Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Douleur Du-Leurre
Douleur Du-Leurre Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 22-09-2020 00:30

Pages vues : 120    

Favoris : 20

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Adam, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Blanc, Bombes, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Clown, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Douleur, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Fléau, Foi, Forêt, Gratuit, Grégaire, Guerre, Haine, Humain, Histoire, Information, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Jehovah, Juif, Karma, Langage, Langue, Liberté, Logique, Masque, Matrice, Méditation, Mental, Messianisme, Montagne, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Noir, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Porte, Pouvoir, Privilège, Race, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Virus, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
renard33affliction.jpg
 
 
Douleur Du-Leurre
Prendre un Leurre, un appât pour la
Réalité, donc être TROMPÉ, être dans
l’ILLUSION, dans la Du-LOURD Douleur :
Pesanteur et Lur-Deur : pesant comme le
pèse ou PÈZE (pois, blé, fric, argent) ce
qui PÈSE en terre (Pèse-en-terre) pesanteur.
La PEINE, le Sal-R (Sel-R), salaire,
l’amertume du sel, le peine, le pêne de
la Porte à pousser et à passer.
 
Ici sur Terre avec Big Pharma on fait
passer la Douleur avec un Leurre
(on soigne l’effet mais pas la cause).



PESER, PESANT-eur, LOURDEUR = PENSER, PANSE et POIDS : calculer (gagner du temps et gagner sa vie), ruminer, apprécier ou refuser (être pénible ou en souffrance), PAYER, PENDRE (les plateaux de la Balance, d’où contrebalancer avec de l’argent, d’où PESER LOURDEUR). Avoir (de l’argent, du poids, de la valeur, des diplômes, etc.). Avoir du poids = souffrance : TOUT CE QUE VOUS POSSÉDEZ VOUS POSSÈDE (c’est pour cela que le capitalisme fabrique des BESOINS, des A-F-FAIRES (des opinions), alors on est dans le besoin et on fait ses besoins…… en mettant le chaos partout…. en faisant de la démocratie...)

Désolé pour eux, mais les Juifs sont des paroissiens d’une L-U-R-Deur (d’heure) du Leurre-d’Heure : invention du temps et de l’argent : « Pour la première fois [une naissance suivie naturellement un jour d'une mort], une cosmogonie ne se vit pas comme cyclique ; elle ne se donne pas pour but le retour au même [”l’éternel retour”, pour employer le terme de Mircea Eliad]. Elle fixe un sens au progrès [l’évolutionnisme] ; elle fait de l’Alliance avec Dieu la flèche du temps [HOTC, Histoire-Opinion-Temps qui Coule] ; elle accorde à l’homme le choix de son destin : le libre arbitre [et sa tyrannie de l’opinion, son libéralisme capitalisme, sa démocratie, etc.]. Ainsi posé la fonction de l’économie [et donc fabriquer le politisme] : cadre matériel de l’exile et moyen de réinvention du paradis perdu [sic]. L’humanité a désormais un objectif : dépasser sa faute. Elle dispose d’un moyen pour l’atteindre : mettre en valeur le temps », tout est résumé de cette paroisse des Juifs dans la page 18 du livre de Jacques Attali : Les Juifs, le monde et l’argent.

Ce matérialisme des Juifs et de leur argent-paradis est bien un LEURRE monu-mental TROMP-PEUR par essence ; un LEURRE qui TROMPE (pour faire peur et pour signaler) et en est si VISIBLE, PESANT, LOURD ET LEURRE, PÉCHÉ, ENFONCÉ, PESER comme le POIDS-PESANTEUR dans la BA-LANCE qui perce à jour ou à FLÉAU ou UNITÉ : le Re-Tour à l’unité, contraire aux Juifs comme indiqué ci-dessus par Attali ; c’est-à-dire naturellement Re-Tour à la NON-MANIFESTATION (non pensée ou NÔTRE ÉTAT NATUREL, Maharshi 326) ou NON-DUALITÉ car sujet aux oppositions et opinions sans fin, donc à l’évolution stérile car ne menant à rien si ce n’est qu’à l’enrichissement sous n’importe quelle forme pour certains.
FLÉAU de la Balance car allant au-delà des opinions et conflits de toutes sortes, jusqu’aux guerres, LESQUELLES APPARTIENNENT À L’ESPACE-TEMPS À LA MATIÈRE ET À LA PAROISSE DES JUIFS.
FLÉAU : TOUT COMMENCE PAR LA PERTE : PARCE QUE LA GRATUITÉ OU DÉPOUILLEMENT, NON-ATTACHEMENT, LE RIEN, FAIT PEUR, L’ABSENCE DE MENTAL FAIT PEUR (la réalité médiévale permettait de voir la totalité des objets concrets et réels comme IRRÉELLE).
FLÉAU : PARCE QUE PRÉSENTEMENT AUCUN HUMAIN N’EST HABILITÉ À S’HABITUER AU SEUL RÉEL, À L’INSTANT.

La LANCE est un symbole phallique, mais aussi de l’Axe, du pilier et symbolise le faire/fer. Voir la Lance du centurion Longin [espace-temps, flèche du temps] qui perça le flanc du Christ ou Soi, Jehovah, de ce fait cette lance aurait eu la vertu de guérir les blessures qu’elle avait causées, PRINCIPE HOMÉOPATHIQUE ET DIRECT VER LE « JE EST UN AUTRE » : piqué au vif comme ACCENTUER LA MAL-À-D.I.T., c’est-à-dire : Y AVOIR ÉTÉ INVITÉ (Je est un autre) : donner au malade à dose infinitésimale (déjà connu dans l’antiquité dans l’orfèvrerie romaine), la substance qui, prise chez un humain sain à doses fortes (allopathiques), produit des symptômes semblables à ceux observés sur le malade. La thérapeutique homéopathique est un Art car difficile à appliquer ; seul le remède indiqué agit, les autres n’ont absolument aucune action (d’où par exemple de traiter de « charlatanisme » l’Homéopathie comme le font les tenants de la médecines chimiques industrielles de Big Pharma). Mais si vous donnez un remède non indiqué, il ne fera jamais de mal et ne donnera jamais d’effets secondaires, ce qui n’est pas le cas de la médecine de Big Pharma.

Lance = phallus et aussi CHANDELIER (voir celui des Hébreux-Juifs, la Menorah, symbole du chiffre 7 et aussi de l’ARC-EN-CIEL Stargate aux 7 couleurs formant le Blanc de l’INSTANT et TORE…). Chandelier, Lance = valeur du HÉROS, contrôle et honorification de la LIBIDO : Lance sans pointe remise aux soldats romains qui avaient fait une action d’éclat, donc une lance qui ne conférait aucune autorité ni aucun commandement (rejoint direct le « droit romain », toujours actuel dans cette civilisation capitaliste).

La vie de l’humain EST EN BALANCE PERMANENTE : poids ou bi-lanx, tas-lanx ou talent par la corne ou GLANDE PINÉALE

LE LIBRE ARBITRE N’EXISTE PAS : « Je est un autre » ; il faut y avoir été invité (par cet « autre », qui peut être : un Ange (gardien), un Dieu, un Démon, un Déva, etc., dans le sens de l’Imagination créatrice selon le soufisme d’Ibn Arabi : y être invité par le Seigneur : soit la Divinité manifestée en propre en « son âme » : Réalisation de son Soi au sens de Ramana Maharshi, puisque chaque Être concret s’origine au NOM DIVIN particulier [Singularité] qui manifeste en lui son vestige qui en est son SEIGNEUR PROPRE, sa SOUMISSION, l’Être y a donc été invité. C’est cette Origine, le Soi, le Seigneur qu’il Re-trouve et Con-naît [naître avec] par la connaissance de sa Vraie Nature, son ‘Je’ : mariage du ‘Je’ et du ‘je’). Voir la célèbre sentence dans le soufisme : « Celui qui se connaît soi-même, connaît son Seigneur » ; c’est bien le « Je est un autre » de Rimbaud…

SEIGNEUR = ÊTRE SOUMIS, SE PLACER SUR LE SEUIL, DONC SOUS LA PROTECTION DU SEIGNEUR DU LIEUX. Le Seuil étant déjà l’entrée du SACRÉ qui participe de la transcendance du CENTRE EST NULLE PART ET LA CIRCONFÉRENCE PARTOUT (Centre dans le sens du VIDE, état d’inconscience absolue, soit LA CONSCIENCE-PUTRÉFACTION). Avec le SACRÉ, attention au Deus est Demon inversus ! (Le Satan administrateur et l’Archange sont plus que des jumeaux dignes d’un transhumanisme qui aurait aboutit dans une cinquantaine d’années…)
Le Seuil : passer la Porte : L’INVITATION COMME LE « JE EST UN AUTRE » EST UNE INVITATION FAITE PAR LE SEIGNEUR. SEIGNEUR, parce que TOUTES PORTES SONT GARDÉES PAR UN « DRAGON », et comme écrit par Fulcanelli dans Les Demeures Philosophales : « En dehors du Dragon qui veille, les choses ne sont pas gardées ».
PORTES = GARDIENS, DRAGONS, SERRURE OU PEINE PÊNE : pièce mobile d’une serrure qui s’engage dans la pièce fixe.

C’est donc le Seigneur qui va « inviter », ou QUI VA PIQUER AU VIF/HOMÉOPATHIE… par une certaine LOURDEUR, une PESANTEUR, une SOUFFRANCE-SACRIFICE : FLÉAU, RENONCEMENT OU PUTRÉFACTION : renoncement aux liens, aux chaînes terrestres, donc RENONCEMENT À LA PESANTEUR ; cette pesanteur-attraction ou gravité qui fera la la fortune de Big Pharma avec sa chimie industrielle pour S’ENVOYER EN L’R (drogues légales ou illégales c’est kif-kif), et qui fera la fortune de l’industrie de l’aviation et du spatial pour également s’envoyer en l’R…..

Le Sacrifice PÈSE-PÈZE virera au MERCANTILISME par l’ÉCHANGE : l’OFFRANDE, en vu d’obtenir autre chose en échange. PÉCHÉ : on rachète les péchés…. IL Y A DONC CACOPHONIE ENTRE MATIÈRE ET SPIRITUEL, comme ici-bas il y a cacophonie entre opinion-laïcité et spiritualité prise pour de la simple croyance (croire ou ne pas croire à ceci ou cela). Chez les Hébreux-Juifs le matérialisme dont prédominer, la mort est comme « interdite », le martyr n’a de « valeur », ou d’utilité, que quand il s’agit de sacrifier sa vie pour témoigner du Seul Réel ; dans ce cas, la Félicité ou Vraie Liberté ne serait pas de ce monde mais serait à ACQUÉRIR, à « ACHETER » (méritocratie, protestantisme).
Pour les Hébreux-Juifs « l’union » du Haut et du Bas passe par le SANG (supposé être le support physique de l’âme… mais surtout fabricant une HÉRÉDITÉ TOUT CONFORT, MATÉRIALISTE). Ainsi, comment un Dieu peut-il « demander un sacrifice » (voir la fiction Abraham-Isaac). Ici en Occident, pourquoi faut-il un « sacrifice intérieur » ? Alors que, encore une fois, la Félicité est nôtre état naturel. Le sacrifice a bien un aspect mercantile.
Quant au SANG, il est plutôt FEU et SOLEIL, et ROUGE ROTHSCHILD….. DEPUIS 1789 L’ARGENT EST DEVENU LE VÉHICULE UNIQUE DE L’ÂME…

Tout DON implique l’absence d’échange ou d’intérêt personnel en retour : c’est la GRATUITÉ ou action désintéressée, C’EST LE VRAI RENONCEMENT OU VRAIE PUTRÉFACTION.
« Si la générosité est cultivée, elle devient tyâga [Renoncement, Abandon]. Si quelque chose est donné de plein gré, c’est une joie pour celui qui donne et pour celui qui reçoit. Si la même chose a été volée, c’est une cause de souffrance pour les deux. Le dāna (don), le dharma (devoir) et le nishkâma-karma sont tous une preuve de tyâga. Quand la notion du “mien” est abandonnée, le mental pur (chitta-shuddhi) se dévoile. Quand le ‘je’ est abandonné, c’est le jnana [Connaissance]. Ainsi, quand l’homme cultive la générosité, il aboutit tôt ou tard au jnana ». (Ramana Maharshi, entretien 581 du 19-11-1938).
« La bonté n’est qu’une conception relative. Le bien implique toujours le mal. Ils coexistent toujours. Ils sont comme la face et le revers d’une médaille ». (Ramana Maharshi, entretien 326 du 13-1-1937).

PÈSE en terre (Pèse-en-terre) pesanteur. La PEINE, le Sal-R (Sel-R), salaire,
L’amertume du sel, le peine, le pêne de la Porte à pousser et à passer. Les Anciens Romains répandaient du sel sur la terre des villes qu’ils avaient rasées, pour rendre pendant longtemps le sol stérile et faire crever ceux qui restaient encore vivants. Sol stérile par le sel = sel puissant désinfectant. Tout ce qui est salé est amertume, comme le salaire qui permet, SEULEMENT, de « gagner sa vie »  et de « gagner du temps » : toucher sa ration de sel (indemnité du soldat, le solde).
Dans le mot SEL il y a le son SCEAU et SCELLÉ : sens de fermer (poser des scellés), de concrétiser comme le sel est la résultante et l’équilibre des propriétés de ses composantes : CHRIST, CRISTALLISATION, STABILISATION mais pas fixation sous peine de mort. Christ comme « Scelle [Sceau] de la Terre » : « Vous êtes le sel de la Terre. Mais si le sel vient à s’affadir, avec quoi le salera-t-on ? Il n’est plus bon à rien qu’à être jeté dehors et foulé aux pieds par les gens », Matthieu 5, 13.
Scelle : le social : on partage le sel comme on partage le pain, du moins dans les 10.000 ans de la voie de l’Agriculture et de ses céréales…
Le SCEAU est une authentification jugée inviolable. Voir le CHANDELIER, CHANCELIER (garde des sceaux).

PÈSE en terre (Pèse-en-terre) pesanteur : la pesanteur la BOUE ADAMIQUE DES OPINIONS, avec  pour conséquence la naissance, le vieillesse et la mort, là où il y a 9 entraves : l’attachement ou soif, l’aversion ou répugnance (par exemple l’image informatique du pouce baissé), l’orgueil, l’ignorance, les opinions, la croyance mercantile ou intéressée et donc utilitaire, le doute, la jalousie, l’avarice.

PÈSE en terre (Pèse-en-terre) pesanteur, se libérer des souffrances : éviter les mauvaises destinées, échapper au danger, dissiper les ténèbres de l’ignorance, quitter le dépotoir des existences, passer outre les pièges de l’illusion, se détacher des choses du monde, s’extraire de l’adamisme boueux du désir, trancher les béquilles de la convoitise, dénouer les liens de toute vue, démolir tous les concepts, ne plus emprunter les voies erronées, brûler les bannières de l’arrogance, arracher la flèche du temps des émotions négatives, soulever la chape de plomb-e si pesante du sommeil, déchirer le rideau de la soif, traverser la flèche des existences, et sortir du cercle évolutionniste des re-naissances et des morts.


Sortir de la Douleur Du-Leurre ou Tromperie.
Sortir du Pèze ou Pesanteur, sortir du calcul.

Le Grand Temps ou Âge d’Or est toujours là. S’envoyer en l’R en est bien la preuve, tout comme les expériences de drogues hallucinogènes ; tout comme les souffrances ou expériences pathologiques comme la schizophrénie, les syndromes confuso-oniriques, les bouffées délirantes polymorphes ; ou simplement nos rêves et nos phantasmes. Encore une preuve que la laïcité n’existe pas.

Sortir de la Douleur Du-Leurre ou Tromperie : « Tout ce qui est destiné à ne pas se produire ne se produira pas, quel que soit votre effort. Tout ce qui est destiné à se produire se produira, quel que soit votre effort pour l’empêcher. C’est une chose certaine. La meilleure conduite à suivre est donc de rester tranquille ». (Considéré comme le premier upadesha (enseignement) donné par le Maharshi).
« Le moksha [Libération] consiste à savoir que vous n’êtes jamais né. « Reste tranquille et sache que je suis Dieu ». Rester tranquille veut dire ne pas penser. Ce qu’il faut, c’est savoir et non pas penser ». (Entretien 131 du 6-1-1936). Paradoxe puisque comment savoir sans penser ? Cependant ici, SAVOIR = MAÂT, DIRECT, INSTANT, ICI ET MAINTENANT.

Le Vrai Éveil passe par un certain temps : le SENTIER, et l’Éveil est DANS L’INSTANT.
Sentier, comme Sagesse et Sacrifice : la montée, ou descente du Sentier n’est pas du tout confort.

L’évolutionnisme est un vrai poison : UNE ACCUMULATION (sens du feu vulgaire, aussi du nucléaire, qui détruit tout), COMME LA SOTTE CIÉTÉ à SATIÉTÉ DE CONSOMMATION par le pouvoir d’achat. Aussi pour t’en délivrer, ne regarde jamais en arrière où tu es perdu : tue en toi-même tout souvenir d’impressions passées. De même ne crois pas qu’on puisse jamais détruire la convoitise en la satisfaisant à satiété dans la diversité chère à l’Union européenne mercantile et à son abomination administrative régalienne ; diversité chère aux Juifs créateurs de besoins comme les frères Abraham et Simon Oppenheim (1). C’est quand on nourrit la diversité, l’évolutionnisme, que le vice devient évolution et prend des forces, comme le ver qui s’engraisse du cœur de la fleur. (En référence au Livre des Préceptes d’Or, à l’usage journalier des disciples du mysticisme ou Vraie Libération)


Note.
1. RAPPEL : en 1840, les frères Oppenheim déclaraient ceci : « Vendre une perle que vous avez à quelqu’un qui en a envie, ce n’est pas faire des affaires ; mais vendre une perle que vous n’avez pas à quelqu’un qui n’en veut pas, voilà ce qui s’appelle faire des affaires ». (Réf. page 451 du livre de Jacques Attali : Les Juifs, le monde et l’argent).
 
 

Dernière mise à jour : 22-09-2020 02:22

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >