Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Quand allons-nous sortir de la dualité
Quand allons-nous sortir de la dualité Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 10-09-2020 20:25

Pages vues : 131    

Favoris : 17

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Adam, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Blanc, Bombes, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Clown, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Fléau, Foi, Forêt, Gratuit, Grégaire, Guerre, Haine, Humain, Histoire, Information, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Jehovah, Juif, Karma, Langage, Langue, Liberté, Logique, Masque, Matrice, Méditation, Mental, Messianisme, Montagne, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Noir, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Porte, Pouvoir, Privilège, Race, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Virus, Viscères, washingtonisme, Westinghousé, Yokaï

 
anim_fond_point.gif
 
 
Quand allons-nous sortir de la dualité
des « mauvaises pensées » ?
(qui conduisent certains devant un tribunal
de l’inquisition, toujours active en 2020,
en France notamment : ne pas croire aux
« gas chambers » est une « mauvaise pensée »
passible de l’excommunication financière ;
par contre, caricaturer un prophète sur un
SUPPORT LIÉ AU CAPITALISME ce serait une
« bonne pensée » appelée « droit au blasphème »,
conformément à cette civilisation occidentale
qui n’a que des droits mais jamais des
devoirs que ça ferait trop Ancien régime.
Nier les gas chambers, c’est un blasphème, il
y a donc blasphème suivant l’âge du capitaine.
Notez que tout ça entre dans la
dimension de l’inconscient collectif,
mais pas dans la Vraie Liberté).
 
Tout objet ou concept qui incarne le sacré,
comme les gas chambers, ou les caricatures,
sont CONTRADICTOIRES et COMPLÉMENTAIRES :
DÉSIR-RÉPULSION, AMOUR-HAINE…
Concept ou objet est le siège d’une même
ambivalence inhérente à la dualité pur-impur,
bons-méchants, reflétée dés le berceau de
l’humain du Néolithique et de l’Agriculture :
l’être schizophrène, schize, dividu-divisé,
LA FRUSTRATION IMPOSÉE AU NOURRISSON ÉMERGEANT
DE L’EAU PRIMORDIALE, TERRIBLE TRAUMATISME DE
LA NAISSANCE AVANT LE MÊME TRAUMATISME DE LA MORT.

Il n’y a pas de « mauvaises » ou de bonnes
« pensées », TOUTES PENSÉES EST KILLER.
AINSI QUAND ALLONS-NOUS SORTIR DE LA
DUALITÉ PUR-IMPUR QUI FAIT TANT DE DÉGATS
surtout à cause de ceux qui font
des lois là-dessus ?


Dualité PUR-IMPUR = SANTÉ-MALADIE/MORT = RELIGIONS ET SECTES
Vrai-faux = même problème.
Pur-impur = différences = opinions fictives : tout ce qui différencie les
réalités des irréalités n’est qu’opinions fictives.



Le capitalisme est devenu « socialiste mondialiste », et est devenu UNE IDÉE, UNE OPINION, DU VIRTUEL : SA VALEUR SOUS FORME DE JEHOVAH DU JE SUIS CE JE SUIS. Ça y est, « l’autre face de Dieu » devient maintenant « visible », le capitalisme n’a même plus besoin des masses et de leur « pouvoir d’achat », tout étant devenu, presque, fictif : le capitalisme est comme passé d’une pensée sur les choses à une pensée sur les représentations ou fictions des choses, soit à une pensée sur la pensée, rien que du virtuel cher aux Juifs Google qui rêve de mettre ça dans une puce informatique.
La phase supérieur du capitalisme est son VIGNETTAGE en forme de Big Brother mélangé de fausses nouvelles et de terrorisme fabriqué, de manipulation par la peur « sanitaire et hygiéniste » et la propagande du politisme tout azimut comme Nous pouvons l’entendre sur une radio d’État comme France-info.
Tout cela n’a pu se fabriquer qu’avec les concours des masses conformément une fois de plus grâce à l’écriture et à la lecture ayant joué un rôle suprême dans le fait que Nous sommes passés d’une pensée sur les choses à une pensée sur la fiction des choses, donc à une pensée sur la pensée.
Nôtre conception du monde, de la Réalité, EST DEVENUE VIRTUEL PAR L’INVENTION DU MONDE SUR LE PAPIER À PARTIR DE LA RENAISSANCE EN OCCIDENT PRINCIPALEMENT.

MAIS AUCUNE CRAINTE, L’ÊTRE est toujours là, et c’est Lui qui fait peur au capitalisme encore prisonnier, malgré son winnerisme dans le virtuel, de la dualité du pur-impur.

Dualité PUR-IMPUR = SANTÉ-MALADIE/MORT = RELIGIONS ET SECTES.
Il n’existe pas de « isme » ou système religieux-politique où la dualité pur-impur ne joue un rôle fondamental, surtout avant 1789. Le concept de « sacré » entre dans cette catégorie et depuis 1789 où tout semble se banaliser jusqu'à la violence la plus extrême au nom de « l’égalité » ravale le impur au rang des croyances, MAIS PAS TANT QUE ÇA PUISQUE ÇA RESSURGIT QUASIMENT « EN PLEINE GUEULE » AVEC LA FICTION DU COVID-19 où cette dualité pur-impur n’a jamais été aussi présente depuis le 19è siècle hygiéniste, quand régnait l’ordre sexuel bourgeois avec ses interdits et dans ses répulsions, dans tout ce qui correspondait aux exigences de la RAISON chère aux encyclopédistes tueurs de Chrétiens. Car c’est bien après 1789 tout au long du 19è siècle, et même ça transparaît chez Victor Hugo dans ses Misérables, que les bourgeois hygiénistes spécialistes de l’hygiène excrémentielle faisant dans la mode du sociale pour s’attacher au problème de « la santé publique », sont tombés au niveau d’une MYSTIQUE DU BIEN-ÊTRE SOCIAL, COMME EN 2020 AVEC LE COVID-19, C’EST LA MÊME MYSTIQUE DU WINNERISME DE CETTE BOURGEOISIE CONQUÉRANTE ARRIVÉE WINNER EN 1789, TOUT EN S’EFFORÇANT DE REDRESSER SON MÉPRIS POUR LES BESOINS ÉLÉMENTAIRES QU’ELLE CONSIDÉRAIT COMME DES ENTRAVES À SON PROJET PRODUCTIVISTE.

Avant 1789 c’est l’Église de Rome que jetait l’anathème dès qu’il était question de « satisfaire le corps », et ça explique pourquoi le 19è siècle s’est terminé, en France, seulement dans les années 1960.
Le « confort de la miction et de la défécation » est directement lié aux valeurs de nôtre société, on le voit sous Covid-19, où ce social tente de repousser le spirituel dans une forme de plus en plus elle aussi virtuelle : la laïcité, afin de pouvoir se vautrer dans un gamme de plaisirs divers en évolution permanente.
Le bourgeois de 1789 et du CAC 40 est le même : IL A PEUR DU NATUREL, LA NATURE POUR LUI C’EST IMPUR, SALE ; IDEM AVEC LA NOTION DE « TERRORISME ».


Comme pour le mot « liberté », en inventant le mot « pur » il ne pouvait qu’engendrer son contraire.
PUR : sans tâche, net, SANS PÉCHÉ, lavé, blanc comme l’Instant.
IMPUR : ce qui dérange, comme les « mauvaises herbes » les microbes et les terroristes tous fabriqués par l’humain en son mental.
IMPUR = CE QUI S’OPPOSE, CE QUI RÉSISTE, CE QUI PÉNÈTRE SANS QUE L’ON S’Y ATTENDE, COMME PÉNÈTRE LA MALADIE. ALORS IL FAUT « GUÉRIR », « PURIFIER » SYNONYME DE SANTÉ OU « ENDIEUSEMENT » (Dieu, religion).
Impur = ce qui engendre le DÉGOÛT, comme l’odeur du cadavre et de sa PUTRÉFACTION, Nous rappelant Nôtre propre finitude, notre destin dès que Nous sommes nés. La phobie du cadavre est répandue chez l’humain, surtout celui de 2020 sous fiction covid-19 !

Les sécrétions sexuelles, l’acte sexuel, sont à la fois souillure et mort, pureté et vie, agent de contamination « infectieuse » et agent « bactériologique » (antibiotique). Chez certains peuples les rituels de purification de la naissance sont aussi très proches de ceux de la mort…

VRAI-FAUX = DOIVENT AVOIR LE MÊME VISAGE DE LA PURETÉ ÉTERNELLE, L’INSTANT.
La dimension absolue n’est pas duelle. Mental et objet provenant du mental ne peuvent qu’être ILLUSOIRES, ce qui donne du mou à tous les Juifs commerçants capitalistes et Google… puis toutes les dimensions d’objets naissent illusoirement de la sagesse illusoire aussi.
Dès qu’il n’y a plus d’erreur sur la nature véritable des objets, la tyrannie de l’opinion se ramène à une seule dimension absolue en tant que Zéro indien ou « Faits du Soi ».

Dans la non-dualité toutes choses sont immaculées. LA DUALITÉ PUR-IMPUR NE PEUT EXISTER QUE PAR L’EFFET DU MENTAL ENCOMBRÉ DE PENSÉES. En d’autres termes, pur et impur sont étrangers à la Grande Sagesse ou Félicité.

IL N’EXISTE PAS DE LAÏCITÉ PUISQUE L’ÊTRE HUMAIN ACTUEL VIT DANS UN MILIEU BIPOLAIRE, COMME SON INFORMATIQUE BINAIRE, CELUI DE L’EXALTATION DE LA VIE SOUS TOUTES SES FORMES ET CELUI DE LA TERREUR DE LA SOUILLURE-MALADIE ET LA MORT. Entre des deux existe une marge plus ou moins infiniment fine où il lui est permis de penser et d’agir sans passion ni angoisse : le DOMAINE DU PROFANE ou LAÏCITÉ qui s’oppose à celui du SACRÉ qui précède. Ces deux dimensions s’interpénètrent, se supposent et s’excluent à la fois. Elles constituent une absolue « donnée immédiate de la conscience conceptualisante ». Elles sont une forme sensible de l’instinct qui prend conscience de lui-même ; un ressenti de cette puissance énergétique qui anime le « dedans » de la matière dite « inanimée » et qui se met à vibrer en accord ou en opposition de phases avec le « dedans » de ce qui est Nôtre corps. Percevoir, ressentir, connaître ce « nouveau monde » pour l’Être c’est se personnaliser en sa Vraie Nature et se dépersonnaliser simultanément par son ‘je’ (ego).

À l’origine de toute perception existe cette bipolarité ou BALANCE du Retournement de la Lumière : personnalisation-dépersonnalisation.
Dépersonnalisation = enlever toute fiction-pulsion, qui ne peut exister que par l’Inconscient collectif (opinion publique) : le seul fait que Nous sommes faits de tous les objets du monde EN NOUS, et qui se projette, s’hallucine sur l’objet vu comme extérieur (le numineux : sorte de « Je est un autre » : tout être n’est qu’une moitié du monde qui ne pourrait exister sans l’autre moitié du symbole, et absolument tout est symbole : une pierre, un animal, un arbre, n’importe quel espace, n’importe quel temps et c’est cela que les Hébreux voulurent interdirent en traitant les Païens de « prostitués », d’« idolâtres »…).
L’inconscient collectif ne doit pas être confondu avec la Conscience infinie qui est purement individuelle puisqu’Elle est le Soi, ce que n’est pas l’inconscient collectif. L’inconscient collectif est du Thème du COMMUNISME À LA CHINOISE, À L’URSS, AU NOUVEL ORDRE MONDIAL.

INCONSCIENT COLLECTIF = habitude du mental de saisir par Loi de succion un monde d’objets (essentiellement autre que son propre mental) faisant que la nature imaginaire perçoit toute une variété d’apparences dans la nature dépendante - ce qu’on appelle « monde né de la nature purement fictive » ; c’est cela l’inconscient collectif.
Or, le Seul Réel se situe bien au-delà de tous les objets, actes, facultés et autres choses mesurables contenus dans l’inconscient collectif : le Seul Réel n’appartient pas au champ d’expérience des êtres du spatio-temporel, lesquels croient à la réalité de ‘moi’, du ‘je’, l’individu et ses fictions-opinions.

« Regardez votre mental et son essence : vous n’aurez plus attachement ni croyance » (Lankâvatâra).
Seules les fictions et frictions forcent à la croyance dualiste.
Réalités et irréalités ne sont que des fictions et, en tant que telles, il est impossible de s’en libérer. Cherchez à y renoncer, cela n’apporte qu’un regain d’erreur et de vanité, en aucun cas l’extinction dans la Paix. Cette extinction est unification [Soi] et icelle mène à la plus haute extase d’où jaillit la sublime sagesse de la Réalisation intérieure… » (Lankâvatâra).

D’où vient la dialectique ?
Comment se purifier de la dialectique ?
D’où vient l’erreur ?
Comment se purifier de l’erreur ?
(Lankâvatâra)

ERREUR = S’APPROPRIER, POSSÉDER des INFORMATIONS DANS LE MENTAL : les ignorants considérant les formes, les mesures, les divisions et positions des choses en termes de qualités et d’atomes matériels, poussent tellement leur analyse qu’ils sacrifient au dualisme sans voir que ce ne sont là que des pensées, un regain de fiction dans le mental, et rien de plus.
Le corps et ses possessions et le monde environnant, tout cela n’est que l’expression des fiction-opinions de chacun (Lankâvatâra).
Toutes les choses engendrent des f(r)ictions (ce qui sera si utile pour le capitalisme qui, à travers sa république, parle de « fake news »…).


Cause, causalisme ou causalité entre dans la dualité pur-impur, soit dans le créationnisme : le Créateur est cause, il donne cause-naissance et c’est là le problème : tout ce qui a une naissance a nécessairement une mort, aussi le Créateur n’est-il pas « éternel ». Quand on est libre de l’être et du non-être, on est libéré de la naissance et de la mort, on est dans la Vacuité, ON EST DANS L’INCONCEVABLE, DANS L’ÉTERNEL INCONCEVABLE : une « cause » ou plutôt un ASPECT (qui ne peut que renvoyer au mot « ÉVEIL », symbole en début de page).
L’éternel des religions abrahamistes est éternel en vertu d’une cause EXTÉRIEUR IMPERMANENTE et non d’une cause essentielle ou inhérente. En effet, leur éternel est éternel DANS LA DUALITÉ SUJET-OBJET : par rapport aux choses créées en 6 jours : Ciel, Étoiles, Terre, Eau, Choses… Cet éternel des abrahamistes est un matérialiste et un commerçant avant l’heure…. Y COMPRIS AVEC DATE DE PÉREMPTION : il voit bien que ses créations sont impermanentes puisqu’elles ont une fin et retournent au rien. Impermanence devenant LA CAUSE DE CE MONDE : SON IMPURETÉ, SA MALADIE, SA TYRANNIE DE L’OPINION ET DE FICTIONS PARCE QUE SA CAUSE N’EST PAS INHÉRENTE À CE DONT ELLE EST LA CAUSE.
LE VRAI ÉTERNEL NE PEUT QU’ÊTRE INCONCEVABLE, À CAUSE DE LA RÉALISATION INTÉRIEURE et non dans le constat de l’impermanence des objets extérieurs qui ont une fin et retournent au rien.
Au contraire, les abrahamistes incapables de reconnaître le caractère nécessairement inhérent de l’éternel inconcevable, ils restent à jamais en dehors du domaine de la Réalisation du Soi et il ne convient pas de suivre leurs théories (en référence au Lankâvatâra, chapitre : Compendium de tous les enseignements).
 
 

Dernière mise à jour : 10-09-2020 21:03

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >