Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Oui : la mort du transhumanisme est en marche
Oui : la mort du transhumanisme est en marche Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 03-05-2020 22:23

Pages vues : 383    

Favoris : 64

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Déconfinement, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Foi, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Histoire, Information, Innocence, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Langage, Langue, Liberté, Lucifer, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Panoptique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Poisson, Porte, Privilège, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Trouvère, Vérité, Vide, Vieux, Virus, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
 
 
Oui : la mort du transhumanisme est en marche
Le Désir marchand et marchandise va commencer
à s’épuiser avec son rythme de catalogues en
eyes candy qui privent la planète d’oxygène
en exigeant l’abattage des arbres pour leur
fabrication et pour le courant électrique
nécessaire à la fabrication des catalogues
et des informationiques stockées sur des
serveurs informatiques bouffeurs d’énergie.
 
Alors, assurer le plus grand bien
au plus grand nombre ? Voici, de
nouveau, les sables mouvants et
dépassés de l’utilitarisme.
« L’éthique sociale » est un non-sens,
car chacun des individus qui forment
la société EST la société.
Si chacun EST CELA, la communauté humaine
évolue de façon harmonieuse et n’a besoin
d’aucune mode de social et d’ingénierie
de « distanciation sociale »


En effet, SOCIAL = ÊTRE AGRÉABLE AUX AUTRES (aux associés, social du latin socialis [sociable, relatif aux alliés, de socius [compagnon]). Le social est donc, actuellement, un groupe d’individus ou d’ego errant cahin-caha à côté d’autres individus, errance amplifiée encore plus par l’invention de l’actuelle « distanciation sociale » doublée de « gestes barrière », d’ailleurs superbe ingénierie socialo-politique pour le pouvoir installé, celui de la croyant-crédit-crédo-créance….

DISTANCIATION SOCIALE = INVERSION du ‘Je’ (le ‘Je' est la Base fondamentale, Ramana Maharshi, entretien 362 du 14-2-1937, et le connaissant, tout le reste est connu). Le corps et ses fonctions ne sont pas le ‘Je’ (entretien 25 du 4-2-1935). Le social n’est composé que d’ego ou corps : « L’individualité de la personne fonctionne en tant que connaisseur de l’existence des pensées et de leur succession [l’idéation ou vagabondage mental]. C’est l’individualité, c’est l’ego ou ce que les gens appellent ‘je’. L’intellect n’est pas le vrai ‘Je’, il n’est que son enveloppe » (entretien 25).

Ce qu’on appelle « démocratie » (1) depuis l’après 1789 n’est que construit sur l’ego et donc ne fonctionne que par conflits d’intérêts et est condamnée à la frustration permanente par ses propres limitations : l’individu est totalement le contraire : il est un dividu (un séparé) et par sa persona ou masque (chirurgical sous Co-VID 19…) il fait croire qu’il est une singularité artificielle, un ‘Je’, puisqu’il se définie par le social : il est construit par rapport à un ‘toi’, alors il est limité par ce qui le différencie de ce ‘toi’ il est donc divisé, chaque dividu étant divisé ne peut être un TOUT (surtout depuis la « distanciation sociale »)… ET DEPUIS L'APRÈS 1789 CHAQUE DIVIDU EST LARGEMENT AMPLIFIÉ (culte du narcissisme en pouvoir d'achat).
 
Le dividu est limité par la persona, par le masque et est ainsi astreint à une perception spatio-temporel ou à trois dimensions et par cela il ne peut agir que par son mental : par l’intellect et sa dualité sujet-objet, par son corps, il n’agit que par calcul (idéation)….

Distanciation sociale et Gestes barrière = inversion du ‘Je’, faisant croire à la perception d’une collectivité socialisante en « vivre ensemble » avec une singerie de ‘Je’ donnant accès à l’Infini en la non-différenciation du sujet et de l’objet qui fait s’effacer l’opposition du Moi-collectif et du Moi-individuel base de tous les conflits politiques.

La singerie du ‘Je’ favorisé par la f(r)iction Co-VID 19 faire croire à ce qu’exprime le Christ ou Point Focal (2) en disant : « Je suis le cep [‘Je’], vous êtes les sarments [Moi-Toi - Nous-Vous]. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire » (Jean 15, 5).

La singerie ou inversion du ‘Je’ comme il y a inversion par les accidents du spatio-temporel qui engendreraient les essences, va non seulement amplifier la croyance en l’ego mais va surtout fabriquer le social qui va totalement empêcher la Réalisation du Soi, au sens où le dividu ne peut plus se débarrasser de l’autre et de son social pour pouvoir être libre de RETOURNER LA LUMIÈRE pour enfin vivre en harmonie avec le TOUT, libéré du cirque du corona dans l’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule). Le « social » ne peut venir qu’après ; et son sens actuel si mortifère de social depuis 1789 ne signifiera plus rien (la communauté originelle ou Eau primordiale n’a pas inventé le social… il faudra attendre que la ci-vile-isation le fasse et le politisme avec….)

On retrouve la même singerie ou inversion du ‘Je’ dans le social convenu ou contractuel avec ses verbes « performatifs » (de winners) dans lequel le Verbe se confond avec l’Acte ou Instant comme depuis 1789 le pouvoir politique se confond avec le pouvoir économique bancaire, puisque Verbe et Acte singent la non-dualité par le seul fait d’un ego à travers le fait de dire, à travers le mental : « Je jure », « Je baptise », « Je proteste ». Le mot y tient lieu de la chose, il la constitue : voir le cas d’actions dites et accomplies par un même faire/fer ou même verbe « performatif » tombant dans la REPRÉSENTATION, LE SPECTRE-SPECTACLE : le fait ou spectaculaire de jurer, de baptiser, de protester ; un faire/fer consistant en représentation indifférentes par définition à toute garantie, ou infirmation, par rapport au Seul Réel ; car on jure sur l’honneur, sur la Sainte Vierge ou on baptise « au Nom du Christ » et on proteste « en son nom propre », et selon sa « conviction intime » : toutes garanties totalement extérieures au Seul Réel afin qu’il n’y ait jamais risque de confrontation ou de contradiction. Bref, on en revient à ce que nous sommes passés d’une pensée sur les choses à une pensée SUR LES REPRÉSENTATIONS DES CHOSES, soit à une pensée sur la pensée… Comme nôtre actuelle conception du monde est un sous-produit du monde sur le papier, et à ce hui sur numérisation informatique ! Parfaite singerie du ‘Je’ !!!

Avec sa « distanciation sociale » l’ingénierie du pouvoir en place fait croire que nous sommes tous VIERGE, SINGULARITÉ ou ‘Je’ : pas de « social » puisqu’aucun miroir ne peut saisir ou posséder le reflet de l’Univers comme aucun œil ne peut saisir le corps de la Vierge Noire. L’Univers et tout ce qu’il contient sont à jamais SINGULARITÉ, IDIOTÈS, alors où est le « social » là dedans ? De là ça rejoint le masque du curé d’Ars qui disait :  « Si on se voyait sans masque, on mourrait », et à ce hui sous Co-VID 19 nous avons un DOUBLE MASQUE : la persona, et le masque sanitaire de protection. Le « SANS MASQUE » du curé d’Ars correspond à ce que TOUTE CHOSE OU PERSONNE (père-sonne) sont ainsi singularité ou idiotès dès lors qu’elles n’existent que par leur EST : « Je suis CE JE SUIS », c’est-à-dire qu’elles sont incapables et en premier lieu, de se refléter, ou d’apparaître en copie, en social, en miroir. Or, c’est précisément le sort de toute Réalité que de ne pouvoir se copier sans devenir aussitôt AUTRE, FAUX, comme le digital informatique qui peut faire des copies sans fin : l’image du miroir ou de la copie informatique n’est pas superposable à la Réalité qu’elle REPRÉSENTE seulement. Ernst Mach avait énoncé le Seul Réel comme : « Un Être unilatéral dont le complément en miroir n’existe pas, ou du moins ne nous est pas connu ».

Ce qui rejoint le PARADOXE DE LA RÉALISATION DU SOI : la recherche de sa propre identité ou Retournement de la Lumière semble impossible parce qu’il est impossible de jamais identifier ce qu'est le Seul Réel, ce que le curé d’Ars disait à propos de se voir sans masque et en mourir… par le RIEN DU TOUT, le sans double.
Paradoxe de la Réalisation du Soi : « En cherchant si le mental existe ou non, on s’aperçoit qu’il n’existe pas. C’est là le contrôle du mental. Autrement, si on admet l’existence du mental et qu’on cherche à le contrôler [à le pointer, à le Pour-Voir], cela équivaut à obliger le mental à se contrôler lui-même, à l‘instar d’un voleur se transformant en policier pour procéder à sa propre arrestation. De cette manière, le mental continue à subsister, mais échappe à lui-même ».
De la même manière, « Y a-t-il quelqu’un qui ne soit pas conscient de lui-même ? Chacun connaît le Soi [ou l’Instant], et pourtant ne le connaît pas. Étrange paradoxe ». (Ramana Maharshi, entretien 43 du 28-3-1935).
Et à l’entretien 28 du 4-2-1935 : « Le ‘Je’ rejette l’illusion du ‘je’ [ou ego] et cependant demeure en tant que ‘Je’. Tel est le paradoxe de la Réalisation du Soi. Ceux qui sont déjà réalisés n’y voient aucune contradiction ».


Notes.
1. Dans cette « démocratie » va s’installer par le mental et son ego le libre arbitre, lequel « est l’état présent tel qu’il apparaît aux facultés limitées du jugement [les opinions] et de la volonté. Ce même ego voit que ses activités passées se sont déroulées dans le cadre d’une « loi » ou de règles [le conventionnel, le contrat] et que son libre arbitre n’était qu’un simple maillon  dans le jeu de cette loi. L’omnipotence et l’omniscience de Dieu [ou Soi] sont dès lors considérées par l’ego comme la force qui agit sous l’apparence de son propre libre arbitre. L’ego parvient donc à la conclusion qu’il doit fonctionner selon les apparences [les représentations, le spectre-spectacle de cette société du spectacle]. Quant aux lois naturelles, ce sont les manifestations de la volonté de Dieu, établies par Lui » (Ramana Maharshi, entretien 28 du 4-2-1935).

2. L’Ichthus, « poisson » est un symbole majeur des premiers chrétiens. Il représente le schéma de Jean Coulonval en bas de page et celui du haut de page, le CROISEMENT de deux entrelacs où l’énergie qui passe sur une autre énergie ou sur une autre forme-Instant d’elle-même, détermine un POINT FOCAL OU DE CRUCIFIXION qui ne peut qu’être « VU-VÉCU » et qui ne doit en aucun cas servir de fixation ou de point de confort conformément à la Loi de l’Éveil : « Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au delà, l’Éveil est ainsi », du si universelle mantra de la Connaissance transcendante et infinie et de la Nuit obscure de Saint Jean de la Croix.

Ainsi il y a DEUX CRUCIFIXIONS : l’une étant Douleur absolue : la PANique (enlever le masque en se réalisant soi-même en atteignant ce point de crucifixion correspondant à la VACUITÉ pour aboutir à la DEUXIÈME CRUCIFIXION, C’EST-À-DIRE QUE LA VRAIE NUIT C’EST LA LUMIÈRE (en référence à Saint Jean de la Croix et La nuit obscure), puisque plus les choses divines sont en soit claires et manifestes, plus elles sont naturellement obscures et cachées à l’âme. Il en est comme de la lumière naturelle : fixer le soleil en face, et on devient aveugle ; de même, quand cette lumière divine de la contemplation investi l’âme, elle produit la PANique parce qu’alors surviennent dans l’Instant les ténèbres spirituelles : le faire/fer disparaît enfin (pour réf. à Saint Jean de la Croix et sa nuit obscure, qui correspond aussi à la Loi alchimique : « LES ADEPTES N’ÉCRIVENT JAMAIS D’UNE FAÇON PLUS TROMPEUSE QUE LORSQU’ILS LE FONT CLAIREMENT, NI PLUS SINCÈREMENT QUE LORSQU’ILS SONT OBSCURS »).
Donc à chaque déploiement ou aspect CONVEXE de l’Ichthus correspond un point focal à atteindre, mais si l’individu n’y prend pas garde à cause de son ignorance, une fois atteint ce point icelui peut devenir son tombeau. Donc encore une fois, avoir pour Axe : « Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au delà, l’Éveil est ainsi ». « La sécurité est la plus grande ennemie des mortels », disait Hécate dans Macbeth. La sécurité ou fixation, le dogme, la constante, la loi, la possession par l’ego…

 
focale_vortex.jpg
 
schema_coulonv_focal_humain.jpg
 
 
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 03-05-2020 23:18

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >