Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Supérieur à la « baisse du taux de profit »
Supérieur à la « baisse du taux de profit » Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 29-05-2020 21:31

Pages vues : 304    

Favoris : 35

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Bouche, Camcul, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Déconfinement, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Foi, Gratuit, Grégaire, Guerre, Haine, Humain, Histoire, Information, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Karma, Langage, Langue, Liberté, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Panoptique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Poisson, Porte, Privilège, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Virus, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
karma_fruit_tauxdeprofit.jpg
 
 
Supérieur à la « baisse du taux de profit »
est le KARMA : ce qui porte des fruits quand
on a la croyance d’être l’auteur de son action.
Le karma peut s’accomplir pour la gloire, ou
au contraire par désintéressement et pour
le bien public (chose rare actuellement car
même dans le cas du « bien public » les
« pouvoirs publiques » recherchent
systématiquement l’approbation, l’utilitarisme,
l’effet, signe d’égoïsme car ils veulent
utiliser leur utilitarisme : pour que leur
action « serve à quelque chose » (ils
en veulent « pour leur argent » [leur action,
leur dualité de l’effet de leur cause-effet]).
 
Le karma à rapprocher de « profit »,
le Faire/Fer, l’effet, l’avantage, le revenu,
l’utile, le profit, le taux, LA RÉCOMPENSE, tout
cela dans le sens matérialiste ou commercial,
mais entrant bien dans la dualité sujet-objet.

« Les karmas portent en eux-mêmes les
semences de leur propre destruction »
(Ramana Maharshi, entretien 11 du 15-5-1395)
Le capitalisme porte la semence de
sa propre destruction. Cela commence a être
visible dans la mascarade Co-VID 19 !



LA BAISSE DU TAUX DE KARMA (le capitalisme vampire ne vivant que de fruit, il est ”écolo”…).
PROFIT = IMMONDICES (ce qui vient du monde) RÉSIDUS DU COMMERCE ET DÉCHETS DU SPATIO-TEMPOREL. AINSI, QU’IMPORTE LA TAILLE DU TAS D’IMMONDICES : ON NE LUI DONNERA JAMAIS UNE ODEUR AGRÉABLE, AUSSI PAS BESOIN POUR LA CENT-MILLIONIÈME FOIS DE « RELANCER L’ÉCONOMIE »… De même, il est impossible de faire le bonheur des êtres affectés par la souffrance inhérente aux facteurs de compositions source de conflits en leur procurant à l’infini seulement des biens matériels. La société de consommation et de démocratie sera toujours source de conflits et de chaos, ceux qui y parle de « paix » sont des ignorants dangereux qui fabriquent des formations karmiques en égrégores. Parce qu’en plus ce monde fonctionne sur l’opinion qui pousse les masses à CROIRE et à S’ATTACHER à l’essence des phénomènes et surtout à l’essence individuelle dans ce corps lié à la pesanteur. Ces masses se saisissent du ‘moi’ et du ‘mien’, ce qui leur permet de dire « Je vois », « J’entends », « Je sens », « Je goûte », « Je touche », « Je fais », « Je connais », « Je mange », « Je chie », « Je suis pur », et plongés dans le chaos des conflits ils produisent des concepts ou facteurs de compositions.

« Cherchez à qui est le karma. Vous trouverez que vous n’êtes pas celui qui agit [expérimenté en aquarelle et sur paysage et nature-morte]. Alors vous serez libre. Cela exige la grâce de Dieu pour laquelle vous devriez Le priez, L’adorer et méditer sur Lui.
Le karma qui se déroule sans effort, c’est-à-dire sans être volontaire, NE LIE PAS [c’est moi qui souligne et qui ai également expérimenté cela de rares fois en aquarelle et que l’on peut observer dans la pratique du mandala qui sera détruit après son achèvement].
Même un jnâni [un Libéré vivant] agit, comme le prouvent les mouvements de son corps. Il n’y a pas de karma sans effort ou sans intention (sankalpa, samkalpa ou volonté d’effectuer). Chacun a donc ses sankalpa. Elles sont de deux sortes : la première lie au monde (bandha-hetu) ; la deuxième ne lie pas (mukti-hetu). La première doit être abandonné et la deuxième cultivée. Il n’y a pas de fruit sans karma antérieur ; il n’y a pas de karma sans sankalpa antérieur. Même la mukti (la Libération) doit être le résultat d’un effort tant que prévaut le sentiment d’être l’auteur de ses actions [retrouvé aussi, rarement, en pratique de l’aquarelle] ». (Ramana Maharshi, entretien 116 du 25-12-1935).

Karma et fruit, en rapport avec la MÉMOIRE, et ici en France il y a un courant de dictature qui se nomme « lois mémorielles ». Or, aussi bien le souvenir que son contraire l’oubli ne sont que des opinions, des formes de pensées ; et elles alterneront tant qu’il y aura des pensées. « MAIS LA RÉALITÉ SE TROUVE AU-DELÀ DES PENSÉES [au delà de l’opinion]. Le souvenir et l’oubli doivent dépendre de quelque chose [de naturel ou de fabriqué dans le cas politique étatique du winnerisme]. Ce ”quelque chose” doit être étranger [distant, en dehors], sinon il ne pourrait y avoir oubli. Il est appelé ‘je’ par chacun. QUAND ON PART À SA RECHERCHE, ON NE LE TROUVE PAS, CAR IL N’EST PAS RÉEL. C’est pourquoi ‘je’ est synonyme d’illusion et d’ignorance (maya, avidya ou ajnana) [c’est moi qui souligne]. Comprendre que l’ignorance n’a jamais eu d’existence est le but de tous les enseignements spirituels. L’ignorance ne peut être perçu que par quelqu’un qui en est conscient. La conscience est jnana [sagesse]. Le jnana est éternel et naturel. L’ajnana (l’ignorance, la non conscience du Soi] est artificiel et irréel ». (Ramana Maharshi, entretien 289 du 30-11-1936).

L’ignorance est source du malheur : I-gno-r-ance : connaissance de l’Axe I de nouveau en soi, ce qui produit la séparation la division, la DUALITÉ EFFECTIVE, L’ACTIVITÉ MENTALE DÉTRUIT CE QU’ELLE PRODUIT (d’E-trou-ir, aller du E au trou). Alors l’EAU ou Dissolution (d’I) devient la SOLUTION : conjonction avec I-CI, la Conscience infinie. Les judéo-maçons spéculatifs sont des Voyeurs qui veulent posséder ; or ne pas se voir = ÊTRE, AINSITÉ…

Dans l’absolu le profit, le karma comme le temps qui coule n’existe que s’il y a une personne pour en prendre conscience et ainsi le fabriquer. Que peut-il y avoir en dehors du mental qui le perçoit ? Le monde que nous croyons percevoir à « l’extérieur » n’est qu’une RE-présentation du mental, une opinion et rien de plus. Cependant, nous sommes plongés dans ces RE-présentations mentales formant le ‘je’ et les problèmes à n’en plus finir. Le mental ignorant plaque ses représentations mentales sur ses propres projections et se conçoit comme un ‘je’ qui va saisir-fabriquer un monde extérieur. ET PIÉGÉ PAR CETTE DUALITÉ SUJET-OBJET IL MANIFESTE SON OPINION EN ATTACHEMENT OU EN SON CONTRAIRE L’AVERSION POUR LES PHÉNOMÈNES PERÇUS, CE QUI LE LANCE DANS LES FAIRE/FER POUR RÉAGIR ET PRODUIRE AINSI DU KARMA.
Ce karma se traduit par la production de formes d’égrégores ou « traces karmiques » qui imprègne le courant de conscience pour fixer en semant des graines latentes. Lorsque ces graines mûriront, elles produiront une nouvelle situation vécue et extériorisé par ce même courant de conscience. Ainsi le samsara ou cercle des existences de naissances et de morts se perpétue en une succession de projections mentales, le flux de la conscience conceptualisante ne cessant pas de produire ses propres illusions et de les alimenter.

Plus il y aura de karma dans la forme sankalpa ou intention-volonté liant au monde du spatio-temporel (bandha-hetu) comme expliqué plus haut, et plus l’évolutionnisme en forme de mort et de mégapoles grossira jusqu’à en imploser. C’est cette sankalpa qui lie au spatio-temporel qui est destructrice de la planète et de ce qui y vit.
Plus le capitalisme devient puissant et plus il en devient faible, parce que construit sur le sankalpa qui lie au monde (bandha-hetu : la cause de servitude ou d’attachement).
L’ATTACHEMENT EST L’ESCLAVAGE DE L’HOMME. IL DISPARAÎT LORS DE L’ÉLIMINATION DE L’EGO (Ramana Maharshi, entretien 317 du 6-1-1937). « Quand le Réalisé ou jnani a transcendé l’ego et, en conséquence, toutes les causes de servitude sont inopérantes. Le bandha-hetu est donc parvenu à son terme et le prârabdha (le karma accumulé dans le passé) ne subsiste qu’en tant que bhoga-vasana (qui mène à la joie). C’est pourquoi il est dit que seul le sûkshma-sharîra [le corps subtil] survit en état de jnana. La Kaivalya déclare que le sanchita-karma (le karma en réserve) est détruit simultanément  à la monté du jnana ; que l’âgâmi (le karma qui se forme dans le présent) n’est plus opérant étant donné l’absence des attachements, et que le prârabdha s’épuisera uniquement dans la joie (bhoga). Ainsi, déclare-t-elle, ce dernier prendra fin en temps voulu et le corps physique disparaîtra avec lui.
Sharîra-traya (les trois corps) et karma-traya (les trois karmas) ne sont que des mots censé faire plaisir aux polémistes. Un jnani n’est concerné par aucun d’entre eux.
Ce que l’on enseigne au chercheur, c’est de trouver qui il est. S’il se livre à cette recherche, il n’éprouvera aucun intérêt à des discussion sur des sujets comme ceux que nous venons d’évoquer. Trouvez le Soi et restez en Paix ». (Ramana Maharshi, entretien 515 du 17-9-1938).


Donc la puissance du capitaliste est UNIQUEMENT construite sur le sankalpa liant au monde (bandha-hetu), mais ça s’arrête là, sans bhoga-vasana (qui mène à la joie). À cause notamment de la machine et technologie qui bouffe tout, le « monde des robots », La France contre les robots, écrivait en exil en 1945 Georges Bernanos : le danger ce ne sont pas les machines en elles-mêmes, on ne va pas retourner à l’éclairage à la bougie, NON, LE DANGER C’EST LE NOMBRE SANS CESSE EN ÉVOLUTION D’HUMAINS ZOMBIFIÉS DÈS LEUR ENFANCE À NE DÉSIRER QUE CE QUE LES MACHINES POURRONS LEUR DONNER, SOIT L’IDOLÂTRIE DU PROFIT, DU FRUIT RENTABLE, À FOND DANS LE BANDHA-HETU, À FOND DANS L’ATTACHEMENT, DONC DANS L’ESCLAVAGE PAR L’EGO, comme le dit le Maharshi cité plus haut dans l’entretien 317.
Les robots se sont emparés du monde selon cette loi de l’attachement par l’ego qui va faire baisser sans arrêt la fructification (”baisse du taux de profit”) : parce qu’il y a constamment une intention, que le monde des robots et de la technologie s’est emparé du monde ! PARCE QUE LE TAUX DE PROFIT, LE BANDHA-HETU, COMME AUSSI LA DÉMOCRATIE, NE FONCTIONNE QUE PAR CONFLITS D’INTÉRÊTS (c’est leur ADN), IL EST ALORS CONDAMNÉ À LA FRUSTRATION PAR SES PROPRES LIMITATIONS QU’IL VEUT EN ÉVOLUTIONNISME CONSTAMMENT REPOUSSER ; CELA NE POURRA LE CONDUIRE QU’À LA STÉRILITÉ : AUCUN FRUIT À RÉCOLTER.
ÉTANT TOUJOURS EN CONFLITS (choc, crise) QU’IL PORTE À L’ORIGINE DANS SON ADN, LE CAPITALISME EN BANDHA-HETU EST UN KARMA DE MORTS, DE DESTRUCTIONS SANS FIN. AUCUNE FORME DE GOUVERNEMENT ÉTATIQUE CONSTRUITE SUR LA DÉMOCRATIE LIMITÉE, ET, AVEC LE CAPITALISME N’APPORTERA JAMAIS LA PAIX ET L’HARMONIE À SON PAYS ET À SES PEUPLES.

La technique est destiné pour le capitalisme a amplifier son sankalpa le liant au monde (bandha-hetu), à cause de son principe reposant comme sa démocratie sur les conflits d’intérêts le condamnant à la frustration par ses propres limitations.
Idem pour les marchandises, aussi condamnées à la frustration donc à baisser leur prix, du moins pour les grosses productions comme par exemple les produits informatiques : ordinateurs et ce qui tourne autour, dont les tétéphones portables : le premier sera très onéreux, puis le 30è sera accessible au moindre salarié et même au migrant et au clochard. Dès qu’une chose est mise sur le marché, ça baisse. Dans les années 1950-60, il fallait être riche pour s’acheter un récepteur de télévision noir et blanc avec une seule chaîne (en France). De nos jours la télé plate comme une crêpe bretonne se trouve répandue partout. Tous les prix baisses et pour une valeur égale, et supérieure comme dans l’exemple de la télévision devenue une usine informatique interne (un robot) en un seul écran. Le capitalisme est donc obligé d’augmenter : ce qu’il gagnait sur son cycle de production, de nos jours il lui faut 5 ou 6 cycles de production pour qu’il s’y retrouve financièrement.

Ce que le capitalisme rattrape par une quantité numérique amplifiée, il le perd par l’érosion des cycles de production en général. Plus on avance dans le temps et plus le capitalisme est winner par ces masses de production technologiques et plus il en devient limité, frustré, à cause des conflits d’intérêts l’affaiblissant sans cesse : les prix sont constamment moins cher. C’est pourquoi il doit produire, produire, produire, comme un damné, comme LE ROCHER DE SISYPHE : toujours roulant vers le bas et toujours remonté, soit instabilité du désir qui doit toujours être entretenue ET AMPLIFIÉ ; LE ROCHER DE SISYPHE EST BIEN SYMBOLE DES DÉSIRS DE POSSESSIONS DES BIENS TERRESTRES…. LE CONSOMMATEUR COMME SISYPHE N’EST JAMAIS SATISFAIT POUR COLLER AU CAPITALISME : la publicité devra éduquer, manipuler les masses à ressentir un désir insatiable, non seulement de produits, mais d’expériences nouvelles et d’accomplissement personnel (genre ”développement personnel” et coaching et devenir performant, winner…). Et ainsi le capitalisme va créer sans arrêt de nouvelles formes de mécontentement et de frustration ; il va entretenir et stimuler ou amplifier le malaise de civilisation industrielle. Le capitalisme est donc l’exploitation des masses destinée à enrichir un très petit nombre ; c’est une usine à karma QUI LIE, USINE À PROFIT. TOUT CELA ENGENDRÉ PAR L’INVENTION DE LA VALEUR (autre forme de winnerisme, aussi de santé : avoir toutes ses dents : valoir sur le marché (aux esclaves, quand autrefois les acheteurs examinaient les dents des esclaves en vu de les acheter pour les utiliser comme machine à rendement dans leurs propriétés agricoles ou portuaires et commerciales).

CONFLITS D’INTÉRÊTS OU BAISSE DU TAUX (taxer, toucher, prendre) DE PROFIT CONDAMNANT À LA FRUSTRATION LE CAPITALISME OBLIGE ICELUI À FAIT JOUER LE MARCHÉ-MARCHANDISES À LA VENTE, ET PLUS ON AVANCE DANS LA MATURITÉ DU CAPITALISME, PLUS LES CONFLITS D’INTÉRÊTS AUGMENTES (comme des saturations de marché, comme en 1914 : conflits Anglais/Allemands, les surproductions demandent une nouvelle valeur, évidemment artificielle sans rapport avec la réalité de la vie courante…). Le prolongement capitaliste de 1914-18 sera celui de 1939-45 en passant par le krach boursier de 1929.

Plus le capitalisme produit et plus il doit vendre ses produits : là encore, conflits d’intérêts ; et plus la maturité du capitalisme s’accélère, et plus la baisse du taux de profit s’intensifie, équivalent du Thème « conflits d’intérêts » (CI) par ce que la masse du profit pose alors conflit de saturation des marchés de plus en plus important. Le CRÉDIT va devenir un « pansement » sur le CI (anticipation de la vente ou virtualisation de la vente, ce qui ne pouvait que plus tard donner naissance au « I-commerce » (ou E-commerce) de l’Internet. Mais dans le crédit on anticipe une vente, qui n’a pas eu lieu, comme si elle avait eu lieu (traficotage du mental).

CONFLITS D’INTÉRÊTS = DÉPENDANCE DU CAPITALISME À LA SATURATION DES MARCHÉS ET DE LA VALEUR ELLE-MÊME FRUSTRÉE PAR SES PROPRES LIMITATIONS. LE CAPITALISME NE PEUT QUE DEVENIR DE PLUS EN PLUS VIRTUEL (on le vit avec la mascarade du Co-VID 19, télétravail, auto-confinement, conflits ou problèmes économiques amplifiés de manière mondiale….). Le virtuel absolu est évidemment le crédit infini : les lignes de crédits qui sont ouvertes sur les banques qui construisent une masse monstrueuse permettent à partir de là une autre opération de crédit. Nous sommes bien dans la CROYANCE, DANS LE CRÉDOT-CRÉDO-CRÉANCE-CRÉSUS (Pactole)…. CROIRE : CONFIER EN PRÊT, SE FIER À QUELQU’UN, AVOIR CONFIANCE, ADMETTRE POUR VRAI OU SE FAIRE UNE OPINION ET CROIRE ; C’EST UNE RELIGION, « L’AUTRE FACE DE DIEU » (comme l’écrit Jacques Attali page 693 dans : Les Juifs, le monde et l’argent). Les causes aussi sont des croyances ou opinions, comme le Big Bang…. « Il n’existe aucune réalité qui passe du présent au passé, mais seulement les produits de l’illusion créée par les causes qui, elles, sont l’effet karmique des action. Il en est comme d’un visage reflété dans un miroir : le visage apparaît dans le miroir sans s’y être introduit. Il s’y manifeste consécutivement aux causes qui, elles-mêmes, ne sont que des idées trompeuses », dit le Soûtra du Diamant, Soûtra du Riz en herbe.

Ce monde de l’argent et de la démocratie ne peut qu’être en conflits, choc, crise permanente, parce qu’il est construit sur des DÉSIGNATIONS, DES ÉTIQUETTES CONVENTIONNELLES. LE SEUL RÉEL N’APPARAÎT JAMAIS AU TERME DE DÉBAT D’OPINIONS : « C’EST LÀ UNE CARACTÉRISTIQUE TRANSCENDANT TOUTE ARGUTIE » (pour faire référence au Soûtra du Dévoilement du sens profond, fin du chapitre 2). Le Soûtra précise : « Éminent par la Doctrine, il en va comme de ceux qui, du fait de leur vieille et tenace croyance au ‘moi’, prennent un plaisir évident à débattre et à disputer : ils sont incapables d’imaginer, d’inférer ou d’apprécier l’absence de ferme croyance au ”mien” et l’inexistence de la contradiction chez les habitants du continent septentrional appelé « Cacophonie ». De même, Éminent par la Doctrine, les intellectuels argumentateurs sont incapables d’imaginer, d’inférer ou d’apprécier la Réalité absolue dont la caractéristique est de parfaitement transcender toutes les arguties conceptuelles ».

Quand il n’y a pas de ‘moi’, comment peut-il y avoir un karma et une entité qui en subisse les effets ?
Cette société de consommation qui par principe s’attache aux objets et aux émotions qui en découlent engendre du karma comme jamais auparavant !
Cette société de consommation qui bouffe de l’information et donc des caractéristiques à n’en plus finir ne peut qu’entretenir et amplifier la tyrannie de l’opinion et le chaos et les conflits ; elle ne peut qu’entretenir et amplifier LE CRÉDIT-CRÉDO-CROYANCE ET LES DÉSIRS. Dans la Vacuité, le sans-caractéristique et le sans-souhait, il n’y a pas de mental ni de consciences… CROYANCE = EGO : « La personne et sa cessation ne sont point deux réalités différentes : rester dans cet état sans appréhension ni terreur, c’est accéder au Réel dans la non-dualité », dit Vimalakîrti dans le Soûtra de la Liberté inconcevable 9, 23.
A-VISÉ : sans but, sans opinion, rien ne peut être affecté (le fait du E…) par ce monde des accidents : le Flux de la Vie et Jet coule ainsi à travers le I-C-I (Vase, Vallée) et Ma-in-tenant (le rayonnement en haut du Vase Vallée).
 
 

Dernière mise à jour : 29-05-2020 22:12

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >