Accueil arrow JDramas arrow Dramas du JAPON arrow Aru Ai no Uta
Aru Ai no Uta Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 07-03-2009 14:08

Pages vues : 7351    

Favoris : 546

Publié dans : Sommaire JDramas, Sommaire Dramas du JAPON

Tags : Aru Ai no Uta, Dauphin, Dramas, Japon, Love story

 
Aru Ai no Uta
ある愛の詩
 
 
http://wiki.d-addicts.com/Aru_Ai_no_Uta
http://www.tbs.co.jp/aruai/

Drama en une seule partie diffusé au Japon en 2006 sur TBS, réalisé par Ito Toshihiro sur un scénario de Ito Toshiya, d’après une histoire originale de Shindo Fuyuki.
 
A Tokyo, une jeune fille, Kashiwagi Ruka (joué par Kuroki Meisa) chante accompagné au piano. Je pense que la pianiste Tajima Mitsuko (joué par Asano Yuko), et Kuroki interprètent réellement la chanson. Par jeu du contraste, et par rapport à l’esprit, vient le physique, sous la forme d’un ravissant jeune homme courant sur une plage d’Okinawa, avec ses palmes et un masque à la main. Il s’agit de Nanase Takumi (joué par  Matsuda Shota), qui est petit employé de plage. Il appel en pleine mer : Titi, Tété, ou quelque chose comme ça, et un énorme dauphin plonge hors de l’eau à 50 mètres de lui et file vers la plage. Takumi plonge. Sur la plage arrive un pécheur avec son filet : Nanase Tomekichi (joué par Utsui Ken). Vu son âge et son nom, j’en conclus donc qu’il doit-être le père de Takumi. Il est prit d’un malaise. Pour le moment c’est pratique, puisque je n’ai que la version en VO, la bande son accompagne les images uniquement avec l’interprétation de la chanson de Ruka. Utsui Ken est né en 1931, mais je lui donne dix ans de moins.
 
 
Sous la mer Takumi nage avec Titi. Dans la salle où se trouve Ruka et Mitsuko, celle-ci a l’air de faire des remontrances à son élève.
C’est le jour du concert, et Ruka chante devant une salle pleine. Enfin, elle devrait... Est-ce un mauvais rêve ? Takumi est maintenant de retour à la « civilisation », et a ses constructions de béton comme l’immense Renaissance Okinawa Resort, il en prend plein les oreilles par son téléphone portable, et à l’autre « bout », entré en piste d’un nouveau personnage : Eguchi Akira (joué par Sano Yasuomi).
 
 
Puis dans une avancé chronologique, Takumi se rend sur la plage à l’heure habituelle où Titi a ses habitudes. Il appel mais Titi ne se montre pas, il lui a « posé un dauphin ! ». Du coup il s’allonge sur le sable et s’endort. En fin d’après-midi et proche de Takumi, Ruka se pointe sur la plage et se met a chanter face à la mer. Bien-sûr ça fait ouvrir les yeux de Takumi après ses oreilles. La séquence au son de la chanson est émouvante, et le montage des plans de la mer enrichit bien la mélodie. C’est très émouvant, d’abord de par la simplicité de cette mélodie, puis toujours par ce même contraste : le spirituel par rapport au temporel ou au physique que représente Takumi. D’ailleurs il se demande ce qui lui arrive. Et au son des vibrations des paroles Titi fait son apparition. Et c’est seulement au bout de quelques minutes de la séquence qu’apparaît le titre du générique, sur musique larmoyante trop célèbre, que l’on retrouve d’ailleurs souvent au long du drama, celle de Francis Lai pour le film Love Story, un peu arrangée ici à la sauce japonaise, c’est-à-dire qu’ici c’est plus mélodieux que l’original ! Mais il y a peut-être déjà eu quelque chose entre Takumi et Ruka ?
 
 
Takumi est face à son père dans leur modeste logement ; et par contraste Ruka dîne dans un luxueux restaurant en compagnie d’une amie. Ça y est ! Takumi et Ruka prennent un rafraîchissement chez Tomekichi, le père de Takumi. Il discute beaucoup avec Ruka, de Takumi ? pas évident a savoir, en l’absence de sous-titres actuellement ! Dommage, car dans l’ensemble c’est prenant et les images sont belles. De plus, Utsui Ken (Tomekichi) est un excellent acteur.
En tous cas, Takumi offre une belle frayeur à Ruka et plongeant pour imiter son dauphin Titi. Il ressort tout de même de l’eau, et dans la soirée, ça y est il a « une touche » avec Ruka, elle lui laisse ses coordonnées téléphoniques.
 
 
Tout avait l’air de bien se passer entre Takumi et son père Tomekichi, il le quitte, mais prit d’un pressentiment il revient vers la maison et le trouve gisant sur le sol : le même malaise que l’autre fois sur la plage. Et toujours selon la loi des contrastes, Ruka se trouve dans la blancheur hygiénique du hall d’un aéroport en compagnie de Mamiya Toshiya. Pour Tomekichi, j’ai peur que ce soit un malaise cardiaque. Il s’ensuit donc une séquence triste émouvante et pudique, ce qui est tout à l’honneur du réalisateur : Ito Toshihiro.
Les contraires jouent toujours : Takumi c’est le Prince pauvre, et Ruka c’est la princesse riche et chanteuse, qui dans une séquence à venir est confronté à son père affairiste : Kashiwagi Taizou (joué par Kanda Masaki). Je ne sais pas d’où il le tient, mais Takumi possède tout de même un téléphone ou plutôt un visiophone, et Ruka et lui peuvent non seulement se parler mais aussi se voir. Ah ! c’était le téléphone d’un ami plus riche...
 
 
Ensuite les contrastes se mélangent et Takumi et Ruka se ballade la nuit dans Tokyo illuminé. Tokyo ce n’est pas une plage d’Okinawa, et Takumi est maintenant confronté à une recherche d’emploi, pour bouffer. Voilà où nous a conduit la triste condition humaine à cause des babyloniens il y a plus de 4000 ans !
Pour retrouver le beau et ténébreux Shindo Gaku, il faut attendre la deuxième moitié du drama : il est dans le Club Blue Dolphin en train de siroter une boisson en compagnie d’une fille grassouillette, son rôle est très court, mais dans ce club se trouve aussi et en costume blanc, Takumi... il y travaille ? Apparemment non, puisque sans transition on le voit sur un chantier avec un casque blanc pousser une brouette remplit de gros sacs. Je ne sais plus car le plan suivant le montre à nouveau au Blue Dolphin ?
 
 
Dans une séquence suivante, Ruka chante, ou passe une audition, sur une scène devant un parterre où se trouvent son père et seulement quelques dizaines de spectateurs. Sa mère est en coulisse.
Par la suite entre en scène Mamiya Toshiya (joué par Uchida Asahi). Est-ce le petit ami de Ruka ? En tous cas par la suite, on le voit accompagner au piano Ruka lors d’une représentation publique.
Puis la situation équivoque se poursuit : Ruka voit Takumi avec à son bras une fille qui s’était blessé : Shirai Shiami (joué par Sato Megumi). Tristement elle les suit où ils entrent au Blue Dolphin où ça fume dure, la « loi » anti-tabac dans lieux publiques n’est pas encore passé au Japon. Et là... toujours sur fond de musique de Francis Lai, Takumi s’aperçoit de son erreur : il fait pleurer une fille... Ça s’arrange... Et on a droit à une représentation de Ruka sur scène devant un nombreux publique.
 
 
 
La fin est très belle, en forme de : le corps de l’être humain est constitué de 70% d’eau, sans eau point de vie, et il retourne à l’eau, dans le sens d’ondes, surtout qu’ici il y a le support vibratoire de la voix de Ruka. TOUT EST CONTINUITÉ...

Même sans tout comprendre à cause de la langue, ça me semble une jolie histoire d’amour, avec pour originalité une certaine lenteur, ou mieux, une langueur presque érotique par instants. Quatre étoiles pour Aru Ai no Uta, et puis Kuroki Meisa et Matsuda Shota sont très bien et beaux, sans oublier Titi le dauphin. La réalisation me paraît soignée, à part quelques monotones champs contre-champs à la série américaine des années 1970. Il manque vraiment des sous-titres ! ça vaut le coup...

M. Roudakoff
 
 
 
 
 
 
 
[ Cliquez sur les vignettes, puis pour afficher l’image suivante : cliquez sur suivant ou précédent ou sur la partie droite ou gauche de l’image, ou utilisez les flèches du clavier ]
arruu1.jpg
arruu10.jpg
arruu11.jpg
arruu14.jpg
arruu15.jpg
arruu16.jpg
arruu17.jpg
arruu18.jpg
arruu2.jpg
arruu22.jpg
arruu23.jpg
arruu24.jpg
arruu25.jpg
arruu27.jpg
arruu28.jpg
arruu3.jpg
arruu30.jpg
arruu31.jpg
arruu32.jpg
arruu33.jpg
arruu34.jpg
arruu36.jpg
arruu39.jpg
arruu4.jpg
arruu40.jpg
arruu41.jpg
arruu6.jpg
arruu7.jpg
arruu8.jpg
arruu9.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 07-03-2009 14:50

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >