Accueil arrow News arrow Dernières news arrow La TYRANNIE DÉMOCRATIQUE
La TYRANNIE DÉMOCRATIQUE Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 26-09-2021 00:55

Pages vues : 192    

Favoris : 40

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Amérimécanisation, Argent, Banque, Commerce, Convention, Croyance, Enfer, Feu, Guerre, Images, Jardin, Nostalgie, Paradis, Peur, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Silence, Social, Spirale, Vie

 
oro11ferme_bouche_aa.jpg
 
 
La TYRANNIE DÉMOCRATIQUE
ou le drame de l’ego :
« L’un de nous se mettait à commander aux
autres, et en faisait tout ce qu’il voulait ;
ou bien il s’imposait, et obligeait les
autres à être tels qu’il les voulait, ou
bien il les poussait, par ses manigances, à
faire toutes ses volontés.
 
Il ne s’agissait pas de choses importantes -
d’ailleurs, il n’y en avait pas. Mais le fait
est là : cela se répétait tous les jours, et
ne concernait pas seulement notre action de
propagande, mais aussi les faits sans rapport
avec elle, et même les plus petits faits de
la vie ordinaire. Certains tendaient
insensiblement à devenir des chefs, et les
autres des subordonnés. Certains s’imposaient
de force, d’autres par de savantes manœuvres.
[…] La persuasion, l’insistance, ou tout autre
moyen de pression - tout était bon. Mais jamais
d’argument logique : il s’agissait toujours,
dans cette domination et cette subordination,
de quelque chose de spontané, de presque
instinctif. Il en allait de même dans les cas
les plus simples comme dans les plus complexes.

[…] Ce qui signifie que cette tyrannie
constituait, par rapport aux fictions sociales (1),
une tyrannie nouvelle. En outre, cette tyrannie
s’exerçait sur des individus subissant déjà
tout particulièrement l’oppression des fictions
sociales. Et, par-dessus le marché, cette
tyrannie s’exerçait par des gens parfaitement
sincères, qui n’avaient d’autre but que
d’abattre la tyrannie et créer de la liberté.

[…]
La tyrannie de l’entraide. Certains d’entre-nous,
au lieu de commander aux autres et de s’imposer
à eux, au contraire se mettaient en quatre pour
eux, en toute occasion. Cela semble le contraire,
non ? Eh bien, c’est exactement la même chose.
C’est, là encore, une tyrannie nouvelle et qui
va, de la même façon, à l’encontre des principes
anarchistes.

[…]
Donc un type qui en domine un autre, pour une
raison indépendante des fictions sociales, le fait
obligatoirement parce qu’il lui est supérieur par
l’une de ses qualités naturelles, qu’il utilise
pour le dominer. Mais la question se pose : une
telle utilisation est-elle bien légitime,
je veux dire, est-elle naturelle ?
Quel est donc l’usage naturel de ces qualités ?
C’est de servir les objectifs naturels de notre
personnalité [après le « QUI SUIS-JE ? ».
Mais dominer quelqu’un d’autre, est-ce là un
objectif naturel ?

[…]
Conclusion : notre tyrannie, qui n’était issue ni
des fictions sociales ni des qualités naturelles,
devait donc dériver d’un usage erroné, d’une
perversion de ces qualités naturelles elles-mêmes.
Et cette perversion, d’où provenait-elle ? ».
Il ne pouvait y avoir que deux causes : ou bien
l’homme est naturellement mauvais, et par conséquent
toutes ses qualités naturelles se trouvent
naturellement perverties ; ou bien cette perversion
résulte de la longue accoutumances de l’humanité à
un système engendrant la tyrannie ; ce système
tendrait, en conséquence, à rendre tyrannique,
instinctivement, l’usage de nos qualités les plus
naturelles. Mais, de ces deux hypothèses, laquelle
était la bonne ?
(Fernando Pessoa, Le banquier anarchiste. Pessoa
dans son récit adopte la deuxième hypothèse,
parce que les qualités naturelles pourraient être,
par nature, évidemment perverties, ce qui engendre
un paradoxe, c’est pourquoi Pessoa adopte, comme
son banquier, la deuxième hypothèse. Pessoa adopte
donc le MOI-INDIVIDUEL, vers un même but. Ce qui
évite à cause du social une nouvelle tyrannie).

Travailler à la LIBÉRATION individuelle parce que
cela ne peut passer que par le « QUI SUIS-JE ? » :
La formation du social ne peut être
qu’au service de la personne, et non la personne
au service de la société,
sinon, ça tombe dans
ce que décrit Pessoa cite ci-dessus dans cette
Nouvelle Tyrannie du social, et ça rappel l’URSS,
et à ce hui la Chine (qui évidemment se dit
« république », en ajoutant « populaire »).
C’est dire que la personne ou MOI-INDIVIDUEL
est une VALEUR SUPÉRIEUR, à laquelle la valeur de
la société doit être subordonnée. Car la personne
est en quelque sorte TRANSCENDANTE par rapport
à la société, car c’est la personne qui donne un
sens à la société ou communauté, et non le
contraire comme actuellement avec le tout connecté
de l’aliénation technologique amenant sournoisement
mais surement une prochaine société fourmilière où
inévitablement seuls quelques tyrans auront droit
de vie et de mort sur les autres !
Donc c’est le « Je suis ce JE SUIS » qui confère
valeur et harmonie aussi bien à l’individu qu’à
la communauté. La communauté tire bien sa qualité
de la personne et donc de son état d’ÊTRE absolu.


La « société » : être agréable aux autres, au Dehors. Après la singerie de libération de l’après 1789 français, l’individu devient effectivement autonome, le type dominant jusqu’entre les deux guerres de 1914-1945 (c’était l’époque ou un seul individu, et sa famille, pouvait posséder jusqu’à une rue entière à Paris et exploiter ses appartements dans ses immeubles en les louants) ; puis après la mode du social s’installe : le bétail reçoit de l’extérieur les directives qui le gouvernent : on peut le voir avec le coup des injections à ARN messager dans la f(r)iction covid-19. C’est le citoyenisme conditionné par le marché boursier : place à ce qui est déjà un « homme augmenté » et à son ardent désir de bien s’entendre avec autrui ; un besoin d’être, même dans sa vie privée, en accord avec les exigences du Dehors, celles des grandes organisations-entreprises ; sa façon d’essayer de se vendre comme si ce qu’il croit être sa « propre personnalité » était un produit auquel on pouvait assigner une valeur marchande ; son besoin égoïste d’être aimé, rassuré, ré-conforté ; et l’aisance avec laquelle ses valeurs peuvent être salopées. En résumé : social = sourire, être plaisant, donc ÊTRE EN REPRÉSENTATION PERMANENTE (les f(r)ictions du social), COMME UN REPRÉSENTANT DE COMMERCE : VENDRE VOS SERVICES COMME LA OU LE PROSTITUÉ VEND SON CORPS POUR QUELQUES MOMENTS. C’EST LE CULTE DE L’AMABILITÉ COMMERCIALE, LEQUEL CACHE NÉCESSAIREMENT LE WINNERISME, LA COMPÉTITION DE LA GUERRE DE TOUS CONTRE TOUS : ÊTRE AIMÉ POUR FAIRE VENDRE, VOILÀ LE SOCIAL ACTUEL. Idem avec la théorie de l’affirmation (de soi, de son ego).  

Les injections ARN messager contre le covidisme reflètent LA POSSESSION : on prend ce que l’on veut, au lieu d’attendre ce que l’on a le droit de recevoir ; ces injections déguisées en obligation-non-obligation donc en AMBIGUÏTÉ ABSOLUE, sont LE COMBLE DE L’INDIVIDUALISME : LA MÊME SOUPE INJECTÉE POUR TOUS, exactement la même éducation pour une personnalité « sociale », c’est-à-dire en couverture sociale, superficielle, affable, nonchalante, et modelable bien adaptée à la souplesse de fonctionnement et aux fréquents changements d’emplois caractéristiques des industries et de leur social en voie d’expansion dans une société où seule la quantité, le chiffre, l’abondance compte.

Qu’est-ce que c’est cette « lutte contre la haine » que le régime veut fourguer partout ?
C’est l’ÉGALITARISME ou l’élimination des antagonismes afin de former une amabilité commerciale ; afin de former une bonne RE-PRÉSENTATION… DANS LA COUVERTURE SOCIALE… AFIN D’ÊTRE « INSÉRÉ », AFIN DE « COMPTER » POUR UN, ET VOTRE VOISIN SERA LE DEUX, ET AINSI DE SUITE (le régime parle alors de « collaboration »).

Pas de social tout en étant le « social absolu » dans l’Instant ou le éternellement présent : sans commencement ni fin et non soumis à un changement toujours dépendant de la dualité.

Dans la dualité, le bétail humain ou social est soumis à l’égrégore et en devient un « bétail pour les Dieux ». Qu’un être humain tente de s’affranchir de ce conditionnement et pratique une ascèse pour accéder à un plan de conscience supérieur, et les Dieux et autres égrégores seront aussi contrariés qu’un propriétaire de troupeaux qui perdrait une tête de bétail. Alors les Dieux et égrégores envoient une « nymphe céleste » pour détourner des efforts ascétiques ; scénario très fréquent dans la mythologie, l’épopée, et la vie du consommateur et utilisateur du régime capitalo-républicain.

La Connaissance ne vient pas du social ou extérieur, elle ne jaillit pas de ces connaissance, mais du retour à la SIMPLICITÉ, à l’INSTANT, et à l’HUMILITÉ, le contraire du winnerisme actuel lié à l’argent ; la Connaissance ne se situe pas dans la dimension de la manifestation ou re-présentation, mais en son Centre créateur. Cependant, cette dimension de la re-présentation peut permettre le RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE (2), ou retour à la SOURCE : le « Connaître toi-même par toi-même », et non comme maintenant être séparé de la SOURCE ; ce qui fait que le mental ne peut pas se tuer lui-même vu qu’il est nécéssaire à ce Retournement de la Lumière ou Réalisation du Soi.

SOURCE ARUNÂCHALA (la Montagne rouge manifestation de Shiva) :
- Être dans le même monde que Moi [Shiva ou le linga], [sâlokya]. (Linga ou lingam = Axe, Colonne et le sans commencement ni fin, sans le devenir tueur).
- Être proche de Moi [sâmipya].
- Obtenir la même Nature que Moi [sârûpya].
- Atteindre les mêmes pouvoir que Moi [sarishti].
- Être entièrement identifié à Moi [sâyujya].

« Tous ensemble nous n’étions bons à rien et, pour comble, nous nous gênions et nous tyrannisions les uns les autres, tout en ruinant nos théories. Isolés, nous obtenions des résultats tout aussi maigres, c’est vrai, mais au moins nous ne portions pas atteinte à la liberté et nous ne pouvions pas créer de nouvelle tyrannie ; le peu que nous obtenions, c’était toujours cela de gagné, et sans aucun dommage par ailleurs. De plus, en agissant séparément, nous apprenions à nous fier davantage à nous-mêmes, à ne pas nous reposer les uns sur les autres et, en somme, à acquérir déjà quelque liberté ; bref, nous nous préparions nous-mêmes, et les autres par notre propre exemple, à la société de l’avenir », écrit Fernande Pessoa dans Le banquier anarchiste.

Car la personne est en quelque sorte TRANSCENDANTE par rapport à la société, car c’est la personne qui donne un sens à la société ou communauté, et non le contraire comme actuellement…

Pessoa décrit ce bétail humain des injectés en quelque sorte : « Ils voulaient bien la liberté, à condition qu’on la leur apporte sur un plateau [le dehors, l’injection, le patriarcat étatique et le sécuritaire du salariat, celui des banques et de ses industries alimentaires, chimiques, etc.], et qu’on la leur donne comme le roi accorde un titre ! Ils sont presque tous comme ça, une vraie bande de larbins ! ».

AGIR SÉPARÉMENT EST CE QUI FAIT LE PLUS PEUR AU RÉGIME, D’OÙ SA PSYCHOSE AU « VIVRE ENSEMBLE » ET AU TOUT CONNECTÉ.

A = + ≠ A puisqu’égal ou Singularité, le Centre est nulle part et la Circonférence est partout, mais pas de Circonférence sans un Centre. Avec le concept de temps, avec un Dehors : A doublé et le social va naître. (Voir aussi la page A = + ≠ A)


Notes.
1. Fictions sociales = HOTC : Histoire-Opinion-Temps qui Coule.

2. « Lorsqu’on utilise cette technique pour la première fois, on a l’impression d’un non-être dans l’être. Mais une fois le travail achevé, quand on a un corps au-delà du corps, on a l’impression d’un être dans le non-être [le « sentiment océanique » de Jean Coulonval] ».
« Ce n’est qu’au bout de cent jours de travail concentré que la lumière est réel, qu’elle est le feu du mental. Car au bout de cent jours, la lumière jaillit spontanément : de même que le rapport entre une femme et un homme forme l’embryon, soudain, d’un point d’authentique énergie positive, surgit une perle. Il convient de l’observer, calmement, tranquillement. Le retournement de la lumière est le processus de « mise à feu ». […] La Lumière n’est ni en soi ni en dehors de soi. Les montagnes, les rivières, le soleil, la lune et toute la Terre participent aussi de cette Lumière qui ne se trouve pas seulement en soi. Toutes les opérations de l’intelligence, la connaissance et la sagesse, participent également de cette Lumière qui ne se trouve donc pas en dehors de soi. De même que la Lumière du ciel et de la terre emplit l’univers, la Lumière d’un seul Être s’étend naturellement aux cieux et embrasse la Terre. Voilà pourquoi si l’on retourne la Lumière, le monde entier se retourne également », dit si clairement le Secret de la Fleur d’Or. Centrum Centri, se concentrer là-dessus « pour passer la Porte [Stargate] », pour vivre le Point Focal…
Riplée (Ripley) définit la Putréfaction, la mort des corps et division de la Matière, comme la conduisant à la division, donc au démontage, soit LA CORRUPTION SUIVIT DE LA GÉNÉRATION : « la Putréfaction est l’effet de la chaleur des corps entretenue continuellement, et non d’une chaleur appliquée manuellement. Il faut donc se donner garde de pousser la chaleur excitante et extérieur au-delà d’un degré tempéré : la matière se réduirait en cendre sèche et rouge, au lieu du noir, et tout périrait », dit fort à propos Dom Antoine-Joseph Pernety à l’article Putréfaction dans son Dictionnaire Mytho-Hermétique
 
 

Dernière mise à jour : 26-09-2021 01:12

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >