Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Celui qui aime l’action de Dieu est sublime
Celui qui aime l’action de Dieu est sublime Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 29-11-2020 21:01

Pages vues : 476    

Favoris : 13

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
fetiche_precolomb.jpg
 
 
Celui qui aime l’action de Dieu est sublime
celui qui aime son œuvre est un impie,
dit si clairement le Mathnawi au Livre trois, 1361.
Il est un impie qui inconsciemment est un PUR CROYANT
(il fonctionne avec le système bancaire et l’économie
de la marchandise inhérente à ces banques qui naguère
s’appelaient « marchands de confiance),
parce que tombant dans la dualité Sujet-Objet (l’objet
étant la Création et sa marchandise, sa diversité).
Principe du Yoga Vasistha :
« L’apparence de ce monde est une
confusion ; de même que le bleu
du ciel est une illusion d’optique.
Mieux vaut ne pas s’y intéresser
et l’ignorer » (YV I, 3).
La manifestation ou création en action désigne
l’action-fonction de cet immuable Instant
« circulant » sur le TOUT.
 
De même « l’action de Dieu » signifie le
VIVRE LES ENTRELACS, LA VIE, LE TEMPS ;
et aimer la création ou le « bleu du ciel »
c’est FIXER, c’est ATTEINDRE UN POINT OU
UN BUT, et ce point ou cette fixation une
fois coagulée, fixée, peut devenir le tombeau !
« A-teindre » un but = religions du Salut ou
DE LA CAROTTE (voir plus bas).

« Aime l’action de Dieu », ou Amour-Gratuité
équivalent d’honorer le Soleil ;
alors que de TRÈS NOMBREUX ANCIENS ONT ADORÉS
(du A privatif et doré…) LE SOLEIL PRODUISANT
L’ERREUR QUI DE NOS JOURS S’APPELLE
« THERMODYNAMIQUE ».
Soleil bien-sûr dans le sens du Soi, le TOUT ;
mais le soleil proche de nôtre planète N’EST
PAS PARFAIT, IL N’EST PAS LE CENTRE QUI
EST NULLE PART. Comme déjà écris, voir l’ostensoir
avec ses rayons de soleil, qui comporte en son
centre une boîte contenant l’hostie consacrée,
naïve singerie du Soi.

C’est pourquoi à ce hui il n’y a aucune solution
de continuité depuis le Soi ou le Tout : Mère-Divine,
et les Yahvé, Zeus, Ré, Enlil, Jupiter, etc., jusqu’à
Nous avec cet humain-humanisme façon transhumanisme
qui veut tout « désanthropomorphiser » ou trop
NUMÉRISER le TOUT, la Nature, pour FABRIQUER
SON PROPRE CHAOS NUMÉRISÉ ; avec la perte pour
des millions d’années de l’ÂGE D’OR.
Si rien ne freine cet époque Luciférienne Nous
fonçons à très grande vitesse dans le chaos de la
pulvérisation apocalyptique dans le mauvais sens
c’est-à-dire celui de la thermodynamique, de
l’atome de cet univers binaire déjà en phase
de se numériser : il n’y a plus que des chiffres
à bouffer et des trucs de mémoire !

Comme l’écrit le Mathnawi cité ci-dessus,
« Celui qui aime l’œuvre de Dieu est un impie » :
il est un Juif qui pratique le commerce de
son antienne talmudique :
« Rien n’est bon pour les Juifs si ce n’est bon
aussi pour ceux qui les entourent »
(pages 166, 340, 359, 365 du livre de
Jacques Attali, Les Juifs, le monde et l’argent),
FAIRE PAYER LES SERVICES DU SPÉCIALISTE,
DU COMMERÇANT OU DE L’INTERMÉDIAIRE….


MAIS LE TEMPS DES INTERMÉDIAIRES OU DES
CROYANTS ET MARCHANDS DE CONFIANCE EST TERMINÉ.


Il y a un gouffre sans fond entre les constructeurs des Pyramides de l’Égypte ancienne et les constructeurs actuels de centrales nucléaires ou de bâtiments tôles-boulons-acier-béton-verre, à cause d’une géométrie du mental totalement différente ! Les Anciens inventaient et construisaient avec leurs TRIPES, leur instinct, AVEC LEUR AMOUR : le signe hiéroglyphique du Cœur est phonétiquement composé de trois autres signes qui signifient : la vibration de l’air, l’être individualisé ou manifesté porteur de vie ici-bas, la bouche par laquelle passe la respiration et la parole, qui se manifeste dans la contraction du Cœur et la diastole son contraire ; l’ensemble du Cœur signifie : ÊTRE ou CELA (Je suis ce JE SUIS), c’est-à-dire l’Amour, la Gratuité ou la Bonté (comme d’ailleurs l’indique aussi Ramana Maharshi (1)). Donc les Anciens ne « numérisaient » pas mais voyaient avec leur Cœur ou leurs Tripes, c’est-à-dire avec une Conscience pas encore conceptualisante à la manière d’une intelligence artificielle ; Conscience des Anciens QUI N’IGNORAIENT RIEN DU TOUT, DE L’UNITÉ, PARCE QU’AU CONTRAIRE DE LA LOGIQUE DE NÔTRE ÉPOQUE, ILS ENGLOBAIENT L’UNIVERS ET AVAIT INÉVITABLEMENT CONSCIENCE QUE L’UNIVERS ÉTAIENT CONTENU DANS LEUR MENTAL, et nullement à l’« extérieur ». Il faudra attendre ici en Occident la chrétienté des Conquistadors espagnols et portugais et la Renaissance pour tout couper ou analyser-digitaliser en petits bouts de machins.


L’irrationnel de l’Homo Religiosus, non encore dégradé par la croyance en laïcité, n’est pas un « sauvage » dénué d’intelligence ou un anti-rationnel, mais UN SUR-RATIONNEL dont le rationnel de la raison chère aux perruques poudrées des « lumières » n’est qu’un petit département. Seule la mégalomanie transhumanistique des Juifs google et de leur oligarchie étatique investie dans l’idolâtrie de l’objet, du « p’tit objet » faisant la fortune des fabricants de préservatifs, peut lui laisser librement CROIRE que, par lui, il sera bientôt le Maître de l’Univers, c’est-à-dire le MAÎTRE DE LA DESTRUCTION ASSURÉE OU SÉCURISÉE (en marche effectif depuis ce début de 2020…).
Mais la succession infinie d’Univers en a vu d’autres ; elle a surmonté nombre d’obstacles d’une infinie de nature, cet Univers au Cœur de l’humain, du « Je suis ce JE SUIS » surmontera l’actuel hyper-rationalisme érigé, numérisé en moderne Yahvé-Démiurge : le Royaume de Dieu [juif] sur Terre, soit SON CHAOS TECHNOCRATIQUE AVEC SA CONSCIENCE EN MIETTES DANS LES OBJETS NUMINEUX (sens d’extérieur en forme eyes candy) IDOLÂTRÉS, FÉTICHES, DE LA MACHINE : NOUS SOMMES PASSÉE D’UN MENTAL NATUREL DÉJÀ COMBLÉ DE PETITS BOUTS DE MACHINS À CE CHAOS ARTIFICIEL, DONT LE FÉTICHISME EST TOUJOURS LE GRAND ARCHITECTE DE CET UNIVERS.

FÉTICHE : Dans l’ignorance généralisé du Soi ou PAN, le TOUT et le Rien du Tout, Nous survivons tragiquement, non à un virus, mais à la disparition de l’Original qui est remplacé par l’antienne talmudique : UNE PROLIFÉRATION PHÉNOMÉNALE DE CONTREFAÇONS OU DE DOUBLES : LES PRÊTRES DU « PEUPLE ÉLU », ET LEURS MARCHANDISES IDOLÂTRÉES. COMME DANS L’HISTOIRE DE L’INVENTION DU COMMERCE :
« Et bien tu commences par vendre, en échange d'une pièce de cuivre, la vieille robe de ta femme ; avec ta pièce tu achètes une robe neuve et tu la vends en échange de 2 pièces de cuivre. De cette façon, en doublant tout ce que tu achètes, tu peux t'enrichir rapidement ».
(D'après un extrait tiré d'un recueil de contes populaires russes, d'Afanassiev - Conte : Les deux chances - Index Afanassiev : 304/172 - Index Aarne-Thompson : 735 + 735 A ; traduction de Lise Gruel-Apert).
Ainsi, d’une contrefaçon, puis d’une autre, ensuite une double, puis deux doubles ; enfin une infinité de doubleS et vous voilà RICHE COMME LES ROTHSCHILD-ROCKEFELLER ET LA CITY DE LONDRES AVEC : VOUS DEVENEZ LE MAÎTRE DU MONDE ET VOUS POUVEZ AINSI VOUS ACHETER ABSOLUMENT TOUS LES ÉTATS RÉPUBLICAINS DE CE MONDE. L’original, le Soi, a disparu ! JEHOVAH a disparu. Le Christ a disparu. Seul pullulent les faux des talmudistes et de leurs « services ». Pire  on dirait qu’il a suffi que la série du quantitatif productiviste soit amputée de sa racine pour se retrouver dotée d’un pouvoir inépuisable de re-production ! L’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule) trouve ainsi sa principale énergie dans une sorte de lien ou de causalité qui semble lier la disparition de l’origine à la production des doubles et contrefaçons BIEN DANS CE TEMPS DE NUMÉRISATION DU MONDE : COMME SI L’ABSENCE DE MODÈLE AVAIT POUR EFFET LE PULLULEMENT DES FAUX, DES PERSONA. ET COMME SI ON NE POUVAIT BIEN COPIER QUE CE QUI N’EXISTE PLUS OU EST IGNORÉ DEPUIS LONGTEMPS, COMME SI ÇA N’EXISTAIT PAS, D’OÙ CETTE FACILITÉ DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE À FAIRE AVALER SA LAÏCITÉ À SES CITOYENS OU HABITANTS DES CITÉS ET MÉGALOPOLES ; PUISQUE LA CONSCIENCE INFINIE EST NON LOCALE, EST LE CENTRUM CENTRI OU LE CENTRE QUI EST NULLE PART, ALORS LE POUR-VOIR TE FOURGUE À L’AISE SA LAÏCITÉ EN FORME DE NOUVELLE CROYANCE…… Si facile, puisque est visible seulement le FAUX, le Vrai cesse d’être vrai dès qui est vu, ou CRU.

C’est assurée, avec les Juifs ce peuple prêtres, il faudra continuer à vivre au milieu d’un déluge de copies et de doubles commercialisables, se résigner à l’oublie du Soi ou du « Je suis ce JE SUIS ». ESSAYEZ DONC DE RETROUVER UNE AIGUILLE DANS UNE BOTTE DE FOIN ou dans le jungle de l’informatique (toujours piratable…) !
FÉTICHE = quelque chose de FAIT, donc de la nature du FAIRE/FER productiviste ou utilitaire ; UNE IMITATION OU SINGERIE DE L’ORIGINAL. Fétiche, du latin facere, du portugais feitiço, de l’espagnol hechizo (doublure, sorcellerie). FÉTICHE = ARTIFICE, bien collé à nôtre monde devenant de plus en plus artifice à la place du naturel, l’idole à la place du Dieu, le double à la place du modèle, le mirage à la place de l’authentique ; voyez Noé emportant tous les originaux de la Terre pour les sauver du déluge….
Il est bien connu que pour voir dans un endroit sombre il ne fait pas pointer son regard directement dans la direction où l’on croit entendre quelque chose, mais GLISSER SUR L’INSTANT, DÉCALER CET INSTANT POUR LE RENDRE VISIBLE, comme si l’Instant ne pouvait vivre que par un « ailleurs », et un « désir ». Par définition le fétichiste reste froid devant l’objet lui-même : il lui faut un décalage : quelque chose qui SIGNALE l’objet, mais pas l’objet lui-même : comme les petites culottes de femmes mais pas les femmes elles-mêmes… Qui cherche le fétiche trouvera toujours des petites culottes de femmes, ou d’hommes, mais s’il cherche ce que le fétiche représente, il ne trouvera rien, en tout cas pas le fétiche. C’est-à-dire qu’irrémé et diablement le Seul Réel ne peut qu’être dans l’INSTANT, ou ICI ET MAINTENANT, et pas ailleurs ou dans un extérieur quelconque ou sur une autre planète ou chez un extraterrestre ! VOUS NE POURREZ TROUVER QUE LE RIEN DU TOUT : Dieu et humains ne sont pas créés, comme l’énonce si directement Ramana Maharshi à l’entretien 264. Dieu n’existe pas : je l’ai rencontré, dit l’apôtre Thomas, forme de NON-DUALITÉ….


LA TALMUD AIME LES PETITES CULOTTES (mais se moque de ce qu’il y a dedans).

Cela s’appelle les religions du Salut, celles du désert, qui ont pour stricte et paradoxale condition de leur efficacité, LA PENSÉE COMPLÉMENTAIRE DONC EN DUALITÉ que ce Salut ou cette Rédemption n’arrive jamais et en aucun cas, ce qui est le principe de la CAROTTE pour faire avance l’âne, le principe  du capitalisme : manipuler le consommateur pour qu’il soit perpétuellement insatisfait, agité et anxieux, blasé. la consommation du capitalisme éduque son consommateur en un style de vie qui sera dirigé-digéré par un appétit insatiable, en produits idolâtrés, mais aussi en services d’accomplissement personnel.
Comme dans les religions du Salut où ce Salut, cette Carotte, ne doit jamais être mangé par l’âne, sinon il n’avance plus, le capitalisme doit créer sans arrêt - comme d’ailleurs sa démocratie qui va avec - de nouvelles formes de mécontentements, soit utiliser le malaise qu’engendre cette civilisation industrielle.
L’idolâtrie de la marchandise sert à la fois d’affirmer l’ÊTRE sous forme uniquement d’AVOIR (culte du narcissisme du commerce et de l’échangisme), et de SÉCURITAIRE par protection du régime contre toute protestation et pire : contre toute révolution. La maladie et l’aliénation moderne sont AUSSI DES MARCHANDISES EN SERVICES SUPPLÉMENTAIRES (voir l’époque covid-19). LAÏCITÉ-CROYANCE-CONSOMMATION = SINGERIE DES RELIGIONS DU SALUT. De même l’autorité de tout messie consiste en son absence : il ne faut donc que LE CROIRE, s’il arrive, toute l’histoire et la croyance tombe par terre ; même principe que la Carotte attachée à distance de l’âne pour le faire avancer. CELA S’APPELLE LA LOI DE SUCCION ou EUCHARISTIE : la Carotte ne doit jamais être bouffée comme le messie ne doit jamais arriver (supplice de Tantale : fétichisme du désir incessant et en évolution constante, irrépressible, perpétuellement inassouvi, PARCE QUE C’EST DANS LA NATURE DE L’HUMAIN DU NÉOLITHIQUE DE N’ÊTRE JAMAIS SATISFAIT : à mesure qu’il avance vers l’objet de son désir, icelui, comme dans le fétichisme, se dérobe et la recherche avide se poursuit sans fin.

L’être humain a l’eau (encore pour peu de temps), le fruit, la liberté, devant ses yeux, et il ne peut jamais les saisir, COMME LA PERTE TOTALE DU SEUL RÉEL, PERTE évidemment faussée puisque devenue UNE IMAGINATION STÉRILE EN FORME D’HALLUCINATION. C’est cela le phénomène actuel de la consommation dans cette démocratie mercantile perpétuellement en conflits d’intérêt (d’où les déluges permanents de réformes à chaque changement de gouvernement du régime républicain).

La nuit ou les ténèbres portent conseils, car on ne peut regarder le Vrai sans aussitôt tomber dans le faux. Alors « marcher en sécurité dans les ténèbres » (Jean de la Croix : La nuit obscure). « C’est la force que donne immédiatement à l’âme cette nuée obscure, angoissante et ténébreuse. Car enfin, bien que ténébreuse, c’est de l’eau, et voilà pourquoi elle rafraîchit et fortifie l’âme dans ce qui lui convient le mieux, quoique ce soit dans les ténèbres et les angoisses […]. De la sorte l’âme sort d’elle-même et de toutes les créatures pour arriver à la douce et savoureuse union d’amour de Dieu, ”dans les ténèbres et en sûreté” ».



LE SAMÂDHI : KEVALA ET SAHAJA (Ramana Maharshi, entretien 187)
- Question : Je soutiens que le corps physique d’un homme plongé en samâdhi devient immobile du fait qu’il est perdu dans la contemplation ininterrompue du Soi. En état d’activité ou d’inactivité, le mental, établi dans cette contemplation, ne sera pas affecté par l’activité corporelle ou celle des sens.
Tout comme la distraction du mental n’entraîne pas automatiquement une activité physique. Une autre personne, par contre, soutient que l’agitation physique empêche inévitablement le nirvikalpasamâdhi ou la contemplation ininterrompue. Quelle est votre opinion ? Vous êtes l’illustration vivante de ma théorie.
- Maharshi : Vous avez tous les deux raison, vous, vous référant au sahaja-nirvikalpa, et l’autre personne au kevala-nirvikalpa. Dans le kevala, le mental reste immergé dans la lumière du Soi (alors qu’il demeure dans les ténèbres de l’ignorance pendant le sommeil profond). Le sujet distingue aussi bien le samâdhi même, que le fait de sortir du samâdhi, puis l’activité qui s’ensuit, l’agitation du corps, de la vision, de la force vitale et du mental et la perception des objets et de l’activité ; ils sont tous pour lui autant d’obstacles.
En sahaja, en revanche, le mental s’est fondu dans le Soi et a disparu. Les différences et les obstacles mentionnés précédemment n’existent plus ici. Les activités d’un tel être (en sahajasamâdhi) sont comparables à celles d’un enfant à moitié endormi que l’on nourrit sans qu’il en ait conscience alors que celui qui l’observe en a conscience. Le conducteur dormant sur son char à boeufs ne se rend pas compte que son véhicule avance, parce que son mental est plongé dans l’obscurité. De même le sahaja-jñânī demeure inconscient des activités de son corps parce que son mental est mort – dissous dans l’extase du chit-ânanda (le Soi).
Dans votre question, vous avez employé les deux termes, contemplation et samâdhi, de façon imprécise.
La contemplation est un processus mental volontaire, tandis que le samâdhi est au-delà de tout effort.


Les impies qui aiment l’œuvre de Dieu (Mathnawi au Livre trois, 1361) sont les citoyenisés ou les voyeurs sujets et d’objets qui défilent dans Paris pour demander le retrait d’un article de loi ou d’autres choses de l’étatisme. Les imbéciles, les impies, les croyants qui se croient incroyants ou athées, ne prennent pas conscience qu’ils deviennent de plus en plus soumis en dépendant du pot de peinture qu’ils demandent pour re-peinturlurer leur prison !
En défilant, par cette illusion de « résistance au régime », il n’y a que de la soumission dans le « plus ça change et plus c’est la même chose » (généralement en pire), car JAMAIS la croyance au dogme étatique n’est remise en cause, conditionnement jusqu’à l’ADN oblige. Par delà cette apparence, cette illusion de « résistance au système », il n’y a que la soumission car jamais la croyance en ce dogme social en phase de cancer n’est remise en cause. Il ne faut pas vouloir un « retrait de la loi sécurité globale » (jusqu’à la prochaine fois dans le « plus ça change… »), il est désormais vital qu’aucun système étatique en place ne puisse avoir le pouvoir d’agir comme il le fait depuis, mettons, le clovisme. RETOURNER LA LUMIÈRE signifie aussi retrouver ici l’état antérieur de « GAULOIS », soit écraser la pyramide hiérarchique du Pour-Voir et sa fausse et grotesque trinité judéo-maçonnique spéculative de « liberté-égalité-fraternité » qui sent le 1789 bourgeois riches (la guerre de classe ou dualité sujet et objet ou cause et effet, ou dedans-dehors (surtout probant dans le courant covid-19).

À BAS LA DUALITÉ NÉCESSAIREMENT GUERRIÈRE, À BAS L’ÉTAT RÉPUBLICAIN ET DE N’IMPORTE QUEL RÉGIME POLITICARD D’IRRESPONSABLES, À BAS LE SALARIAT ET SON ARGENT ET SON IDOLE MARCHANDISE.



Note.
1. « La source du ‘je’ est le Cœur, le but final » (entretien 27 du 4-2-1935).
« Le mental tourné vers le Cœur est appelé mental en repos » (entretien 27).

« On dit que le jiva [âme individuelle] se tient dans le Cœur au cours du sommeil profond et dans le cerveau durant l’état de veille. Par « Cœur », il ne faut pas comprendre le muscle avec quatre cavités qui propulse le sang dans l’organisme. Il y a, en effet, certains textes qui soutiennent cette idée.
D’autres pensent que par « Cœur » il faut entendre un groupe de ganglions ou de centres nerveux qui sont localisés dans cette région. Que ce soit l’un ou l’autre n’a pour nous aucune importance. Nous ne nous intéressons à rien d’autre qu’à nous-mêmes. Et cela se trouve assurément en nous. On ne peut ni en douter ni en discuter » (entretien 29 du 4-2-1935).
 
 

Dernière mise à jour : 29-11-2020 21:38

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >