Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Winnerisme ou voyeurisme = Pour-Voir
Winnerisme ou voyeurisme = Pour-Voir Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 21-12-2020 00:39

Pages vues : 237    

Favoris : 28

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
rideau_theatr_pour_voir.png
 
 
Winnerisme ou voyeurisme = Pour-Voir
Pour-voir : les « signes extérieurs de
richesse » ou du winner : en EXTASE RELIGIEUSE
EN EXTASE DU LIBÉRALISME DE SA RÉPUBLIQUE !
Typique de cette société du spectacle et du
VOYEURISME ÉMOTIF (les masses-masques collées
sur leur smartphone et donc sur leur
distanciation sociale SANS covid).
 
Les sauveurs du monde genre Bill Gates-Macron
sont des OGM à eux seuls qui forcent la pousse
des Herbes en tirant dessus à longueur de temps
jusqu’à les déraciner, comme font tous ceux
qui opèrent pour « le bien de tous »,
entendre : « les biens de tous »,
comme le font les politistes.

Cette mascarade du covid-19 du Pour-Voir de
recherche de reconnaissance comme on recherche
le meilleur prix en société de consommation
dans cet amour-attachement-illusion de la
carotte du messianisme, qui fait que Nous ne
pouvons plus pratiquer le « QUI SUIS-JE ? »,
dans ce social infernal des Pour-Voir
l’effacement de l’ego devient impossible,
paradoxalement,
ALORS QU’IL EST LE SEUL POUVANT LAISSER
RAYONNER L’AINSITÉ, TEL L’ÊTRE-CELA,
RAYONNER LA COMPASSION DE LA GRATUITÉ (pas
la maladie actuelle des « donneurs » ou winners,
ces « sauveurs », ces médaillés ou diplômés en
« héros », ou pire : en « mérite »).

La Vraie Compassion est sans calcul, sans
mental, elle est Gratuité-Amour, elle est
NON-AGIR ou CENTRUM CENTRI DE LA VACUITÉ.
AMOUR-GRATUITÉ indissoluble, parce que
l’EGO EST TRANSCENDÉ.
L’amour (sentiment si à la mode du social)
n’est qu’un dépotoir à ordures, mascarades ;
tandis que l’autre Amour est laveurs (1),
caractère intemporel de l’Amour.

L’Instant ou le « sucre-électron » est ce
‘Je’ unique, Singularité, sans autre réalité.


L’ego est par essence UTILITAIRE, un OUTIL comme un couteau ou un gobelet. Un procédé qui utilise les cinq sens du mental engendrant une palanquée d’informations, lesquelles sont de parfaites illusions. Mais mieux vaux pratiquer le Xatemme :
Xatemme recouvre le Pentatemme :
1 - Ni permanence ni impermanence.
2 - Ni non-permanence ni non-impermanence.
3 - Ni non-oui permanence ni non-non impermanence.
4 - Circulus par le 5 :
5 - Les quatre sont en circulus entre eux à l’infini
et n’ont aucun rapport avec la limitée flèche du temps.
Ce qui rejoint le : SAVOIR, POUVOIR, OSER, SE TAIRE.
Le dernier terme étant le principal.

SE TAIRE = LE NON-IDENTIFIABLE, SANS CARACTÉRISTIQUE.

L’EGO N’EST QU’UNE DÉSIGNATION : le doigt pointé vers la Lune.
Celui qui regarde le doigt au lieu de regarder la Lune que le doigt montre, c’est l’ego.
BAMBOU : LE CHAMP RESTE OUVERT (la perfection de son élan vers le ciel, le vide de ses entre-nœuds), image de la Vacuité : « N’est pas X » (les choses ne sont que des pointages ou désignations dépourvus d’être en et par soi, donc en dehors de toute opinion mais inhérente à une forme d’inconscient collectif, tout en ayant l’honnêteté de rendre le sens avec le moins d’ambiguïté possible. TRANSPARENCE COMME LE DIAMANT, qui est de même formule chimique que le NOIR du charbon. Le NOIR de la NUIT OBSCURE de Jean de la Croix ; le Sombre de Xuan, la couleur noire avec ses reflets rouges, le profond, le reculé, le caché et le subtil. C’est le Saint Chaos éternellement plus mystérieux en direction de l’Origine (le TOUT ou TRANSPARENCE, VRAIE TÉLÉPATHIE). Le Noir du Saint Chaos ou Univers « primitif ». Le Noir ou Couleur absolue comme grand réservoir contenant le TOUT et le RIEN (Homère voit l’Océan noir : « Ici et Maintenant DEDANS » : O-CÉAN : O, Tout est ICI dans l’Instant de l’Eau Primordiale). Le Noir de la Putréfaction ou Perte, Apocalypse, Fléau, Renoncement.

Le INNÉ ne se possède pas : IL EST (Je suis ce JE SUIS) et donc IGNÉ : Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi), dit le Soûtra du Cœur de la Connaissance transcendante : Sentier, Chemin, voie, marcher. Il n’y a ni cœur des choses ni nature foncière (pas de fixisme).
« Gate gate… » : pas de commencement, pas de fin, comme Sagesse ne commence pas et ne va nulle part, elle ne se trouve pas à un endroit ! Dedans-dehors n’existe pas : allez n’importe où : en Amérique du Sud ou en Chine, pourvu que vous soyez assuré de n’y jamais rien trouver. Car vous, Nous n’y trouveront jamais rien d’autre que ce que Nous y cherchions réellement : RIEN DU TOUT.
Le ‘je’ ou ego est donc le « saisisseur », le possesseur, une façon dont  le mental s’y prend pour faire en sorte que les expériences soient centralisées et permettent de réagir et de survivre ! Au fil de la flèche du temps ce ‘je’ a fini par fabriquer le MASQUE : PERSONA, lequel recouvre la tête, le caput, que Nous prenons, depuis des millénaires, pour « Nous », lequel à l’Origine était le TOUT. Lequel constitue les cinq agrégats :
1 - Corps ou forme (rupa)
2 - Qui reçoit quelque chose
3 - Décodé sera trinitaire : oui, non, neutre, départ de la conscience
4 - L’intellect commence son idéation : associations d’idées (samskâra : tendance idée, impression)
5 - Bien reçu ceci devant être la Conscience originelle ou infinie : vijnâna (connaissance claire) :
« utilisé tout aussi bien pour désigner la réalisation du Soi que la connaissance des objets. Le Soi est sagesse. Il fonctionne de deux manières : quand il est associé à l’ego, il est connaissance objective (vijnâna) ; quand il est dissocié de l’ego et que le Soi universel est réalisé, on l’appelle également vijnâna. Ce terme soulève un concept mental. C’est pourquoi nous disons que le Sage réalisé connaît par son mental ; mais son mental est pur. Nous disons aussi que le mental vibrant est impur et que le mental apaisé est pur. Le mental pur est le brahman. Il s’ensuit que le brahman n’est rien d’autre que le mental du sage.
La Mundaka-upanishad dit : « Le Connaisseur du brahman devient le Soi du brahman. »
N’est-ce pas absurde ? Le connaître et Le devenir ? Ce ne sont que de simples mots. Le sage est le brahman – c’est tout. La fonction mentale lui est nécessaire pour communiquer son expérience. On dit de lui qu’il contemple l’expansion infinie. On dit aussi du Créateur, de Shuka et d’autres qu’ils ne s’écartent jamais de cette contemplation ». (Ramana Maharshi, entretien 204 du 18-6-1936).

Dans l’entretien 314 du 3-1-1937 : « Le sommeil est, dit-on, ajnâna (ignorance). Mais cela n’est qu’en fonction du faux jnâna (connaissance) qui prévaut dans l’état de veille. En réalité, l’état de veille est ajnâna et l’état de sommeil est prajnâna (pleine Connaissance). La shruti dit : “prajnâna est le brahman”. Le brahman est éternel. Celui qui fait l’expérience du sommeil est appelé prâjna. Il est le prajnâna dans les trois états, mais particulièrement dans l’état de sommeil où il est plein de Connaissance (prajnâna-ghana). Qu’est-ce que ghana ? Il y a jnâna et vijnâna. Les deux opèrent conjointement dans toutes les perceptions. Le vijnâna en jâgrat (état de veille) est viparita-jnâna (fausse connaissance), c’est-à-dire ajnâna (ignorance). L’ignorance coexiste toujours avec l’individuel.
Quand le vijnâna devient vispashta-jnâna (connaissance claire), il est le brahman. Quand la fausse connaissance est totalement absente, comme durant le sommeil, le brahman prévaut en tant que pur prajnâna. C’est alors le prajnâna-ghana ».

Nous ne possédons aucun ego, mais Nous sommes DANS LA CROYANCE qu’il y en a un. Donc le ‘je’ ou ego n’est qu’une technique par laquelle l’expérience est LA CROYANCE AU PERSONNEL, AU ‘MOI’ DU « C’EST À MOI ».
À partir de là, il y a danger à CROIRE au spectacle de cette société du spectacle et de ses adeptes du « développement personnel » bien dans la logique actuelle de L’UTILITAIRE.
Pour « développer » il faut la dualité dedans-dehors, laquelle n’existe pas, puisque TOUT est dans le mental. Le mental n’est pas un objet qui peut être saisi ou tué ; la dualité pur-impur qui fait tant de ravages est la pire des illusions !
Le mental n’étant pas un objet, il ne peut être ni saisi ni observé : vous ne pouvez observer et encore moins traduire les pensées d’un homme muet, sauf s’il traduit ses pensées en un acte extérieur : un mouvement, donc un espace-temps, ici volontaire ; un espace-temps se remplissant constamment de QUANTITÉ OU DIVERSITÉ (qui plaît tant au capitalisme, parce que quand il y a du choix, il y a de la « raison » chère à ce même capitalisme et à ses « lumières » du 18è siècle…).

Comme tout ne peut qu’être conscience, y compris les objets extérieurs, et qu’il n’y a pas d’objets ou de matière extérieure sans conscience, comme le temps n’existe pas si personne ne le regarde, ALORS QU’ELLE EST LA VÉRITÉ DE LA CONSCIENCE SEULEMENT ?

CROYANCE AU PERSONNEL ET AU ‘MOI’ = LA DÉMOCRATIE, LE POLITISME, LE SOCIAL, LE PROGRÈS, LA « LIBERTÉ », LA « JUSTICE » ET SA DUALITÉ PUR-IMPUR, DE CES ENFANTS QUI JOUENT AVEC PLUS DE SÉRIEUX QUE CERTAINS ADULTES QUI JOUENT AU CASINO POLITIQUE. Ainsi nos « valeurs » changent avec le temps-âge.
CROYANCE AU PERSONNEL ET AU ‘MOI’ = CIVILISATION : LAÏCITÉ (à la française) CONSTRUITE SUR UNE INSTABLE STABILISATION DES ÉGOÏSMES DE CROYANTS EN ÉQUILIBRE (suivant « l’âge du capitaine »… ou suivant l’idéologie du moment). Lorsque le capitaine meurt, ou lorsque l’instabilité est consommée, la civilisation s’écroule.


Note.
1. LAVER, LAVEURS est une forme de sotériologie (le salut, la rédemption, la re-trouvaille [avec son Soi]). L’identité de l’Être et de l’Acte est comparable au non-reflet entre les deux miroirs clairs, À SAVOIR QUE COMME LA TOUPIE EN GIRATION, L’ÊTRE DONNE DANS LA GRATUITÉ, IL EST SANS CESSE EN MOUVEMENT APPARAISSANT NON-MOUVEMENT ; COMPARABLE AU TROU DU TROUVÈRE OU ZÉRO INDIEN AVEC L’INFINI DE POSSIBILITÉS.
Blanchir (terme alchimique) = non-dualité, les « Laveurs » en « Feu de non-dualité » (toute pensée est incompatible avec l’Œuvre ou Réalisation…). Car si vous dites oui à tout, en causisme d’ignorant, comme en système républicain en allant voter ou en disant « oui » aux « ismes », C’EST FOUTU, OU C’EST COAGULÉ DANS LES PENSÉES (mémorisé, temporisé, fixé) ; COAGULER EMPÊCHE L’ÉVEIL QUI SE TROUVE DANS LE THÈME ACTUEL APPELÉ « PROBABILITÉ », DONC L’ÉVEIL N’EST JAMAIS FIXÉ, IL NE DEVIENT JAMAIS UNE « CONSTANTE »
 

Un peu le conte Les habits neufs de l’Empereur. Comme quoi ; « rien de nouveau sous le Soleil », mais ici dans le sens néfaste du conformisme des réformes et surtout DU SURPLACE DU PROGRÈS : TOUT À L’EXTÉRIEUR !
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 21-12-2020 01:04

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >