Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Réalité, Humanité, Civilisation = Conventionnel
Réalité, Humanité, Civilisation = Conventionnel Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 23-02-2020 01:26

Pages vues : 330    

Favoris : 64

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Conflit, Confort, Conscience, Corde, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Information, Innocence, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Langage, Langue, Liberté, Lucifer, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Poisson, Porte, Privilège, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Trouvère, Vérité, Vide, Vieux, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
h_p_lovecraft_june_1934_360.jpg
 
 
Réalité, Humanité, Civilisation = Conventionnel
repose sur du vent,
sur des artifices et arrangements (réformes),
accord : arrangement (comme arranger des objets,
enfourner une poterie pour la cuire, disposer,
ranger, détacher, contrat, période, etc.)
Arranger le vie humaine en lui donnant une
« valeur », type de l’arrogance de l’ego qui
invente une valeur et forcément son contraire.

Inventer le temps qui coule est un arrangement
(surtout pour le Faire/Fer du business),
soit une MYSTIFICATION, une FARCE ou SPECTRE,
une PERSONA.


Page dédiée à Howard Phillips Lovecraft (photo ci-dessus)
 
 
ÉLOGE DU GRATUIT OU ARBITRAIRE (paradoxe)

ATTENTION, le dic. Le Robert semble ne pas distinguer Conventionnel et Arbitraire ce qui me semble une erreur, car nôtre humanité et sa civilisation sont totalement conventionnelles, et dedans il n’y a presque plus ou pas de gratuit, ni d'Art, PARCE QUE TOUT CHAUFFE EN PRODUISANT DE LA RÉSISTANCE, DU POIDS OU GRAVITÉ (voir la technologie actuelle construite sur la thermodynamique… les trucs qui chauffent, qui frottent comme la masturbation, et qui explosent comme le nucléaire ou la voiture à moteur à explosion). « Qui s’y frotte s’y pique », dit un proverbe populaire, ”pique” dans le sens pollution et problèmes importants…

Le GRATUIT ou AMOUR est cette Mère-Veilleuse (la Merveille ou Mère qui veille), dans tous les sens de Mère et de Veilleuse, est que le mental et ses facteurs mentaux ou idéation créent la totalité des mondes. Le mental ou conscience ne se trouve pas dans le corps ou sous un crâne. Et qui a inventé la notion de « noir » ? Sous un crâne, ou à l’extérieur, par convention ?? De même que le corps ne se trouve pas dans le mental, sauf si on se prend pour un sexe et une localisation (géographique ou spatio-temporel). Cependant ce mental, ce EST, est sans limite. N’existant pas, il est sans limite ou en état de Zéro indien pour exercer sa SOURCE, sa GRATUITÉ.
Ce mental EST : « La recherche du mental révèle qu’il n’existe pas. Comment peut-on tuer quelque chose qui n’existe pas ? » (R. Maharshi, entr. 328 du 17-1-1937).

Alors, comment n’existant pas, ce mental pur ou Zéro indien peut-il exercer les activités du non-agir, SA GRATUITÉ, en état de veille ?
Car si corps ou mental existait réellement, il serait paralysé, DONC MORT, par l’absolu de son EST (Paradoxe de la Réalisation et remarque plus bas du Curé d’Ars).
Ne pas exister réellement, c’est ne pas exister, et ça renvoie naturellement à la PERSONA, au MASQUE. « Quand une corde est prise par erreur pour un serpent, il suffit de détruire la fausse perception du serpent pour que se révèle la vérité. Sans l’élimination des fausses perceptions [les masques, la persona], la vérité n’apparait pas » (R. Maharshi, entr. 25 du 4-2-1935).
Ainsi L’anti-confort de la non-illusion sera suivi du Vrai Confort : la tremenda majestas, laquelle fait frissonner, comme la splendeur insigne du fascinans qui captive et fascine de manière à réaliser le MARIAGE DES CONTRAIRES. Le fascinans correspond à l’ivresse du sacré, à l’enthousiasme fou et extase dionysiaques au hiéro-gamos (union sexuelle sacrée métamorphosante).
Bref, Apocalypse = FEU SACRÉ QUI CONSUME TOUT, Y COMPRIS LE MYSTIQUE LUI-MÊME CUIT (aux petits oignons….). C’est donc PANique.
LE GRAND PAN ou PANique, la terreur numineuse (pavor sacer) est la RACINE de toute spiritualité « primitive » : une (t)erreur démoniaque qui va trouver un CONFORT vers une purification, mais sans jamais cesser de perdre ce pavor sacer, ce Grand PAN qui n’a jamais été mort ! Aucune logique ou raison de perruques poudrées laïcardes là-dedans, QUE DE L’ARBITRAIRE, DU GRATUIT, DE LA NON-DUALITÉ. Toutes forces divines possèdent, en tant que dimension numineuses suprêmes, l’AMBIVALENCE OU NON-DUALITÉ INHÉRENTE À CES DERNIERS (on dit que les Anges n’ont pas de sexe, ce qui intriguait beaucoup le monde religieux médiéval).
Le NUMINEUX : « Je est un autre » de Rimbaud.
BREF, TOUT CELA NOUS RENVOIE À NÔTRE IMPUISSANCE, À NÔTRE SOUMISSION (que voudrait casser les Juifs des Google-Transhumanistes qui se croient « peuple élu » et même au-dessus de leur Dieu).

En fait, QUI A PEUR ET FRISONNE ? C’est le corps ou mental : la peur est souvent de « perdre son individualité », donc de perdre « ses biens »… « La peur de la mort est présente seulement quand la pensée ‘je’ [ego] est née. […] Restez sans penser, tant qu’il y aura pensée, il y aura peur » (Ramana Maharshi, entretien 202 du 15-6-1936).

Qui veut con-naître tous les Réalisés de tous les temps intemporels contemplera l’Aleph, le Pays du Rien du Tout, la Dimension absolue, où Tout est le fait du Soi.
Non, non, non, ce n’est pas un isme de plus genre concept de solipsisme que certains comparent au serpent qui se mange la queue : l’Ouroboros ; car faire ce genre de concept est identique à DIVISER entre « Bien » et « Mal », ou en dualité « croyants-incroyants » comme certains croyants qui traitent ceux qui ne croient pas comme eux de « mécréants », c’est-à-dire qu’ils traitent de losers ceux qui n’adhèrent pas à leur croyance qu’ils considèrent comme « la vérité », ils se comportent comme des tyrans et engendrent des atrocités.
En effet, par exemple Ramana Maharshi avec « son » Soi et son « Qui suis-je ? » pourrait être accusé de « solipsisme », mais le Maharshi admet bien l’ego ou ‘je’ tout en le niant paradoxalement ou en disant que c’est la ”pensée racine” (1), ce ‘moi’ qui fabrique ses conventions sociales, donc cette civilisation, caractéristique produisant ce ‘moi’, ce ‘toi’, et les autres.
Quand le ‘je’ ego est transcendé en ‘Je’ ou Soi, l’artifice du conventionnel n’a pas de sens car il y a ACCORD NATUREL, NON DUALITÉ :

     Je
Moi    Toi

« Je suis le Cep [‘Je’] et vous êtes les sarments [Moi-Toi - Nous-Vous] » (Jean 15, 5).

D’ailleurs le mot « civilisation » en plus de signifier « vil » (ignoble), a le sens de l’évolutionnisme et du temps qui opposent les winners, les civilisés, aux losers, les sauvages ou primitifs non encore « civilisés » (2).
Ainsi, À L’ÉTAT DE VEILLE, le monde n’a donc pas lieu uniquement sous mon crâne, dans mon mental, mais aussi, PAR CONVENTION, dans la tête des autres.
Alors, quand est-il de la « vision du monde » chez les insectes, les animaux, les arbres, etc. ? Car ce « monde » possède bien une caractéristique « mental », sans faire dans l’anthropomorphisme, MAIS CE CARACTÈRE MENTAL, ou D’EGO, comme l’indique le Maharshi (notamment à l’entretien 264) n’est pas une preuve de la Réalité ultime (si on en fait une preuve on tombe dans la dualité… dans la constante orgueil humain… ).

Si un laïque ou un « non-croyant » m’oppose que la matière seule, l’objet (3) existe, parce qu’elle ou qu’il est « dure », il peut la toucher et le constater par son mental, et parce qu’elle « dure » un temps, je répondrai qu’en effet, PAR CONVENTION, DONC PAS CONSCIENCE CONVENTIONNELLE JE M’Y COGNE ET ME MET LES DOIGTS EN SANG, je vous rappelle que nous avons tous rêvé de coups et blessures sans pour autant que nôtre corps matériel, donc nôtre ego, en soit blessé et saigne. Bien-sûr cela n’est que de la dualité, de la relativité ou comparaison, mais la question revient en permanence : « QUI SUIS-JE ? », soit LA QUESTION DE LA VACUITÉ : QU’ELLE EST-ELLE ? QU’Y A-T-IL DERRIÈRE LA PERSONA, CE MASQUE DE CETTE SOCIÉTÉ DU SPECTACLE ?

La civilisation construite sur le conventionnel est identique aux pierres de la TOUR DE BABEL qui n’ont été reliées que par du bitume, au moindre gros problème, le soleil chauffe trop : TOUT S’ÉCROULE (idem pour nôtre civilisation maintenant dépendante de l’électricité dynamique depuis William Gilbert au 16è siècle et l’époque naissante du mesmérisme et passant par l’hypnose et jusqu’à l’Orgone et la radionic tout cela groupé sous l’unique Thème ”électrique” : MAGIE, POUVOIR SIDDHI et CLAIRVOYANCE avec station chez un lointain descendant de Mesmer : le médecin Hippolyte Baraduc…).
Romains 8, 19-22 : « Car la création en attente aspire à la révélation des fils de Dieu : si elle fut assujettie à la vanité, - non qu’elle l’eût voulu, mais à cause de celui qui l’y a soumise, - c’est avec l’espérance d’être elle aussi libérée de la servitude de la corruption pour entrer dans la Liberté de la gloire des enfants de Dieu. Nous le savons en effet, toute la création jusqu’à ce jour gémit en travail d’enfantement [le Sentier] ».

L’incarnation ou la croyance en la matière, la rédemption ou Apocalypse, sont paradoxales et donc MYSTÈRES (cachés). Le croyant, et nôtre actuelle civilisation est totalement dans le CRÉDIT-CRÉDO-CROYANCE principalement bancaire, il parle de « foi » : ”Je ne comprend pas mais j’achète, donc je consomme, je crois”. Désormais les croyants ne suffisent plus, la Vraie Liberté passe par les SACHANTS, CEUX DE DERRIÈRE LE MASQUE (toute la littérature d’Howard Phillips Lovecraft, photo en haut de page, tourne autour de l’enlèvement de ce masque, soit APOCALYPSER OU RÉVÉLER, LEVER LE RIDEAU SUR LA PERSONA ; rideau dans le sens d’ouvrir le rideau ou ACCÉDER AU PARADIS, À L’ÉTAT DE BIENHEUREUX, et donc anti-confort complet pouvant provoquer immanquablement la PANique).

Le mental ne se manifeste jamais seul, en conséquence, matière et mental coexistent comme deux « inséparables » (en réf. de l’entretien 25 du 4-2-1935). Aussi dans l’entretien 25 : « Les contacts extérieurs, c’est-à-dire avec des objets autres que soi-même [donc avec l’objet qui est le social si présent de nos jours], rendent le mental agité ».
Ramana Maharshi à l’entretien 453 du 8-2-1938, LES GENS SE DISENT QU’ILS SONT LE MONDE PARCE QU’ILS EN FONT LA PARTIE (on leur serine assez avec le « vivre ensemble » et la « fraternité » et cette mode du social mariée avec l’individualisme, l’ego).
- Maharshi : Voilà l’erreur. Si le monde existe indépendamment de vous, vient-il vous dire qu’il existe ? Non, vous voyez qu’il existe, mais vous ne le voyez qu’à l’état de veille et non quand vous dormez profondément. S’il avait une existence indépendante de la vôtre, il devrait vous le dire et vous devriez en être consciente même dans votre sommeil profond ».


Notes.
1. Entretien 306 du 26-12-1936 : « L’ego n’existe pas, seul existe le Soi », citant le Tiruvachakam.
À l’entretien 612 du 19-1-1939 : « [L’ego est irréel et sa croissance n’est qu’utilitaire] Sa croissance et les ennuis qui en résultent vous font chercher la cause de tout cela [enlever le masque]. Son développement sert à sa propre destruction [rejoint ci-dessus la persona et le Curé d’Ars] ». « Chez l’enfant l’ego existe à l’état potentiel, tandis que chez le saint il est complètement détruit. […] Il n’y a qu’une seule Réalité et Elle est éternelle ».
À l’entretien 615 du 24-1-1939 : « [comme le policier et voleur] L’ego serait-il d’accord pour se détruire lui-même [et le policier procéder lui-même à sa propre arrestation] ? Cette question est la meilleure façon d’entretenir l’ego [et le mental] et non pas de le détruire. Si vous cherchez l’ego, vous constaterez qu’il n’existe pas. Voilà la façon de le détruire [c’est moi qui souligne] ».

2. Évolution : concept temporel d’un arrogance humaine digne d’un ego devenu monstrueux. Cette « civilisation » arrogante, avec son culte du ‘moi’ a trouvée son apothéose dans la concrétisation de la démocratie marchande du capitalisme. Cet ego amplifié ne peut qu’être mondialiste, impérialiste, colonisateur. Ce ‘moi’ individuel au « pouvoir d’achat » est devenu une marchandise d’une stérilité absolue, le contraire du Zéro indien. L’ego actuel n’est qu’une épave industrielle des entreprises du CAC40 et autres États dans l’État qui maintenant dirigent tout.
LE CROYANT EGO ACTUEL QUI CROIT ÊTRE LUI-MÊME EST LE RÉSULTAT DE LA PRODUCTION DU CONVENTIONNEL INDUSTRIEL QUI GRÉGARISE OU QUI BOUFFE TOUT. La singularité ou Réalisation du Soi semble donc impossible dans cette civilisation du régime capitalo-république. Quand à l’universel employé à toutes les sauces politiques parce que son sens n’est pas compris (il ne peut y avoir qu’un Universel, une Unité) il renvoie à ce monde MALADE, ce MONDE DE CROYANTS en son pouvoir d’achat.

L’universel de nos jours étant celui des Croyants, il ne peut qu’être celui du FAUX (« Faut-il le croire pour le voir ? ou le voir pour le croire ? »). C’est bien pourquoi la pensée unique qui chosifie les humains le glisse à toutes les sauces comme : « république universelle », « suffrage universelle », « retraite universelle », etc. En fait, le seul universel maintenant, c’est la crise mondiale de l’être humain qui commande tout, et donc qui est l’authentique Universel sous la forme de cette crise de l’humain, sa Chute. C’est-à-dire que maintenant la Crise est partout présente dans le monde (et TOUT est dans TOUT) :
L’APOCALYPSE EST PRÉSENTE PARTOUT DANS LE MONDE, CE QUI ANNONCE BIENTÔT LA VRAIE LIBÉRATION, LE FLÉAU, LA CATASTROPHE : PANique, l’événement a pris la représentation de court pour totalement coïncider avec elle, soit LE FLÉAU de la balance égalisant les deux plateaux, FLÉAU parce qu’il ne reste plus à celui qui se trouve sous le Fléau qu’à agir de manière inconsidérée comme PRIVÉ DE RAISON, SOIT AGIR EN CATASTROPHE, d’où le sens du mot FLÉAU : pas le temps d’aviser, de calculer, TOUT SE FAIT DANS L’INSTANT, SOIT SPONTANÉMENT (ce qui fait peur au capitalisme parce que précisément le terroriste agit en catastrophe : IL N’EST PAS PRÉVISIBLE, IL N’ENTRE PAS DANS LE CAS DU BIG BROTHER OU DE L’INFORMATION, DE L’IDENTIFICATION QUI LAISSE LE TEMPS D’IDENTIFIER en dualité sujet-objet. D’ailleurs le principe du capitalisme repose sur LA PROJECTION, LA PRÉVISION (boursière…), il prévoit et n’aime absolument pas l’Instant, le spontané, l’inconnu, donc le terroriste, l’étranger : IL CALCULE OU PRATIQUE TOUJOURS LE TEMPOREL DE L’IDÉATION MENTAL, LA RAISON.

MONDIALEMENT MAINTENANT : PANique, APOCALYPSER OU RÉVÉLER, LEVER LE RIDEAU SUR LA PERSONA ; rideau dans le sens d’ouvrir le rideau ou ACCÉDER AU PARADIS, À L’ÉTAT DE BIENHEUREUX.


L’être humain actuel en son mode de survie est une convention de convention conventionnelle : une chose sur la représentation des choses, soit une valeur marchande de production dans l’utilitaire au même sens que les choses ont été inversées : la pensée s’est construite sur la représentation des choses, soit une pensée sur une pensée, en oubliant totalement l’original. Nôtre conventionnel conception du monde est devenu un sous-produit maintenant industriel et capitaliste sur le conventionnel du monde informatisé, digitalisé, digéré par l’ordinateur et son binaire, donc démesurément éloigné du Soi, démesurément éloigné de la vie (c’est bien pour ça que l’écologie fait fureur et est récupérée par le capitalisme, notamment à travers la voiture électrique, dont les batteries vont polluer de plus belle…..)

3. « Quand vous voyez les objets comme étant multiples, il sont irréels. Mais quand vous les voyez comme étant le brahman [le EST, le Ici et Maintenant sans temps], alors ils sont réels, parce qu’ils détiennent leur réalité de leur substrat, le brahman [l’Absolu, le Seul Réel] » (R. Maharshi, entr. 310 du 1-1-1937).
« Le chemin direct pour trouver une réponse [notamment si les objets et le monde existent] consiste à chercher si le monde existe vraiment. En admettant l’existence du monde, je dois admettre quelqu’un qui le voit et qui n’est autre que moi-même. Laissez-moi trouver ”moi-même” de manière à ce que je connaisse la relation entre le monde et celui qui le voit. Mais quand je cherche le Soi et demeure comme le Soi, il n’y a plus de monde à voir. Quelle est alors la Réalité ? Seul celui qui voit est Réel, et certainement pas le monde », Ramana Maharshi, entretien 442 du 8-1-1938, qui donne la définition de la Vraie Singularité, et pas le sens actuel du singularité appelé ”individu” faussement indivisible… comme sa république….
« Le monde objectif se trouve dans la conscience subjective » (Ramana Maharshi, entr. 485 du 30-4-1938)
 
 

Dernière mise à jour : 23-02-2020 02:11

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >