Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Zéro indien Centripète
Zéro indien Centripète Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 05-04-2020 23:53

Pages vues : 388    

Favoris : 57

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Foi, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Histoire, Information, Innocence, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Langage, Langue, Liberté, Lucifer, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Panoptique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Poisson, Porte, Privilège, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Trouvère, Vérité, Vide, Vieux, Virus, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
ciel1_3lvs.jpg
 
 
Zéro indien Centripète
Détruisons le Feu de nôtre vie
par un sur-Feu, un Retournement
de la Lumière ou sur-Feu sur-humain,
sans flamme ni cendre, qui portera
le Rien du Tout au Centrum Centri
de l’Être.
Quand la puissance-pouvoir se retourne
contre soi, l’être ne peut que que
se réaliser à l’Instant de sa PERTE :
PAS DE GAIN, PAS DE PROFIT.
L’intensité de sa destruction sera
LA PREUVE ABSOLUE DE L’EXISTENCE (Seul Réel).
C’EST LA FORCE CENTRIPÈTE :
TOUT COMMENCE À LA PUTRÉFACTION,
TOUT COMMENCE À LA PERTE,
TOUT COMMENCE À LA DÉFAITE :
LES LOSERS SERONT LES PREMIERS,
LES WINNERS SERONT LES DERNIERS
(surtout ceux de 1945 jusqu’à nos jours……..)

Avant la PERTE, chaque être souffre de
ne pas être un ÊTRE (sens d’Éveillé).
 
 
Zéro indien Centripète : Tout naît de l’absence de sol et de racines. Au moment même de sa manifestation, tout se libère dans l’Origine du non née ou atemporalité. Ainsi la conscience ordinaire, celle du monde actuel, n’a pas d’objets réels. Sujet et objet montrent leur irréalité, l’un comme l’autre, puisque ce qui dépend d’autre chose pour exister est comme une copie, un double, et n’existe pas réellement.
Il n’existe pas d’objet dans le Soi, mais sans objet, comment le Soi pourrait-il exister ? Comment une conscience pourrait-elle exister ? Un objet ne peut qu’être de la « nourriture » pour la conscience, sans nourriture, la conscience va mourir ! C’est le néant, impossible à se représenter ! Parce qu’au-delà de la dualité sujet-objet.

Le passage dans le mental du néant d’un phénomène à son Être est une forme de « production interdépendante » à partir du Pays du Rien du Tout. Dans le Pays le phénomène s’épanouit et dans le Pays il ne peut que se résorber : principe de la PERTE OU PUTRÉFACTION, parce que l’énergie qui le créait atteignait son maximum.
Le phénomène naît du Pays du Rien du Tout (sans dimension ou « Dimension absolue ») donc de « Dimension absolue », le EST du « Je suis ce JE SUIS » : Il ne naît pas à proprement parler, puisque « naître » de conditions n’est pas naître :
Naître sans naître ou se manifester sans se manifester, c’est naître au Pays du Rien du Tout ! À l’Instant même où il naît, la radiation ou vibration s’épanouie dans le Pays : sa forme est Vacuité et la Vacuité est sa forme.
Dans le Pays du Rien du Tout un acte se faisant dans l’Instant absolu devient éternel.

Le Pays du Rien du Tout étant le Zéro indien même, l’énergie créatrice qui s’y trouve a le pouvoir de manifester n’importe quoi, selon la POMME D’OR du Jardin des Hespérides. POMME D’OR (ou d’Or rose, Soufre Philosophique) = INSTANT (aboutissement de la Trinité Noir-Blanc-Rouge). Quiconque mange la Pomme d’Or (rose) du Pays du Rien du Tout ou Hespérides n’a plus ni faim, ni soif, ni douleur, ni maladie, et cette Pomme d’Or ne diminue jamais (Zéro indien). La Pomme d’Or entretient une éternelle jeunesse. C’est ici qu’intervient l’ATTENTION cité plus bas, car comme le raconte la fiction de l’Ancien Testament, la Pomme est aussi la source du DÉSIR et donc source de LA CHUTE !!! Or la connaissance que procure la Pomme d’Or se fait DANS L’INSTANT, et non pas bagage intellectuel et par désirs terrestres !… Le Chute signifie donc : éjection brutale du Pays du Rien du Tout À CAUSE DU MENTAL QUI AVAIT PROJETÉ, DONC QUI AVAIT TEMPORISÉ OU FABRIQUÉ LE TEMPS.

La Pomme d’Or aussi synonyme du non-agir permet de jouir de sa qualité sans chuter dans aucune opinion en dualité sujet-objet à son encontre. Le Zéro indien ou Pomme d’Or est aussi l’illustration de la naissance sans naissance par cessation de TOUS les phénomènes, y compris les grands moments de la vie spirituelle. Ne pas confondre la « naissance sans naissance » avec le big bangisme actuel où une source supposée « vraie » fait jaillir l’Univers et qu’en suite tout retourne dans un néant selon l’idée reçue la plus répandue sur cette planète !… Car pourquoi un Big bang ? et sous quelle condition ou support ?

ATTENTION : Perte ne veut pas dire « possession de la perte », soit le comble de la propriété privée, le comble ou monstrueuse amplification de l’ego.
Si par la Perte je me dis : à cet Instant là je m’éteindrai libre de toute possession et la Libération m’atteindra, c’est là ce comble de la possession, comme de penser que l’on a atteint la Vacuité ! Penser à sa Vacuité est aussi le comble de la possession ! Et preuve d’une non-vacuité et preuve d’une parfaite opinion conservée et surtout amplifiée....

Pourquoi le Seul Réel qui est toujours Ici et Maintenant, Nous faisons tout pour l’apercevoir AILLEURS  MESSIANIQUE : LA CAROTTE ???
Il y a bien une PERTE, LA Cause. Tout commence donc par la PERTE…. LA NON-CAUSE, LE NON-AVOIR…. Qui résume toute l’Œuvre de vivre.

IX, 147-160, Connaissance, La Marche vers l’Éveil, Shântideva :
S’il n’est pas possible qu’une chose existe alors qu’elle n’existe pas,
Quand donc accédera-t-elle à l’existence ?
Tant qu’elle n’aura pas accédé à l’existence,
Elle ne se départira pas de son inexistence.

Tant qu’elle ne se départit pas de son irréalité,
Il lui est impossible d’accéder à l’existence.
De même, une chose existante ne peut devenir inexistante -
Sinon, elle aurait deux natures.

Ainsi, il n’y a pas de cessation
Ni de réalité, de telle sorte
Que tous les êtres animés sont à jamais
Libres de naissance et de cessation.

Les êtres sont pareils aux rêves
Quand on les analyse, pareils aux bananiers.
Dans le réel, il n’est pas de différence
Entre le nirvâna et son contraire.

Ainsi, les choses étant vides,
Qu’y a-t-il à acquérir ou à perdre ? [rejoint la mise en garde sur la Perte ou Vacuité)
Qui est là pour honorer
Ou pour mépriser ?

D’où viennent le plaisir et la douleur ?
De quoi peut-on se plaindre et se réjouir ?
Qui a soif, et de quoi aurait-il soif,
Parmi ceux qui cherchent la réalité de ces choses?

Quand on analyse le monde
Des vivants, qui meurt ?
Qui sera ? Qui a été ?
Qu’est-ce qu’un parent ou un ami ?

Que mes semblables voient toutes choses
Comme étant pareilles à l’espace !
Ceux qui aspirent au bonheur, trouvant
Matière à se battre et à se réjouir.

Se livrent un combat tout autant qu’à la fête
En souffrant, en peinant et en se disputant
Jusqu’à se taillader, se poignarder les uns les autres :
Autant d’actes nuisibles garants d’immenses difficultés.

Ils émergent parfois dans une destinée heureuse,
Où ils jouissent de nombreux plaisirs,
Puis ils meurent et retombent dans les longues
Et insupportables souffrances des mondes inférieurs.

Le monde regorge d’abîmes
Et le réel en est pour ainsi dire absent.
Comme l’un et l’autre se contredisent,
Il n’y a dans le monde rien de tel que le réel.

Dans cet océan de souffrance illimité
Insupportable au-delà du descriptible,
On manque autant de force
Que la vie est éphémère.

Là, vivre et rester en bonne santé
[Commandant tous] les actes, [et il y a] la faim, la fatigue,
Le sommeil et les malheurs - de même
Que la vaine fréquentation des sots :

La vie passe vite et vainement.
Il est très difficile d’avoir du discernement [surtout dans la complexité de cette ci-vile-isation].
Comment mettrons-nous fin
À notre habitude de distraction ?


C’est par la PERTE, LA GRATUITÉ, QUE SURGIT LE ZÉRO INDIEN, SOIT LA PREUVE LA PLUS CLAIRE DE ÊTRE.
PERTE = IRRÉEL, LA SEULE RÉALITÉ (Les choses sont faites de la même substance que les rêves, écrivait Shakespeare). La conscience passe par le rêve, et ensuite seulement les choses banales, le vulgaire de la norme édictée par quelques gros ego : norme ou socialisation,la rationalisation et sa gravité, sa lourdeur qui va forcer beaucoup à « s’envoyer en l’R » (MARCHÉ MONDIAL DE L'ENTERTAINMENT ET DE LA DROGUE, LÉGALE ET ILLÉGALE).
DROGUE = ANTI-PERTE, BÉNÉFICE, GAIN (intestins), PROFIT (et son taux), CONSERVATION (fixation), CONQUÊTE (politique), AVANTAGE (dualité), etc.

Tant que nous ne nous serons pas libérés de cette tyrannie de l’opinion et de ses concepts : religieux, politiques, philosophiques, scientifiques, tous opinions redéfinies, remâchouillées de générations en générations, qui nous ont fait rompre le contact avec les étymologies premières déjà illusions, nous n’aurons aucune paix ! Mais le mental de l’humain ne lâche pas l’affaire, car tant qu’il n’aura par RETOURNÉ LA LUMIÈRE, la Vraie Paix n’existera pas sur cette planète :  Retournement de l’Univers ou de l’ego, Svetashvatara Upanishad 6, 20 :

« Seulement lorsque les hommes seront capables
d’enrouler le Ciel comme un parchemin,
verra-t-on alors la fin de leurs misères sans
qu’ils aient besoin de réaliser la Divinité ».
 
 

Dernière mise à jour : 06-04-2020 00:08

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >