Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Le social grégaire-grumeau-pâte
Le social grégaire-grumeau-pâte Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 26-10-2020 23:35

Pages vues : 61    

Favoris : 6

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Foi, Gratuit, Grégaire, Guerre, Haine, Humain, Histoire, Information, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Karma, Langage, Langue, Liberté, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Mieux, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Panoptique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Poisson, Porte, Privilège, Ptah, Religions, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Yokaï

 
tubes_electronics_feectricit.jpg
 
 
Le social grégaire-grumeau-pâte
pâte à malaxer par le politisme médiatico-étatique


L’écrit appauvrit la pensée.
La technologie commence au Néolithique avec
l’invention de l’agriculture et de l’État.
 
 
SOCIAL-GRÉGAIRE GROUPEMENT DES MOUTONS : alphabétisation (bétisation ou rendre informe-informé) a été développé avec un zèle remarquable en Occident à partir de l’époque de la Renaissance. Luther milite avec ardeur pour la mise en place urgente de l’instruction obligatoire. Tout retard ne pourra que « mener à la colère divine, à l’inflation, à la peste et à la syphilis, aux guerres sanguinaires et aux révolutions… ».
Edward Gibbon prenait la suite de Luther quand il déclare en bon Occidental colonisateur du « sauvage » au « civilisé » annonçant l’utilitarisme anglo-saxon et l’évolutionnisme du darwinisme : « Ce qui permet de distinguer un peuple civilisé d’une horde de sauvages, incapables d’accéder au savoir [sic] et à la réflexion [raison], tient tout entier dans l’usage des lettres […]. Soyons certain : s’il ne possède pas une sorte d’écriture, un peuple ne pourra jamais conserver des traces fidèles de son histoire [utilitarisme et égoïsme], ni avancer si peu que ce soit dans les sciences abstraites, ni accéder, à un degré acceptable de perfection, aux arts utiles et agréables à la vie [sic] ». (Gibbon, 1776).

Cela ne vous rappelle pas nôtre époque covid-laïcité avec justement un enseignant décapité comme si on avait coupé à la fois la tête à Luther et à la république et à sa « raison » (État de droit) ?
Au 19è siècle, un enseignant dans l’Ontario, déjà initié au bidouillage mental de la statistique, affirme : « une personne non instruite commet 56 fois plus de crimes qu’une personne instruite » (cité par D.R. Olson dans : L’univers de l’écrit, page 20).
Au 17è siècle, Francis Bacon estimait que les trois inventions qui avaient « changé la face du monde » étaient : l’imprimerie, la poudre à canon, l’aimant. (L’aimant, de nos jours peut être comparé aux « réseaux sociaux » et au tout connecté du grégarisme socialisant pire que l'Église…).

Écriture, grégarisme ou « développement social » vont ensemble.
SOCIAL = INTÉGRATION D’UN NOMBRE CONSIDÉRABLE DE PERSONNES DANS UN SYSTÈME POLITIQUE DIVISEUR EN HIÉRARCHIE ET CLASSES. CELA DANS UN UTILITARISME CONSISTANT À FAVORISER L’EXPLOITATION DES ÊTRES HUMAINS (à ce hui on parle de « consommateurs » et de « marché de l’emploi », on parle aussi d'"électeurs"). Cet utilitarisme en forme d’exploitation permet effectivement de rassembler, de « connecter », des millions de salariés pour les astreindre à des tâches imbéciles ou aliénantes.
La fonction primaire de ce « tout connecté » par l’alphabétisation ou NOUVEAU SOCIALISME (singerie de celui du Christ-Jésus) est de faciliter l’asservissement.
L’emploi de l’écriture est vraiment secondaire ou est un phénomène culturel en vue de tirer un utilitarisme intellectuel ou un esthétisme moralisateur.

Alphabétisation = mise en place d’un contrôle social, afin de former de bons citoyens, des salariés productifs et rentables, et, si nécéssaire, des soldats obéissants (en 2020 en France le « Nous sommes en guerre » de Macron, résultat : tous masqués…).
Ainsi l’acharnement de l’Église protestante à alphabétiser l’Allemagne de la Réforme peut être comprise comme une tentative de convertir, de COLONISER LA POPULATION, de l’arracher à ses traditions et de l’amener à un politisme des plus tatillon reposant sur la plus stricte conformité conventionnelle.
COMME DE NOS JOURS : Ce ne sont pas les masses dépourvues d’instructions (non encore « programmées ») qui ont exigé que soit mise en place une instruction obligatoire et généralisée, instrument présumé de leur « libération » ; c’est la classe dirigeante, comme toujours depuis l’invention de l’État, qui la leur a imposée, dans le rêve utilitariste et de possession, de colonisation, d’y former des travailleurs productifs et de bons citoyens bien programmés.

INSTRUCTION = OUTIL DE LIBÉRATION ? OU DE SOUMISSION ?
INSTRUCTION = DUALITÉ DEHORS-DEDANS…..

L’instruction obligatoire et grégaristique commence en Europe au 19è siècle s’industrialisant sous la poussée des banques qui naissaient un peu partout, développement industriel qu’annonçait d’ailleurs les gravures et le texte de l’Encyclopédie des Diderot et Cie
.

- Le mental originel évolue dans un monde merveilleux, peuplé de Dieux et de Démons ; il vit sous l’influence d’incantations et d’augures.
- Le mental dit « rationnel », et donc utilitariste, engendre une conception technocratique du monde, où la « preuve » va dominer (le Pour-Voir), il engendre aussi la dualité cause et effet. C’est ce monde qui va aboutir à sa démocratie et à la technologie galopante ; alors que les cultures non alphabétiques ont donné naissance à la SCIENCE dans le vrai sens du terme, puisque y associant intimement : philosophie, sagesse et spiritualité.
Dans le mental rationnel et scolaire (de la tradition écrite se mettant en place) de l’après 1789, les sociétés administratives contemporaines ont donné une grande importances aux textes et à la pratique de l’écrit, le POUR-VOIR. Le Pour-Voir se traduisant dans l’actuel NUMÉRISATION INFORMATIQUE DU MONDE : essayer de « rendre les opinions claires », ce qui veut dire lire, écrire et penser, notions sans cesse rebattues mais si imprécises cat il faut y inclure la laïcité à la française.
Il est monstrueux d’orgueil de croire que les gens qui ne savent pas lire sont pitoyables et handicapés, et qu’ils sont victimes de la malnutrition et de la maladie ; en finir avec les opinions que les membres d’une communauté qui ne pratiquent pas la lecture et l’écriture sont des « sauvages » ignorants, des « enfants » qui ne parviendront pas à appendre à lire et donc qui ne seront pas « éducables », et que ceux qui ne sont pas « allé à l’école » ne savent pas grand chose (d’intéressant).

La technologie commence au Néolithique avec l’invention de l’agriculture et de l’État. Transformer une plante « sauvage » en une plante « domestiquée » ou « cultivée », et une bête « sauvage » en animal « domestique », pour produire, en chacun d’eux, LA POSSESSION, L’UTILITARISME (nutrition ou technologie utiles qui y étaient précédemment absentes ou insoupçonnables) ; pour faire des poteries et des amphores solides imperméables à l’eau et aux poussières à partir d’un argile fragile, instable et friable, etc., il n’y a aucun doute que toutes ces réalisations exigent une attitude pré-scientifique et un DÉSIR ou CURIOSITÉ.
IMPORTANT : l’humain du Néolithique ne pouvait qu’être L’HÉRITIER d’ancêtres ayant ORIGINELLEMENT UN SAVOIR UNIQUEMENT SCIENTIFIQUE (le technologique ne pouvant venir d’après, il ne pouvait que reposer sur la Science, et non l’inverse comme on le croit de nos jours).

Il ne peut pas exister de laïcité dans le social, parce que pour exister en tant que « personne » dans une société, elle doit adopter les conventions-opinions de cette société ; ces conventions-opinions possèdent le sens de RELIER, DE RELIGION ET ONT UN STATUT SACRÉ, DONC PAR ESSENCE AMBIGUÏTÉ dans la dualité du pur-impur ou dedans-dehors. LÀ EST LE GROS PROBLÈME DE LA DUALITÉ DRAME DU MONDE.
Suite à la Renaissance en Europe, avec les Conquistadors espagnols et portugais, l’imprimerie, Galilée et la Réforme, l’ensemble qui allait faire naître la technologie actuelle et la psychologie mentaliste (tout par la raison et son État de droit) ; tout cela a été des manifestations de changements sociaux associés au déclin de la féodalité ET À L’ÉMERGENCE DE L’INDIVIDUALITÉ, DU CAPITALISME ET DES ORGANISATIONS DE RÉGIMES POLITIQUES EN DÉMOCRATIE ET CONFLITS D’INTÉRÊTS (à cause de cette amplification de l’ego).
La Réforme ne pouvait que produire le capitalisme.
La pensée actuelle est celle de l’écriture alphabétique puis de l’invention de l’imprimerie, qui précède l’actuel ordinateur qui numérise ou qui calcul ce monde, montrant le winnerisme du triomphe de la raison de 1789 sous la forme de l’ordinateur killer de l’humain bien plus qu’un simple virus dénué de « raison »

Avec l’écriture on entre dans le Pour-Voir et la fin du Merveilleux par la conception-opinion du monde actuel, le « merveilleux » étant confié à des « spécialistes », comme les usines Hollywood et autres. Déjà au 17è siècle en Europe le « savant » a accès à plus d’auteurs médiévaux qu’aucun érudits du Moyen-Âge n’en a jamais connu. En 1202 la bibliothèque de la cathédrale de Rochester ne disposait que de 241 volumes !

LA PENSÉE MODERNE EST AUSSI FERMÉE, FIXE, QUE :
« Toutes les pierres sur la Lune sont bleues.
L’homme qui est allé sur la Lune a vu une pierre.
La pierre qu’il a vue était-elle bleue ? »

« Toutes les femmes qui vivent à Monrovia sont mariées.
Kenu n’est pas mariée.
Kenu vit-elle à Monrovia ? »

Le développement de l’Europe n’a été possible, bien plus qu’avec l’Église catholique, que grâce au développement de l’écriture à travers l’invention de l’imprimerie ; alors que dire avec le parallèle de l’actuelle invention de l’informatique ? qui a pénétré nos foyers seulement depuis, tout au plus, une trentaine d’années, et que les GAFAM (réseaux nouvelle Église capitaliste) ne sont âgés que d’une vingtaine d’années en moyenne.
LA « RÉVOLUTION NUMÉRIQUE » COMMENCE À LA RENAISSANCE AVEC L’IMPRIMERIE.

Le problème : depuis la perte de ce qui est Seul Réel, les êtres humains ne voient que « CE QUI EST VISIBLE » PAR LEURS CINQ SENS, à savoir saisir, posséder par des mots-opinons et dessins les propriétés visibles des objets estimées « À L’EXTÉRIEUR », c’est-à-dire EN DUALITÉ d’un sujet examinant un objet donc INDÉPENDAMMENT DE CET OBJET, lequel ne peut exister que DANS son mental, alors il va inventer une nouvelle réalité ou nouvelle manière de voir, de dessiner et de décrire, afin de nommer ce qu’il CROIT ÊTRE LE VISIBLE OU LE POUR-VOIR.
Une fois la « chose » détectée ou identifiée, l’opinion conventionnelle aura tendance à penser que ses structures sont réelles « parce qu’elles ”existent dans le texte” » (ou dans l’ordinateur), et que ceux qui ne parviennent pas à les voir sont atteints de cécité ou délirent !
La culture de l’écrit et maintenant de la numérisation informatique ne pouvait que RENFORCER L’ÉTAT, SES CROYANCES, SA SOCIÉTÉ BUREAUCRATIQUE, LES PROBLÈMES DE LA LOI, DE LA RELIGION, DE LA POLITIQUE, DE LA CULTURE DE MASSE est la conséquence de cette forme particulière de l’écrit maintenant digitalisé. C’est cette culture de l’écrit qui sera utilisé par les institutions publiques de l’État pour l’éducation.


Le mental étant LE killer de ce monde, rien ne permet de penser que nos « manières de  com-prendre » (comme, de communication et prendre : posséder, opinioner) sont culturellement universelles.
Or, un ensemble d’activité n’est jamais universel pour tout le monde, et l’on devrait envisager l’extrême diversité des usages et des manières de créer des textes, ou des dessins. Diversité de créer des textes que ne doivent pas empêcher les institutions dominantes de l’État (juridiques, politico-scientifiques, voir spirituels). La littérature alchimiques est cette tentative de se libérer du conventionnel imposé par l’extérieur de tous les Pour-Voir possible, dont l’État (aussi bien monarchique que républicain).
Au 14è siècle, une nouvelle manière de lire et de penser les textes s’est imposée. Elle a été mise en œuvre par quelque pouvoirs de l’Église de Rome et par divers mouvements hérétiques aux yeux de cette Église, mais n’a été normalisée, institutionnalisée qu’avec la Réforme. Alors, que dire de L’ÉLECTRICITÉ DYNAMIQUE, DU TUBE ÉLECTRONIQUE (lampe) PUIS DU TRANSISTOR qui donnera l’informatique actuelle et la digitalisation du monde, ÉLECTRICITÉ DYNAMIQUE DÉCOULANT DU FEU (au sens général) 
?!


[En référence à : L’univers de l’écrit - Comment la culture écrite donne forme à la pensée, de David. R. Olson]
 
 

Dernière mise à jour : 27-10-2020 00:08

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >