Accueil arrow News arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Tore Creuset Péricarde Christ Cour
Tore Creuset Péricarde Christ Cour Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 15-11-2019 00:28

Pages vues : 55    

Favoris : 4

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Amour, Apocalypse, Apparence, Asservissement, Axe, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Champignon, Chimère, Christ, Confort, Contrat, Corps, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Enfer, Excréments, Héros, Histoire, Humain, Idolâtrie, Information, Innocence, Inquisition, Instant, Intérêt, Intérieur, Jardin, Juif, Langage, Liberté, Lucifer, Magie, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Paradoxe, Pèlerin, Peur, Pierre, Plume, Porte, Ptah, Race, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Shiva, Silence, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Viol, washingtonisme, Yokaï

 
tore_pyramid1.jpg
 
 
Tore Creuset Péricarde Christ Cour
le Vaisseau, le Vase, la Vallée,
le Vase-Croissant de Lune chez les Mahométans,
la Calotte crânienne,
la non-dualité, l’atemporalité.
Se délivrer du vagabond qu’est le
MENTAL-TEMPOREL et son idéation
linéaire ou Flèche de Chronos du monde
DE LA SURVIE, MONDE DES SUICIDÉS ET
DES CONFLITS ET DE SA RAISON,
monde des accidents ou du spatio-temporel.
Dans son mode de survie actuelle, l’humanité
est le résultat du meurtre de l’ÊTRE pur
et éternel. D’où la Chute et le mode
survie, notamment avec la consommation folle.

Qu’est-ce que le Tore ou Vase, ou Cœur ?
« C’est le Siège, si l’on peut dire, du Soi »
(R. Maharshi, entr. 52 du 9-6-1935)
« C’est le lieu où s’élève le ‘Je’-Je’ »,
et non le cœur physique.
 
 
anipucsac1.gifSuite de la page EAU en poudre et son CREUSET

Le Graal ou la Coupe-péricarde qui enveloppe le Cœur et origine des gros « vaisseaux ». Christ ou Graal = le Soi cher à Ramana Maharshi.
 
Cette Poudre d’Eau qui n’est autre que le CON-NAÎT ou CO-NAÎTRE l’Eau étant source de vie par principe. Pour preuve, dans les Secrets de Hamza, il est mentionné qu’un des compagnons de l’Emir Hamza, l’oncle de Mohammad, s’était rendu au tombeau « d’Adam » dans l’île de Serendib ou Ceylan, et aurait reçu d’Adam « en personne » une coupe magique qui devait lui permettre de revêtir telle forme qu’il lui plairait, comme l’Eau peut prendre n’importe quelle forme dans le Vase où elle se trouve, comme elle peut prendre la forme de vapeur, etc. Cette Eau Primordiale est donc L’AINSITÉ : pratiquer le Non-Agir en faisant ce qui ne peut pas ne pas être fait ! La Réalisation du Soi est la VOIE DE L’EAU : TOUT DANS L’INSTANT, dans PANique (toute expérience DIRECTE qui ne permet pas l’utilisation du mental qui cherche à calculer ou aviser révèle la face caché de l’illusion de ce monde, son État profond…). PANique : en Chine, on frappe violemment un bâton sur la table au moment propice, il est même arrivé qu’on tranche un doigt pour « éveiller », pour provoquer cet état de PANique ou SURprise saisissant qui, un bref Instant, frappe d’une grande déflagration.

LA COUPE D’ADAM OU DE L’AINSITÉ C’EST LA COUPE D’AMOUR OU DE LA GRATUITÉ ÉNERGIE LIBRE AU SENS « TECHNIQUE », LA « CORNE D’ABONDANCE ». GRATUITÉ, AMOUR OU COMMUNION DANS L’A-DOR(T)ATION (du A privatif et d’Or : privation d’Or, privation de dotation ou de diversité, de particularisme, ce qui signifie RE-TROUVER LA SIMPLICITÉ).
Dans a-doration il y a le son OR, qui se retrouve dans le mot doraige : celui qui lève un certain péage ; et aussi Dor A Ja : d’heure en heure ; et Dordonnois : nom d’un épée : Dordorel ou Dordoriz : monnaie d’or de la valeur d’un florin : Dorelot : ornement de femme, parure recherchée : Doreloteur ou Dorelotier : rubanier, ouvrier en doreloterie, c’est-à-dire en rubans et franges ; Dormicion ou Dormie : envie de dormir, sommeil, etc. Et doter : craindre, avoir peur (qui donnera douter) (Réf. Glossaire de Du Cange).

Dans le Centrum Centri du Tore de situe les deux Triangles inversés et entrecroisés formant un Sceau symbolisant le Tout ou Univers, symbolisant l’union du Ciel et de la Terre ou du Haut et du Bas ou des Contraires, symbolisant le EST, le Sans Pourquoi, l’atemporalité ou A-partenance (sans spatio-temporel puisque sans un sujet pouvant tenir un objet, de l’étymologie : tenir, donc sans tenir, sans posséder quoi que ce soit par son ego ou corps) ; l’appartenance est donc le contraire de ce qu’indique le dictionnaire Le Robert : « la possession », l’appartenance est la NON-POSSESSION, mais de nos jours le sens, comme de beaucoup de choses, en est faussé, puisque on peut appartenir à un parti politique ou à une bande organisée quelconque comme un syndicat ou une secte, ou à une communauté particulière, ou à cette mode des « spécialistes » en tout et n’importe quoi qui vous vendront leur spécialité dans votre ceci, votre cela, votre assurance, votre député, votre voyante, votre santé, etc. La laïcité à la française interdit dans « l’espace publique » les signes d’appartenance à une communauté, et par ce fait, la laïcité à la française en devient une religion elle-même car se voulant « universelle » (neutre) et harmonisation de tous, hors il ne peut qu’y avoir UNE SEULE universalité comme il ne peut qu’y avoir qu’un seul Soi, puisque l’ego ou le ‘Moi’ (le libre arbitre ou « liberté d’expression ») ne peut se définir que par rapport à un ’Toi’, qu’il sera donc limité par ce qui le différencie de ce ’Toi’. S’il y avait deux cœurs, chacun serait limité par ce qui le différencie de l’autre (la fameuse diversité poussant à se différencier, comme l’exemple du « mariage pour tous » le montre, et différenciation MARCHANDE ET PRODUCTIVISTE tant mise en avant par le régime capitalo-république), alors ce ‘Moi’ ne peut être infini, comme il en est de l’ego de chaque individu et unique conso et mateur qui ne peut être un TOUT. Ainsi le régime républicain ne peut pas être Un et « indivisible », comme il cherche à l’imposer à tous telle une religion nouvelle.

Le Creuset et la Croisel étant déjà évoqué sur la page précédente, à y ajouter la Coupe ou Corbeille, avec la symbolique des enfants sauvés des Eaux et placés dans une Corbeille, tel le Moïse…
Coupe = Sang ou Breuvage (Lait, Soma, Sève, Lumière, etc.) ; LE VASE.
LAIT = LIEU DE L’IMMORTALITÉ (Nous sommes dans le LAIT DU BLANC DE L’INSTANT. NOUS SOMMES AINSI TOUS DES RÉALISÉS OU DES LIBÉRÉS VIVANTS PAR NATURE….). Héraclès suce le Lait de l’immortalité au sein de Hera. Mohammad aurait déclaré que rêver de Lait c’était rêver de Science ou de la Connaissance (correspond au rêve de l’auteur du site mentionné plus bas à propos du Tore). Connaissance au sens du Soi ou Conscience infinie. Le Blanc de l’Instant se retrouve chez les Yakoutes qui aspergent de Lait en mai les vaches pour la fête du renouveau, ce qui signifie amplifier au carré de la puissance le symbole de l’Instant… (Réf. Dic. des symboles, de J. Chevalier et A. Gheerbrant).

Le mot « Christ », par le « calvaire »  (« crâne ») provoque la CHUTE, LE NÉGATIF OU LA MORT, donc entre dans la dualité ! Qui a inventé ce calvaire ? L’église de Rome ? Car la Félicité étant nôtre état naturel et le mot Christ étant synonyme du Soi, le « Calvaire » ou la souffrance ne devrait pas exister.
À propose de souffrance : « Plaisirs et souffrances, naissances et morts sont comme des vagues à la surface de l’eau illusoire dans le mirage de l’ego » (Ramana maharshi, entretien 19 du 19-1-1935).
De plus, la souffrance entre obligatoirement dans la dualité plaisir-douleur et tient à nôtre état actuel limité, et cette dualité se développe en fonctions des satisfactions des désirs de consommer. « Si ce développement relatif est stoppé et que l’âme s’immerge dans le brahman [le Soi] - dans la nature de la Paix parfaite - cette âme cesse d’éprouver un plaisir relatif temporaire et jouit de la Paix parfaite : la Félicité » (Ramana Maharshi, entretien 28 du 4-2-1935).

Comme déjà écrit ici et en refrain, il sera répété qu’AMOUR = GRATUITÉ OU ZÉRO INDIEN : Source-Énergie illimitée. Si la Gratuité ou l’Amour est encore dans un ”grain” de temporalité ou d’ego non maîtrisé, alors SON ENNEMI SERA LA PEUR, LA PEUR PARFAIT OUTIL DU RÉGIME CAPITALO-RÉPUBLIQUE AVEC L’INVENTION DE SON TERRORISME, et avec ses lois pour faire peur et ne pas donner envie de ; mais pour donner envie de… consommer… La peur empêchera la moindre Réalisation du Soi ou la moindre Libération, afin de détourner les êtres humains vers une « liberté » artificielle, en gros ou productiviste, fabriquée par les forts en ego et en argent et ainsi cancérisés par le pouvoir. Bref, comme le dit le Maharshi à l’entretien 96, la peur ne peut surgir que si l’on a l’habitude d’identifier le corps avec le Soi. « Si l’expérience de la séparation entre le corps et l’esprit se répète souvent, elle vous deviendra familière et la peur cessera ».


INNÉ-IGNÉ : Le Soi ou ‘Je’-‘Je’, ce qui est toujours et éternellement là, le EST ou Sans Pourquoi : Il demeure tel qu’Il EST, naturellement. « Le ‘Je’-‘Je’ ininterrompu est l’océan infini ; l’ego, la pensée ‘je’, n’est qu’une bulle à la surface de cet océan ; on l’appelle jiva ou âme individuel (maintenant c’est le consommateur ou citoyen !]. De même, la bulle d’eau, lorsqu’elle éclat, ne fait que se mêler à l’océan ; et quand elle est bulle, elle fait toujours partie de l’océan » (R. Maharshi, entretien 92 du 7-11-1935).
Entretien 122 : « Lorsque l’ego disparaît, un autre ‘Je’-‘Je’ se manifeste spontanément dans toute sa gloire », et dans la Skandar-anubûthi : « Ni réel ni irréel ; ni obscur ni lumineux, C’EST ». Description de la Voie du Milieu, sinon on retombe dans la dualité et la guerre.
Inné et Igné = Libération, là où il n’y a rien à gagner ou à posséder, vu que c’est nôtre état originel qui demeure toujours inchangé (entretien 139 du 19-1- 1936).

Qu’est-ce que le Tore ou Vase, ou Cœur ?
« C’est le Siège, si l’on peut dire, du Soi »
(R. Maharshi, entr. 52 du 9-6-1935)
« C’est le lieu où s’élève le ‘Je’-Je’ »,
et non le cœur physique.


VASE ou GRAAL = CHRIST : le Rayonnement entre l’Humain, le EST, et le TOUT. D’où le Christ sur la Croix questionnant son « Père » en croyant qu’Il avait abandonné son Fils. Ainsi le Christ ou le Graal EST LE CREUSET FAISANT SOURCER L’EAU EN POUDRE EN FAISANT DU CHRIST OU RÉALISÉ VIVANT UN CO-CRÉATEUR (de nouveaux mondes).
L’élévation vers le spirituel, qui est le vrai sens de la Libération, consiste bien à Re-trouver le Vase ou la Croisel, le Creuset, qui est aussi le Cœur (non physique). Voir les Aztèques qui pratiquaient cette Réalisation du Vase ou Graal avec des rituels intégrant des chants d’oiseaux et des fleurs.
La Croisel : Rien dans le Tout et tout dans le Rien, le « minuscule » non-espace aussi vaste que ce qu’on appelle « espace » correspondant au champ de rayonnement double situé au Centrum Centri du TORE (schéma en haut de page). À ce propos, l’auteur de ce site a vécu en rêve, vers l’âge de 25 ou 26 ans (en 1970 ou 1971) la situation où il se trouvait dans un Tore coloré comparable aux couleurs du Tore en fin de page, il se trouvait à l’endroit du BLANC DE L’INSTANT : le chakra de l’Instant formé par les sept Couleurs et équivalent de la Fontanelle qui, naturellement, devrait RESTER OUVERTE. Fontanelle ou FONTAINE…. ou TROISIÈME ŒIL (schéma ci-dessous).





TOUTE CRÉATION PART DU NOIR, DE L’OBSCURITÉ :
Devise alchimique du « Aller vers l’obscur et l’inconnu par ce qui est plus Obscur et Inconnu encore », correspondant au : « Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil est ainsi » (Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ), dit le Soûtra du Cœur de la Connaissance transcendante. Cela veut dire se passer des mots/maux qui salopent le TOUT !

La Réalisation du Soi, actuellement, consiste à sortir ce monde de son état de survie en s’en guérissant et par là même en le guérissant : se libérer de nôtre état de croyant-crédi-crédo (surtout aux banques qui autrefois s’appelaient « Marchands de confiance ») pour RE-trouver son état de SACHANT, de EST ou d'Ainsité. Car depuis la CHUTE, le désordre qui est en tout mon être, du poil jusqu’au cerveau et à la moindre cellule, se nourrit du désordre qui est à l’extérieur autour de moi. Et le désordre qui est en moi, nourrit le désordre autour de moi. La Réalisation du CHRIST ou Soi est la seule façon de se libérer du conflit antique entre Moi-individuel et Moi-Collectif, et ainsi d’être en harmonie avec toutes les formes de vie, terrestres, ou extra-terrestres.
Comme l’écrit dans Synthèse et Temps Nouveaux Jean Coulonval, à la fin de sa longue lettre n°12 à Jean E. Charon à propos de son livre « L’Être et le Verbe » : « Le Christ, seul, transcende ce conflit de l’individuel et du collectif ».

Non, non, infiniment non, l’être humain n’est pas fait pour ce monde de survie dans son régime capitalo-république avec ses conflits en chaine de causes et effets sans fin et en évolutionnisme, justement à cause de ses limites qui, au lieu de diminuer comme le régime le souhaiterait, NE FONT QUE S’AMPLIFIER.

Conflits en triades sujet, objet et la relation entre les deux, ainsi que le connaisseur, le connu et la connaissance, etc., n’existent que jusqu’à la Réalisation du Soi (entretien 52 du 9-6-1935).
À l’entretien 53 du 15-6-1935 : « Les gens supposent qu’il existe deux ‘je’ ; l’un inférieur et irréel dont tout le monde est conscient, et l’autre supérieur et réel, qu’il s’agit de réaliser.
Vous n’êtes pas conscient de vous-même quand vous dormez, mais vous l’êtes à l’état de veille. Quand vous êtes réveillé, vous dites que vous avez dormi. Vous ne le saviez pas en état de sommeil profond. L’idée de la diversité a donc pris naissance en même temps que la conscience du corps [donc de l’ego] ; cette prise de conscience du corps s’est produite à un certain moment ; elle a un commencement et une fin. Ce qui a une origine doit être quelque chose. En quoi consiste ce quelque chose ? C’est la conscience du ‘je’. Qui suis-je ? D’où est-ce que je viens ? En trouvant la source, vous réalisez l’état de Conscience Absolue […]. Le monde n’est pas extérieur. Les impressions ne peuvent pas avoir une origine extérieur, parce que le monde ne peut être connu que par la conscience. Le monde ne dit pas qu’il existe. Ce n’est que votre impression, même si elle n’est pas cohérente ni continue. Dans le sommeil profond, le monde n’est pas connu ; il n’existe donc pas pour l’homme qui dort. Par conséquent, le monde est la suite de l’ego [ainsi le monde n’est qu’opinion comme l’exprime aussi Jean Coulonval]. Trouvez l’ego. La découverte de sa source est le but final ».

Même entretien : « Le monde peut-il exister sans quelqu’un qui le perçoive ? Qui est apparu en premier ? La conscience d’être ou la conscience du monde ? La conscience d’être est toujours là. Elle est éternelle et pure [c’est moi qui souligne]. La conscience du monde apparaît et disparaît [ce que j’appelle « grégarisme » ou « égrégore »]. Elle est transitoire [puisqu’opinion liée à ce monde des accidents] ».
- Question : Le monde n’existe-t-il pas pour les autres lorsque je dors ?
- Maharshi : Un tel monde se moque aussi de vous de vouloir le connaître sans vous connaître vous même [rejoins ci-dessus que tout est lié et si je suis malade le monde l’est également, et inversement…]. Le monde est le produit de votre mental. Connaissez d’abord votre mental et ensuite voyez le monde. Vous réaliserez qu’il n’est pas différent du Soi ».

Tore Creuset Péricarde Christ et Cœur, Cur, Cour = ENCLOS, VAN, SILENCE ET VOIE DU BAMBOU, LA VALLÉE. Bambou : image de la Vacuité ou de la Réalisation du Soi. La Réalité Ultime ne peut qu’être Muette (sens de l'Enclos)…
VAN identique à la Croisel : voir le latin vanna et le FANOS (Phanos ou Lanterne) indiquant la signification de lumineux, brillant, que le sens figuré affirme par « manifeste », « évident » ; c’est aussi proprement le Flambeau, que le second sens de Phanos ou Fanos désigne par Lanterne (la « Lanterne » ou Lumière d’Hermès, cette Pierre nécessairement volatil revivifiant le mort et donnant la vie au Soleil et à la Lune, au « mari et à la femme »…).
FAN : paraître, avec le F de Figure, Feu, Fantôme, Finalité, Forme, Fond, Fin, Fleuve : « Le Fleuve qui va à la Mer ne peut supprimer sa Source » (Jean Coulonval). Le F de Feu qui détruit tout et qui donne cependant au Fer après liquéfaction, la Forme ou la Figure-Fin (comme l’Eau prend la forme du Vase). Ainsi est la définition du mot VAN : LE RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE, LA VOIE DU BAMBOU.
 
tore_couleurs_amourdivin.jpg 
 
 
 

Dernière mise à jour : 15-11-2019 01:13

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >