Accueil arrow News arrow Dernières news arrow L'occultisme et le secret
L'occultisme et le secret Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 03-03-2009 20:21

Pages vues : 5830    

Favoris : 505

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Absolu, Connaissance, Libération, Occultisme, Pouvoir, Savoir, Secret, Science, Vérité, Vide


tacherouge.jpg
 
L'OCCULTISME, le SECRET et VOIR L'ENSEMBLE
 
Le pire est souvent voisin du meilleur ! (Les extrêmes se touchent)
                 
Rien de nouveau sous le Soleil. Il n’y a de nouveau que ce qui a déjà été oublié.
Le monde a été crée en mesure, nombre et poids et c’est vrai pour l’Éternité.

(Jean Coulonval)   

Le Vrai n’est pas de ce monde là !
Et le langage n’est pas nécessaire à la connaissance.
                   
   
Échapper au piège des mots (2), est-ce encore possible ?
 
Les sectes, les ordres anciens comme les Francs maçons sont très attaqués en ce moment, et pour juste raison : le pouvoir et son mauvais emploi ; mais y a t-il un bon emploi pour ce mot la ? Voilà un mot qui est hautement « radioactif ». Le mauvais sens du mot secret est plutôt attaché à un gourou avide de savoir ce que le commun des hommes ne sait pas, et il est mus par l’obscure besoin de domination sur l’ignorant. Aussi il ne faut pas confondre le secret que l’on ne veut, ni surtout que l’on ne peut divulguer, et pour cause majeur exposé ci-dessous, du secret que l’on voudrait cacher pour frustrer les individus. Personnellement, je sais ce que c’est la frustration !... A la fin de la page il y a une vidéo parlant de Merkaba, chose qui apparaît fantastique, et c’est bien là le grand danger : l’aspect joujou du merveilleux, surtout que cette vidéo est axé sur la théorie des cordes ; vieux rêve pour essayer d’accorder ce que j’appelle ici infiniment grand et infiniment petit. L’attirance enfantine du merveilleux est d’ailleurs très bien illustré dans le si beau film de Spielberg : E.T. où Elliott crie à son grand frère : c’est moi qui est le pouvoir absolu ! Imaginez une puissance immense entre les mains d’une personne, ou d’un groupe de personnes dont le niveau de connaissance est faible, cela conduit à la catastrophe. C’est ce qui a du se passer avec la « chute » de l’Atlandide. Imaginez que tout le monde puisse faire des transmutations et changer n’importe quoi en Or, ce métal ne vaudra alors pas plus qu’un vulgaire cailloux ! Donner une valeur à quelque chose, oui, mais pas à n’importe quoi, comme l’ont fait les babyloniens en donnant une valeur à l’Or, sous prétexte certainement qu’il ne s’oxyde pas et qu’on le trouve difficilement !
 
Le mystique et poète persan Rûmî dans son Mathnawî dit la même chose :
- Vers 1609 - Si un homme parfait prend de la terre, elle devient de l’Or ; si un homme imparfait emporte de l’Or, cela devient des cendres.
- Vers 1611 - La main de l’homme imparfait est celle du Démon et du diable, parce qu’il se trouve dans le piège de la fourberie et de la tromperie.
- Vers 1612 - Si l’ignorance advient à l’homme parfait, elle devient connaissance ; la connaissance qui pénètre dans l’homme imparfait, devient ignorance. Ces quelques vers illustrent aussi la loi du croisement.
Par la force des choses, tout le monde ne peut pas être a égalité dans les connaissances de soi, et celles de la Nature, c’est le : Qui a des yeux regarde ; et qui a des oreilles entende. C’est pour ça que lorsqu’il y a besoin de témoins pour une affaire de justice humaine, « bonjour les dégâts », surtout avec « le temps qui passe ».
La connaissance ne se mesure par en QI ! Il y a une différence entre le groupe connaissance / sagesse, et le mot libération. Le groupe sagesse, comme le son du mot l’indique : ça-je-être, indique la Connaissance de Soi, mais pas la libération ! La libération est une « autre histoire », et elle ne peut pas dépendre des cinq pauvres sens. Les libérés peuvent ainsi porter le nom de Bienheureux.     
                   
puce2.gif
 
L'Occultisme englobe les trois branches : Religion (recherche de Dieu, ou Lumière), Philosophie (la discrimination pénétrante), Science (par l'expérimentation), et ne divise pas en trois la recherche de la Connaissance ultime ou Libération (la Paix). Ainsi il est nécessaire de maintenir l'accord entre connaissance spirituelle et connaissance intellectuelle. Mais les connaissances de l'Occultisme, à la différence de la Science, ne sont pas accessible à tous ; c'est pourquoi le sens du mot occultisme indique la connaissance secrète. Secret nécessaire, car l'Occultisme confère à ceux qui le maîtrisent des pouvoirs très puissants et qu'ils pourraient en faire un mauvais usage s'ils n'étaient pas qualifiés moralement et spirituellement pour les exercer. L'abus incontrôlé et irresponsable des pouvoirs que confère la connaissance scientifique des seules forces physiques montre les risques qui seraient encourus si des savants pouvaient disposer des pouvoirs psychiques et spirituels, qui relèvent de forces naturelles subtiles et terriblement plus puissantes. C'est la raison pour laquelle les Adeptes de l'Occultisme, qui possèdent cette Connaissance Suprême et en sont les gardiens, n'ont levé qu'un coin du voile dissimulant les champs illimités et inconcevables de la connaissance occulte, afin que ceux qui sont suffisamment préparés et matures puissent avoir un aperçu des gloires situées au-delà, et faire les efforts difficiles nécessaires pour emprunter ce périlleux Sentier, qui leur permettra en finale de lever le voile dissimulant les mondes réels.

L'Occultisme recherche la Réalité Ultime, que la Religion (1), la Philosophie et la Science recherchent sous des angles différents, et les approches aboutissent au même but.

Bien retenir que tout est en perpétuelle TRANSFORMATION dans le monde des phénomènes. Et les chercheurs actuels, ayant travaillé sur des bases de données physiques, ont découvert la nature trompeuse des données acquises à l'aide des organes des sens ou d'instruments de mesures matériel, mais dans le désespoir d'avoir à affronter franchement les faits existentiels, ils se réfugient désormais dans un monde d'abstractions mathématiques (Théorie des Cordes par exemple).

Une recherche correcte devrait reposer naturellement sur l'amour, la compassion, la justice et la fraternité, au vrai sens de ces termes, car ce sont ces qualités qui reflètent véritablement nos relations mutuelles et qui nous maintiennent en accord et en harmonie avec la Réalité fondamentale qui sous-tend l'univers actuel.
La technique matérialiste actuelle est responsable des conflits, de la violence, de la peur, du chaos et de l'instabilité qui caractérise ordinairement la civilisation actuelle.

MAINTENANT
L'un des aspects les plus déconcertants et démoralisants de la pensée moderne, fondée essentiellement sur des valeurs matérialistes, est de ne proposer aucun critère naturel de référence et de jugement, dans aucun domaine. On a certes une profusion de critères de référence et de jugement, mais ils sont arbitraires, résultent du hasard des circonstances et des caprices de la mode du moment, et ne s'appuient sur aucun fait ou loi de la Nature, (on se coupe de la Nature alors que nous en faisons partie) ni aucun principe éternel reconnu. Bien que cela ait été presque toujours le cas, cela s'avère particulièrement dangereux aujourd'hui, car la liberté a fait une apparition plutôt soudaine, et les gens ont perdu même leur traditionnelles et insatisfaisantes inhibitions religieuses, et sont libres d'adopter pratiquement n'importe quoi dans leur vie privée, qu'il s'agisse des vêtements et de la coiffure, ou de leur façon de penser et des critères artistiques.

Nous sommes proche de ce qu'écrivais autrefois Roger Bacon : " Bien que tout soit possible tout n'est pas permis ". Mais c'était plutôt dans le sens d'une recherche scientifique tournée vers l'Alchimie. Maintenant, s'il y a plus de liberté [tout au moins sur Internet, et pour combien de temps encore ?], il reste à en éviter les effets naturels ou sociaux déplaisants. Seulement il y a danger lorsque les seuls buts de la vie sont les plaisirs et le confort matériel (1), et pourquoi pas aussi un « confort spirituel ».

Une référence se dissimule effectivement au sein de l'univers, ainsi que dans le cœur de chaque être humain. Nous participons tous d'une même vie et sommes enracinés dans la Conscience Divine. [c’est ce que Jean Coulonval appel la Trinité ; dans son livre : Synthèse et Temps Nouveaux. Seul cette Trinité apportera une Synthèse et la Paix ; le Deux n’est que conflit éternel].
RÉFÉRENCE : L'aspect Vide de l'Absolu est illimité et ne peut être représenté par aucun schéma. Le Point ou Mahâbindu en sanscrit, est représenté par un point au centre d'un cercle infini et illimité. Ce point est le centre de toute réalité existante et le point de projection de tout ce dont la manifestation se compose. Et ce point contenant en lui-même l'essence de toute chose, qui peut servir de critère éternel de référence et de jugement pour toute chose existant ou se produisant dans la manifestation, non seulement dans l'univers actuel, mais dans tous ceux qui se suivent au cours de l'éternelle alternance des Srishti et des Pralaya.

(Extraits de notes d'après une lecture du livre de I.K. Taimni : Science et Occultisme, Éditions Adyar)

puce5.png
 
L’occulte le secret concerne le plus intime de nous même, alors on ne peut pas uniformiser l’intime, le secret ! ce serait un non-sens. Chacun est unique : à chacun de savoir l’Être qu’il doit devenir. l’éducation des hommes par l’uniformisation des choses qu’on donne à digérer, à vivre sur le plan sensible est une horreur (2). La même soupe pour tout le monde. « C’est pas d’la merde mais ça viendra »... Et la merde vient vite, l’illusion ne dure pas longtemps.
La qualité, qui est de l’ordre de l’infini, ne peut être engendré par la quantité qui est par nature indéfinie, jamais achevée. La société fourmilière actuelle tend vers une intolérance des libertés individuelles vers la recherche de l’Infini spirituel. Cette société multiplie, cumule les individus pour en faire un troupeau, mais refuse les personnes, c’est-à-dire les hommes dans le sens qualitatif. Dans le mondialisme qui tente de se poindre à l’horizon, la liberté n’existera que pour celui qui décidera de ce qui devra être vécu et senti uniformément par tout le monde. C’est donc la liberté de Satan-l’Administrateur qui cherche la propriété des âmes !
Selon Jean Coulonval : La foi par conditionnement éducatif se fait une idée de Dieu à partir du temporel ou monde des accidents. La foi directe, ou connaissance, voit au contraire le temporel à partir de Dieu, et le repense. Je suis bien d’accord avec lui.


Notes.
1. Par exemple, selon Jean Coulonval, dans son livre : Synthèse et Temps Nouveaux, nous sommes en plein dans un système communiste, et sans nous en rendre compte ! car le marxisme a fait des travailleurs des usines à rendement pour le bien des banquiers et de la religion de la production et de la consommation.
Car pour le communisme c’est de la matière qu’est né l’Esprit, ou le Divin, et le communisme est une dictature aussi radicale que possible, avec un pape qui décide de la vérité du jour et ce qu’elle sera le lendemain. Le communisme professe le dogme que les accidents engendrent les essences. C’est d’une naïveté infantile et le monde en crève. Le communisme a été pensé et installé en Russie par des Juifs. Voués par Dieu à la pensée globale, à la synthèse, les Juifs ont tout perverti et, pourtant, on ne peut pas se passer d’eux. (Reste à bien surveiller cette « pensée globale », sinon on tombe dans le totalitarisme ou le 1984 à la Orwell). Enfin, le communisme est tout à la fois pouvoir religieux, pouvoir politique et pouvoir économique.
Pour l’Islam, c’est Dieu qui engendre la matière. Pour le catholicisme, il y a hélas division radicale entre le temporel et le Divin, lesquels ne peuvent alors se connecter que par des considérations morales, des perceptions et des options sentimentales ; nullement par le possibilité d’une vision cohérente de l’unité ontologique du Divin et de la matière.
Pour l’Islam, c’est « délicat » ! Le Coran, texte « descendu du ciel », est intouchable. Par exemple une déviance de l’Islam dans Alamut, le livre de Vladimir Bartol, un vizir explique à un jeune homme : « Le principe suprême de l’Ismaïlisme est celui-ci : Rien n’est vrai, tout est permis !... » (L’Ismaïlisme est une secte musulmane qui était très en vogue à l’époque où se passe le roman de Bartol : vers 1092).

Naissance des Hassassins, vers l'année 1092 :
Mohammad et ses successeurs ont trouvé un meilleur moyen. Ils ont envoyé au-devant de l'ennemi des missionnaires dont la tâche consistait à soumettre les esprits. L'opposition qu'ils avaient à vaincre en fut affaiblie d'autant, et les pays tombèrent entre leurs mains comme des fruits mûrs.
La suprématie appartiendrait-elle à celui qui tiendrait tous les souverains du monde enchaînés par la peur. Mais pour être efficace la peur doit se donner de grands moyens. Les souverains sont bien protégés et bien assurés. Seuls pourraient les menacer des êtres qui non seulement ne craindraient pas la mort, mais qui la rechercheraient justement pour de telles circonstances. Éduquer de tels êtres, c'est à quoi tend l'expérience de ce jour. Nous voulons faire d'eux des poignards vivants, qui nous soumettent à la faveur d'un seul geste et le temps et l'espace. Qu'ils sèment partout la crainte et le tremblement : non parmi les foules, mais parmi les têtes couronnées et ointes. Qu'une peur mortelle frappe les puissants qui voudraient se dresser contre nous.
...
Droguer les Hassassins avec du haschasch, par les Fedayins (de 1092)
... Entre-temps le poison du haschasch aura fait son œuvre dans leur corps et éveillé en eux le désir invincible d’en prendre à nouveau. Ce désir sera indissolublement lié dans leur tête à la représentation des biens qu’ils auront goûtés dans « mon paradis ». Ils reverront en esprit les jeunes filles aimées et se consumeront de désir. Les sucs de l’amour se renouvelleront dans leurs veines, éveillant en eux une passion qui confinera à la folie. Cet état leur deviendra pau à pau insupportable. Leurs récits et les fantômes de leur imagination contamineront tout ce qui les entourera. La tempête de leur sang leur obscurcira la raison. Ils ne réfléchiront pas, ne discerneront pas, mais brûleront seulement de désir.
Nous les consolerons (les Fedayins, dans le sens de 1092) quand le temps sera venu : nous leur confierons une tâche et leur promettrons que le Paradis leur sera tout de suite ouvert s'ils l'accomplissent et y laissent leur vie. Ainsi ils chercheront la mort et périront en souriant de béatitude...
(Extrait de : Alamut, de Vladimir Bartol ; livre publié pour la première fois en 1938)

Autre description du mot Assassins, plus nuancée que celle de l'écrivain Vladimir Bartol et son roman "Alamut", et qu'en donne H.P. Blavatsky dans son Glossaire Théosophique (ouvrage qu'elle n'a pas eu le temps de mener à bien).
Voir aussi : http://www.iran-resist.org/ir348
ASSASSINS : Ordre maçonnique et mystique fondée par Hassan-Sabbah en Perse au 11e siècle. Le mot est une déformation européenne d'"Hassan" qui représente la partie principale du nom. Ceux-ci n'étaient pas des Soufis, et ils étaient adonnés, selon la tradition, à la consommation de Haschisch pour produire des visions célestes. Comme l'a montré feu notre frère Kenneth Mackensie, "ils enseignaient les doctrines secrètes de l'Islam ; ils encourageaient les mathématiques et la philosophie et ont produit nombre d'ouvrages de valeur. Le chef de l'Ordre était appelé Scheik-el-Djebel, traduit par le "Vieux-de-la-Montagne", et en tant que Grand Maître, il avait sur eux droit de vie et de mort".

2. Le piège des mots et de l’éducation. Je reprend ici un exemple en Or du livre de Jean Coulonval et déjà mentionné dans d’autres pages : le sens du mot NID. Coulonval reprend une citation d’un verset de Djalâl-od-Dîn Rûmî. Il ne s’agit jamais de « prendre au pied de la lettre » comme dans une école ou dans un sens exotérique, mais dans l’exemple du NID le sens de ce mot en est l’OISEAU. Le NID est fait pour l’oiseau et non l’oiseau pour le nid, même si c’est l’oiseau qui construit son nid avec des brindilles. La parole transposées sur un quelconque support a prétendue construire l’oiseau à la convenance du nid. Il s’agit donc de construire une démarche inverse de celle de l’élève au collège. Une signification ne peut pas être enfermée dans un mot, une idée doit avoir une forme ; il ne doit pas y avoir fixation ou coagulation, mais FIXATION CAVALANTE. L’Esprit souffle où il veut... Ou Dieu vient à l’homme et non le contraire.
 
M.R.
 
 

Consciences #1
envoyé par 93video
 
 

Dernière mise à jour : 04-07-2009 18:45

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >