Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Zéro indien La Pierre
Zéro indien La Pierre Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 06-11-2020 20:56

Pages vues : 221    

Favoris : 34

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Foi, Gratuit, Grégaire, Guerre, Haine, Humain, Histoire, Information, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Karma, Langage, Langue, Liberté, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Mieux, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Panoptique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Poisson, Porte, Privilège, Puce, Religions, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Virus, Yokaï

 
menhir_carrefour.jpg
 
 
Zéro indien La Pierre
Le EST en « Soleil-Aleph ».
Le Tore, Al-Qi-Mi-A (Ouroboros et
AL-eph ou Djed : Triangle ou
première Figure fermée : Trinité Amon-Ré-Ptah),
PREMIER VASE ou VAISSEAU (Arche, Enclos, Jardin, Tapis)
Gratuité Amour Christ : la Pierre-Oreiller,
la Source (0), le Djed ou Verbe des Chrétiens,
la DIA-lectique de l’Histoire de Francis Cousin.
A-Mur : du A privatif et mort : privation de mort
et par là-même privation de mur : aucune limite.
 
 
anipucsac1.gifZéro indien Centripète

LE ZÉRO INDIEN.

L’épuisable et l’inépuisable forment une dualité. Mais dans leur état ultime, les choses sont aussi épuisables qu’inépuisables, et cela, inépuisablement. Or l’inépuisable n’est autre que la Vacuité, et la Vacuité ne présente rien d’épuisable ou d’inépuisable : pénétrer ce point, c’est accéder au Seul Réel (3) dans le non-dualité.
Le bodhisattva Protégé de Tous :
Le ‘moi’ et le ‘sans-moi’ forment dualité. Or, si le ‘moi’ est introuvable, comment trouvera-t-on ce qui n’est pas le ‘moi’ ? Celui qui voit l’essence réelle du ‘moi’ ne suscite plus ces deux choses et accède au Seul Réel dans la non-dualité.
Le bodhisattva Dont la Vue Réjouit :
La forme et le vide sont duels. La forme est vide d’une vacuité qui n’est pas cessation de la forme : c’est l’essence de la forme que d’être naturellement vide. De même pour les sensations, les représentations, les compositions et les consciences.
La conscience et le vide forment dualité. La conscience est vide d’une vacuité qui n’est pas la cessation de la conscience : c’est l’essence de la conscience que d’être naturellement vide, et là se dilater à l’infini, c’est accéder au Seul Réel dans la non-dualité. (Soûtra de la Liberté inconcevable IX, 14-15 et 17).

Un corps absolu n’a aucun nom-la-forme ; et le Réalisé vivant ne peut avoir aucune caractéristique, c’est pourquoi il ne peut jamais être vu dans ses marques excellentes. Le Réalisé vivant est un « nirvané », un Être inépuisable en Zéro indien puisque l’inépuisable est aussi le nirvana.
Dans le Zéro indien l’erreur n’a pas de réalité et ne peut même pas durer un instant. Parce que la Sagesse Primordiale ou le Soi ne s’appuie sur rien comme l’espace. Parce que la rétribution des actes exécutés en connaissance de leur vacuité est à l’origine de ces produits illusoires. Parce qu’exister et ne pas exister, c’est suivre librement la fonction du Soi. Parce que, même vide, la sagesse ne demeure pas, ne se fixe jamais dans le silence du nirvana : au contraire, elle rejaillit de Réalisés sans nombre qui comblent toutes les régions de l’espace, et ces Réalisés vivants pareils à des reflets lumineux qui ne vont ni ne viennent se reproduisent à l’infini avec leurs « Réelinst » (1) non-dualité et sans nom-la-forme ou taille.
Ainsi, QU’EST-CE QUE LE SAINT GRAAL ? L’OBJET ILLUSOIRE DE NOSTRE QUESTE EST DE NATURE INCONCEVABLE, SUIVANT LE PRINCIPE DU « ALLÉ, ALLÉ, ALLÉ AU-DELÀ, ALLÉ COMPLÈTEMENT AU-DELÀ, AINSI EST L’ÉVEIL », correspond aussi au : « Connais-toi toi-même par toi-même, puis connais-toi Toi-même et Connais-Toi Toi-même… ».
Mais, comme il est dit dans le Soûtra de la Liberté inconcevable, à la fin du chapitre IX : « C’est seulement avec la fin des mots que l’on accède vraiment au Seul Réel dans la non-dualité ! » (fin des mots ou fin des opinions...).

Les Zéros en Inde.

1. Vide (Shunya)
2. Absence (Shunya)
3. Néant (Shunya)
4. Rien (Shunya)
5. Insignifiant (Shunya)
6. Quantité négligeable (Shunya)
7. Nul (Shunya)
8. Point (Bindu, Vindu)
9. Trou (Randhra)
10. Éther, ou « éléments qui pénètre tout » (Akasha)
11. Atmosphère (Abhra, Ambara, Antariksha, Nabha, Nabhas)
12. Ciel (Nabha, Nabhas, Vyant, Vyoman, Vishbupada)
13. Espace (Akasha, Antariksha, Kha, Vyant, Vyoman)
14. Firmament (Gagana)
15. Voûte céleste (Gagana)
16. Immensité de l’espace, infini ((ananta)
17. « Voyage sur l’Eau » (Jaladharapatha)
18. « Pied de Vishnu » (Vishnupada, et Padam au sens littéral signifie ”pied”, ici synonyme du Soi, l’Être véritable. Pied : de « trouver chaussure à son pied », ou « être bien dans ses pompes », donc être son Soi… garder les pieds sur Terre…)
19. Zénith (Vishnupada)
20. Plein, plénitude (Vishnupada)
21. État de ce qui est entier, complet, achevé (Purna)
22. La Totalité (Purna)
23. L’Intégrité (Purna)
24. L’Achèvement (Purna)
25. Le Serpent de l’Éternité (Ananta)
26. L’Infini (Ananta, Vishnupada)
(En référence à : Histoire universelle des chiffres, de Georges Ifrah)

« L’espace est en vous. Le corps physique se trouve dans l’espace, mais pas vous » (Ramana Maharshi, entretien 304 du 26-12-1936).
Et à l’entretien 451 du 4-2-1938 : « L’Univers entier n’est qu’une pensée ou une série de pensées ».

L’homme moderne obligé de travailler à heures fixes pour « gagner sa vie » (dans le monde des winners) dans diverses professions ne peut que croire, donc douter, choisir, désirer, opinioner ou polémiquer….
« Les ennuis ne surgissent que lorsqu’il y a un autre que soi-même. Lorsque l’on réalise que l’âtman [le Soi] est unique, il n’existe plus de second, et il n’y a donc plus de raisons d’avoir peur [oui, la peur ne peut venir de ce que l’AUTRE peut faire, dire ou penser] L’homme, tel qu’il est actuellement confond l’anâtma-dharma (le dharma du non-Soi) avec l’âtma-dharma (le dharma du Soi) et souffre. Qu’il connaisse le Soi et qu’il y reste, c’est la fin de la peur ainsi que des doutes » (R. Maharshi, entretien 58 du 4-7-1935).
C’est-à-dire que la peur et les doutes rendent PRIS-AU-NIER, de l’implication négative du N avec la voyelle qui l’affecte : NE, NI, NO signifiant vibrations devenant E, I, O, c’est-à-dire se coagulant, en somme NIANT, ce dont elles proviennent. NON : haine (N) ou rejet, projet-projection.

ZÉRO INDIEN = LE TRIOMPHE DE L’INUTILE : DE CE QUI EST AINSI DE PAR SOI-MÊME, LA SPONTANÉITÉ.
PROGRESSION OU ÉVOLUTION = AVANCÉE VERS LA LOURDEUR OU GRAVITATION, AVANCÉE VERS LA MORT (suivre le courant [de la pensée unique et du mondialisme (2)] signifie mourir ; remonter le courant signifie la vie, voir l’adage Taoïste « Souen wei sseu, ni wei cheng »). « Remonter le courant » ou RETOURNER LA LUMIÈRE AFIN D’ÊTRE « AU COURANT » (AU CŒUR DU EST C’EST TOUJOURS ÊTRE AU COURANT).


Un seul Commandement en forme de Zéro indien devrait figurer dans le monde des accidents (spatio-temporel) :
« Pratique la non-action [qui est aussi l’action] et la douceur, garde ta féminité : NE PRENDS JAMAIS LES DEVANTS ! » (forme d’abolition de la dualité dominants-dominés ou winners-losers). Le Tao-tö king, Verset 28 :
Connais le masculin,
Adhère au féminin.
Soi le Ravin du monde [Cour, Vase, Vallée, Enclos ou Arche, Soi].

Quiconque est le Ravin du monde,
la vertu constante ne le quitte pas.
Il retrouve l’enfance [le Soi].

La non-action-action du Réalisé vivant s’exerce à l’intérieur sans dualité intérieur-extérieur, il ne cherche pas à imposer au monde des règles, des rites ou des lois inventés par lui-même, et donc artificiels ou opinions.


L’ANTI-ZÉRO INDIEN.
LA MODE DU SOCIAL ET DU ‘MOI’
Un document CO-VID 19 anglo-saxon précise : « Il existe neuf grands moyens de réaliser un changement de comportement (behaviorisme) : éducation, persuasion, incitation, coercition, habilitation, formation, restriction, restructuration environnementale et modélisation ».
Ce système renforçant l’inhumanité stipule la logique actuel du virtuel ou artificiel : travail à distance, pas de rassemblement que c’est confort pour le régime, pas de réunion en famille, utiliser le tout connecté informatique, le télétravail, etc.


Or le social est « inventé » depuis 1789 censé « réunir les gens » notamment avec le mot « citoyen » (habitant des cités ou bourgeois, celui qui habite le bourg) :
« Le miroir reflète des objets. Les reflets sont irréels puisqu’ils ne peuvent exister indépendamment du miroir. De même pour le monde : on dit qu’il est un reflet dans le mental et qu’il ne subsiste pas en l’absence du mental [tout étant conscience, il faut une personne pour voir le temps et ainsi le fabriquer]. Alors la question se pose : Si l’Univers est un reflet, icelui ne devrait-il pas être le reflet d’un objet réel, connu en tant qu’Univers, pour qu’il puisse se refléter dans le mental ? Cela reviendrait à reconnaître l’existence d’un Univers objectif. Mais, en vérité, ce raisonnement est faux.
C’est pourquoi on donne l’exemple du rêve. Le monde du rêve n’a pas d’existence objective. Comment, alors, est-il créé ? On doit supposer l’existence d’impressions mentales, appelées vasana [tendances, prédispositions du mental ; impression formée dans le passée qui déterminer nos pensées et nos actions]. Comment ces vasana se trouvent-elles dans le mental ? Parce qu’elles sont subtiles. De même que dans l’arbre est contenu, à l’état potentiel, dans la graine, ainsi le monde est contenu dans le mental.
On peut dire aussi que si une graine est le produit d’un arbre, icelui a dû exister avant elle pour lui donner naissance et conclure que le monde a dû, lui aussi, exister à un moment ou un autre. Mais il n’en est pas ainsi. Il a fallu plusieurs incarnations pour rassembler toutes les impression qui se manifestent sous la forme actuelle. Par conséquent, j’ai dû exister auparavant, de la même manière que j’existe maintenant !
Le chemin direct pour trouver une réponse consiste à chercher si le monde existe vraiment. En admettant l’existence du monde, je dois admettre quelqu’un qui le voit [comme celui qui « voit » le temps passer] et qui n’est autre que moi-même. Laissez-moi trouver ”moi-même” de manière à ce que je connaisse la relation entre le monde et celui qui le voit. Mais quand je cherche le Soi et demeure comme le Soi, il n’y a plus de monde à voir. Quelle est alors la Réalité ? Seul celui qui voit est réel, et certainement pas le monde [créé par l’opinion ou le conventionnel, ou l’inconscient collectif].
Ceci étant la vérité, l’homme n’en continu pas moins de discuter en se basant sur la réalité du monde. QUI DONC LUI A DEMANDÉ DE PLAIDER LA CAUSE DU MONDE ? [C’est moi qui souligne et ici il y a une bonne définition du mot ”politique” ». (R. Maharshi, entretien 442 du 8-1-1938).
Le Maharshi ajoute : « Le Yoga Vasistha définit clairement la Libération comme étant l’abandon du faux pour demeurer en tant qu’ÊTRE [ce que je défini comme ”COUR”, ou ”Vallée”, ”Vase”, sans dimension ou Dimension absolue] ».
Oui, « QUI DONC A DEMANDÉ À L’ÊTRE HUMAIN DE PLAIDER LA CAUSE DU MONDE ? » CAR CE QUI NE S’EST JAMAIS ALLUMÉ N’EXIGE PAS QU’ON L’ÉTEIGNE. Dès que le projecteur fut allumé pour projeter les images sur l’écran, ça ne s’arrête plus ! Tout est devenu f(ri)ctions, fantasmagorie ou « fake news » naturelles, lesquelles n’ont ni essence, ni cause ni en soi ni hors de soi : ce qui n’est jamais allumé n’exige pas qu’on l’éteigne : ON N’ÉTEINT PAS L’ÉCRAN, MAIS LE SYSTÈME OU LA LUMIÈRE DU PROJECTEUR À IMAGES.

À l’entretien 444, même date : « Le monde est perçu par le mental à travers les sens. Il relève donc du mental. Celui qui voit voit le mental et les sens comme étant le Soi et non pas séparés de lui. Celui qui agit, en restant non affecté par l’action, se purifie de plus en plus jusqu’à ce qu’il réalise le Soi ».

QU’EST-CE QUE LE MENTAL ? C’EST LA CROYANCE OU L’IDÉE D’ÊTRE LE CORPS, L’EGO. (En référence à Ramana Maharshi à l’entretien 448 du 25-1-1938 où il est dit que maîtriser le mental est l’abandon total [la RENOIERIE ou PUTRÉFACTION] et la réalisation du « Je ne suis pas » et « Tout est Lui » [le Soi].

ZÉRO INDIEN = FIXATION CAVALANTE : L’INSTANT OU SOI SE « DÉPLACE » SUR LE TOUT = TRANSMUTATION (muer, changement d’une substance en une autre : ceci devient cela…)
RIEN n’est fixe, TOUT n’est que mouvement, FLUIDE ou TRANSPARENCE (DI-A), AU TRAVERS, DÉPLOIEMENT (jamais incrustation ou possession, ou saisie ; jamais unique Coagulation qui serait vue comme un but à atteindre, donc à supprimer la Teinture : A-teindre, précisément ne pas teindre ou privation de la Teinture essentielle…).
ZÉRO INDIEN = BONHEUR : « Le bonheur est intérieur ; l’amour ne vient que du Soi. Il est à l’intérieur de chacun ; ne pensez pas qu’il est à l’extérieur : alors toute différenciation cessera » (Ramana Maharshi, entretien 335 du 21-1-1937). Le Bonheur est à l’intérieur de chacun : « Le Royaume des Cieux est en vous »….

Le Zéro Indien ne peut devenir la Fontaine de Jouvence que dans la résolution du dilemme Moi-Individuel/Moi-Collectif, ET, du même coup, dans le dilemme Animaux-Immobiliste ou Nature, et Humain qui « bouge tout le temps » (« Les animaux semblent se conformer à leurs propres lois naturelles en dépit de leur milieu et des changements, tandis que l’homme transgresse constamment la loi sociale et n’est lié par aucun système défini. Il semble dégénérer alors que les animaux restent stables », est-il dit à l’entretien 79 du 29-9-1935. Le Maharshi répond : « Les Upanishad et les Écritures affirment que les êtres humains ne sont que des animaux tant qu’ils ne sont pas réalisés. Peut-être même sont-ils pires »). Ce qui rejoint la « diversité » chère au capitalisme et à l’Union européenne qui l’a incluse dans sa devise tout en singeant l’Unité par l’emplois du mot ”Unie” collé à diversité : Unie dans la diversité). Mais, « Toutes les différences sont externes et superficielles », comme l’énonce le Maharshi à l’entretien 507 du 22-8-1938.
Le Zéro Indien rejoint ainsi le sens authentique du mot « RESPONSABILITÉ » au sens d’ÊTRE, au sens de vivre la Réalisation, la Félicité comme le rapporte Luc 23, 34 : « Mon Père, pardonnez-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font ». Ainsi il y a un minimum de 7 milliards de Terriens irresponsables à ce hui, parce que non réalisés, non abreuvés par la Fontaine de Jouvence du Zéro Indien !!!

La « réforme sociale » passe aussi par le Zéro Indien, elle passe par la Réalisation : « La réforme de soi entraîne automatiquement la réforme sociale. Limitez-vous à votre propre réforme. La réforme sociale prendra soin d’elle-même ». (Ramana Maharshi, entretien 282 du 16-11-1936). « Réforme sociale » qui renvoie au dilemme Animaux-fixes/Humains-mobiles cités ci-dessus. Là Source est toujours LA même : certains l’appellent « Volonté de Dieu »… D’autres très matérialistes et utilitaristes parleront d’« instinct » (à propos d’animaux et d’insectes faisant ainsi de l’anthropomorphisme ! alors qu’ils ne sont pas des insectes….).

« Tous les êtres vivants ont conscience de leur environnement. On doit donc en conclure qu’ils sont tous pourvus d’un intellect. Cependant, l’intellect de l’homme est différent de celui des animaux, car l’homme, non seulement, perçoit le monde tel qu’il est et agit en conséquence, mais, de plus, n’étant jamais satisfait de l’état actuel des choses, il cherche à l’améliorer suivant ses désirs.
Ce faisant, il étend le champ de ses divers intérêts, mais reste néanmoins insatisfait. Il commence alors à penser et à raisonner.
Son désir d’une paix et d’un bonheur permanents est le signe manifeste de l’existence d’une telle permanence dans sa propre nature. C’est pourquoi il s’efforce de trouver et de regagner sa propre nature – son Soi. Une fois le Soi trouvé, tout est trouvé.
Cette recherche intérieure est le chemin que doit emprunter l’intellect de l’homme. Après une pratique continue, l’intellect finit par réaliser de lui-même que sa propre activité dépend d’un pouvoir supérieur. Mais il ne peut pas par lui-même atteindre ce Pouvoir. Si bien qu’arrivé à un certain stade, il s’arrête d’agir. Quand l’intellect a suspendu ainsi toute activité, seul reste le Pouvoir suprême. C’est la Réalisation ; c’est la finalité ; c’est le but.
Il est donc clair que la finalité de l’intellect est de comprendre qu’il est dépendant d’un Pouvoir supérieur et qu’il est incapable de l’atteindre. Il doit alors s’annihiler lui-même avant d’atteindre le but [c’est la Porte de la Putréfaction ou Renoncement, le Renoierie ou Abandon, la dépossession, la résolution du dilemme Moi-Collectif/Moi-Individuel] ». (Ramana Maharshi, entretien 502 du 14-8-1938).

Pour le scribe de cette page, le Zéro Indien est ce que Francis Cousin appelle « Dialectique de l’Histoire » (ou ”auto-mouvement”, le ”Marché mondial” selon Karl Marx cité par F. Cousin), l’histoire étant ce qui change sans arrêt comme les faits, la fiction et les problèmes qui l’alimentent ; et le mot « Dialectique » signifiant À TRAVERS, donc le TOUT ou l’INSTANT CIRCULANT SUR LE TOUT ; DIA-lectique : le Trouvère : VOIR LE TROU (au sens de le vivre dans l’Instant et non d’en être le voyeur par le mental seulement… Il paraît qu’Hegel appelle le Soi « Synthèse » ; mais « L’analyse et la synthèse relèvent du domaine de l’intellect. Le Soi transcende l’intellect », dit le Maharshi à l’entretien 365 du 20-2-1937. Et à l’entretien 426 du 12-6-1937 : « Établir une synthèse signifie engager le mental dans d’autres poursuites. Ce n’est pas la voie vers la Réalisation », comme celle d’essayer de récolter un peu partout des vérités pour en former une grosse qui serait LA Vérité…. Comme de réunir des petits ruisseaux pour former LE Fleuve….

Il n’en reste pas moins que tout l’intellectualisme difficile et peu simple de Francis Cousin est tout de même « déguisé » sous ses aspects du Soi ou « DIAlectique », de l’ÊTRE, en principe DU RÈGNE DE L’OPINION MASQUÉ EN « UNIVERSELLE » (sa démocratie et sa république) : CE SONT LES ACCIDENTS OU LE SPATIO-TEMPOREL, DONC L’HISTOIRE, L’EXTÉRIEUR ET ACCIDENTS DANS LE TEMPS (soit l’« auto-émancipation » rêvée), QUI ENGENDRENT LES ESSENCES OU LA FONTAINE DE JOUVENCE ; faisant de ce DIA une NON-TRANSPARENCE en une catholicité en creux, comme un cuivre repoussé, comme le Vrai qui serait copié et par cette copie qui ne pourrait que devenir FAUX !!! Le Vrai doublé, copié, sécurisé en copie, devient faux, perte de l’originalité.
Le Zéro Indien ou Fontaine de Jouvence est AU-DELÀ de l’inconscient collectif (gros ”disque dur” façon ”mémoire morte” ou ROM) à la Carl Gustave Jung qui relève bien de l’histoire dans le spatio-temporel. Inconscient collectif trop géométrie euclidienne de la ligne droite (pyramidale). Un inconscient collectif qui serait comme un réservoir de plein de vérités qu’il suffirait de piocher pour en arranger une plus importante. Francis Cousin reste au niveau d’un dehors tout en décrivant le dedans sous le nom DIAlectique. Un certain Ron Hubbard s’est emparé de ce DIA pour en faire sa DIAnétique…. une « Nouvelle Stargate » puisque Hubbard était auteur de science-fiction…
Francis Cousin s’inscrit dans l’utilitarisme béat de l’Occidental.

Ramana Maharshi par son énoncé dans le fameux entretien 264 du 20 octobre 1936 efface d’un coup cet ”inconscient collectif” : « Dieu créa l’homme ; et l’homme créa Dieu. Ils sont tous deux les créateurs des noms et des formes. Mais en réalité, ni Dieu ni l’homme n’ont été créés ». (Jusqu’à quand ?…)
Francis Cousin dans son jargon hautain non compréhensible par tous reste trop souvent dans le concept si occidental de la dualité intérieur-extérieur qui est la RACINE DU MAL.

Inconscient collectif = réservoir du conventionnel devenu inconscient, devenu automatisé comme une ROM informatique : on l’utilise tout en l’ignorant.


Les appareils construits par les humains et leurs constantes, comme le mètre ou la « vitesse de la lumière » se voudraient des formes de l’inconscient collectif, mais en définitif elles ne sont que des constructions du mental.

Si je sais vraiment d’où je viens, l’histoire disparaît et le temps qui coule et l’opinion avec. Je suis alors LIBRE, et je puis boire à la Fontaine de Jouvence : l’Eau Primordiale, le Remède Universel abolissant le temps (voir la ”Fontaine de l’oubli” : l’Eau fraîche qui sort du Lac de la mémoire si utile pour la marier ou en arroser les Dragons-ego ou Gardiens du Seuil, Gardiens de la Stargate……)


La Pierre.
La Vraie Architecture du Soi : Relation-Mariage entre Haut et Bas (Pierres tombées du ciel et Pierres dressées ou entassées : mégalithes, bétyles ou Beth-EL ou Both-AL, cairns).
La Pierre-Fontaine-Teinture Médecine universelle.
La Pierre : « Les Dieux naissent du Dieu ».
La Pierre persuadée par les charmes du chant d’ORPHÉE suit icelui.
La Pierre (ou le Métal) représente le moyen d’entrer en contact avec des réalités jusque-là inconnues. (D’après Mircea Eliade). Faire UN avec la Pierre pour former une entité hautement vivante : voir le monde comme le « voit » la Pierre, un Univers à elle seule. Chaque Pierre, chaque Cailloux est un Univers, un Vase, une Arche, un Voyage, une Expédition (le « Petit Poucet » y était obligé de semer des Cailloux derrière lui, un « fil d’Ariane » pour ne pas s’y perdre… Un « calcul » pour s’y retrouver…).

La Pierre AL-eph ou Djed : le Verbe divin inné emprisonné au plus profond du corps mortel, puis réveillé, libéré, il devient le PIVOT central, la FIXITÉ indécomposable. Djet est comme une "prise de conscience", une "émission". Puisque c'est un pilier, il s'y rattache le centre, le montant et descendant et le dextrogyre et le lévogyre (Caducée, Arbre séphirotique), le canal et le fluide, le puits, l'axe, et ce qui tourne autour : une organisation, un serpent par exemple. Le serpent cosmique Ananta (sanskrit) symbolise le développement et la résorption cyclique, mais en tant que gardien du Nadir (l'opposition du Zénith) il est le porteur du monde dont il assure la stabilité [Dictionnaire des symboles, de J. Chevalier et A. Gheerbrant].
Quelques représentations de l'Axe du monde : l'arbre, la montagne, le bâton, la lance, le mât, l'essieu, la colonne de lumière ou de fumée, l'ombre du pilier, le Menhir et toutes Pierres levées. Le « menhir du capitalisme » est sa tour artifice béton-acier-tôle-boulon-verre, son phallus éjaculateur (d’argent).



Notes.
0. Le Pierre est souvent associée à l’EAU : « Voici que je vais me tenir devant toi, là sur le rocher [en Hore  : région montagneuse], tu frapperas le rocher, l’eau en sortira et le peuple boira ». Moïse à l’entrée et à la sortie du désert, fait jaillir une source en frappant une Pierre (Exode 17, 6 : L’Eau jaillit du rocher). EAU = SAGESSE : ÇA JE ESTRE.

1. Le Réelinst ou « village » du nom de « Réel ». Ce Réelinst est habité par un certain nombre de personnes, et comme il n’existe pas de village en soi et par soi, comme le fabrique la civilisation, tout « village » ne peut que s’appeler Réelinst (Réel et Instant), au sens de Seul Réel. Au sein du Seul Réel règne une Félicité parfaite aussi appelée « l’Absolu », ou encore la Paisible Demeure « La Vacuité de l’Ultime ».
Réel, Instant, Or, sont synonymes. Le vieux français « or » indique : maintenant, qu’on retrouve dans « désormais »… Or : latin populaire : orum, pour ora (bord) : orée du bois. Or, du latin aurum. Or : comme Ort : jardin, verger (horticulture). Or, 1080, ore : adverbe de temps : maintenant (Li dus Godefrois crie : Or de l’errer en pais !) (Dic. du français du Moyen-Âge).
Or-donné ou le Retournement de la Lumière…
Le Réelinst indique l’intérieur où la dualité intérieur-extérieur n’existe pas, et rappel aussi les liens qui unissent l’être humain et son environnement…

2. « Qui peut devenir immortel sans un grain de folie ? », dit un maître dans un roman Taoïste.

3. Le Seul Réel : « Comme vous êtes actuellement DANS le monde [donc dans aussi dans son social], vous considérez le monde en tant que tel. Allez au-delà de lui et il disparaîtra : la Réalité seule resplendira » (R. Maharshi, entretien 446 du 24-1-1938). Dans le même entretien il est dit que seules les images projetées sur un écran sont irréelles parce qu’elles n’affectent pas l’écran : la séquence d’un incendie est projetée, l’écran ne brûle pas. « Il en va de même pour le monde qui n’est qu’un phénomène sur la Réalité unique, ne l’affectant en aucune manière. La Réalité est seulement Une. Les discussions sur l’illusion proviennent des différences d’angle de vision [les opinions]. Changez votre angle de vision pour prendre celui du jnana [le Réalisé ou Christ] et découvrez l’Univers comme n’étant rien d’autre que le brahman [l’Absolu]. Comme vous êtes actuellement dans le monde, vous considérez le monde en tant que tel. Allez au-delà de lui et il disparaîtra : la Réalité seule resplendira ».
 
 

Dernière mise à jour : 06-11-2020 21:52

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >