Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Covid-19 ou 21 = RIEN NE CHANGE
Covid-19 ou 21 = RIEN NE CHANGE Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 28-10-2020 00:58

Pages vues : 60    

Favoris : 11

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Foi, Gratuit, Grégaire, Guerre, Haine, Humain, Histoire, Information, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Karma, Langage, Langue, Liberté, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Mieux, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Panoptique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Poisson, Porte, Privilège, Ptah, Religions, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Yokaï

 
judaism_gaza_carrtoons8.jpg
 
 
Covid-19 ou 21 = RIEN NE CHANGE
CAR PLUS ÇA CHANGE ET PLUS C’EST LA MÊME CHOSE.
Que ce soit les révolutions dans le social,
ou les révolutions dans les politico-monnaies.
PLUS ÇA CHANGE ET PLUS C’EST LA MÊME CHOSE,
LE CAPITALISME ÉTANT UN BALBUTIEMENT PENDANT
DES MILLÉNAIRES IL EST MAINTENANT
EN RADOTAGE, ET EN LIEU COMMUN : très clair
dans la f(r)iction Covid-19-21 uniforme social.
 
Dès qu’une révolution est à l’ordre du jour,
les Pour-Voir du régime et bancaire nous
sortent toujours leur : « Rien ne pourra
jamais être comme avant ».
Chute ou révolution = LA PLUS VIEILLE ERREUR
DU MENTAL DE L’HUMAIN DE L’APRÈS NÉOLITHIQUE,
à chaque génération, à chaque saison la Chute
se renouvelle et fait croire à l’humain qu’il
peut refaire sa société selon son opinion.
IL Y A UN CONFORMISME DE LA RÉVOLTE
qui arrange tous « ordres établis ».

Évolutionnisme = se laisser duper (comme la pub).
Aller de l’avant = se faire voir et avoir.

L’histoire de l’humanité de l’après Néolithique
est un Hollywood permanent, et gratuit !
Depuis plus de 2000 ans maintenant les
choses n’ont guère changé : le même rabâchage
dans la dualité bien-mal, la même répétition
du vrai et du bien.

Même rabâchage énormément dangereux qui consiste
à confondre la nouveauté et le progrès, ce qui
bouge et ce qui monte dans le genre messianisme,
et présent à tous les maux qui découlent de
ces croyances-illusions.

Rythmiquement les Pour-Voir annoncent l’arrivée
du messie : ce fut la « démocratie » et
sa république en 1789, et un peu avant ce fut
« la France de Clovis Fille aînée de l’Église ».
Toujours les mêmes mystifications idéalistes,
suivies de très près par des « sauveurs » bien
intentionnés comme Adolphe Hitler, Staline,
ou Bill Gates et Robespierre ; toutes ces
personnes déliraient d’optimisme en forme de
messianisme : ils nous ont tous promis un
nouveau monde et régénéré. On connaît la suite.
 
Ces Pour-Voir politico-financiers CROIENT
toujours opérer une transformation profonde,
et durable, en se nourrissant de la prétention
que « rien ne serait jamais plus comme avant.
Ce qui fut vrai, mais en sens inverse :
TOUT, EN GÉNÉRAL, A ÉTÉ PIRE.


Reconnaître l’adversaire c’est se mesurer à lui,
c’est l’honorer et, par-là, lui ressembler,
comme se marier à lui, comme « vivre ensemble ».

Pessimisme ?
Mais, la Vraie Vie n’est pas dans ce monde
de « consommateurs » soumis au capital.
La Vraie Vie n’est pas de ce monde des
ACCIDENTS, lequel ne fournit que des
noms-les-formes, lesquels sont incapables
de conférer un SENS, qui est Essence,
ou le EST [dans le Soi ou l’Instant].
Car le mental humain ne fait qu’organiser
le chaos en engendrant encore plus de chaos !
UN MONDE FAIT PAR L’HUMAIN EST UN MONDE INHUMAIN !
C’EST LE MONDE DE L’USURPATEUR, DE LUCIFER.


RÉGLE DU CAPITALISME.

C’est la MARAUDE, le LARCIN, la FAUSSE MONNAIE comme l’économie de la drogue : légale ou illégale c’est la même chose dans ce monde spatio-temporel : « Ce n’est jamais le cheval, qui cultive l’avoine [l’avoir], qui la mange » (le salarié n’est qu’en survie). Ça c’est l’aspect matériel. L’aspect spirituel fait que le mental de l’humain se construit dans le temps à la façon d’un carrelage : chaque humain est dans sa façon de penser, de sentir, un résultat de la vie, de sa vie à lui. Il est fabriqué, moulé dans un cadre temporel et social. Il est conditionné. Il n’est pas libre.
Ce que l’humain appelle « liberté », ce n’est que le droit de rechercher les conditionnement qui l’arrangent le mieux, dont il jouit le plus, ce qui n’est pas possible sans contredire ce qui convient à l’autre.
RÉSULTAT : de perpétuels conflits entre individus, classes ou nations, parce que reposant sur le concept de démocratie construit sur ces mêmes conflits d’intérêts, la condamnant à la frustration permanente par ses propres limitations. La démocratie est d’une stérilité totale et dangereuse ; elle favorise le COMPLEXE DE FRUSTRATION : le sentiment d’être privé d’un bien (électoral) ou d’être privé de son « pouvoir d’achat » que le démocrate estime lui être dû. Ainsi le démocrate délirant donne naissance à un pessimisme incurable.

ÉVOLUTIONNISME = SATIÉTÉ ET ENNUI, LIMITATION ET DESTRUCTION. D’UN CÔTÉ LES PROMESSES QUI MEURENT D’ÊTRE TENUES, DE L’AUTRE LE MIRAGE DE L’IMPOSSIBLE AU MENTAL HUMAIN.

ÉVOLUTIONNISME = LE GOÛT DE LA FOULE ET SON « VIVRE ENSEMBLE », soit l’indice du pire comme disait Sénèque, pour vivre il faudra dissoudre ce grégarisme, c’est-à-dire refaire les organismes là où la civilisation actuelle mécanico-électronique, informatique, n’a su construire qu’un immense réseau DE PROTHÈSES TRANSHUMANISTES ET CAPITALISTES.

Entre la Grâce-Gratuité et la merde-capitaliste il n’y a pas de milieu. Cela veut aussi dire que la laïcité à la française n’existe pas, elle se veut un milieu.

DE QUOI S’AGIT-IL ?
De sauver son Soi, de choisir son camp, où l’être humain sera, enfin, SEUL devant Dieu : DEVANT LUI-MÊME : « Dieu créa l’homme ; et l’homme créa Dieu. Ils sont tous deux les créateurs des noms et des formes. Mais en réalité, ni Dieu ni l’homme n’ont été créés ». Ramana Maharshi, entretien 264, du 20 octobre 1936. Ce qui rejoint le curé d’Ars : « Si on se voyait sans masque, on mourrait ». Pourquoi ? Parce qu’on se verrait hideux ? Ou mieux, parce qu’on ne trouverait que du vide sous le masque. La lucidité absolue serait le Feu qui se dévore Lui-même, l’Ouroboros qui se totalitarise dans l’Instant, dans le Ici et Maintenant, sur l’Instant de sa PERTE ou PUTRÉFACTION, preuve suprême ou la plus lumineuse de son existence ; soit accepter de descendre jusqu’à cette douleur insensée qui fait de Nous comme une poussière du Saint Chaos originel.
« Le malheur contraint à reconnaître comme Réel ce qu’on ne croyait pas possible » (Simone Weil, cité par G. Thibon).
MALHEUR ABSOLU : JE SUIS DEVENU LE PIVOT DE L’UNIVERS : LA VÉRITÉ DONT JE MEURS EST TOUJOURS PLUS VIVANTE QUE LE MENSONGE DONT L’HUMAIN CITOYENISÉ SE NOURRIT À LONGUEUR DE JOURNÉE (comme le précise si bien le curé d’Ars).


Le citoyen a peur de souffrir, alors il vit dans son social, en réseaux, en « vivre ensemble », car il s’aperçoit que vivre seul, précise qu’ON NE PEUT SOUFFRIR QUE TOUJOURS SEUL, EN PLUS DOUBLEMENT SI ON SE PLAINT, car on ajoute à la souffrance la honte par rapport à la dualité dedans-dehors, celle de n’avoir pas été consolé, c’est-à-dire par cette dualité : d’avoir été lâche en vain (sans bénéfice) !

Le Christ-Jésus s’est proclamé ÉTRANGER AU MONDE : « Je ne suis pas du monde ». Mais il a aussi dit : « J’ai vaincu le monde ». Pas une dualité toujours guerrière en bon-mauvais, mais une TRANSMUTATION INTÉRIEURE QUI NOUS REND IMMUNISÉS AUX INFLUENCES DU MONDE ET INVULNÉRABLES À SES COUPS SANGLANTS.

LIQUEFACTA EST ANIMA EST. Faites-vous liquide et le monde - dont la domination repose sur le glaive et les instruments de contrainte plus subtils tels que l’opinion, la mode, le « vivre ensemble » de ce social grégaire collant - ne pourra plus rien sur vous et contre vous : il donnera, comme on dit, des coups d’épée dans l’eau !



C’est parce que Seul le Soi ou Seul Réel existe, qu’Il nous appelle qu’il est intolérable de n’être pas le Soi mais seulement un corps consommateur et qui chie et urine ; la séquestration de l’Infini par le fini, le désir du TOUT cloué sur le Rien. En fait, l’être humain étant un Homo Religiosus, il lui est insupportable d’avoir des limites, surtout en démocratie, quand il sait qu’il se sent Infini. Toutes les demandes dans la prière exprime cette protestation de l’Infini prisonnier : « Que ton règne arrive… que ta volonté soit faite sur la Terre comme au Ciel… Délivre-nous du mal ». Espérance du Soi ou Instant, le Ici et Maintenant.

« Dieu créa l’homme ; et l’homme créa Dieu. Ils sont tous deux les créateurs des noms et des formes. Mais en réalité, ni Dieu ni l’homme n’ont été créés ». Ramana Maharshi, entretien 264, du 20 octobre 1936.
C’EST POUR CELA QU’EN PREMIER, L’EXISTENCE DE L’ÊTRE HUMAIN EST UN GRAVE PROBLÈME ! À LUI SEUL, IL REND PROBLÉMATIQUE LE SOI-INSTANT. LES JUIFS ONT RÉSOLU LE PROBLÈME DANS L’UTILITAIRE : ILS « RENDENT SERVICES » (ils vendent de tout ; en cela ils sont bien le « peuple élu », dans leur royaume capitaliste).
 
 

Dernière mise à jour : 28-10-2020 01:18

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >