Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Excréments, Colon, Loi de Succion
Excréments, Colon, Loi de Succion Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 08-09-2020 01:20

Pages vues : 124    

Favoris : 16

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Adam, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Blanc, Bombes, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Clown, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Fléau, Foi, Forêt, Gratuit, Grégaire, Guerre, Haine, Humain, Histoire, Information, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Jehovah, Juif, Karma, Langage, Langue, Liberté, Logique, Masque, Matrice, Méditation, Mental, Messianisme, Montagne, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Noir, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Porte, Pouvoir, Privilège, Race, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Virus, Viscères, washingtonisme, Westinghousé, Yokaï

 
renard26.jpg
 
 
Excréments, Colon, Loi de Succion
de là ne pouvait que surgir la
COLONISATION : le Dieu de tribus Yahvé
FABRIQUE UN BESOIN, UNE DÉSIR CONTRE
ARGENT SI « SON PEUPLE » RESPECT SES
VOLONTÉS.
Le Dieu Yahvé CHOISIT un peuple comme vous
choisissez la couleur de votre caleçon au
supermarché. Contre paiement, une « terre
promise », création d’un besoin, vous avez la
CAROTTE ou messianisme pour vous faire
marcher comme la pub ou la politique
fait marcher le client et l’électeur.
 
 
COLON, COLONIE, COLONISATEUR, INTESTINS, EXCRÉMENTS = MÊME THÈME DE L’ÉNERGIE ET DE L’Or : LE POUVOIR. Quand un peuple en colonise un autre c’est qu’il a le pouvoir sur eux : il les colonise comme un parasite colonise nôtre organisme faisant que, sans masque ou avec masque de la fiction covid-19 c’est toujours la COLONISATION UNIVERSELLE DANS LE SAMSARA (cycle des naissances et des morts, monde des phénomènes).

COLONISATION : « Ce qui est bon pour nous est bon pour vous » (la même soupe pour tous).
COLONIALISME = LA FORCE PRIME LE DROIT. (PIPER LES PEUPLES, les tromper comme à ce hui tous pouvoirs étatiques et capitalistes trompent les masses).

EXCRÉMENTS = LA SYNTHÈSE DE CELUI QUI MANGE, et qui sort par le trou du cul : l’excrément est considéré comme chargé d’une partie importante de la force vitale de celui, humain ou animal, qui l’a chié. C’est comme la synthèse de l’individu ; de là son pouvoir vitalisant qui explique l’utilisation fréquente d’excrément dans la médecine traditionnelle de nombreux peuples (à y associer l’urine [urinothérapie, impossible dans notre société moderne à cause de la chimie des aliments contenants des nombreux produits pharmaceutiques et la chimie agricole qui se retrouve dans les eaux, les fruits et légumes])
Rituellement la coprophagie se substitue à la divinité capable de régénérer les forces originelles de l’être et de ses nourritures contenues dans ses excréments. Évidemment dans la colonisation et dans l’Ancien Testament il n’est est rien puisqu’IL S’AGIT DU CONTRAIRE : L’EXTÉRIEUR, ON MANGE, ON VOLE, ON S’APPROPRIE L’EXTÉRIEUR QUI NE VOUS APPARTIENT PAS : cas actuel de la Palestine occupée, et ancienne cas du Pays de Canaan.

Excréments rejoint FERMENTATION ET PUTRÉFACTION : plus les déchets sont fermentés et plein de vers, plus ils possèdent de force et sont prisés (les mouches, le vautours le savent bien…), car c’est LA PREUVE de leur énergie : les excréments doivent « cuire » dans leur Feu intérieur…
Dans le même Thème universel de la Putréfaction, de nombreux mythes amérindiens font de la charogne ou du cadavre putréfié le CREUSET, LA MATRICE, LA FONTAINE OÙ NAIT LA VIE. Avec le killer Louis Pasteur et la dictature de l’hygiénisme liée à celle du sécuritaire et du confort technologique utilitaire ce Thème semble détruit depuis près de deux siècles maintenant…
ADAM POURRAIT BIEN ÊTRE UN VER ÉCLOS DE CADAVRES DE VOYAGEURS EXTRATERRESTRES, LESQUELS FORMAIENT L’HUMANITÉ DU PRÉCÉDENT UNIVERS AVANT SON EFFONDREMENT CYCLIQUE.
OU BIEN ADAM ÉTAIT UN CHAMPIGNON QUI, LUI AUSSI, ÉCLOT SUR UN MILIEU EN PUTRÉFACTION ORGANIQUE NATURELLE. Ainsi chez un peuple de Sibérie, l’âme humain au moment de la mort s’envole vers la lune sous forme de papillon, pour se réincarner sur Terre sous la forme d’un champignon.

FÈCES. FESSES [MERDAS] ou Excréments [CHIER]
Dépôt d’impuretés, ou excréments. Sur un tas de Merde on peut trouver bien des richesses/engrais.
Impuretés : par exemple en les mélangeant à une poudre métallique, les fèces s’attachent aux parties les plus grossières de cette poudre et les retiennent avec elles au fond du récipient.

CHIER (1250) : Faire ses besoins, ou se vider le ventre, faire CACARE.
AISANCE : cabinet d’aisances. L’aisance de la richesse matérielle (l’Or !) La bourse.
La « commodité », le contraire de gène ! ! ! ou d'être dans le besoin !
En Chine, il y a la Déesse de la Fosse d’Aisance ou troisième Dame de la Fosse d’Aisance, Kengsangu. (D’après Henri Maspéro : Essais sur le Taoïsme).

COLONISATION, LOI DE SUCCION = MANGER, SUCCER, SAISIR, S’APPROPRIER, DÉ-COUVRIR. L’Ancien Testament et son Dieu est à fond dans la Loi de succion.
Le Dieu de l’Ancien Testament est un VENDEUR qui PROMET à des CLIENTS suivant le principe de la CAROTTE pour faire avancer l’âne. Si la Carotte est mangée, le moteur est cassé. Le colonialisme est donc une forme de messianisme POLITIQUE.
COLONISATION = DÔME, DOMINER.
DÔME : de l’italien duomo, du latin de religion chrétienne : domus (maison de Dieu). Évidemment ça a été détourné au profit des États cancérisés par le pouvoir qui voulurent « DOMINER » les autres sous prétexte de les « civiliser ». Dôme, coupole genre voûte céleste… Dôme, de l’ancien occitan doma, du latin d’origine grecque doma (toiture), famille étymologique : Dame (le réconfort, la protection) ; la voûte, de feuillage, la montagne peu élevée et arrondie.
Le premier sens : duomo allait donner DOMESTICATION : asservir, soumettre l’esclave : « ils se soumirent les peuples avoisinants, qu'ils domestiquèrent » (Daniel-Rops) ; le sauvage ; aussi apprivoiser une espèce animal, comme le cheval : dompter. Tout cela participe de la colonisation.

COLONISATION = « SOYONS FRÈRES OU JE T’ASSOMME », dogme des sectes protestantes de Cromwell et utilitaristes et possessives. C’est-à-dire qu’il y a ceux qui n’aiment pas assez leur prochain, et ceux qui l’aiment trop (ceux qui en veulent surtout aux biens et aux terres des autres).

RAPPEL : JEHOVAH (Je suis) se détecte comme IE (en ancien français le verbe être au passé : Il fut), et le futur EVE (ova : O pour Origine et aller, projection, rayonnement, aussi forme de messianisme). IE est l’antérieur, une Pierre sur un socle (Apocalypse 4, 9-11) ; le second est un livre scellé, c’est la VIERGE. La réunion des deux faces latentes forme la non-dualité. Activé par l’AGNEAU (Instant et Igné-Inné et Connaissance) : ouverture du livre, ou pénétrer dans le TROU, voir le TROU (Trouvère) instante la mort dans le spatio-temporel : Le moment où j’écris et où je parle n’est déjà plus de ce monde spatio-temporel. Ainsi, QUAND L’ENCRE EST SÉCHÉE, L’ENSEIGNEMENT OU LA LOI DEVIENT FAUSSE (elle n’est plus dans l’Instant : le Vrai cesse d’être vrai dès qu’il est vu). INVENTER LE TEMPS C’EST INVENTER LA NAISSANCE ET LA MORT.

Le TROU ou LUNEL : « lit en elle » : « au lit en elle » (des tombeaux de la Renaissance, déjà grosse de 1789, représentent une femme lisant dans son lit), le Retournement de la lumière ou le Qui qui suis-je ? C’est JEHOVAH, le Vrai, le « Je suis ce JE SUIS ».

Nous sommes des colonisés de la société de consommation dôme-innée (connectée) par le capitalisme.


2020 = IDOLÂTRIE de l’extérieur pire que celle dénoncée par les Hébreux envahissant et colonisant le Pays de Canaan.

Depuis près de 2000 ans le christianisme MAL COMPRIS fait ses ravages : l’exigence de l’imitation du Christ (imitatio Christi), c’est-à-dire la singerie de la Réalisation du Soi ou Retournement de la Lumière ; alors que le sens de Christ devrait signifier le « QUI SUIS-JE ? », DEVRAIT tendre au développement et à l’exaltation de l’être humain INTÉRIEUR EN CHACUN. Mais en triste réalité, cette imitation qui ne peut en être une, cette Réalisation du Christ, CETTE RÉALISATION DE LA PIERRE, est ravalée au rang d’objet digne de l’actuel pouvoir d’achat, objet EXTÉRIEUR devenu UNE POLITIQUE, UNE MORALE À FABRIQUER DU SOCIAL AVANT LA RÉPUBLIQUE DE 1789, EST DEVENU LE CULTE PAR LA CROYANCE EN CETTE COUVERTURE SOCIALE, CE SUPERFICIEL ENCLIN AU FORMALISME MÉCANIQUE, GRÉGAIRE, SOCIAL ; ET C’EST PRÉCISÉMENT L’ADORATION QUI LUI EST ACCORDÉE EN TANT QU’OBJET QUI EMPÊCHE CETTE IMITATION, QUI N’EN EST PAS UNE, CETTE RÉALISATION D’AGIR DANS LA PROFONDEUR DU CŒUR ET DE TRANSFORMER CE DERNIER EN LA TOTALITÉ CORRESPONDANT À L’EXEMPLE DE SA VRAIE NATURE.
DE CE FAIT, LE SEL OU SCELLE DIVIN N’EST PLUS QU’UNE IMAGE HOLLYWOODIENNE EXTÉRIEURE, TANDIS QUE L’ÊTRE HUMAIN RESTE DIVISÉ, UN FRAGMENT DE PETITS BOUTS DE MACHINS (les citoyens, les dividus) CAR IL N’EST PAS TEINT DANS SA NATURE LA PLUS AUTHENTIQUE.

La conception tragique et erronée d’une imitation exclusivement extérieure du Christ a été favorisée et continue de l’être par un préjugé européen qui distingue l’attitude occidentale de l’orientale, c’est très visible dans l’histoire de la colonisation et sa dualité sauvage-civilisé : l’Occidental par essence se dit « civilisé » et veut l’imposer à toute sa planète. L’Occidental est fasciné par une infinité de choses aussi il était facile de lui imposer, de le coloniser au capitalisme juif, parce que l’Occidental est fasciné et manipulé par le ‘moi’ grecque, le particulier, l’individu (le dividu) et est PRISONNIER DES OBJETS, DES CHOSES, DONC DES MARCHANDISES,  de ce fait il est inconscient de sa Vraie Nature.
L’Oriental au contraire, le « sauvage », ressent le monde des objets, du particulier, et même de son ‘moi’, comme un rêve ; il est de ce fait enraciné de façon essentielle dans le QUI SUIS-JE ? lequel l’attire si puissamment que son appartenance au monde matérialiste s’en trouve amoindrie puisque réduite, dans une mesure qui semble totalement incompréhensible à l’Occidental ou « civilisé ». L’attitude de l’Occidental axée sur l’objet, sur l’extérieur, a tendance à situer l’Origine christique dans son aspect objectif, utilitaire, politique et moral, et à le priver ainsi de sa racine secrète ou mystérieuse avec son naturel Soi. Cette opinion, cette idée fabriquée amène par exemple le protestant à interpréter le sens de la Dimension absolue, qui se rapporte à la Félicité, au Soi, comme « parmi vous », au lieu de « EN VOUS » (« Le Royaume des Cieux est en vous », et sans condition c’est GRATUIT, là où EST la Jouissance du Suprême, de l’Infini). Le Royaume des Cieux est EN VOUS, et non « parmi vous ».

Si le Christ, terme générique pour signifier « Félicité », « Libération » ou Soi, s’est « chargé des péchés du monde », c’est parce que cela correspond à la COMPASSION de l’hindouisme. Les péchés correspondent à la SOUFFRANCE, laquelle est si rémunératrice pour le capitalisme actuel… Et qu’il est tellement commode et tout confort de rejeter littéralement ses propres problèmes sur le Christ et ainsi d’échapper à la Réalisation du Soi comme de nos jours la dualité vendeur-client ou spécialiste-amateur, etc., soit échapper à ses propres responsabilités les plus profondes, ce qui est en totale contradiction et avec la compassion et avec le christianisme originel.
Ce formalisme et ce relâchement ne furent pas seulement une des causes à la Renaissance de la Réforme : ils ont aussi substitué à l’intérieur du protestantisme. Si la valeur suprême (le Christ en la forme absolue de compréhension du « Qui suis-je ? ») et son contraire la non-valeur : le péché, sont à l’extérieur, le mental est comme « vide » : il lui manque ce qu’il y a de plus élevé, le Soi mais aussi ce qu’il y a de plus bas ! Bref, il lui manque le ‘Je’ et le ‘je’, l'un ne va pas sans l'autre.
L’attitude orientale et surtout indienne est complètement à l’opposé : tout ce qu’il y a de plus élevé et de plus bas EST LE SUJET TRANSCENDANTAL. De ce fait, la signification du Soi ou Félicité, s’accroît par-delà toute limite, sens du Zéro indien, alors que chez l’Occidental, au contraire, la valeur du Soi est ignorée, puisqu’il parle de « laïcité ». C’est de là que provient l’état de loser du Soi QUI EST GÉNÉRAL EN OCCIDENT ET DANS LES PAYS SOUS COLONISATION RÉPUBLICAINE ET CAPITALISTE (maintenant la totalité de cette planète).

En Occident quiconque parle du Soi ou du Divin se voit qualifié de « c’est dans la tête, ça n’existe pas », laïcité oblige, C’EST DANS LA TÊTE, au sens utilitaire de « c’est une réaction électro-chimique qui se passe dans le cerveau ». Penser qu’un vécu religieux est un processus physico-chimique frise le blasphème autorisé et encouragé en France, car on opinione : un tel vécu « n’est pas que psychologique ». Le psychisme n’est que « matériel », localisé sous une boîte crânienne et, par conséquent, beaucoup de gens en laïcité disent que rien de spirituel ou de divin ne peut en provenir. En même temps, de tels laïcités n’hésitent pas un seul Instant à faire découler toutes les religions - à l’exception de la leur (le tout connecté), de leur croyance moralo-politique - de la nature du mental. Bref, l’Occidental laïcisé dira facilement du Divin : « ce n’est que psychique », entendre, ce n’est qu’une opinion comme une autre, le Soi n’existe pas, par contre les objets (à acheter) existent…. Le Soi semble tellement insignifiant qu’on a peine à l’estimer capable de quoi que ce soit, en mal comme en bien, puisque seule la dualité CAUSE-EFFET compte pour l’Occidental.

Les motivations décisives, intérêts et impulsions déterminantes de l’Occidental laïcisé ne proviennent en aucune façon de la Dimension absolue du Christ, mais DE L’INCONSCIENT COLLECTIF DE CETTE CONSCIENCE CONCEPTUALISANTE ET SOUS DÉVELOPPÉE QUI DEMEURE INFÉRIEURE À CELLE DES « SAUVAGES » ET DES PAÏENS.
Non seulement la vie individuelle, mais aussi la somme des vies des dividus ou citoyens urbanisés prouve la vérité de l’affirmation précédente. Les grands événements de notre monde, tels que l’humain les conçoit et les exécute, ne respirent pas la dimension christique, mais celle des PIRES QUE LES SAUVAGES que ces civilisés dénoncent : LES CIVILISÉS SONT PIRES QUE DES ANIMAUX, PARCE C’EST LA CIVILISATION CHRÉTIENNE QUI DEVAIT APPORTER À LA PLANÈTE SA LIBÉRATION, OR ELLE N’A APPORTÉ QUE LE CAPITALISME À L’ÉCHELLE PLANÉTAIRE À UN DEGRÉ TERRIFIANT : UNE COUVERTURE, UN MASQUE COVID DESTRUCTEUR MÊME PAS APOCALYTIQUE AU SENS RE-NAISSANCE OU PUTRÉFACTION : L’ÊTRE HUMAIN INTÉRIEUR EST RESTÉ INCHANGÉ INTÉRIEUREMENT ET DONC EST DEVENU PIRE QUE LE MOINDRE ANIMAL, QUE L’HUMAIN MANGE…..

L’état de la conscience que l’humain professe, sa « responsabilité », ne correspond pas à ce qui reste seulement SA CROYANCE. Le développement du Chrétien qui formera ce qu’à ce hui Nous nommeront « Europe » n’est pas allé de pair avec son évolution extérieure. Extérieurement, tout est en eyes candy, comme sa démocratie, son capitalisme et sa république de 1789 ; MAIS TOUT CELA FAIT DÉFAUT AU-DEDANS, PUISQUE UNIQUEMENT MATÉRIELLEMENT TOUT DEVIENT VIRTUEL, ARTIFICIEL, INTERNET DES OBJETS CONNECTÉS COMME UNE RELIGION (5G) LE DEDANS LE DEVIENT AUSSI ET DEVIENT MÊME COMPLÈTEMENT INEXISTANT, D’OÙ L’ÉTAT EN DEVENIR DE ZOMBI DE L’ÊTRE HUMAIN ACTUEL.

RIEN N’EST À L’EXTÉRIEUR : « On y parvient [à intérioriser le mental] par la pratique et par l’absence de passion ; le succès ne vient que graduellement. Le mental est comme une vache qui a été si longtemps habituée à paître subrepticement sur les prairies d’autrui [les opinions publiques ou l’inconscient collectif] qu’on parvient difficilement à la garder dans son étable. On a beau lui offrir les herbes les plus savoureuses, les fourrages les plus fins, elle les refuse dans un premier temps ; puis elle en prend un peu ; mais ses tendances innées la reprennent ; et elle s’échappe ; mais à force d’être appâtée par son propriétaire, elle finit par s’habituer à son étable et finalement, même si on ne l’attache pas, elle ne s’en échappe plus. Il en va de même pour le mental.
Celui-ci, une fois son bonheur intérieur découvert, ne s’en ira plus vagabonder à l’extérieur ». Ramana Maharshi, entretien 213 du 20-6-1936.


« Le siège de la Réalisation est à l’intérieur et le chercheur ne peut pas le trouver comme un objet, extérieur à lui. Ce siège est la Félicité, le centre de tous les êtres. C’est pourquoi on l’appelle le Coeur. Le seul but utile de cette naissance présente est de se tourner vers l’intérieur et de le réaliser. Il n’y a rien d’autre à faire ». Entretien 219 du 30-6-1936.
« Les tendances (péchés) brûleront d’elle-mêmes si seulement vous restez ce que vous êtes véritablement » dit le Maharshi à l’entretien 219.
« Le détachement est pratiqué afin d’empêcher le mental de se projeter vers l’extérieur ; la pratique, elle, a pour but de le maintenir à l’intérieur. Il y a constamment lutte entre contrôle et contemplation à l’intérieur de nous. C’est la contemplation qui, en temps voulu, triomphera ». Entretien 220 du 1-7-1936.


 
 

Dernière mise à jour : 08-09-2020 02:23

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >