Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Ce monde de la Cacaphonie
Ce monde de la Cacaphonie Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 21-12-2019 22:11

Pages vues : 670    

Favoris : 93

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Conflit, Confort, Conscience, Corde, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Fétiche, Gordiasade, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Ignocratie, Information, Innocence, Instant, Intelligence, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Lait, Langage, Langue, Liberté, Lucifer, Marsyas, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Migrant, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Phallus, Pied, Pierre, Poisson, Porte, Privilège, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Trouvère, Vérité, Vide, Vieux, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
watteaupierrotclownpolitisme.jpg
 
 
Ce monde de la Cacaphonie
celui de la croyance au ‘moi’ de ceux
qui jouissent à débattre et à disp(c)uter,
ils sont incapables de jouir de la Tranquillité
de l’absence du ‘mien’.

La Tranquillité du Pays du Rien du Tout
est totalement libre de toute opinion
ou désignations nécessairement conventionnelles
Le Seul Réel n’apparaîtra jamais au sein ni
au terme de la synthèse dans un débat, car
établir une synthèse signifie engager le
mental dans d’autres poursuites qui deviendront
à leur tour une synthèse et ainsi de suite
suivant la loi de cause et d’effet.
L’absence de synthèse est la libération
de la tyrannie de l’opinion et de
son monde de la cacaphonie.
La seule synthèse possible reste à
CHERCHER CELUI QUI VOIT LES PHÉNOMÈNES.
 
 
CACAPHONIE : un ensemble d’humains se réunissent pour travailler du chapeau sur les caractéristiques essentielles de la Réalité absolue des phénomènes et les problèmes y afférents. Mais, bien qu’ils aient travaillés du chapeau ou « raisonnés » de toutes les manières possibles, ils n’avaient toujours rien compris et étaient toujours prisonniers de leur tyrannie de l’opinion. Alors leur mental troublé plus que jamais les firent se disputer les uns les autres, ils se mirent à devenir violent, haineux, et finirent par se faire la guerre les uns contre les autres. Ici-bas en humain on appelle ça conventionnellement « Division ».

Cependant, le Seul Réel a des caractéristiques telles qu’Il transcende la tyrannie de l’opinion et de tous les concepts autant anciens que futurs.

Ainsi la Libération passe par la connaissance INDIVIDUELLE du Seul Réel, alors que les ignorants en sont encore aux thèses, synthèses. Car la tyrannie de l’opinion dépend uniquement des cinq sens qui permettent d’appréhender conceptuellement un phénomène. Par exemple, la rougeur, la couleur rouge ou le brillant de la peau d’un cerise, qui permettra par convention d’étiqueter ce phénomène comme étant conventionnellement une « cerise ». Cependant, ni la rondeur, ni le rouge, ni la brillance de la peau du fruit ne sont eux-mêmes la cerise ; ces phénomènes ne sont aucunement le EST de la cerise (son Essence).

Et le Seul Réel n’est pas explicable ou exprimable. Or les arguments ou opinions conceptuels relèvent du domaine mental à travers l’expression verbale, et maintenant écrite. En conséquence, il est confortable de savoir qu’il existe une Réalité absolue dans la caractéristique est de transcender au plus haut point toutes les opinions et concepts possibles. Et les arguments ou opinions conceptuelles relèvent seulement du domaine de la désignation (en dualité sujet-objet). Ainsi il est confortable de comprendre qu’il existe une Réalité absolue qui transcende toutes les synthèses possibles.

En ce monde de la cacaphonie, il n’y a que des noms-les-formes avec un mental soi-disant développé, mais qui n’ont jamais goûté à autre chose qu’aux saveurs DE LA SOUFFRANCE qu’ils tentent d’adoucir par leur tout-confort uniquement technologique qui ne fait qu’amplifier leur cacaphonie. Alors ils se livrent à leur déluge de désirs et sont incapables de concevoir, ou d’apprécier la Tranquillité de vivre dans la solitude la plus intime, d’où leur invention de leur « Vivre ensemble » ou « Tout connecté ». Plus que par le passé ces êtres de la cacaphonie sont prisonniers des attributs de la forme, du son, de l’odeur, de la saveur et des textures. Car en ce monde de la cacaphonie il y autant qu’opinions que de Terriens sur cette planète, ce qui réduit fortement une communauté humaine bâtie sur le culte de l’opinion - qui est la « démocratie » et sa « liberté d’expression » - à n’être qu’un agrégat-grégarisme d’individus isolés. L’opinion étant une construction mentale qui s’élabore au fil du spatio-temporel, en évolution perpétuelle en fonction des circonstances dans l’espace géographique et l’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule) ; à y ajouter un certain état des choses matérielles et sociales que chaque individu trouve à son entré dans la vie terrestre, et toujours particulier à un seul individu qui le sent et le pense selon les colorations de sentiments, de pensées qui lui sont propres, comme par prédestination mais qui peuvent être étouffées ou exaltées par un dressage sentimental et intellectuel qu’on appelle « éducation ». Ainsi toute la vie DE L’IGNORANT s’écoule dans DES LIMITES.

De plus, de par leur mental parce qu’ils se complaisent dans les débats depuis longtemps, surtout depuis l’après 1789, ils prennent un plaisir évident à opinioner ou discourir, alors ils sont incapables d’imaginer, d’apprécier la Félicité des Libérés qui jouissent du Silence intérieur.

C’est parce que les êtres ignorants depuis très longtemps se vautrent dans les opinions ou désignations conventionnelles, à commencer à un temps donné par les Diderot et leur encyclopédie étouffoir, qu’ils vont voir, entendre, distinguer et tout couper des cheveux en quatre en usant de désignations CONVENTIONNELLES à n’en plus finir (rien de plus conventionnel ou à pensée unique qu’un dictionnaire, censée former une « base », un LA de compréhension entre ceux qui imposent ce dictionnaire et ceux qui s’abreuvent à ses conventions). Ainsi ces êtres-là sont incapables d’apprécier l’au-delà de la souffrance, au-delà qui coupe court à toutes les désignations conventionnelles et met un terme à tous les concepts nécessairement périssable puisque nés à un moment donné ils disparaissent ensuite tôt ou tard et ne valent pas la peine qu’on les prenne comme base de vie ou de connaissance.
Ces êtres là, ignorants, croyants, prisonniers de la dualité, sont incapable de comprendre que la Vérité, par définition, EST ou n’est pas, et ne peut faire l’objet d’un choix, ou d’un jugement, en fonction d’adjectifs…

Un bon exemple de cacaphonie et de rêve de « libération » est donné par le questionnement :
- Comment l’ego peut-il être détruit ?
- Maharshi : Saisissez d’abord l’ego et demandez ensuite comment il peut être détruit. Qui pose cette question ? C’est l’ego. L’ego serait-il d’accord pour se détruire lui-même ? Cette question est la meilleure façon d’entretenir l’ego et non pas de le détruire. Si vous cherchez l’ego, vous constaterez qu’il n’existe pas. Voilà la façon de le détruire. […] Partez à sa recherche [de l’ego] et vous ne le trouverez pas. C’est la meilleure façon de s’en débarrasser ». Ramana Maharshi, entretien 615 du 24-1-1939. Je puis confirmer pour l’avoir vécu de rares fois quelques tierces de secondes…
Le Maharshi donne un exemple lorsqu’Il habitait à Madurai : Un voisin anticipa la visite d’un voleur dans sa maison. « Il avait pris les précautions pour l’attraper en plaçant des policiers en civils pour surveiller les deux bouts de la rue, l’entrée et la sortie de sa maison. Lorsque le voleur s’était présenté comme prévu, les hommes de guet s’était précipités sur lui pour l’attraper. Le voleur, jugeant d’un coup d’œil la situation, s’était mis à crier : « Au voleur ! Attrapez-le, attrapez-le ! Il court par là ! là ! » Et ce faisant il était parvenu à s’enfuir ». Me fait penser à l’exemple, certes simpliste et un peu Laurel-et-Hardy, du prisonnier qui sort à reculons de la cour de la prison pour donner l’illusion qu’il y entre, comme s’il s’agissait d’un simple visiteur venu voir un condamné.

Ce qui EST étant libéré de la dualité ne demande pas la permission et n’a pas besoin de loi ni à l’intérieur ni à l’extérieur. Une Araignée ou une Mouche ne demande pas la permission de rentrer dans une maison ! (Alors les humains, ceux qui NE SONT PAS, feront des « lois » [des instruments] pour éloigner ou tuer ces étrangers ; et tout est comme ça, principalement au niveau des MALADIES et du business pour soi-disant lutter contre… idem pour le business du complexe militaro-industriel maintenant quasiment État dans l’État ou État profond…).

[En référence à : Soûtra du Développement du sens profond ; Jean Coulonval : Synthèse et Temps Nouveaux, car il parle bien de la synthèse qui consiste au QUI SUIS-JE ?]
 
 

Dernière mise à jour : 21-12-2019 22:23

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >