Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Le ZÉRO INDIEN le nucléaire du NON-CONSTRUIT
Le ZÉRO INDIEN le nucléaire du NON-CONSTRUIT Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 24-01-2022 05:06

Pages vues : 693    

Favoris : 59

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Bimbo, Christ, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Dragon, Égrégore, Enfer, État, Feu, Guerre, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Nostalgie, Paradis, Peur, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Tore, Transhumanisme, Verbopinion, Vie, Vierge

 
xun_orig.png
 
 
Le ZÉRO INDIEN le nucléaire du NON-CONSTRUIT
Le SPONTANÉ.
Tout ce que la « raison » de l’humain appelle
« ordre » ou « organisation » n’est que désordre.
Tout ce qui s’appelle « pouvoir » n’est que
désordre et mensonges, les Anciens savaient
cela depuis longtemps.
 
Pouvoir = le mental le killer en opinions
exacerbées. Ce killer ne peut pas exercer
son pouvoir sur un ‘Je’ déjà libre.
« Il n’y a pas de plus grand mystère que
celui-ci : nous cherchons à atteindre la
Réalité alors que nous sommes la Réalité ».
(Ramana Maharshi, entr. 146 du 26-1-1936).

Il ne faudrait pas déguiser le TOUT de la
Conscience par une amplification de
bagages théoriques.
L’opinion sous sa forme d’idéation ou
pensée discursive C’EST LA GUERRE DE TOUT
CONTRE TOUS : LA DIALECTIQUE MATÉRIALISTE,
LE VERBIAGE DE COUR DE RÉCRÉATION DES
ÉCOLES DU JUDÉO-MAÇON JULES FERRY.

Comment voulez-vous « transmettre » ou « échanger »,
FAIRE COMMERCE, avec le « Dehors », puisque TOUT
est dans le mental ? Pas de conscience sans objet
et pas d’objet sans conscience = la dualité guerrière.
AU-DELÀ EST LA NON-PENSÉE : MAÂT (Déesse égyptienne et
sens de DIRECT), LE ZÉRO INDIEN : L’IGNORANCE INTUITIVE,
PUIS LE « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ »
(Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà,
l’Éveil, ainsi), du Soûtra de la Connaissance
transcendante
. Bref, UN ÉVEILLÉ EST SANS OPINION AUCUNE
POUR ALLER JUSQU’À TUER TOUS LES « SPÉCIALISTES »
ET « SAUVEURS DU MONDE », CEUX DU POUVOIR.

ÊTRE MAÂT : LE SPONTANÉ OU SORTIE DE LA BROUSSE :
ÉTABLISSEMENT AU CENTRUM CENTRI DU NON-CONSTRUIT.

Comment voulez-vous « transmettre » ou « échanger »,
FAIRE COMMERCE, avec le « Dehors », puisque TOUT
est dans le mental ?

Seule la NUIT OBSCURE ou OBSCURITÉ PROPICE que l’on
peut rencontrer dans une pratique ou ascèse spirituelle
(sâdhana) peut, éventuellement, être propice à l’ordre
d’une transmission, ce n’est qu’à cette occasion
d’une présence d’absence, tel le Zéro Indien comme
un fil de soie peut se dérouler le « Ciel antérieur »
transmettant ses indications si, et seulement si,
on se trouve en état de réception. Car tout étant
dans le mental, tout communique sans la dualité
Dedans-Dehors. Cette dualité n’existe qu’à l’état
de veille et dans l’espace-temps et donc dans
la chosification mercantile ou échangiste.
La chosification éloigne du ‘Je’ ou Vraie Nature.

« La kundalinî s’élève de n’importe quel lakshya
[but] vers lequel vous aspirez. La
kundalinî est la prânashakti (le courant vital) ».
(Ramana Maharshi, entr. 282 du 16-11-1936).

Donc RIEN NE SE TRANSMET, le commerce, transmission
à la mode depuis plusieurs millénaires maintenant
n’est qu’un PHÉNOMÈNE. Car on ne peut pas accompagner
l’autre, le Dehors, dans son fleuve : impossible de
comprendre comment nager sans se jeter à l’eau.

« Se disposer à… » consiste avant tout au NON-AGIR :
ne pas tomber dans le FAIRE/FER et le « il faut »,
ne pas interférer, car ça provoque inévitablement
le chaos ; ne rien faire c’est toujours faire
quelque chose !
Il y a un Mystère, le SEUL, au fond de soi,
au-delà de soi, qui, à l’occasion du Dehors,
nous fait dans l’Instant, devenir « autre », qui
nous fait participer de son état, telle une Pyrite
de Fer, et peut opérer, ou non, une transmutation
alchimique dans cet état d’un monde se subtilités,
influences ineffables irrationnelles
et non maîtrisables.
C’est Xun, idéogramme chinois, équivalant de DIA :
à travers, comme la DIA-gonale, DIA-ble, DIA-logue
ou DIA-tribe et DIA-lectique. La vapeur noire
qui monte du Feu et qui tue.

DIA : traverser le miroir de l’objectivation
pour rejoindre nostre Vraie Demeure le
Pays du Rien di Tout : laisser les choses se réaliser
spontanément, tel un IDIOT ou L’ENFANÇON du TAO.
Xun est à lui seule la nuit obscure
de Jean de la Croix. C’est le sâdhana.
« Tournez-vous vers l’intérieur et trouvez
la voie. Vous ne pouvez la trouver de l’extérieur ;
pas plus que vous ne devriez la chercher
à l’extérieur ». (Entretien 290 du 30-11-1936).

« Chaque fois que le mental turbulent s’agite,
ramène-le aussitôt et maintien-le sous
contrôle… » (Bhagavad-gītā VI. 26).
Et « voir le mental avec le mental »
(manasâ mana âlokya), proclament les
Upanishad [YKuU III.5 et YSiU VI.62, 63, 64] ».
(Entretien 374 du 13–3-1937).

RIEN N’EST FIXE NI ÉTABLI : IL Y A
TOUJOURS UN PASSAGE ENTRE
L’ARBRE ET SON OMBRE.

(Définition de la Mère-Veille).
Au premier pas, c’est PADAM, le pied en sanskrit
signifiant le Soi : « avoir trouvé chaussure à
son pied », comme Cendrillon…
« Embrasser les pieds » du guru par exemple
consiste à se tenir à l’infime source, au tout
début du jaillissement de la Conscience :
L’AURORE ROSE (sens de crépuscule) entre
connu-inconnu (tout acte créateur doit se
réaliser pendant la nuit afin d’être achevé
au lever du jour ; semblablement au symbole
qui révèle un Instant pour mieux cacher
l’Instant suivant).

ÊTRE PANique : comparable à la poudre à canon
dont la plus petiote étincelle l’enflamme.
Comme l’Instant de déplaçant sur le TOUT.

Le mental de l’être humain telle sa MAIN
tente en permanence de saisir l’insaisissable,
conventionnellement à la loi de succion,
et par là même il s’en interdit la possibilité,
telle le Paradoxe de la Réalisation du Soi.



CHERCHEZ L’ERREUR !

Tout ce qui se nomme « civilisation » est construit sur l’ego, sur le ‘moi’ du « Votre santé, Votre député, Votre voyante, Votre boulanger, Votre QR code, Votre passe vaccinal, etc. », ce qui et une usine à production de SOUS-HUMAINS.
Il y INVERSION par rapport aux Peuples du Soleil :
Système politique des Incas : pur système socialiste ou communiste (au sens communautaire et non dans le sens du capitalisme d’État du communisme ou socialisme de l’URSS et de l’actuelle Chine) : un gouvernement patriarcal, MAIS SANS ARGENT.
LE SEUL EGO CHEZ CES PEUPLES DU SOLEIL ÉTAIT L’INCA. Ces Peuples qui croyaient à un Dieu unique (mentionné dans le Pop Wuh (Livre de la trame des événements ; « pop » en maya signifie « temps » et trame ou natte ; Wuh signifie « livre »).
Le peuple vis-a-vis du souverain était vu comme un DON, et non comme un droit. Le peuple renonçait à tout droit personnel, la nation, l’État était soumis à l’Inca. « Sous ce régime extraordinaire, un peuple raffiné à beaucoup d’égards, chez qui l’industrie et l’agriculture avaient fait, comme on l’a vu, de grands progrès, ne connaissaient pas la monnaie. Il n’avait rien qui méritât le nom de propriété. Il ne pouvait exercer aucun métier, se livrer à aucun travail, à aucun amusement, autres que ceux que la loi avait spécialement réglés. Les Péruviens ne pouvaient changer de résidence ou d’habits qu’avec la permission du gouvernement. Ils ne jouissaient pas même de liberté qui appartient aux plus misérables dans les autres pays, celle de choisir leurs femmes. L’esprit impératif du despotisme ne leur permettait pas d’être heureux ou malheureux, autrement qu’il n’était réglé par la loi. Le pouvoir d’agir librement - droit inestimable et inné de tout être humain - était annulé au Pérou.
Le mécanisme étonnant du gouvernement péruvien pouvait résulter uniquement du concours de l’autorité morale et de la puissance positive dans la personne du chef de l’État, porté à un degré sans exemple dans l’histoire de l’homme. Cependant une forte preuve de sa conduite généralement sage et modérée, c’est qu’il ait pu si heureusement fonctionner, et durer si longtemps contrairement aux goûts, aux préjugés et aux principes de notre nature », écrit William H. Prescott dans : Aztèques et Incas - Grandeur et décadence de deux empires fabuleux.

qr_example350cl.jpg
 

« Le gouvernement du Pérou était un despotisme, d’un caractère doux, mais absolu et non tempéré dans sa forme. Le souverain était placé à une hauteur infinie au-dessus de ses sujets. Le plus fier seigneur, malgré l’identité d’origine, ne pouvait paraître en sa présence que les pieds nus et les épaules chargées d’un léger fardeau en signe d’hommage. Comme représentant du Soleil, il était à la tête du sacerdoce et présidait aux solennités religieuses les plus importantes. Il levait des armées, et d’ordinaire les commandait en personne. Il établissait les taxes, faisait les lois, et en confiait l’exécution à des juges de son choix, qu’il révoquait à son gré. Il était la source commune d’où émanaient les dignités, le pouvoir, les traitements. En un mot, selon l’expression bien connue d’un despote européen, il était lui-même l’État », écrit Prescott au chapitre : La conquête du Pérou.

Prescott ajoute, que le gouvernement est fait pour l’homme, tandis qu’au Pérou, l’homme ne semblait fait que pour le gouvernement [COMME AUJOURD’HUI OÙ LE FRANÇAIS, OU L’AMÉRICAIN, OU D’UNE AUTRE NATION EST FAIT POUR L’ÉTAT OU NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA CITY DE LONDRES ET SES BANQUES]. Prescott ajoute cette remarque fondamentale : « Le Nouveau Monde est le théâtre sur lequel ces deux systèmes politiques, de nature si opposée, ont été mis en pratique. L’empire des Incas a passé et n’a pas laissé de traces. L’autre grande expérience dure encore [la notre], expérience qui doit résoudre le problème si longtemps discuté dans l’Ancien Monde de l’aptitude de l’homme à se gouverner lui-même. « Malheur à l’humanité, si elle doit échouer ». Parce que l’être humain naturellement n’a pas le besoin d’un État, donc d’un gouvernement. Merci beaucoup Monsieur William H. Prescott.

Il est possible que les Incas, Mayas et autres Peuples du Soleil (sens du Centre est nulle part) soient la réincarnation d’un Univers précédant.
Notez que si l’humain invente un Dieu, il le fait afin d’être spirituellement et matériellement nourrie et soutenue par Lui. De nos jours, ce « dieu », c’est l’argent et sa marchandise.
Chez les Peuples du Soleil et du Pop Wuh, le MATRIARCAT DOMINE, car leur économie est construite sur L’HORTICULTURE, la chasse et la pèche ; les outils sont surtout en BOIS. Les Toltèques était des maîtres artisans du bois : « Que l’homme construit, formé, apparaisse dans la clarté pour nous invoquer, nous vénérer, l’homme moulé en bois clair. […] Qu’ils soient façonnés, les hommes sculptés dans le bois, qu’ils parlent, qu’ils conversent entre eux, sur toute la surface de la Terre ». dit le Pop Wuh.
Les Maya étaient sous la dépendance de la LOI DE SUCCION : leurs Dieux n’accordaient des faveurs qu’en échange de sang, d’offrande d’encens et de nourriture. CONTRADICTION AVEC LE SENS DU DIEU-AMOUR ET GRATUIT : « Le Royaume des Cieux est en vous ».

xolotl_1330.jpg
 
Vénus Étoile du soir car en phase descendante.

Le ZÉRO INDIEN le nucléaire du NON-CONSTRUIT : « Il n’est pas vrai qu’il y ait eu un temps où Je n’étais pas, ni toi, ni ces rois des humains ; il n’est pas vrai non plus qu’aucun de nous doive, jamais, dans l’avenir, cesser d’Être ». (Bhagavad-Gîtâ II,12).
 
 

Dernière mise à jour : 24-01-2022 05:31

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >