Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Pourquoi les portes du Gate gate pâragate...
Pourquoi les portes du Gate gate pâragate... Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 08-01-2021 01:43

Pages vues : 201    

Favoris : 18

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Reset, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
porte_du_soleil_tiwanaku0_gategate.jpg
 
 
Pourquoi les portes du Gate gate pâragate...
ne sont-elles pas franchies ?
Parce qu’en l’état actuel de la conscience
Nous vivons totalement à la surface de ce que
Nous appelons « réalité » et tout ce que Nous
faisons est superficiel.
Aussi loin que Nous pénétrions, notamment dans
le « social » et sa « couverture » ou MASCARADE
bissée par le masque covidesque, aussi profondément
que les physiciens « creusent » dans les nanotrucs
ou particules qu’ils coupent en rondelles,
Nous ne pénétrons que du social, jamais rien
d’autre que des surfaces ou OPINIONS.
 
Du berceau au tombeau, Nous ne voyons jamais
l’intérieur de quoi que ce soit, Nous sommes
dans une non-dualité en forme de dualité
dedans-dehors et ainsi toujours Nous tombons
sur des surfaces, des « Gate gate pâragate
pârasamgate bodhi svâhâ »
(Allé, allé, allé
au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi)
du Soûtra du Cœur de la Connaissance transcendante.

Les surfaces ou parcourir le SENTIER.
Car les sens actuels de l’humain sont très limités.
Et le concept de « temps » est LE primitif humain
typique ! Une dimension c’est comme la
« perspective » si en vogue depuis la Renaissance
en Occident, ce concept de « dimension » qui n’est
qu’une opinion en variation « d’outil intellectuel ».

Le concept de « trois dimensions » est ridicule,
tout comme la « quatrième » qui n’existe ni plus
ni moins que la « seconde ».
Ce concept n’est qu’une SURFACE ou une BÉQUILLE,
UNE PROTHÈSE SÉCURITAIRE OU DE CONFORT.
En somme, l’être humain est incapable de
compter au-delà de TROIS ! Ainsi « sa » dimension
n’est qu’un concept mathématique, une opinion.

Tout est dans Tout, dans le mental.
Si le mental « disparaît », alors les quatre
dimensions disparaissent aussi…
Pour finalement laisser la place au ZÉRO INDIEN
en variation de vie « immobile », donc éternelle,
DANS SON ÉTAT NATUREL ET PERMANENT.
RÉALISONS-NOUS CE QUE CELA IMPLIQUE ?

Le reste n’est que « marchands du Temple » !
SEUL EXISTE L’INSTANT, ÉTERNEL, « CIRCULANT »
SUR LE TOUT. Voilà pourquoi Nous restons
constamment à la surface des choses, parce que
l’Instant nul ne le possède, il n’est pas « là »
pour être UTILISÉ !
En « circulant » sur le Tout l’Instant n’a
aucun rapport d’infiniment près ou d’infiniment
lointain avec la temporalité des trois dimensions
et de la quatrième, il a SA « temporalité » sous
la forme énergétique du ZÉRO INDIEN…

Pour qu’il existe une illusion il faut un espace
et donc du temps, mais aussi principalement il faut
le ‘je’ qui créé cet espace et ce temps.
Au vu de cela, ce qu’on appelle « l’Est » est
très peu probant (sauf pour le social des « hommes
d’affaires » et leur monde-hôtels).
Ce ‘je’ ou ego qui invente un espace et un temps
invente du même coup le causalisme et la 3D et
la perspective (qui fait fureur chez Hollywood et
l’entertainment médiatique en général).

Par exemple les Juifs des Google transhumannistes,
qui s’estiment nés, puisqu’ils sont obsédés par
le temps qui passe, et comme ils sont nés ils
voudraient « vivre pour toujours », devenant ainsi
toujours plus des « prisonniers du temps » !
Cette souffrance provient lorsqu’on tombe dans la
dualité naissance-mort et qu’on s’attache à une
non-naissance.

Ainsi le coup du COVID-19 étant typiquement temporel
par la peur de la mort Nous fait tous sans exception
tomber dans la dimension temporel en voulant
« vivre éternellement » et le VACCIN en est un
« petit engrenage » qui appartient bien aux
transhumanistes, ce que personne ne relève
« à la radio ».
« Vivre comme avant », qu’ils espèrent !
Avant quoi ?
Avant la Chute adamique ?

Mais, « être éternel », c’est n’avoir JAMAIS
opinioné le concept de « temps » !!!
Être éternel consiste à n’être que dans l’Instant,
ÊTRE, tout simplement.

L’horreur de la dualité cause-effet est parfaitement
LA PRISON TEMPORELLE DE L’HUMAIN.
Cause et effet ne peuvent qu’engendrer sans fin
OPINIONS ET SPECTACLES ET FICTIONS.

Terrible, l’humain qui veut « améliorer » sa
condition est dans la prison temporelle du « Plus
ça change et plus c’est la même chose » : la
gravitation ou l’inertie est telle que l’humain
dans la CHUTE est condamné à répéter sans fin les
mêmes erreurs ; probablement une définition
intéressante de l’enfer ou de ne pouvoir franchir
les « GATE GATE PÂRAGATE…. » pour cause de fixité.
Cet humain coincé dans le régime capitalo-républicain
devenu de plus en plus une mécanique (bio-numérique)
ne pourra changer le résultat de ses Faire/Fer que
très très très et de plus en plus difficilement.


Le « Gate gate pâragate… » est ce « SOLEIL » À RAYONS CONDUCTEURS qui n’a rien à voir avec le concept spatial ou « l’étendu », le « champ », somme toute dans le linéaire de la flèche du temps.
EN FAIT LE MYTHE DE L’ÉTERNEL RETOUR OU TEMPS CYCLIQUE EST FAUX, LUI AUSSI EST CONSTRUIT SUR UNE « FLÈCHE DU TEMPS » MAIS INVERSE : LE RETOUR. Non, Soleil veut dire « DIMENSIONS PARALLÈLES INFINIES ». Le Soi fait que NOUS SOMMES (Sans Pourquoi ou SINGULARITÉ) et qu’ainsi comme Nous sommes LE CENTRE EST NULLE PART ET LA CIRCONFÉRENCE EST PARTOUT, NOUS SOMMES ICI ET MAINTENANT VIVANT TOUS LES DÉTAILS DE NOS VIES DANS LE MÊME INSTANT SUR UN INFINI D’UNIVERS, OU DE PLANS OU DE RAYONS PARALLÈLES. Bref, le « Gate gate pâragate… » signifie aussi qu’un simple phénomène est envisagé ou « Gate gate » depuis deux angles différents. À cause des concepts « parallèle » et « séquence » qui sont imbriqués les uns dans les autres, puisque Tout est dans Tout.
La psychose de la MÉMOIRE OU MET I À MORT (met l’Axe ou le ‘Je’ à mort) N’EST QU’UNE AMPLIFICATION DE L’EGO, UNE ACQUISITION SUITE À LA LOI DE SUCCION SUITE À LA DUALITÉ DU SUJET ENVERS L’OBJET.
Or la Réalisation du Soi est le fait qu’il n’y a pas de sujet ‘Je’, qu’il n’y a aucun ‘Je’ pour acquérir et rien qui ne puisse âtre acquis comme on ne peut pas posséder l’Univers vu que Nous sommes dedans, donc sans dualité dedans-dehors.
Pourtant, un ‘Je’ ou conscience est nécessaire afin de réaliser qu’il n’y a pas de ‘Je’. Comme il n’y a pas de conscience sans objet, et pas d’objet sans conscience, comme le temps n’existe que s’il y a une conscience pour le voir ou l’acquérir, là encore la conscience doit bien avoir une « forme » de ‘Je’ : le SUCRE-INSTANT (effet sucre-domino), le Point Focal, le Point sur le I du UN POINT C’EST TOUT de chaque Instant « cavalant » sur le TOUT (aucune naissance ni aucune mort). Les imbéciles CROIENT l’être et le non-être pour fabriquer des causes primaires et secondaires sans SAVOIR que rien de ce qui « existe » n’a de naissance ni de créateur ou causisme démiurgique !
Dans l’Instant ou ‘Je’ seulement il n’existe pas de commencement.
Si tout dépend toujours d’autre chose comme la dualité cause-effet, en formant une régression à l’infini, rien ne peut effectivement exister ! Si un morceau de bois une feuille d’arbre permet la manifestation d’une infinité de f(r)ictions ou d’opinions, les êtres des noms-les-formes perçoivent le quantitatisme ou diversitisme à partir de quelques objets (nécessairement du commerce, dans la dualité sujet objet ou échangisme). Seuls les imbéciles croient à cet effet eyes candy Hollywood ! Car aussi bien un bout de bois ou une feuille d'arbre ne renferment aucune magie ou fiction ! Comme l’effet sucre, ce qui dépend d’une chose détruit cette chose ou la remplace en naissant. Comment alors concevoir ces deux choses puisqu’elles n’apparaissent pas dans la perception ?
« Il ne naît » est nulle part, absolument aucune opinion fictive !!! Seul le causisme ou big bangisme s’exerce chez les imbéciles. Le mental est libre par sa Nature, seuls chutent ceux qui tombent dans les extrêmes de l’être et du néant à des gouffres et des gouffres et des gouffres sans fond de la Vraie Paix inhérente en toutes choses. (En référence au Lankâvatâra, chapitre Les Stances).

Chuter dans le causisme modèle Big Bang c’est déjà être dans un système, dans l’étatisme et son économie capitaliste multi-millénaire maintenant. Pour sortir de cette CHUTE façon biblique et d’autant plus illusoire, IL N’Y A RIEN À CONSERVER, PAS LE PLUS PETIT ATOME. IL CONVIENT DE DÉPASSER INFINIMENT LE « GRAND RESET » DU NOUVEL ORDRE MONDIALE QUI N’EST SOMME TOUTE QUE LE MESSIANISME DU JUDAÏSME, QUI A POUR STRICTE ET PARADOXALE CONDITION DE SON EFFICACITÉ LA PENSÉE DU MENTAL QUE CE MESSIE OU CE SALUT NE DOIT EN AUCUN CAS ADVENIR ; COMME IL NE FAUT PAS SORTIR DE LA CAVERNE DE PLATON (caverne = le « réel » selon le mental humain)….. C’EST POURQUOI LE « GRAND RESET » DU N.O.M. EST DU PUR MESSIANISME JUIF EN FORME DU « PLUS ÇA CHANGE ET PLUS C’EST LA MÊME CHOSE ».
L’autorité de tout messie, ou de tout « reset » (petit ou grand) consiste en son absence, où plutôt dans la pensée assurée que sa présence reste et restera à venir.
Cet « a-venir » (absence de venir) du messie peut suggérer en tout confort une fin du monde qui demeurera sans effet sur le cours de ce monde, une extinction inéluctable de tous les noms-les-formes qui ne compromet dans l’Instant aucun nom-la-forme en particulier ; soit l’attribut premier de Dieu, un « effet caché » : « ANNE, MA SŒUR ANNE, NE VOIS-TU RIEN VENIR ? » ; et la sœur Anne lui répondait : « Je ne vois rien que le soleil qui poudroie et l'herbe qui verdoie » (Charles Perrault, Contes de ma Mère l’Oye, Barbe-Bleue).

CAUSISME DU BIG BANG = L’EFFET DE LA CAUSE DE CE BIG BANG, SOIT LA CONCEPTION DE SON IDENTITÉ : soit la dualité en forme de caractéristique ou identité de deux objets de pensée identiques. On parle aussi de copie, de similitude, d’identité de goût entre deux personnes, en parle de ressemblance.
IDENTITÉ = PARADOXE : DÉSIGNATION À LA FOIS DE DEUX QUALITÉS DONT L’UNE CONTREDIT L’AUTRE.
IDENTITÉ = AMBIGUÏTÉ soulignant de façon hétéroclite ou disparate deux façons contradictoires et différentes d’identité. L’identité absolue est le « Je suis ce JE SUIS », le ÊTRE. Mais dans toutes les langues actuelles du monde l’identité en vient du même coup l’équivalence d’un terme à un autre, la reconnaissance d’icelui en tant qu’icelui (idem en latin), doit le même qu’icelui : sens exactement contraire à celui dont il prend ainsi le relais (comme les sucres ou effet domino…), puisque substituant l’idée d’égalité à celle de spécificité inégalable, l’idée de reproduction à celle de la SINGULARITÉ. Il y a donc introduction de l’illusion du temps, ne permettant l’identification d’un quelconque nom-la-forme que si l’on peut affirmer qu’icelui d’hier est le même que celui de ce hui, que le ‘moi’ dans l’Instant est bien le ‘moi’ de l’Instant « auparavant », ou que Macron restera le même Macron jusqu’à sa fin !

Or le sort du Seul Réel est d’apparaître dans son ÊTRE dans la mesure où il est impossible de le reconnaître en tant que semblable à un autre : il est Singularité : il est CELA si seulement le CELA est le même de RIEN : D’OÙ LE « RIEN DANS LE TOUT ET TOUT DANS LE RIEN ».
Le concept de « mêmeté » et le Seul Réel qu’il désigne intègre la pensée du même pour autant qu’il la récuse, ne se permettant à présumer d’une chose qu’elle est telle que s’il est conforté qu’il ne lui est par ailleurs « rien de tel », ne connaissant de tous noms-les-formes d’autre identité que celle qui consiste à n’être identique à RIEN. C’est pourquoi Nous pouvons dire qu’il n’existe dans l’Instant du ‘Je’ seulement AUCUN COMMENCEMENT, D’OÙ L’ÉTERNITÉ NATURELLE (pas besoin de la fabriquer par les Juifs Transhumanistes de chez Google et autre vallée siliconée… qui ne feront qu’inventer un Big Bang à eux, donc possédé par un groupe de personnes…).
Voir le Dieu Janus aux deux visages diamétralement contraires, la pensée identique rassemble et confond les deux idées contraires du même et de l’autre, désignant à la fois et contradictoirement ce qui est sans double, et ce qui est égal à quelque chose d’autre, avec idéation de temps sans temps. Rejoint la non-localisation ou INSTANT quand deux particules à des distances immenses annulent ces distances en étant dans le ICI ET MAINTENANT………. COMME MANIFESTATION D’UNE NON-IDENTITÉ. Donc le PARADOXE DE LA RÉALISATION DU SOI : la recherche de sa propre identité semble impossible parce qu’il est impossible d’identifier le Seul Réel puisqu’Il est précisément ce qui, pour être sans double, demeure réfractaire à toute entreprise d’identification. Seul est visible le FAUX, L’ILLUSOIRE. Le Vrai cesse d’être vrai dès qu’il est vu, donc possédé par la dualité sujet et objet inhérente à l’ego.
 
 

Dernière mise à jour : 08-01-2021 02:13

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >