Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Prouver qui vous êtes est un droit ?
Prouver qui vous êtes est un droit ? Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-04-2020 22:54

Pages vues : 498    

Favoris : 73

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Foi, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Histoire, Information, Innocence, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Langage, Langue, Liberté, Lucifer, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Panoptique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Poisson, Porte, Privilège, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Trouvère, Vérité, Vide, Vieux, Virus, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
serpent-transpa1_janus_vibratoire.png
 
 
Prouver qui vous êtes est un droit ?
fondamental et universel ?
Et puis quoi encore ! Prouvez que
vous  n’êtes pas un extraterrestre ?!!
Toujours la course aux étiquettes,
aux informations normalisées et
administrées par une intelligence
artificielle, c’est la mode !

 
IDENTIFICATION : passage de la carte
d’identité à la bio-chimie informatisée.
Ceux qui refuseront seront les nouveaux
« ennemis de la liberté », comme si cette
« liberté » venait d’être inventé grâce
au tout confort de la technologie.
IDENTIFICATION : vous serez tous marqués,
tatoués, comme vos chiens et vos chats.

IDENTIFICATION = SOUMISSION AU CONFINEMENT
VOUS ÊTES EN DROITE LIGNE DE LA GÉOMÉTRIE MENTALE DE LA LAÏCITÉ.


IDENTIFICATION = LAÏCITÉ ET FANATISME DU RATIONNEL :
Émile Poulat résume bien la laïcité : « J’ajouterai que ce que nous appelons notre laïcité à la française n’est finalement qu’un héritage de la catholicité à la française », donc une déformation de déformation, etc. Ne jamais oublier qu’ici en Occident nous subissons l’héritage de la philosophie et logique de l’ancien monde gréco-latin et de l'empire romain ! laquelle analyse, embrouille et finalement tue ; la laïcité étant une émule du libéralisme à la John Locke et du Siècle des Lumières ou siècle des perruques poudrées.
 
La laïcité est une culture, un système dominant français issue de 1789 et de la franc-maçonnerie spéculative matérialiste, qui s’impose à l’ensemble de la population (comme le confinement sous co-VID 19). Or tout ce qui impose à l’ensemble n’est qu’une dictature, quelque soit le prétexte qui aura toujours bon dos de la part d’un pouvoir. Mais la laïcité française à ceci de plus sournois, voir de plus monstrueux, de plus diabolique, c’est qu’elle fait semblant de ne pas s’imposer, afin de profiter à « l’intérêt général » (et en 2020 à « l’intérêt sanitaire » du modèle : « C’est pour votre bien et vos ‘biens’ [vos proches] »), d’être en accord avec l’ensemble, mais en postulant que cet accord existe déjà, comme s'il était issue de Dieu (ou d’un inconscient collectif à la C.G. Jung, ou de la tête d'œuf au pouvoir).
La laïcité française est un killer en forme de neutralité qui déniera ce qu’elle fait à l’instant où elle le fait, afin de pouvoir en faire plus sans avoir à s’expliquer, puisqu’elle a dénié ce qu’elle était en train de faire ! (Voir en 2020 le cas de la gestion de crise du co-VID 19 par le gouvernement français qui applique parfaitement ce dogme…..)

La laïcité publique française possède un code non écrit d’une extrême subtilité (puisque c’est judéo-franc-maçonnique) qu’il faut, premièrement, maîtriser et, deuxièmement, décoder. C’est exactement le principe de l’INQUISITION et de la Tchéka (police politique de l’URSS) qui copie l’Inquisition. Car en URSS comme en république il s’agit de défendre un DOGME, appelé aussi ‘Valeur’, c’est-à-dire une position du mental qui, pour l’accusation ou le pouvoir, est censée être implicitement acceptée par tout le monde, comme la laïcité (comme le confinement sous co-VID 19), comme un centre dont on ne doit pas s’écarter sous peine de raisonnement faux. Aussi, si la pointe du compas dérape, la circonférence, le raisonnement et les actes qui les suivent, sont nécessairement faux. Tout accusé qui se reconnaît lié à la foi d’une religion (par exemple c’était le cas de Galilée, et c’est le cas de tous membres d’un parti, surtout communiste ou socialiste ou d’une république, ou en 2020 le cas du confinement ou d’une prochaine vaccination obligatoire) est supposé avoir parfaitement conscience d’avoir contrevenu au dogme, sauf dérangement mental. Il est donc normal que le tribunal lui demande : « Sais-tu pourquoi tu es là ? » S’il le sait, il se condamne lui-même par auto-critique et ne subit qu’une peine légère ou ne subit pas une condamnation imposée. S’il ne sait pas pourquoi on lui reproche quelque chose, c’est qu’il est fou, et pour ce cas là le post-stalinisme des années 1960-1970 a institué des hôpitaux psychiatriques spéciaux. L’inquisition brûlait ses opposants comme possédés de Satan, c’était moins barbare que n’importe quel hôpital psychiatrique moderne et ses prisons chimiques. Inquisition et Tchéka ont la même configuration mentale.

Comme le dit bien Émile Poulat, la laïcité est un confessionalisme retourné (satanique donc). Aussi en l’état actuel des consciences et de la « démocratie », le problème de la libre pensée libérée depuis l’époque de la Renaissance, notamment grâce à l’invention de l’imprimerie, crée un redoutable fardeau pour l’État, affranchi, séparé de l’Église. Désormais, l’État, a la charge de gérer soixante millions de consciences en liberté et bien décidé à en user, démocratie et mensonge du « pouvoir du peuple » oblige. Auparavant, l’État pouvait s’appuyer sur l’Église pour gouverner les consciences avec les paroisses et les prédicateurs, les confesseurs et les directeurs de conscience. Maintenant, avec les réseaux sociaux et le tous connectés, c’est fini. L’État n’a plus de recours et se trouve face à face avec ces soixante millions de consciences... et en plus consommateurs dans le dogme du libéralisme du Dieu Argent ; ainsi la manipulation de l’opinion et le mensonge devient la règle de base de l’État républicain et de toute démocratie construite sur l’ego donc sur les conflits d’intérêts qui engendreront toujours de la frustration.
Aujourd’hui ça devient urgent : la seule voie de la libération passe par la réalisation de l’Instant ou Soi de chacun de nous.... Par la Stargate : amorcer la pompe, être DIRECTE....

La laïcité étant liée au social, à l’extérieur, elle se situe dans l’information, dans l’identification en dualité sujet-objet (caractéristique de l’ego). La laïcité est pure production de l’ego.
SOCIAL = AGRÉABLE AUX AUTRES, COMME LE SOURIRE COMMERCIAL, COMME LE COMMERCE POUR FAIRE VENDRE. Or individu veut dire IDENTITÉ : du latin idem (le même) ; identité = qui consiste à n’être identique à rien : dehors le social et son « vivre ensemble » entrant dans la paradoxe politique du confinement. Le Dieu Janus dont le double visage regarde deux directions diamétralement opposées, comme si le concept d’identité rassemblait et confondait les deux opinions contraires du même et de l’autre : désignation à la fois et contradictoirement ce qui est sans double et ce qui est égal à quelque chose autre, comme un amorçage de social. Avec le mental killer, impossible de penser le même sans immédiatement penser son contraire. Comme d’imaginer une obligation de prouver de ne pas être identique à ceci ou à cela ; en quoi arrive le témoignage de la fameuse carte d’identité si présente depuis 1789 et le régime capitalo-républicain. Cette carte d’identité est en fait une CARTE DE NON-IDENTITÉ prouvant que vous êtes différent de toute autre personne ; une implication de « l’autre dans le même », du « différent dans l’identique », qui ne doit pas s’entendre dans le sens du social et son « vivre ensemble », soit qui ne doit pas s’entendre dans le dilemme Moi-Individuel/Moi-Collectif. Le même et l’autre sont hétérogènes : le même c’est le ‘Je’ de la super Tautologie « Je suis ce JE SUIS », et l’autre ou le social c’est l’illusion, le SPECTRE-SPECTACLE et sa couverture social. Bref, l’ambiguïté du concept d’identité cher au régime ne peut se confondre avec le Seul Réel dénué d’ambiguïté. Pas d’ambiguïté dans le Seul Réel parce qu’il n’y a aucune ambivalence inhérente au Seul Réel, mais impossibilité où se trouve le ‘Je’ d’apparaître, de devenir SPECTRE-SPECTACLE SANS PASSER PAR L’ILLUSION DE LA COPIE, COMME LE VRAI CESSE D’ÊTRE VRAI DÈS QU’IL EST VU OU IDENTIFIÉ. Ainsi l’identité du Seul Réel ne peut se con-naître directement, mais seulement PAR LE RÊVE : invitant par l’Imagination créatrice de ce qu’elle EST par rapport à ce qu’elle n’est pas.

PERCEVOIR UNE DIFFÉRENCE C’EST DÉJÀ INVENTER LE TEMPS ET LA DUALITÉ : la différence entre deux positions de l’ombre sur un cadran solaire. La différence se perçoit mais non ce dont elle diffère, c’est-à-dire l’identité. Nous avons la dualité de l’effet de la différence sur l’effet de la ressemblance, du « faire autre » sur le « faire un », comme si le Seul Réel refusait de se laisser voir, possédé. Alors peut s’expliquer le social et le MASQUE, LA PERSONA : TOUTE IDENTITÉ SERA EN SOUFFRANCE ET COMME LA DÉMOCRATIE ACTUELLE EST CONSTRUITE SUR L’IDENTITÉ, SUR LES CONFLITS D’INTÉRÊTS, LA SOUFFRANCE ENGENDRANT LA FRUSTRATION AUSSI SOUFFRANCE : l’individu et son social, son groupe, se retrouve sans identité : PARCE QUE L’AUTRE EXISTE AUSSI DANS LA NON-RÉSOLUTION DU DILEMME MOI-COLLECTIF/MOI-INDIVIDUEL.
SOCIAL = SE CONFORTER PAR L’EXTÉRIEUR, PAR L’AUTRE, EXISTER PAR L’AUTRE ET JAMAIS POUR SOI (considéré paradoxalement de nos jours comme de l’autisme [soi-même] ou comme de l’égoïsme) ; les gens partent de l’extérieur au lieu de partir de l’intérieur….

IDENTIFICATION = RAMENER UN TERME INCONNU, CACHÉ, INTÉRIEUR, À L’EXTÉRIEUR DONC AU CONNU OU POSSÉDÉ( par exemple par l'inconscient collectif de Jung).
SOCIAL = CONFORT, GARANTIE EXTÉRIEUR, COMME DE SE CONFORTER EN TOUCHANT UNE CHOSE POUR SE PERSUADER QUE « C’EST RÉEL » (on se frotte d’ailleurs les yeux comme de « ne pas en croire ses yeux »).
LE SEUL RÉEL N’EST POSSÉDABLE OU APPRÉHENDABLE PAR PERSONNE. LE SEUL RÉEL ÉCHAPPE À TOUTE IDENTIFICATION, À TOUT CARACTÈRE (vibratoire) ; IL N’A PAS DE COMPLÉMENT EN MIROIR : le Libéré Vivant ou Réalisé Vivant est comparé au reflet dans un miroir sans tâche [miroir clair] dans un autre miroir semblable. « Que peut-on trouver dans un tel reflet ? Le pur akasha [éther, ou Lumière de la Conscience]. De même, la Félicité reflétée du jnâni [Sage, Bienheureux] représente la véritable Félicité (ânanda).
Ce ne sont là que des mots. Il suffit que la personne devienne antamukti (tournée vers l’intérieur). Les shâstra [écritures sacrées] ne présentent pas d’intérêt pour ceux dont le mental est tournée vers l’intérieur. Ils sont destinés aux autres ». (Ramana Maharshi, entretien 513 du 16-9-1938)

LE DIEU JANUS : « Le ‘Je’ rejette l’illusion du ‘je’ et cependant demeure en tant que ‘Je’. Tel est le Paradoxe de la Réalisation du Soi. Ceux qui sont déjà réalisés n’y voient aucune contradiction » (Ramana Maharshi, entretien 28 du 4-2-1935).
« L’intellect est l’instrument qui permet de connaître les choses inconnues. Maus vous êtes déjà connu, puisque vous êtes le Soi [c’est moi qui souligne], qui est lui-même connaissance ; vous ne pouvez donc pas devenir l’objet de la connaissance. L’intellect vous permet de voir les choses à l’extérieur, et non pas ce qui est sa propre source. […] L’intellect est utile dans la mesure où il vous permet de vous analyser, c’est tout. Il doit finalement se résorber dans l’ego, et la source de l’ego doit être recherché. Ce faisant, l’ego disparaît. Demeurez en tant que cette source et l’ego ne se manifestera plus » (R. Maharshi, entretien 618 du 1-2-1939). C’est la PERTE, L’APOCALYPSE, LE FLÉAU…

Janus le Dieu des Portes : des « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil est ainsi) du Soûtra de la Connaissance transcendante, faisant la partie du Soûtra du Diamant et de la Voie médiane. JANUS = VIGIE.

- Question : Quand la souffrance cessera-t-elle ?
- Maharshi : Elle durera tant que l’individualité [la persona ou masque] n’aura pas disparu » (R. Maharshi, entretien 420 du 4-6-1937).


PARFAITEMENT ! Voir aussi cette page sur le docteur Sabine Paliard-Franco.
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 19-04-2020 23:12

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >