Accueil arrow News arrow Dernières news arrow America’s Fiscal Collapse
America’s Fiscal Collapse Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 07-03-2009 20:17

Pages vues : 4944    

Favoris : 524

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amérique, Barack Obama, Économie, Effondrement, Fiscal Collapse


100kopek.jpg
 
America’s Fiscal Collapse
Effondrement de l’économie américaine

by Michel Chossudovsky
 
Source : http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=12517
D’autres articles de ce site en français

[ Voici une rapide traduction Mac et bibi de l’extrait d’une page importante sur le plan économique du Président Obama. Ce plan consiste a verser de l’huile sur un mécanisme mort depuis longtemps ! Il s’apparente au « poing fermé », pouvant mener à un totalitarisme et à un gouvernement mondial fasciste. ]
" Nous allons reconstruire, nous allons récupérer, et les États-Unis d'Amérique sortiront plus fort " (Président Barack Obama, 24 février 2009)
 
« Ceux d'entre nous qui gèrent les dollars publics seront tenus de rendre des comptes pour dépenser à bon escient, la réforme des mauvaises habitudes, et entreprendre à la lumière du jour, car ce n'est qu'alors que nous rétabliront la confiance entre un peuple et son gouvernement ». Président Barack Obama, une nouvelle ère de responsabilité, budget 2010)
    
« Un remède économique à visage humain »

"Promesses au milieu des périls." Les priorités de l'ensemble économique Obama sont : la santé, l'éducation, l'énergie renouvelable, l'investissement dans les infrastructures et les transports. « Une éducation de qualité" est à l'avant-garde ». Obama a également promis de "rendre les soins de santé plus abordable et plus accessible", pour tous les Américains.

À première vue, la proposition de budget a toutes les apparences d'un programme d'expansion, une demande orientée "Second New Deal" orientée vers la création d'emplois, la reconstruction brisé les programmes sociaux (État coquille vide. NDMR) et la relance de l'économie réelle.

La réalité est autrement. La promesse d’Obama est basé sur un gigantesque programme d'austérité. L'ensemble de la structure financière est ébranlée, bouleversée.

Pour atteindre ces objectifs, une forte hausse des dépenses publiques en matière de programmes sociaux (santé, éducation, logement, sécurité sociale) serait nécessaire, ainsi que la mise en œuvre à grande échelle d'un programme d'investissement public. Principaux changements dans la composition des dépenses publiques serait également nécessaire : c'est-à-dire le passage d'une économie de guerre, qui exige un mouvement de dépenses militaires en faveur de programmes civils.

En réalité, c’est que nous avons a faire à la plus drastique réduction des dépenses publiques dans l'histoire de l'Amérique, ce qui peut conduire à des ravages sociaux et à un potentiel d'appauvrissement de millions de personnes. (Voir la page en français de Project Camelot)

La grande promesse d’Obama sert les intérêts de Wall Street, la défense et les huiles du conglomérats ou corporations. En retour, le " renflouement " de la banque de Bush-Obama " mène l'Amérique en une spirale de la crise vers la dette publique. Les bouleversements économiques et sociaux sont potentiellement dévastateurs.

Le budget d’Obama présenté au Congrès le 26 Février 2009 prévoit des dépenses pour l'exercice 2010 (à partir du 1er Octobre 2009) de 3,94 billions $, soit une augmentation de 32 pour cent. Le total des recettes publiques pour l'année fiscale 2010, selon des estimations préliminaires par le Bureau du budget, est de l'ordre de 2,381 billions de $.

Les prévisions de déficit budgétaire (selon le discours du Président) est de l'ordre de 1,75 billion de $, presque 12 pour cent du produit intérieur brut des États-Unis.

La guerre et Wall Street

Il s'agit d'un « budget de guerre ». Les mesures d'austérité ont frappé tous les grands programmes de dépenses fédérales à l'exception de : 1. La défense et le Moyen-Orient, la guerre ; 2. le sauvetage de Wall Street ; 3. Les paiements d'intérêts sur un échelonnement de la dette publique.

Le budget de détourner les recettes fiscales dans le financement de la guerre. Elle légitime les transferts frauduleux de l'argent à la formation des élites dans le cadre de la « banque de sauvetage ».

Le schéma de déficit budgétaire n'est pas expansionniste. Nous ne sommes pas face à un style keynésien déficitaire, ce qui stimule l'investissement et la demande des consommateurs, conduisant à une expansion de la production et l'emploi.

La "banque de sauvetage" (impliquant plusieurs initiatives financées par l'argent), constituent une composante des dépenses publiques. Tant le gouvernement Bush et Obama pour les renflouements bancaires sont sorties à part les grandes institutions financières. Ils ne constituent pas une dépense d'injection dans l'économie réelle. Bien au contraire. Le renflouement pour contribuer au financement de la restructuration du système bancaire conduit à une concentration massive de la richesse et la centralisation du pouvoir des opérations bancaires.

Une grande partie de l'argent pour le sauvetage accordée par le gouvernement doit être transmis par voie électronique à divers comptes affiliés, y compris les hedge funds (c’est-à-dire vers les paradis fiscaux !). Les plus grandes banques des États-Unis auront également recours à cette manne d'argent pour acheter leurs concurrents plus faibles, ce qui renforce leur position. La tendance est, par conséquent, vers une nouvelle vague d'achats d'entreprises, des fusions et des acquisitions dans le secteur des services financiers.

En retour, l’élites se servira de ces grandes quantités de liquides (document de la richesse), de concert avec des centaines de milliards acquis par la spéculation du commerce, pour racheter l'économie réelle des entreprises (compagnies aériennes, l'industrie automobile, des télécommunications, des médias, etc), dont la valeur sur les marchés des actions a chuté.

En substance, un déficit budgétaire (combiné avec des réductions massives dans les programmes sociaux) est nécessaire pour financer les documents à distribuer pour les banques ainsi que de financer les dépenses de défense et de la poussée militaire au Moyen-Orient, la guerre. Le budget Obama prévoit :

     1. les dépenses militaires de 534 milliards $ pour 2010, un supplément 130 milliards de dollars de crédits pour l'exercice 2010 pour les guerres en Afghanistan et en Irak, et un supplémentaire 75,5 milliards de dollars pour des fonds d'urgence de guerre pour le reste de l'année fiscale 2009. Des dépenses de défense et de la guerre au Moyen-Orient, avec les différents budgets supplémentaires, qui sont (officiellement) de l'ordre de 739,5 milliards de dollars. Certaines estimations globale estiment les dépenses militaires à plus de 1 billion de dollars.

     2. Une banque de sauvetage de l'ordre de 750 milliards de dollars annoncée par Obama, qui est ajoutée à 700 milliards de dollars de renflouement, sommes allouées par l'administration Bush sortante, dans le cadre de la Troubled Assets Relief Program (TARP). Le montant total des deux programmes est une stupéfiante somme de 1,45 billions de dollars qui sera financé par le Trésor. Il doit être entendu que le montant réel des liquidités financières "aide" pour les banques est beaucoup plus grand que  1.45 billion $. (Voir le tableau 2 ci-dessous).

     3. Net d'intérêts sur la dette publique est estimé par le Bureau du budget à 164 milliards $ en 2010.

L'ordre de grandeur de ces allocations est stupéfiant. Dans le cadre d'un "budget équilibré" - qui a été l'une des priorités de la politique économique du gouvernement depuis l'ère Reagan - la quasi totalité des revenus du gouvernement fédéral d’un montant de 2,381 billions de $ sera utilisée pour financer la banque de renflouement (1,45 milliards), la guerre ($ 739 milliards) et les paiements d'intérêts sur la dette publique ($ 164 milliards). En d'autres termes, l'argent ne serait plus à gauche pour d'autres catégories de dépenses publiques.

TABLEAU 1 Les crédits budgétaires alloués à la défense (FY 2009 et 2010), la Banque de sauvetage et net d'intérêt sur la dette publique (FY 2010) (source : http://www.whitehouse.gov/omb/)

 
Tableau 1
 
 
Tableau 2
 
...
Pendant ce temps, Obama dans le cadre de la proposition de budget, 634 milliards de dollars sont alloués à un fond de réserve pour financer les soins de santé universels. À première vue, cela semble être une grande quantité. Mais il est à plus d'une période de dix ans, - c'est-à-dire un modeste engagement annuel de 63,4 milliards de dollars.

Les dépenses publiques seront réduites en vue de freiner la spirale du déficit budgétaire. La santé et les programmes d'éducation non seulement restent fortement sous-financés, mais ils seront réduits, rénové et privatisé. Le résultat probable est la pure et simple privatisation des services publics et la vente des actifs de l'État, y compris l'infrastructure publique, les services urbains, les routes, les parcs nationaux, etc. L’effondrement financier conduit à la privatisation de l'État. (Ce que dénonce Naomi Klein tout au long des pages de son livre : La Stratégie du Choc. NDMR)

La crise financière est encore aggravée par la compression des recettes fiscales résultant de la baisse de l'économie réelle. Les chômeurs ne paient pas d'impôts ni les faillites des entreprises. Le processus est cumulatif. La solution à la crise financière devient la cause de plus de l'effondrement.
...

Qui veut investir dans la dette publique des États-Unis ? Quelle est la demande de bons du Trésor à très faible taux d'intérêt ?
...

Le marché de la dette libellée en dollar US instruments potentiellement à un statu quo, ce qui signifie que le Trésor n'a pas la capacité de financer son gigantesque déficit budgétaire de la dette publique par le biais des opérations, entraînant l'ensemble du processus budgétaire dans une situation embarrassante.

La question est de savoir si la Chine et le Japon continueront à acheter des titres de créance libellés en dollar US instruments. Washington est en marche dans une campagne de relations publiques pour attirer les investisseurs asiatiques en achetant des bons du Trésor et des obligations du gouvernement des États-Unis.

Avec les marchés de la dette libellée en dollars US (au niveau national et international) en cas de crise, la pression ne sera exercée sur le Trésor à la barre oblique (civil) de dépenses publiques jusqu'à l'os, exact des frais d'utilisation pour les services publics et de vendre des biens publics, y compris l'État l'infrastructure et les institutions. Selon toute vraisemblance, cette crise est de nous conduire à la privatisation de l'État, où les activités jusque-là sous la juridiction du gouvernement seront transférés dans des mains privées. (Ce sera véritablement la catastrophe ! Voir encore Naomi Klein et son livre : La Stratégie du Choc. NDMR)

Qui fera l'achat d'actifs de l'État au plus bas prix ? Les élites financières, qui sont aussi les bénéficiaires de la banque de sauvetage.
...

Désarmement économique.

Il n'y a pas de solutions dans le contexte actuel de l’architecture financière mondiale. Une politique ne peut être atteint sans une réforme radicale du fonctionnement du système bancaire international.

Ce qu'il faut, c'est une refonte du système monétaire, y compris les fonctions et la propriété de la banque centrale, l'arrestation et la poursuite des personnes impliquées dans la fraude financière aussi bien dans le système financier et dans les agences gouvernementales, le gel de tous les comptes où les transferts frauduleux ont été déposé, l'annulation de dettes issues de la fraude commerciale et / ou des manipulations du marché.

Les gens partout dans les pays du monde, aux niveaux national et international, doivent se mobiliser. Cette lutte pour la démocratisation de la politique financière et fiscale des appareils doit être large et démocratique, qui englobe tous les secteurs de la société à tous les niveaux, dans tous les pays. Quelle est finalement la solution requise pour désarmer l'établissement financier :

     - confiscation de ces biens qui ont été obtenues par la fraude et la manipulation financière.

     - rétablir l'épargne des ménages par une inversion des transferts

     - retour de l'argent pour renflouer le Trésor, geler les activités des hedge funds (ce qui tourne dans la sphère des paradis fiscaux)

     - Gel de toute la gamme des opérations spéculatives à court de vente et de dérivés du commerce.

[ Note : J’ai essayé de mettre l’essentiel de la page importante de ce site. Merci de votre indulgence pour la traduction. M. R. ]
 

Dernière mise à jour : 07-03-2009 20:58

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >