Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Langage projeté = de la fumée d’Indien
Langage projeté = de la fumée d’Indien Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 05-09-2019 19:26

Pages vues : 112    

Favoris : 9

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Apocalypse, Apparence, Asservissement, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chimère, Christ, Confort, Contrat, Corps, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Étoile, Gnostiques, Gratuit, Héros, Histoire, Humain, Idolâtrie, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Intérieur, Jardin, Juif, Langage, Liberté, Lucifer, Magie, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pèlerin, Peur, Pierre, Plume, Porte, Ptah, Race, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Silence, Simple, Social, Soi, Sophisme, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Tore, Ulysse, Vérité, Vide, Vieux, Viol, washingtonisme, Yokaï

 
ci1-mr450.jpg
 
 
Langage projeté = de la fumée d’Indien
au sémaphore ou chappisme en passant par
le télégraphe et jusqu’aux ondes millimétriques
de la fée électricité et ses fours à micro-ondes.


赤い真珠 (akai shinju)
 
 
Bienvenue dans la dimension du PROCHAIN INDICIBLE TREMENDUM, L’APOCALYPSE, LA PANique ou e-froid du mysterium tremendum l’anti-confort par essence, va falloir attacher vos culottes, car la frayeur PANique du sacré est pire que la liquéfaction de l’air. Le Royaume de Dieu (Juif) sur Terre, c’est du cuisiné, du confort-plaisir de consommateur qui arrive à sa fin (et à ses faims).
 
 
L’anti-confort sera suivi du Vrai Confort : la tremenda majestas, laquelle fait frissonner, comme la splendeur insigne du fascinans qui captive et fascine de manière à réaliser le MARIAGE DES CONTRAIRES. Le fascinans correspond à l’ivresse du sacré, à l’enthousiasme fou et extase dionysiaques au hiéro-gamos (union sexuelle sacrée métamorphosante).
Bref, Apocalypse = FEU SACRÉ QUI CONSUME TOUT, Y COMPRIS LE MYSTIQUE LUI-MÊME CUIT (aux petits oignons….).
LE GRAND PAN ou PANique, la terreur numineuse (pavor sacer) est la RACINE de toute spiritualité « primitive » : une terreur démoniaque qui va trouver un CONFORT vers une purification, mais sans jamais cesser de perdre ce pavor sacer, ce Grand PAN qui n’a jamais été mort ! Aucune logique ou raison de perruques poudrées laïcardes là-dedans, QUE DE L’ARBITRAIRE, DU GRATUIT, DE LA NON-DUALITÉ. Toutes forces divines possèdent, en tant que dimension numineuses suprêmes, l’AMBIVALENCE OU NON-DUALITÉ INHÉRENTE À CES DERNIERS (on dit que les Anges n’ont pas de sexe, ce qui intriguait beaucoup le monde religieux médiéval).
Le NUMINEUX : « Je est un autre » de Rimbaud.
BREF, TOUT CELA NOUS RENVOIE À NÔTRE IMPUISSANCE, À NÔTRE SOUMISSION (que voudrait casser les Juifs des Google-Transhumanistes qui se croient « peuple élu » et même au-dessus de leur Dieu).
En fait, QUI A PEUR ET FRISONNE ? C’est le corps ou mental : la peur est souvent de « perdre son individualité », donc de perdre « ses biens »… « La peur de la mort est présente seulement quand la pensée ‘je’ [ego] est née. […] Restez sans penser, tant qu’il y aura pensée, il y aura peur » (Ramana Maharshi, entretien 202, du 15 juin 1936).

LA BOURSE ? OU LA VIE ? Le tétéphone mobile se veut dictature du non connecté par fil en tout connecté par ONDE, EN PIRE ? Tel est ce monde actuel qui plait tant à Jacques Attali et à son ARGENT JUIF, son « autre face de son Dieu ». Ce monde du nomadisme à la tribu(t) juive, monde du Pour-Voir et de la mesure de l’Homme mesuré par les choses du CAC 40.
Il y a peu, par leurs chaînes (leurs fils électriques liant leurs outils informatiques), les humains étaient des esclaves, mais ils n’étaient pas des pantins. De nos jours, avec le tout connecté sans fil uniquement par ondes, les fils et chaînes qui liaient jadis le corps de l’esclave sont devenu dans les ondes du tout connecté les ficelles qui meuvent, de l’intérieur, l’âme de l’humain devenu une simple marionnette (voir comment il est manipulé par le régime et ses médias).

Quelle liberté ? Nous n’avons plus de fil à la patte avec le « sans fil », c’est tout confort mais de plus en plus esclavage ou perte de liberté : noyé dans le déluge du Big data, enchaîné par le tout connecté pire que l’ancien connecté filaire et pire que les esclaves enchaînés : .

Bienvenue ou plutôt Malvenue dans ce monde antennisé (dès 2014 la JCDecaux installait dans ses panneaux publicitaire urbanisés près de 200 small cells (petites antennes relais relié à une « antenne-patriarcale » installée en grande ville) sur des abribus à Amsterdam. Publicité et Big data du capitalisme font bon ménage).

Malvenue pour votre petit corps, votre mal de tête, vos douleurs musculaires, vos acouphènes, vos vertiges, vos inflammations des yeux, votre tension nerveuse ou votre fatigue chronique, et même un possible cancer de vos glandes surrénales dans ce monde noyé d’ondes électromachins. Alors que le corps humain et son cerveau est lui-même une machine électromachin (voir l’encéphalogramme et l’électrocardiogramme).
Il existe d’ailleurs pour les forces du désordre des fours à micro-ondes projetant à distance et anti-Gilets Jaunes, anti-manifestations : émission d’un faisceau de 95 GHz projeté vers la cible : une impulsion de 2 secondes va faire cuire la peau d’un Gilet Jaune à environ 55° causant une sensation désagréable de brûlure. À cette fréquence ça ne pénètre la peau que sur 0,4 millimètre de profondeur ; il faudrait un jet continu de 5 minutes pour brûler la peau.

Les radiations des smartmachins portables augmentent les taux de cancer chez les rats (étude du programme de toxicologie mis en marche par le département de la santé américaine qui a duré plus de 10 ans).
Dans chercheurs ont observés les effets des ondes de la 5G sur les insectes et précisent que ces ondes affectent toutes les structures et les fonctions du vivant, ce qui explique les disparitions croissantes d’insectes, moins d’abeilles, moins de pollen, plus de personnes déprimés, plus de détraqués pour psychiatres, etc., tous bons clients pour Big Pharma.
BIENVENUE CHEZ LES JUIFS ÉLUS DE CHEZ GOOGLE-TRANSHUMANISTES ET FACEBOOKÉS QUI VEULENT ABSOLUMENT FAIRE NAÎTRE, ET DONC MOURIR, POUR ENSUITE PROPOSER DE VENDRE LEUR « IMMORTALITÉ ».


Aurélien Barrau : « Nous avons déjà tué 70% du vivant [avec l’absence de la mode du réchauffisme]. Préfère-ton la vie, ou le débit du réseau téléphonique ? ». Ce qui revient à dire : LA BOURSE ? OU LA VIE ?
Pour alimenter tout ce réseauisme, tout ce « vivre ensemble », il va en falloir des actionnaires, des conseils d’administrations de centrales nucléaires ou autre nocivité genre hachoirs à oiseaux (éoliennes).
Plus l’artificiel sera amplifié et plus il sera le KILLER, LE VRAI TERRORISTE, ET NON LE BOUGNOULE DU COIN qui crie : « Allah où est au bar ? »

LE PREMIER TERRORISTE DE LA PLANÈTE CE SONT TOUS LES ACTIONNAIRES ET CONSEILS D’ADMINISTRATION DES MULTINATIONALES DE CETTE PLANÈTE (surtout les actionnaires des gestionnaires et fabricants du réseautage et « vivre ensemble » mondial). CELA FERA BEAUCOUP DE PERSONNES À « TRAINER EN JUSTICE », LES CAMPS DEVRONT ÊTRE GRANDS…

TÉTÉPHONIE MOBILE = MESSIANISME, ROYAUME DE DIEU (juif) ICI-BAS : ATTEINDRE, DU A PRIVATIF ET TEINDRE : NE PAS TEINDRE, DONC LE CONTRAIRE DE CETTE TECHNOLOGIE MORTIFÈRE. Celui qui cherche à atteindre veut teindre alors qu’il ne peut teindre rien ! Rien étant nulle part, Rien ne peut être atteint ! Comme l’Éveil ne s’atteint pas !
TÉTÉPHONIE MOBILE = RELIER, GRÉGARISER, UNIFORMISER (même soupe pour tous).
Exposition par l’auteur de cet article de l’Éternité et de nôtre Nature originelle qui n’a rien à voir avec tous les langages projetés de toutes les tétéphonies mobiles prochaines et avenir. Vers l’âge de 7 ans, dans la cour de récréation étroite de l’école primaire de la rue Ampère à Paris, j’attendais dans la file pour rentrer dans la classe surchargée en préfabriquée (période du baby boom à 40 gosses par classe), je me voyais AVANT ma venue sur Terre : DANS LE NOIR DE L’ESPACE (je ne pouvais pas y voir une étoile puisque l’étoile, ce devait probablement être moi…).

NOIR contre-couleur du Blanc et son égale valeur absolue. Le Noir devient absence de couleurs ou la somme des couleurs, leur négation ou leur synthèse. Contre-couleur il est associé au SAINT CHAOS ou Eau Primordiale, QUAND IL N’EXISTE PAS ENCORE DE NOMS-LES-FORMES. Ainsi le Noir rappelle la signification du Blanc Neutre de L’INSTANT, du Ici et Maintenant ou Soi, le Blanc du Vide du Vide.
Le mot « espace » ne peut que renvoyez du « noir », sans étoiles visibles. Il se trouve d’ailleurs que George Adamski a décrit cela dans son livre Inside The Spaceships (À l’intérieur des vaisseaux de l’espace, 1955 et 1979 pour la traduction).
Bizarrement quand j’avais 7 ans, le 20 novembre 1952 Adamski et plusieurs de ses amis alors dans le désert du Colorado près de la ville de Desert Center en Californie, aperçurent un grand objet en forme de sous-marin planant dans le ciel.
Bref, CE NOIR signifie pour moi que j’ai TOUJOURS ÉTÉ LÀ ET QUE RIEN NE ME SÉPARE DE CE NOIR, NOIR INDIQUANT LE RIEN DANS LE TOUT ET TOUT DANS LE RIEN, puisque Rien depuis l’Origine n’est vraiment.


MARS, la planète rouge du Faire/Fer ; la planète du struggle for life (le chacun pour soi remplaçant l’hérédité) ; la planète du capitalisme et du libéralisme de ce monde des accidents où il faut « gagner sa vie » afin de posséder un « pouvoir d’achat » et défendre des « droits » ou ses « intérêts ». Le politicard Richelieu était de type martien : impétueux, mais aussi Berlioz et Van Gogh, ce qui en tous deux s’entend et se voit… La chose militaire, le sport et l’unique pragmatisme de la médecine sont signés Mars.
Un jour, quelques « scientifiques » comme on dit de nos jours de la mode de ces « spécialistes », discutaient de la composition de Mars. Près d’eux se trouvait un mignon petit Japonais qui écoutait et qui se mit à lever les yeux en s’écriant : « C’est juste une toute petite perle rouge ! » et il éclata de rire, en japonais bien-sûr.
Pas mal d’années passés, le petit Japonais était devenu un acteur de dramas, comme par exemple Takizawa Hideaki. Il se trouva que pour une scène d’un drama il devait regarder dans un télescope, et ce qu’il voyait l’intéressa tellement qu’à la fin du tournage du drama et avant d’entamer le prochain prévu au-delà de 6 mois, il se consacra à l’étude de cette planète rouge. Et plus il étudiait cette planète et plus il devenait perplexe, jusqu’à désespérer de ne jamais comprendre la composition de la planète, son origine, sa destinée. Il confronta ses connaissances de la planète Mars avec un astronome japonais tel Kin Endate. Ce gros complément avec Kin Endate permis à Takizawa de devenir un winner en ce qui concerne Mars, il était arrivé au maximum d’informations sur Mars. Et sur le tournage du drama suivant, en studios lorsque ses collègues acteurs lui demandaient des choses sur Mars, Takizawa répondait, en japonais : « Mars la rouge, c’est ce qu’il y a de plus simple », et il leur donnait un clair résumé de ce qui constituait Mars, en moins d’une douzaine d’expressions « scientifiques ».

Quelques années plus tard, un autre petit enfant Japonais, entendant la renommée surprenante de l’acteur Takizawa Hideaki en matière d’astronomie et regardant un de ses dramas et les commentaires sur les acteurs, à la faveur d’une conférence sur le drama en présence des acteurs et du réalisateur, le petit Japonais apostropha Takizawa en lui disant : « La planète Mars, c’est juste une petite perle rouge, n’est-ce pas ? », en japonais bien-sûr. « Ma mamie dit que c’est un bout de ferraille rouillé, mais je ne la crois pas ». Takizawa réfléchit quelques secondes, puis il lui répond : « Jeune garçon, tu pourrais bien avoir raison, quoique l’opinion de ta mamie pourrait aussi avoir la chance d’être juste ».
« Mais je croyais que vous saviez tout sur Mars ? », dit le petit Japonais assez surpris.
Takizawa lui répond alors : « Avant le précédent drama, je le pensais, mais maintenant, je sais que j’en sais de moins en moins. Tu vois, j’ai rassemblé toutes les informations qui pouvaient être récoltées et puis un jour, j’ai réalisé que les faits relatés par les informations étaient des choses irréelles, des fruits de l’imagination, des opinions, des rêves d’adultes ».
Alors le petit Japonais demanda : « Qu’avez-vous donc décidé de faire après cela ? »
Takizawa : « J’ai demandé au gouvernement japonais à ce qu’on fasse construire une fusée de façon à pouvoir aller sur Mars vérifier par moi-même, viendrais-tu avec moi ? ».
Le petit Japonais resta muet pendant quelques secondes, puis se mit à rire : « Non, merci. Je ne viendrai pas avec toi ».
Takizawa : « Pourquoi pas ? »
Le petit Japonais : « Je peux voir par moi-même que la planète Mars est une perle rouge, je n’ai pas besoin de monter dans une fusée pour la ramener ».

Ce récit de la Perle rouge renvoie à celui du génial H.P. Lovecraft qui évoque ce « Rien du Tout » dans Démons et Merveilles, à plusieurs endroits, notamment quand une horreur d’entité crie à la gueule du héros : « ESPÈCE DE CRÉTIN, WARREN EST MORT ! », une Réalisation du Soi en forme de PANique. Autre passage décrivant PANique le Grand PAN : « En face de ce redoutable prodige, le fragment Carter oublia l’horrible anéantissement de son individualité. Cette entité était un tout en un et un en tout, un être à la fois infini et limité qui n’appartenait pas seulement à un continuum d’espace-temps, mais faisait partie intégrante de l’ultime essence motrice du maelstrom éternel des forces de vie, de l’ultime maelstrom sans limites qui dépasse aussi bien les mathématiques que l’imagination. Cette entité était peut-être celle que certains cultes secrets de la Terre nomment à voix basse Yog-Sotoh (ou Sothoh), et qui, sous d’autres nom, fut une déité ». Une déité (D.I.T. ou DIT : le dit, le racontar et convenu, l’histoire, les informations).

PANique : celle des espaces infinis renvoyés par les Perles d’Indra….
Howard Phillips Lovecraft : pas si agnostique que ça !!! Ou : moi aussi je suis agnostique puisque cette page montre qu’on ne peut pas « voir » la Vérité ! Vérité ou Dieu inconnaissable à jamais. Un « non croyant » c’est comme les « mauvaises herbes », ça n’existe pas ! Nous ne sommes plus au temps des Croyants et des tétéphones mobiles car nous entrons dans celui DES SACHANTS, LE TEMPS DE L’APOCALYPSE ET DE L’INDICIBLE TREMENDUM si bien décrit par le sublime H.P. Lovecraft dans : Le témoignage de Randolph Carter :
Lui et son ami Warren Harley se rendent dans un cimetière, Warren part à l'exploration souterraine d'une tombe et reste en contact téléphonique filaire avec Randolph resté en surface. Au bout d'un temps la voix de Warren lui renvoie l'épouvante de son angoisse. Et finalement "à l'autre bout du fil" lorsque Randolph interroge très angoissé son ami, une voix lui répond une chose surprenante illustrant fort bien ce qu'il se passe dans notre monde actuel : « ESPÈCE DE CRÉTIN, WARREN EST MORT ! »… Bref, la totale illusion, l'Enfer, la Chute, LE VIDE ET LE BIDE, nous le créons nous-même comme nous avons créés Dieu et les Dieux comme le dit bien Ramana Maharshi à l'entretien 264. Cela rejoins ce même entretien où le Maharshi dit : Où est tout le monde ? Il n'y a pas non plus de libération. Elle pourrait exister seulement s'il y avait asservissement. Mais en réalité, il n'y a pas d'asservissement et, par conséquent, pas de libération non plus.
Lovecraft est mort le 15 mars 1937 et cet important entretien 264 de Ramana Maharshi date du 20 octobre 1936 !....

Bref, la fin du récit : Le témoignage de Randolph Carter, résume à lui tout seul la fameuse Chute point clé de l'Ancien Testament du judaïsme : un fétu de paille, un papier de cigarette, une petiote poussière qui coince tous les rouages du monde depuis des millénaires (depuis plus de 10.000 ans de cette voie de l'Agriculture).
LA CHUTE : UNE ILLUSION, UNE HALLUCINATION COLLECTIVE, parce que nous sommes TOUJOURS dans l'Instant ou Soi, il n'y a pas à l'atteindre ou à le libérer. Il n'y a pas un instant où l'Instant-Soi n'est pas. Les pensées sont dues à l'identification du Soi avec le non-Soi ou ego, le corps.
Le témoignage de Randolph Carter renvoie direct au NOIR décrit plus haut et au curé d’Ars : « Si on se voyait sans masque [sans persona], on mourrait ». Parce ce qu’on se verrait comme le GRAND PAN, on mourrait de peur, de cette peur du vide sous la persona de la mort. On mourrait de peur de perdre nôtre fameuse individualité. Cette hyper Lucidité totale serait L’APOCALYPSE, LA CATASTROPHE, L’ÉVEIL SUPRÊME : NOUS MOURRONS FASCINÉS EN INDICIBLE TREMENDUM PAR NÔTRE PROPRE VIDE. À MOINS QU’UNE BIENVEILLANCE, UN ANGE, VEILLE NOUS SERVIR D’OREILLER VRAI CONFORT, ET NE NOUS AIDE À NOUS SERVIR DU ZÉRO INDIEN. C’EST LA DIMENSION DU DIVIN, L’ARRACHEMENT DU MASQUE QUI ADOUCIT LA VERTIGINEUSE VACUITÉ. MAIS LE MASQUE DE L’INDIVIDU, LE SOI-DISANT NON DIVISÉ, EST BIEN CE QUI NOUS EMPÊCHE DE MOURIR DE LA CONNAISSANCE DE NOUS-MÊME, ET DE RÉALISER LE SOI-INSTANT.

Le sans masque du curé d’Ars est également le NOIR, LA LUMIÈRE, LE YOG-SOTOH OU LA VACUITÉ : « Le moi et le sans moi forment dualité. Or, si le moi est introuvable [pas d’ego], comment trouvera-t-on ce qui n’est pas le moi ? [paradoxe de la Réalisation du Soi]. Celui qui voit l’essence réelle [donc sans masque comme le suggère le curé d’Ars] ne suscite plus ces deux choses et accède au Réel dans la non-dualité », dit le Réalisé Protégé de Tous (Soûtra de la Liberté inconcevable). Le Réalisé Dont la Vue Réjouit explique :
« La forme et le vide sont duels. La forme est vide d’une vacuité qui n’est pas cessation de la forme : c’est l’essence de la forme que d’être naturellement vide. De même pour les sensations, les représentations, les compositions [concepts] et les consciences.
La conscience et le vide forment dualité. La conscience est vide d’une vacuité qui n’est pas la cessation de la conscience : C’EST L’ESSENCE DE LA CONSCIENCE QUE D’ÊTRE NATURELLEMENT VIDE, ET LÀ SE DILATER À L’INFINI, C’EST ACCÉDER AU SEUL RÉEL DANS LA NON-DUALITÉ ». Voir ci-dessous où le Maharshi dit bien que L’ÉTAT LIBRE DE TOUTE PENSÉE EST LE SEUL ÉTAT RÉEL.

DONC, COMME MON NOIR DE LA RUE AMPÈRE À PARIS, ET JE M’Y ACCROCHE, LA VRAIE NUIT, C’EST RETOURNER LA LUMIÈRE, IL Y A TOUJOURS DE LA « LUMIÈRE ALLUMÉE ». SEUL LE POUVOIR, LE POUR-VOIR, LE POUR-VOIR DES RELIGIONS, EST L’ÉTEIGNOIR (momentané) DE CETTE LUMIÈRE, DE CE NOIR.
« Nous cherchons à atteindre la Réalité alors que nous SOMMES la Réalité » (Ramana Maharshi, entretien 146, du 26 janvier 1936). Dans le même entretien Le Maharshi dit que L’état libre de toute pensée est le seul état réel. Il n’y a aucun action correspondante à une réalisation […] Y a-t-il quelqu’un qui nie sa propre existence ? De même que le mental ne pouvant pas se tuer lui-même indique QUE LE MENTAL N’EXISTE PAS. Seul le mental peut empêcher le Ici et Maintenant et la connaissance de nous-même, à condition aussi de ne pas se laisser avoir par les croyances des régimes et religions.


Le NOIR de la LUMIÈRE fait peur aux Hébreux-Juifs, alors ils comblent la LUMIÈRE d’objets et d’histoires et d’opinions qu’ils vendent. C’est leur CONFORT, leurs SERVICES AUX AUTRES ET DE QUOI JE ME MÊLE ? EN CE SENS, ILS SONT LE « PEUPLE ÉLU ». DE QUI ? Qui est la Fractale Manu, mouture de « premier Adam » ? Qui est ce Vishnou qui incarne la fonction de la conservation (de la vie éternelle) ? Un Yog-Sotoh ? En tous cas, en tant que « peuple élu », comme le diable et son ami (1), LES HÉBREUX-JUIFS AIDENT À ORGANISER, À ADMINISTRER. Comme le diable, les Juifs organisent : « Les quatre cents familles juives des Pays-Bas rapportent beaucoup d’argent à l’État et que, partout où ils sont admis, les Juifs sont de bons citoyens qui ne veulent rien d’autre qu’apporter la prospérité autour d’eux [le confort, l’évolutionnisme ou le googlisme]. ”Ce sont de fidèles vassaux” », Immanuel Benveniste, imprimeur, cité page 365 par Jacques Attali dans : Les Juifs, le monde et l’argent.
Le PEUPLE ÉLU, les SPÉCIALISTES ou DIVISIONS et la CHEFFERIE, tous ces gens qui veulent « rendre service » (commerces, banques et réseaux, comme la judéo-maçonnerie spéculative, le tout connecté de l’informatique en réseaux « sociaux » ou de Big data comme Facebook et Google…)
LES PENSÉES SONT LES TERRORISTES : ELLES CORRESPONDENT À L’INVENTION DE L’UNIVERS. EN LEUR ABSENCE, C’EST LE NOIR DU CURÉ D’ARS ET DE MA RUE AMPÈRE, IL N’Y A DONC NI DIEU FABRICANT NI MONDE. IL N’Y A QUE L’ÊTRE UNIQUE « ET C’EST LA FÉLICITÉ DU SOI » (dit le Maharshi à l’entretien 326 du 13 janvier 1937).

« Demandez-vous si vous avez une forme. Alors vous comprendrez Dieu » (R. Maharshi, entr. 385, 6 avril 1937).

Où est l’Univers, si ce n’est en vous ? (entretien 385). Yog-Sotoh, LE RIEN DANS LE TOUT ET TOUT DANS LE RIEN, c’est vous, c’est moi, C’EST LE SANS MASQUE DU CURÉ D’ARS, évidemment sans espace-temps (il y a erreur ou fausseté dans sa description automatiquement dualiste….le Vrai cessant d'être vrai dès qu'il est vu...).



Note.
1. Voir en fin de l’article Transhumanisme = augmenter la f(r)iction, l’histoire que raconte Jiddu Krishnamurti à Omen en 1929 à propos de la recherche de la Vérité.
 
 

Dernière mise à jour : 05-09-2019 23:39

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >