Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Laïcité le comble de la possession
Laïcité le comble de la possession Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-10-2020 01:43

Pages vues : 67    

Favoris : 5

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Foi, Gratuit, Grégaire, Guerre, Haine, Humain, Histoire, Information, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Karma, Laïcité, Langage, Langue, Liberté, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Mieux, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Panoptique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Poisson, Porte, Privilège, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Virus, Yokaï

 
main_empreinte_chosesden_o.jpg
 
 
Laïcité le comble de la possession
par la dualité  du croire/ne pas croire
formant un manichéisme engendreur de chaos.


Page dédiée à Perceval qui cherche la Réalisation du Soi (la Coupe ou Vase, l’Enclos).
 
 
Le concept de laïcité fabrique LA POSSESSION bien dans la nature du capitalisme et de sa marchandise et de son pouvoir d’achat, celle qui fait que chacun POSSÈDE SA PETITE VÉRITÉ BIEN À LUI, son droit d’auteur (et au blasphème accessoirement), son opinion messianique, sa carotte personnelle le faisant avancer vers une « fin des temps » où il serait enfin libre… par son « droit » de penser, dans sa dualité INTÉRIEUR-EXTÉRIEUR.
Prendre les choses ainsi, en laïcité et État de droit, et dualité sujet-objet, c’est le comble de la possession, donc le comble de la raison édictée au 18è siècle en France par des gens fortunés et perruqués qui n’avaient pas à salir leurs mains vu qu’ils avaient des domestiques, des inférieurs, pour laver leurs fripes et poudrer leurs postiches.
La Laïcité à la française étant vu comme une « liberté » (de croire ou de ne pas croire), donc comme L’ATTACHEMENT à une délivrance PROJETÉE, L’ATTACHEMENT À UNE CROYANCE SOMME TOUTE, DANS UNE PERSONNALITÉ OU PERSONA FIXÉE, laquelle implique la répartition de l’expérience selon la dualité moi/ce qui est à moi (comme mon opinion et ma maison et ma femme et mon chien). La nature humaine est cette dureté extrême qui CROIT pouvoir se libérer : ce désir d’éternité, cette nostalgie de l’Être maintenant et depuis longtemps transformé par le capitalisme en AVOIR.
Mais cette nostalgie c’est seulement le « truc » du mental appartenant à l’être humain qui l’éprouve, qui le met à l’épreuve. Cette partie étant le fait naturel, IMPERSONNEL de l’humain, L’IMMORTALITÉ INDIVIDUEL OU PAR L’EGO NE PEUT PAS EXISTER ! L’EGO EST SEULEMENT UNE ILLUSION, UN SPECTRE-SPECTACLE DANS CETTE SOCIÉTÉ DU SPECTACLE AVEC SES ACTEURS ; CE QUI VEUT DIRE QUE LA DÉLIVRANCE, LA LIBERTÉ, N’EST JAMAIS INDIVIDUELLE, ET C’EST CE SUR QUOI VOUDRAIT NOUS ENTRAÎNER L’OLIGARCHIE SOCIALISTE DU NOUVEL ORDRE MONDIAL, MAIS UNIQUEMENT DANS SON ASPECT DICTATORIALE IMPOSÉ ET CONSOMMATEUR ET CAPITALISTE DANS L’OPTIQUE TALMUDISTE ET SON ANTIENNE : « RIEN N’EST BON POUR LES JUIFS SI CE N’EST BON AUSSI POUR CEUX QUI LES ENTOURENT » (pages 340, 359 et 365 du livre de Jacques Attali : Les Juifs, le monde et l’argent).

L’ego qui croit pouvoir se libérer par le capitalisme et l’argent comme le prétend si clairement Attali page 18 de son livre, est l’arnaque aussi gigantesque que l’invention du pouvoir du peuple dans un État dit républicain et démocratie, un État qui dit POSSÉDER ses « valeurs républicaines » et qui veut les fourguer à tous. IL Y A INVERSION !

LA DÉLIVRANCE N’EST PAS INDIVIDUEL PARCE QUE PAR L’EGO INDIVIDUEL IL Y AURA TOUJOURS LA POSSESSION DE TOUT ET N’IMPORTE QUOI (4). UN LIBÉRÉ VIVANT NE POSSÈDE RIEN, SURTOUT PAS D’OPINION !

LIBERTÉ INDIVIDUELLE = LE COMBLE DE LA POSSESSION, SOIT LE COMBLE DE L’ASSERVISSEMENT : CE QUE VOUS POSSÉDEZ VOUS POSSÈDE, VOTRE OPINION, SOIT VOTRE « LIBERTÉ D’EXPRESSION » VOUS ENCHAÎNE, VOUS ASSERVIE ENCORE PLUS.
Cette « liberté d’expression » est la dualité être-avoir constituant le ‘moi’, qui par sa « liberté » de raisonner avec ses pensées N’A QU’UNE EXISTENCE DIALECTIQUE, UNE EXISTENCE D’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule), UNE EXISTENCE DE POLÉMIQUES ET DE POSSESSION PAR L’EGO.
Coupé du ‘moi’, du ‘mien’ possessif, cette liberté d’expression n’existe pas (elle n’est que dans le monde des accidents).
Le ‘moi’ est par essence PROPRIÉTAIRE ; détaché de sa possession, détaché de son opinion ou de sa petite vérité, IL N’EST QU’UN SPECTRE-SPÉCULUM, SPÉCULATEUR OU TRAVAILLEUR DU CHAPEAU ; IL EST STÉRILE. De plus, il faut bien que quelqu’un soit quelque chose !
« Maintenant, suppose-t-on un ‘moi’ substantiel qui reste identique à lui-même [droit dans ses bottes] ? Ce qu’il s’approprie, du moins, est différent. Et puis un ‘moi’ coupé de toute appropriation, que peut-il bien être pour vous ? » (stance 27, 4, Nagarjuna).

La « liberté d’expression » ou « liberté de pensée » est un messianisme de la Carotte ou du « UN JOUR MON PRINCE VIENDRA », rêve messianique ou d’un DORG (Demain On Rase Gratis) ; un jour je m’éteindrai, libéré de ceci et de cela de mes possessions, psychiques et matérielles, LA LIBERTÉ ME REVIENDRA, comme si c’était quelque chose à acquérir en magasin, ET SOUS CONDITION DE CECI OU CELA.


Ce monde est dans le drame de l’ego qui gouverne tout, dans la dualité PUR-IMPUR laquelle joue un rôle fondamental dans les systèmes religieux.
IMPUR = CE QUI DÉRANGE, CE QUI EST INCONFORTABLE, COMME LA MALADIE OU LA SOUFFRANCE. De nos jours de technologie et de « droit » à posséder pour n’importe quoi, la mort est devenu l’impur total, l’insoutenable ! Et si on se considère uniquement comme le corps cet état insoutenable ne peut qu’être « lavé » dans l’acte sexuel lui-même, d’où le renforcement inévitable du corps ! qui cherche à se « purifier », à se consoler par cet acte ESSENCE DE LA DUALITÉ PUR-IMPUR comme cherchant à se donner une NOUVELLE NAISSANCE.
C’est l’AMBIGUÏTÉ MÊME, L’AMBIGUÏTÉ DU SACRÉ (et son DANGER (3)). Tout être, tout objet, tout acte sacrés sont le lieu d’une profonde et absolue ambivalence : on le voit dans le social européen actuel avec le covid, l’islamisme et le républicanisme, etc. Les sécrétions sexuelles, et l’acte sexuel, sont à la fois souillure et mort, pureté et vie, agent de contamination infectieuse et agent de vie dans une dualité exacerbée : Vie-Mort se « bouscule ».


Vie-Mort se « bouscule » comme CHRIST ET SATAN (DIA-Ble, D’Ange-r), COMME ALPHA ET OMÉGA, COMME CROIRE OU NE PAS CROIRE.

Lucifer qui règne actuellement par son régime capitalo-républicain de possession se traduit aussi par L.C.F.R. (Alcofribas, de Rabelais : Consacré au Dieu purificateur par austérité. Mais, quel Dieu ? Lucifer ou Phosphora ? Marie conçue sans péché de chair ? ou mieux : la Vénus des Païens et Déesse du Bonheur. Et quel bonheur ? la débauche et le sexe ? ou les jouissances intellectuelles ? Le Dante ne pouvait être que de ces derniers : sa Divinité Béatrice est l’Alcofribas de Rabelais). On retrouve surtout L’AMBIGUÏTÉ PUR-IMPUR ou SACRÉ-VULGAIRE dans le mot hébreu Alep-pé : Alep (doux, familié) ; et (bouche et par prolongement : envoyé, orateur).
Dans la Divine Comédie (1) on retrouve ce mot Aleppe : « Pape Satan, pape de l’envoyé familier de Satan », Satan ou Satam Grand Administrateur, fiable, crédible, selon le lexique du sumérien, et Satum est un champ : en hébreu gan indique un champ, mot hébreu (2) copié sur le sumérien Gàn : champ, culture agricole ; sauru est un centre-ville ; le suffixe (avec accent sur le s) indique : intestins, boyaux, entrailles, abdomen, intérieur, dans et dedans.

« Pape Satan, pape de l’envoyé familier de Satan » : AMBIGUÏTÉ DU SACRÉ : JÉSUS-SATAN : CHRIST = L’ENVOYÉ DE SATAN, ou SATAM. Autrefois avec le pape, les Albigeois ne se gênaient pas mais ils prenaient des précautions pour marier Satan au Christ sous peine de finir sur un bûcher. Car Alep ou Aleph est le nom que Jésus se donnait lui-même : « Je suis l’Alpha et l’Oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin » (Apocalypse 22, 13).

Selon Grasset d’Orcet (dans Œuvres décryptées, vol.1), Alph-ao-mega signifie : « Le mage qui enseigne le libre vouloir et la douceur », ce qui est quasiment l’invention de la laïcité par le « livre vouloir » ancêtre de la liberté de pensée. En grec Alpha et Oméga se traduit pas « Grand Niveleur » (ou socialisme, communisme et nostalgie de l’Eau Primordiale), la fameuse égalité voulue par toute la judéo-maçonnerie spéculative et républicaine française ! Mais en grec Alpha signifie aussi l’instrument que nous nommons NIVEAU À BULLE, soit depuis la fin du 19è siècle en Occident : l’égalitarisme, l’UNIFORMISATION PLANÉTAIRE VOULUE PAR LE CAPITALISME ET SA RÉPUBLIQUE, L’ÉTAT PROFOND MENTIONNÉ CI-DESSOUS PAR KENNEDY.

Dante faisait du Christ et de toute son école le Satan ou Satam, le Grand Niveleur à l’image récente d’un Joseph Staline ou du Nouvel Ordre Mondial actuel : CELUI QUI ENSEIGNE LE LIBRE ARBITRE ET LA DOUCEUR (on repassera pour cette dernière...), ce que Dante niait (suivant Grasset d’Orcet).
Effectivement, Dante avait de justes raisons de se méfier, parce que tant que l’on reste dans la dualité pur-impur ou bon-mauvais, soit tant que l’on reste dans la laïcité et son croire ou ne pas croire, L’AMBiGUÏTÉ EST LA RÈGLE EXTRÊME ET L’USINE À FABRIQUER LE CHAOS PARTOUT, D’OÙ LE DANGER, ET DE L’AMBIGUÏTÉ, ET DE LA LAÏCITÉ À LA FRANÇAISE.


PROBLÈME DE LA LAÏCITÉ ET DE SA LIBERTÉ D’EXPRESSION : LA MAIN-MISE, le contraire de la MAIN OUVERTE.

MAIN-MISE : ”propriété privée défense d’entrer” semble vouloir dire l’emprunte de main apposée tel un tampon administratif sur une paroi de la caverne, non celle de Platon, mais celle de l’humain non encore cancérisé par l’urbain et l’électricité.

MAIN-MISE en signification d'ouverture : le Sol-I Terre, la Singularité du « Je suis CE JE SUIS » peut aussi signifier cette emprunte de main : la main est ouverte et non fermée comme après avoir saisie ou cachée quelque chose.

Rideau de Feu ou Paradis : un grand nombre de mots Nous Re-vèlent (tout symbole dé-voile un Instant pour mieux re-voiler dans l’Instant suivant afin d’attirer notre attention sur), alors, ambiguïté utile : TOUT SYMBOLE EST DOUBLE (donnant ainsi une certaine place à la laïcité, mais seulement UNE CERTAINE PLACE, MAIS PAS LA PLACE PRINCIPALE IMPOSÉE DE MANIÈRE DICTATORIALE EN FRANCE, LE COMBLE POUR LE PAYS DES GAULOIS !!!).

La Laïcité à la française étant l’Ambiguïté même, la dualité même, comme la liberté fabriquée, elle se place comme le SACRÉ SUPÉRIEUR qui en fait une SOUS-RELIGION OU UNE VARIATION AU SEIN DE LA RELIGION THÉMATIQUE DE LA RÉPUBLIQUE : cette religion qui ne dira jamais son nom puisque Dieu est caché, puisque le Centre est nulle part, et la Circonférence, Nous les citoyenisés, sommes partout. IL Y A BIEN IN-VERSION.
La Liberté étant par définition inconcevable sous peine de l’organiser et de tomber dans son contraire la soumission, la laïcité censée représenter la Liberté de croire ou non est elle-même inconcevable. Si la Liberté-laïcité était concevable par quelque mental humain, cela Nous conduirait dans l’actuel chaos. En conséquence tout ce qui est de concept humain UTILITAIRE dans le spatio-temporel et dans l’opinion évolutionniste qui fuit vers ce qui n’a pas de fin, est une saloperie.

Rappel : jusqu’au 18è siècle l’imprimerie maintient le pronom personnel I qui deviendra ensuite ‘je’, amplifiant ainsi l’ego ; le I laisse en place l’Axe de l’humain en tant que Soi ou Singularité, vrai INDIVIDU alors que de nos jours il n’est plus qu’un dividu parce que divisé comme le sont les marchandises qu’il est devenu. « Mes ge la vi e s’i parlai » (Perceval, Chrétien de Troyes 1170). Notons que I se retrouve dans ial adjectif et ivel (égal) ; iave, ieve (Eve, eau). De même icel, icelui, icil, ice (cela), etc. (Réf. Dic. du français du Moyen-Âge).

Le i du ie c’est déjà prendre conscience de nos méprises, donc de nos opinions qui construisent cette laïcité, c’est déjà la délivrance. La délivrance ne consiste pas en une laïcité dans son monde qui se voudrait uniquement « objectif », par sa raison, la délivrance est une affaire de l’Éveil. La délivrance est affaire du INNÉ-IGNÉ : TOUT EST LIÉ ET DÉLIÉ, sinon on tombe comme maintenant dans le Nouvel Ordre Mondial luciférien !!! Et lorsque la compréhension est parfaite, lorsque le ‘je’ ego est compris, icelui disparaît comme n’ayant jamais existé.

EAU PRIMORDIALE OU PUTRÉFACTION = LA SEULE LIBÉRATION POSSIBLE.



Notes.
1.
"Pape Satàn, pape Satàn aleppe !",
cominciò Pluto con la voce chioccia;
e quel savio gentil, che tutto seppe,

disse per confortarmi: "Non ti noccia
la tua paura; ché, poder ch'elli abbia,
non ci torrà lo scender questa roccia."

Poi si rivolse a quella 'nfiata labbia,
e disse: "Taci, maladetto lupo!
consuma dentro te con la tua rabbia.

Non è sanza cagion l'andare al cupo:
vuolsi ne l'alto, là dove Michele
fé la vendetta del superbo strupo."

Quali dal vento le gonfiate vele
caggiono avvolte, poi che l'alber fiacca,
tal cadde a terra la fiera crudele.
(L’Enfer, Chant VII, début)

2. L’Ancien Testament est copié sur des textes sumériens, et le mot Gàn perdit son sens originel : le Gàn-Edin : Champ de l’Edin qui devint le Gan Eden ou « Jardin d’Eden », un endroit où le conventionnel aime a opinioner que c’était le paradis. Mais comme avec le cas moderne de l’État profond cité par Kennedy dans la vidéo ci-dessous, ce « paradis » était LOCALISÉ dans « la cité des Dieux », où la charge de travail était très lourde donc le contraire d’un supposé paradis.
POURQUOI CERTAINS ONT FAIT CE SURPRENANT AMALGAME entre de champ où travaillaient pour les Dieux les premiers-hommes esclaves (illustré étonnamment par la série Stargate SG1), et un lieu de Félicité équivalent au Soi ?
Le mot PARADIS signifie RIDEAU : quand le voile ou le MASQUE est levé, C’EST LUMIÈRE au sens de la Caverne de Platon : « Quand tu as considéré ta propre ruse, retourne voir d’où elle vient : VA À L’ORIGINE [mythe de l’éternel retour ou Retournement de la Lumière au sens du Secret de la Fleur d’Or]. Tout ce qui est en bas est venu d’en haut : allons, tourne ton regard vers les hauteurs [vers ton Soi]. Regarder en haut octroie la lumière, bien qu’au début cela produise, COMME ÉPREUVE [le rideau de feu ou paradis : correspond à la dualité veille-mort ou sommeil, la veille étant l’EGO, LE COLLECTIF et non résolution de la dualité Moi-Collectif/Moi-Individuel, LE SOCIAL. Lever le Rideau ou visiter le paradis c’est PUTRÉFIER, APOCALYPSER, RÉALISER DANS L’ABSOLU LE SOI : ALLER AU-DELÀ DE L’EGO, LE DÉTRUIRE MÊME, D’OÙ LA LUMIÈRE AVEUGLANTE INSUPPORTABLE EN DEHORS DE LA CAVERNE DE PLATON, COMME SI LA GRATUITÉ OU SEUL RÉEL ÉTAIT INSUPPORTABLE, DÈS QU’ON E(N)LÈVE SON MASQUE, SA PERSONA (ou jeu, ‘je’ du moi-individuel), ON RISQUE EFFECTIVEMENT D’EN MOURIR, SOIT L’INVERSE DU PARADIS. Ce monde « nouveau » ou paradis est séparé de nôtre vulgaire et lourdeur spatio-temporel PAR UN RIDEAU DE FEU].
Accoutume ton œil à la lumière ; si tu n’es pas une chauve-souris, regarde dans cette direction.
La vision de la fin [la mort ou commencement] est signe que tu possèdes la lumière ; le désir du moment est en vérité ta tombe [si on se fixe quelque part, son on s'arrête].
L’homme ayant la vision de la fin, qui a vu des centaines d’artifices [du monde des phénomènes], n’est pas pareil à celui qui a seulement entendu parler d’un seul artifice, et qui a été  si berné par ce seul artifice que dans son orgueil il est devenu détaché de ses maîtres ». (Mathnawî, Livre II, 1973-79).

L’inverse du paradis est effectivement le monde du travail, le monde du salariat, LE MONDE DU TROUPEAU TRAVAILLANT POUR LES DIEUX DANS UN CHAMP PRIMORDIAL EN EDIN (plaine mésopotamienne) !!!
Même confusion, les deux Jardins (la Caverne intérieur-extérieur) avec les POMMES DES HESPÉRIDES : Diodore de Sicile a même écrit que le Jardin renfermait le troupeau de moutons des Hespérides… Mais certains ont malgré tout gardé l’opinion de pommes plutôt que celle d’un troupeau… de moutons : LES BESTIAUX DE YAHVÉ : SON PEUPLE ÉLU !
La racine du terme hébreu YAHVÉ provient de l’égyptien ancien : Iaw (adoration, prière). Ihw = parc à bestiaux… les mour(t)ons salariés actuels…

Les anciens poètes grecs utilisaient les termes dieux et démons (Daimônes) pour désigner les êtres surnaturels d’une même communauté céleste. Dans l’Illiade, Homère utilise « Daimôn » à cinq reprises dans le sens de Dieu. Plusieurs traditions font de ces « Daimôn » des PRÊTRES : intermédiaires entre les Dieux et les humains. Mais QUELS INTERMÉDIAIRES ? Puisque SACRÉ = AMBIGUÏTÉ (et DANGER-ambig), et que le peuple prêtres ce sont actuellement ceux qui se disent « Juifs » ? Or l’étymologie de Daimôn, indiquerait vers le terme daiô (partager), alors Daimôn signifierait « qui partage », ce qui n’est pas le cas du peuple prêtre qui VEND TOUT selon son antienne talmudique en dualité de l’offre et de la demande, soit créer aussi un besoin : « RIEN N’EST BON POUR LES JUIFS SI CE N’EST BON AUSSI POUR CEUX QUI LES ENTOURENT ». Donc vendre des services : acheter, vendre, acheter, vendre. Un Menasseh Ben Israël en 1650 écrira dans son Apologie des Juifs, que « les quatre cent familles juives des Pays-Bas rapportent beaucoup d’argent à l’État et que, partout où ils sont admis, les Juifs sont de bons citoyens qui ne veulent rien d’autre qu’apporter la prospérité autour d’eux. ‘Ce sont de fidèles vassaux’ », rapporte J. Attali dans : Les Juifs, le monde et l’argent.

3. L’Ambiguïté : celle du décodage des mots au-dessus de la Science globalisante dans la géométrie de la ligne droite euclidienne : LA FLÈCHE DU TEMPS. GLOBLE (mondialisme) et BOULE (sym-bole, comme ventre, sac, peau, paquet, emballage, et aussi balle à lancer, à jeter). Si le Christ pour Dante est le Satan, il est donc Dia-bolique : de dia (à travers) comme dia-gonale, dia-logue (en anglais de l’informatique on dit « se loger » (s’enregistrer). GLOBE = LE TOUT, PAN et DIABLE vont tomber avec le vulgaire dans la laïcité en dualité bien-mal ou pur-impur du manichéisme scolaire, cette forme de Vérité informatique, artificielle (fixé, entre-posé). Mais, TRANS-EN-DENSE, DIA = À TRAVERS, comme DIA-gonale. IL Y A AINSI À DISTINGUER LE DIABLE DU SATAN SATAM EN EN FAISANT FAUSSEMENT L’IMPUR, LE MAL-UN (le mauvais Un ou mauvaise Unité, le mauvais chef) !!!
Dia-ble, le Cap-able de Deux : Di ; le capable de Di-chotomie (di-vision) ; capable de Di-ffamation, avec les implications en dualité séparé/non-séparé du Soi originel qui permet la Conscience infinie (visualiser les apparences comme le permet l’Aleph….)

AINSI AMBIGUÏTÉ DU SACRÉ = DANGER COMME LAÏCITÉ = ENCORE PLUS DANGER : DANGER : d’Ange, issu de l’Ange.
LAÏCITÉ = GRAND DANGER PARCE QUE JUGEMENT PAR L’OPINION, JUGEMENT PAR LE MENTAL ET SES CINQ SENS, QUI VONT FORMER UNE IMAGE, UN SYMBOLE TOUJOURS DOUBLE ET JAMAIS FIXE, COMME L’OPINION…… DANGER DE L’OPINION ET DE L’EGO, LE JOC OU JOCKER EGO QUI MÈNE CE MONDE. Danger du Dieu devenu Humain trans-formé : devenu méta : milieu, morphé : forme, par l’intermédiaire de son JEU PERSONNEL ou SA LAÏCITÉ (le ‘je’ ou ego, celui possessif de la laïcité à la française), la PERSONA doublement masquée sous mondialisme covidesque ; ce ‘je’ qui est L’INVERSION du I et IL (sans ego, impersonnel) ou du L (EL ou AL) divin.

4. Comme le montre l’exemple cinglant avec le déluge du libéralisme des : « Votre député, Votre Santé, Vos Vacances, Votre conseiller, Votre numéro, Votre voyante, Votre boulanger, etc. ».
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 19-10-2020 03:15

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >