Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Nom-la-forme
Nom-la-forme Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 05-10-2021 04:48

Pages vues : 404    

Favoris : 83

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Argent, Banque, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Enfer, État, Feu, Guerre, Images, Jardin, Nostalgie, Paradis, Peur, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Silence, Social, Spirale, Vie, Vierge

 
cerveau_pensees_terroristes.png
 
 
Nom-la-forme
Tant que la forme ou Univers n’est pas
apparue, aucun déséquilibre ne peut
se manifester.
Pour qu’il y ait Genèse ou Création modèle
Ancien Testament et d’autres traditions, il
fallut qu’une HIÉRARCHIE, UN WINNERISME,
UN TRANSHUMANISME, SE PRÉTENDE L’ÉGALE
DE DIEU, AFFIRMANT CONSTITUER SON REFLET,
ET, PAR LÀ-MÊME, DONNE NAISSANCE À UN
NOM-LA FORME, et donc À UN FAUX (1).
Qui dit reflet dit forme : le Vrai cesse
d’être vrai dès qu’il est vu et
donc formé, conceptualisé. Il sera
COMME FAUX, L’ANTI SAINT CHAOS.
 
schema_coulonv_focal.jpg

Un transhumanisme simplement en proie
AU DÉSIR. Désir d’une « Terre nouvelle »
ou GREAT RESET. Désir de la carotte (2)

Se prétendre l’égal de Dieu, bien qu’étant
le Soi ou Dieu, c’est vouloir méliorer ou
tel le transhumaniste rendre « meilleur »
la Nature, tendance d’autant plus redoutable
qu’elle se cache dans les sentiments sous une
ambition névrotique ou obsédante d’A-méliorer
le mon-de (dé-mond) ; c’est la FIÈVRE DE L’ÉTAT,
DU SALARIAT, DE L’IDOLÂTRIE DE LA
MARCHANDISE ET DE SON MARCHÉ MONDIAL.
LA FIÈVRE NUMÉRIQUE DES NOMS-LES-FORMES (data).
UNE BUREAUCRATIE NUMÉRIQUE SILICONÉE.

Bureaucratie du virtuel, plus rien de naturel,
bureaucratie du Nouvel Ordre Mondial.


FLÉAU : Si Nous nous prenons, ou si nous ne croyons qu’au CORPS, le si bien nommé FLÉAU fera son Grand Œuvre : Nous, les mortels, sommes incapables d’équilibrer les deux plateaux de la Balance, donc d’annuler les tensions au sein des moindres cellules de nostre corps parce que, du berceau à la tombe, Nous sommes constamment en état de déséquilibre, ne serait-ce que par les multiples compensations que nous devons sans arrêt effectuer, sans compter le dehors, les autres et leur « civilisation », les virus, et la chimie douteuse des autres cancéreux du pouvoir, à y ajouter le social de la manipulation des masses par la peur… de mourir, la peur de perdre son « travail ».
Dans Romains 6, 23 : « Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle dans le Christ-Jésus notre Seigneur ». Christ-Jésus synonyme du Soi.

FLÉAU, NATURE, VASE ET PILIER CENTRAL DE L’ARBRE DE VIE : Le Vrai cesse d’être vrai dès qu’il est vu. Le VASE ne peut qu’être Nature-naturel : la Nature elle-même façonne son propre vase : « Connaître toi-même par toi-même ». Tellement c’est caché, que le NOIR-MINUIT semble le Ici et Maintenant le plus FLÉAU : LE ZÉRO INDIEN, aussi décrit dans Sagesse 11, 20 : « Mais tu as tout réglé avec mesure, nombre et poids ».

Les Titans, voir la note 1, œuvraient à l’ÂGE D’OR ; à y ajouter Prométhée, dont la mère fut la Titanide Thémis (selon Eschyle, ce qui contredit Hésiode (3)] car Prométhée = Feu vulgaire (puisque le Vrai dès qu’il est vu ou possédé devient FAUX).

Le nom-la-forme ou le faux, car reflet produisant de plus en plus le CHACUN POUR SOI, ce qui sera confo(i)rmé par la démence « vaccinale » sous épisode covid-19 depuis le début de l’année 2021, LA MÊME POSSESSION QUE DE VOULOIR POSSÉDER LE DERNIER MODÈLE DU TRUC « TOUT INTELLIGENT », CONFORMÉMENT À LA TYRANNIE DE LA RAISON : « LES PENSÉES SONT L’ENNEMI », LE TERRORISTE SUPÉRIEUR (1).

Le Fléau sera l’ennemi des « Plus ça change et plus c’est la même chose », soit l’ennemi des lieux communs et radotages de l’ordre établi… par les forts en ego et en argent. LES LIEUX COMMUNS ISSUS DES TITANS…
TOUS CES NOMS-LES-FORMES À POUVOIR ONT PEUR DE LA BALANCE ET DU FLÉAU, d’où son nom et la faux (falx) de la Mort. ILS EN ONT TELLEMENT PEUR QU’ILS LEUR FAUT PERPÉTUELLEMENT DÉSÉQUILIBRER LA BALANCE AFIN QUE LE FLÉAU N’HARMONISE, N’ÉQUILIBRE JAMAIS RIEN. LE FLÉAU LEUR FAIT PEUR TANT LES « PLUS ÇA CHANGE... » SONT ATTACHÉS À LEURS CHANGEMENTS IMMOBILES, FIXÉS UNE FOIS POUR TOUTE. LE FLÉAU FAIT MAL EN DÉPOUILLANT LE MASQUE : le curé d’Ars disait : « Si on se voyait sans masque [à ce hui, les deux : la persona et le masque covidesque], on mourrait ». L’ÉVEIL total serait comme la révélation de la signification de la mort elle-même.

Les deux plateaux de la Grande Balance du Ciel se trouvent depuis des millénaires complètement déséquilibrés, ce qui amènera naturellement un rééquilibrage gigantesque lors de l’entrée dans l’ère du Verseau.
Un tel déséquilibre se manifeste récemment, une fois de plus et très violemment par l’épisode covid-19, mais surtout par un manque de plus en plus important d’inconscience, d’aliénation. Un comble pour une époque qui depuis 1789 et ses « Lumières » ne jure que par la pensée ou raison, car leur « conscience » au fur et à mesure qu’elle se remplit de data par le tout connecté SE VIDE D’AUTANT ! ELLE SE VIDE SURTOUT PAR L’EGO, LE CHACUN POUR SOI PARADOXALEMENT AMPLIFIÉE PAR LE TOUT CONNECTÉ, SOIT AUGMENTÉE PAR LE SOCIAL…

Le déséquilibre des « Plus ça change… » se manifeste clairement et violemment par l’ego des cancéreux du pour-voir, les politistes du gouvernement de leur État ne sont plus que des arrivistes pour se donner des raisons de vivre, et, comme souvent exprimé sur le site : le véritable amoureux ou cancérisé par le pour-voir ne se soucie pas des biens et des gens de ce monde ; il ou elle entend seulement « Pouvoir », et peu importe quoi. Idem pour le goût de l’argent qui ne sera pas le goût des biens que la possession d’argent rend accessibles, mais seulement le goût de la possession d’argent, considérée indépendamment de tout autre avantage, d’où d’ailleurs le phénomène cyclique des « paradis fiscaux » dans lesquels les cancéreux du Pour-Voir viennent égoïstement planquer leur argent.
PASSION SANS OBJET CONCRET, MESSIANISME CAR LE GOÛT DU POUVOIR NE VEUT EN AUCUN CAS ENTENDRE PARLER DE BÉNÉFICE RÉEL, D’OÙ LE SEMPITERNEL « PLUS ÇA CHANGE ET PLUS… », AFIN D’OPÉRER UN REPLI SYSTÉMATIQUE DES VALEURS RÉELLES SUR LES VALEURS IRRÉELLES (une transposition des réalités dans l’ordre numérique ou virtuel, le faux, la copie).

LE VRAI CESSE D’ÊTRE VRAI DÈS QU’IL EST VU : l’ordre pensé et imposé par l’humain ne peut qu’être DÉSORDRE, car toute chose, quand elle n’est pas dévié par la dualité Dedans-Dehors, s’ordonne d’elle-même : pas de besoin aliénatoire de « méliorer » (rendre meilleur, augmenter) quoi que ce soit. Car, comme pour le mot Vérité, l’être humain NE PEUT PAS PRÉTENDRE POSSÉDER « L’ORDRE », LE « MIEUX », L’ÉQUIVALENT DE LA PAIX, L’ÉQUIVALANT DE LA LIBÉRATION. INVENTER UN « ORDRE », C’EST INVENTER SON CONTRAIRE : LE CHAOS. Or le Saint Chaos EST, le Ici et Maintenant, l’Instant par essence. À ce propos, se rappeler que le Saint ne tue pas le Dragon, il l’avale, le digère, l’intègre à sa propre Lumière : Le Retournement de la Lumière ou Réalisation.

« Car la sagesse de ce monde est une folie devant Dieu » (1 Corinthiens 3, 19).

« Les pensées sont l’ennemi. Elles correspondent à la création de l’Univers », soit à la PROGRAMMATION DE CHOSES ET D’AUTRES, SOIT, TIRER PROFIT DE : ”Le poisson pue par la tête” (le mental), disait Fuad Pacha, les colosses ou empires ont des pieds d’airain (implacables) et à leurs têtes nécessairement des têtes de bauge ; ce qui signifie que maintenant il n’y a plus chez les cancéreux du pouvoir que des gens corrompus par l’exercice de leurs fonctions étatiques et donc de leur pouvoir.
”Le poisson pue par la tête” et les « premiers de cordées » aussi, tels les Rothschild-Rockefeller qui effectivement par leurs entreprises « donnent » du travail ou des emplois à beaucoup et par là-même entretiennent l’État, le salariat et l’idolâtrie de la marchandise et de son pouvoir d’a-chat…
Les constructions d’humains sont identiques aux châteaux de sable des enfants, dont ces châteaux seront bientôt effacés par l’eau de la mer ; châteaux de sable ou comédie de la race humaine !!! Voir le célèbre épigramme du poète Païen Palladas :

« Le monde est une scène de théâtre, et la vie est un jeu :
Viens donc, apprends à jouer ;
Renonce au sérieux de la vie, ou alors prépare-toi
à supporter les souffrances du drame ».

Palladas vivait au quatrième siècle avant notre ère, mais déjà au troisième beaucoup devait partager son sentiment ! Voir le Saint Cyprien contemporain de Plotin : « Ce monde aujourd’hui, dit-il, révèle ce qu’il est : en montrant son déclin, il annonce sa dissolution. Les paysans désertent la campagne, le commerce déserte la mer, les soldats désertent l’armée ; l’honnêteté dans les affaires, la justice dans les tribunaux, la fidélité dans l’amitié, l’habilité dans les arts, les règles en morale - tout cela disparaît ». Était-ce exagéré pour l’époque ? En tout cas cela renvoie à nostre époque présente, et sans exagération, sauf que les soldats et la police sont toujours dans leurs institutions multi-millénaires étatiques, d’État. (En référence à Eric Robertson Dodds, Païens et Chrétiens dans un âge d’angoisse - Aspects de l’expérience religieuse de Marc Aurèle à Constantin).

« Le monde est une scène de théâtre, et la vie est un jeu » : un jeu cruel qui donnera le capitalisme, soit LA DÉMOCRATIE OU L’AUTO-AFFIRMATION DE SOI, ou CROYANCE À L’EGO ET AU MONDE (de la diversité), qui peut effectivement récemment s’appeler « libéralisme » (augmentation de l’ego), LE CULTE DU NARCISSISME : UN AMOUR DE LA MATIÈRE ET DU CORPS ET DE SOI-MÊME : TOMBER AMOUREUX DE SA PROPRE IMAGE REFLÉTÉE DANS LE SPATIO-TEMPOREL, SOIT TOMBER DANS L’AMBITION DE CRÉER OU DE GOUVERNER (Nous en avons un récent exemple mis en exergue par la disparition de l’esbroufeur Bernard Tapie). LE FAIRE/FER QUI PAR PRINCIPE ENTRE EN CONFLIT AVEC L’UN, LE TOUT. Saint Augustin disait que « l’”audacia” sépare l’âme de Dieu » (dans De Moribus I,20, voir aussi celui qui a croqué la pomme…). Mais Saint Augustin fait ici dans un semblant de rationalisme utilitaire à la grec… comme leur démocratie….

Notes.
1. « Si on désire rester dans un état libre de pensées, le combat est inévitable. L’état primordial est le résultat d’une conquête [voir à plus haut à propos des Titans]. On doit se frayer le chemin en se battant pour regagner son état originel et primordial. Si le combat est bien mené et le but atteint, l’ennemi – autrement dit les pensées – sera vaincu. Toutes les pensées s’apaiseront dans le Soi et disparaîtront entièrement. Les pensées sont l’ennemi. Elles correspondent à la création de l’Univers. En leur absence, il n’y a ni monde ni Dieu créateur [C’est Nous qui soulignons]. Il n’y a que l’Être unique et c’est la félicité du Soi.
Quand Prahlâda [fils du roi des démons, Hiranyakashipu. Prahlâda, à la fureur de son père, ne reconnaissait pas celui-ci mais Vishnou comme le Seigneur suprême] fut en samâdhi [absorption totale dans la contemplation], Vishnou pensa en lui-même : “Cet asura (démon) étant en samâdhi, tous les autres asura sont en paix. Il n’y a pas de combat, pas d’épreuve de force, pas de recherche de pouvoir ni de moyens pour l’obtenir. En l’absence des moyens pour obtenir le pouvoir [yâga, yajna (sacrifice, rituel), etc.], les dieux ne prospèrent pas ; il n’y a pas de création nouvelle ; ni même de justification de la moindre existence. Aussi vais-je le faire sortir de son samâdhi ; puis les autres asura pourront se réveiller ; leurs tendances naturelles se manifesteront ; les dieux les défieront : les asura chercheront à acquérir de la force et adopteront les moyens pour y parvenir. Les yajna, etc., se développeront ; les dieux prospéreront ; il y aura de plus en plus de création, de plus en plus de combats et j’aurai de quoi m’occuper pleinement”.
Vishnou réveilla donc Prahlâda, lui conféra la vie éternelle, ainsi que l’état de jîvan-mukti [Bienheureux, Réalisé, Libéré]. Le combat entre asura et deva reprit et l’ordre ancien des choses fut rétabli, de sorte que l’Univers se maintienne dans sa nature éternelle ». (Ramana Maharshi, entretien 326 du 13-1-1937).
Les asura sont du même Thème que les TITANS, qui sont perpétuellement en lutte contre les Dieux, évidemment ce sera toujours pour ACCÉDER AU POUR-VOIR ou pouvoir, soit obtenir absolument tout ce qu’on veut. C’est donc leur « fond de commerce » ou karma engendré par la jalousie et une ambition démesurée qui leur vaut d’être dévorés par un combat très fatiguant jusqu’à la fin, qui n’a pas de fin dans le Thème du régime étatique actuel des « Plus ça change et plus c’est la même chose ». Les Titans représentent donc des modes de vie et états de consciences, et ils reflètent l’époque actuel…

2. Messianisme de la Carotte attachée à distance de la tête de l’âne pour le faire avancer. Si par accident il arrive à manger la carotte, il va en réclamer une nouvelle pour continuer à avancer. Messianisme ou religion du Salut qui a pour stricte et paradoxale principe de son efficacité le concept que ce Salut ne doit en aucun cas advenir, comme le judaïsme en témoigne de façon copyright.

3. Hésiode qui vouait Thémis fille d’Ouranos et de Géa comme tous les Titans, comme Gardiennes des Stargates du Ciel qu’elles ouvraient ou fermaient à volonté. Gardiennes dont les enfants de Zeus : les Heures, dont Eunomia, Diké et Eirène (l’Ordre dit « légal », la « justice », et la « paix »). Depuis Zeus il y eut aussi les trois Parques (naissance, court de la vie et mort)… Trois et Trois font six des attributs inhérents à Thémis.
 
cccp_ussr_-weapon_stupidity.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 05-10-2021 05:31

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >