Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Les réformes sociales ?
Les réformes sociales ? Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 18-03-2021 23:26

Pages vues : 910    

Favoris : 100

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Araignée, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Loi, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Ouvrier, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Rire, Royauté, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Washingtonisme, Yokaï

 
castex-doigt_areformer.jpg
 
 
Les réformes sociales ?
Ramana Maharshi : La réforme de soi entraîne
automatiquement la réforme sociale. Limitez-vous
à votre propre réforme.
La réforme sociale prendra soin d’elle-même.
(Entr. 282 du 16-11-1936).
Le sujet qui voit l’objet-monde comme extérieur
est le concept mental qui fait croire que
l’Univers est à l’extérieur, dehors,
et Nous « dedans » (confinés dedans…).
 
 
Une seule réforme possible : LE MENTAL


Sentiment = le policier du mental : « En cherchant si le mental existe ou non, on s’aperçoit qu’il n’existe pas. C’est là le contrôle du mental. Autrement, si on admet l’existence du mental et qu’on cherche à le contrôler, cela équivaut à obliger le mental à se contrôler lui-même, à l’instar d’un voleur se transformant en policier pour procéder à sa propre arrestation. De cette manière, le mental continue à subsister, mais échappe à lui-même », explique Ramana Maharshi à l’entretien 43 du 28-3-1935.
De la même manière, même entretien : « Chacun connaît le Soi [ou l’Instant], et pourtant ne le connaît pas. Étrange paradoxe ».
Et à l’entretien 615 du 24-1-1939 : « Un voisin avait anticipé la visite d’un voleur dans sa maison. Il avait pris des précautions pour l’attraper en plaçant des policiers en civil pour surveiller les deux bouts de la rue, l’entrée et la sortie de sa maison. Lorsque le voleur s’était présenté comme prévu, les hommes de guet s’était précipités sur lui pour l’attraper. Le voleur, jugeant d’un coup d’oeil la situation, s’était mis à crier : « Au voleur ! Attrapez-le, attrapez-le ! Il court par là ! là ! » Et ce faisant, il était parvenu à s’enfuir.
Il en est ainsi avec l’ego. Partez à sa recherche et vous ne le trouverez pas. C’est la meilleure façon de s’en débarrasser ». (Entretien 615).


Le seul inconscient collectif possible est énoncé dans l’entretien 92 du 7-11-1935 :
« Les perceptions sensorielles ne peuvent donner qu’une connaissance indirecte et non une connaissance directe. Seule notre propre conscience est connaissance directe : c’est l’expérience commune à tout le monde. Aucune aide n’est nécessaire pour connaître son propre Soi, c’est-à-dire pour être conscient.
L’unique totalité, infinie et indivisible (le plenum), devient consciente d’elle-même en tant que ‘Je’. C’est son nom originel. Tous les autres noms, tels que OM, ne viennent qu’après. La Libération consiste uniquement à rester conscient du Soi. Le mahâvâkya « Je suis le brahman » en est l’affirmation qui fait autorité. Bien que l’on ait toujours l’expérience du ‘Je’, l’attention doit y être dirigée [Retournement de la Lumière]. Alors seulement, la Connaissance émerge. C’est pourquoi l’on a besoin de l’enseignement des Upanishad et des Sages » (entretien 92 du 7-11-1935).
« Le mental changeant (c’est-à-dire le mental associé à rajas = activité et à tamas = obscurité) est communément connu comme le mental. Dépourvu de rajas et de tamas, il est pur et brille par lui-même. C’est la réalisation du Soi. C’est pourquoi on dit que le mental est le moyen pour l’atteindre » (entretien 100 du 19-11-1935).

Dans le même entretien 615 : « Saisissez d’abord l’ego et demandez ensuite comment il peut être détruit. Qui pose cette question ? C’est l’ego. L’ego serait-il d’accord pour se détruire lui-même ? Cette question est la meilleure façon d’entretenir l’ego et non pas de le détruire [comme dans l’exemple du policier ci-dessus]. Si vous cherchez l’ego, vous constaterez qu’il n’existe pas. Voilà la façon de le détruire.
PAS DE MEILLEUR VACCIN QU’AVEC AUCUN VACCIN… COMME PAS DE MEILLEURE LIBERTÉ AVEC AUCUNE INVENTION DE LIBERTÉ, OU PAS DE MEILLEURE VALEUR SANS AUCUNE INVENTION DE LA VALEUR.


- Question : Comment la fausse identification est-elle née ?
- Maharshi : Elle est due aux pensées. Si les pensées sont supprimées, le Soi réel resplendit de lui-même.
- Question : Comment peut-on mettre un terme à ces pensées ?
- Maharshi : Recherchez leur base. Elles sont toutes comme des perles enfilées sur la seule pensée ‘je’.
Domptez celle-ci et toutes les autres s’écrouleront. De plus, il ne sert à rien de tout connaître et de ne pas connaître le Soi. Si on connaît le Soi, tout le reste est connu. Par conséquent, le premier et unique devoir de l’homme, c’est la réalisation du Soi.
- Question : Comment dompter la pensée ‘je’ ?
- Maharshi : Si on trouve sa source, elle ne s’élève plus, elle est domptée.
- Question : Comment et où la trouver ?
- Maharshi : En fait, c’est la conscience qui permet aux individus de fonctionner de différentes
manières. La conscience pure est le Soi. Tout ce qui est requis pour réaliser le Soi est de rester tranquille.
- Question : Qu’y a-t-il de plus facile que cela ?
- Maharshi : L’âtma-vidyâ [connaissance du Soi] est donc ce qui est le plus facile à atteindre.
(Entretien 379 du 2-4-1937).

LOI DE SUCCION SOUS TRINITÉ : le jiva (être corporel, âme individuelle) ; Dieu ; la succion ou soumission. Trinité commune à toutes les religions et systèmes politiques comme le régime républicain et sont toutes vraies tant que le mental fonctionne. « Ce ne sont que des créations mentales. Il n’est possible de postuler l’existence de Dieu qu’une fois que le mental s’est manifesté. Dieu n’est pas différent du Soi. Dieu et le guru sont des réalités objectives du Soi » (Ramana Maharshi, entretien 433 du 26-12-1937).

En se concentrant seulement même quelques fractions de secondes pendant toute une vie, il devient lumineux d’entrevoir la différence, ou non, entre ego et non-ego !

Coup d’œil sur le mariage COVID-LAÏCITÉ, parce qu’ici en France il s’agit bien de cela… avec la fameuse « attestation » de « s’autoriser » à sortir de sa prison de citoyen à la maison ! Parfaite dualité du MAL ABSOLU DEDANS-DEHORS.


Nous ne sommes pas à l’intérieur ou à l’extérieur de quelque chose genre laïcité d’un côté et croyance de l’autre ; le Soi, l’Univers est à l’intérieur de Nous, SIMPLEMENT parce qu’Il est Nous et que Nous sommes Lui, « Je suis aussi ce Blanc de l’Instant formant l’Arc-en-Ciel, qui pourrait symboliser « Le Royaume des Cieux est en vous ».

Avec le coup du covid ce monde tombe dans LA LAÏCITÉ OU AUTO-CONTRÔLE MÉCANIQUE DU CORPS ET DONC DU MENTAL qui lui aussi ne pourra qu’être amplifié. Un auto-contrôle (PAR AUTO-ATTESTATION) qui s’impose à l’ensemble des Terriens humains Français. Or tout ce qui impose à l’ensemble n’est qu’une dictature, maintenant une AUTO-DICTATURE institué par le « corps » sain inversion de la Réalisation du Soi !
Mais la laïcité française à ceci de plus sournois, voir de plus monstrueux, de plus diabolique, c’est qu’elle fait semblant de ne pas s’imposer, afin de profiter à « l’intérêt général », d’être en accord avec l’ensemble, mais en postulant que cet accord existe déjà, comme s'il était issue de Dieu, et de nos jours il n’est même plus besoin d’un Dieu quelconque puisque c’est LE CORPS QUI S’EST TRANSMUTÉ EN LAÏCITÉ PAR LE MIRACLE D’UN VIRUS. PAR LE SANITAIRE OU MUTATION DE LA LAÏCITÉ EN SANITAIRE, sa naturelle neutralité déniera ce qu’elle fait à l’instant où elle le fait, afin de pouvoir en faire plus sans avoir à s’expliquer, tel son état d’urgence permanent pour cause de SANTÉ de l’ensemble des Terriens (Français), la bonne excuse pour supprimer peu à peu une palanquée de libertés.

La laïcité est un confessionalisme retourné, SOUS L’INGÉNIERIE DU COVID-19 LA CONFESSION DEVIENT : VOUS VOUS FAITES TESTER OU VOUS VOUS TESTEZ VOUS MÊME (covid ou non-covid), comme cela vous vous protégez et en même temps vous protégez « vos proches » (« vos ceci, vos cela, votre maison, votre député, etc. », principe de la laïcité censé aussi « protéger » TEL UN VACCIN tout le monde afin que ce « tout le monde » soit libre de penser comme il l’entend (la fameuse « liberté d’expression ») et puisse consommer comme il l’entend ! « Liberté » LIÉE AU SENS DES MOTS (dont le pouvoir en place aura tout interêt à codifier ou normaliser ces mots DANS LE SENS DE SA SAISIE OU DE SES INTÉRÊTS MAIS NULLEMENT DANS LE SENS D’UNE RÉALITÉ RÊVÉE). COMME LES MOTS/MAUX LE CORPS SERA ALIÉNÉ PAR UN « NOMINALISME » OU CHAOS DE NOMS-LES-FORMES (un cochon ne reconnaîtrait pas ses petits….. et mutation vers le tout numérique….)(1).
LE COUP DU COVID-19 EST BIEN UNE TRANSMUTATION DE LA LAÏCITÉ À LA FRANÇAISE MAIS INSTITUTIONALISÉE À LA PLANÈTE.
Nous sommes dans une amplification monstrueuse de ce nominalisme que dénonce Olson (1), selon lequel le sens des mots est le fruit du social, du conventionnel ou d’un contrat, soit au final LE FRUIT DE L’INCONSCIENT COLLECTIF À LA CARL GUSTAV JUNG, le fameux consensus, la MÊME SOUPE POUR TOUS, et « Circulez ya plus rien à voir », sauf la PENSÉE UNIQUE INSTITUÉE, NORMALISÉE (sous Richelieu en France par la normalisation en la création de l’Académie française). Le sens des mots et même leur étymologie devient UNE CONVENTION. Naturellement pour RE-trouver le Vrai sens d’un concept il faut passer par le SIGNE et donc nécessairement EN PREMIER par le « QUI SUIS-JE ? » menant au Soi…. Demeurer à la Source ou Connaissance-Êtreté : In-S-tant ou Con-naissance qui fait affirmer qu’il n’y a ni connaissance ni ignorance mais seulement ÊTRE, ou CELA (”Moi et le Père nous sommes Un”, Jean 10, 30).


Rejoint le problème de laïcité ou AUTO-convention, LE CONTRAT SUR LA SIGNIFICATION DES MOTS sur les mots et par là-même sur la pensée doivent être en une supposé harmonie pour que la communauté ou le social fonctionne sans chaos… Drame actuel de la tyrannie de l’opinion liée à l’ego ou possession de cette convention et de son réservoir ou « disque dur » contenant les mots et maux (l’inconscient collectif de Jung). C’est pour cela et comme déjà écrit de nombreuses fois : par exemple on dit qu’il suffit de deux Anglais pour faire un match de football, et de trois pour faire un Empire. C’est-à-dire qu’il suffit de deux humains ayant une même convention-opinion suffisamment solide pour fabriquer le « réel ». C’est dire la NON-RÉALITÉ de ce « réel » conçu par l’être humain et son mental, c’est dire son ILLUSION, son SPECTACLE PHÉNOMÉNAL ET CONVENTIONNEL : LA FRICTION (feu, frottement, coït) ENGENDRANT LA FICTION, le SPECTRE SPECTACLE ; C’EST PROPREMENT L’HOTC (Histoire-Opinions-Temps-qui-Coule), soit UN LANGAGE : LOI DE SUCCION (langage de lécher : lingua, langue ; forme de lingere [lécher, cunnilingus], et désignation de la langue ; voir le grec glôtta, glotte, polyglotte, glose, glossaire….). Loi de succion ou Gravitation universelle : de la petite cellule jusqu’au bébé humain, tous saisissent tout ce qu’ils peuvent saisir ; soit une Variation du Thème QUESTE DU SAINT GRAAL ou recherche d’un Absolu… pour exister, mais non pour vivre (Le Royaume des Cieux est en Vous….).
LE MAL ABSOLU est bien la DUALITÉ DEDANS-DEHORS, si en première star en ce temps de covid-19-X. Masque, « gestes barrière » ou distanciation physique ou confinements cycliques le prouvent. C’est même un meilleur DEDANS-DEHORS que celui des Gilets-Jaunes, puisqu’il est devenu « légal »…. PARCE QUE LAÏCITÉ OU L’ÉTAT C’EST NOUS….NOUS SOMMES DEVENUS LE ROI…


Comme le prouve leur sens judaïque de leur « République une et indivisible » en faisant un Dieu unique et évidemment indivisible, dont fait partie la laïcité, mais ne voulant pas abandonner non plus l’existence jugée ”autonome” des choses finies (2) ils ont fait du CORPS une conscience appelée « raison » en faisant SORTIR par une opinion absolue, ce qui en premier lieu rendit VIL dans son principe le Soi (relégué au niveau d’une « croyance »), et lui ont conféré un caractère moralo-religieux et corporel et politicard qui  arbitre de leurs synagogues à leur Église de Rome et à leur République tout le social du monde ; pour ensuite transformer, en France sous le système de laïcité, en une imagination rêveuse ou de « liberté d’expression » ; car la Causalité, du EST, ne saurait passer par le moindre mental, ou ce qu’ils appellent la « raison » (TOUT EST DANS TOUT).
Le fait d’inventer une cause ou un Big Bang, ou une création, est LA PREUVE ABSOLUE DE LA FAUSSETÉ DES RELIGIONS ABRAHAMISTES, qui procèdent comme les productions des usines capitalistes avec leurs dates de péremption, sauf qu’en évolutionnisme la « fin » (des temps) ou « Grand Rassemblement » (monde inclusif ou Great Reset de Klaus Schwab) est laissé à la vulgaire ego-opinion de chacun (surtout de ceux en haut de la pyramide hiérarchique).

Une seule réforme possible : LE MENTAL :
La laïcité et sa république, le Dieu du monothéisme, certains transgenres et donc corps se veulent singer le nirvana par ce qu’ils appellent « être neutre », singerie du « neti neti » de l’hindouisme : ni ceci ni cela ou méthode d’élimination exhaustive  de l’illusion, afin de chasser toutes les surimpositions et se trouver finalement en présence de l’atmân [le Soi].
Donc, question sur le neti neti.
- Maharshi : Maintenant, vous identifiez à tort le Soi avec le corps, les sens, etc. Puis vous procédez à leur rejet et cela est neti. Mais vous ne pouvez le faire qu’en vous attachant fermement à ce qui ne peut être rejeté [rejoint l’exemple du policier cité dans l’encadré]. Et cela est iti seul ». (Entretien 366 du 20-2-1937).
Iti : veut dire « ainsi » (désignant ici le Soi). Ainsi = état naturel ou originel : l’Ainsi-Allé ou l’Ainsité désigne le Bouddha ou l’Être libéré, le Sage. Ainsité (tathatâ) est aussi un des noms du Seul Réel.



Notes.
1. « Mais il semble peu douteux que l’écriture et la lecture aient joué un rôle essentiel dans la genèse d’un bouleversement, par lequel nous sommes passés d’une pensée sur les choses à une pensée sur les représentations des choses, c’est-à-dire à une pensée sur la pensée [donc le RE et une distance entre]. Notre conception moderne du monde et de nous-mêmes est, pourrait-on dire, un sous-produit de l’invention du monde sur le papier », dernière page ; et page 220 : « Les signes ont été considérés au Moyen-Âge comme faisant intrinsèquement partie des choses, tout comme leur nom ; au XVIIè siècle, les signes deviennent des ”modes de représentation”. Les représentations finissent par être radicalement distinguées des choses représentées. Pour représenter de manière fidèle, la langue doit être amenée le plus près possible des mots ». David R. Olson dont je cite souvent la conclusion de son livre important : L’univers de l’écrit - Comment la culture écrite donne forme à la pensée.

2. Si tout est conscience, y compris le objets extérieurs ou le monde ou l’univers, et qu’il n’y a pas d’univers ou conscience sans extérieur et objets, quelle est la vérité du Soi ou Conscience infinie seulement ?
De même quand une analyse se retrouve en concept d’évolutionnisme par l’analyse d’elle-même, cette dernière pourra tomber dans le risque de régresser à l’infini ! Jusqu’à devenir une opinion d’opinion d’opinion, etc.
Quand l’objet a été totalement analysé par le sujet, l’analyse devient idiotès, singularité, seule, sans support. Et quand il n’y a plus de support il n’y a plus de naissance, plus de dualité naissance-mort : c’est ce qu’on appelle NIRVANA.

« Si Dieu est la cause des mondes,
Dites-moi donc ce que Dieu est [pour vous] !
Les [grands] éléments ? Dans ce cas,
À quoi bon se fatiguer pour un nom seulement ?
[…]
Qu’a-t-il voulu créer ?
Le soi, les éléments, lui-même ?
Tout cela n’est-il pas éternel ?
La conscience naît de son objet.
[…]
Pourquoi [Dieu] ne crée-t-il pas constamment
Puisqu’il ne dépend de rien d’autre [que de lui-même] ?
S’il n’est rien qu’il n’ait créé,
De quoi dépendrait-il ? [utilitarisme].
S’il était dépendant, la combinaison [des causes]
Serait la cause de non Dieu.
La combinaison réalisée, il ne pourrait empêcher
la production [de l’effet] ;
Et dans le cas contraire, il ne pourrait la provoquer.
Si, contre sa volonté, Dieu crée,
Il obéit à une puissance extérieure [un utilitarisme] ;
S’il en veut, il est soumis au désir [utilitarisme] ;
Et s’il crée, en quoi est-il Dieu ?
(Shânrideva, La Marche vers l’Éveil, 7è-8è siècles, chapitre 9 : La Connaissance transcendante, 109-125 ; et réf. au Soûtra de l’Entrée à Lankâ, chapitre L’impermanence, 15).

[Note technique : ces dernières semaines le site était ralenti à l’affichage. Le problème est maintenant réparé. Merci à l’hébergeur Haisoft pour son aimable prestation et pour sa rapidité de réaction]
 
 

Dernière mise à jour : 19-03-2021 00:00

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >