Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Le peuple élu = la main morte
Le peuple élu = la main morte Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 28-11-2019 23:48

Pages vues : 361    

Favoris : 60

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Conflit, Confort, Conscience, Corde, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Fétiche, Gordiasade, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Ignocratie, Information, Innocence, Instant, Intelligence, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Lait, Langage, Langue, Liberté, Lucifer, Marsyas, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Migrant, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Phallus, Pied, Pierre, Poisson, Porte, Privilège, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Trouvère, Vérité, Vide, Vieux, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
frise_ouro1.jpg
 
 
Le peuple élu = la main morte
les improductifs, ceux qui se contente
de « rendre service » comme les Talmudistes,
comme les spécialistes, les patriciens,
comme les bourgeois, comme le président
des « premiers de cordées » ceux qui
utilisent dans leurs usines les Mains vives.
Main morte opposée à la Main vive,
les politiciens et gens de parlote et
improductifs, comme les banquiers, opposés
aux gens de Main vive ou Artisans Ouvriers.
Le confort contre la Liberté.
Le confort des armes et du sécuritaire
contre la Liberté :
« Les armes sont des instruments néfastes
et répugnent à tous.
Celui qui comprend le TAO [ou le Soi] ne
les adopte pas » (Tao-tö king 31)
Celui qui se réjouit de la victoire est
un criminel prenant plaisir à loser ou
diviser, à tuer son prochain. Et ce
winner-tueur, comme ceux de l’après 1945,
comme tous les politiciens d’un régime
étatique, ne pourra jamais apporter la
moindre harmonie parmi ses semblables.
Pourquoi ?
À cause de son ego qu’il croit exister,
et qui lui fait faire tout en ce sens,
du « moi je », ou de s’occuper de
l’extérieur avant de s’occuper de l’intérieur.
 
La place de la Main vive est dans le
NON-AGIR et dans LA MAIN OUVERTE : TRANSPARENCE.
ce qui bien-sûr sera le contraire de tout
politisme, de tout social lequel a pour
principe de rester en surface de sa
couverture du social.


anipucsac1.gifLa suite sur : La Toison d’Or anti-routine

Marsyas était une divinité phrygienne, dont le nom signifiait LA MAIN VIVE, avec son complément puisque situé dans la dualité : Marpessa, la Main morte, l’opinion, la dialectique. Marsyas était, comme Ptah l’emmailloté, le patron des artisans, alors que Marpessa était vénéré par les gens de la Main morte, soit les improductifs comme tous politiciens en étatisme monarchique ou républicain, ceux qui ne « travaillent » qu’avec leur langue bien pendue mais qui ne mettent jamais « la main à la pâte », de peur de se salir les mains et de se fatiguer (maintenant la Main vive est remplacée par des ROBOTS ET « INTELLIGENCE ARTIFICIELLE », ce qui laisse la belle vie tout confort aux MAINS MORTES qui peuvent politiser et s’enrichir comme des aliénés possédés du pouvoir d’achat).

Marsyas correspond au NON-AGIR ou Wou-wei (Wuwéi) : le "non-agir", ou plus vulgairement : le "lâcher-prise". Tout ce qui se fait spontanément est supérieur à ce qui se fait volontairement et par calcul ou « savoir » (culture, bagage intellectuel). Faire le vide pour faire le plein ! Le Wuwéi est l'état de celui qui a atteint l'Union mystique (comparable au Nirvâna bouddhiste).
MARSYAS = LA VIERGE (constellation) et signe astro du Verseau : « les naïfs » (pour faire référence à Pétrone dans le Satyricon) et signe du Verseau. Bref, pour résumer : Marsyas représente la Gratuité, le Seul Réel, il est donc à tuer, comme le fera tuer Apollon le libéral au sens actuel du capitalisme et de l’ego démesuré, mais surtout un Apollon-religions du Salut (rejoint le freudisme et C.G. Jung avec la psychanalyse et la « cure analytique » du cheveu coupé en quatre ou processus d’individuation [non résolu à ce jour, quoi que certains puisse en dire le contraire car ce processus n’a rien à voir avec la Réalisation du Soi : la psychanalyse, restant payante auprès d’un praticien, elle est née et récente et n’est pas la Réalisation, mais un outil pour « rester dans la norme » de cette société industrielle imposée à partir du berceau, de l’hérédité, et du langage appris, et à partir du crâne-cerveau qui actuellement est censé « contenir » ce que certains appellent « conscience »].

Marsya étant près de la Vierge, il est donc IDIOTÈS, SINGULARITÉ, sans copie : aucun miroir ne peut le saisir comme aucun miroir ne peut saisir le reflet de l’Univers (Tout est dans Tout, fractal), aucun œil organe des sens et du mental ne peut saisir le corps de la Vierge. VIERGE = LE TOUT, qui n’aurait jamais de complément en miroir, ses composantes seront à jamais IDIOTES, SANS POURQUOI. Pour avoir un Pourquoi, il faut la dualité sujet objet, donc le miroir ; or ce monde de l’illusion N’OFFRE QUE LA PIERRE. Pour savoir QUI EST MARSYAS, il lui faudrait un miroir, mais le monde ambiant ne lui offre que L’EXTÉRIEUR, LA PIERRE.

Ainsi il existe deux grandes possibilités de contact avec le Seul Réel : la Pierre polie, ou la Pierre frappée, différence entre le CRAYON et
le PINCEAU :
- Le Crayon est chaleur et l’âge de la Pierre
frappée (éclatée pour en façonner un outil
tranchant). C’est l’âge de la
possession-pénétration (chaleur intime, MAIN vive).
- Le pinceau est LUMIÈRE-CARESSE de la Pierre
polie longuement. C’est l’âge de la
transparence, de la DIAgonale : on pénètre
aussi MAIS ON NE S’ARRÊTE PAS (dans la dualité
ombre-lumière), si on descend dans la chaleur
de la mine ou de la caverne on ne s’arrête pas,
l’oiseau ne reste pas dans la chaleur du nid.
ŒIL (opposé à main).
Avec le Pinceau ou Pierre polie on est dans
la dimension de l’Imagination créatrice
ou rêverie, comme si le tailleur de la
Pierre AVAIT TOUT SON TEMPS POUR
ACCÉDER À SA VRAIE NATURE : le Soi.

ATTENTION, en vertu de la Loi des CROISEMENTS et du PARADOXE ou CONTRADICTION, et que RIEN N’EST FIXE (pas de constante inventée par l’ego), le contact brut et rugueux de la Pierre frappée, taillée, correspond au winner ou au social qui reste à la surface des choses, qui bute sur les choses et n’en retire rien d’autre que leur présence « laïque », sans opinion, ou plutôt AVEC toutes les opinions possibles. Alors que le contact avec la Pierre polie ou caressée, correspond au MIROIR, qui remplace la présence des choses par leur apparition en images, EN RÊVERIE OU IMAGINATION CRÉATIVE comme celle d’Ibn’Arabi. Le contact rugueux de la Pierre frappée ou taillée est un contact sans double, en apparence directe ; le contact lisse et de la Pierre polie semble en apparence n’appartenir qu’à la voie de la dualité nécessitant un sujet face à un objet, l'artiste face à l'objet. La « vision pierreuse » en Pierre taillée laisse entrevoir déjà la technologie, une certaine précision, un calcul, CAR TOUT EST DUR, RÉSISTANT, COMME LE MENTAL QUI NE SE LAISSE PAS APPRÉHENDER comme le policier-mental :
« En cherchant si le mental existe ou non, on s’aperçoit qu’il n’existe pas. C’est là le contrôle du mental. Autrement, si on admet l’existence du mental et qu’on cherche à le contrôler [à le pointer, à le Pour-Voir ou à l’administrer], cela équivaut à obliger le mental à se contrôler lui-même, à l‘instar d’un voleur se transformant en policier pour procéder à sa propre arrestation. De cette manière, le mental continue à subsister, mais échappe à lui-même ».
De la même manière, « Chacun connaît le Soi [ou l’Instant], et pourtant ne le connaît pas. Étrange paradoxe ». (Réf. Ramana Maharshi, entretien 43).

Ainsi la vision Pierre taillée est identique au Paradoxe de la Réalisation du Soi et de la Loi de succion : la chose est à jamais idiotès, est à jamais telle qu’elle même, Sans Pourquoi, non identifiable, sans signification comme le social complètement en surface ! Dans la phase Pierre polie il y aura « à boire et à manger », imagination ou source d’innombrables images, AIDE et ANGES (voyage à l’aide du VASE ou VAISSEAU…).
Le Paradoxe de la Réalisation du Soi se retrouve dans ce Croisement entre Pierre taillée et Pierre polie, qui d’ailleurs, peuvent correspondre AU MÉLANGE INEXTRICABLE de la Voie Sèche et de la Voie Humide en Labour Alchimique ; comme pour créer, comme l’Artisan, le Verbe sort (d’où et pourquoi ? (1)) et doit se mouvoir sur un Principe Humide. (Voir page 240. Isis Dévoilée. Vol 2. Part 1. H.P. Blavatsky).
- Pierre frappée : la Vierge dans l’Instant.
- Pierre Polie : la Vierge étant vierge ÉCHAPPE, n’est pas saisissable alors qu’Elle est le Tout, l’Instant. Ici il peut y avoir Retournement de la Lumière.
Le Soi est sans ailleurs. POUR LE DÉMIURGE APOLLON IL LUI FALLAIT METTRE À MORT MARSYAS (en bas de page : sculpture romaine du 1 ou 2è siècle, Musée du Louvre, et copie de l’époque romaine). Dans cette sculpture du Louvre il n’y a pas Apollon, il est remplacé par la Toison d’Or. Pourquoi ? Parce que cette Toison d’Or n’était autre que la PEAU de Marsyas, sa couverture, dont le supplice avait lieu à l’équinoxe de printemps, signe du Bélier. ÉCORCHER = TRANSPARENCE, RÉVÉLER, APOCALYPSE, DÉCOUVRIR, rejoint l’aspect de la Vierge évoqué plus haut. Donc TOISON D’OR = RÉALISATION DU SOI, RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE OU RÉVÉLATION, APOCALYPSE.

La suspension de Marsyas par les bras peut se traduire par : le renouveau, le richesse, bref, le ZÉRO INDIEN. La statue du Marsyas du Louvre doit se traduire : Main ouverte ou vive de ceux qui ouvrent : les Ouvriers, retrouvera l’ÂGE D’OR TOUJOURS LÀ.
La signification est immense, à cause du rapprochement avec le Soi, la Vierge, la Vierge Noire même, parce que cela prouve que le fondateur du christianisme, ou celui à qui ENSUITE certains en ont fait une religion EXTÉRIEURE, donc une croyance, N’ÉTAIT PAS JUIF, ET QU’IL N’A PAS ÉTÉ CLOUÉ SUR UNE CROIX À JÉRUSALEM, mais qu’il était au mieux de courant liturgique phrygien, et que probablement il n’a été pendu qu’en effigie.
Le Marsyas du Louvre est de l’époque de Caius Marius, et a dû être placé sur le forum de Rome en son honneur, comme le libérateur de la plèbe, au moment où les luttes sociales faisaient rage entre la plèbe et les patriciens (identiques aux politiques actuels formant la bande organisée nommée « gouvernement » ou élite). Cette époque romaine importante peut correspondre à LA RÉVOLTE DES GILETS JAUNES. Caius Marius avait épousé Julia, tante de César. Dix ans avant sa mort Marius séjourna en Asie, notamment à la Cour de Mithridate ; ses relations avec la prophétesse Martha sont rapportées par Plutarque (Marius 17). Son fils Caius vécut un certain temps chez le roi de Numidie ; vaincu par Sylla, chef du parti patricien, il se donna la mort.
Marius devait être d’origine gauloise, parce que c’était dans les Gaules qu’était vénérée la Déesse Mare (Épona, epos cheval en gaulois et Déesse des chevaux, de plus se rapproche de Marcos, marca, nom du cheval chez les Celtes d’après Pausanias), qui figure très souvent dans les noms gaulois tels : Viromar ou Virdomar, ou Uirdomar (homme de Mare), ou Uioros (homme) ; remonte au vieux nom indo-européen de l’homme mâle : uiros, voir le latin uir, le gotique wair et avec un i long, le sanskrit virah et le lituanien vyras (homme). Le mot Uiros va former le mot JUSTICE : uiroiono- de iano (juste), voir le breton ion (juste, exacte), etc. Uiros veut aussi dire : fidèle, loyauté, vrai. Uiros : vrai, sincère ; remonte à une forme occidentale ueros, retrouvée dans le latin uerus, le vieux haut-allemand wâr (vrai), le vieux slave vera (croyance). (Réf. dic. Français-Gaulois, de J.-P. Savignac). Le sens du mot « VRAI » était fondamental chez les Celtes et les Gaulois et des Indo-Européens parce qu’il était le régulateur de leurs communautés.

DÉESSE MARE OU DÉESSE MÈRE (avant le patriarcat yahviste), d’où L’HOMME FORT COMME LE CHEVAL MARE (voir aussi le mot mare), L’HOMME DE MARE, QUI DONNA « L’HOMME DE MAIN » OU « L’HOMME DE MÈRE », CELUI QUI OUVRE, CELUI QUI EST SOURCE (la Mère et Mer, l'Eau), LE MOTEUR, CELUI QUI EXÉCUTE (de par sa main, donc sans ordre ni chef puisqu’il est directe, spontané ou en NON-AGIR ou Wou-wei). De nos jours et très péjorativement la chefferie, les premiers de cordée ou la Main morte parle de « main d’œuvre » et qu’évidemment c’est très mal payé puisque de nos jours remplaçable par robots et intelligence artificielle… De là on retrouve Marie la languissante et Martha femme active de l’Évangile (Luc 10, 38). Deux noms essentiellement gaulois et antérieurs à l’ère chrétienne. Il y eut en Syrie une Martha prophétesse qui suivit partout Marius et qui exerçait sur lui une grande influence.
Voyez aussi les « Martha » si dévalorisées et en souffrance dans la série télé La Servante écarlate.

Pierre frappée comme le Bourgeon qui crève l’écorce des arbres pour former le Bourgeon. Voir le sens du mot LIBERTÉ, lié au LIBER des arbres qui veut dire ÉCORCE (peau, de Marsyas, chair et chaire, carne, cuir et cuire, carnage, etc.). Les anciennes cités libres, sans État, plaçaient sur leurs forums le groupe d’Apollon trucidant Marsyas comme emblème de la Liberté ; ainsi aucun rapport avec l’actuelle emblème de la « liberté », représentée par la « statue de la Liberté » du sculpteur et judéo-maçon Frédéric-Auguste Bartoldi, membre du Grand Orient de France (loge Alsace-Lorraine, une loge de winneristes par excellence…).

Marius est un grand symbole de la Liberté, un « père » de la démocratie. Pour faire un grand bond, afin de terminer cette page, je renvoie à la devise probable des Suèves, des Alains et Burgondes : MES DROITS SONT À MON LIBRE ARBITRE (à ne pas confondre avec l’actuelle tyrannie de l’opinion et sa « liberté d’expression » désormais morte-née), qui rejoint Mazu Daoyi souvent cité et maître chan (zen) à l’époque des Tang : « Toutes choses sont parfaites en soi. Rien ne manque [rejoint le Sans Pourquoi cité plus haut]. Utilise-les spontanément, à quoi bon chercher à l’extérieur ? [et comme il n’existe pas de loi au dehors, il ne peut pas non plus en exister au dedans de vous-même]. À ces mots, Dazhu fut éveillé de lui-même au Cœur originel [au Soi, et notion essentielle pour Mazu, qu’Il assimile à une « grande Perle » (Dazhu), ronde, transparente, libre et dénuée de tout obstacle, donc symbole de Liberté] ».


Note.
1. D’où ? Peut-être d’une précédente Création qui avait fait son Temps ?
Pourquoi ? Peut-être à cause de l’Intelligence du TAO, parce qu’il y a une chaîne de Création à l’Infini rejoignant le SANS-CAUSE.... Et pourquoi le TAO est intelligent ? Pas de réponse, à cause des limites du mental.

 
marsyas_louvre250.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 30-11-2019 01:45

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >