Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Merx, Mercato, Markt, Merci (marchandise)
Merx, Mercato, Markt, Merci (marchandise) Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 06-10-2021 01:36

Pages vues : 491    

Favoris : 74

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Argent, Artifictiche, Banque, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Enfer, État, Feu, Guerre, Images, Jardin, Marchandise, Nostalgie, Paradis, Peur, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Silence, Social, Spirale, Vie, Vierge

 
euro500_tr_comble_de_contrefacon.png
 
 
Merx, Mercato, Markt, Merci (marchandise)
Mercure Dieu du commerce, marchandage ou opinion
le marchand d’ail, et évidemment SOCIAL : un seul
individu ne va pas se vendre quelque chose à
lui-même ! Il faut la dualité sujet-objet pour
fourguer quelque chose, comme une opinion.
De ce Com-Merx, va se développer la POSSESSION :
LA RENTE (argent rendu suite à son placement),
on dit alors « avoir un capital », comme « avoir
une pensée ou avoir une opinion »
.
 
Merx, Mercato, Markt, Merci : MONDE DE LA MERDE.
(l’excrément en radiesthésie vivre
comme l’Or métal).
MONDE DE L’INTÉRÊT ET DES EXCRÉMENTS ENFERMÉS
DANS LES INTESTINS.
AINSI : MONDE DE LA VA(O)LEUR ET DES VERROUS,
DE LA POLICE, DE LA JUSTICE ET DE L’ARMÉE
GARDIENNES DES « BIENS ».

Merx, Mercato, Markt, Merci = le faux, l’irréel
l’exploitation par le travail mort ou devenu
virtuel, comme son informatique, la pensée
sur les choses est devenue une pensée sur les
re-présentations des choses, une pensée sur
la pensée. C’est donc le FÉTICHISME,
LE MESSIANISME OU LA CAROTTE ATTACHÉE À
DISTANCE DE L’ÂNE POUR LE FAIRE AVANCER,
Le messie ne doit jamais arriver, sinon
le moteur est cassé, l’âne n’avance plus
s’il à bouffé sa carotte il en réclamera
une autre, et ainsi de suite.

Le travail salarié est également le système
de la pensée sur la pensée : le travail vivant
est devenu un travail VIRTUEL OU MORT, FACTICE
UNE CAROTTE, UN MESSIE, UNE PENSÉE SUR LES
RE-PRÉSENTATIONS DES CHOSES (voir l’épisode du
télétravail” au plus fort de la
friction covidesque).
Messianisme-Carotte qui fabrique la dualité
winners-losers, les winners étant les
« premiers de cordées » ou Rothschild-Rockefeller
et autres Bernard Tapie qui « donnent »
du travail aux losers.

La pensée sur la pensée ne pouvait que fourbir
l’État, lui aussi forme de pensée sur la pensée,
C’EST-À-DIRE DE LA POSSESSION QUI DÉPOSSÈDE,
QUI VA ALIÉNER : monde actuel des « spécialistes »
puisque à partir du 1789 français tout le monde
va devenir le roi, donc aussi le « spécialiste »,
dont celui qui re-vent quelque chose (le commerçant),
l’ego est ainsi augmenté, l’ego État étant éclaté
en forme de roitelets dans leur diversité, mais
dont le roi principal reste le « président »,
sinon il ne s’appellerait pas « président »
soi-disant « élu » par les roitelets électeurs.


Nous sommes passés d’une pensée sur les choses à une pensée sur les re-présentations des choses, ce fut surtout effectif en Europe à partir de la Renaissance par l’invention de l’imprimerie et de la fabrication du papier et donc du développement de l’univers de l’écrit qui va profondément modifier la forme de la pensée.
NOUS SOMME ENTRÉS DEPUIS DANS UNE FORME DE FÉTICHISME : DISPARITION DU VRAI, REMPLACÉ PAR UNE FOULE DE COPIES, DE FAUX, DES DOUBLES, DES CONTREFAÇONS. LA PENSÉE DEVIENT « LA » CONTREFAÇON PREMIÈRE. SYSTÈME DU MESSIANISME OÙ LE MESSIE NE DOIT JAMAIS ARRIVER, COMME SI L’ABSENCE DE MODÈLE OU DU MESSIE AVAIT POUR CONTRE-PARTIE LA MULTIPLICATION DES COPIES. Comme si on ne pouvait bien copier que ce qui n’existe plus, et qui n’existe pas ! Identique à l’artifice actuelle de la prolifération de « spécialistes », puisque depuis 1789 Nous sommes tous devenus le roi, ce qui ne pouvait qu’engendrer L’UNIFORMITÉ, ET, PAR LÀ MÊME, L’ÉVOLUTIONNISME, LE SANS LIMITE, LE LIBÉRALISME, LE TRIOMPHE DE L’EGO : ON PEUT DIVISER SANS FIN UN CORPS INDIFFÉRENCIÉ, UNIFORMISÉ, NORMALISÉ !!! CE QUI NE POUVAIT QUE FABRIQUER UN MONDE INVERSÉ, INDIFFÉRENCIÉ, L’INDISTINCTION (fièvre de l’égalitarisme et de la normalisation et disparition de tous repères anciens), ET MASQUE OU VOILEMENT.
Voir l’actuel argent virtuel… qui n’existe pas, sauf pour ceux qui le fabrique dans leurs machines informatiques… et pour les losers qui l’utilisent… et qui y croient. Seul est alors visible le FAUX, le Vrai cesse d’être vrai dès qu’il est vue, la pensée s’étant installée sur la pensée en oubliant totalement la chose elle-même.

FÉTICHE = ARTIFICE, VIRTUEL, TROMPE L’ŒIL, MIRAGE. OÙ SE TROUVE ALORS LE MODÈLE, LA CHOSE ELLE-MÊME, LE CENTRUM CENTRI OU CENTRE QUI EST NULLE PAR ? Car chercher l’original d’un fétiche correspond à « fétichiser » l’original comme tomber dans la dualité du sujet face à l’objet. En somme comme le messianisme ou la Carotte est LE REFUS DE L’INSTANT, REFUS DU RÉEL. Qui cherche le fétiche trouvera un fétiche, mais qui cherche ce que le fétiche représente ne trouvera aucun fétiche. SEUL L’INSTANT EXISTE, IL EST SEULEMENT ICI ET MAINTENANT. Mais si l’on veut fuir le Seul Réel, alors il ne faut pas rester Ici et Maintenant, mais aller dans l’espace-temps, dans le virtuel, aux Amériques ou en Chine, là où on ne trouvera effectivement, rien, soit de ce qu’on cherchait précisément. L’argent c’est cela :  Rien, soit la DÉPOSSESSION OU L’ALIÉNATION DE L’INDIVIDU : IL EST VIRTUALISÉ, NUMÉRISÉ, FICHÉ,  DIGITALISÉ ; IL EST DEVENU UNE PENSÉE SUR LA PENSÉE (principe des « Lumières » françaises et de leur raison devenue ICÔNE).

Ainsi le salariat est l’aboutissement de la forme totalitaire et démocratique absolue la plus eslavagiste de toute l’histoire de l’humanité depuis le Néolithique. L’esclave autrefois était vendu une fois pour toute, le salarié doit se vendre en permanence, chaque jour, c’est le « monde hôtel » de Jacques Attali… L’argent est NOMADE, il circule partout et est accepté partout, comme sa langue anglaise employée de façon mondialiste….
Le salariat ou collaborationisme est l’esclavage le plus sournois, le plus virtuel comme la pensée sur la pensée. Les esclaves autrefois N’ÉTAIENT PAS DES MARIONNETTES. DE NOS JOURS, LES CHAINES QUI LIAIENT JADIS LE CORPS DE L’ESCLAVE SONT DEVENUS LES FICELLES QUI MEUVENT DE L’INTÉRIEUR, PAR LA RAISON, LE CERVEAU DE LA MARIONNETTE : IL EST PROGRAMMÉ PAR L’ÉDUCATION NATIONALE ET L’UNIVERSITÉ, PAR LA COMPÉTITION OU WINNERISME, PAR LES MÉDIAS ET LA PROPAGANDE D’ÉTAT, PAR LE CINÉMA, LA RADIO, LE TOUT CONNECTÉ TECHNOLOGIQUE.


Merx, Mercato, Markt, Merci : LE DOGME, « DIEU ».

Celui qui sort du dogme du régime sera hérétique, complotiste, antisémite, anti-ceci ou anti-cela.
Depuis l’inversion religieuse en forme du tout connecté technologique ou « vivre ensemble », mode du « social » devenue de plus en plus une « pensée sur une pensée », le dressage des masses devient une évidence. Qui dit éducation, imposition soudaine, étrange, de masque soi-disant contre un « nouveau » virus, nouveau « big bang » modèle Great Reset, dit DRESSAGE, FABRICATION, COULAGE DANS UNE MATRICE. Et cette séparation de plus en plus nette entre les fabricants (un seul individu ou un petit groupe) et les fabriqués, Nous les plus de 7 milliards de Terriens, n’a jamais été aussi nette qu’en 2021 avec, avant, un passage par le 11 septembre 2001.
Le « milieu » ou le social-matrice fabriquerait l’individu, fabriquerait son Soi ; L’INCONSCIENT COLLECTIF FABRIQUERAIT L’INDIVIDU. IL Y A INVERSION : ce sont les accidents qui fabriquent les Essences ! Tout est inversé, comme si seul le mental comptait, à l’état de veille.

Mais le mental c’est le nomade, celui qui erre. « Mais vous n’êtes pas le mental », dit Ramana Maharshi à l’entretien 97 du 19-11-1935. « Le mental émerge puis s’immerge. Il est impermament, transitoire, alors que vous êtes éternel. Il n’y a rien d’autre que le Soi. Rester le Soi est la solution. Ne faites pas attention au mental. Si on cherche sa source, le mental s’évanouit, laissant le Soi non affecté derrière lui. […] Il n’y a plus de mental à contrôler si vous réalisez le Soi. Quand le mental s’évanouit, le Soi resplendit. Chez un homme réalisé, le mental peut être actif ou inactif, seul le Soi demeure pour lui. Car le mental, le corps et le monde ne sont pas séparés du Soi. Ils surgissent du Soi puis disparaissent en Lui ».


MATRICE = ÉTAT : il est évidemment une institution de la coercition (contrainte, pression ou manipulation afin de faire respecter le DOGME DE SON INCONSCIENT COLLECTIF), mais principalement il est la synthèse de la POSSESSION-DÉPOSSESSION PAR ALIÉNATION DES MASSES, par lequel le capitalisme renvoie à la possession : le « votre député, votre santé, votre boulanger, votre ceci, votre cela » ce qui renvoie au travail salarié et à son pouvoir d'achat. L’État est donc une substance organique d’alinéation, un bouffeur d’âmes : tous sont devenus le roi mais aucun n’est le roi, sauf ceux qui se bombardent de « représentants de l’État » (les spécialistes, les fétichistes), suite à ce que ces « spécialistes » appellent « élections » qui évidemment n’en sont pas, seuls les forts en ego, en argent et surtout en système de social-réseaux et de social-médias peuvent tenter de se faire élire en contamination de pouvoir, car tout pouvoir est une « longue maladie » telle le cancer ; maladie essentiellement liée au mental, comme toutes maladies.
L’État ne peut qu’être un OBJET IMMANENT À LA MARCHANDISE, d’où sur ce site l’appellation du régime en « Capitalo-Républicain », lequel est LE FÉTICHISME, L’ARTIFICE MÊME, LA PENSÉE SUR LA PENSÉE, WINNERISME DU SIÈCLE DES « LUMIÈRES » QUI NE POUVAIT QUE DONNER NAISSANCE À L’APOTHÉOSE DU CAPITALISME QUI ALLAIT DÉCLENCHER LA RÉVOLUTION INDUSTRIELLE EUROPÉENNE ET AMÉRICAINE ÉTATS-UNIS TOUT AU LONG DU 19È SIÈCLE (et chasser les Paysans des campagnes pour les transporter dans les villes : phénomène du « citoyenisme »).

Par essence, l’État est synonyme de DICTATURE, CELLE DE CEUX, LES « ÉLUS », QUI, À L'ÉTAT DE VEILLE (donc non permanente), VEULENT PRÉCISÉMENT INSTAURER UNE SOCIÉTÉ « LIBRE » (comme l’écrit si bien Fernando Pessoa dans Le banquier anarchiste). Qu’est-ce qui est sorti des troubles politiques de la Rome ancienne ? L’Empire romain et son despotisme militaire et la ruine des Gaules. Qu’est-ce que le 1789 français ? La destruction de la Vendée, de l’Église, puis le despotisme impérial de Napoléon 1er puis des républiques successives avec la montée en puissance de la naissance de nombreuses banques (dont beaucoup seront des créations juives) ; à y ajouter le despotisme de l’URSS et de l’institution économique de son Goulag.

FÉTICHISME DE LA MARCHANDISE = HYPNOSE PAR PASSAGE D’UNE PENSÉE SUR LES CHOSES À UNE PENSÉE SUR LES REPRÉSENTATIONS DES CHOSES, soit à une pensée sur la pensée, modèle poupées russes emboîtées les unes dans les autres de la plus petite à la plus grande. TOUT EST DEVENU FÉTICHE, ARTIFICE, ARTIFICTICHE OU FICTION (dont la « fiction sociale » comme l’écrit Fernando Pessoa dans Le banquier anarchiste).

FÉTICHE = FAIT, FAIRE/FER, ça rouille, c’est fabriqué, donc imité de quelque chose, RE-produit. Voir le mot facere en latin : faire. FÉTICHE = ARTIFICTICHE OU FICTION, UN FICTIÇIUM : L’ARTIFICE À LA PLACE DU NATUREL, LA PENSÉE SUR LA PENSÉE À LA PLACE DE LA CHOSE PREMIÈRE ; L’IDOLE À LA PLACE DE DIEU, LE DOUBLE À LA PLACE DU MODÈLE, BREF : LE TROMPE L’ŒIL, LE LEURRE.
Comme le Messie qui ne doit jamais arriver, il ne peut pas y avoir de « fétiche authentique ». Le regard du DÉSIR est un REGARD MESSIANIQUE, EN CAROTTE, HORS DE L’INSTANT, COMME LE MOT « SORT » L’INDIQUE (sort, sortie, jeter un sort…).

LE CAPITALISME ÉTANT PAR ESSENCE FÉTICHE, SON MODÈLE N’EXISTE PAS : IL N’EXISTE QUE PARCE DES LOSERS Y CROIENT ! ET DONC QUI FONCTIONNENT SUR LE SYSTÈME DU SALARIAT OU DU COLLABORATIONISME (”collaborateur” autre nom du social-économique et de son « vivre ensemble »).
L’homme qui construit une hutte pour s’abriter, ça existe, mais cherchez donc un peu le « capital » quelque part dans le monde ! Rien, que du vent, du virtuel, du numérique.. Aussi à un moment donné, le travail de l’humain est aliéné, faussé, artificialisé, fétichisé ; cet humain va devenir producteur ou PAROISSIEN DU CAPITAL ; IL DEVIENT UN CROYANT DU CAPITAL ; IL DEVIENT UN SALARIÉ OU COLLABORATEUR DU CAPITAL, d’autant plus qu’il doit savoir se vendre en passant par un système tel « Pôle emploi » et un curriculum pour se mettre en winner sur le « marché de l’emploi ». Dans la tête d’un maximum de gens le capital c’est Dieu, c’est leur raison de vivre, d’ailleurs, y compris chez ceux qui gagnent 100 millions d’euros à la Française des Jeux, ils ne vont pas le jeter aux ordures, mais le placer pour qu’il « TRAVAIL » (à leur place)…. C’est-à-dire que pour tous ces gens leur Dieu c’est le mot TRAVAIL.

ET D’OÙ VIENT LE MOT « VALEUR » ? Mais par le travail devenu valeur lui-même parce que, là encore, comme au passage du langage parlé au langage écrit, le travail est devenue « une pensée sur les représentation des choses », un ARTIFICTICHE donc, un SOUS-PRODUIT, UN ARTÉFACT.
Le capital ne peut exister que parce qu’il y entre en jeu LA FLÈCHE DU TEMPS : « mettre en valeur le temps », comme le résume en page 18 Jacques Attali dans : Les Juifs, le monde et l’argent. Le capital fait travailler les êtres humains EN LEUR CONFISQUANT UNE PARTIE DE LEUR TEMPS DE VIE qu’il ne leur rétribue pas. Quand l’ouvrier travaille 12 heures, on lui en paye 10, ou 8 heures, et c’est cette différence de valeur par rapport à la « flèche du temps » de travail non payé qui fabrique et enrichie le capital.
Le capitalisme est ainsi par essence : une aliénation, un fétiche, une contrefaçon à lui seul, une pensée sur la pensée, UN ARTIFICTICHE. Ce qui n’existe pas devient LE MIRAGE, et un mirage ne fait que renvoyer ce qui n’existe pas ; le MIRAGE ENSORCELEUR, LA CROYANCE À LA PLACE DE L’APPROCHE DE L’INSTANT. BREF, LE CAPITALISME EST, PAR DÉFINITION, UN ARTIFICTICHE, UN TROMPE-L’ŒIL, UN FAUX, UNE CONTREFAÇON.

POURQUOI LE CAPITALISME EST-IL SEMBLABLE À DIEU ?
ET PAR LÀ MÊME « INCREVABLE » ?


Parce que comme le messie ne devant jamais arriver, le fétiche n’ayant aucun « premier fétiche », aucun modèle, un tel objet ne pouvant que signifier une contradictio in terminis, il tombe directement dans le récent projet capitaliste du « Vous ne posséderez rien et vous serez heureux »,  équivalant de la Stance 16,9 de Nagarjuna qui met en garde : « ”Un jour je m’éteindrai libre de toute appropriation, le ”nirvana” m’adviendra”. Prendre les choses ainsi, C’EST LE COMBLE DE LA POSSESSION ».
Pour le principe de raison cher à 1789 et à ses perruques poudrées philo-sophistes ou opiniophiques ; nihil fit sine ratione ; dire qu’« Un tel est né » est une contradiction est une contradictio in terminis : ON A L’AIR DE SE PRÉCÉDER SOI-MÊME : MAIS APRÈS-VOUS CHÈRE MADAME ! Cependant, c’est IGNORER LE PRINCIPE FONDAMENTAL DE PUTRÉFACTION OU FLÉAU : on pourrit ou on meurt avant de renaître…
1 - Si le Libéré vivant (celui qui a réalisé le Soi) est créé, il devient mortel ou impermanent (contradictio in terminis) !
2 - La réincarnation et transmigration aurait alors un commencement (le capitalisme aurait un commencement identi et fiable).
3 - Rien n’existe sans cause ? Mais où ? Entre en contradiction avec le Zéro indien et le ex nihilo.
Pour le Réalisé, il est inutile que ce Réalisé naisse de nouveau !
(Voir les pages Idolâtrie de Notre-Dame de Paris, et Vous ne posséderez rien et…)



Le capitalsime ne peut donc pas s’attribuer une naissance, il se voit, ses paroissiens se voient comme éternels, sans naissance ni mort, d’où l’ailleurs le projet d’appeler sa monnaie future « Phénix », car depuis les millénaires du Néolithique, il meurt beaucoup et de même renaît un grand nombre de fois de ces cendres !!!
On ne s’étonnera pas qu’il n’y ait pas d’original ou de PÈRE du capitalisme, c’est-à-dire l’objet concret capitalisme PROPREMENT INCONCEVABLE, IL EST COMME DIEU, COMME LE CENTRE QUI EST NULLE PART.
L’origine ou l’objet capitaliste est, COMME LE MESSIE, COMME LA CAROTTE, AILLEURS, ÉTERNELLEMENT AILLEURS ; MAIS COMME IL EST UN OBJET RÉEL, IL EST AU CONTRAIRE JAMAIS AILLEURS, MAIS TOUJOURS ICI ET MAINTENANT, TEL LE SOI OU CHRIST-JÉSUS. L’Artifictiche que l’on poursuit en Amérique est ici, en France, dans l’ordinateur ou le serveur d’une banque, à portée de doigts et de claviers. De même, le trésor convoité n’est pas situé dans l’Océan Indien, mais chez soi, dans sa propre cave… De même que l’exemple du collier de la femme souvent cité par Ramana Maharshi : « une femme portait un collier autour du cou. Ne s’en souvenant plus, elle se mit à le chercher, questionnant son entourage. Une de ses amies, se rendant compte de ce qu’elle cherchait, lui désigna le collier autour de son cou. La femme le toucha de ses mains et fut aussitôt rassurée. Avait-elle récupéré le collier ? Là encore, l’ignorance causa la douleur et la connaissance, le bonheur.
Il en va de même en ce qui concerne l’homme et le Soi. Il n’y a rien de nouveau à gagner.
L’ignorance du Soi est responsable de la souffrance présente ; la connaissance du Soi apporte le bonheur ». (Entretien 63 du 6-7-1935)

CAPITALISME NOMADE, ÉTERNELLEMENT AILLEURS, COMME LE DÉSIR, COMME LE MESSIE, COMME LE ROCHER DE SISYPHE : roulant toujours vers le bas, toujours remonté, principe de l’instabilité monétaire et donc du DÉSIR et de la perpétuité de lutte contre la tyrannie : satisfait, roulé ou « empaqueté » et donc satisfait, comme le Phénix, il renaît et revient toujours sous quelque forme, voir l’exemple actuel du BITCOIN ; par son propre poids, il roule, retombe et pèse (pèze, argent), la loi des humains est d’essayer toujours de soulever le poids de ses DÉSIRS et de les AUGMENTER, FAÇON ÉVOLUTIONNISME JUIF ET LEUR FLÈCHE DE « MISE EN VALEUR DU TEMPS ».
Rocher de Sisyphe = fétichisme, carotte, messianisme, désir.


Donc le capitalisme n’existe pas en propre mais il n’est que la CONTREFAÇON, le résultat de l’extorsion de l’invention de la valeur sur les salariés producteurs du travail. En tant que fétiche, Dieu, il est devenu général, mondial, facilité par la technologie actuelle et les réseaux il est devenu LE PATRIARCHE DU MONDE.
Cependant, ce fétiche étant de construction du mental humain et de ses pensées, IL NE PEUT QUE MOURIR UN JOUR ; SON PHÉNIX EST MORTEL, LE FEU VA S’ÉTEINDRE : le feu peut être créateur mais aussi destructeur ; un Feu dont le monde est issu et auquel il devra sa fin : il est comme Shiva.
Le capitalisme ne peut pas utiliser le Surfeu comme le défunt-cendre devenant lui-même Phénix, PARCE QU’IL IGNORE LE CONCEPT DE VIDE : PAR SON FÉTICHISME EN ABSENCE D’OBJET IL EST LE COMBLE DU PLEIN : « ON PEUT DIVISER SANS FIN UN CORPS INDIFFÉRENCIÉ, UNIFORMISÉ, NORMALISÉ », comme écrit plus haut ; UN CORPS CONFORTÉ, SÉCURISÉ OU VACCINÉ, AUGMENTÉ, TRANSHUMANISTÉ, ÉVOLUTIONISTÉ, d’où d’ailleurs la possibilité de l’invention d’une « galaxie » peuplée d’une quantité invraisemblable de planètes habitées par des humains ayant oubliés leur origine, dans la série de romans d’Isaac Asimov : Fondation. La diversité en forme de LEURRE ET DE DÉ-SIR, et D’E-Sir : ce que permet Satan, Neptune, Shiva, Chalchiutlicue ou le Caducée, le Trident. Alors ATTENTION : AMBIGUÏTÉ, car tous ORGANISENT : Dieu et Diable, le Satan, n’ont encore rien créés ; le monde ne souffre pas de devoir finir, IL N’A MÊME PAS COMMENCÉ, CONSTIPATION SUPRÊME.
Le fétiche capitalisme n’ayant pas d’existence, pas d’objet réel, il est incapable de faire événement PAR LUI-MÊME, car il est la TRAME d’une HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui Coule) à jamais manquante, comme le Centre qui est nulle part… Un capitalisme sans durée donc, qui lui permettrait un minimum d’avoir existé ; minimum qui implique à lui seul une prétention du Diable organisateur : un souvenir impérissable : une insignifiance en DEHORS, conséquence DE L’ÉTAT DE RÊVE SANS FIN DE TOUTES CHOSES PAR RAPPORT À L’ENSEMBLE DES CHOSES (fractal et dualité Dedans-Dehors).


Les paroissiens sont à la MERCI et disent même « merci » faisant dans la dualité Dedans-Dehors et son social (”Ne prends pas ! ne goûte pas ! ne touche pas”, Colossiens 2,21).
 
 
 
 
balance_roberval.png
 
 

Dernière mise à jour : 06-10-2021 02:37

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >