Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Marchandage contrat = cause effet
Marchandage contrat = cause effet Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 15-07-2020 00:26

Pages vues : 192    

Favoris : 25

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Adam, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Blanc, Bombes, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Foi, Forêt, Gratuit, Grégaire, Guerre, Haine, Humain, Histoire, Information, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Karma, Langage, Langue, Liberté, Logique, Matrice, Méditation, Mental, Messianisme, Montagne, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Noir, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Porte, Pouvoir, Privilège, Puce, Race, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sabot, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Virus, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
oeila_pyramid_cru_cuit_voir.png
 
 
Marchandage contrat = cause effet
Loi de succion ou Eucharistie [(s)cène] ;
contrat par lequel un vendeur-causalité
s’engage à effectuer un effet sur
l’objet (dualité sujet-objet).
Le sujet marchande, manipule l’objet pour en
obtenir le moindre prix, le moindre effet
sur son porte-monnaie.
 
 
Les masques ne servent absolument à rien sous la Loi de succion !
Poser une question ou un pourquoi = Loi de succion.
Poser comme de ”couler un bronze” (1) ou une crotte et pratiquer les grosses commissions (à Wall Street ou à la City de Londres là où on peut en couler des ”bronzes”)…
En définitive ou par principe ce monde est SAISI PAR L’ARGENT. Le covid-19 n’est qu’accessoire, parce qu’il empêche simplement le capitalisme de fonctionner à fond.



SAISIE = Bouteille : Boute œil, « vas-y-voir ! »


DÈS QUE TU AURAS VU, C’EST CUIT POUR TOI !
LE VRAI CESSE D’ÊTRE VRAI DÈS QU’IL EST VU ou SAISI.
Ainsi, dans le tout connecté et les smart-grids, C’EST CUIT !


En hébreux marchandage, par la-même : l’échange, se dit TRINQ (TR-INQ : יְנִיקָה), autrement dit LA LOI DE SUCCION (dans une fête ou un anniversaire les convives échangent et « trinquent » הֵרים כּוֹסית). Le célèbre Newton a copié là-dessus pour sa « loi d’attraction universelle ». C’est la Loi de succion de n’importe quel nom-la-forme ici-bas sur Terre. Depuis la plus petiote chouse comme la cellule ou le virus jusqu’au marmot le plus porphyrogénète cette loi fait que tous SUCENT ce qui passe à leur portée. Actuellement en 2020 nous en subissons l’effet avec le « co-vid-19 » suceur d’humains comme la grippe ou le rhume les prend en grippe dans ses griffes tous les hivers.
C’est par la succion que les noms-les-formes assimilent ce qui leur semble indispensable pour se maintenir « vivant », et qu’ils transforment en eux-mêmes (et qui ressort par le cul), c’est-à-dire dans l’absolu en Réalisation du Soi.

Évidemment depuis des millénaires, il n’en est pas ainsi puisque ce monde est devenu matérialiste seul « la nourriture VISIBLE, en DURE », celle qui ressort moulée par le cul, est leur Loi de succion, parce qu’il y a confusion du corps avec le Soi, alors on le nourrit avec des choses périssables rendant le corps encore plus périssable.
Donc si c’est par la succion que les noms-les-formes assimilent ce qui leur semble indispensable pour se maintenir « vivant », ici-bas, ils ne font que RÉCOLTER LES MAL-À-DIT (D.I.T. déité, maudire ou mépriser les déités, mépriser le divin, l’ignorer comme procède la laïcité). Entre la naissance et la mort par la Loi de succion ne reste que la MAL-À-DIT, la PASSION. « Si les êtres trouvaient moyen de s’affranchir de tous les maux [et mots], le bodhisattva [celui ou celle qui, de vie en vie, n’a souci que d’éveiller tous les êtres, soit atteindre l’Éveil des bouddhas ou réalisés] ne serait jamais malade », dit le Soûtra de la Liberté inconcevable V, 6. Ainsi, à ce hui, LE CHRIST EST MALADE !!!  « Mon mal vient de l’ignorance et de la soif. Je suis malade parce que tous les êtres sont malades et mon mal ne cessera que le jour où tous les êtres seront guéris [sans vaccin évidemment !] Pourquoi ? Parce que c’est pour les êtres que le bodhisattva plonge dans le cercle des morts et des renaissances [samsara]. Et entre la naissance et la mort, il y a la maladie. Si les êtres trouvaient moyen de s’affranchir de tous les maux, le bodhisattva ne serait plus jamais malade ».

LOI DE SUCCION : ce qui rentre d’un côté ressort par tout ce qui est postérieur (le cul). Ce qui est aussi une définition du temps : espace-temps entre une entrée ou un dedans, et une sortie ou un dehors, exactement comme l’idéation dans le mental et son vagabondage d’une cause produisant un effet.
La Loi de succion est l’équivalant de la racine du mal :   

LA SAISIE
- La Saisie de quoi ?
- La Saisie du triple monde [tripûti : sujet, objet et relation entre les deux : connaisseur, connu et connaissance, Soufre Mercure et Sel, etc.]
- Comment arrêter cette saisie ?
- En recourant à l’introuvable, car dans l’introuvable il n’y a pas de saisie.
- Qu’est-ce que l’introuvable ?
- La fin du dualisme [ou fin de la dualité].
- Qu’est-ce que le dualisme ?
- La vision [l’opinion] d’un dedans et d’un dehors, lesquels sont introuvables.

La grande saisie en ce monde est LA CROYANCE OU CRÉDIT-CRÉDO-CRÉANCE LAQUELLE VA ENGENDRER LES BANQUES ET LE CAPITALISME (l’ancien nom des banquiers était « Marchand de confiance », donc comme si cette confiance était l’équivalent d’un CONTRAT passé entre le marché-marchand de confiance et celui qui va SAISIR, qui va MANGER cette confiance).
Marchand de confiance ou CHANGEUR-ÉCHANGEUR, un cambiste, un monnayeur (faux, puisque : « Par essence, la création monétaire ex nihilo que pratiquent les banques est semblable, je n'hésite pas à le dire pour que les gens comprennent bien ce qui est en jeu ici, à la fabrication de monnaie par des faux-monnayeurs, si justement réprimée par la loi. Concrètement elle aboutit aux mêmes résultats. La seule différence est que ceux qui en profitent sont différents » (Maurice Allais).

Et encore au-dessus de cette Croyance aux banques et à leur capitalisme va se superposer, va finir dans le packaging appelé EGO : LA Maladie de la croyance au ‘moi’, LA SOUFFRANCE OU PASSION, laquelle il ne faut évidemment pas nourrir, comme le précise le Soûtra de la Liberté inconcevable, au chapitre V, 11. « Connaître le fondement de cette maladie, c’est éliminer tant la notion de ‘moi’ que la notion d’autres être animés [surtout le ”social”] », dit le Soûtra.

Le mal principal ou sa racine est donc LA SOIF, LE TR-INQ יְנִיקָה, et bien-sûr l’ignorance ; laquelle est une VARIATION DE LA SAISIE : une lacune, un manque, une insuffisance, une maladie ! Ce qui dans le capitalisme va devenir l’invention du BESOIN ou COMMISSION (grosse si possible) (2).

La loi de succion fonctionne autant en solaire qu’en lunaire ou autant en Yin qu’en Yang.

DANS L’INTROUVABLE, DANS LE VIDE, IL N’Y A PAS DE SAISIE, LA LOI DE SUCCION DE FONCTIONNE PLUS : « Toutes les terres de bouddha sont vides », dit Vimalakîrti [du Soûtra de la Liberté inconcevable].

- De quoi sont-elles vides ?
- Elles sont vides de vacuité.
- Comment le vide userait-il de la vacuité ?
- Il est vide parce que la vacuité ignore la discrimination [et l’opinion].
- Peut-on discriminer [ou polémiquer] entre le vide et la vacuité ?
- La discrimination [ou la polémique] est vide elle aussi.
- Où trouver la vacuité ?
- Dans les soixante-deux opinions philosophiques erronées.
- Où trouver ces soixante-deux opinions ?
- Dans la libération des bouddhas ?
- Dans les pensées et les actes de tous les êtres.
Mais ta bienveillance, Manjushrî, voulait savoir où mes serviteurs étaient passés. Mes serviteurs ? Ce sont tous les démons et tous les maîtres non bouddhistes [ou le vulgaire].
« En effet, les démons aiment le cercle des morts et des renaissances, et le bodhisattva, lui non plus, ne renonce pas à ce cercle ; les non-bouddhistes chérissent leurs opinions mais il n’est pas une seule opinion pour ébranler le bodhisattva ».

Des grands adeptes de la saisie sont les pharisiens : l’eau la plus polluée leur paraît pure pourvu qu’elle coule au fond du lit des conventions sociales, donc sous CONTRAT, sous SAISIE. La plupart des gens attendent d’un effet en retour la cause. C’est la Loi de succion, la Loi de possession, la saisie, le marchandage sous sa loi du marché ; passion-saisie (passion : du latin passiô : souffrance, maladie, subir, endurer). LE DIABLE OU ADMINISTRATEUR SAISIT AUSSI, IL ORGANISE.

LA CROYANCE est la Loi de succion comme exprimée dans la simplicité par le mot et causalité : « création » :
L’idée de « création » ne peut venir que dans la dualité SUJET-OBJET ou CAUSE-EFFET !!! « C’est parce que vous dites que vous êtes né, que les Écritures [abrahamisme] vous disent « d’accord » et ajoutent que Dieu vous a créé » (Ramana Maharshi, entretien 238).
Avec un Dieu créateur on fabrique une sanctification de la dualité. C’est ce que symbolise parfaitement Jean Coulonval dans son livre Synthèse et Temps Nouveaux, dans « L’œuf et la Poule » : « Une jeune cousine, élevée par les bonnes sœurs, me disaient un jour : ”Pour avoir un œuf il faut une poule et pour avoir un monde il faut un Dieu”. À quoi je répondais : ”Pour avoir une poule il faut aussi un œuf. Tu t’enfermes dans une chaîne de causes et d’effets dont les deux bouts ne se rejoignent pas, et que tu peux allonger à l’infini, sans que ton raisonnement soit valable” ». Notre monde malade actuel fonctionne de cette façon par cette loi de succion : l’évolutionnisme en une course sans fin (ou vers la Super Carotte « fin des temps »). « Pourquoi une ligne aurait-elle une fin, puisque après un pas je peux en faire un autre ? ». Je « progresse », donc je « construis » (Faire/Fer), JE CAPITALISE…

Comme le mineur de Jean Coulonval dans son livre, la Terre était un camembert [syndrome de la « terre-plate »] dont les bords se situaient à l’infini, au non-fini, à l’indéfini. Il ne lui venait pas à l’esprit qu’il fallait lui mettre concrètement un terme. « Il percevait les choses comme un paysan qui veut agrandir son champ, parcelle après parcelle, ‘j’en achèterai une autre, puis une autre, à l’infini’ il n’y a pas de raison que cela s’arrête. Il y a pourtant une raison pour que cela s’arrête : c’est que la Terre est une sphère dont la surface est finie. De la même façon que la ligne, en bouclant sur elle-même pour accomplir le cercle, se transforme d’in-finitude en finitude ; de la même façon que la circonférence est une ligne qui n’a pas de commencement assignable, la sphère est une surface qui n’a pas de centre géométrique assignable. Mais en perdant ce centre, elle réalise la sphère pleine, le volume sphérique, comme la circonférence a concrétisé la surface du cercle. Le diamètre du cercle inscrit dans la sphère peut définir une infinité de pôles. L’opposition polaire A B est identique à l’opposition B A, de sorte que chaque pôle est à la fois lui-même et son contraire.
C’est alors que se pose dans un troisième temps, après la ligne interminable du ver et la surface interminable de mon mineur, l’éternelle question de l’astronomie : « Monde clos ou Univers infini ? ».
On peut considérer la totalité du cosmos comme une collection d’étoiles, comme un total de billes dans le sac d’un gamin. On aurait alors l’analogue de ce qu’est la ligne pour le ver : une collection de pas, de petites distances accumulées, interminable. Ou l’analogie de ce qu’est la Terre pour mon Mineur : une collection de parcelles de terre qui s’ajoutent, indéfiniment. or, le problème du ver est résolu par la circonférence. Le problème de mon Mineur est résolu par la sphère.
Tout le monde dira que mon Mineur était vraiment un crétin, un minus. Et pourtant ! Ceux qui tiennent l’Univers pour un total fini de sphère dans un volume fixe, même s’ils envisagent la possibilité d’ajouter indéfiniment des sphères à des sphères (comme un gamin qui gagne aux billes), même s’ils croient que leur imagination suffit à le faire gonfler, ceux-là ne sont pas moins crétins que mon Mineur ».


LOI DE SUCCION = LA MULTIPLICITÉ OU LA DIVERSITÉ DE L’UNION EUROPÉENNE SOUS LOI DE SUCCION.

- Maharshi : La multiplicité des individus est sujette à controverse pour la plupart des gens. Or, un jīva [âme individuelle] n’est que la lumière réfléchie sur l’ego [voir plus bas l'écho]. L’individu s’identifie avec l’ego et en tire l’argument qu’il doit y avoir d’autres individus comme lui [le social ou le ”vivre ensemble”]. Il est très difficile de le convaincre de l’absurdité de sa position. Un homme, voyant en rêve plusieurs personnes, persiste-il à croire, à son réveil, qu’elles sont réelles et demande-t-il de leurs nouvelles ?
(Cet argument ne semble pas convaincre l’interlocuteur.)
Considérez la lune. Vue sous n’importe quel angle et à n’importe quelle heure, elle n’en demeurera pas moins la même lune. Chacun sait cela. Maintenant, supposez qu’il y ait plusieurs récipients d’eau reflétant la lune. Les images seront toutes différentes de l’un à l’autre, et aussi différentes de la lune elle-même. Si l’un de ces récipients se brise, le reflet disparaît. Sa disparition n’affecte pas la lune véritable ni les reflets des autres récipients. Cet exemple est comparable à l’individu qui atteint la Libération. Lui seul est libéré.
Les défenseurs de la multiplicité utilisent cet argument contre la non-dualité en disant : « Si le Soi est unique et si un seul homme est libéré, cela signifierait que toutes les âmes sont libérées. Or, dans la pratique ce n’est pas le cas. Donc l’advaita (3) n’est pas correct ». La faiblesse de cet argument réside dans la confusion entre la lumière réfléchie du Soi et la lumière originelle du Soi. L’ego, le monde et les individus sont tous dus aux vāsanā [tendances, prédisposition latente du mental faisant l'opinion] de la personne. Quand celles-ci s’épuisent, l’hallucination de la personne disparaît, de la même manière que le reflet de la lune disparaît quand un des récipients est brisé.
Le fait est que le Soi n’est jamais dépendant de quoi que ce soit. Il ne peut donc pas y avoir de Libération pour lui. Tous les ennuis n’existent que pour l’ego.
(Ramana Maharshi, entretien 571 du 10-11-1938).


LOI DE SUCCION = SOUFFRANCE :
« La souffrance est due aux objets. S’ils n’existaient pas, il n’y aurait pas de pensées qui en dépendent [comme la psychose des masques en 2020] et ainsi pas de souffrance. ”Mais comment les objets cesseraient-ils d’exister ?” est alors la question qui se pose. La shruti [Écriture révélée le Véda] et les sages disent que les objets ne sont que des créations mentales. Ils n’ont pas d’existence substantielle. Étudiez la question et vous vous rendrez compte de la véracité de cette affirmation. Vous en conclurez que le monde objectif se trouve dans la conscience subjective.
Ainsi, le Soi est l’unique Réalité qui imprègne et enveloppe toute la manifestation. Et puisqu’il n’y a pas de dualité dans le Soi, aucune pensée ne vient troubler votre paix. C’est la Réalisation du Soi. Le Soi est éternel et il est toujours réalisé ». (Ramana Maharshi entretien 485 du 30-4-1938).

LOI DE SUCCION = COURIR PARTOUT ÇA ET LÀ : « Les gens voient le monde. La perception de celui-ci implique l’existence de celui qui voit et du visible. Les objets vus sont étrangers à celui qui voit. Celui qui voit est intime, car il est le Soi.
Cependant, les gens ne cherchent pas à découvrir celui qui voit dont l’existence est évidente, mais préfèrent courir çà et là et analyser le visible. Plus le mental s’accroît, plus il s’éloigne, rendant la réalisation du Soi difficile et compliquée. L’homme doit voir directement celui qui voit et réaliser le Soi ».
Question : Cela revient à faire la synthèse de tous les phénomènes et à découvrir la seule Réalité sous-jacente [comme font tous les voyeurs, les Pour-Voir, qui voudraient additionner toutes les vérités qu’ils récoltent un peu partout pour en former une grosse qui seraient selon eux LA vérité].
Maharshi : Pourquoi prenez-vous encore les phénomènes en considération ? Cherchez qui est celui qui les voit. Établir une synthèse signifie engager le mental dans d’autres poursuites [phénomène de la ligne droite et du camembert décrit plus haut]. Ce n’est pas la voie vers la Réalisation.
(Ramana Maharshi, entretien 427 du 12-6-1937).

LOI DE SUCCION = LA CLEF ET LA PORTE ou LA CAUSE ET L’EFFET, LA SERRURE ET LE VOLEUR :
La Parabole des Neuf Clés :
« Vous êtes si jobards, mes petits agneaux, que quand vous trouvez une clef, il vous faut sa porte, et quand vous trouvez une porte, sa clef.
Et le monde est si peu contrariant que toute porte a sa clef, et toute clef sa porte.
Le monde, mes petits agneaux, n'est qu'un labyrinthe de portes ouvertes qui font semblant d'être fermées.
Si vous voulez vous y perdre, ne vous gênez pas, surtout. Voici la recette : on ne lâche pas sa clef, et on ouvre, on ouvre.
La porte dont je parle, sachez-le, n'est visible qu'ouverte et, pour l'ouvrir, il faut, je ne dis pas trois, mais bien trois fois trois clefs. Pas six, ni huit, mais Neuf.
Tant que vous n'aurez pas la neuvième, les huit autres n'ouvriront rien, et l'on vous tiendra pour fou. On dira : « Voyez le fou avec ses clefs ! »
Puis vous trouverez la neuvième. Alors, ayant franchi la porte, épargnez-vous de revenir pour crier : « J'ai trouvé ! J'ai trouvé ! »
Car, dans la Porte Invisible, nul ne vous verra plus, et votre cri sera muet.
Epargnez-vous de revenir ».
(Aimé Michel, Le Mysticisme, l'Homme Intérieur et l'Ineffable - 1973). Aimé Michel fut LE grand correspond de Jean Coulonval, dont il a fait la préface de son livre recueil de 52 lettres à diverses personnalités (dont Eugène Ionesco, Arthur Koestler, et d’autres comme Gitta Mallasz, Raymond Abellio, Gaston Bardet, etc.) : Synthèse et Temps Nouveaux.

La chose dans l’absolu est le SILENCE : si elle vient à parler, elle devient fausse puisque le Vrai devient faux dès qu’il est vu ou entendu. Ce faux de la chose sera son REFLET, son OMBRE, une CHOSE ÉTRANGÈRE À ELLE-MÊME ; une projection comme les images d’un film ou autres sur l’écran de cinéma ou d’ordinateur. « Je est un autre » dit Rimbaud, comme si le social, l’autre, était nécessaire pour sa survie ici-bas…. Encore la Loi de succion : le désir de, l’attraction, mot très parlant de nos jours de prétendue « liberté »…. aussi parlant que l’UTOPIE (de ou-topos : non-lieu). Monde des mirages à saisir, à sucer… comme des glaces ou des miroirs aux alouettes….. Miroir aux alouettes parce que l’ÉCHO (sonne proche de ego) est certes 'mon' le mien, mais par déphasage je traîne un peu à m’y reconnaître, comme on est toujours surpris d’entendre sa propre voix dans un enregistrement. Il y a dans l’écho que vous renvoie votre parole, quelque chose qui non seulement n’y répond pas mais évoque une parole AUTRE (un peu effrayante, comme dans le cas de la transcommunication instrumentale (TCI) par caméra vidéo et écran de téléviseur, méthode Schreiber). C’est-à-dire que le TCI et l’écho, contrairement à l’ombre et aux reflets, sont capables de nous orienter dans des directions imprévisibles et étrangères à notre propre Nature, en apparence…

L’analogie est aussi dans la Loi de succion mais sous forme de l’Éveil : aucune explication possible, donc pas de saisie car c’est introuvable : le symbole n’est jamais fixe, jamais possédé par quiconque car il est à toujours a déchiffrer à nouveau, comme une source inépuisable, de même qu’une partition musicale n’est jamais chiffrée une fois pour toutes, mais appelle une mise en mouvement toujours nouvelle à chaque audition, comme la lecture d’un livre n’est jamais la même mais toujours une source inépuisable. En un sens très prudent, on a un « vas-y voir ! » positif…

SUCCION est du même Thème que succession (temporalité) ou samsara.
CENTRIPÈTE est seulement une application malheureuse de la Loi de succion : on tend vers quelque chose comme on tend un arc pour atteindre un but, ou que l’on se forge une clef pour ouvrir une porte…


RIEN N’EST OBLIGATOIRE DANS LA VIE, SURTOUT DANS CETTE MODE ÉGOÏSTE INVERSÉE DU « VOUS ET VOS PROCHES » et des « PLUS JAMAIS ÇA » (plus jamais de virus ou de covid-19 des gens des ”Plus ça change et plus c'est la même chose”) comme les promoteurs et vendeurs de vaccins sous la Loi de succion, donc dans la racine du mal, celle de la Passion, de la maladie. Le social et sa psychose de l’hygiénisme visant à se « sauver la vie » est une monstruosité d’égoïsme au même titre que lors d’un incendie dont les issu(e)s sont incertaines : la survie égoïste instinctive fera que les gens se piétinent les uns sur les autres pour égoïstement « sauver » leur misérable vie de ‘je’ consommateur, qui ne peut que rapporter du fric/flic à certains marchands plus dévoreurs que d’autres.
RIEN N’EST OBLIGATOIRE ICI-BAS, pas même l’ego, surtout pas l’ego !

L’anti Loi de succion étant L’INTROUVABLE, soit LA LIMITE DE CHAQUE INSTANT OU DE CHAQUE ICI ET MAINTENANT, la substance absolue des choses n’est PAS VIDE, ÉTANT LE ZÉRO INDIEN : comme on peut le « voir », on va le qualifier de « réel », par le principe de la Loi de succion et de son Pour-Voir. Ce « réel » est ainsi une LIMITE parce qu’il est impossible d’aller plus loin OU DE SUCER PLUS LOIN. Paradoxe !
« LIMITE DU RÉEL » est un autre nom pour supprimer la Loi de succion, Limite où ESSENCE (la Vraie Nature ou Nature première atemporelle, originelle).
Pas de Loi de succion parce que les ÊTRES ne sonnent pas comme l’airain : ils sont dépourvus de soi, pas de succion, et que tous les sons des bronze et des airains ne sont que des ÉCHOS, et que tous les noms-les-formes sont pareilles à des reflets de la Lune dans des flaques d’eau, comme décrit plus haut, et comme décrit dans le Yoga Vasistha.




Notes.
1. Bronze et airain : métal symbole de force militaire, donc force étatique. Bronze = son : les cloches faites en bronze. Bronze = puissance : les excréments en radiesthésie vibrent comme l’Or métal.
L’airain sonne comme air R, un métal très sonore, comme la voix, comme le canon, comme la cloche, donc puissance, renommée ou « mettre en lumière » et démesure en dualité winner-loser ; là encore on touche à la Loi de succion, notamment à celle des actuels Juifs Google et transhumanistes avec leur « Homme augmenté », modernité de la race de bronze créée par Zeus père des Dieux et décrite par Hésiode. Airain : métal sacré depuis l’antiquité jusqu’au bouddhisme et au christianisme. Chez les Hébreux le serpent d’Airain surmonte les étendards (Nombres 21, 9). Duel et ambivalent aussi est le symbole contenu dans la légende de la Biche au pied d’airain. De toutes façons TOUT SYMBOLE EST BIPOLAIRE, À DEUX FACES, comme « l’autre face de Dieu [l’argent] », de Jacques Attali…

2. CRÉER UN BESOIN : les frères Abraham et Simon Oppenheim déclaraient ceci en 1840 : « Vendre une perle que vous avez à quelqu’un qui en a envie, ce n’est pas faire des affaires ; mais vendre une perle que vous n’avez pas à quelqu’un qui n’en veut pas, voilà ce qui s’appelle faire des affaires ». (Réf. page 451 du livre de Jacques Attali : Les Juifs, le monde et l’argent). INVENTION DES BESOINS ET DU POUVOIR D’ACHAT EN APPLICATION ABSOLUE DE LA LOI DE SUCCION OU TR-INQ יְנִיקָה. L’industrie de l’entertainment de Hollywood est un gros morceau de cette Loi de succion.

3. Advaita : la pensée non-dualiste, le système philosophique du Vedanta, seul le Soi existe, la diversité n’est qu’une illusion résultat de l’ignorance.

 
non-succion.png 
 
 

Dernière mise à jour : 15-07-2020 01:41

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >