Accueil arrow Yôkai arrow Dernières news arrow LA SAISIE, l’utilité = racine du mal
LA SAISIE, l’utilité = racine du mal Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 27-11-2021 22:38

Pages vues : 2197    

Favoris : 120

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Argent, Artifictiche, Atlantide, Banque, Christ, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Dragon, Égrégore, Enfer, État, Feu, Guerre, Images, Jardin, Marchandise, Nostalgie, Paradis, Peur, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Saisi, Serpent, Silence, Social, Spirale, Tiqouniste, Transhumanisme, Vie, Vierge

 
coyote_saisie.jpg
 
 
LA SAISIE, l’utilité = racine du mal
« Lorsque ton Âme (1) en bouton prête l’oreille au
tumulte du monde [en 2021 c’est une petiote
chouse dont l’humain veut se débarrasser],
lorsque ton Âme répond à la voix délirante de la
grande illusion [l’univers dit « objectif »],
lorsqu’effrayée à la vue des chaudes larmes de la
douleur, assourdie par les cris de détresse, ton
Âme se retire comme la timide tortue dans la
carapace de l’ÉGOÏSME [dont le machin à ARNm injecté
à des centaines de millions de cobayes], sache-le
ô disciple, ton Âme est un tabernacle indigne de
son « Dieu » silencieux [son Soi, son Centre
nulle part, son Centrum Centri] ».
(La voix du silence, les préceptes d’Or pour
l’usage journalier des disciples
).
 
 
LA SAISIE, l’utilité = ils se font tous spiker aux ARN messagers, conséquence de la mécanisation de leur monde. En Occident, il fallut attendre la réforme protestante au 16è siècle pour voir se construire la suprématie du patriarcat, avec la suppression du culte de la Vierge, notamment de la Vierge Noire, et la désacralisation du monde naturel. Cette poussée d’évolution arrive à maturité au 17è siècle, lorsque la Nature fut ravalée au simple rang de MÉCANIQUE : un machin inanimé en mouvement, un système en forme de « création divine » soumis à des « lois immuables ». ET CIRCULER YA PLUS RIEN À VOIR : c’en était fini de l’identification de la Nature à la Mère Divine et de la conception d’une Nature vivante. LA NATURE COMMENÇAIT À ÊTRE DIGITALISÉ AVANT L’HEURE INFORMATIQUE ET LES GOOGLE ; la Nature est devenue le MONDE-MACHINE et DIEU (du moins en France jusqu’à 1789), le Mécanicien tout puissant, ensuite ce sera la silicone de la Vallée des Google et transhumanistes.
Les résultats de cette désacralisation du monde aboutissent à la catastrophe actuel du réchauffisme, du pétrole et du sanitaire nouvel et dernier et certainement ultime arrivant.
Hélas, sous le loi de succion, nostre mental demande inlassablement de la nourriture, des « infos », donc quelque chose à SAISIR. Si on se guérit de la racine du mal, la dualité Dedans-Dehors, laquelle est introuvable, alors il n’y a pas de saisie dans ce qui est introuvable. Mais le mental actuel étant tellement conditionné, qu’il cherche désespérément à saisir, même la vacuité, à en faire une image : visualiser quelque chose.

LA SAISIE, l’utilité = l’image du winnerisme de la conquête espagnole et portugaise des Amériques est encore présente dans les cervelles. L’or métal devenu depuis bien longtemps synonyme de richesse semblait n’être là que pour QU’ON S’EN SAISISSE et les populations amérindiennes, pour être pillées, violées, massacrées, contaminées et réduites en esclave quand il restait des survivants ; on profanait leurs lieux sacrées comme le firent en leur temps les Hébreux et leurs prophètes suivies des chrétiens de l’Église de Rome, tous acharnés contre les Païens sous prétexte de « fausse religion » (la spiritualité de la Mère-Divine qualifiée d’idolâtrie).

LA SAISIE, l’utilité = la conquête technologique est l’expression du tyran ego déjà à l’œuvre depuis le Néolithique, mais dont le POUVOIR est grandement augmenté grâce à l’électricité et aux machines qui ont encore amplifiées la croyance au progrès sans limite (débouchant inévitablement sur le transhumanisme summum de l’ego-égoïsme ou SUMMUM DE LA SAISIE).

La NON-saisie c’est l’amoureux : c’est celui qui n’est pas atteint par la racine du mal : la saisie du Dedans et du Dehors, par QU’IL EST LA NATURE, AU SENS DE JEUNESSE ÉTERNELLE : TOUS LES LIEUX SE VALENT POUR LUI PARCE QU’ILS SONT LE TOUT. Or ce Tout est en train d’être remplacé par le machinisme détruisant la forêt amazonienne, s’inscrivant dans la logique transhumanisme et mercantile : bientôt des arbres en plastique…. ou mieux : digitalisés, virtualisés comme dans un jeu vidéo ou un « metaverse ».

LA SAISIE, l’utilité = le « progrès » matériel, donc le seul INTÉRÊT : totalement lié à l’ego, à la loi de succion ou pesanteur, totalement lié à la saisie du sujet envers l’objet.

LA SAISIE, l’utilité = seul compte ce monde matériel, ça s’appelle aussi opinion ou laïcité : la liberté de croire, mais surtout pas de Savoir (ne pas se voir [s-A-voir] : pas de dualité sujet-objet ou cause-effet ; a-visé, sans but à teindre, sans vices ou obstacles, donc fluide, transparent ; ne pas voir le S [déploiement général], celui qui ne voit pas : pas de dichotomie entre pulsion et voyant).

LA SAISIE, l’utilité = le virus circule partout, COMME L’ARGENT, COMME L’IDOLÂTRIE DE LA MARCHANDISE, ce qui engendre le commerce des poisons à injecter dans la logique de l’infernale chaine sans fin de causes et effet : « doses de rappel ». Ce monde vivant est vu comme un monde mort, comme une économie capitaliste, et ses caractéristiques en sont : l’individualisme et l’augmentation de l’ego (on se fait spiker aux ARN messagers) et le winnerisme, inhérent aux théories économiques du libéralisme et de sa démocratie mercantile, PROJETÉES, INJECTÉES JUSQUE DANS LES GÈNES.

LA SAISIE, l’utilité = une palanquée et planqués du gouvernement de l’État français qui EMPOISONNENT PIRE QU’UNE PETIOTE CHOUSE DES MILLIONS DE FRANÇAISES ET FRANÇAIS, lesquels d’ailleurs par leurs élections on mis eux-mêmes en place leurs empoisonneurs, à commencer en France par l’Empoisonner Premier : Macron-Rothschild.
Les électeurs font le jeu de leurs emmerdeurs, comme le temps ne peut exister que s’il y a un individu pour lui prêter attention et ainsi le fabriquer ; comme la conscience est dépendante de l’objet extérieur et cet objet dépendant de la conscience, mais ceci devrait impliquer nécessairement LA TRINITÉ UNIVERSELLE : UNE TROISIÈME « CHOSE » OU CONSCIENCE AU-DELÀ DU SUJET ET DE L’OBJET. Le deux, c’est la guerre.
Alors lorsque Nous croyons voir une chose, et elle devient. NOUS EN SOMMES AFFECTÉS, Ainsi Nous créons le monde auquel Nous répondons (voir le cas des inventions de variants de virus). Les tueurs au sommet de leur pyramide d’ego et de finance internationale le savent, parce que l’accélération de nous foutre dans leurs cerveaux devient très visible (énième vague covidesque, injections-injonctions, etc.).
Cela correspond à la question : « Faut-il le croire pour le voir ? Ou le voir pour le croire ? »
CROIRE est déjà une SAISIE.

Le deux, c’est la guerre : naissance de la conscience conceptuelle, la « raison », le calcul. Pris au piège de cette vision dualiste, le mental divise l’Unité absolue de la Réalisation du Soi en entités, et considère ensuite ces projections mentales comme des objets, comme de croire voir LE TEMPS, le monde, comme s’ils étaient doués d’existence propre, EN DEHORS (comme de concevoir un univers-objet et un sujet observant cet objet). Ainsi Nous avons : « Moi et le temps », ou « Moi et le monde, Moi et les autres », soit l’infernale dualité Dedans-Dehors. De là naît la saisie. Parce qu’il y a division, IL N’Y A PAS UN TOTAL, LE COMPLET. Or seul un total peut avoir conscience d’un total. Mais actuellement, l’ego ou ‘je’ du j minuscule ne peut être une globalité, un sans limite, parce qu’il se définit par rapport à un ‘toi’, par rapport à un social, à un Dehors, alors il est limité par ce qui le différencie, PAR CE QUI LE SAISIE PAR CE ‘TOI’ OU CE DEHORS.

LA NON-SAISIE C’EST LE FLÉAU OU RENONCEMENT, LA PUTRÉFACTION, LA NUIT OBSCURE DU FEU FROID, UN SURFEU (ou ”bardo” en tibétain : non-dualité, état entre deux, intermédiaire] NOIR, SANS CENDRES NI FLAMMES : vrai FLÉAU parce que portant le RIEN DU TOUT au Centre de l’Être : quand le feu se dévore lui-même comme le RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE, quand l’énergie se retourne contre soi, aboutissant à son TOUT ou INSTANT DE SA PERTE, d’où le mot FLÉAU, car l’intensité de cette perte, de ce Centre qui est nulle part, est la preuve absolue de son existence. Paradoxe de la Réalisation du Soi : le ‘Je’ [Conscience infinie] rejette l’illusion du ‘je’ [ego) et cependant demeure en tant que ‘Je’. Tel est le paradoxe de la réalisation du Soi ou Vraie Libération dans la non-dualité dedans-dehors ou ce qui est introuvable et sans saisie. Ceux qui sont déjà Libérés (Réalisés), soit qui sont dans leur état originel [« Je suis ce JE SUIS »] n’y voient aucune contradiction.

LA SAISIE, l’utilité = l’oligarchie pourrie au sommet de sa pyramide, de ceux qui veulent leur monde à eux, parce qu’ils sont intolérant aux surprises, leur seul sécurité c’est le mental qui prévoit ou projette, calcul pour sécuriser, ils détestent la surprise. Ils sont seulement séduit pour un monde purement technologique, mécanique et laïque, athée, DONC UN MONDE RELIGIEUX. Tel est le cas d’un Zuckerberg et son rêve d’un monde à lui tout seul par le virtuel ou le metaverse et Jardin d’Eden technologique. C’est aussi le monde tellement désenchanté et mécanisé des personnes qui jouent en jeux vidéo de réseaux, ceux des boîtes de nuit et discothèques des restaurants et de l’entertainment de toutes sortes, c’est le monde du smartphone. Bref, c’est la monde du plaisir, avec inévitablement son contraire la douleur.
En dessous, nous avons ceux qui admettent le concept d’une Nature en croissance et acceptent l’imprévu de la vie.
Encore après, Nous avons ceux qui admettent qu’il y a autre « chose » derrière la conscience dépendante des objets extérieurs et les objets extérieurs dépendants de la conscience. Cette « autre chose » peut s’appeler : Amour, Grâce, Conscience infinie.

LA SAISIE, l’utilité = les ouvriers actuels en phase d’être remplacés par « l’intelligence artificielle » ne faisaient déjà plus d’ŒUVRE tant ils sont déjà mécanisés : ils sont les instruments de mise en œuvre d’une technique qu’ils n’ont pas eux-mêmes élaborées, à laquelle ils ne comprennent rien. Ils sont déjà en situation de ne plus percevoir les choses de l’Essence en filigrane, les choses de la manifestation du Soi, par transparence, au travers de leurs gestes, de leur labeur. Ils travaillent seulement, il y a déjà longtemps, depuis 1914-18 selon Hyacinthe Dubreuil, qu’ils ne font plus une œuvre, sauf exception rarissime. Quand sera-t-il avec le transhumanisme et l’I.A. ? Percevoir le Soi au travers de la matière et du geste, ce que l’ouvrier manuel ne sait plus faire. Dès lors que ce n’est plus le Soi ou l’Essence qui découvre le sens dans la matière, c’est à l’envers : c’est la matière ou la saisie qui donne un sens au mental, c’est le matérialisme, le monde à l’envers.

Entre deux systèmes intellectuels, ou deux totaux qui seront des systèmes de systèmes, la contradiction est inéluctable. Parce que, dans ce cas, l’œil de la raison qui calcul ne se situe pas au milieu du moteur immobile de l’Instant ; autrement dit, l’intellect perd son autonomie, il « aliène » sa personne au profit des perceptions sensibles. Ce sont les cinq sens, dans le spatio-temporel, conçu d’une façon linéaire entre un passé et un avenir, qui dictent à l’intellect ce qu’il doit exprimer. Or, ces données sensibles dans le temps varient d’un instant à l’autre en chaque individu, et ne peuvent jamais être identique chez deux individus ; cela par la nature même des choses. Cependant, la raison-ego du ‘je’ tend pas habitude, par sa fonction ontologique, à figer, coaguler, conférer un semblant d’absolu et de valeur éternelle à une connaissance du sensible, qui pourtant, par nature, ne peut en avoir. Cet ersatz d’absolu peut s’appeler « opinion ». L’opinion n’est jamais en sécurité, elle porte en elle l’angoisse de pouvoir être remise en question. Aussi est-elle toujours en position de défense, ou d'attaque. Aussi, l'opinion est nécessairement sectaire, intolérante. Tout ce qui n'adhère pas à l'opinion, absolutisée collectivement sous le nom de « parti », est ennemi. (Référence à Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux, lettre 4).

LA SAISIE, l’utilité = Surtout depuis l’après guerre de 1914-45, qui dit éducation dit dressage (surtout si on y ajoute le corps : le sanitaire comme en 2021), coulage dans un moule, fabrication. Mais cette séparation nette et brutale entre fabricants (un petit nombre et à la limite un seul) et les fabriqués, nous tous les plus de 7 milliards, n’a jamais été aussi augmentée qu’à ce jour de f(r)iction covidesque et d’empoisonnement du corps par injection d’une soupe transhumaniste modifiant les gènes.

LA SAISIE, l’utilité = Le ‘moi’ individuel construit pas le mental Nous convainc que c’est elle la réalité. Ainsi le Réel devient simplement une autre construction du mental que le mental perçoit comme EXTÉRIEUR À LUI-MÊME, QUELQUE QU’IL CONVIENT DE RECHERCHER, DE POSSÉDER ET DE BOUFFER SELON LA LOI DE SUCCION.

LA SAISIE, l’utilité = Le plus grand péché consiste à se croire soi-même à l’origine de ses propres actions, puisque c’est la source de tous les délits. Ceci est la définition d’un être qui n’est pas réalisé : un adjani, et qui se prend pour l’auteur de ses actes.
« Tian du Qi offrit un banquer de mille couverts dans la salle des ancêtres. Au moment où l’on servait à la table d’honneur du gibier, des poissons et des oies sauvages, Tian les regarda, soupira et dit : « Que le ciel est généreux envers les humains ! Il leur procure les céréales et fait naître poissons et oiseaux à leur intention ». Un grand nombre de convives approuvèrent bruyamment, mais le fils de Baoshi, âgé de douze ans, avança et dit : « Il n’en est pas comme dit votre seigneurie. Les êtres de la Nature ont la même vie que la nôtre. Les espèces ne sont ni nobles ni vulgaires. On en trouve des grandes, des petites, des intelligents, des fortes. Elle vivent ensemble, se mangent entre elles, sans que les unes soient nées pour les autres. L’homme mange ce qu’il trouve comestible. Cela veut-il dire que ces denrées furent créées à l’origine par la Nature pour les humains ? D’ailleurs, cousins et moustiques nous piquent [ce n’est pas vrai pour les cousins (Tipula), c’est sans doute une erreur de traduction], tigres et loups nous mangent. Cela veut-il dire que les humains furent à l’origine créés par la Nature pour les cousins, moustiques, tigres et loups ? ». ( Lie Tseu (Liezi), Traité du Vide parfait, chapitre : Discours sur les contrats 28).

Rien à saisir : il n’y a pas d’autre ailleurs que ‘moi’ : pas de dualité Dedans-Dehors. C’est le Trouvère : l’Amoureux qui peut déclarer : « Il n’y a pas d’autre Dieu que Dieu » (Islam), « Je suis un Brahman [l’Absolu], indivisible, immuable et paisible » (Amrita Bindu Upanishad 21)(2), « Le Pays du Rien du Tout est la Vraie Demeure », « Moi et le Père Nous sommes un » (Jean 10, 30).
Ne rien saisir mais découvrir ce qui est PERMANENT dans l’impermanent comme l’est chez l’humain principalement l’opinion, découvrir le Réel dans l’irréel ou l’illusion.
Fondamentalement, le corps ou le mental et le monde que Nous opinionons comme « réel » sont identiques. Envisagés du point de vue du Soi, ils ne sont que l’interaction des facultés sensorielles, donc mentales et physiques. Une fois terminée l’identité avec icelles, il n’y a plus de corps, de monde en tant que tels. Ils sont seulement des images fugitives qui bougent sur l’écran blanc de l’Instant immuable, le Soi. Blanc de l’Instant comme les sept couleurs de l’Arc-en-Ciel formant le Blanc, l’état permanent éternellement INSTANT ou état naturel SAHAJA (état originel comparable à l’Eau primordiale) : « On devrait être naturellement en état de samâdhi [absorption totale dans la contemplation : faire UN, pas de dualité, comme dans l’exemple de la jarre (2)], en son état originel, au sein de n’importe quel environnement », dit Ramana Maharshi dans l’entretien 54 du 16-6-1935. « Je suis le chat qui s’en va tout seul, et tous les lieux se valent pour moi », dit le chat du conte de Kipling : Histoires comme ça.
Retournement de la Lumière par élimination des obstacles, c’est-à-dire DÉ-MASQUAGE de l’ego.

Certes, la saisie est le contraire de la contemplation ! Confirmé par le Coyote obsédé à saisir Bip Bip, principe du chat et de la souris ou du rat, et du rat voulant saisir les céréales ou autre nourriture des humains. Idem pour l’araignée qui tisse sa toile (illusion et en même temps « Grand Architecte ») pour saisir une mouche ; mais dans le cas de l’araignée qui dit toile dit TRAME, FIL, et le FIL est comme le Blanc de l’Instant, de la Lumière blanche qui se RETOURNE POUR LA RÉALISATION : FIL OU TRAME : LUMIÈRE-SUPPORT DE LA RÉALISATION, L’ARAIGNÉE ÉTANT EN ELLE-MÊME UN NATUREL « SANS POURQUOI ». Le Fil ou Soi de la Contemplation. L’Alchimie est dite « travail de femme » ou « jeux d’enfant », donc de tissage ou broderie dont les traits de Fil sont appelés « points »….. De là certains vont en tirer leur « épingle du jeu » par le RE-GARD, une contemplation distraite construisant ainsi la dualité sujet-objet ou la cause et l’effet, le Dedans et le Dehors.



Notes.
1. Âme est employé ici pour Manas (mental ou « esprit » humain).

2. À y ajouter dans le même Upanishad à 13-14 : « De même que c’est la jarre qui change de place selon qu’on la pose à tel ou tel endroit, et non l’espace qui l’emplit, l’individu [jiva], à l’instar de l’espace, reste le même (à l’intérieur du corps).
Comme la jarre, le corps a des apparences très diverses. Le corps qui meurt, encore et encore, n’est même pas conscient de sa propre destruction. Mais l’individu, lui, en est conscient, toujours et à chaque fois ». L’ego meurt er renaît à chaque Instant et la Vraie Mort et la mort de l’ego, pas celle du corps physique. Le jnani [sage, Réalisé] voit dans cette incapacité à comprendre ce processus continu de mort et de renaissance la cause de toutes les souffrances et son but est d’éradiquer le mécanisme de la conscience conceptualisante (la raison), qui en est à l’origine.
Par contre, en s’investissant délibérément dans l’activité mentale, dans la raison, et en augmentant même ses pouvoirs au maximum (comme le rêve en winner transhumaniste un Laurent Alexandre) se condamne à cette ronde continue de souffrances, étant donné que l’ego continue à mourir et à renaître sous une nouvelle apparence, chacune aussi insatisfaisante, incomplète et irréelle que la précédente.
 
 

Dernière mise à jour : 27-11-2021 23:39

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >