Accueil arrow News arrow Dernières news arrow L’ego s’est emparé de l’État
L’ego s’est emparé de l’État Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 11-12-2019 21:52

Pages vues : 96    

Favoris : 11

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Conflit, Confort, Conscience, Corde, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Fétiche, Gordiasade, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Ignocratie, Information, Innocence, Instant, Intelligence, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Lait, Langage, Langue, Liberté, Lucifer, Marsyas, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Migrant, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Phallus, Pied, Pierre, Poisson, Porte, Privilège, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Trouvère, Vérité, Vide, Vieux, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
masque1_ego.jpg
 
 
L’ego s’est emparé de l’État
et depuis qu’un roi a dit que
l’État c’était lui !
L’AUTORITÉ, LA CHEFFERIE, c’était lui.
Alors qu’il n’était seulement que
REPRÉSENTATIF, UNE « POTICHE »
SUR UN TRÔNE DE WINNER.
Non, Non, Louis, l’État ne demeurera pas
« toujours », puisqu’il apparaît un jour,
un autre jour il disparaîtra, alors que
pendant des millénaires les humains ont
vécus naturellement SANS État et sa bande organisée.

L’État parasite comme tous les spécialistes :
CESSEZ D’ÊTRE LE CONNAISSEUR [OU POSSESSEUR]
ALORS CE SERA LA PERFECTION [l’anti-thermodynamique]
(En réf. du Maharshi, entr. 147 du 26-1-1936)
 
L’État = la division par essence :
le bien et le mal, puisque l’État chie des lois
soi-disant pour le « bien » (de tous…
comme le pratiquent les spécialistes).
L’État = division : choisissez votre camp
(dans le bien-mal), soit LA FABRIQUE DU
CONSENTEMENT inhérente à tous États qui
se bombarde « démocratie » ou « république »,
ou « droits de l’homme ».



Rien que se dire « représentant » de l’État est déjà une possession : un chef ou un groupement de chefs s’empare de. S’empare, possède par son ego un pouvoir ou Pour-Voir sur les autres. Dans la plupart des cas un POUVOIR ILLÉGITIME SURTOUT APPUYÉ PAR CEUX QUI LES PROPULSENT INCONSCIEMMENT AU POUVOIR (système de la démocratie et du consentement et des limitations par conflits d’intérêts engendrés automatiquement par l’ego : votre député, votre santé, votre voyante votre poste, votre assurance, votre retraite, votre ceci, votre cela).
TOUTES ÉLECTIONS PAR SUFFRAGE DIT FAUSSEMENT « UNIVERSEL » EST LA SOURCE DES CONFLITS D’INTÉRÊTS PRODUITE PAR L’EGO. TOUTES ÉLECTIONS PAR SUFFRAGE « UNIVERSEL » PRODUITS DES DIVISIONS, DES FRUSTRATIONS, DES MANQUES, ET EST SOURCE DE CHAOS SOCIAL PERMANENT.
De plus, tout État pour se maintenir au Pour-Voir devra exercer une forme de terreur ou au mieux de peur PAR SES LOIS, elles aussi conséquence de la possession par l’ego.


Tout ce que l’État, donc l’ego invente avec des mots comme « légitime », « légale », comme si c'était Dieu, ne sera que de la possession-soumission et sera nul et non actif.
TOUT CE QUI SE DIT « OFFICIEL » EST PAR ESSENCE MENSONGE D'ÉTAT EN BANDES ORGANISÉES ET DONC À COMBATTRE POUR VIVRE. L’uniforme ou la pensée unique, la convention, est par essence LA source de l’égrégore devenu maintenant AUTONOME et de plus en plus difficile à vaincre car devenu incontrôlable, PARCE QUE LIÉ À UN POUVOIR QUEL QU’IL SOIT, ET NON LIÉ À LA GRATUITÉ. C’est particulièrement flagrant dans le phénomène du « coworking », ce vilain mot de Wall Street et la City de Londres et de son monde bancaire esclavagiste par cet « espace de travail partagé » histoire de mettre un peu de morale dedans et issu du « votre ceci, votre cela », à y ajouter le « covoiturage » : ET BIEN MON CO-CO (muniste) LA COLLECTIVISATION BUREAUCRATIQUE OU LE « VIVRE ENSEMBLE » CAPITALISTE DÉGUISÉ EN SOCIALISME, L’ÉGRÉGORE A FAIT DU BON BOULOT DANS CES DEUX MAMELLES DU SALARIAT CAPITALISTE ET DE SON « VIVRE ENSEMBLE » : ”Plus on est d’esclaves et plus on rit” semble seriner les Bourses des finances internationales et leur socialisme capitaliste.

POSSESSION, THERMODYNAMIQUE, CHALEUR (du feu) = SOCIAL, COMMUNION, POSSESSION PAR L’ÉGRÉGORE (qui se fait passer pour « l’ensemble » (le tout), pour le social façon socialisme : pour le « bien commun » style État), comme la « chaleur » une « fusion » réciproque ou communiste et thermodynamique (communicative). Nous sommes bien dans l’ère de la thermodynamique : UNE FAUSSE CHALEUR QUI SEMBLE PÉNÉTRER, ALORS QUE LA LUMIÈRE NE FERAIT QUE DANS LA SURFACE. IL Y A INVERSION, C’EST LE CONTRAIRE, LE SOCIAL NE FAIT QU’EN SURFACE OU EN COUVERTURE ET LA LUMIÈRE PÉNÈTRE : PANique : parce que suppression du corps ou mental ; car la lumière comme la couleur n’est pas matérielle mais conséquence de ce qu’il se passe avec la Lumière. PANique = l’absorption par le corps du TOUT DANS L’INSTANT = CENTRUM CENTRI : l’Être réalisé se totalitarise par sa « destruction » (celle de son ego) apportant la preuve absolue de son existence. Paradoxe de la Réalisation quand le mental ne peut pas se supprimer lui-même, vu qu’il n’existe pas.

Non ce n’est pas la chaleur qui pénètre mais la LUMIÈRE : COMME LA VÉRITÉ S’AFFIRME D’ELLE-MÊME, INVOLONTAIREMENT DONC SANS MENTAL. L’illusion est celle de la chaleur qui pénètre comme l’illusion de la thermodynamique comme l’illusion d’être né : « Si l’homme considère qu’il est né, il ne peut pas éviter la peur de la mort [et toute la quincaillerie thermodynamique]. Qu’il cherche donc s’il est né ou si le Soi a quelque naissance. Il découvrira que le Soi existe depuis toujours, que le corps qui est né se réduit à une pensée et que l’émergence d’icelle est la racine de tout le mal [c’est moi qui souligne].
Trouvez d’où jaillissent les pensées. Alors vous demeurerez dans le Soi toujours présent au plus profond de vous-même et vous serez libéré de l’idée de la naissance ou de la peur de la mort » (R. Maharshi, entretien 80 du 3-10-1935).


Le conventionnel avec sa fabrique du consentement a déjà engendré une monstruosité égrégorienne que j’appelle « WINNERISME » qui pète de partout depuis l’après 1789 et qui est particulièrement flagrante chez les washingtonisés, suffit de voir simplement le Donald Trump, ou un vieux film qui se veut « drôle » comme Nothing Sacred !!! Comment amener les masses à faire ce que leur chefferie, l’ État, voudrait qu’ils fassent ? C’est-à-dire faire vendre et acheter, bref : consommer (dans la paix ou le confort)….

La fabrique du consentement à coups de répliques incessantes est l’équivalant d’une médi(t)ation de groupe et donc LA source de l’égrégore WINNER déjà présent chez Saint-Just (voir ci-dessous). Le winnerisme engendre automatiquement le loser, comme le bien engendre le mal ou le plaisir engendre un jour ou l’autre la douleur….. ou plus dur : la paix engendre la guerre (et l’inverse…..) ; la liberté engendre l’asservissement, etc.
WINNERISME = GAGNER (de l’argent, des diplômes, des honneurs), FABRICATION DU TRAVAIL (pour gagner de l’argent et éviter de se poser la question : « QUI SUIS-JE ? » faisant du travailleur un ALIÉNÉ).

Rien que ces deux mots : « légitime » et « légale » (ou « autorisé », comme le syndrome de la blouse blanche ou de l’uniforme de celui qui « autorise » comme s’il détenait LA vérité et vous disait que c’est là que vous pouvez faire et fer et CON-forte) consiste à FAIRE PEUR, car si vous n’êtes pas dans L’OPINION des « autorisé, légale, légitime », vous êtes l’ennemi exactement comme en 1789 selon l’opinion d’un Saint-Just qui parlait « d’ennemi de la liberté », comme si on voulait retourner à quelque chose qui, par définition, comme le mot Liberté, ne peut entrer dans la dualité de posséder son contraire comme l’asservissement, la Liberté étant l’essence même du Soi, de l’Être ; donc un « ennemi de la liberté » ça ne peut pas exister et ne sera qu’une opinion de Saint-Just, parce qu’icelui prétend que quelque chose, des « ennemis », masquent sa liberté. Tous sans exception NOUS sommes LA LIBERTÉ, IL N’EXISTE AUCUN ENNEMI (sauf à en fabriquer). « Le fleuve qui va à la mer ne peut supprimer sa source » ! L’anéantissement du ‘Je’ ou l’anéantissement de la Liberté ou du Soi est impossible.
Seule une chefferie et son État sera susceptible par son ego d’inventer le contraire du mot Liberté, et ainsi DIVISER et fabriquer des « ennemis ».
Le pauvre Saint-Just n’a pas compris qu’il n’y a pas à atteindre la Liberté ou Réalité car NOUS SOMMES LA RÉALITÉ : « Nous pensons que quelque chose nous cache notre Réalité [comme les « ennemis de la Liberté »] et qu’il fait le détruire [le guillotiner] avant d’obtenir cette même Réalité. C’est ridicule [et dramatique en 1789]. Un jour viendra où vous rirez vous-mêmes de tous les efforts passés. Et ce jour qui sera le jour où vous rirez est déjà ICI ET MAINTENANT [pas de 1789 ni de république, pas de messianisme ou de Salut à la fin des temps] » (entretien 146 du 26-1-1936).

POUR SAINT-JUST : Si la Liberté devait être acquise, elle ne serait pas permanente (entretien 238 du 20-6-1936). Il est évident à ce hui que l’étatisme républicain qui est encore moribond à ce 2019 n’est pas la Liberté promise depuis 1789 à ses paroissiens par sa chefferie.

L’État est comparable à un VOLEUR, qui va là où il y a quelque chose à voler, puisque sans serrure ou sans argent, le voleur n’existe pas. Il faut inventer une « valeur » pour engendrer un « v(o)aleur » et le commerce du sécuritaire, comme il faut une cause pour engendrer un effet, genre « il n’y a pas de fumée sans feu »….. Il faut inventer une loi afin qu’on puisse la violer (la détourner) !
LE MENTAL EST UN VOLEUR-VALEUR-VIOLEUR.

L’ÉTAT (ce qui se nomme « république ») EST PENSÉ (il est donc artifice). Or le Seul Réel est LIBRE DE PENSÉE ; il n’y a aucune action, aucun Pour-Voir correspondant à une libération quelconque. « Y a t-il quelqu’un qui ne réalise pas le Soi ? Y a t-il quelqu’un qui nie sa propre existence ? [”Le fleuve qui va à la mer ne peut supprimer sa source”] » (Ramana Maharshi, entretien 146).

Même entretien : « Le mental ne peut se tuer lui-même. Par conséquent, ce que vous avez à faire, c’est rechercher la nature réelle du mental. Vous découvrirez alors qu’il n’y a pas de mental. Quand on est à la recherche du Soi, le mental n’est plus nulle part. Quant on demeure dans le Soi [l’Instant], on n’a plus besoin de s’inquiéter du mental] ».
IDEM : « Découvrir la source de la pensée ‘je’, c’est détruire l’ego. C’est la réalisation du but, c’est prapatti [l’abandon de l’ego ou RENONCEMENT, PUTRÉFACTION], le jnâna [Connaissance], etc. » (Entretien 129 du 6-1-1936).

Concernant LA PEUR QU’ENGENDRE L’ÉTAT PAR PRINCIPE, LA PEUR N’EST QU’UNE OPINION, UNE PENSÉE (même entretien). L’ego fabrique la peur en considérant les objets extérieurs. « Si l’ego ne s’élève pas, le Soi seul existe et reste sans second (sans manifestation extérieure).
Toute chose extérieure suppose un spectateur [ou un sujet face à un objet] intérieur. En le cherchant à l’intérieur, tout doute, toute peur - non seulement la peur, mais toutes les autres pensées centrées sur l’ego - disparaîtront en même temps qu’icelui ».
INVENTER L’UNITÉ C’EST INVENTER LA DUALITÉ ET LES DIVISIONS Y AFFÉRENTES, COMME INVENTER UN DIEU C’EST INVENTER LES DIEUX, ETC. « LE NOMBRE DONNE NAISSANCE AUX AUTRES NOMBRES. LA VÉRITÉ N’EST NI UNE NI DEUX. ELLE EST COMME ELLE EST » (R. Maharshi, entr. 146).


VRAI BIG BROTHER : cherchez si les activités mentales existent, alors elles cesseront ! (R. Maharshi, entretien 194 du 3-6-1936, confirmant que le mental n’existe pas). Idem pour les doutes : « Tenez-vous à celui qui doute et les doutes disparaîtront » (entretien 238 du 20-6-1936).
Même entretien : « Un voleur se trahira-t-il lui-même ? Le mental se trouvera-t-il lui-même ? Le mental ne peut pas chercher le mental [paradoxe de la Réalisation]. Vous ignorez ce qui est Réel, et vous vous accrochez au mental [à la raison des « lumières »], qui, lui, est irréel, tout en essayant de trouver qui il est. Le mental existait-il dans votre sommeil ? Le mental n’est pas vous. Vous pensez être le mental et c’est pourquoi vous me demandez comment le contrôler. S’il existe, il peut être contrôlé. Mais il n’existe pas [sinon, depuis des millénaires nous n’aurions plus de mental….] Comprenez cette vérité par la recherche. La recherche de ce qui est irréel est infructueuse [c’est moi qui souligne]. Cherchez donc la Réalité, c’est-à-dire le Soi. C’est la manière de maîtriser le mental. Il n’y a qu’une seule chose qui soit Réelle [ce qui EST, le reste n’est qu’apparence, « la diversité n’est pas sa nature. Nous lisons les caractères imprimés sur le papier mais nous ne tenons pas compte du papier qui en est le support. De même, vous vous laissez prendre par les manifestations du mental et vous laissez de côté le support. À qui la faute ? »] ».

Même entretien : «  Toute apparence nouvelle est vouée à disparaître. Toute chose créé sera à coup sûr détruite [l’état, la république, sera détruite]. L’éternel n’est pas né pas plus qu’il ne meurt. Nous sommes en train de confondre les apparences [le spectre-spectacle de la RE-présentation] avec la Réalité. L’apparence porte sa fin en soi [sa mort]. Qu’est-ce qui apparaît nouvellement ? Si vous ne pouvez pas le trouver, abandonnez-vous sans réserve au substrat des apparences ; alors la Réalité seule subsistera ».


« On n’est jamais qu’en sommeil. L’état présent, celui de veille, n’est pas plus qu’un rêve. Et le rêve ne peut se dérouler que durant le sommeil. Le sommeil est donc à la base de ces trois états. Et la manifestation de ces trois états n’est encore qu’un rêve qui, à son tour, est un autre sommeil [fractal, Tout est dans Tout]. Ainsi, ces états de rêve et de sommeil n’ont pas de fin.
Il en va de même de la naissance et de la mort qui sont, elles aussi, des rêves dans un sommeil. En vérité, il n’y a ni naissance ni mort » (Ramana Maharshi, entretien 244 du 29-8-1936).

La recherche du mental révèle qu’il n’existe pas. Comment peut-on tuer quelque chose qui n’existe pas (entretien 328 du 17-1-1937).

« La Libération consiste à savoir que vous n’êtes jamais né. ”Restez tranquille et sache que Je suis Dieu”. ”Rester tranquille” veut dire NE PAS PENSER. Ce qu’il faut, c’est SAVOIR [être un Sachant et non un croyant qui pense….. que Dieu existe…] et non pas penser » (entretien 131 du 6-1-1936). Et depuis l’après 1789 nous sommes dans la pensée : l’opinion avec la pensée où chacun POSSÈDE sa petite vérité : « votre santé, votre président, votre voiture, vos vacances, etc. ». Lorsque le mental redevient actif, il peut déduire qu’il a été en « paix », donc un hachage ou division par le temps et une fuite du Gratuit ou de l’Instant…..

« On n’est jamais qu’en sommeil » (à l’état de veille). « Du Soi absolu, comme d’un feu, jaillit une étincelle. Cette étincelle est appelée ego. Dans le cas de l’ignorant [ou du zombifié par son pouvoir d’achat], l’ego, dès qu’il se manifeste, s’identifie à un objet [surtout à Noël… et par tétéphone... ou par le social...]. Il ne peut s’empêcher de s’associer à des objets [de consommation dans le capitalisme]. Cette association est ajnana ou ignorance. Sa destruction est le but de Nos efforts. Si ces tendances « objectivantes » sont détruites, l’ego demeure à l’état pur et s’immerge dans sa source. La fausse association avec le corps [ou ego] est appelée dehâtma-buddhi (l’idée « Je suis le corps »). Cette idée doit être détruite si l’on veut avoir de bons résultats » (entretien 286 du 18-11-1936).
 
 

Dernière mise à jour : 12-12-2019 00:01

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >