatisme qui éclate partout et qui manipule tout. POLITISATION TOTALE DE L’ENSEMBLE DE L’EXISTENCE HUMAINE, DONC LE SOCIALISME ET SA MODE DU SOCIAL À FOND. Si l’État se renforce et devient envahissant, c’est qu’il est sommé de répondre aux exigences de toutes les parties économiques intéressées toujours en évolutionnisme. Si l’État intervient dans l’économie, c’est par que le privé du capitalisme intervient dans l’État : mélange inextricable du pouvoir politique et du pouvoir économique. L’étatisation de la société n’est que la conséquence de la « sociétalisation » ou privatisation de l’État. L’État devient omniprésent uniquement PAR FAIBLESSE : plus sa sphère politicarde s’étend et plus il se dilue et plus sa force s’atténue. Plus cet État semble omniprésent, comme maintenant en France, et dans nombres de pays occidentaux, et plus il se fait en réalité impuissant ; ainsi il y de quoi sérieusement s’inquiéter : l’État dégénère… enfin !

État fort, ou qui le laisse paraître, en apparence : il concentre entre sa bande organisée toutes les techniques modernes, à commencer par les moyens militaires, (voir les dernières initiatives de Macron…), puis maîtrise des nouveaux moyens de communication et du « tout connecté », pour aller sans erreur vers un État militaro-médiatique, guerrier et propagandistes, doté des derniers moyens électroniques en matière de répression des corps et des cerveaux ; cet État-là ne tolérera plus l’émergence en son sein de mouvements genre Gilets Jaunes, il combattra tous les « ennemis de la liberté » (pour employer la phrase de Saint-Just).

Du point de vue harmonisation de la communauté humaine, la « démocratie » confond pouvoir politique (l’État) et pouvoir économique (le privé, l'économique). Nous nous dirigeons vers un « libéralisme autoritaire ». De le cas actuel du mélange des deux pouvoirs, puisque le troisième : le spirituel, est devenu inexistant, nous nous dirigeons vers une politique autoritaire globale, mondialiste, qui les distinguera. La démocratie politise la société et « sociétalise » ou « privatise » l’État, alors que la seconde en marche dépolitisera la société civile et renforcera l’État, mais je doute fort que cela permette de distinguer à nouveau pouvoir politique et pouvoir économique tant icelui est devenu hyper matérialiste. Le calcul « État fort = économie saine » C’EST TERMINÉ !!! L’étatisme est en voie de disparition et son capitalisme avec lui…
Si l’État disparaît, et il disparaîtra, ce ne sera pas pour être remplacé par un pouvoir privé et économique, un « État capitaliste » total, qui marquera la fin de l’espèce humaine….. Un « acte de dépolitisation » ne servira à rien et ne sera qu’un nouveau packaging d’étatisme déguisé. Le temps où l’État se retire de toutes une série de fonctions de directions des affaires économiques, et si d’autres instances prennent le relais : C’EST TERMINÉ, NON VIABLE. Il ne pourra pas « s’intercaler une dimension intermédiaire » régie par un « auto-gouvernement privé » constitué d’une chefferie de patrons d’industries.
Le temps est aussi terminé où une « autorité stable » viendrait procéder à des opérations de dépolitisation et reprendre, à partir de ce qu’il reste de l’État total, des domaines de vie privées…

S’il se développe un « libéralisme autoritaire », une dictature molle comme actuellement, ce nouveau petit monstre aura une vie brève… Car en libéralisme l’État devant s’effacer devant son sa propre autorité, il va automatique être évincé par le pouvoir économique privé. Le slogan « Liberté de l’économie par rapport à l’État » C’EST TERMINÉ. Un État « faible dans sa relation au marché » est la même illusion que les Google qui veulent réaliser, ici-bas, une vie « immortelle ». L’économie capitaliste actuelle redoute le patriarcat de l’État ou « État-providence ».
Réhabiller ou repeindre l’État pour vendre comme à la télé : « Nouveau, vu à la télé ! », ça ne fonctionnera plus.

L’étatisme qui éclate partout et qui manipule tout réagit comme la braise avant de s’éteindre, elle s’illumine de toute son énergie : « Si c’est pour habilement dévoiler le sens réel des choses, et l’État par essence ne le peu pas puisqu’il lui faut du consentement, jamais les enseignements et donc les manipulations ne se laissent gagner par les mots » (en référence du Soûtra de l’Entrée à Lankâ). Comme il est précisé : « les mots sont tous prisonniers du langage alors que le SENS [ESSENCE] ne l’est point, puisqu’il n’est ni quelque chose ni rien, PUISQU’IL N’A NI NAISSANCE NI CORPS ». Ainsi le Réalisé vivant n’enseigne pas un réel prisonnier du langage puisque ce dernier n’offre pas de prise à l’existence ou à l’inexistence ;  le Sage ne parle pas….

Oui, le problème est que nous sommes tellement conditionnés, que l’on croit qu’il est tout confort de regarder à l’extérieur et très très très difficile de regarder à l’intérieur, de soi. « C’est absurde. Regarder le monde extérieur est facile et regarder à l’intérieur est difficile ! CELA DEVRAIT ÊTRE L’INVERSE ! », dit le Maharshi à l’entretien 244, du 29 août 1936.
Il dit aussi : « On n’est jamais qu’en sommeil. L’état présent, celui de veille, n’est pas plus qu’un rêve. Et le rêve ne peut se dérouler que durant le sommeil. Le sommeil est donc la base de ces trois états. Et la manifestation de ces trois états n’est encore qu’un rêve qui, à son tour, est un autre sommeil. Ainsi ces trois états de rêve et de sommeil n’ont pas de fin.
Il en va de même de la naissance et de la mort qui sont, elles aussi, des rêves dans un sommeil. En vérité, il n’y a ni naissance ni mort ».

Entretien 272, du 23 octobre 1936 : « Le monde n’est pas extérieur à vous. Parce que vous vous identifiez à tort au corps, vous voyez le monde à l’extérieur et vous remarquez ses souffrances. Mais elles ne sont pas réelles. Cherchez la Réalité et débarrassez-vous de cette fausse impression ».
À l’entretien 290 du 30 novembre 1936 il est dit que nôtre but est l’élimination de la souffrance. « Vous ne pouvez pas acquérir le bonheur, il est vôtre nature fondamentale. La Félicité n’est pas une acquisition nouvelle. Tout ce qu’il faut faire, c’est éliminer le malheur ».
 
 

Dernière mise à jour : 18-07-2019 01:56

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >