Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Le CANCER du socialisme et de l’égalité
Le CANCER du socialisme et de l’égalité Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 24-11-2019 21:19

Pages vues : 395    

Favoris : 73

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Apocalypse, Apparence, Asservissement, Axe, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Champignon, Chimère, Christ, Confort, Contrat, Corps, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Enfer, Excréments, Héros, Histoire, Humain, Idolâtrie, Information, Innocence, Inquisition, Instant, Intérêt, Intérieur, Jardin, Juif, Langage, Liberté, Lucifer, Magie, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Paradoxe, Pèlerin, Peur, Pierre, Plume, Porte, Ptah, Race, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Shiva, Silence, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Univers, Vérité, Vide, Vieux, Viol, washingtonisme, Yokaï

 
daumier_egalitarisme.jpg
 
 
Le CANCER du socialisme et de l’égalité
Le socialisme contaminant par la fièvre égalité.
Maladie de l’égalitarisme identique à la
singerie en illusion de posséder TOUT,
et TOUT DE SUITE (voyez le tout confort et
tout de suite ou presque d’un achat sur Amazon,
l’espace-temps est comme supprimé),
maintenant les parties pénètrent les unes
dans les autres, c’est le « vivre ensemble »
donc aucun espace-temps entre les gens :
LA TERRE EST EN VENT(R)E SUR AMAZON
BIENVENUE EN GRÉGARISME TYRANNIQUE.
Bienvenue en chaos humain.

No limite dans « la limite des places
disponibles »
, les femmes éjectent les
hommes, en quémandant leur égalité, et en
voulant reconstruire LEUR matrice suivant
la loi du libéralisme amplificateur d’ego,
les gays se marient pour se « socialiser »
et s’égalitariser ou s’uniformiser comme
le vulgaire, etc. Tout est devenu confus,
comme ces singes (1) désemparés, et un
chaos, un mélange infâme, une même soupe,
pour tous, parfum unique, du Paris 18è
à la Chine capitaliste en passant par
l’Afrique, et le Chili et Ailleurs.
 
Ces femmes qui maintenant réclament aussi
leur besoin de constance dans l’égalitarisme
(qui jusque là n’appartiendrait qu’aux hommes),
afin d’engendrer leur propre besoin d’aventure,
leur propre libéralisme capitaliste, ou leur
propre « autonomie » du « moi, moi, moi » :
UNE FÉCONDITÉ PRODUCTIVISTE, COMME JAMAIS
AUPARAVANT, SOUS LA FORME LA PLUS SEXUELLE,
LA PLUS ÉGOÏSTE qui soit, avec le projet
d’« enfants éprouvettes », « enfants-objets »,
des « enfants OGM » et marchandises qui se
propage à l’horizon : COMBLER SES DÉSIRS
COMME ON COMBLE SON COMPTE EN BANQUE OU
COMME ON COMBLE SON RÉFRIGÉRATEUR DE NOURRITURE,
COMME ON COMBLE SON EGO DE F(R)ICTIONS.

Les femmes occidentales veulent devenir
aussi roi que les hommes, symptôme de
la fièvre égalité de 1789 et son « moi, moi, moi ».


C’EST LA TYRANNIE DE L’OPINION ET DE SA
VIOLENCE AVEUGLE, SA DÉMOCRATIE ALIÉNANTE.
UNE PROJECTION DÉSESPÉRÉE VERS L’EXTÉRIEUR,
ET VERS L’EGO MORTIFÈRE DÉTRUISANT TOUT.


L’effondrement de la civilisation humaine commence, ici, en Occident, à la Renaissance, avec les Galilée, l’imprimerie et la Réforme, et la naissance de la délirante technologie ; avec atteinte de son point maximum en 1789 et son encyclopédie à la Diderot, lorsque commença la FIÈVRE DU SOCIALISME QUI ALLAIT DÉCLENCHER CELLE DE L’ÉGALITÉ, avec industrialisation de la société. Avant 1789, et malgré toutes les difficultés sans nombre et de grandes inégalités qui de nos jours peuvent nous paraître monstrueuses, il régnait une certaine harmonie, encore si présente avant la guerre de 1914-18 comme l’explique bien Hyacinthe Dubreuil dans son dernier livre : J’ai fini ma journée.
Avec 1789 apparaît la fièvre du « peuple roi » : chacun devient le roi et de ce fait peut devenir riche comme il le souhaite puisque plus aucun roi ne le sermonne, le roi sera remplacé par un « président de la république », qui le sermonnera à son tour… Donc seul le costume change, mais la pièce ou fiction est la même : celle de l’État et de son argent…. Ainsi naissait le « libéralisme » ou chacun suivait sa propre règle, alors que, comme l’exprime Mazu Daoyi (709-788), un des plus grands maîtres chan (Zen) de la dynastie des Tang, il n’existe aucune loi à l’extérieur et à plus forte raison encore moins à l’intérieur puisque intérieur-extérieur sont de la dualité ! Et si tous les ego font dans le libéralisme, ça ne peut que mener au chaos mondialisé ; nous sommes en plein dedans en ce moment.

Avec le libéralisme allait naître la diversité, évidemment qui ne pouvait qu’être marchande ou productiviste : la quantité, l’abondance, le confort, et la pollution inhérente à ces dérives !

La fièvre du socialiste propage l’égalitarisme et donc L’ANTI-FRATERNITÉ, alors que ces deux fièvres font délirer en croyant le contraire ! Notamment à cause du danger de promiscuité dans le socialisme et l’égalitarisme produisant la sclérose grave. Ces deux fièvres sont le propre du messianisme aussi mal compris, que le Feu ! puisque produisant le poussif et dangereux thermodynamique.
Cette maladie du socialisme démarre en 1789 où à l’époque des personnes provoquent des réflexes de défenses au lieu de provoquer la communion ou le Vrai sentiment d’harmonie d’une communauté humaine ! Car comme l’écrit si justement Gustave Thibon : « La Fraternité n’a pas ici-bas de pire ennemi que l’égalité ».

La fièvre de l’égalitarisme n’a fait qu’aggraver les choses depuis 1789 règne du Fric/Flic. Car depuis les grands mots, dont certains sont la devise juivo-maçonnique inscrite sur toutes mairies, écoles et institutions de cette même république enjuivée, ne servent qu’à rendre plus répugnant l’égoïste réalité qu’ils recouvrent dans cette « couverture du social » qui ne fait que dans le superficiel, et dans l’argent et son idolâtrie marchande.

Fièvre marchande américaniste du Black Friday : Ce n’est pas un effet du hasard ou de mode si les époques, dont la nôtre, sont celles où sévit la pire fièvre égalitariste qui colle parfaitement avec le socialisme et son égalitarisme qui colle fort comme le grégarisme fabriquant des bêtes de troupeaux de consommateurs utiles à leurs bergers : les banques de la City de Londres en cédant aux appels de la Circé du grégaire.
Nous buvons le poison de l’idolâtrie marchande, mais après la phase d’ivresse, nous arrivons à la phase de la nausée, et cette nausée peut devenir une délivrance, à la seule condition qu’elle prépare notre retour aux vraies nourritures !


L’URSS, surtout vers les années 1917-1950 a poussé le plus loin le socialisme et l’égalitarisme le plus rigide, le plus imbécile et le plus sadique, qui a donné naissance à des dizaines de millions de morts (notamment à travers l'Institution étatique économique du Goulag) et à des inégalités les plus révoltantes que l’histoire humaine ait jamais connues. Ici en France on n’en parle jamais vu que c’est la religion des Juifs qui est le dogme actuel (leur Shoah, leur historicisme).
L’URSS par sa norme sociale et socialiste faisait dans la thermodynamique parfaite : l’État devenait un FOYER SOCIAL, une MATRICE, et cette normalisation-socialisation passait par LA LOURDEUR EXTRÊME de son « NOUVEAU VU À LA TÉLÉ ! », le nouveau si attractif, si eyes candy au regard humain (1).

Dans cette histoire de singes autre que celle de Lie Tseu (1), des Japonais ont étudié de 1952 à 1965 des singes macaques sur l’îlot de Koshima au sud de Kyushu. Une femelle appelée Imo, avait pris l’habitude de tremper les patates douces dans l’eau d’une main et de retirer le sable qui les couvrait de l’autre avant de les éplucher et les manger. En quelques années, les scientifiques ont observé que ce nouveau comportement s’était répandu à tous les jeunes singes de l’île par mimétisme.
À partir de ce constat, un chercheur initie une thèse de « masse critique » en prétendant que ce comportement se serait répandu aux singes de toutes les îles avoisinantes sans qu’il y ait la moindre transmission visible et cela au moment où un nombre clé aurait été atteint, le fameux centième singe, à partir duquel l’espèce entière aurait acquis automatiquement un nouveau savoir.
En résumé, cette thèse est nettement moins probante que l’exemple donné par Lie Tseu ! Et dans les deux cas il y a manipulation NON NATURELLE. C’est-à-dire QU’IL N’Y A PAS RAYONNEMENT NATUREL comme cela se passe dans la spiritualité, ou le cas d’un Adepte ayant réalisé l’Instant ou Soi.

Pour se déconditionner du Nouvel Ordre Mondial il est nécessaire absolument de SORTIR du messianisme, de la rédemption et évolutionnisme des judéo-franc-maçons et autres religions du Livre ou des codes compas-équerres et de leur « Jérusalem céleste ». Cela veut dire aussi sortir de mensonge que renvoie le mot « humanisme » (un système ou isme de plus dans lequel se trouve la démocratie ou la république).
Du berceau à la tombe tout nous a été imposé, en Occident, par cette judéo-maçonnerie et ce catholicisme de l’Église de Rome, sous cette forme de socialisme ou internationalisme de l’« United Colors of Benneton ». Ce sont ces Pères-la-morale judéo-maçonnique et leur Moïse qui nous ont conditionnés à la division binaire entre bien et mal, bon et méchant, winner et loser, etc.


Le même Paradoxe de la Réalisation du Soi est celui de la LOI DE SUCCION : EUCHARISTIE, LA TRINQ (trinquer, tchin-tchin), le SIGNE D’AMOUR TEL LE BAISER AUX LÉPREUX : aussi bien baiser les lèvres en putréfaction que baiser les lèvres du, ou de la bien-aimée. Mais PARADOXALEMENT, comme dans la Réalisation du Soi, la GRATUITÉ ou AMOUR est précisément cet ordre supérieur où tout nous attire PARCE QUE NOUS AVONS RENONCÉ À TOUTE ATTRACTION ÉLECTIVE, NOUS SOMMES ALORS EN PHASE DE PUTRÉFACTION OU DE RENONCEMENT. L’ATTRACTION UNIVERSELLE DEMANDE UNE RUPTURE UNIVERSELLE : LE ZÉRO INDIEN OU LE POINT C’EST TOUT, LA STARGATE, LE TROU DU TROUVÈRE ; quand le FEU se dévore ou que la LUMIÈRE SE RETOURNE (le « QUI SUIS-JE ? » devient absolu), donc quand la puissance se retourne provoquant sa propre perte comme l’Oiseau Phénix sentant sa fin approcher se détruit pour renaître de ses CENDRES, dans lesquelles apparaît un VER qui se développera en un Nouveau Oiseau Phénix ou Oiseau Benou ressuscité des Cendres de son prédécesseur.
Ces deux Paradoxes sont à la racine même de l’intuition de l’ÊTRE, et vont engendrer le Zéro indien ou puissances infinies.
Le PARADOXE est la racine même de l’intuition et du mental en sa connaissance pré-scientifique, donc avant tous problèmes de technologie ou de faire/fer.
Le Paradoxe est l’OUTIL SUPRÊME pour tuer la pensée unique ou dominante, pour tuer l’égrégore en chef du moment.


Le Paradoxe garde précieusement et profondément sa Source, sa FONTAINE DE JOUVENCE, LE Remède ou Médecine universelle, l’Oiseau Benou du Rouge de l’Origine (ou du Soufre alchimique). (Oiseau Phénix ou Benou même Thème symbolique que la SALAMANDRE : Thème des Feux ou Nourritures ; le Feu, la Vraie Nourriture et des Salamandres et des Sages devient leur Semence, qu’il faut semer dans sa Terre purifiée ou naturelle : le Soi…). La Salamandre se répare elle-même et se renouvelle dans le Feu. La Couleur Noire ou absolue est le symbole de la Nuit, le signe de deuil, de la mort et du Renoncement, mais aussi de l’Éveil : on ne parvient à la Lumière ou Libération qu’avec l’aide du Feu. Voir la devise alchimique du « Aller vers l’obscur et l’inconnu par ce qui est plus Obscur et Inconnu encore », équivalent du Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ, du Soûtra du Cœur de la Connaissance transcendante (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil est ainsi). Donc pas de fixation, pas de constante-confort-contrat-croyance chères à nôtre époque !

L’Attraction ou Loi de Succion universelle DEMANDE UNE RUPTURE UNIVERSELLE encore jamais réalisée dans l’histoire ou la f(r)iction humaine. Pour aimer jusqu’aux lépreux, donc jusqu’aux TERRORISTES, ces lépreux modernes, il fait avoir haï jusqu’à la beauté la plus extra-ordinaire ; voir Luc 14, 26 : « Si quelqu'un vient à moi, et s'il ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, et ses soeurs, et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple ».


AMOUR = BESOIN D’UNE FUSION, D’UNE DISSOLUTION, SOIT LE REFUS DE LA DUALITÉ GUERRIÈRE. ET, PARADOXALEMENT, encore pour un moment de droit de l’hommisme, le respect de la personnalité et de la liberté de l’autre, ce qui est le propre même de la fabrication de la DUALITÉ NÉCESSAIREMENT GUERRIÈRE (voir le chaos du libéralisme marchand). La succion de communion de thermodynamique donne l’URSS et le mondialisme et l’esclavage mercantile, et le respect de la différence et l’idolâtrie de la diversité devient de l’indifférence !
Le faux amour actuel est la recherche de l’unité, de la même soupe pour tous, dans un espace-temps limité, et qui dit limite dit SÉPARATION, DIVISION. Le Un est dans l’infini, soit dans la négation des limites, ce qui implique le RENONCEMENT À L’EGO. IL N’EXISTE PAS D’AMOUR VRAI SANS UNE POUSSIÈRE DE CE RENONCEMENT.
TOUT CE QU’ON APPEL DE NOS JOURS « AMOUR » ET QUI EST UN BUT À ATTEINDRE, N’EST QUE TYRANNIE, ESCLAVAGE MARCHAND, COMME CES FEMMES QUI MEUGLENT SOUDAINEMENT CONTRE LEUR MARIS QUI LES COGNENT (jusqu’à parfois briser le vase), LOI DE CETTE SOCIÉTÉ DU COMMERCE ET DE LA DUALITÉ GUERRIÈRE, ET DE L’HABITUDE MARCHANDE, AVEC UN ZESTE DE MENSONGES POUR VOILER OU POUR SOCIALISER À L’AIDE DE SA COUVERTURE À NÉANT. CAR CES FEMMES NE SE RETOURNENT JAMAIS ELLES-MÊMES VERS LEUR PROPRE LUMIÈRE (leur propre Soi) ; CES FEMMES COMME CES HOMMES SONT ESCLAVES D’UN RÔLE DANS LES F(R)ICTIONS SOCIALES ; CES HOMMES ET CES FEMMES SONT ABSENTS DE LEUR PROPRE EXISTENCE. Pour éviter toutes violences, donc pour COÏNCIDER AVEC SON PROCHAIN, IL FAUDRAIT EN PREMIER D’ABORD COÏNCIDER AVEC SOI-MÊME, C’EST-À-DIRE SE DÉBARRASSER DE SON « MOI JE » DE CONSO ET MATEUR, LA PERSONNE DU PERSONNAGE OU LE MASQUE. SE DONNER SANS SAVOIR CE QU’ON DONNE :
LA GRATUITÉ OU BEAUTÉ, VÉRITÉ, EST DANS UN MENTAL, DONC DANS LES YEUX, QUAND IL N’Y A PAS DE SPECTATEUR, PARCE QUE LE VRAI CESSE D’ÊTRE VRAI DÈS QU’IL EST VU. NOTION ESSENTIELLE.
Le sens ici du mot « spectateur » veut dire l’ego, le ‘je’ ou la personnalité, l’individu (sentiment de séparativité) qui se développe dans l’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule, la fiction), soit le monde inventé de l’évolutionnisme (et maintenant de la consommation, dont la Femme comme l’Homme sont un produit, une marchandise comme un pot de chambre).



Note.
1. « Un Songois [habitant du Song] dressait des singes, il les aimait, en nourrissait toute une bande, comprenait leurs désirs. Les singes comprenaient leur dresseur, qui privait sa famille de nourriture afin de les rassasier. Une disette survint et il fallut diminuer la ration des animaux. Craignant une rébellion, le dresseur rusa : « Vous aurez 3 glands le matin et 4 le soir, cela suffira-t-il ? » Tous les singes se dressèrent en colère. La disette persista, le dresseur leur dit : « Vous aurez 4 glands le matin et 3 le soir, cela suffira-t-il ? » Tous les singes se couchèrent, joyeux.
Les êtres, habile comme sots, se dupent ainsi mutuellement. Les personnes avisées dupent par leur savoir la foule des imbéciles tout comme notre dresseur dupa les singes.
Ne pas masquer le réel par des mots provoque joie ou colère ».
(Lie Tseu : Traité du Vide parfait, chapitre l’Empereur Jaune, paragraphe 19)
 
 

Dernière mise à jour : 24-11-2019 21:51

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >