Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Le Conventionnel veut des preuves
Le Conventionnel veut des preuves Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 25-02-2020 00:37

Pages vues : 498    

Favoris : 77

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Bouche, Canada, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Conflit, Confort, Conscience, Corde, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Information, Innocence, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Langage, Langue, Liberté, Lucifer, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Panoptique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Poisson, Porte, Privilège, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Trouvère, Vérité, Vide, Vieux, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
colporteur_images_preuves.jpg
 
 
Le Conventionnel veut des preuves
Ce sont les tueurs qui veulent des « preuves »,
ils veulent « voir » pour le croire c’est-à-dire
la même pensée unique conventionnelle,
et le Wikipédia, surtout français héritier
des Diderot et Cie des « lumières » est fait
par des tueurs, dans le système du social
et de son moi-individuel qui veut des béquilles
appelées aussi « références » pour appuyer ce
qui n’est que leurs croyances ou opinions.
 
Le PANOPTIQUE qui singe la transparence
veut des preuves : AVOIR À L’ŒIL.
Le PANOPTIQUE = la même soupe pour tous
et l’évolutionnisme impossible à atteindre :
l’uniformité des psychismes individuels.
Évolutionnisme ou quantitatisme jamais achevé
qui conduira nécessairement à
une société fourmilière, où ne sera tolérée
aucune liberté individuelle (on fera semblant,
comme de nos jours, de prétendre à la
« liberté d’expression » sous ce masque de
la laïcité).

Le PANOPTIQUE est particulièrement cette GUILLOTINE
des « scientifiques » comme François Jacob ou
Jean Jacques, qui veulent « voir », qui « exigent
qu’il y ait quelque chose plutôt que rien ».
Le Jean Jacques est un tueur qui traite ceux
qui ne sont pas de sa paroisse de « crétins »
(Science et Vie n° 955, avril 1997, page 84).

Ces tueurs là font dans l’anthropocentrisme
en pensant qu’ils détiennent la vérité et donc
qu’ils « connaissent » : et eux-mêmes, et la Nature !
Parler de « lois naturelles »
c’est faire de l’anthropocentrisme, et se placer
comme supérieur puisque Tout est dans Tout,
mais l’individu comme François Jacob veut
« sortir » de la Nature pour CROIRE
en comprendre l’utilité-utilitarisme.
Seuls les humains inventent des « lois »
et aussi leur « service d’ordre » !!!


Dans cette démocratie marchande du libéralisme, nous vivons tous sous surveillance UTILITARISTE PANOPTIQUE : celle qui veut « des preuves », qui veut tout Pour-Voir, comme sa « démocratie » où chacun serait devenu le roi « nu », le responsable ou l’autonomie selon la définition du mot Science, ci-dessous.
Pour-Voir : l’œil dans le triangle chez les Judéo-Maçons spéculum et le billet de un dollar ; il y a aussi le « Mauvais Œil », le COUP D’ŒIL DE L’ENVIE (d’acheter avec son pouvoir d’achat). Envie, du latin invidia, du verbe invidere : regarder intensément, soit le détournement du Retour de la Lumière dans Le Secret de la Fleur d’Or. Certains « foudroient du regard », et dans notre société occidental fixer une personne du regard est considéré comme agressif voir impolis et suscite souvent des réactions agressives.
L’œil dans le triangle des « personnes en vue » : l’oligarchie seulement la partie visible de l’iceberg !
POUR-VOIR, JETER UN ŒIL SUR = CROYANCE EN UNE TÉLÉKINÉSIE AGISSANT SUR LA PERSONNE OU L’OBJET, DONC CROIRE À L’EXTENSION OU PROJECTION DU MENTAL HORS DU CORPS, dans le meilleur des cas il s’agira du TOUT : le mental n’étant pas localisable sous un crâne, c’est ce TOUT qui « sera utilisé »… Mais la pensée unique ou conditionnée croit que le mental se trouve sous un crâne, soit une théorie du cerveau fixé. La possibilité que le Pour-Voir, DANS SON SENS SINCÈRE OU DANS L’INSTANT ABSOLUE, PUISSE « SOULEVER DES MONTAGNES » sera éliminée sans aucune forme de contestation, sera rejetée par principe tueur comme l’est beaucoup la littérature du Wikipédia, tout au moins français, Wikipédia qui se croit solide sur ses opinions « scientifiques » surtout quand c’est noirci de formules que seul le formuleux peut croire !
Le Pour-Voir en accord ou harmonie avec le Tout est effectivement capable des pouvoirs siddhis énoncés dans la Tradition de Shiva : en étant totalement dans l’Instant, le mental par l’intermédiaire du sens maitrisé de la vue, peut naturellement s’étendre hors du cerveau et du corps et « toucher », « pointer » ce que l’Éveillé touche ; Il sera alors en facilité d’influencer des personnes et des objets, par le seul fait de porter ses regards sur iceux.

SCIENCE, sens officiel et actuel et égalitariste conformément à son dogme de démocratie, mais faux, car conventionnel ou grégaire uniquement, soit en liaison uniquement utilitaire sous domination du matérialisme naissant au 19ème siècle et son essor industriel et économique, donc on nous donne ceci comme définition actuelle : Ensemble de connaissances, d'études d'une valeur « universelle » (pensée unique), caractérisé par un objet et une méthode déterminés, et fondées sur des relations objectives vérifiables (les preuves). Ou encore : Expériences reproductibles et contrôlables par d'autres (tout le monde peut le faire) et en tous lieux et toutes températures. C’est une singerie de la non-dualité en prétendant à une intemporalité en fondant le principe qu’une expérience doit être reproductible partout, par tous, et, en principe « éternellement ». Les observations doivent pouvoir être refaites, parce que les « savants » pensent que les « lois de Nature » sont les mêmes partout et « toujours ».

La CROYANCE en des lois « éternelles de la Nature » est une opinion matérialiste ancrée depuis des millénaires et devenue souvent inconsciente. Pour changer ses habitudes, sa programmation, il faut commencer par RETOURNER LA LUMIÈRE ; et comme l’habitude dure depuis des millénaires et ses générations y afférentes, ça risque de demander beaucoup d’énergie…
Donc dans le démocratisme de cette science, il y a contradiction, car cela ne peut pas être universelle puisque chaque expérimentateur est unique, et la technologie actuelle usurpant le nom de « science » est de plus liée actuellement à une exigence de rentabilité et d’utilité (le « scientifique » est un salarié comme un autre et dépend du capitalisme et de son dogme).

Panoptique généralisée par le tout connecté et la pensée unique actuelle. Panoptique = Grégarisme, grumeau.

Par son tout connecté le Grumeau-Panoptique singe le « JE SAIS » pour tenter d’échapper à l’ancien « JE CROIS » alors que par son vieux mode d’économie il est soumis au CRÉDIT-CRÉDOT-CROYANCE ET CRÉSUS.
Le Grumeau-Panoptique se prend pour l’universel et même prend le masque de l’éternel, comme le rêve les Google : le général est déguisé en universel ; le psychologique est déguisé en spirituel et en développement personnel.

Cette logique en forme de : « Faut-il le croire pour le voir ? Ou le voir pour le croire ? ». Et bien depuis par exemple le « libéral » (sens de ne vivre que de l’opinion) John Stuart Mill ne jurait que par ce qu’il pouvait voir : le « progrès social » dans lequel les réformes économiques et politiques allaient évidemment transformer l’humanité et l’environnement ; ce qui va fourbir le socialisme ou communisme et le libéralisme galopant comme un virus frétillant. A côté de ce capitalo-socialiste, les Darwin, Galton ne jurent que par l’évolutionnisme : l’hérédité.

Le « voir pour le croire » est aussi logique que le « croire pour le voir » puisqu’adapté du socialisme et de la laïcité qui dit que le principe est dans la matière ou le mental ou corps, c’est la même chose dans ces trois derniers mots ; alors cette laïcité, ou libéralisme en forme de « liberté d’expression » est condamné à ne fonctionner que dans la dualité la plus fermée, là où l’opinion qui se construit dans le temps vécu, par un évolutionnisme dialectique ou historique qui se déroule entre une naissance ou commencement, que le mental peut reculer indéfiniment dans le « passé », et un « futur » également indéfini. C’est dans cette géométrie euclidienne de la ligne droite, que doit se réaliser, selon la dialectique donc l’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule), une transposition dans la fluidité continue du temps du « discours absolu » de Hegel dans l’instantanéité d’une vision artificielle, soit une synthèse pour le DORG (Demain On Rase Gratis), de tout ce qui est bidouillage dans le mental et en conséquence la satisfaction utilitariste de tous les besoins inscrits dans la nature ontologique de l’humain, et donc aussi de tout l’existant (de tous les noms-les-formes) puisque l’humain est en son essence un résumé de tout l’existant, de tout le créé, l’Univers est en l’être humain.
Le libéralisme est sa démocratie marchande actuelle prétend ainsi être à la fois une physique, une métaphysique et une religion (ne serais-ce que par son modèle actuel étatique de régime capitalo-républicain) ; et comme Nous pouvons tous le vivre, ce système de vie ne peut le faire que derrière des masques (non, pas ceux destinées à se protéger des méchants microbes, qui sont la conséquence de nos comportement aliénants).

Le Grumeau-Panoptique ne veux plus CROIRE, il veut SAVOIR, et évidemment n’en porte que le MASQUE le plus horrible.

Le prison est une sécurité quand on a peur du sans limite, et les humains actuels aiment tant leur petit confort (surtout leur électricité dynamique qui fait fonctionner leurs machines).

Le panoptique de la science actuel confondu avec la technique parce qu’uniquement axé sur la matière, sur ce qui se voit par les cinq sens et le mental : c’est l’ancienne physique et actuelle qui ne se fonde que sur la perception temporelle du monde coloré et sonore, et qui parfois essaye de basculer vers le métaphysique, mais encore en vision utilitaire, matérielle ; ce qui fait que ce sera toujours le monde extérieur qui posera problème, alors que le monde des Essences ou du EST, de l’Instant, n’en pose pas ; mais ce n’est pas dans ce EST que la « science » actuelle travaille. La technologie qui singe la Science a fait faillite, elle ne fait que conduire au sable mouvant des opinions, où rien n’est certain, sauf pour celui qui y « croit », ou qui a « la foi », au sens sentimentale du terme.
Dans l’Instant, le EST, il n’y a pas de croyance qui engendre nécessairement le sujet qui croit et l’objet de la croyance. Le Réalisé vivant qui n’est pas dans le temps inventé par le mental ne dit pas « je crois », puisqu’il EST, et sans temps, il est la Libération qui a fonction d’éliminer les voiles ou de lever les rideaux, ce que tente de singer ce monde informatique panoptique de ce Big Brother oligarchique du libéralisme.

Le Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil est ainsi), du Soûtra du Cœur de la Connaissance transcendante, est identique à la Super Tautologie du « Je suis ce JE SUIS » : l’Éveil honore l’Éveil et rien d’autre. Honorer l’Éveil revient à atteindre l’Éveil qui n’est pas à atteindre !

La Vraie Liberté se trouve dans le Blanc de L’Instant qui réunit toutes les couleurs, comme l’Arc-en-Ciel est « charmant », « lumineux », il « plaît ». Et toutes les couleurs de l’Arc-en-Ciel rappellent que la sagesse fondamentale est la luminosité de toutes choses : leur EST, leur « Je suis ce JE SUIS ».
En sanskrit, le mot vairocana signifie « illuminateur » et désigne par métaphore le Soleil. Vairocana ou Instant, l’Éveillé Lui-même, entouré de « cercles de vent de toutes les couleurs ayant la forme de l’espace (couleurs comme transparentes) ».
L’Éveillé dans l’état naturel du TOUT et du NON-AGIR, dans le Blanc de l’Instant, par sa présence dans l’Instant est le CORPS D’ARC-EN-CIEL, la Pureté primordiale.

Le CRÉDIT-CRÉDOT-CROYANCE ET CRÉSUS MARCHE AUSSI DANS L’EFFET PLACEBO (ou son contraire Nocebo) :
Exemple donné par Ruper Sheldrake en page 209 de son livre : Sept expériences qui peuvent changer le monde : dans les années 1950 aucun traitement ne semblait efficace sur un cancéreux déjà bien malade. On lui fit une injection d’un remède expérimental, le Krebiozen, considéré à l’époque par certains comme « remède miracle » (il ne l’est plus). Le médecin traitant fut stupéfait des résultats sur les tumeurs qui fondaient « comme neige au soleil ». Hélas, comme dans le cas du pouvoir siddhi dénoncé par Ramana Maharshi, le patient quasiment guéri lut par la suite des études qui donnaient à penser que son médicament était inefficace ; ainsi son cancer recommença et s’amplifia même.
Son médecin eut alors l’idée de lui injecter de la simple eau par intraveineuse, tout en lui disant qu’il s’agissait d’une nouvelle formule du Krebiozen. Le cancer régressa brusquement une seconde fois. Puis le patient appris par les journaux que l’association médicale américaine (FDA) avait officiellement déclaré le médicament inefficace. Le patient perdit tout espoir et en mourut les jours suivants.
Question aussi de « volonté de vivre » évoqué par Ramana Maharshi à l’entretien 28 du 4-2-1935 : « Prenez la volonté de vivre. C’est le pouvoir de la pensée. Elle maintient et conserve la vie et même retarde la mort lorsque toute autre vitalité est presque épuisée. En l’absence de tel pouvoir de volonté, la mort arrive plus vite. C’est pourquoi on dit que la pensée transmet la vie dans la chair et ensuite d’un corps de chair à un autre » (Important, Important).
À l’entretien 423 du 7-6-1937 = « La volonté devrait être comprise comme étant la force du mental, qui rend icelui capable d’affronter avec équanimité aussi bien le succès que l’échec. Elle n’est pas synonyme de succès. Pourquoi tous nos effort devraient-ils être couronnés de succès ? Le succès développe l’arrogance et le progrès spirituel de l’homme est dès lors arrêté. Par contre, l’échec est bénéfique dans la mesure où il permet à l’homme de voir ses limites et le prépare ainsi à s’abandonner [ce qu’il se passa dans l’exemple du malade cité plus haut]. L’abandon de soi est synonyme de bonheur éternel. Par conséquent, on devrait essayer de parvenir à l’équilibre mental en toutes circonstances. C’est là la force de la volonté [rejoint le « chat qui s’en va tout seul »] ».

Évidemment il y a des personnes qui croient que l’homéopathie c’est de l’effet placebo, comme l’affaire de la mémoire de l’eau, soit la guérison à distance dans les recherches du Docteur Jacques Benveniste : l’eau conserve les propriétés chimiques d’une substance qu’elle possède en haute dilution qu’il est impossible à « mesurer » avec du matériel construit pas le mental humain. Principe des hautes dilutions connue depuis la nuit des temps, mais que le matérialisme du capitalisme issu des « lumières » et de leur raison ignorent.
 
 

Dernière mise à jour : 25-02-2020 01:34

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >