Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Feu vulgaire jusqu’au nucléaire-covidesque
Feu vulgaire jusqu’au nucléaire-covidesque Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 08-10-2020 02:17

Pages vues : 114    

Favoris : 15

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Foi, Gratuit, Grégaire, Guerre, Haine, Humain, Histoire, Information, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Karma, Langage, Langue, Liberté, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Mieux, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Panoptique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Poisson, Porte, Privilège, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Virus, Yokaï

 
bombe_diarrheespirit_bombing1994etat.jpg
 
 
Feu vulgaire jusqu’au nucléaire-covidesque
Historiquement : depuis la découverte du feu vulgaire,
la science de la mécanisation sociale pouvait
progresser parallèlement à la mécanisation
qui deviendra au fil des millénaires de
plus en plus industrielle et fera un saut
gigantesque à l’avènement de l’électricité
englobant et parachevant la
technique de thermodynamique.


Page dédiée à Emmanuel Macron et à Jacques Attali.
 
 
Le Feu vulgaire ne pouvait que concrétiser le concept d’État (forme de gouvernement d’une communauté humaine, nécessairement une forme de hiérarchie PYRAMIDALE).
L’État ne pouvait se développer que corrélativement avec le développement des arcs et flèches et des canons et de leurs boulets : d’abord en pierre, et nettement plus destructeur en métal ; il s’en suit qu’à partir de ce moment, l’industrie pouvait prendre la suite façon évolutionnisme, de même que l’intendance qui l’accompagne nécessairement. De là allait se coaguler la chefferie ou le « isme » militaire avec sa discipline et ses règlements écrits apportant une ROBOTISATION OU MÉCANISATION DE L’HUMAIN. Ce sera chose maximale à la guerre de 1914-18 devenue une guerre totale, abolissant toute distinction entre civil et militaire, tant l’économie de la guerre mobilisait un pays entier. L’économie entière devenait arme de guerre, et depuis 1918 cela ne s’est jamais arrêté. C’était surtout visible pendant la « guerre froide », Cuba, le Vietnam, etc. jusqu’à l’effondrement de l’URSS.

Depuis la découverte du feu vulgaire, l’être humain est tombé dans LE PIÈGE DES PIÈGES : LE MÉLANGE POUVOIR ÉCONOMIQUE/POUVOIR POLITIQUE EN UNE SINGERIE DE NON-DUALITÉ DEVENANT LA DUALITÉ SUPRÊME : LE MENTAL OU RAISON MANIFESTATION DU SEUL RÉEL, LA GUERRE DE TOUS CONTRE TOUS ET CONTRE TOUT, LE CONTRAIRE DE LA GRANDE COMPASSION, LE MENTAL AGISSANT UNIQUEMENT PAR RAPPORT DE CAUSE À EFFET PRODUITE PAR LES SENS.
Le pouvoir politique par essence implique que celui qui l’exerce SAIT ce qu’est l’être humain, ce qui est LA CONNAISSANCE même et donc de l’ordre du QUALITATIF.
Le pouvoir économique implique la connaissance de la Matière, donc de la Science et de sa technique et des possibilités pratiques de leurs mises en œuvre pour le plus grand bien-être matériel des peuples. Ce pouvoir requière donc la connaissance du physique et du quantitatif.

Depuis la guerre de 1914-18 les propagandes politiques nous entretiennent dans l’illusion que pouvoir économique et pouvoir politique ne sont qu’un seul unique pouvoir. Les puissances occultes ou les États profonds qui mènent le monde nous entretiennent dans cette illusion QUI EST NÉCESSAIRE À LEUR EXERCICE ET AU MAINTIENT DE LEUR POUVOIR : LOGIQUE MILITARO-INDUSTRIELLE ET POLITIQUE SONT UNE SEULE ET MÊME CHOSE PROPRIÉTÉ DE TOUS LES ÉTATS PRÉSENT SUR TERRE. La pseudo « démocratie » vous confère le devoir de voter, en contradiction avec le fait que la Vérité est, ou n’est pas ! Et qu’elle ne peut être un objet de possession, comme on possède une opinion ou une maison, donc la Vérité ne trouve pas ses critères dans des résultats électoraux. Par contre, l’État et ses banques vous refusent la démocratie là où elle serait légitime, DANS LE DOMAINE QUANTITATIF DE L’ÉCONOMIE où serait nécessaire un modus vivendi décidé par les bulletins de vote : démocratie et guerres sont en fait fabriquées par les banques du complexe militaro-industriel et du sécuritaire.

LE PRINCIPE DE LA DÉMOCRATIE EST APPLIQUÉ LÀ OÙ IL N’A RIEN À FAIRE. IL N’EST PAS LÀ OÙ IL DEVRAIT ÊTRE. Aucune solution aux problèmes actuels n’est possible sans la distinction incarnée dans les structures sociales de la distinction ontologique de ces deux pouvoirs. Aucune solution n’est possible À CAUSE DE LA LAÏCITÉ QUI DISTINGUE LE « POUVOIR TEMPOREL » PAR OPPOSITION AU POUVOIR RELIGIEUX OU DE « CROYANCE » ; MAIS TOUT EST CROYANCE OU OPINION DANS LE SPATIO-TEMPOREL.
EN RÉALITÉ, IL N’Y A PAS DEUX MAIS TROIS COURANTS : LE TROIS SEUL FAIT LA SYNTHÈSE ; le deux établit nécessairement la dualité sujet et objet et les conflits d’opinions et de polémiques sans fin. Le « deux » c’est la guerre. Les Trois courants trinitaires, non pas comme antagonistes, mais comme étant l’Unité, selon le symbole de saint Athanase (comme le Christ-Soi), bien qu’Athanase tomba dans la dualité winner-loser en luttant contre les Païens…..


LE DEUX C’EST LA GUERRE.

Conflits Chine/USA dans la terrifiante dualité winners/losers où chacun veut devenir le winner : l’économique ne vient qu’en SECOND. Ainsi le « Nous sommes en guerre » de Macron sous la f(r)iction Covid-19 prend tout son sens : pouvoir économique et politique étant intimement mariés, seul le POUVOIR MILITAIRE pouvait entrer en scène dans la fiction covid AFIN DE LE COMBATTRE TEL UN MÉCHANT ENVAHISSEUR COMME EN 1939 LES ALLEMANDS ENVAHISSANTS PARIS ! Et là encore avec Macron, il s’agit de rester dans la scène du winner vis à vis de l’internationale des spectateurs. On place ses pions sur la carte de la Terre, on y place ses engins de guerre, voyez le « conseil de défense » créé à l’occasion de la fiction covid-19, parce que cette crise politico-sanitaire ne peut qu’être également winneriste, donc militaire. Question de placer ses engins en une stratégie militaire, voyez les relocalisations industrielles, à seule fin de rapatriements stratégiques.
Le « Nous sommes en guerre » de Macron a en fait été relancé au 11 septembre 2001 : guerre aux terroristes, aux mauvaises herbes ou aux microbes EST UNE SEULE ET MÊME STRATÉGIE GUERRIÈRE D’ÉTAT : voyez ce qu’il se passe en ce début octobre 2020 pour la filière économique de la betterave (économie sucrière) : GUERRE AUX MICROBES ET AUTRES AVEC DES POISONS, LES NÉONICOTINOÏDES TUEURS D’ABEILLES ET D’INSECTES JUSQU’À EMPOISONNER LES NAPPES PHRÉATIQUES, ET MENACE DIRECTE SUR L’HUMANITÉ. La guerre, toujours la guerre, jamais la paix puisque la PAIX C’EST LA GUERRE…..

Les États en osmose pouvoir politico-économique ne peuvent être qu’en conflits permanents, selon le principe même de leur démocratie fonctionnant elle aussi par conflits d’intérêts et donc comme les États tous condamnés à la frustration par leurs propres limitations : ÉTATS ET DÉMOCRATIE MÈNENT NON SEULEMENT À LA NULLITÉ MAIS LE PIRE : ILS MÈNENT À LA GUERRE PERMANENTE : CETTE MACHINE GLOBALE : le WINNERISME militaire et industriel reste l’âme et le fondement de la puissance de l’État, sauf que ce winnerisme ne se mesure plus qu’accessoirement par le nombre de ses soldats (tout comme le pouvoir économique ne se mesure plus qu’accessoirement par le nombre de ses ouvriers), mais par sa puissance en tant que « machine globale », ou MACHINISME GLOBALE (suivant la logique du « Nous sommes en guerre »).
C’EST-À-DIRE QUE LA GUERRE EST LA RAISON D’ÊTRE DE L’ÉTAT : ce que le vulgaire appelle « paix » n’est pour l’État qu’un autre moyen de faire la guerre « larvée », sournoise. LA GUERRE EST EN FAIT L’ÉTAT PERMANENT ET NORMAL DE L’ÉTAT, MÊME LORSQUE LES ARMES (DIRECTEMENT DESTRUCTRICES, DIRECTEMENT létales) SE TAISENT POUR DES PÉRIODES PROVISOIRES PLUS OU MOINS LONGUES.

Pouvoir politique et économique l’armée EST l’État, elle n’est donc pas « au service » de l’État. L’État est donc devenu TOTALEMENT UTILITARISTE SOUS FORME TOTALEMENT AUTORITAIRE : voir la fiction covid-19, ses masques et ses « gestes barrière » et autres fermetures de commerces, VÉRITABLE MACHINE MILITAIRE PAR UNIFORMISATION DU SOCIAL : « tous masqués » sous culte de l’efficacité devenue inefficacité !
L’être humain sous l’État est devenu une marchandise ou un engrenage dans un mécanisme qui le broie et qui l’empêche de se réaliser par lui-même. L’être humain sous l’État est devenu LE CALCUL DE CET ÉTAT : « La politique ce n'est qu'une certaine façon d'agiter le peuple avant de s'en servir », disait Talleyrand (lequel ne fut pas en mesure d’exercer une carrière militaire à cause de sa malformation corporel).

Depuis sa découverte du feu vulgaire, l’humain n’a fait qu’apporter le chaos partout : il a commencé à disputer aux animaux les substances dont elles se nourrissaient, puis il a créé divers objets dont il n’aurait jamais dû avoir besoin, d’où le principe du capitalisme : CRÉER DES BESOINS POUR FAIRE VENDRE ET RAPPORTER DE L’ARGENT.
L’humain a fait fausse route le jour où il a possédé le feu vulgaire, celui des fourneaux qui faisaient naître l’industrie de la métallurgie et par là même ESSENTIELLEMENT L’INDUSTRIE DES ARMES : du fer forgé allait naître les casques, la cuirasse, l’épée et la lance, puis ensuite les avions, les tanks et les obus, les cuirassés de guerre, etc. (Construire un cuirassé de guerre n’est pas l’action d’un particulier ! mais totalement le fait d’un État).

Dans l’humanité actuel, où est l’Amour ou Gratuité ? où est l’Égalité, la Fraternité ?? La dualité du winnerisme nous dit : haine, guerres, bombes, batailles, dénouement, famine, douleurs et morts. LES ÉTATS ENGENDRENT LES GUERRES LESQUELLES ENGENDRENT LA HAINE ET LE WINNERISME ACTUEL ; LES CRIMINELS NE TUENT QU’À L’IMITATION EST ÉTATS : « Qu’est-ce qui a poussé l’assassin à commettre le crime ? Le même pouvoir lui infligera également la punition. Que ce soit la société ou l’État, tous deux ne sont que des instruments entre les mains de ce pouvoir. Encore ne parlez-vous que de la suppression d’une seule vie. Que dire alors des millions de vies qui disparaissent durant les guerres ? » (Ramana Maharshi, entretien 17 du 24-1-1935).

Créer des besoins : le capitalisme est le contraire de l’Amour, le contraire de la compassion donc le contraire du bien de tous les êtres, y compris les animaux, les cailloux, etc., les pierres et cailloux aussi vivants comme le précise Ramana Maharshi à l’entretien 21 du 31-1-1935. Or un Libéré vivant ou en voie de l’Éveil répond « éternellement » aux besoins des êtres : TOUS LES ÊTRES AVEC LEURS ÉNORMES DIFFÉRENCES, DONT LES OVIPARES, LES VIVIPARES, CEUX QUI VIVENT DANS L’EAU, DANS LE FEU OU DANS LE VENT ; bref, ces êtres ou formes de vie NE PEUVENT QUE FAIRE ÉVOLUER LE LIBÉRÉ LORSQU’IL LES SUIVRA, POUR RÉPONDRE À LEURS QUESTIONS, POUR LES SERVIR DE QUELQUE FAÇON QUE CE SOIT ET LEUR FAIRE OFFRANDE AVEC LE MÊME RESPECT QUE SI NOUS SERVIONS UN MAÎTRE OU UN AÎNÉ, ET MÊME UN BOUDDHA SANS LA MOINDRE DIFFÉRENCE.
S’ils sont malades ou souffrent, faisons-nous leur médecin ; à ceux qui se perdent, indiquons leur le bon chemin ; à ceux qui errent dans les ténèbres, offrons leur nôtre lumière ; aux pauvres dépourvus de tout, montrons où sont cachés les trésors, car c’est ainsi que ceux sont sur le Sentier de l’Éveil font le bien des êtres en toute VRAIE ÉGALITÉ.

Pourquoi ? Parce que le Réalisé ou Libéré vivant peut répondre aux besoins des êtres, il suivra même les bouddhas en leur faisant des offrandes ; il se met au service des êtres en les vénérant, il se mettra de même au service des ainsi-venus [ceux que le Sentier de l’Éveil] et les vénérera ; et en répandant la joie parmi les êtres, il réjouira tous les ainsi-venus.

Pourquoi ? Parce que les bouddhas ainsi-venus ont pour substance la Grande Compassion. C’est grâce aux êtres que cette Grande Compassion leur est venus, grâce à la Grande Compassion qu’ils engendrent la voie ou Sentier de l’Éveil et grâce au Sentier de l’Éveil ils accomplissent l’Éveil authentique et parfait.

Pourquoi ? Parce que le bodhisattva (Être de l’Éveil ou « éveilleur ») qui fait le bien des êtres à l’aide de l’eau de la Grande Compassion est à même d’accomplir l’insurpassable Éveil authentique et parfait. De ce fait, l’Éveil appartient aux êtres et, s’il n’y avait pas d’êtres, aucun bodhisattva ne pourrait atteindre l’Éveil authentique et parfait, comme le temps ne peut exister que s’il y a quelqu’un qui le voit. Ainsi, comme déjà écrit, je suis responsable de vous comme vous êtes responsable de moi ; tout est liée et délié (Inné-Igné).

Voilà pourquoi TOUT EST DANS TOUT, TOUT EST LIÉ ET DÉLIÉ EN MÊME TEMPS (INNÉ-IGNÉ), PUISQUE NOUS AVONS LA MÊME GÉOMÉTRIE MENTAL QUE LES ÊTRES, Y COMPRIS LES CAILLOUX DES SENTIERS ET LES INSECTES. Alors la Grande Compassion sera accomplie pour répondre aux besoins des êtres et, de la sorte, Nous feront de large offrandes aux ainsi-venus.
Quand un bodhisattva suit ainsi les êtres, la sphère de l’espace et celle des êtres avec leurs karmas et leurs émotions négatives peuvent bien s’épuiser, mais le bodhisattva prenant soin des besoins de tous s’y livre d’Instant en Instant sans que jamais son corps, sa parole ou son mental s’en lassent. (En référence au Soûtra de l’Entrée dans la dimension absolue, Épilogue : La Libération inconcevable).

La Grande Compassion c’est d’Instant en Instant, et pas vulgairement comme en ce temps : en cas de catastrophe climatique, cosmique, ou de guerres étatiques.

PIÈGE DES PIÈGES : le mélange pouvoir économique/pouvoir politique en une singerie de non-dualité devenant la dualité suprême : la guerre de tous contre tous, et contre tout, le contraire de la Grande Compassion.

Piégé dans cette vision dualiste (politico-économie winner-loser), le mental humain par son opinionisme d’Instant en Instant manifeste attachement ou aversion pour les phénomènes perçues à l’extérieur, ce qui le pousse à agir ou plutôt à réagir, comme dans la fiction covid-19, et ainsi à produire du karma. Ce karma se traduit par la production de traces karmiques notamment d’égrégores qui imprègnent le courant de conscience du TOUT pour y devenir des semences latentes, du style « fin des temps ». Lorsque ces traces karmiques mûriront, icelles projetteront une nouvelles situation vécue en extériorité par ce même courant de conscience. Ainsi le samsara ou cercle des naissances et des morts de générations en générations se perpétue en une succession de projections mentales qui engendrent sans cesse de nouvelles projections, comme dans l’évolutionnisme juif actuel (voir page 18 tout ce qu’en résume fort bien Jacques Attali dans son livre : Les Juifs le monde et l’argent, où il écrit que l’argent est devenu l’outil unique de réinvention du « paradis perdu » [du Soi, par l’utilisation et donc l’invention du temps], sa mise en valeur, [ou la mise en valeur de la raison du killer mental (1)]. Comme cela le flux de la conscience conceptualisante ne cesse de produire comme une usine du CAC 40 et de Hollywood ses propres illusions et habitudes et de les alimenter sans cesse.

On ne peut s’en sortir que par les 8 Conscience et surtout la huitième : la Conscience infinie ou Soi, laquelle n’a rien à voir avec l’inconscient collectif de C.G. Jung.
1 - Qu’est-ce que le lien assurant la continuité entre le cycle permanent des naissances et des morts (samsara) ?
2 - Qu’est-ce qui fait le lien entre le karma accompli et sa rétribution ultérieure ?
3 - Qu’est-ce qui fait le lien entre le moment où l’on entre en état d’inconscience ou dans l’absorption méditative de cessation et le moment où l’on sort de ces états ?
4 - Quelle est la base qui peut recevoir les empreintes produites par l’acte karmique puis véhiculer les semences ainsi engendrées jusqu’à leur mûrissement lors de la rétribution ou « salaire » de l’acte ?
5 - Sur quel sujet de support homogène et fondamental l’opinion de ‘moi’ peut-elle s’appuyer ?
Les six consciences des sens : visuelle, auditive, olfactive, gustative, tactile et mental (la raison) n’offrent pas de réponses satisfaisantes à ces problèmes, parce qu’aucune de ces consciences n’est vraiment continue puisqu’elles constituent l’opinion car chacune est en dualité dépendant de son objet pour se manifester et s’interrompre en son absence : soit la dualité même.
Dans ces conditions, comment se fait-il que l’on ne meurt pas pendant une évanouissement, lors du sommeil profond par exemple, ou dans certaine absorptions méditatives, dès lors que les 6 consciences sont interrompues toutes ensembles ?
RÉPONSE : EN RAISON DE LA PRÉSENCE D’INSTANT EN INSTANT DU SOI OU CONSCIENCE INFINIE (ce que ne cesse de répéter Ramana Maharshi).
Le Soi ou Conscience fondamentale et interrompue sans commencement ni fin, fait le lien, le « ciment », le « bitume » entre les différents états de l’existence et qui portent inévitablement les semences karmiques produites par les actes passés (dualité cause-effets).

Le Soi ou 8è Conscience, la septième conscience étant l’actuel mental totalement souillé qui s’appuie sur le Soi dont il fait son objet. En se tournant vers Elle, il la prend pour son ‘moi’, pour son corps, puis par une incessante idéation il tombe dans la CROYANCE AU ‘MOI’, AU CORPS OU EGO, AU « MIEN ». Cette septième conscience se nomme samsara, qui va engendrer les objets extérieurs sous forme de semences karmiques perçus par un ‘moi’ intérieur et sujet. De la dualité imaginaire sujet-objet émergent des émotions et sentiments perturbateurs telles que l’attachement et l’aversion, soit l’OPINION qui empoisonne tous nos actes. De là s’annonce LE SYMBOLE RÉEL DE LA CROIX : RÉVOLUTION DU SUPPORT OU RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE QUAND LE SOI OU INSTANT CESSE D’ÊTRE LUI-MÊME LE SUPPORT DE SEMENCE IMPURES, IL DISPARAÎTRA ENFIN. En effet : si personne n’est là pour observer le temps et ainsi l’engendrer, ce temps n’a jamais existé !!!
Tant que le mental est souillé, IL CROIRA APERCEVOIR QUELQUE CHOSE…. D’OÙ LE SUCCÈS DES RELIGIONS… ET DU CAPITALISME DES CRÉDIT-CRÉDO-CRÉANCE-CROYANCE-CONFIANCE ET DE LEURS MARCHANDS DE CONFIANCE (ancien nom du commerce des banques)….. CRÉDIT-CRÉDO-CROYANCE ET CONFIANCE = MILITAIRES POUR SÉCURISER, POUR FABRIQUER LA CONFIANCE, POUR RASSURER LES PEUPLES TELLES LES RELIGIONS QUI FOURGUENT ELLES-AUSSI LA CROYANCE-CONFIANCE-CONSOLATION…….

Très pessimisme et très sombre sur la finalité de l’humanité, en voici à nouveau un exemple qui pratique tout le contraire de la Grande Compassion, et cela dès l’éducation primaire : « On fit éclater brusquement près de son oreille des sacs en papier ; elle en eut des crises nerveuses [d’épilepsie] de plus en plus graves que ces demoiselles contemplaient en secret. (D’après Jean Giono, Le Moulin de Pologne, page 75).
Deuxième exemple de bêtise humaine : la guerre sainte. Comment une guerre peut-elle être « sainte » ? En plus, dans une guerre comme celle de 1914-18 qui entraîne le pays entier ! Et cela peut également s’appliquer pour les microbes, le covid, les « mauvaises herbes » et tout le cirque de la fiction autour et depuis le killer Louis Pasteur du 19è siècle si matérialiste (si fonctionnant par la raison et le monde dit « objectif »)……



Note.
1. Paradoxalement le mental tueur, à la fois la manifestation du Soi et un criminel : « En fait, chacun de nous est un « assassin du Soi » (ātmahan) à chaque moment de sa vie ». (R. Maharshi, entretien 17 du 24-1-1935.
 
 

Dernière mise à jour : 08-10-2020 03:24

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >