Accueil arrow News arrow Dernières news arrow LA LIBERTÉ INCONCEVABLE
LA LIBERTÉ INCONCEVABLE Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 11-09-2019 20:35

Pages vues : 79    

Favoris : 8

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Apocalypse, Apparence, Asservissement, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chimère, Christ, Confort, Contrat, Corps, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Étoile, Gnostiques, Gratuit, Héros, Histoire, Humain, Idolâtrie, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Intérieur, Jardin, Juif, Langage, Liberté, Lucifer, Magie, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pèlerin, Peur, Pierre, Plume, Porte, Ptah, Race, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Silence, Simple, Social, Soi, Sophisme, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Tore, Ulysse, Vérité, Vide, Vieux, Viol, washingtonisme, Yokaï

 
tore_couleurs_amourdivin.jpg
 
 
LA LIBERTÉ INCONCEVABLE
Depuis le départ du Néolithique et l’invention
de l’État (Monarchique ou Républicain) tout
les êtres humains cherchent vainement
la Liberté À L’EXTÉRIEUR.
Certains au gros ego en profite pour
IMPOSER À TOUS LEUR VÉRITÉ, cas flagrant et
récent du 11 septembre 2001 (1) (démolition
contrôlée, sauf pour les plus de 3000 morts),
cas typique du FABRICANT D’ÂMES (nous tous,
tous les noms-les-formes).
Comme ce peuple élu et du RACHAT qui en tant
« qu’élu » (diaspora, virus) n’aime pas être
salarié d’un employeur privé (non élu), même juif !
Ces fabricants d’âmes qui décideront
prochainement qui devra vivre et qui devra
mourir (les opposants par exemple).
 
Le « peuple élu », parce qu’il veut se
faire accepter. Pourquoi ?
Parce qu’élu veut dire UTILITAIRE,
Comme le gouvernement représentatif
en république capitaliste et
seule condition pour se faire accepter.
Pourquoi ?
Parce que l’élu doit cacher quelque chose,
sinon il ne se mettrait pas en dualité !
Un élu authentique n’a pas à se faire
accepter de façon utilitariste, il
est NATURELLEMENT proposé aux autres.



Un monde sans peur ça ne peut pas plaire aux Juifs du « peuple élu » ni au complexe militaro-industriel.
Les Terriens ont peur, alors ils demandent aux Juifs du confort (et par la même de la protection contre la peur, contre les bobos de toutes sortes, voir leur noahisme, voir leur « mieux gérer votre consommation » du "votre votre votre", de cette solidarité du vivre ensemble commercial, les relais ou tout connecté du commerce : « être ou devenir juif apporte le double bénéfice d’une solidarité communautaire [et après 1717 une solidarité en réseau judéo-maçonnique spéculatif] et d’un réseau commercial [donc un tout connecté physique] unique en son genre », écrit page 105 Jacques Attali dans : Les Juifs, le monde et l’argent).
Si, comme écrit Attali page 117, le Livre [Loi] se substitue au Temple comme « lieu » de rassemblement du peuple, de nos jours ce sera l’Internet informatique et ses « réseaux sociaux » et le « vivre ensemble » de l’oligarchie qui ne veut pas vivre ensemble avec les masses, oh non, non !


LA MODERNE TRINITÉ OLIGARCHIQUE.

LE 11 SEPTEMBRE 2001 FUT PROVOQUÉ POUR MANIPULER LES MASSES HUMAINES PAR L’ÉMOTION, LE SENTIMENT, AFIN DE LES EMPÊCHER D’AGIR EN CONSCIENCE (l’émotion paralyse et bloque toute conscience de ce qu’il se passe réellement et dans l’Instant et dans le déroulement de l’Histoire-Opinion-Temps qui coule [HOTC]).
Le washingtonisme a fabriqué le 11 septembre 2001 afin de vendre son produit impérial ou grandiose : « Global War On Terrorism » (guerre totale au terrorisme), histoire comme pour la liberté d’inventer son contraire l’asservissement afin de faire marcher le tiroir-caisse. C’EST DU MESSIANISME, DE LA CAROTTE POUR FAIRE AVANCER LE MACHIN (les masses).
Business si juteux que depuis cette date le washingtonisme de l’Empire attaque de façon plus ou moins outrancière directement ou indirectement : l’Afghanistan (2001), le Venezuela (2002), l’Irak (2003), le Liban (2006), la Palestine (Gaza 2008), la Libye (2011), la Syrie (2011), le Soudan (2013), le Yémen (2014), l’Ukraine (2014), de nouveau le Venezuela (2018-19). Tout bénéfice pour le complexe militaro-industriel et ses banques de la City de Londres.

Venant s’emboiter sur le 11 septembre : l’ARME du réchauffisme, même principe de fabrication des âmes : imposer comment les masses humaines doivent vivre pendant les prochaines décennies, voir en messianisme pendant les prochaine siècles, si l’« homme augmenté » de la juiverie Google-Transhumanistes ne prend pas la relève. Même business cette fois ci : celui de l’économie « verte ».
Enfin, venant couronner les deux précédents « isme » : le « tout connecté » que représente la prochaine 5G et en France que représentent les compteurs « intelligents » modèle Linky etc. : humains et choses tous nous sommes chosifiés : du temps des Anciens l’Homme était la mesure de toutes choses, et avec le tout connecté de la 5G et même depuis l’électricité à la fin du 19è siècle l’Homme est mesuré par les choses, donc chosifié comme une vulgaire marchandise ayant un prix et une date de péremption. Comme avec l’opinion, nous sommes désormais entré dans une tyrannie technotronique du binaire informatique et tous connectés. Extraordinaire Big Brother surveillant les masses d’humains afin de recueillir des informations sur ces masses.
RAPPEL : les sionistes et leur machin Israël est un territoire consacré à la défense, pardon, à l’attaque (colonisation de la Palestine et des USA), ainsi son niveau de vie va-t-il se multiplier par quarante en un demi siècle : premier pays du monde pour le niveau d’éducation, de recherche, d’exportation industrielle, d’innovation technologique (réf. page 644 du livre d’Attali cité, qui appelle Israël un « État socialiste »).

En attendant rien du tout (pas le messianisme des Google-Transhumanisme ni celui de la capitalo-république), rappel sur nôtre état paradoxal ou de SINGULARITÉ, D’IDIOTÈS.

De quoi a peur l’oligarchie de la capitalo-république et de ses banques ?
ELLE A PEUR DE L’INSOLITE, DE L’IRRÉEL, LA PEUR D’AUTRE CHOSE, DE CE QUI N’EST PAS PAREIL, LA PEUR DE CE QUI NE PEUT PAS ÊTRE IDENTIFIABLE, DE CE QUI NE PEUT PAS ÊTRE FIABLE.
LA PEUR QUI NÉCESSAIREMENT EST DE LA DIMENSION DE DUALITÉ (le sujet face à l’insolite de l’objet pas encore identi-fiable). Ainsi la Seule Réalité sera TOUJOURS insolite, TOUJOURS GRATUITE par essence, ainsi cela provoquera la peur dans le Big Brother oligarchique.
L’oligarchie a tellement peur qu’elle fabrique ce tout connecté, vendu comme « tout intelligent » (conscience collective doublée de l’inconscient collectif à la C.G. Jung que rêvent de digitalisé les Google…)
TOUTE PEUR EST LA PEUR DU SEUL RÉEL, CE QU’AVAIENT TRÈS BIEN COMPRIS LES HÉBREUX-JUIFS, ALORS ILS LA COMBLE : ILS INVENTENT LE CONFORT DU BUSINESS ET DU TEMPS QUI COULE.
Comme l’explique Ramana Maharshi, la peur est une fabrication du mental : « Les ennuis ne surgissent que lorsqu’il y a un autre que soi-même. Lorsqu’on réalise que l’âtman [le Soi] est unique, il n’existe plus de second, et il n’y a donc plus de raisons d’avoir peur » (entretien 58 du 4 juillet 1935).
Ainsi il n’existe que la PEUR DE CE QUE L’AUTRE PEUT FAIRE, DIRE, OU PENSER.

L’oligarchie et ses paroissiens tels les Google-Transhumanistes ont tellement peur qu’ils pratiquent L’INFORMATION DEVENUE POLICIÈRE : « QU’EST-CE QUE C’EST ? », et « QUI EST-CE ? », LES DEUX GRANDES QUESTIONS DE LA PEUR, SOIT UN TREMBLEMENT DU SEUL RÉEL ENGENDRANT TOUS LES SPECTRES-SPECTACLES DU DOUBLE, DE LA COPIE : L’ALIÉNATION PAR EXCELLENCE OU DÉ-COMPOSITION DU SOI.
PEUR = ABSENCE DE CERTITUDE, ABSENCE D’OPINION, alors on comble la peur d’opinions qui se prennent pour des certitudes ou des vérités, des constantes, des conventions. ON COMBLE LA PEUR DE F(R)ICTIONS (spectres-spectacles).
L’invisibilité c’est l’horreur pour l’oligarchie capitalo-république (sauf si elle réussit à rendre presque invisibles par technologie certains de ses militaires, ce qui est de l’ordre du possible). Tout ce qui est invisible, même si familier et inoffensif, est par essence redoutable, d’où aussi l’invention du radar. Ainsi la peur est toujours une PEUR DU DERNIER MOMENT, COMME PAR EXEMPLE LA MORT, QUAND LE SEUL RÉEL VA RÉVÉLER SA VÉRITÉ. PEUR DU SEUL RÉEL, NON PAS PARCE QU’IL EST CE SEUL RÉEL, MAIS PARCE QUE TEMPORELLEMENT IL RISQUE DE LE DEVENIR, D’OÙ L’INVENTION SURTOUT PAR LES HÉBREUX-JUIFS DE CE CONFORT QUE JE DÉNONCE À LONGUEUR D’ARTICLES.
LE MESSIANISME DE LA Peur : la proximité ou voisinage du Seul Réel va engendrer la peur. LA PEUR SURVIENT QUAND LA RÉALITÉ EST TOUTE PROCHE.


Aucun but atteindre, aucun messianisme en Super Carotte si vendeuse.

Le Centre nulle part et la circonférence est partout, dit la Tradition.
C’est comme la Vérité, l’Éveil ou Libération, elle ne se trouve nulle part, comme la Vierge Noire : le Vrai devient faux dès qu’il est vu : il n’est plus vierge. Aucun œil ne peut voir le « corps » de la Vierge : l’Univers est UN, le « corps » de la Vierge est UN (NOUS sommes l'Univers).
Ainsi la recherche de sa propre identité, de sa Vraie Nature pourra sembler vaine, parce que NOUS SOMMES, naturellement ou éternellement, ensuite paradoxalement parce qu’il semble impossible de jamais identifier le Seul Réel, le Soi, puisqu’il est sans double, sans copie, sans production.
Donc nul ne peut atteindre la Vérité. Il n’y a rien à atteindre et pourtant les Libérés vivants l’ont atteint (ou s’en sont nettement rapprochés), tels le Christ-Jésus, Ramana Maharshi, Mazu, etc.

Le Réalisé vivant qui s’adonne au non-Éveil s’éveille à l’Éveil des Éveillés.
Éveil ou Ainsité, la Seule Réalité, la Super Tautologie « Je suis ce JE SUIS », tathata en sanskrit, shinyo en japonais. Ni s’enfuir, ni s’approcher ; ni ceci ni cela, ni pour ceci ni pour cela, le Soi ou Vérité est inconnaissable et nulle conscience ne peut en faire un objet (de possession). Le Centre est nulle part et la Circonférence est partout.
Jean Coulonval exprime ainsi le Soi, l’Éveil :

« Il m’arrive encore de désirer le retour au Néant, l’anéantissement du ‘Je’. Mais, écrivant cela, je m’aperçois que c’est impossible. Retour au Néant ? Mais on ne peut retourner « à quelque chose » qui, par définition, ne peut être le Néant, le Rien. L’anéantissement du ‘Je’ ? Mais ce ‘Je’ est la fine pointe de mon âme, par laquelle je suis une « personne », selon la définition qu’en donne Olivier Clément, par laquelle je touche Dieu, je suis Dieu. Pouvoir tuer mon ‘Je’, ce serait pouvoir tuer Dieu. Idiot, stupide ! Le fleuve qui va à la mer ne peut supprimer sa source ». Ici Jean Coulonval dit exactement la même chose que Ramana Maharshi (sauf erreur dont il ne devait pas connaître l’existence).

Comme personne ne possède la Vérité, n’ayant rien acquis, le Libéré vivant ou Éveillé ne perd rien, sans émotion ni souillure, incréé, sans cause, il n’est pas un produit ; sans naissance, il n’y a pas de cessation. C’est pour cela que le projet « d’homme augmenté » des Juifs des Google-Transhumanistes et de leur rêve de « tuer la mort », ne sera qu’un produit de plus, donc un non-sens par rapport au rêve « d’immortalité » ici-bas (sans naissance, sans produit, il n’y a pas de cessation du produit…), et au pire ce sera un artifice de Magicien businessman qui nécessairement fera dans la fiction du messianisme, du tout confort inverse du Vrai Confort ou Libération.

La Vierge Noire est noire parce qu’identique à la course d’Achille et la Tortue, le SANS CAUSE ou NON-DUALITÉ :
Le ici et maintenant insaisissable dans la course d’Achille et la Tortue, figurant le Paradoxe de la Réalisation du Soi, ou : « on ne possède pas l’Instant », ou « Il n’y a pas de but à atteindre », car le but n’existe pas, le ici et maintenant ne sera jamais atteint puisqu’il est « là-bas », et qu’aucune route ou espace-temps ne mène à cet ici. Dans sa course, Achille ne rattrape jamais la Tortue, car il n’atteint jamais d’abord que le point où ÉTAIT la tortue, et il a toujours à atteindre le nouveau point où elle EST, qui devient le point où elle ÉTAIT (ressemble à la FRACTALE…).

Ce Paradoxe de la Réalisation ou Liberté se retrouve dans la Chanson du Cavalier, (Poème de Garcia Lorca) :
Cordoue.
Lointaine et solitaire.
Cheval noir, lune grande,
Et des olives dans ma sacoche.
Bien que je connaisse le chemin,
Jamais je n’atteindrai Cordoue.
Par la plaine, par le vent,
Cheval noir, lune rouge,
La mort est là qui me regarde
Du haut des tours de Cordoue.

L’ici et maintenant c’est Cordoue, et le cavalier s’en trouve définitivement éloigné, privé de toute relation avec autre chose que lui [il est Singularité ou Idiotès) ; alors il n’y parviendra pas ; il pourra s’en approcher autant qu’il le voudra, il ne sera jamais ici et maintenant, puisqu’il est LÀ-BAS. AUCUNE ROUTE NE MÊME À ICI. Tout ce qui arrive est de l’ordre de l’Histoire-Opinion-Temps qui coule et non de la fin : rien de réel ni de définitif ne se produit ici-bas (monde des phénomènes), c’est pourquoi il est imbécile de coller, par exemple, au mot « république » le mot « universel », qui ne peut que concerner le spirituel, soit le vrai sens du mot « politique » : « JE SUIS ».
Alors, « L’homme politique », ou la femme politique, C’EST NOUS TOUS (Tout est lié et délié…).
L’Histoire-Opinion-Temps qui coule correspond au spatio-temporel, soit tout ce qui naît et meurt, qui est balayé et aussitôt remplacé indéfiniment par d’autre Histoire-Opinion-Temps qui coule. Rien de ce qui arrive dans le spatio-temporel n’est une arrivée : la mort seule ou PAN fait le mariage entre l’événement et l’ÊTRE ; au mieux la Réalisation du Soi conduit au Réalisé vivant, encore si rare de nos jours.
Bref, la « fin des temps » du messianisme ne peut pas exister : tant qu’il arrive quelque chose, donc l’Histoire-Opinion-Temps qui coule, on n’est pas arrivé, et si par malheur on est arrivé, alors il n’arrive plus rien (rêve actuel du tout confort pour prolonger indéfiniment le business…) !


La Liberté, ici évidemment concevable par les Hébreux-Juifs.
Les Hébreux-Juifs concevant la liberté, ils ne se mélange surtout pas avec ceux qui ne sont pas de leur paroisse, donc règle d’alliance ou de tout connecté, dans les fêtes, les préceptes alimentaires, la langue, la culture, la mémoire, l’économie. Leur « liberté » va s’exercer comme prêteurs, ils vont financer le capitalisme et fabriqueront les valeurs. « Au fil d’une formidable épopée, au cœur de mille désastres, ils vont aider à instituer les règles du monde de l’argent  et à organiser l’argent du monde [noachisme, droits de l’homme, socialisme, banques, freudisme, américanisme, etc.] ».
Arrêtes Attali ! Je vais pleurer à ta page 210…… en m’écriant : Comme c’est beau !!! Et que de milliards de morts pour ça !!!



Note.
1. Sur ce 11 septembre 2001 de l’HOTC : à 8h 59 le vol UA175 (qui officiellement s’écrase sur la tour nord) se trouve encore en Pennsylvanie ! Distance entre Harrisburg et New York = environ 250 km, un Boeing 767 ne peut pas parcourir cette distance en un temps aussi réduit.
À 9h 03, au moment du choc, deux autres messages Acars sont envoyés à l’avion, ce qui signifie qu’il se trouve toujours à proximité. Bref, comment l’avion peut-il voler à deux endroits distants en même temps
Aussi étrange, à 9h 23, alors que le Boeing brûle dans la tour sud, un nouvel Acars lui est envoyé, mais délivré par Pittsburgh, soit environ 500 km à l’ouest de New York. Bref, il est techniquement impossible qu’un message routé à un avion à New York puisse lui être distribué via Pittsburgh. Un spécialiste en communication du réseau Acars explique qu’il n’y a aucune chance que ce message passe par Pittsburgh si l’avion s’est écrasé à New York. La conclusion est que le véritable vol UA175 ne s’est pas encastré dans la tour sud. Alors, pourquoi cette tour s’est-elle effondrée ? Que sont devenus les passagers et l’équipage (et dans le f(r)iction, des « pirates de l’air ») ?
Les avions du 11 septembre 2001 volaient longtemps après leur prétendu crash (conclusion des experts de Pilots For 9/11 Truth).

Les « pirates de l’air » du complot Ben Laden de la version d’État n’ont pas pu détourner les vols AA11 et AA77 (qui n’existaient pas ce 11 septembre 2001, donc « liste de passagers » fausse ! vols en plus des UA175 [N612UA] et UA93 [N591UA]) et ils ne pouvaient pas s’écraser sur le WTC et le Pentagone. Des « pirates de l’air » armés de cutters et résolus à démolir le WTC sont du eyes candy, de la fiction du sentiment pour MASQUER ce qui s’est réellement passé.
Beaucoup à dire aussi sur la porte du poste de pilotage qui aurait été fermée pendant tout le trajet, alors que certains « pirates » ne se trouvaient pas à bord avant la fermeture de la porte. Alors comment ont-il pu détourner l’avion sans être dans le poste de pilotage ???
(En référence : The FBI Accomplice of 9/11, Patrick Pasin, 280 pages d’anomalies recensées, dont ces brefs extraits d’anomalies de vols qui remettent définitivement en cause le version d’État et de la fabrication de Ben Laden dans ce drame)
 
 

Dernière mise à jour : 11-09-2019 21:22

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >