Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Le « N’EST PAS X » ou SCALAIRE
Le « N’EST PAS X » ou SCALAIRE Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-01-2022 19:26

Pages vues : 2232    

Favoris : 110

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Dragon, Égrégore, Enfer, État, Feu, Guerre, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Nostalgie, Paradis, Peur, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Tore, Transhumanisme, Verbopinion, Vie, Vierge

 
frise_poliak3.jpg
 
 
Le « N’EST PAS X » ou SCALAIRE
Scalaire : concept d’échelle de grandeur
SANS TEMPS, DONC SANS OPINION, ce qu’indique
le « N’EST PAS X ».
 
« N’est pas X » laisse la porte à tous
les possibles, puisque cela revient à
dire que les choses n’ont pas d’être en
et par soi, elles ne sont que de simples
imputations nominales. C’est-à-dire que la
Chose par la désignation du « N’est pas X »
est saisie dans sa Singularité, une unicité
qui contribue à la faire apparaître comme
extra-ordinaire et comme phénomène
INCONNAISSABLE, INSAISISSABLE, INCOMPRÉHENSIBLE.
Insaisissable comme le Zéro Indien :
« Shûnya (le vide), l’ati-shûnya (l’au-delà de
shûnya), mahâ-shûnya (le vide immense), ont tous
la même signification, à savoir l’Être réel ».
(Ramana Maharshi, entretien 333 du 18-1-1937).

Le « scalaire », sans temps mais amplificateur,
tel le FLÉAU de la Balance équivalent du
« N’est pas X » : PURIFIER LE MENTAL À LA FOIS
DE TOUTES NÉGATIONS ET DE TOUTES AFFIRMATIONS.
En Inde il y a 25 espèces de Vide !


Exemple de scalaire, sans temps, pour les nuls, dont le scribe de cette page, avec l’emploi du « N’est pas X » permettant une amplification, comme l’Arche d’Alliance, Thème du Zéro Indien, forme du ZPE (Zero Point Energy) :
CE QUE L’ÉVEILLÉ A DIT FORMER UN SYSTÈME DE MONDES ET DE DIVERSITÉ, IL DÉCLARA QUE CE N’ÉTAIT NI UN SYSTÈME DE MONDES NI UNE DIVERSITÉ. VOILÀ POURQUOI ON PEUT PARLER DE « SYSTÈME DE MONDES ET DE DIVERSITÉ ».
CE QU’ON APPELLE IDÉATION OU CONTINUUM DE PENSÉE, L’ÉVEILLÉ L’A DÉCLARÉ N’ÊTRE PAS UNE IDÉATION. VOILÀ POURQUOI ON L’APPELLE CONTINUUM DE PENSÉE OU IDÉATION. POUR QUELLE RAISON ? PARCE QUE LA PENSÉE PASSÉE N’EST PAS SAISISSABLE, PAS PLUS QUE LA PENSÉE FUTURE, ET LA PENSÉE QUI SURGIT DANS L’INSTANT NE L’EST PAS DAVANTAGE. (Réf. Soûtra du Diamant).

SCALAIRE = VERTICALE DE DIA-BOLE-IQUE.
Dia : au travers, traverser, passer.
La Chaise d’Isis est une « arme scalaire »


Les Anciens se représentaient la Terre sous la forme d’une TOUPIE portée par un PIVOT-AXE très aigu. C’est ce Pivot auquel présidait Isis, et c’est pourquoi elle était appelée « La Chaise », à un pied (Padam en sankrit signifiant le Soi), comme on pouvait autrefois chez les montagnards Auvergnats qui s’en servaient pour traire leurs vaches, avec cette chaise-pivot, en forme de T, dont le pieux s’enfonçait en la terre. C’est le T portant la double barre horizontale : samek (escabeau, support). Rejoint MIR-IAM : L’AURORE, LA POINTE DU JOUR : LE SEUIL ENTRE LA VEILLE ET LE LENDEMAIN…  CONCRÈTEMENT ET AVANT TOUT : « LE ROYAUME DES CIEUX EST EN VOUS », ceci afin de se protéger du texte qu’il y a en-dessous !
Sur la page précédente, il était question d’une singerie du Zéro Indien « fabriqué » par les ingénieurs du régime nazi.

Ce mystérieux appareil - "la cloche" ("die Glocke") semblait à première vue relativement simple, bien que les effets inhabituels de son l'opération contredisait cela. Mais sa description en détail demeure impossible car l’armée allemande de l’époque nazi n’avait pas accès à toutes les données.
Il s’agissait de deux cylindres-tambours massifs d'environ un mètre de diamètre, qui au cours de l'expérience tournaient l’un dans l’autre et en sens inverse à très grande vitesse.
Les cylindres-tambours étaient faits d'un métal argenté et tournaient autour d'un axe commun. L’axe était formé par un noyau assez inhabituel, d'un diamètre d'une dizaine à une vingtaine de centimètres, avec son extrémité inférieure fixée à le piédestal massif de "la Cloche". Il était fait d'un métal lourd et dur. Avant chaque essai, une sorte de récipient oblong en céramique a été placé dans le noyau (il a été défini comme une "fiole à vide"...), entouré d'une couche de plomb d'env. 3cm d'épaisseur. Le cylindre était remplie d'une  substance métallique, d'une teinte violet-or et conservant à température ambiante la consistance de "gelée légèrement coagulée". D'après les informations produites, il s'ensuit que cette substance portait le nom de code "IRR XERUM-525" ou "IRR SERUM-525" et contenait entre autres constituants de l'oxyde de thorium et de l'oxyde de béryllium (béryllia). Le nom "Xeron" est également apparu dans la documentation. C'était une sorte d'amalgame de mercure, probablement contenant divers isotopes lourds.
Le mercure, cette fois déjà sous forme pure, était également présent à l'intérieur des cylindres en rotation. Avant le début de chaque expérience, et peut-être aussi pendant sa durée, le Mercure a été intensément refroidi. Depuis que des informations sont apparues sur l'utilisation de grandes quantités de gaz liquide : azote et oxygène, il est apparu que c'étaient précisément celles-ci qui constituaient le milieu de refroidissement. L'ensemble du dispositif, c'est-à-dire les cylindres et le noyau étaient recouverts d’un boîtier en céramique en forme de cloche - un cylindre arrondi au sommet couronné d'une sorte de crochet ou d'attache. L'ensemble du dispositif mesurait environ 1,5 m de diamètre et environ 2,5 m de haut....

A - La cloche se composait de deux cylindres contre-rotatifs sur un axe commun, lesquels cylindres étaient apparemment remplis ou enduits de pur Mercure.
B - L'axe lui-même était constitué d'un noyau de métal lourd, vraisemblablement creux, puisqu'il était le réceptacle du composé de thorium-béryllium-mercure connu sous le nom de Xerum-525.
C - L'enveloppe extérieure était en matériau céramique.

Le mercure, et vraisemblablement l'intérieur de la cloche, était énormément refroidi par de l'azote (vraisemblablement liquide) et de loxygène.
La cloche mesurait environ 2,5 mètres de haut (environ huit à neuf pieds de haut) et environ 1,5 mètre de diamètre (ou environ quatre à cinq pieds)…..

1. A quoi servaient les cylindres contrarotatifs ? [Probablement à figurer les deux serpents du Caducée en singeant naïvement en apprenti sorcier les deux courants Involution-Évolution]
2. Ces cylindres étaient-ils disposés les uns dans les autres ou les uns sur les autres ? [Probablement les uns dans les autres].
3. Quel était le but d'utiliser du mercure dans ces cylindres ? [Toujours ce rapport à la loi de succion ou attraction universelle…]
4. Quel était le but de l'utilisation du composé manifestement radioactif du Xerum 525 ? Le Xerum 525 était-il un isotope de le mercure, ou un isotope du mercure en combinaison avec d'autres éléments ?
5. À quoi servait le boîtier en céramique ? [d’isolant électrique, comme les isolateurs de lignes à haute tension, et étanchéité, etc.]

Chacune de ces expériences a été réalisée dans une chambre spécialement préparée [comme une sorte de piscine]. Dans la plupart des cas, elle était situé sous terre. La surface était recouverte de carreaux de céramique et le sol également de lourds tapis en caoutchouc. Les tapis étaient détruits après chaque test (!), pendant que les carreaux étaient lavés - désactivés avec un liquide rose ressemblant à de la saumure. Dans le cas d'essais effectués à l'intérieur de la chambre d'une mine inactive, en 1945, une telle chambre était toujours détruite après deux-trois essais....
Tout d'abord, "la cloche" elle-même a été préparée avec la considérable installation d'alimentation électrique qui l'accompagne. Un ensemble complet des caméras, et probablement aussi des appareils de mesure ont été placés sur un rack spécial dans la chambre de recherche. Ensuite, une série d'échantillons ou d'objets ont été placés à proximité, sur lesquels l'effet de l'énergie émise a été testé. C'étaient des animaux (lézards vivants, rats, grenouilles, insectes, escargots et selon toute vraisemblance aussi... des gens des prisonniers de KL Gross-Rosen), des végétaux (mousses, fougères, prêles, champignons, moisissures) ainsi que toute une série de substances d'origine organique telles que : blanc d'œuf, sang, viande, lait et graisses liquides. Ces préparations ont bien sûr été réalisées par des scientifiques et techniciens... ainsi que par un commando de prisonniers du camp de concentration de Gross-Rosen, spécialement affecté à ce travail. Ce camp a  compté jusqu'à 100 personnes.... Juste avant l'expérience, tout le personnel a été déplacé à une distance de 150-200 m, avec utilisation en même temps de combinaison de protection individuelle en caoutchouc avec des casques de sécurité se distinguant par une grande visière rouge.

Ainsi, nous pouvons ajouter à notre liste précédente les points suivants :
1. Les expériences ont été menées dans une chambre souterraine, dont une partie consistait en un bassin ;
2. La chambre était isolée avec des tapis en caoutchouc recouvrant des briques en céramique ;
3. Les effets de la cloche pendant son fonctionnement se sont étendus à environ 650 à 700 pieds au-delà de l'appareil (jusqu’à 213 m en une sorte de vortex : tourbillon creux) ;
4. Les chambres ont dû être détruites après seulement quelques essais, apparemment en raison des forts effets résiduels de son fonctionnement ;
5. Les effets de l'appareil sur les organismes vivants et la matière organique étaient apparemment un domaine d’expérience crucial ;
6. Même à une certaine distance de l'objet, ses techniciens devaient être en combinaison de caoutchouc (ce qui suggère qu'ils ne pouvaient pas être électriquement mis à la terre pendant que la cloche fonctionnait) ;
7. Les yeux devaient être protégés par des visières rouges.

Les effets de la cloche lorsqu'elle était en fonctionnement étaient à la hauteur de cette étrange liste de précautions extrêmes, effets à la fois "à court terme et à long terme" , et aussi des effets dont nous ne sauront rien.
En ce qui concerne les effets à court terme, ils sont devenu immédiatement perceptible après la mise sous tension. Ceux-ci étaient : un son caractéristique, qui pourrait être décrit comme quelque chose d'extrêmement similaire au bourdonnement des abeilles scellées dans une bouteille (d'où le nom officieux "The Hive" - "Bienenstock" a également été utilisé en relation avec "la cloche") ainsi qu'une série d'effets électromagnétiques. Celles-ci consistaient en phénomènes suivants : surtensions dans les installations électriques 220 V environnantes (« ampoules grillées ») constatées dans le cas d'essais au sol à des distances supérieures à 100 m, une phosphorescence bleuâtre (lueur bleue) autour de "la Cloche" - résultat manifeste de l'émission des rayonnements ionisants, ainsi qu'un champ magnétique très puissant mentionné dans les déclarations. De plus, les participants des expériences ont ressenti des perturbations dans le fonctionnement du système nerveux, comme des fourmillements ("épingles et aiguilles"), des maux de tête et un goût métallique dans la bouche.

De toute évidence, l'opération de Bell a induit des effets bizarres, et le goût "métallique" dans la bouche des participants est une caractéristique associée à ceux qui se trouvent à proximité des ovnis….
Les effets à long terme étaient tout aussi particuliers. Les participants souffriraient de perte de sommeil, de problèmes d'équilibre, de problèmes de mémoire, des crampes musculaires et des ulcérations. Les Allemands, semble-t-il plus tard, "réussirent à limiter radicalement ces effets défavorables".
Mais c'était l'effet de son opération sur les matières organiques qui était le plus particulier, et mortel. Les diverses plantes, animaux et les victimes vraisemblablement malheureuses des camps de concentration ont subi « différents types » de dommages, la forme la plus dominante étant « la désintégration des structures tissulaires, la gélification et stratification des liquides (entre autres le sang) en fractions distinctement divisées et d'autres ».
La mort de cinq scientifiques sur sept qui s'y livraient. En conséquence, toute la première équipe de recherche a été dissoute, et c'est devenu un priorité élevée pour le projet de limiter ces effets. En d'autres termes, les effets meurtriers de la Cloche n'étaient pas, du moins au départ, ce que Les Allemands espéraient. Son but était quelque chose de différent. Probablement la maîtrise de l’anti-gravitation.

Les changements les plus étranges dans les matières organiques ont été observés dans le cas des plantes vertes.
Au cours de la première phase, s'étalant sur environ cinq heures après la fin du test, les plantes ont pâli ou sont devenues grises, suggérant la décomposition chimique ou la décomposition de la chlorophylle. Ce qui est extraordinaire, c'est que malgré cela, une telle plante vivait normalement, et au bout de 8 heures à 14 heures elles se décomposaient en une substance grasse « avec la consistance d'une graisse rance… », dépourvu de toutes les caractéristiques de la décomposition bactérienne - entre autres de l'odeur. De plus, c'était trop rapide, donnant l'impression que toute structure s'était décomposée.
En même temps, la formation de structures cristallines indéfinies a été observée dans les substances organiques liquides....

À partir de là, on peut deviner ce qui s'était passé lorsque l'appareil a été utilisé pour la première fois, causant la mort de cinq des scientifiques et techniciens qui l'ont fait fonctionner. Imprudents, ils ont été exposés à ses effets inhabituels et la structure cellulaire de leur corps et de leurs fluides s'est brisée complètement. Comme nous le verrons, de tels effets sont une signature claire d'un dispositif « scalaire ».
Mais ce n'étaient pas les seuls effets étranges associés à la cloche. Dans la région de la Basse-Silésie autour de Ludwigsdorf (de nos jours Ludwikowice) où le projet était basé, des rescapés du projet, ou des habitants de la zone pendant la guerre, ont rapportés avoir vu "des objets atterrir et décoller verticalement", des objets que certains ont décrits comme des "tonneaux volants".

Les plasmas créés par un courant électrique créent des vortex appelés plasmoïdes, dans lesquels « les lignes de force sont presque complètement fermées ». Dans ces conditions, un vortex de plasma est presque complètement isolé de son environnement. Cela crée à son tour une sorte de « continuum espace-temps » local ou courbure spatiale localisée [une BOULE d’espace-temps ou ESPACE-TEMPS EN BOÎTE].

Avec ces vitesses de rotation énormes avec un plasma dont les axes de rotation étaient tous polarisés (alignés dans le même direction), il s'ensuit que d'énormes effets anti-gravitationnels pourraient en résulter, puisque la littérature physique récente indique précisément un tel lien entre la masse et la rotation…….
Mais qu'en est-il de la partie transmutation ? Sentant que de telles structures en vortex sont un modèle inévitable de la matière elle-même, il est intéressant de se tourner vers les travaux du scientifique russe Genadiy Shipov et les travaux du physicien allemand, le professeur Burkhard Heim (travaillant pendant la guerre à l'Université de Goettingen). Dans tous leurs travaux, il était fait référence aux changements créés dans le structure des matériaux par des ondes gravitationnelles générées artificiellement.

Pour cette partie utilitariste voir le pdf de Shipov

« Le Dr Gennady Shipov est l'un des plus grands physiciens au monde dans le domaine de la recherche en physique de la torsion. Il se joint à nous pour parler des principes fondamentaux de cette branche émergente de la découverte scientifique et donne un aperçu unique de la manière dont nous pouvons transformer les forces fondamentales de la nature vers l'objectif d'une propulsion avancée ».

« Dans les applications physiques, les scientifiques utilisent deux types de torsion : la torsion de Ricci et la torsion de Cartan. La majorité des physiciens étudient la torsion de Cartan. Ils sont arrivés à la conclusion que la torsion de Cartan n'apporte que de très petites contributions à la compréhension des phénomènes physiques, donc la torsion de Cartan est impossible à observer expérimentalement.

« Dans mon travail, j'utilise la torsion de l'espace en parallélisme absolu (torsion de Ricci), qui a été étudiée pour la première fois dans les applications physiques par Albert Einstein. Dans des expériences de propulsion inertielle, j'ai montré que la torsion de Ricci génère des champs d'inertie. D'autre part les champs d'inertie génèrent la courbure de Riemann (principe fort d'équivalence). Mais les champs d'inertie peuvent être exploités à l'aide de la rotation des corps matériels et, cela signifie, d'agir sur la courbure de l'espace-temps. Le dispositif élémentaire permettant d'opérer par courbure d'espace et de temps serait un gyroscope à quatre dimensions. C'est l'appareil sur lequel j'ai enquêté en Thaïlande. — Dr Gennady Shipov »

Pour cette partie utilitariste voir le pdf de Shipov.

Pour cette même partie utilitaire et la construction d’engin anti loi de succion, voir ce pdf du samarangana sutradharade l’antique science des Hindous qui s’envoyaient en l’R dans des engins à mouvement mercuriel….

Le scalaire interagit directement dans la SIGNATURE ou « Vraie Nature » de l’élément ciblé ; ainsi le scalaire peut cibler une étoile, sa signature, voir les pages : Outrage au Seul Ré-EL, et Non État, Non débat-opinion, Non lieu , sur le chercheur Ugo Morichini. C’est une question de RÉSONANCE, dont l’exemple simple permet de comprendre : si un groupe de soldats marchent au pas sur un pont, le résonance produite ainsi par les pas cadencés et amplifiés risquent d’entrer en résonance avec la fréquence ou « SIGNATURE » du pont et une fois atteint L’UN, le pont s’écroule, s’annule !
Concernant une planète, comme pour le pont et les soldats « excitant » le pont par leurs pas cadencés, il existe un danger qu'une ou plusieurs résonances naturelles des systèmes couplés puissent être excitées par un humain, telle une planète (voir l’engin de mort de l’Étoile noire ou de la mort dans la première mouture des Star Wars).

Imaginer un « tir » scalaire vers notre Soleil ! La stimulation apocalyptique la plus simple serait une expulsion violente d'énergie solaire (électromagnétique) et une éjection de particules. Si cela était dû à la résonance, l'expulsion de l'énergie solaire (électromagnétique) et des particules continuerait pendant un certain temps de décroissance, amenant inévitablement la destruction de la planète Terre…
En conséquence, l'utilisation d'énormes armes scalaires (électromagnétiques) est une épée à double tranchant. À moins d'être « utilisé avec soin » (plutôt avec une pure Conscience…), l'utilisation de ces armes pourraient causer un terrible contrecoup à l'utilisateur ainsi qu'à la victime, et même causer accidentellement la destruction de la Terre elle-même.
 
En MAGIE, ça s’appelle LE CHOC EN RETOUR. C’est exactement le danger du pouvoir Siddhi, LE DANGER ABSOLU DE TOUS LES POUVOIRS (QUELQUE SOIT LA TECHNOLOGIE), C’EST LE POUVOIR LIÉ À LA RACINE DU MAL : LA DUALITÉ DEDANS-DEHORS ET EN CONSÉQUENCE LA SAISIE. SAISIE = POUVOIR ; LOI DE SUCCION = POUVOIR. AUSSI BIEN ATTRACTION UNIVERSELLE, OU NON = POUVOIR.
PAS BESOIN DE MAGIE (ou de choc en retour) : TOUT CE QUI EST POUVOIR OU POUR-VOIR PERD AUTOMATIQUEMENT CELUI QUI S’EN SERT (effet scalaire sur lui-même), IL NE PEUT S’EN SERVIR QUE POUR EXERCER UN POUVOIR, DONC LA DUALITÉ DEDANS-DEHORS, LA SAISIE SOUS FORME DE MAGIE ESCOMPTANT RÉCOLTER DES FRUITS.


On peut même envisager l'utilisation d'une arme scalaire pour faire osciller acoustiquement une planète entière au-delà de sa capacité à amortir l'énorme cascade d'énergie potentielle au point qu'elle se disloquerait en morceaux. Bref, le scalaire est incommensurablement plus dangereux que le, petit petit petit nucléaire qui à ce hui est encore sous la domination de la poussive thermodynamique.

La Bell = inversion du Tore, du Soi, du ‘Je’ ou Blanc de l’Instant. De gros jouets pour grands gosses atteint du pour-voir. Le machin magique ARN messager des cobayes est un rejeton de ce Thème du Pour-Voir ou pouvoir de ces grands gosses. L’escroquerie de la « noé-toc » du scal sur l’R procède de même (façon « non-localité » et raison). (Ne pas oublier que Macron a fait cacher les débats du Conseil de défense sanitaire par le « secret-défense »).

A SUIVRE…

[En référence pour la technologie de la « cloche » allemande à : The SS brotherhood of the bell, de Joseph P. Farrell]
 
 

Dernière mise à jour : 20-01-2022 21:36

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >