Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Le vieux rêve de certains depuis le Néolithique
Le vieux rêve de certains depuis le Néolithique Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 17-09-2021 00:45

Pages vues : 198    

Favoris : 37

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Argent, Banque, Commerce, Convention, Croyance, Feu, Guerre, Images, Nostalgie, Peur, Pointe, Raison, République, Silence, Spirale, Vie

 
cernunos_dieugaulois.jpg
 
 
Le vieux rêve de certains depuis le Néolithique
avec l’invention de la voie de l’Agri et culture
puis de l’État, de la République, du commerce et
des marchandises, du salariat et de l’administration
et des institutions du FRIC/FLIC pour garder tout ça.
De là était inventé le concept de « civilisation »
dépendante de cette voie de  l’Agriculture :
- les classes (et hiérarchie ou winnerisme et
invention de la « valeur »,
- du winnerisme s’ensuivra l’esclavage,
- de l’administration étatique s’ensuivre
le dogme,
- du dogme s’ensuivra l’impérialisme et le
rêve d’un royaume et d’un empire mondial.
 
À ce hui, la civilisation et sa technologie au
lieu de libérer, emprivoisonne (de se laisser
apprivoiser et donc asservir et empoisonner,
un autre terme serait le mot « utilisateur »,
ou « consommateur »).


Emprivoisonne = civilisation et emprise sur le dividu, qui n’est plus lui-même et en est donc aliéné.
Civilisation et « dividu » = couverture social, surface, jamais de profondeur, tout est superficiel ou artificiel, parce que tout est relatif ; le dividu est relatif.

Civilisation = maintenant et depuis Louis 9 et les croisades sous le capitalisme, mais surtout à partir de l’époque de la Renaissance et Europe, où se produisit un grand affaissement de la chrétienté à cause de la Réforme, ce qui favorisa le judaïsme, son commerce et ses banques, et aussi un commencement de l’actuelle judéo-maçonnerie spéculative et un déclin de la littérature alchimique.

À partir de la Renaissance va commencer l’œuvre du dividu, du divisé, du citoyenisme, à cause non seulement de l’invention de l’imprimerie qui permettait à chacun, évidemment ceux qui savaient lire et pouvaient se payer des livres, de commencer dans sa chaumière son « développement personnel » ; les Luther et surtout Calvin purent déchaîner en France les divisions sous formes de guerres de religion, tandis qu’à Genève, la capitale d’adoption de Calvin, icelui commence l’usure. Ce contexte va permettra aux Juifs de pénétrer toutes les institutions de la civilisation. Ainsi il est tout naturel que les Juifs en France disent une prière hebdomadaire à la République, car ELLE EST LEUR ŒUVRE : les Yahvistes, protestants et judéo-maçons forment la trame républicaine et capitaliste, dont la trame tient en un mot : RÉSEAU, ce qui se conclura par le développement de l’ordinateur.

Le noachisme, la « Jérusalem céleste » commençait sa pollution en compagnie de ses « droits de l’homme », de sa fièvre de l’égalitarisme menant au mondialisme, et de la pensée unique et au rêve d’un « Royaume universelle » comme d’une « monnaie universelle ». L’égalitarisme se transformait en « lien social » aboutissant au pire du grégarisme ! Ce qui est la négation même du lien social qui était naturel avant 1789. Au républicanisme et au RÉSEAU, dont dépend nécessairement la finance, allait naturellement s’ajouter l’anglomanie et l’américanisme.

De là le capitalisme devenait le WINNER : le social paradoxalement faisant croître simultanément l’atomisation et l’uniformité de l’être humain citoyenisé, urbanisé, développait la « liberté du travail », ou autrement dit la « liberté de l’esclavage nouveau ». Car le capitalisme est le ISME ou système par essence de la civilisation et de son « social » que le mot WINNER résume bien : faire porter uniquement les rentes du capital, et pour ce faire diminuer le prix de revient du produit tout en se procurant au meilleur marché possible la matière première et la main-d’œuvre, cela en employant au produit le moins possible de l’une et de l’autre en qualité et en quantité : le « toujours meilleur» pour « toujours moins de ceci et de cela », dont l’écologie est un excellent reflet ! Ayez la qualité sans polluer !…. Le winnerisme anglo-américain est bien à l’œuvre, on le constate en France en ce septembre 2021 avec la rupture d’un contrat de sous-marins passé par le gouvernement australien à la France, contrat que le monde anglo-saxon vient de PIQUER aux Français !


LE SOCIAL ACTUEL, RÉSUMÉ PAR LE MOT « RÉPUBLIQUE (JUIVE) », FORCE LA MAIN IL N’Y A PAS PIRE : C’EST LE PRINCIPE DE LA LAÏCITÉ À LA FRANÇAISE JUDÉO-MAÇONISÉE :

La laïcité est une culture, un système dominant français issue de 1789 et de la judéo-maçonnerie spéculative matérialiste, qui s’impose à l’ensemble de la population. Or tout ce qui impose à l’ensemble n’est qu’une dictature. Mais la laïcité française à ceci de plus sournois, voir de plus monstrueux, de plus diabolique, c’est qu’elle fait semblant de ne pas s’imposer, afin de profiter à « l’intérêt général », d’être en accord avec l’ensemble, mais en postulant que cet accord existe déjà, comme s'il était issue de Dieu, ou dés le berceau.
La laïcité française est un killer en forme de neutralité qui déniera ce qu’elle fait à l’instant où elle le fait, afin de pouvoir en faire plus sans avoir à s’expliquer, puisqu’elle a dénié ce qu’elle était en train de faire !

« Elle fait semblant de ne pas s’imposer, afin de profiter à « l’intérêt général », d’être en accord avec l’ensemble, mais en postulant que cet accord existe déjà » : le cas est flagrant en 2021 avec l’épisode actuel du COVID-19.
C’est exactement le principe de l’inquisition et du socialisme de l’URSS avec sa police politique : car en République comme en URSS, ou maintenant en Chine, il s’agit de défendre un DOGME, appelé aussi ‘Valeur’, c’est-à-dire une position du mental qui, pour l’accusation ou le pouvoir, est censée être implicitement acceptée par tout le monde, comme la laïcité, comme un centre dont on ne doit pas s’écarter sous peine de raisonnement faux. Aussi, si la pointe du compas dérape, la circonférence, le raisonnement et les actes qui les suivent, sont nécessairement faux.
Tout accusé qui se reconnaît lié à la foi d’une religion (par exemple c’était le cas de Galilée, et c’est le cas de tous membres d’un parti, surtout communiste ou socialiste ou d’une république), est supposé avoir parfaitement conscience d’avoir contrevenu au dogme, sauf dérangement mental. Il est donc normal que le tribunal lui demande : « Sais-tu pourquoi tu es là ? » S’il le sait, il se condamne lui-même par auto-critique et ne subit qu’une peine légère ou ne subit pas une condamnation imposée. S’il ne sait pas pourquoi on lui reproche quelque chose, c’est qu’il est fou, et pour ce cas là le post-stalinisme des années 1960-1970 a institué des hôpitaux psychiatriques spéciaux. L’inquisition brûlait ses opposants comme possédés de Satan, c’était moins barbare que n’importe quel hôpital psychiatrique moderne. Inquisition et Tchéka, république et laïcité, ont la même configuration mentale.
Comme le dit bien Émile Poulat, la laïcité est un confessionalisme retourné.

LAÏCITÉ = CHACUN DES CITOYENISÉS EST « VACCINÉ », EST DEVENU « LE ROI », LE SPÉCIALISTE. On le voit bien sous épisode covid-19 : vous n’avez pas de « pass sanitaire » et vous devez prendre un avion pour vous rendre dans tel ou tel pays, le « spécialiste » sera l’aéroport qui refusera que vous montiez dans l’avion si vous n’avez pas le « pass ». Et tout est comme ça : DÉLÉGUÉ, MUTUALISÉ, CHACUN EST LE ROI, TOUT EST ÉCLATÉ EN MILLIARD DE MORCEAUX.


1789 avait conduit les croyants juifs à la conquête du droit spirituel en laïcisant le social ; 1789 a conduit ces croyants à la conquête du terrain politique, et surtout actuellement du terrain médiatique. Le socialisme de l’URSS fut l’œuvre des Juifs, celui de la république ne pouvait que suivre, le précéder et le suivre. Le républicanisme juif se croit possesseur du monde, puisque « peuple élu » ou « réparateurs » du monde.

Civilisation = aliénation : ÊTRE POSSÉDÉ ET POSSÉDER (« votre ceci, votre cela »), votre injection, votre pass, votre opinion, etc. Bref, DE LA F(R)ICTION, de l’artifice ; se croire possédé en la réalité, de la vérité. Comme souvent écrit sur le site, C’EST LE RÈGNE DU MESSIANISME JUIF : SE CROIRE POSSÉDER QUELQUE CHOSE BIEN À SOI.
Or ce que vous possédez vous possède, vous en devenez dépendant, comme « votre » injection aux ARN messagers…. Ceci est un Tautologie (1) .
« L’appropriation étant là [le capitalisme étant là], le cours de l’existence se met en branle pour le possédant. Car, s’il était libre d’appropriation, il se rendrait libre en effet. L’existence n’aurait pas lieu » (Nagarjuna, Stance 26,7).

Le problème est bien là : pas d’existence sans appropriation, pas d’Être sans avoir, sans quelque aliénation. D’où le winnerisme de plusieurs millénaires maintenant du FRIC/FLIC et de son étatisme, car il y a difficulté de a dépossession ou désappropriation. LE PRINCIPE DE L’APPROPRIATION EST SANS LIMITE CONFORMÉMENT AU MESSIANISME OU À LA CAROTTE attachée à distance de la tête de l’âne pour le faire avancer ; s’il arrive à manger la carotte, il ne va plus avancer et réclamera une nouvelle carotte pour continuer à avancer, et ainsi de suite, sans fin.

LOI DE SUCCION.

LE CONCEPT DE PROPRIÉTAIRE EST UNE ABOMINATION DU DIABLE : ORGANISER.
ORGANISER = POSSÉDER = DÉSIR = CAROTTE.
- AMOUR = CAROTTE : UNE JOIE EXTÉRIEURE, d’où le désir de se l’appropriété À JAMAIS COMME LES JUIFS TRANSHUMANISTES DES GOOGLE-FACEBOOK.
- LA HAINE EST UNE TRISTESSE QU’ACCOMPAGNE L’OPINION D’UNE CAUSE EXTÉRIEURE, D’OÙ LE DÉSIR DE S’EN SÉPARER (contraire de loi de succion en forme de comble de loi de succion : attachement absolu…).

ALIÉNATION RÉPUBLICAINE : on vous prive de votre conscience pour vous imposer celle des forts en ego, en gueule et en argent, cas actuel de la f(r)iction COVID-19. La république judéo-maçonnique est BIEN DEVENUE ALIÉNATOIRE.

La Vraie Libération est celle qui échappe à la tyrannie de l’opinion. Aussi ne pas posséder même LE MILIEU ; le mot FLÉAU possède le sens de NE PAS LE POSSÉDER, CAR IL EST LE FLÉAU MÊME (le fouet, le Cinglant, le Glaçant, Il est SHIVA). Car une fois les extrêmes disparus, COMME LE CENTRE EST NULLE PART, LE FLÉAU EST NULLE PART, COMME DIEU EST NULLE PART, LA CIRCONFÉRENCE EST PARTOUT.
Ceux qui pensent « il n’y a pas » s’égarent. Ceux qui qui ne pensent pas au « il n’y a pas » sont sur le bon sentier. ET CEUX QUI SE LIBÈRENT DES DEUX, CONNAISSENT LES CHOSES DE LA TAUTOLOGIE TELLE : « JE SUIS CE JE SUIS ». C’EST LE FLÉAU.

EN RÉSUMÉ : le mot FLÉAU est aussi l’argument de SURVIE de TOUS POUVOIRS : si vous inventez un puissant moteur qui peut tourner sans aucune énergie, comme si vous inventez une (m)onde capable de soigner n’importe quelle grave maladie, vous devenez un FLÉAU pour ces pouvoirs et aurez CONTRE VOUS toute la finance internationale liée à l’industrie du pétrole et de Big Pharma, et vous serez « suicidé » dans peu de temps… Ça aussi c’est une Tautologie bien réelle !


[En haut de page : Cernunnos, Dieu gaulois dans le Thème de Shiva : les Nautes parisiens ou Nautoniers ou voyageurs à travers la Stargate (TORE, VASE), donc LES ÉVEILLÉS, car c’est bien le sens d’Éveillé, de Libéré vivant que représente Shiva-Cernunnos. De par sa proximité à Shiva, Cernunnos possède des caractères de l’hindouisme, particulièrement présents dans la culture celtique]


Note.
1. Le diable de l’identité et de l’organisation, et de la violence.
La Tautologie (ou truisme) n’est pas un « vice logique » comme l’énonce le dictionnaire Le Robert. La Tautologie représente l’enseigne de l’Instant, elle exprime donc une réalité profonde.
A = A, formule de la Tautologie, ne peut pas s’énoncer comme « un discours pauvre ». Et en vertu de quoi ? De la croissance ?  De l’évolutionnisme ? On ne peut pas non plus « dire d’une chose qu’elle serait identique à elle-même c’est ne rien dire du tout ». Comme en Alchimie, les Tautologies sont des variations du thème initiale.
Le discours philosophique le plus fort est d’inspiration tautologique. Tout discours philosophique tenue à partir d’inspiration contraire : en forme de binaire oui-non, est plus faible (ce sont des philosophies des différences, donc identitaires, et Platon est de ce domaine. On rejoint alors les philosophies dualistes et celles de la différence). Mais est-ce que le réel est d’essence identitaire ou de différence ? Ce qui rejoint le problème universel de l’individuel et du collectif...
 
 

Dernière mise à jour : 17-09-2021 01:11

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >