Accueil arrow News arrow Dernières news arrow La démocratie une fausse foi
La démocratie une fausse foi Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 09-03-2020 20:00

Pages vues : 557    

Favoris : 91

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Foi, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Histoire, Information, Innocence, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Langage, Langue, Liberté, Lucifer, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Panoptique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Poisson, Porte, Privilège, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Trouvère, Vérité, Vide, Vieux, Virus, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
 
frise_ouro1.jpg
 
 
La démocratie une fausse foi
Quand on entend certains parler de
« notre démocratie est en danger »,
comme si leur maison, leurs « biens »
étaient menacés, c’est une opinion
qui se veut une foi.
Si leur démocratie était vraiment la Foi,
la vérité comme ils l’entendent,
c’est-à-dire le summum de l’organisation
de leur société, leur démocratie n’aurait
rien à craindre ni besoin d’être défendue.

 
 
Ces gens, qui divisent en opinionant ainsi, considèrent leur démocratie comme une religion, pareillement à ceux qui disent : « C’est MA religion, la religion de mes pères, la religion de la race », pas plus que personne ne peut dire : « C’est ma vérité à moi », car une chose est vraie ou pas vraie et le Vrai ne peut en aucun cas être un objet de propriété puisque le Vrai cesse d’être vrai dès qu’il est vu, donc possédé par le sens de la vue et son mental.

En opinionant façon : « notre démocratie est en danger », ces gens ont peur de la perdre comme on a peur de perdre la foi ou de perdre son porte-monnaie. Or la Vraie Foi comme la Vérité ne se perd pas et n’a pas non plus à se défendre d’un supposé danger ! La Vraie Foi qui est la Conscience infinie ne doit rien aux contingences du sensible et sentimental du spatio-temporel. Ce qui se perd, c’est l’attachement sentimental à ce qu’on a entendu de la part de gens qu’on a CRUS « digne de foi », par exemple ceux qui fabriquèrent le républicanisme étatique et mercantile de 1789. Si bien que cette « démocratie » perdable ou en danger n’est qu’une adhésion, une convention, un contrat maintenant COMMERCIAL (consommez, travaillez !!) est effectivement perdable comme on perd son porte-monnaie parce qu’il est dans la nature du sentiment ou de l’opinion d’être mouvant au grès des influences extérieures, et donc de la politique à la mode. L’Église de Théodose 1er ou Église de Rome n’a qu’une foi sentimentale, celle qui a permis le politisme allant jusqu’à l’actuelle construction de l’Europe, et en conséquence le chaos qui va avec, parce que CETTE ÉGLISE N’A FABRIQUÉE QUE DE LA MORALE, DU SOCIAL CONVENTIONNEL, DU DRESSAGE DES MASSES POUR DONNER L’ILLUSION D’UNE HARMONIE DANS SA SOCIÉTÉ. Cette foi-opinion n’est tout au mieux qu’une préparation ILLUSOIRE à la Vraie Foi qui est Conscience infinie ou Soi.

La démocratie-foi de ceux qui ont peur qu’elle se perdre et qu’il faudrait la défendre sont LES CROYANTS, exactement par CONDITIONNEMENT ÉDUCATIF ET SOCIAL : se faire une opinion de la Liberté à partir du temporel ou extérieur. La Vraie Foi est Maât, Elle est Connaissance, Elle voit à l’inverse le temporel à partir du Soi et le re-vit.
LA FOI DE LA DÉMOCRATIE EST LE CATÉCHISME DE LA RÉPUBLIQUE DE 1789, DE LA FAMILLE (DU SOCIAL), UN SENTIMENT, UNE CROYANCE, UNE CONVENTION SENTIMENTALE ET UN CONDITIONNEMENT PUREMENT HISTORIQUE OU TEMPOREL ÉTALÉ EN IDÉATION DE MOTS/MAUX. TOUT CELA PEUT EFFECTIVEMENT SE PERDRE DONC ÊTRE EN DANGER. Comme ceux qui « ne croient plus en Dieu », comme si Lui aussi pouvait « se perdre » comme on perd ses clés, ou maintenant que l’on se fasse voler son identité, donc son cher « moi », sa chère démocratie.

Leur démocratie fausse foi ne pouvait que produire la quantité chère au capitalisme productiviste, car la quantité ne peut qu’être en symbiose avec l’évolutionnisme : la quantité est par nature indéfinie, jamais achevée, et ainsi peut donner une impression de liberté puisqu’il semble ne pas y avoir de limite (les supermarchés regorgent de « biens de consommation »). Ce qui va produire prochainement une société fourmilière que j’appelle grégarisme, où inévitablement ne sera tolérée aucune liberté individuelle vers la Réalisation du Soi, tout sera imposé de force uniquement vers l’extérieur, par multiplication des individus en un troupeau bêlant sa « liberté d’expression », mais cette société fourmilière refusera les personnes, c’est-à-dire au sens QUALITATIF. La liberté n’existera alors que pour celui ou le petit groupe qui décide de ce qui devra être vécu et senti uniformément par tout le monde. C’est la démocratie perdable comme le porte-monnaie ; la liberté du Prince de ce monde qui cherche et à posséder, et à organiser pour mieux rentabiliser et asservir.

La « démocratie en danger » est celle de ceux qui ont « cru » dès l’enfance, parce qu’ils ont reçu un enseignement familial, scolaire, auquel ils ont cru. Leur foi à l’Évangile républicain droit de l’hommiste et égalitariste est passé d’abord par la foi en l’enseignement de la famille, de l’éducation nationale obligatoire, et de la mode du social et du salariat, QUI LES ONT CONDITIONNÉS. Qu’ils en viennent à douter de la famille, de l’école, du salariat, et de la légitimité du système social où ils ont vécu, leur « catholicisme » républicain ou laïc, et leur foi en la démocratie est en danger ; elle risque de s’écrouler.
UNE FOI « EN L’AIR » OU UNE DÉMOCRATIE « EN L’AIR » (construite sur l’opinion et le vote) EST EFFECTIVEMENT EN DANGER ! ET CETTE FOI OU DÉMOCRATIE MAINTENANT TOTALEMENT MERCANTILE TRIBUTAIRE DU TEMPOREL ET DU SENSIBLE, DU MENTAL, NE POURRA JAMAIS REVIVRE. Il faudra re-trouver la Foi à un niveau plus haut qui ne peut qu’être un vécu Maât ou dans le Ici et Maintenant, sans le temporel, c’est-à-dire qui ne doit plus rien au conditionnement ou conventionnel ou du social grégaire, et du sentiment si à la mode.

Celui qui sait ne dit pas « Je crois ». S’il le dit, c’est dans un tout autre sens que l’entend celui qui dit : « Je crois que papa et maman me l’ont dit, parce que le Maître me l’a dit, parce que je suis né en un pays républicain et démocratique ».
La foi ou la démocratie par conditionnement éducatif : se faire une idée de la Liberté à partir du temporel. La Vraie Foi ou Conscience infinie voit au contraire le temporel à partir du Soi.

La foi en la démocratie ou en une religion ne peut qu’être très largement liée à des circonstances d’état social et économique et des possibilités d’éducation dirigée, elle n’est souvent qu’une construction du mental POUR LA DÉFENSE D’UNE CLASSE SOCIALE, tout comme la foi socialiste ou communiste en Chine ou dans l’ancienne URSS, ou dans la foi chrétienne depuis Théodose 1er en passant par Clovis et jusqu’à la séparation de l’Église et de l’État en France. Cette pseudo-foi chrétienne est dépourvue d’attaches réelles avec le Soi ou la Liberté, elle est pure opinion et peut facilement être dissoute par un « lavage de cerveau » très facile avec la chimie psychiatrique de Big Pharma et par électrochoc (d’où d’ailleurs le terme « agité du bocal »….). Il est symptomatique que les catholiques, exactement comme les républicains qui croient que leur démocratie est en danger, tous parlent de la défense de leurs « opinions » religieuses et politiques et du combat pour épandre la connaissance, et du Christ, ou de la république devenue quasiment christique dans le capitalisme ! (Prosélytisme de la « foi républicaine » nécessaire à son apostolat).
Encore une fois ! LA VRAIE FOI N’A PAS À ÊTRE DÉFENDUE, SYNONYME DE LA VÉRITÉ OU DU SOI CONSCIENCE INFINIE, ELLE EST INVULNÉRABLE (ce qui n’est pas le cas de la démocratie et de son système étatique la république devenu religion déguisée).

Sur le plan de la morphologie des actes liés au mental, la Vraie Foi, comme le Soi, ne peut être une opinion. Par contre, personne n’est plus sectaire qu’un « libre penseur », celui qui ne jure que par sa « liberté d’expression » et donc qui est totalement prisonnier de l’opinion, parce que toute idée tenue pour « vérité », à tort ou à raison, constitue un dogme et en joue le rôle. Or, les opinions, si proches qu’elle soient de la réalité, sont toujours contradictoires par quelque côté ; elles ne peuvent être tenues, légitimement, que pour des « esquisses » de travail (des arguments) et qui ne seront même pas utilisable en une « synthèse » qui sera encore une opinion générale sur une succession d’opinions considérées comme « valables » (ou acceptées par les autres) :
« ÉTABLIR UNE SYNTHÈSE SIGNIFIE ENGAGER LE MENTAL DANS D’AUTRES POURSUITES [d’autres chaines sans fin de causes et d’effets]. Ce n’est pas la voie de la Réalisation [du Soi ou de la Libération] » (Ramana Maharshi, entretien 427 du 12-6-1937).
LA SYNTHÈSE NE POUVAIT QUE CONDUIRE À L’ERREUR PRODUISANT LA CONFUSION DU GÉNÉRAL ET DE L’UNIVERSEL (avec les exemples de république « universelle », suffrage « universel », retraite « universelle »). Le général n’est qu’une opinion d’opinions, comme un centre de gravité de toutes les opinions particulières, la « majorité » comme disent les républicains et leur corps électoral. Ceux qui craignent de perdre leur démocratie parce qu’ils croient qu’elle joue le rôle de l’universel. La encore cela rejoint le libre penseur où la « liberté d’expression » dogmatique en principe démocratique et républicain devenu une forme de dictature qui va réclamer la suppression sournoise des losers (il n’y a pas plus dualité guerrière que le régime capitalo-républicain construit en Winners-losers).

Le capitalisme et sa république et SON CULTE DE L’OPINION OU DE LA LIBERTÉ D’EXPRESSION À CONDUIT À CE RÊVE D’UNITÉ : UNITÉ DE L’OPINION ; et d’un désir, dans ses profondeurs, elle ne vient pas d’une volonté de suprématie du mental, mais d’un besoin profond, inconscient, issu de la Communauté humaine primordiale et universelle, éternelle, de trouver la Vraie Paix avant l’invention de la liberté et nécessairement de son contraire !
L’ÊTRE HUMAIN RECHERCHE MAINTENANT DÉSESPÉRÉMENT À RE-TROUVER SON CENTRUM CENTRI IMMUABLE, SON ICI ET MAINTENANT. L’ATHÉISME, LA LAÏCITÉ, LA DÉMOCRATIE, LA RÉPUBLIQUE, NE SONT QU’UNE FORME DE SINGERIE DE RELIGION QUI N’OSE L’AVOUER À GRANDE LUMIÈRE (afin de laisser à chacun de ses « paroissiens » la « liberté d’expression » et de foutre le chaos partout… par épandage en réseaux sociaux…. et que ce serait ça la « démocratie »…).


La pseudo religion de la république construite sur l’opinion ne peut que produire du chaos à n’en plus finir, façon évolutionnisme. Pour empêcher cela, les cancéreux du pouvoir ne peuvent que construire la société fourmilière décrite plus haut, afin d’« unifier les opinions ».
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 09-03-2020 20:21

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >