Accueil arrow News arrow Dernières news arrow La réforme du monde ?
La réforme du monde ? Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 30-06-2020 22:40

Pages vues : 101    

Favoris : 15

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Foi, Gratuit, Grégaire, Guerre, Haine, Humain, Histoire, Information, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Karma, Langage, Langue, Liberté, Logique, Matrice, Méditation, Mental, Messianisme, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Porte, Pouvoir, Privilège, Puce, Race, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Virus, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
blanche_neige_miroir_reforme.jpg
 
 
La réforme du monde ?
Qui ?
Et Pourquoi ?
« La réforme de soi entraîne automatiquement la
réforme sociale. Limitez-vous à votre propre
réforme. La réforme sociale prendra soin
d’elle-même » (Ramana Maharshi, entr. 282)
 
« Prenez d’abord soin de vous-même et laissez
le monde se débrouiller tout seul »
(Ramana Maharshi, entr. 363)

Donc : réformez-vous vous même en premier,
et ensuite, c’est autre chose.


Ce qui veux dire que tant qu’il y aura une économie mondiale de la drogue et de l’industrie mondiale militaire étatique ou en bandes organisées de l’armement sur cette planète, jamais il n’y aura un poil de paix dans cette dimension ! Donc ce n’est même pas la peine de parler de l’imbécilité d’une « loi contre la haine »… Surtout ce n’est pas la peine de parler d’« écologie »
Plutôt que d’être stupéfié par des stupéfiants extérieurs et très chers vendus, soyez stupéfié par vous même vous en crèverez certainement en voyant ce que vous êtes réellement, mais ce sera nettement plus propre sur vous !


Depuis 1789, du moins en Occident, tout le monde étant devenu le roi, plus personne ne dirige rien, c’est le chaos.
Il n’y a plus de guru (ou maître), ou plutôt il y en a trop : la fonction du guru peut faire réaliser le Soi à son disciple en lui transmettant son propre « pouvoir ». C’est-à-dire que le guru ne provoque pas la Réalisation du Soi, il écarte seulement les obstacles qui l’en séparent. Le Soi est toujours réalisé, il n’est pas une compétence à acquérir !
Aussi longtemps que dure la Réalisation du Soi le guru est nécessaire. « Le guru est le Soi. Considérer le guru comme étant le Soi réel, et vous-même comme étant le soi individuel. La disparition de ce sentiment de dualité amène la disparition de l’ignorance. Mais tant que la dualité subsiste en vous, le guru est nécessaire. C’est parce que vous vous identifiez au corps que vous pensez que le guru est, lui aussi, un corps. Vous n’êtes pas le corps, pas plus que le guru. Vous êtes le Soi, comme l’est aussi le guru. Cette connaissance est obtenue par ce que vous appelez la réalisation du Soi » (Ramana Maharshi, entretien 282 du 16-11-1936).

TROP DE GURUS, TROP DE FAUX SOI.

Il y a un lien très étroit entre guru et disciple, plus étroit que celui entre un père amant et un fils dévoué.
Cette relation est testée durant un certain nombre d’années pendant lesquelles l’Instructeur observe le disciple et, s’il le trouve valable, il lui accorde le grand privilège d’une relation intérieure plus étroite. Maintenant, si malgré cela le guru se révèle incompétent, alors que le disciple aura mis toute sa confiance en lui, chacun récolte selon ses mérites ! C’EST CE QU’IL SE PASSE DANS LE CHAOS ACTUEL, où les gurus (les rois) prolifèrent, où l’on est en quête de « mères », et où toutes sortes de gens se prétendent instructeurs, spécialistes, PLUS PERSONNE NE CONTRÔLE PLUS RIEN, MÊME LES DIEUX BANQUIERS TANT LEUR CAPITALISME EST MOURANT, LE POUVOIR OU POUR-VOIR SEMBLE S’ESTOMPER CE QUI N’AUGURE RIEN DE BON POUR CES FORMES DE VIE….

Qu’est-ce que c’est le guru ou maître actuel ?
C’est un SPÉCIALISTE, dans n’importe quel domaine et il y en a tant maintenant que les gurus ou spécialistes prolifèrent plus vite que le covid 19 !
Plutôt que le mot guru, il vaudrait mieux employer le mot ADEPTE.
Un Adepte n’est pas un instructeur ou un maître sur des sujets profanes et temporels. Le mot « adepte » se réfère à une personne hautement compétente – un expert, non dans les arts ou les métiers ordinaires, dans la philosophie ou la science, mais dans l’art de vivre et la science de la vie. Les deux sont étroitement reliés, car c’est seulement un aspect en apprenant l’art de vivre qu’un aspirant découvre que le voile est enlevé de ses yeux et qu’il est capable de connaître les secrets et les merveilles de la vie.

De nos jours, il y a tellement de spécialistes ou de gurus, QUE DANS CETTE TYRANNIE DE L’OPINION ET EN TOUT CONNECTÉ, TOUT LE MONDE DRESSE TOUT LE MONDE. Le temps est même loin où un fabricant d’âmes comme Staline pouvait s’accorder le privilège de la Réalisation du ‘Je’ et l’interdisait aux fabriqués. De nos jours, même les fabricants d’âmes ne fabriquent plus de ‘Je’ et de ce fait ils ne l’interdisent plus aux fabriqués puisque c’est devenue le CHAOS.
Le guru est un soutien. SUR QUOI SE SOUTIENNENT LES GENS MAINTENANT ? RÉPONSE : SUR DE L’ARTIFICIEL, DU VIRTUEL, DU FAUX RENFORCÉ PAR DES « GESTES BARRIÈRE » ; LES GENS SE SOUTIENNENT AVEC LEURS ÉCRANS INFORMATIQUES comme la Reine de Blanche-Neige interrogeant son Miroir pour savoir si elle était la plus belle du royaume (winnerisme).

- « Miroir, miroir en bois d’ébène, dis-moi, dis-moi que je suis la plus belle.
Et, invariablement, le miroir répondait :
- « En cherchant à la ronde, dans tout le vaste monde, on ne trouve pas plus belle que toi ».
Tel est l’état de nôtre monde en son culte du narcissisme et amplification de l’ego.
Il arrivera bien un jour où effectivement le miroir « cassera » le dogme ou la fixation de la marâtre en lui révélant qu’il y a une femme encore plus belle, c'est-à-dire que l'ego est une illusion.
Le miroir renvoie au MENTAL : SPÉCULUM, TRAVAILLER DU CHAPEAU, VOIR, renvoyant à la connaissance ou à la conscience. Mais, la spéculation étant de l’ordre de la dualité sujet-objet, ELLE EST INDIRECTE, de plus inversée par le miroir : « Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas », dit la Table d’Émeraude (voir les deux Triangles inversés de l’hexagone étoilé (dessin en bas de page).
L’être humain se sert de l’être humains comme d’un miroir, d’où cette impression de chaos où plus personne ne contrôle plus rien ; tous, Nous sommes tournés vers l’extérieur au lieu d’être, d’abord, tournés vers l’INTÉRIEUR.

Le Libéré Vivant ou Réalisé Vivant est comparé au reflet dans un miroir sans tâche [miroir clair] dans un autre miroir semblable. « Que peut-on trouver dans un tel reflet ? Le pur akasha [éther, ou Lumière de la Conscience]. De même, la Félicité reflétée du jnâni [Sage, Bienheureux] représente la véritable Félicité (ânanda).
Ce ne sont là que des mots. Il suffit que la personne devienne antamukti (tournée vers l’intérieur). Les shâstra [écritures sacrées] ne présentent pas d’intérêt pour ceux dont le mental est tournée vers l’intérieur. Ils sont destinés aux autres ». (Ramana Maharshi, entretien 513 du 16-9-1938).

MIROIR = EFFET CASIMIR : « Car l’amitié [du A privatif et moitié : pas de moitié], si elle est vraiment spirituelle, peut grandir, elle fera grandir aussi l’amour de Dieu [ou du Soi] ; plus on se souviendra de cette amitié, plus aussi on se souvient de celle de Dieu et on se porte vers lui ; ainsi, au fur et à mesure qu’une amitié grandit, l’autre grandit aussi. L’esprit de Dieu a ceci de particulier qu’il augmente un bien par un autre bien, à cause de la similitude et de la ressemblance qu’il y a entre l’un et l’autre. Quand au contraire l’affection vient de ce vice de la sensualité dont nous parlons, elle a des effets opposés : car plus l’un grandit, plus l’autre diminue et éteint en même temps le souvenir de Dieu. Si en effet l’amour sensuel grandit on voit aussitôt l’âme se refroidir dans l’amour de Dieu, l’oublier peu à peu et tomber dans le remords de conscience. Au contraire, si l’amour de Dieu grandit dans une âme, elle se refroidit dans l’amour sensuel et l’oublie, parce que ce sont là deux amours opposés ; non seulement l’un n’aide pas l’autre, mais celui qui domine éteint l’autre et l’étouffe pour se fortifier lui-même [c’est moi qui souligne], comme l’enseigne les Philosophes », écrit Saint Jean de la Croix, dans La nuit obscure, chapitre V (IV). Évidemment, l’amitié matérialiste devenue totalement virtuelle sur les réseaux sociaux est complètement stérile, au mieux, elle est intéressée et possession.
A-MITIÉ = réduire les corps à leurs premiers principes sans détruire leurs vertus séminales et germinatives. (Pernety, Dictionnaire Mytho-Hermétique). Ou encore : On réduit une chose liquide en une substance solide, en lui ôtant son humidité. (Geber) Ou bien encore, c’est le NON MOUVEMENT DANS LE MOUVEMENT ! dont la coagulation (le fixe) est intimement liée ; en Alchimie rien ne se passe s’il n’est réduit en « Eau ». « Notre Oeuvre, dit Le Trévisan, est composée d’une racine et de deux substances mercurielles (Mercure possédant une “animation”) qui étant cependant de même nature se réduisent à un Seul Principe » (Page 402 du Dictionnaire Mytho-Hermétique de A.J. Pernety).

Dans le cas de la reine de Blanche Neige, le miroir reflète aussi l’âme de la reine et lui révélera que son cœur ou sa beauté n’est qu’une façade, afin que la reine subisse une transformation : comme entre GURU ET DISCIPLE il existe une grande relation entre le sujet contemplé et le miroir qui le contemple. L’ÂME FINIT PAR PARTICIPER DE LA BEAUTÉ MÊME À LAQUELLE ELLE S’OUVRE.
Le miroir est à lui seul LE SYMBOLE :
On ne peut expliquer que difficilement un symbole, ni le « comment ça fonctionne » (conscience + matière). Peut-être est-ce bien ainsi.
Le Tout fait plus que la somme des parties : une entité contient des facteurs ([FACEON] du Latin Factionem : action de faire ; depuis 1699 : ce sont les éléments qui constituent la chose) que l’on ne peut identifier ; si l’on décompose cette entité pour analyser ses parties constituantes, cela n’indique pas son héritage génétique, ni sa valeur biologique, ni vraiment son fonctionnement.
C’est comme remplacer un symbole par un autre symbole : le pourquoi sera toujours là. Ou bien traduire un symbole ancien en langage clair actuel et rationnel. Le pourquoi, en fait l’attirance sera toujours là. (D’après E. Pfeiffer, biochimiste, et J.W. Goethe, et René Alleau).
La chose se découvre, devient consciente un Instant tout en se revoilant à l’Instant suivant, « Ah ! elle est passé ! » (du conscient, elle est redevenu inconscient).

MIROIR = la Réalisation du Soi et donc la PANique, c’est le MASQUE OU VOILE NE FONCTIONNANT PAS SANS L’APOCALYPSE OU LA PERTE, LA PUTRÉFACTION. SANS MASQUE, IL N’Y A PAS DE PUTRÉFACTION, c’est en ce sens que le curé d’Ars pouvait dire : « Si on se voyait sans masque, on mourrait ». Et les Hébreux-Juifs se sont précipiter pour en vendre des masques (1), c’est-à-dire pour COMBLER CETTE PEUR DU VIDE.
Le mot PAN-ique est proche de celui de l’oiseau PAON, représenté dans une légende soufie. Le Paon est du Thème de l’immortalité, le TOUT, comme l’Oiseau Phénix. La légende soufie dit que Dieu créa « l’Esprit » [lequel ? et quel sens a ce mot ?] et lui montra sa propre image dans le miroir de l’essence divine. Le Paon fut saisi d’une angoisse et laissa tomber des gouttes de sueur dont tous les autres êtres furent créés ».

Malgré qu’ils soient maintenant tout devenus des rois, beaucoup de gens cherchent des rois ! Ils cherchent des béquilles notamment à travers leurs miroirs devenus les écrans informatiques, afin de les libérés des pressions quotidiennes de leur vie de salarié. Les salariés et véritables disciples de leur entreprise croient que s’ils « paient » (aussi bien en énergie qu’en compétence ou qu’en argent), ou qu’il plaisent au guru et lui obéissent, donc qu’ils obéissent à leurs chefs dans leur entreprise, ils avanceront évidemment socialement et financièrement mais aucunement du point de vue spirituel ou libératoire !!!
La servilité des disciples-salariés aide à détruire les gurus, en leur donnant la sensation d’être supérieurs et puissants. Les gurus-entreprises  exploitent les disciples-salariés avec des offres de récompenses symboliques, tandis qu’eux-mêmes reçoivent des dons matériels tels que des avions privés, des voitures et des résidences luxueuses, et d’autres objets de confort comme des paquets d’actions.

Évidemment ce qui demeure de plus en plus introuvable maintenant, c’est le Vrai Adepte ! Celui que Jean Coulonval dans son livre Synthèse et Temps Nouveaux nomme « Ouvrier », le Vrai, pas celui qui se contente d’exécuter ce que son chef et les machines lui laisse encore faire.
Le véritable Adepte vit dans un monde différent où les satisfactions matérielles de consommateur et de pouvoir d’achat ou les préoccupations psychologiques n’ont aucune place ni aucun intérêt. Les Adeptes disent : « Quittez votre monde et venez dans le nôtre ». Leur monde n’est pas géographiquement différent du nôtre ; il n’est pas nécessaire d’aller dans les Himalayas ou au Tibet pour trouver un vrai Instructeur spirituel !
Le monde des Vrais Adeptes est celui de leur Conscience infinie, le monde de totale liberté par rapport à l’ego. Ils peuvent demander au disciple d’entrer dans un monde dépourvu d’ambition, d’envie, de cruauté et des conflits dont souffre la vie humaine sous le système capitaliste et de son régime de république.

Comme le « Royaume des Cieux est en Vous », le Vrai Adepte peut dire : « La porte est toujours ouverte à l’humain authentique qui frappe ». Cette porte ne mène pas à plus de satisfactions, il n’y a aucune richesse de l’autre côté, aucune position sociale à occuper, aucun statut à atteindre. Par cette porte, nous ne pouvons pas échapper aux difficultés et aux pressions, parce que c’est nous-mêmes qui les créons toutes, nous générons ces forces qui créent les conditions que nous trouvons difficiles ; nous fabriquons notre enfer sur Terre.

Alors, qui est la personne qui frappe ? Frapper n’est pas si facile, car cela signifie qu’il doit y avoir une véritable ferveur, UN CHOIX. Nous accordons très peu d’attention à un conseil bien connu mais très utile tel que : « Vous ne pouvez servir en même temps Dieu et Mammon ». Nous ne pouvons pas nous accrocher à ce monde du pouvoir d’achat et espérer entrer dans le monde des Adeptes ou jouer un va et vient entre les deux. D’où actuellement le chaos dans ce monde de plus de 7 milliards de « rois ».
FRAPPER = SE LIBÉRER : le disciple aspirant à la Réalisation du Soi devrait avoir réfléchi à la naissance de la souffrance, à la raison pour laquelle nous sommes incapables d’être paisibles et toujours à courir, et à d’autres questions profondes, et après avoir médité sur de tels sujets, il devrait avoir compris, au moins jusqu’à un certain point, quelles valeurs sont réelles et quelles valeurs sont fausses !

Ainsi, ce n’est pas le spécialiste ou guru qui ouvre la porte. Aucun Vrai Adepte ne peut être abusé ou soudoyé pour ouvrir la voie à une dimension spirituelle naturelle. La porte est ouverte pour le disciple par ses propres actions, par ce qu’il pense et ce qu’il ressent envers toutes les créatures vivantes sur cette planète. Ces actions libèrent les énergies qui créent des conditions efficaces ou des obstacles. L’Univers est dans le mental et pas « ailleurs » : NOUS SOMMES TOUS DEDANS, MAIS JE NE VEUX PAS ME RETROUVER DANS LA TÊTE D’EMMANUEL MACRON, MÊME S’IL EST BEAUCOUP PLUS JEUNE QUE MOI !

Ainsi, si les conditions de l’univers étaient modifiées, ne serait-ce que d’un minuscule degré, il pourrait cesser d’exister. Il y a un parfait équilibre de forces qui opère selon les lois de l’univers. Comme tout est dans le mental, il est certain qu’il y a des entités qui cherchent à POSSÉDER L’UNIVERS ET NOUS DEDANS !
C’est pourquoi à la différence des faux gurus qui vendent leur « développement personnel », les Vrais Adeptes disent : « Remplissez les conditions ». De tels Instructeurs peuvent paraître sévères, mais ils sont cependant de réels bienfaiteurs. Les gurus qui disent « Faites ce qui vous plait ; je vous accorderai mes faveurs quand vous me serez fidèles » trompent leurs disciples, car ils se situent dans la visée mercantile du : « Votre santé, votre député, vous et vos proches, votre assurance, votre voyante, votre boulanger, etc. ».

L’Adepte est « la rare efflorescence de générations de chercheurs ». » Vie après vie, il s’est engagé dans l’investigation du but et de la nature de la vie. La vie du Bouddha indique que dans maintes incarnations il a lutté pour trouver la vérité, il a fait des sacrifices, même celui de sa propre vie, et puis il a reçu l’Éveil. La Voie de recherche – non l’imitation ni la répétition – est de la plus haute importance, c’est pourquoi le Bouddha enseignait : « Soyez à vous-même votre propre lampe ».
Pour devenir éveillé, on doit se préparer à abandonner les « considérations prudentes et sécuritaires du monde » et à suivre « l’impulsion intérieure » de son âme. Ayant travaillé dur, un Adepte arrive à voir, à sentir et à vivre à la source même de toutes les vérités fondamentales. Sa conscience est une avec toute vie, ainsi il connaît toutes les choses dans leur essence et n’a besoin de faire aucun effort pour faire la distinction entre le réel et l’irréel. Par conséquent une véritable Instructeur n’encourage jamais ses disciples à poursuivre leurs désirs mondains et ne leur promet pas de récompenses-carottes. L’Adepte non plus n’assujettit jamais un autre à sa volonté, comme le font ceux qui foulent le sentier de « la main gauche » et du capitalisme et du matérialisme.

« Le Fleuve qui va à la Mer ne peut supprimer sa Source » (Jean Coulonval) l’évolution est un développement de l’organisme physique pour rendre les facultés de la conscience capables de fleurir en intelligence suprême (sans pensée). L’Adepte, étant pleinement conscient de ce but, il n’abrutit pas la conscience d’un disciple en la contrôlant ou en lui demandant une obéissance aveugle comme le fait une chef d’entreprise de façons déguisées pour « faire croire » que ce n’est pas du dirigisme. Il guide, mais attend de chaque personne qu’elle agisse comme elle le pense correct, qu’elle soit responsable pour elle-même, tirant la leçon de ses erreurs si nécessaire. Maintenant à l’ère des Vallées de silicon et du socialisme il y a même des chefs d’entreprises qui se comportent comme des gurus essayant d’obtenir de leurs disciples-salariés « le meilleur d’eux-mêmes » ! Voyez par exemple les Juifs Google, et surtout les Japonais….

GURU = GUIDE SPIRITUEL (en contraire des « guides matériels » comme les Juifs…). Mais le Soi ou Réalité est sans limite donc sans forme. « Il en est de même du centre spirituel. Il n’y a qu’un seul centre de cette sorte [le Centrum Centri]. Que ce soit en Occident ou en Orient, il ne peut être différent ; ni être localisé d’aucune manière. Étant illimité, il inclut les guides, les hommes et le monde, les forces de destruction et de construction. Il n’y a pas de distinction […] Les guides spirituels n’ont pas de corps ; ils n’ont pas conscience de leurs corps. Ils ne sont qu’esprit, sans limite, sans forme. Ils sont toujours en unité par entre eux et avec les autres ; bien plus, ils englobent tout. L’Esprit est le Soi. Si le Soi est réalisé, ces questions [de guides spirituels] ne peuvent pas s’élever » (Ramana Maharshi, entretien 363 du 20-2-1937).
Dans le même entretien : « Le maître est intérieur. La méditation a pour but de dissiper l’ignorance, la fausse idée que le maître est à l’extérieur. Si le maître était vraiment un étranger dont vous attendez la venue [comme un messie], il serait voué à disparaître lui aussi. Quel est l’intérêt d’un tel être transitoire ?
Cependant, tant que vous pensez que vous êtes un individu, ou que vous êtes le corps, le maître est nécessaire et il apparaîtra aussi avec un corps. Quand cette fausse identification avec le corps cessera, vous découvrirez que le maître est le Soi […] Regardez seulement ce qui se passe dans le sommeil profond. Il n’y a pas d’ego, pas d’Inde, pas de chercheurs, pas de maître, etc., et cependant vous êtes, même heureux. À votre réveil, l’ego, l’Inde, les chercheurs, etc., apparaissent. Mais ils ne sont ni séparés ni indépendants de vous ».

« Le guru est à la fois intérieur et extérieur. De l’extérieur il pousse le mental à s’intérioriser ; de l’intérieur, il tire le mental vers le Soi et l’aide à obtenir la quiétude. C’est la grâce. Il n’y a donc pas de différence entre Dieu, le guru et le Soi » (Ramana Maharshi, entretien 198 du 10-6-1936).
 
oro52_miroir1.jpg
 
 
Note
1. Suivant le principe des frères Abraham et Simon Oppenheim qui en 1840 énonçaient cette formulation extra-ordinaire : « Vendre une perle que vous avez à quelqu’un qui en a envie, ce n’est pas faire des affaires ; mais vendre une perle que vous n’avez pas à quelqu’un qui n’en veut pas, voilà ce qui s’appelle faire des affaires ! », cité par Jacques Attali page 451 dans : Les Juifs, le monde et l’argent - Histoire économique du peuple juif. Donc CRÉER UN BESOIN ARTIFICIEL DEVENANT EXISTENTIEL. Cependant, tout ce qui naît un jour mourra un autre jour.


Eh les Fric-Flics ! Il serait temps de vous réformer ! La chnouf ça va bien un moment. Ensuite, adressez-vous à votre État profond, dans tous les sens du terme…. et aussi à vos copains des loges des mêmes paroissiens que les frères Abraham et Simon Oppenheim.
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 30-06-2020 23:27

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >